Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

13 mars 2022 7 13 /03 /mars /2022 19:12

 

[Source : lemediaen442.fr]

Le journalisme à géométrie variable est une constante dans une France qui ne cesse de s’engouffrer dans les profondeurs de la censure, du mensonge et de la servilité. Anne-Laure Bonnel en a fait la douloureuse expérience concernant l’un de ses articles, mystérieusement disparu, et qui doit certainement reposer dans l’un des ces vide-ordures qui recueillent les vérités embarrassantes.


Le 4 mars 2022, Le Figaro publiait un article de la journaliste Anne-Laure Bonnel qui racontait les conditions de vie de ceux qui habitent dans les régions de Donetsk et de Lougansk. Ceux que le gouvernement de Kiev considère comme des « terroristes » sont bombardés depuis huit ans. Depuis toutes ces années ces laissés-pour-compte vivent reclus dans les caves. Une promesse de l’ancien président Petro Porochenko : « Nous aurons du travail, eux non ! Nous auront des retraites, eux non ! Nous aurons des avantages pour les retraités et les enfants, eux non ! Nos enfants iront à l’école et à la garderie, leurs enfants resteront dans les caves du sous-sol ! Parce qu’ils ne savent rien faire ! Et c’est comme ça, précisément comme ça que nous gagnerons la guerre ! »

Le Figaro faisant la promotion de l’article d’Anne-Laure Bonnel

Les lecteurs du Figaro, par la voix d’Anne Laure, pouvaient avoir un autre son de cloche que les médias dominants concernant l’Ukraine, d’autant plus que la reporter de guerre connaît le terrain. Donbass, film d’Anne-Laure Bonnel, son documentaire de 2016, en témoigne. Après avoir remercié la rédaction d’avoir publié son article sur le Donbass, la journaliste s’étonne de ne plus voir son travail sur le quotidien français.

La Charte de déontologie de Munich — ou Déclaration des devoirs et des droits des journalistes — semble avoir déserté toutes les rédactions françaises, faisant place à la charte de Matignon, des forces extérieures, des lobbys, du manque de courage et de la malhonnêteté. En lieu et place de l’article en question, vous y retrouverez un Page introuvable – Oups, ce contenu n’existe pas ou n’existe plus. La police de la pensée et de l’information juge certainement que ces informations sont peu adaptées à la propagande gouvernementale, un autre son de cloche n’est pas acceptable. En attendant, vous pouvez demander des comptes au journal Le Figaro , surtout concernant les abonnés qui pensaient pouvoir s’informer.

Pour suivre Anne-Laure Bonnel sur :

Le Média en 4-4-2

Partager cet article
Repost0
11 mars 2022 5 11 /03 /mars /2022 18:11

La Première ministre suédoise Magdalena Andersson a rejeté les appels de l'opposition à envisager de rejoindre l'OTAN après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, arguant que poursuivre une candidature maintenant déstabiliserait l'Europe.

https://cdn.newspunch.com/wp-content/uploads/2022/03/Swedish-PM-Magdalena-Andersson-678x381.jpg.optimal.jpg

Andersson a déclaré qu'elle n'était pas favorable à une demande d'adhésion à l'OTAN, car une telle décision pourrait déstabiliser davantage la situation sécuritaire en Europe.

 

Elle a déclaré aux journalistes mardi "Si la Suède choisissait d'envoyer une demande d'adhésion à l'OTAN dans la situation actuelle, cela déstabiliserait davantage cette région de l'Europe et augmenterait les tensions", ajoutant: "J'ai été clair pendant tout ce temps en disant que ce qui est le mieux pour la sécurité de la Suède et pour la sécurité de cette région d'Europe, c'est que le gouvernement ait une politique à long terme, cohérente et prévisible et c'est ma conviction constante.

Breitbart rapporte: Mercredi, on a demandé à Andersson si elle maintenait sa déclaration de mardi et a déclaré: «Mon évaluation est que pour la sécurité suédoise, il vaut mieux que nous gardions la tête froide, que nous ayons les deux pieds sur terre et que nous ayons un long terme et politique de sécurité prévisible », rapporte le radiodiffuseur SVT .

 

Après avoir déclaré que la Russie déstabilisait la situation en Europe, Andersson a commenté la discussion en cours de la Finlande sur l'adhésion à l'OTAN en disant : « La base de l'ordre de sécurité européen est le droit de chaque pays de choisir sa propre politique de sécurité. C'est le cas de la Suède et de la Finlande. D'autre part, nous travaillons très étroitement avec la Finlande militairement, mais aussi politiquement, et sommes actuellement en contact quotidien avec le gouvernement finlandais.

La Finlande, qui, comme la Suède, est un pays traditionnellement neutre, a connu un regain de soutien du public à l'idée de rejoindre l'OTAN, 53% des Finlandais soutenant l'adhésion à l'alliance, contre seulement 19% en 2017.

Le Premier ministre suédois a toutefois noté que le pays avait expédié des armes à l'Ukraine , la première fois que le pays envoyait des armes à un pays en conflit depuis l'envoi d'armes à la Finlande en 1939 lors du conflit de ce pays avec l'Union soviétique (URSS).

« Nous avons vraiment montré notre indépendance dans cette crise, notamment en prenant la décision historique d'envoyer des armes à l'Ukraine. Cela montre que le gouvernement suédois veut vraiment que nous décidions nous-mêmes comment nous agissons », a déclaré Anderson.

 
 
Rédactrice chez NewsPunch
Partager cet article
Repost0
11 mars 2022 5 11 /03 /mars /2022 18:01

Que se passe t il au niveau des médias US et Européen, dans la lignée démocrate pro Biden : l'information est bloquée ou filtrée, je vous laisse les liens ci dessous concernant la véracité des biolabs américains en Ukraine. (ONU, OMS, Ambassades, Sous Secrétaire d'Etat Victoria Nulan qui admet ces labos etc...)

Cette affaire est plus ou moins liée avec celle du laboratoire de Wuhan !

 

_________________________________________________

 

Tucker Carlson a averti que l'administration Biden, en collusion avec les médias grand public, dissimule activement le fait que le gouvernement américain a financé des biolabs en Ukraine pour développer des agents pathogènes dangereux.

https://cdn.newspunch.com/wp-content/uploads/2022/03/Tucker-carlson-678x381.jpg.optimal.jpg

«Après notre émission d'hier soir, le Pentagone a publié ce qu'il a appelé sans ironie une« fiche d'information », conçue pour faire paraître l'histoire du laboratoire biologique petite et ridicule. Pratiquement toutes les agences de presse en Amérique, à presque aucune exception, ont répété textuellement l'affirmation de l'administration, sans aucune vérification d'aucune sorte », a déclaré Tucker lors de l'émission de jeudi.

 

"" FACT CHECK: DoD a travaillé avec l'Ukraine pour ÉLIMINER les armes biologiques laissées par l'Union soviétique depuis 2005. ""

"Mais attendez. 2005, c'était il y a 17 ans. Combien de temps faut-il pour éliminer les armes biologiques soviétiques ? 17 ans me paraissent longs. Et pourtant, au cours de cette même période de 17 ans, le Pentagone n'a pas fini de retirer les tubes à essai des congélateurs de l'ère soviétique », a poursuivi Tucker.

 

« Pendant ce temps, à CNN, peut-être conscient que la première explication n'avait pas de sens une fois qu'on y réfléchissait, a proposé un nouvel alibi. Selon le site Web de CNN, les laboratoires en Ukraine existent pour "sécuriser" les anciennes armes soviétiques. Sécuriser, pas éliminer, ce qui soulève la question : que signifie sécuriser une arme biologique, et encore une fois, pourquoi faut-il 17 ans pour le faire ? Et au fait, si ce ne sont vraiment que de vieilles armes soviétiques, pourquoi Toria Nuland est-elle si inquiète qu'elles se retrouvent entre les mains d'anciens Soviétiques, qui ont probablement déjà ces mêmes armes ? »

"Le lendemain de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, Robert Pope, l'homme qui dirige le 'Programme coopératif de réduction des menaces' au DoD, s'est assis pour une interview avec le site Web  Bulletin of the Atomic Scientists . Pope est l'homme chargé de sécuriser ou d'éliminer les armes biologiques de l'ère soviétique, il en sait donc beaucoup sur le sujet, peut-être plus que quiconque. Mais il s'avère que toutes ces armes soviétiques ne sont pas détruites ou même sécurisées, et Pope l'a reconnu dans l'interview. Selon son interview, Pope a déclaré que les laboratoires "pourraient détenir des souches pathogènes restantes du programme soviétique d'armes biologiques, conservées dans des congélateurs à des fins de recherche".

« La question est, pourquoi les États-Unis financent-ils ces biolabs qui ne font rien de proche de ce que le Pentagone prétend qu'ils font ? Pourquoi l'attaché de presse de la Maison Blanche, depuis la tribune, contredit-il ce que le directeur du programme de contrôle des armes biologiques du Pentagone a déjà admis être vrai ? Pourquoi fait-elle cela, et que devrions-nous ressentir à propos de tout cela ? Insulté, mais aussi très inquiet. Il y a absolument une histoire ici, une histoire qui compte. De toute évidence, c'est pourquoi ils mentent à ce sujet.

REGARDEZ:

Partager cet article
Repost0
11 mars 2022 5 11 /03 /mars /2022 17:52

https://cdn.newspunch.com/wp-content/uploads/2022/03/biohad_w900@2x-678x381.jpg.optimal.jpg

La Russie a demandé vendredi une réunion extraordinaire et urgente du Conseil de sécurité de l'ONU pour présenter des preuves concluantes des « activités militaires biologiques des États-Unis sur le territoire de l'Ukraine » .

 

Selon la mission russe auprès de l'ONU, les forces militaires russes ont découvert des preuves concluantes que l'armée américaine est engagée dans le développement d'agents pathogènes mortels et d'armes biologiques dans des laboratoires biologiques en Ukraine depuis des décennies.

 

La Russie affirme avoir la preuve que des laboratoires biologiques financés par les États-Unis en Ukraine effectuent des recherches sur (1) le coronavirus des chauves-souris et (2) utilisent des oiseaux migrateurs pour propager des armes biologiques.

Des unités militaires ont été déployées par le Kremlin pour sécuriser ces biolabs. Et dans le processus de sécurisation, ils ont récupéré un trésor de documents prouvant que les États-Unis ont violé l'accord international régissant les armes chimiques et biologiques.

 

Le Conseil, qui n'avait aucune activité prévue vendredi, a été convoqué pour se réunir à 10H00 (15H00 GMT) avec cet unique point à l'ordre du jour.

Sur Twitter, la mission russe auprès de l'ONU a prévu qu'elle dispose de « résultats d'analyse de documents relatifs aux activités militaires biologiques des États-Unis en Ukraine » étayés par une série d'études sur les changements de comportement des oiseaux et d'autres animaux dans ce pays. .

La convocation urgente du Conseil de sécurité de l'ONU intervient au milieu d'accusations entre la Russie et les États-Unis concernant l'utilisation d'armes biologiques en Ukraine. Hier, le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric, a fait référence aux accusations de Moscou et a déclaré que l'ONU n'était pas au courant d'une telle utilisation.

Ces derniers jours, le gouvernement russe a assuré que son armée avait découvert en Ukraine des preuves d'une « élimination d'urgence » des traces, ce qui laisse présager l'existence d'un supposé programme bio-militaire développé en Ukraine et financé, selon Moscou, par le Pentagone.

Le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov, a assuré que des employés de ces laboratoires biologiques auraient signalé la destruction le 24 février d'agents pathogènes particulièrement dangereux comme la peste, l'anthrax, la tularémie, le choléra et d'autres maladies mortelles.

Hier également, la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a averti que la Russie envisageait peut-être d'utiliser des armes chimiques ou biologiques en Ukraine en réponse aux "fausses" accusations russes contre Washington.

Et aujourd'hui, le même Psaki a rappelé que la Russie « a un vaste programme d'armes biologiques et chimiques » et une « histoire d'invention de mensonges ».

Baxter Dimitri
 
 
Baxter Dmitry est écrivain chez News Punch. Il couvre la politique, les affaires et le divertissement. Dire la vérité au pouvoir depuis qu'il a appris à parler, Baxter a voyagé dans plus de 80 pays et a remporté des arguments dans chacun d'eux. Vivre sans peur.
Courriel : baxter@newspunch.com
Partager cet article
Repost0
11 mars 2022 5 11 /03 /mars /2022 17:46

C'est l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a conseillé à l'Ukraine de détruire les "agents pathogènes à haut risque " dans les laboratoires de santé publique du pays afin de prévenir "tout déversement potentiel"  qui pourrait infecter la population lors de l'invasion russe.

L'OMS a dit à l'Ukraine de détruire les agents pathogènes à haut risque dans les biolabs en violation de la convention sur les armes biologiques

EXCLUSIF : US Biolabs en Ukraine

 
 

"Dans le cadre de ce travail, l'OMS a fortement recommandé au ministère ukrainien de la Santé et aux autres organismes responsables de détruire les agents pathogènes à haut risque pour prévenir tout déversement potentiel", a déclaré l'agence onusienne à Reuters .

Le rapport intervient après un  va-et-vient tendu entre les responsables américains et russes  au sujet des biolabs « dangereux » dans le pays – avec la Russie, accusant l'armée américaine d'être impliquée dans les biolabs ukrainiens.

Un réseau composé d'une  trentaine de laboratoires d'armes biologiques a été formé en Ukraine , les activités menées dans ces laboratoires étant commandées par le ministère américain de la Défense, a annoncé le ministère russe de la Défense.

 
 
 
 
30 laboratoires d'armes biologiques ont été commandés par le Pentagone en Ukraine

Le ministère de la Défense russe a montré une carte des laboratoires biologiques en Ukraine : les marques sur la carte représentent les emplacements des laboratoires sanitaires et épidémiologiques et des instituts de recherche.

Selon Kirillov, les laboratoires biologiques de Lvov travaillaient sur des agents infectieux de la peste, de l'anthrax et de la brucellose, tandis que les laboratoires de Kharkov et de Poltava travaillaient sur des agents infectieux de la diphtérie, de la salmonellose et de la dysenterie.

Selon le ministère russe des Affaires étrangères, les documents montrent que l'Ukraine et les États-Unis ont violé la Convention sur les armes biologiques  (BWC) de 1972, que les deux pays ont signée et ratifiée. Selon le rapport, l'ordre d'éliminer les échantillons visait à dissimuler des infractions au traité.

 
 
 
 

Les États-Unis ont nié les allégations  – publiant (entre autres) une déclaration jeudi selon laquelle "les États-Unis n'ont pas de laboratoires d'armes chimiques ou biologiques en Ukraine", ajoutant que l'Amérique "ne développe ni ne possède d'armes chimiques et biologiques nulle part".

Mardi, la sous-secrétaire d'État américaine Victoria Nuland  a reconnu que l'Ukraine « dispose d'installations de recherche biologique , dont, en fait, nous sommes maintenant assez préoccupés par les troupes russes, dont les forces russes pourraient chercher à prendre le contrôle.  Nous travaillons donc avec les Ukrainiens sur la manière dont ils peuvent empêcher que l'un de ces matériaux de recherche ne tombe entre les mains des forces russes si elles s'approchent.

 
 

Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira vendredi à la demande de la Russie pour discuter de ces revendications.

Au fil des ans, la Russie a exprimé son inquiétude face  aux laboratoires de guerre biologique financés par l'armée américaine dans plusieurs de ses pays voisins . Mais puisque toutes ces mises en garde sont tombées dans l'oreille d'un sourd, la Russie appelle à un traité international obligatoire pour interdire les armes biologiques .

 

Des documents sensibles  sur les biolabs supprimés par l'ambassade des États-Unis  et publiés par GreatGameIndia révèlent que c'est l'ancien président américain Barack Obama lui-même qui a autorisé la construction de biolabs en Ukraine  pour créer des agents pathogènes dangereux.

 

Source

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 mars 2022 5 11 /03 /mars /2022 17:34

Au fil des ans, la Russie a exprimé son inquiétude face aux laboratoires de guerre biologique financés par l'armée américaine dans plusieurs de ses pays voisins . Mais puisque toutes ces mises en garde sont tombées dans l'oreille d'un sourd, la Russie appelle à un traité international obligatoire pour interdire les armes biologiques .

La Russie demande un traité international obligatoire pour interdire les armes biologiques

EXCLUSIF : US Biolabs en Ukraine

 
 

Contrairement au point de vue américain sur la question, Moscou a déclaré mercredi qu'une convention internationale contre les armes biologiques devrait être renforcée par un système de vérification du respect. La demande fait suite à des informations selon lesquelles des preuves d'agents pathogènes mortels ont été découvertes dans des laboratoires soutenus par le Pentagone en Ukraine.

Cette semaine, l'armée russe a déclaré que les autorités ukrainiennes avaient ordonné l'élimination des échantillons gravement infectieux détenus dans des laboratoires biologiques soutenus par les États-Unis dans tout le pays.

Selon le ministère russe des Affaires étrangères, les documents montrent que l'Ukraine et les États-Unis ont violé la Convention sur les armes biologiques (BWC) de 1972, que les deux pays ont signée et ratifiée. Selon le rapport, l'ordre d'éliminer les échantillons visait à dissimuler des infractions au traité.

 

 

 

 

"Nous sommes pour la reprise des travaux sur un protocole juridiquement contraignant à la Convention pour un mécanisme de vérification efficace, que les États-Unis ont bloqué depuis 2001", a déclaré le ministère.

La BWC interdit la création, le stockage et l'emploi d'armes biologiques et à toxines, qui est entrée en vigueur en 1975. Le traité semble manquer d'une institution internationale de surveillance pour assurer le respect, contrairement à son cousin sur les armes chimiques, la Convention pour l'interdiction des armes chimiques. .

Dans les années 1990, un effort a été fait pour former une telle organisation. L'équipe ad hoc VEREX a consacré une décennie à élaborer des suggestions de surveillance, d'inspections, de partage d'informations et d'autres méthodes pour renforcer la confiance.

 
 
 
 

En raison des inquiétudes de l'administration George W. Bush, qui a rejeté un projet de protocole de 210 pages en 2001, le projet a finalement échoué. S'il avait été adopté, a soutenu Washington, il n'aurait pas profité à la BWC et aurait nui à la sécurité nationale et aux intérêts commerciaux des États-Unis.

Le sous-secrétaire d'État de l'époque, John Bolton, a déclaré à l'époque que Washington concentrait ses efforts de lutte contre les germes sur l'Irak. Bolton a affirmé que la présence du programme d'armes biologiques de Saddam était « incontestable ». Deux ans plus tard, les États-Unis ont envahi l'Irak sous prétexte de détruire les armes de destruction massive irakiennes, une affirmation qui a finalement été démentie.

 

Pendant des années, la Russie a exprimé son inquiétude au sujet des laboratoires financés par l'armée américaine dans plusieurs de ses pays voisins , notamment la Géorgie. Moscou craint que les États-Unis n'y mènent des recherches militaires qui pourraient mettre en danger la Russie. Selon la déclaration du ministère des Affaires étrangères, les actions menées sur le sol étranger, comme les programmes nationaux, devraient faire l'objet d'un rapport en vertu de la BWC.

 

Les mesures proposées "permettraient de soumettre les activités militaro-biologiques des États-Unis et de leurs alliés … à un contrôle international et garantiraient le respect total et vérifiable de la BWC par les États membres", a déclaré Moscou.

Suite aux affirmations de la Russie concernant les laboratoires ukrainiens, la Chine a exigé que le Pentagone commente publiquement la recherche biologique entreprise avec ses fonds dans d'autres pays. L'armée américaine, selon Pékin, contrôle "336 laboratoires biologiques dans 30 pays à travers le monde".

 
 

Les États-Unis affirment que les installations sont utilisées pour surveiller d'éventuels nouveaux dangers de virus dans le monde et démentent que quoi que ce soit d'illicite y soit fait.

 

Mardi, la sous-secrétaire d'État américaine Victoria Nuland a reconnu que  la Russie prévoyait effectivement d'attaquer des laboratoires d'armes biologiques en Ukraine  et que Washington travaillait avec Kiev sur  des agents pathogènes dangereux dans ces laboratoires autorisés par l'ancien président américain Barack Obama  lui-même.

 

Source

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 19:15
Une journaliste à Kiev...
 
Partager cet article
Repost0
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 18:23
L'affaire est grave : les biolab américains, ou payés par le Pentagone produisaient des virus et bactéries a des fins de guerre bactériologique. Comme le laboratoire de Wuhan, de type P4. Dès l'invasion Russe ces derniers laboratoires ont été pris. Plusieurs informations recoupent les éléments. La Sous Secrétaire d'Etat US Victoria Nuland a reconnu l'existence de ces laboratoires. Par la suite la Russie a demandé un traité international sur l'interdiction de l'utilisation d'armes bactériologiques.
 
Ces informations sont a lier au coronavirus car les Russes viennent de trouver des coronavirus de chauve souris dans ces labos.

 

La construction de ces laboratoires avait été décidé par Obama en 2010. En 2014 Obama et Biden alors Secrétaire d'Etat prévoyait d'opérer un coup d'Etat en Ukraine (fuite audio-vidéo), peut après les Rotschild via leur filiale Franklin Templton rachète la dette Ukrainienne.

 

La famille Biden est très impliquée alors en Ukraine puisque Hunter Biden est au conseil d'administration de la société gazière Burisma Holding Ltd, des affaires louches n'ont pas été élucidées puisque Biden Président a fait bloqué les enquêtes.

 

Il semble bien que la situation ne soit pas si simple qu'elle n'y parait, on s'aperçoit très vite que la corruption minait le pays, que le Président Zelensky est une potiche corrompue qui n'a pas hésité a détourner des fonds publics pour arriver au pouvoir ; il est nommé dans l'affaire des pandora paper's

 

Aujourd'hui ç'est Macron qui est chargé de discussions diplomatique avec Poutine, hors on sait que Macron est conseillé par le cabinet Américain Mc Kinsley (Mc Kinsley a travaillé pour le Pentagone, mais a aussi été conseillé pour la guerre en Afghanistan avec plus ou moins de réussite). Mais Macron a aussi travaillé pour Rotschild, le racheteur de la dette Ukrainienne.

(Mc Kinsley scandales)

 

Ce que l'on sait dans plusieurs discours avant l'intervention en Ukraine,  Poutine refusait le Nouvel Ordre Mondial, dixit ; mais ce Nouvel Ordre Mondial n'est il pas décrit par Klaus Schawb dans ses livres et au Forum économique Mondial.

 

Nos générations futures naîtront sans les chaînes Rothschild autour de leurs poignets et chevilles. Déclare Poutine

Discours de Poutine au Forum de Davos 2021 : Le Nouvel Ordre Mondial est passé et n'a jamais été

 

Klaus Schwab: « On pourrait implanter une puce sous la peau et dans le cerveau dans les 10 années à venir. Une fusion entre le monde physique, digital et biologique !! »

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
La Russie dit aux États-Unis : "Nous avons trouvé vos armes biologiques de destruction massive"

 

https://cdn.newspunch.com/wp-content/uploads/2022/03/Screen-Shot-2022-03-11-at-12.39.31-AM-678x381.png

 

La Russie a découvert les installations d'armes biologiques des États-Unis en Ukraine, selon Maria Zakharova du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, qui a averti le monde que le matériel biologique était « développé principalement à des fins militaires ».

 

« Nous avons trouvé vos propres produits », a déclaré Zakharova, s'adressant à Washington. « Nous avons trouvé votre matériel biologique.

 

« Il a été développé principalement à des fins militaires. Il s'avère que tout se passait en Ukraine. Que faites vous ici? C'est un continent différent pour vous. Il n'a pas de frontières avec vous. Il n'y a pas de bases de votre part. Que faisaient-ils là sous couvert de recherche scientifique ?

Les affirmations de la Russie suivent de près un changement rapide de récit dans les grands médias américains. Au cours des semaines précédentes, toutes les allégations de biolabs en Ukraine ont été rejetées, les vérificateurs des faits et les médias déclarant les allégations de «fausses nouvelles».

Ce récit a soudainement changé cette semaine, après que la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a admis que les États-Unis avaient des installations de recherche biologique en Ukraine et que le Pentagone craignait que la Russie ne les trouve. Ce qui était une fausse nouvelle la semaine dernière est soudainement une vraie nouvelle.

 

Selon Zakharova, les forces russes ont saisi les installations biologiques américaines en Ukraine. La Russie demande maintenant des réponses sur les raisons pour lesquelles les États-Unis développaient des capacités biologiques dans un pays à l'autre bout du monde qui partage justement une frontière terrestre avec la Russie.

« Considérant que nous avons des preuves irréfutables, le monde doit savoir ce que vous aviez l'intention de faire là-bas », a déclaré Zakharova, « à quelles fins, dans quel délai, quel était le montant du soi-disant investissement du biologique activités de l'Ukraine? "

« Nous ne laisserons pas l'occasion à Washington de se taire cette fois. Rappelez-vous combien d'années ils ont versé du sang pour trouver des armes chimiques et biologiques à travers le monde, tout en occupant et en tuant des gens. Eh bien, ils cherchaient au mauvais endroit. Nous l'avons trouvé à votre place. Nous avons trouvé vos propres produits. Nous avons trouvé votre matériel biologique.

"Maintenant, étant donné que nous avons des preuves irréfutables, le monde doit savoir ce que vous aviez l'intention de faire là-bas, à quelles fins, dans quel délai, quel était le montant du soi-disant investissement des activités biologiques de l'Ukraine ? Les données, matériaux, documents, veuillez les fournir.

« Assez de jeux. "

Les États-Unis nient que les biolabs développent des armes et continuent d' insister sur le fait qu'ils ne font que " rechercher des agents pathogènes dangereux utilisés par les bioterroristes". "

Un article de 2010 décrit un laboratoire biologique financé par les États-Unis à Odessa, en Ukraine :

Le laboratoire de biosécurité de niveau 3, qui est le premier construit sous l'autorité élargie du programme Nunn-Lugar Cooperative Threat Reduction, sera utilisé pour étudier l'anthrax, la tularémie et la fièvre Q ainsi que d'autres agents pathogènes dangereux.

"La coopération continue des partenaires de Nunn-Lugar a amélioré la sécurité de tous contre les armes de destruction massive et l'utilisation terroriste potentielle, en plus des progrès dans la prévention des pandémies et des conséquences pour la santé publique", a déclaré Lugar.

 

Baxter Dimitri
 
 
Baxter Dmitry est écrivain chez News Punch. Il couvre la politique, les affaires et le divertissement. Dire la vérité au pouvoir depuis qu'il a appris à parler, Baxter a voyagé dans plus de 80 pays et a remporté des arguments dans chacun d'eux. Vivre sans peur.
Courriel : baxter@newspunch.com
 
 
__________________________________________________
 
La porte-parole Maria Zakharova : «Le Monde doit savoir»
 
 
 
Partager cet article
Repost0
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 18:13

Les hauts responsables du gouvernement américain savaient dès 2008 que l'ajout de l'Ukraine à l'OTAN serait considéré comme une « menace militaire » sérieuse par la Russie.

https://cdn.newspunch.com/wp-content/uploads/2022/03/nato-russia-678x381.png

Ils étaient bien conscients que l'élargissement de l'OTAN à l'Ukraine franchirait les « lignes rouges » de sécurité de Moscou et l'obligerait à intervenir.

 

Même ainsi, les dirigeants occidentaux ont continué d'insister pour que l'Ukraine rejoigne l'alliance militaire dirigée par les États-Unis.

Rapports de MultiPolarista : Lors du sommet annuel de l'OTAN en 2008, l'administration George W. Bush a publiquement appelé à ajouter les voisins de la Russie, l'Ukraine et la Géorgie, à l'alliance militaire. Le secrétaire général de l'OTAN a déclaré que les deux pays finiraient par devenir membres.

 

Mais en privé, les diplomates américains savaient que cette décision serait considérée comme une menace existentielle par Moscou et pourrait provoquer une intervention militaire russe en Ukraine.

L'ancien ambassadeur américain en Russie, William J. Burns, qui est aujourd'hui directeur de la CIA, a averti dans un câble de l'ambassade de février 2008 que l'Ukraine constituait une « ligne rouge » de sécurité pour Moscou.

Le câble confidentiel du Département d'État s'intitulait « Niet veut dire Nyet : les lignes rouges de l'élargissement de l'OTAN de la Russie » (« nyet » signifie « non » en russe).

Burns a averti que la question de l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN "pourrait potentiellement diviser le pays en deux, conduisant à la violence ou même, selon certains, à une guerre civile, qui obligerait la Russie à décider d'intervenir ou non".

Burns a écrit que le ministre des Affaires étrangères Sergueï « Lavrov a souligné que la Russie était convaincue que l'élargissement [de l'OTAN] n'était pas fondé sur des raisons de sécurité, mais était un héritage de la guerre froide ».

L'ancien ambassadeur américain en Russie et actuel directeur de la CIA a publié une analyse prémonitoire qui préfigurerait les actions de Moscou en 2022 :

Les aspirations de l'Ukraine et de la Géorgie à l'OTAN ne touchent pas seulement une corde sensible en Russie, elles suscitent de sérieuses inquiétudes quant aux conséquences pour la stabilité dans la région . Non seulement la Russie perçoit un encerclement et des efforts pour saper son influence dans la région , mais elle craint également des conséquences imprévisibles et incontrôlées qui affecteraient gravement les intérêts de sécurité russes . Les experts nous disent que la Russie craint particulièrement que les fortes divisions en Ukraine sur l'adhésion à l'OTAN, avec une grande partie de la communauté ethnique russe contre l'adhésion, ne conduisent à une scission majeure, impliquant la violence ou, au pire, une guerre civile . Dans cette éventualité, la Russie devrait décider d'intervenir ou non; une décision que la Russie ne veut pas avoir à affronter.

Les avertissements de Burns se sont réalisés quelques années plus tard.

 
 
Rédactrice chez NewsPunch
Partager cet article
Repost0
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 17:59
Carburant et manipulation
 
 
Partager cet article
Repost0

Pages