Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

4 mars 2022 5 04 /03 /mars /2022 18:46
 
Le président Volodymyr Zelensky de l'Ukraine.
  • Le président ukrainien Volodymyr Zelensky dirige la nation au milieu de la crise avec la Russie.
  • Avant d'entrer en politique et de devenir président en 2019, Zelensky était un comédien et une star de la télévision. 
  • Zelensky était au centre d'un scandale de 2019 qui a finalement conduit à la destitution de Trump.
 
 

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky n'est pas un homme politique ordinaire, et son ascension à de hautes fonctions était tout sauf typique.

Zelensky est un ancien comédien et star de la télévision, qui n'avait aucune expérience politique antérieure lorsqu'il a remporté une victoire écrasante à l'élection présidentielle ukrainienne en avril 2019.

Quelques mois seulement après le début de son mandat, Zelensky était au centre d'un scandale impliquant un appel téléphonique entre lui et le président Donald Trump qui a conduit les démocrates de la Chambre à destituer Trump pour abus de pouvoir et obstruction au Congrès.

Au milieu de la crise de son pays avec la Russie, Zelensky appelle les citoyens à se battre et demande instamment une réponse « décisive », « immédiate » et « dure » de la communauté internationale,

 
 

Voici plus sur Zelensky et comment il est passé de célébrité à président en temps de guerre.

La campagne présidentielle de Zelensky était à bien des égards une incarnation du dicton "la vie imite l'art".Volodymyr Zelenskiy, alors acteur ukrainien et candidat à la présidence, fait des gestes lors d'un débat

Volodymyr Zelensky fait des gestes lors d'un débat présidentiel en 2019.
Vadim Ghirda/AP

Il s'est présenté à la présidence dans la vraie vie sur une plateforme anti-corruption.

 

Zelensky, dont le surnom est "Ze", a remporté une victoire écrasante avec plus de 70% des voix en avril 2019.

Volodymyr Zelensky vote dans un bureau de vote en 2019.
Emilio Morenatti/AP

Zelensky a remporté l'élection avec 73% des voix, battant le président sortant Petro Porochenko avec 24%, a rapporté la BBC .

 

Bien que Zelensky se considère comme un croisé contre la corruption, il a été critiqué pour sa relation avec l'oligarque ukrainien Ihor Kolomoisky, propriétaire de la chaîne de télévision qui a diffusé l'émission dans laquelle Zelensky a joué.

Le président ukrainien Petro Porochenko s'entretient avec l'oligarque Ihor Kolomoisky en 2015.
Mikhaïl Palinchak/Reuters

Kolomoisky était un rival du prédécesseur de Zelensky, l'ancien président ukrainien Petro Porochenko, et a vécu en exil volontaire avant de retourner en Ukraine trois jours seulement avant l'investiture de Zelensky, a rapporté le New York Times.

 

En mai 2019, dans le cadre de l'une de ses premières grandes actions en tant que président, Zelensky a dissous le parlement ukrainien et a appelé à des élections anticipées.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lève le pouce lors d'une session parlementaire à Kiev, en Ukraine, en 2019.
Mikhaïl Palinchak/Reuters

Cette décision a été considérée comme un effort pour consolider le pouvoir, car il l'a décrite comme une étape vers la réalisation de sa promesse d'éradiquer la corruption, selon le New York Times.

 

Le 25 juillet 2019, Trump a exhorté à plusieurs reprises Zelensky à enquêter sur l'ancien vice-président Joe Biden et son fils, Hunter Biden, lors d'un appel téléphonique qui a lancé une enquête de destitution.

Trump au téléphone
Le président Donald Trump parle au téléphone dans le bureau ovale.
Mark Wilson/Getty Images

Trump voulait que Zelensky lance une enquête sur Burisma Holdings , une société ukrainienne de gaz naturel dont Hunter Biden était membre du conseil d'administration. Il n'y a aucune preuve d'actes répréhensibles ou d'activités illégales de la part de Biden en ce qui concerne l'Ukraine.

 

Au milieu du scandale qui a entouré l'appel téléphonique, Zelensky a évité d'aborder le sujet.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky assiste à une conférence de presse en 2019.
Ludovic Marin/Reuters

Dans un discours à l'Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) le 25 septembre 2019, Zelensky a principalement parlé de la Russie et n'a pas mentionné Trump.

"Personne ne se sentira en sécurité pendant que la Russie mène une guerre contre l'Ukraine au centre de l'Europe", a-t-il déclaré, selon le New York Times . "La pensée que cela n'a rien à voir avec vous ou ne touchera jamais vos intérêts sera fatale."

 

Lors de sa première rencontre avec Trump en marge de l'AGNU, Zelensky a déclaré aux journalistes qu'il ne voulait pas "être impliqué" dans les élections américaines.

Le président américain Donald Trump s'exprime lors d'une réunion bilatérale avec le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy en marge de la 74e session de l'Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) à New York, New York, États-Unis, le 25 septembre 2019. REUTERS/Jonathan Ernst
Le président américain Trump rencontre le président ukrainien Zelensky à New York, New York
Reuter

Alors qu'il était confronté à des questions sur l'appel téléphonique du 25 juillet, il a également rejeté l'idée que Trump l'avait "poussé" et l'a décrit comme un appel "normal".

 

La Chambre des représentants a voté la destitution de Trump pour abus de pouvoir et obstruction au Congrès, mais il a été innocenté par le Sénat en février 2020.

Le président Donald Trump détient une copie du Washington Post avec le titre "Trump acquitté"
Le président Donald Trump prend la parole dans la salle Est de la Maison Blanche en février 2020.
Evan Vucci/AP

Trump a été  acquitté des deux articles de destitution au Sénat. Le sénateur Mitt Romney de l'Utah est devenu le seul républicain à voter pour condamner Trump pour abus de pouvoir , bien qu'il ait voté pour acquitter le président pour obstruction au Congrès. 

 

Zelensky a précédemment poussé à des négociations avec le président russe Vladimir Poutine sur le conflit dans l'est de l'Ukraine, tout en appelant également à des sanctions contre la Russie.

Le président russe Vladimir Poutine assiste à une conférence de presse à la suite de pourparlers trilatéraux avec ses homologues iraniens Hassan Rohani et Tayyip Erdogan de Turquie à Ankara, Turquie, le 16 septembre 2019. Sputnik/Valery Melnikov/Kremlin via REUTERS
Le président russe Poutine assiste à une conférence de presse à Ankara, en Turquie, en 2019.
Reuter

Zelensky a exprimé son intérêt à ce que l'Ukraine demande son adhésion à l'OTAN tout en envoyant des signaux mitigés à la Russie.

 

Après que la Russie a envahi l'Ukraine le 24 février 2022, Zelensky a déclaré la loi martiale et rompu les relations diplomatiques avec la Russie.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky tient une réunion d'urgence
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky tient une réunion d'urgence avec des membres du gouvernement et des représentants des secteurs de la défense et de l'économie à Kiev, en Ukraine, en février 2022.
Présidence ukrainienne / Polycopié/Agence Anadolu via Getty Images

La Russie a attaqué l'Ukraine  dans ce que le ministère ukrainien des Affaires étrangères a qualifié d'"invasion à grande échelle".

La portée de l'attaque semble être énorme, le ministère affirmant que la Russie attaquait plusieurs villes ukrainiennes "de différentes directions ".

Zelensky a déclaré que l'Ukraine avait rompu ses relations diplomatiques avec la Russie et a exhorté les Russes à sortir et à protester contre la guerre. Il a également déclaré que l'Ukraine fournirait des armes  à tous les citoyens qui voudraient se battre.

"Nous donnerons des armes à tous ceux qui voudront défendre le pays. Soyez prêts à soutenir l'Ukraine sur les places de nos villes", a-t-il tweeté.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2022 5 04 /03 /mars /2022 18:41

Le documentaire phare d’Oliver Stone, Ukraine on Fire (l’Ukraine en feu), est enfin disponible en Occident.

L’Ukraine, cette « frontière » entre la Russie et l’Europe dite « civilisée », est à feu et à sang. Depuis des siècles, elle est au cœur d’une lutte acharnée entre certaines puissances qui cherchent à contrôler ce riche territoire et l’accès de la Russie à la Méditerranée.

Le massacre de Maïdan début 2014 a déclenché un soulèvement sanglant qui a débouché sur l’éviction du président Viktor Ianoukovytch, la sécession de la Crimée et sa réintégration au sein de la Russie, et une guerre civile dans l’Est de l’Ukraine.

Les médias occidentaux ont présenté la Russie comme l’instigatrice de ces troubles, et cette dernière a été sanctionnée et unanimement condamnée. Mais la Russie était-elle vraiment responsable de ces événements ?

Ukraine on Fire offre une perspective historique sur les divisions profondes qui affectent la région et qui ont mené à la Révolution orange de 2004, aux soulèvements de 2014 et au renversement brutal du président Ianoukovytch démocratiquement élu.

Présenté par les médias occidentaux comme une « révolution populaire », ce véritable coup d’État a été orchestré et perpétré par des groupes ultranationalistes et par le Département d’État américain.

Le journaliste d’investigation Robert Parry révèle que, dans les années 80, des ONG politiques financées par les États-Unis et des agences de presse ont pris le relais de la CIA, et commencé à promouvoir les desseins géopolitiques des États-Unis à l’étranger.

Oliver Stone, producteur délégué, a eu le privilège de découvrir les dessous de l’affaire en interviewant l’ancien président Ianoukovytch et l’ancien ministre de l’Intérieur Vitaliy Zakharchenko, qui lui ont expliqué que l’ambassadeur des États-Unis et différentes factions à Washington avaient activement conspiré pour provoquer un changement de régime en Ukraine.

En outre, dans son premier entretien avec Vladimir Poutine, Stone a interrogé le président russe sur l’importance de la Crimée, sur l’OTAN et sur la longue tradition d’interférence des États-Unis dans la région, notamment leur ingérence dans les élections et leurs efforts pour instaurer un changement de régime.

Ce documentaire est initialement sorti en 2016, mais comme on pouvait s’y attendre, Stone a rencontré des problèmes pour le faire distribuer aux États-Unis et dans les pays occidentaux. Une version doublée en russe avait rapidement vu le jour et avait été diffusée à la télévision russe, mais jusque-là, les peuples du « monde libre » n’avaient pas eu accès au documentaire dans son intégralité.

C’est désormais chose faite : le film est disponible en intégralité sur YouTube. Évidemment, nous encourageons chacun à soutenir le travail d’Oliver Stone en se procurant le DVD de ce documentaire.

Source Bitchute (en anglais) :

Source Odysee (en anglais)

Partager cet article
Repost0
4 mars 2022 5 04 /03 /mars /2022 18:37
L’Ukraine est une sorte d’Eldorado de la corruption pour l’Occident
 

L'Ukraine est une sorte d'Eldorado de la corruption pour l'Occident

Depuis le début de l’année 2022, on assiste à une forte montée des tensions autour de l’agenda ukrainien.

Lire aussi : Sur quoi repose les finances de l’armée ukrainienne ?

Dans ces conditions, l’activité publique du chef du ministère ukrainien des Affaires étrangères est particulièrement remarquable. Dmitry Kuleba convainc inlassablement le public que presque le monde entier s’est rallié à l’Ukraine contre la Russie. « Quand quelqu’un nous menace, les dirigeants mondiaux viennent à nous et se tiennent à nos côtés » , a-t-il déclaré lors d’un briefing le 4 février. Le ministre met l’accent sur le montant du soutien financier que l’Ukraine a déjà reçu de ses « partenaires ». Son chef du département diplomatique l’a estimé à 1,5 milliard de dollars. Encore 1,2 milliard, mais déjà des euros, que Kiev attend de la Commission européenne. Selon le ministère ukrainien des Finances, les fonds seront utilisés pour maintenir la stabilité financière du pays. 

« Sur le papier » et dans les déclarations publiques, tout cela est indéniablement beau. Cependant, en réalité, les choses ne sont pas si roses et la crise économique actuelle en Ukraine ne fera que s’aggraver, ce qui touchera principalement la population ukrainienne. Et il y a plusieurs raisons à cela. 

    Tout d’abord, il s’agit d’un niveau de corruption exorbitant à tous les échelons du pouvoir, des forces de l’ordre, ainsi que des secteurs industriels, financiers, judiciaires et autres. Oui, même au niveau des ménages, sans « gratitude » rien n’est résolu. Par conséquent, des montants importants d’une telle aide financière soudaine finiront en toute sécurité dans les poches de l’élite dirigeante. Une grande partie des « dons » reviendront, car ils sont émis sous forme de prêts pour l’achat de biens et de services spécifiques auprès du même prêteur. Les citoyens ukrainiens, qui, au mieux, auront quelques « restes », seront informés des besoins de défense face à une menace de la Fédération de Russie. Les tentatives des autorités de « traire » l’argent des entreprises ukrainiennes pour compenser les prêts volés ne réussiront pas non plus. Les entreprises continueront simplement à retirer activement de l’argent du pays. Ainsi, le volume de ces transactions en 2021 a dépassé 10 milliards de dollars. Et les autorités fiscales continueront de perdre des procès pour tenter de percevoir des amendes auprès de diverses entreprises. 

Mais l’optimisme du chef du ministère ukrainien des Affaires étrangères se comprend encore. Dans ses discours publics, il est clairement rusé, car il comprend parfaitement qu’il ne peut être question de « côte à côte » par rapport aux dirigeants mondiaux. L’Ukraine pour l’Occident est un outil. Et pas seulement un outil de confrontation politique avec Moscou, comme en parlent régulièrement experts, politologues et journalistes. Mais aussi un outil pour blanchir de l’argent et sortir leur propre économie de la crise. Et en conséquence, l’aide financière des «partenaires» de D. Kuleb, comme la plupart des représentants de l’élite politique ukrainienne, est perçue comme un pot-de-vin banal, impliquant la réalisation de certaines actions. Et bien sûr, il faudra retourner un certain « rollback ». 

Le ministre lui-même n’a pas encore été « pris par la main », mais les journalistes ont encore beaucoup de questions de sa femme Yevgeny. L’adjoint de la faction Serviteur du peuple au conseil municipal de Kiev, le secrétaire du Comité permanent de la politique environnementale, le chef de l’organisation publique Garden City fait depuis deux ans diverses promesses aux habitants de la capitale, qui, apparemment, il n’y a pas assez de temps pour accomplir. La même raison peut probablement expliquer la déclaration remplie à la hâte de la femme du ministre, dans laquelle Evgenia apparaît comme une sorte de « non mercenaire » : pas de biens immobiliers, pas de voiture, pas d’objets de valeur. Mais en parallèle, d’après ses profils sur les réseaux sociaux, l’adjointe est très occupée à faire du shopping et à constituer son portfolio, dans lequel elle n’hésite pas à mettre en valeur des objets de luxe. Le coût des sacs à main des seules marques haut de gamme a été estimé par les journalistes à 310 000 hryvnias. Peut-être, face à la «menace russe», le couple Kuleba préférerait-il recevoir non pas des systèmes antichars des États-Unis, mais des articles en cuir d’Italie ou de France. 

Mais Evgenia Kuleba est loin d’être la seule et non la plus brillante étoile du podium de la corruption des députés du conseil municipal de Kiev. L’autre jour, son collègue du parti présidentiel Serviteur du peuple, V. Trubitsyn, a été arrêté par des employés du Bureau national anti-corruption d’Ukraine (NABU) alors qu’il recevait un pot-de-vin de 1,26 million de hryvnias. Selon les enquêteurs, le chef de la commission sur l’entrepreneuriat et l’amélioration a dirigé un groupe de personnes qui ont fourni une « assistance » illégale aux organisations de vente au détail à Kiev. En même temps, on a constaté que, dans l’esprit du temps, les «serviteurs du peuple» fournissaient leurs services «par abonnement» . En d’autres termes, les frais devaient être facturés annuellement. 

On peut voir que les deux députés « respectables » sont unis non seulement par leur appartenance au conseil municipal de Kiev, mais aussi par la faction du parti présidentiel. Pour les « Servants », bien qu’il ne soit plus tout à fait clair quel genre de personnes, le début de 2022 n’a clairement pas fonctionné. Jusqu’à récemment, l’adjoint du peuple S. Kuzminykh a été contraint d’écrire une déclaration sur son départ de la faction après que NABU l’ait surpris en train de recevoir un pot-de-vin de 558 000 hryvnias pour avoir aidé des entreprises privées à conclure des contrats avec un hôpital de la région de Jytomyr. Et maintenant, Ukrainska Pravda publie une vidéo de l’incident impliquant un « serviteur » de la région de Poltava. L’adjoint du peuple A. Trukhin en août 2021 est devenu membre d’un accident majeur avec 6 victimes. Pendant six mois, des tentatives ont été faites pour étouffer l’affaire, mais la vidéo publiée de la caméra de surveillance thoracique du patrouilleur arrivé sur les lieux de l’accident prouve également l’intention de Trukhin de s’échapper de la scène de l’accident et une tentative de donner un pot-de-vin d’un montant de 150 000, bien qu’il ne soit pas précisé dans quelles unités monétaires l’adjoint du peuple entendait «expédier la prime» Patrouilleur. 

    Aujourd’hui, l’Ukraine est pour l’Occident une sorte d’Eldorado de la corruption. Après plusieurs tentatives infructueuses de «réforme», ou plutôt d’établissement d’un contrôle sur les forces de sécurité ukrainiennes, les «partenaires» occidentaux ont eu recours à une méthode éprouvée de création d’un système «parallèle» d’agences d’application de la loi. Le prétexte était juste la lutte notoire contre la corruption. C’est ainsi que sont apparus le Bureau national de lutte contre la corruption d’Ukraine et le Bureau du procureur spécialisé dans la lutte contre la corruption (SAP). 

Le travail de la NABU est supervisé par le Federal Bureau of Investigation des États-Unis. Les détectives du Bureau sont formés à la base du FBI à Quantico. Leur travail en Ukraine est directement supervisé par des agents de terrain du FBI. Pour résoudre les problèmes de lutte contre la corruption, la NABU a créé un réseau d’agents infiltrés dont la tâche, comme l’a montré la pratique, était de provoquer des hauts fonctionnaires et des députés à recevoir des pots-de-vin. À son tour, le SAP fournit un soutien procédural pour les activités de recherche opérationnelle de la NABU. La tâche principale du tandem de ces structures est d’établir un contrôle sur les flux financiers du pays dans l’intérêt de leurs conservateurs américains et européens. Et comme une partie importante de l’élite politique ukrainienne est impliquée d’une manière ou d’une autre dans des stratagèmes de corruption, la NABU et la SAPO sont devenues en même temps un instrument d’influence sur les politiciens. Dans le même temps, la NABU dépense également plus de fonds du budget de l’État qu’elle n’en retourne. Mais selon le chef permanent du Bureau A. Sytnik, il s’agit d’une pratique mondiale normale. « Pas un seul organisme anti-corruption n’a rendu plus qu’il n’a été financé », a-t-il déclaré lors d’un briefing à Ukrinform le 10 février. Entre autres choses, l’Occident fournit le support informationnel le plus puissant au néoplasme contrôlé, supprimant toute tentative de resserrer la réglementation législative de son travail. 

Pour un système anti-corruption « autonome » à part entière, il n’a longtemps manqué qu’un tribunal spécialisé. Sa création a été initiée à l’été 2018, et un an plus tard, la Cour suprême anti-corruption (VAKS) a déjà commencé ses travaux. Il convient de noter que les juges de cette instance très sérieuse de «l’État indépendant» sont nommés sous la supervision du «Conseil public d’experts internationaux», dont le travail est également très généreusement rémunéré sur le budget ukrainien. 

En conséquence, au fil des années après le coup d’État d’inspiration occidentale en Ukraine, les Américains et les Britanniques ont créé un système fantoche de services spéciaux et de tribunaux indépendants de Kiev. Ce système conduit librement les flux financiers ukrainiens et maintient sous contrôle un domaine aussi sensible pour le pays que la corruption. Cela permet à l’Occident de manipuler les politiciens ukrainiens, non seulement en les gardant « au crochet » des poursuites pour corruption, mais aussi en les forçant à des activités illégales, « en faisant des propositions qui ne peuvent être refusées ». Ainsi, le trio anti-corruption représenté par NABU, SAPO et VAKS non seulement ne combat pas ce problème en Ukraine, mais, au contraire, contribue à son développement dans l’intérêt de l’Occident. 

Fuites d’ukr

 

 

_________________________________________

Ukraine : impunité et corruption, un gouffre financier pour l’Europe

 

Par Vasily Muravitsky, journaliste et analyste indépendant ukrainien

Le système est construit de telle sorte que si vous volez la perceuse électrique de votre voisin, vous allez en prison. Si vous volez une usine de forage électrique au gouvernement, vous risquez fort de vous retrouver au Parlement.

L’auteur de ces lignes a récemment travaillé pour une chaîne de télévision appartenant à un certain fonctionnaire ukrainien. Ce haut fonctionnaire a occupé différents postes dans le système judiciaire ukrainien, a été député du peuple et a même été chef adjoint de l’administration présidentielle. 15 ans d’indépendance ukrainienne et de participation au système gouvernemental plus tard, Forbes estime sa fortune nette totale à plus d’un milliard de dollars.

Quelque temps plus tard, il a essayé de trainer l’un de ses associés devant les tribunaux, demandant une compensation financière de 1 milliard de dollars. Bien qu’il ait perdu l’affaire, cela donne une idée de sa fortune.

Il est essentiel de se rappeler qu’il n’a jamais été impliqué dans le business et qu’il n’a occupé que des postes publics de haut niveau.

Un éminent journaliste ukrainien, Vyacheslav Chechilo, a écrit : « La corruption n’est pas un problème en Ukraine. La corruption est partout, même les pays qui nous enseignent à combattre la corruption sont corrompus. Le véritable problème en Ukraine, c’est ce que j’appelle personnellement « l’inévitabilité de l’impunité ».

La situation est très simple : tout le monde sait tout dans le pays, qui vole où et comment. Les plus grandes fortunes sont faites par ceux qui sont proches du budget de l’Etat. Tous les propriétaires d’entreprise savent que la façon la plus rapide de s’enrichir consiste à soudoyer les responsables des marchés publics et de remporter un appel d’offres, bien qu’injustement. Tous les maires et les ministres soient soudoyés ou reçoivent eux-mêmes un pot-de-vin. La règle de base est assez simple : nationaliser les pertes et privatiser les profits. La richesse du fonctionnaire, mentionnée ci-dessus, s’est soudainement réduite lorsqu’il a perdu l’accès au pouvoir. Une histoire semblable qui se répète avec tous les grands hommes d’affaires d’Ukraine quand ils sont coupés du financement public.

La corruption est fondamentale pour les grandes industries du pays. Sans accès au gouvernement, on ne peut pas amasser une fortune. Il est donc difficile de ne pas être d’accord avec M. Chechilo, qui poursuit :

« Le modèle de corruption ukrainien est transparent. Il y a des sites Web consacrés aux stratagèmes d’oligarques, à la fraude par appel d’offres, et ainsi de suite. Le public sait maintenant à quel point ils sont sortis du grand projet de construction routière et qui fait partie de ce « cartel ». Même les déclarations de revenus en ligne très appréciées sont de simples preuves de corruption, avec des profits déclarés comme des gains de loterie, des bitcoins, ou des cadeaux de la belle-mère. »

Depuis 2014, le principal soutien financier pour l’Ukraine est l’Union européenne.

Au cours des sept dernières années, l’Ukraine a reçu 16 milliards de dollars sous forme de subventions non recouvrables et de prêts préférentiels. Récemment, Kiev a reçu 600 millions d’euros comme deuxième versement de l’aide macro-financière. L’aide financière totale de 1,2 milliard d’euros a été allouée sur seulement 9 ou 10 mois.

En outre, l’UE a confirmé ses projets d’allouer jusqu’à 6,5 milliards d’euros de plus lorsqu’ils ont approuvé le plan d’aide financière en Octobre. Ainsi, l’Union européenne s’est pleinement établie comme le principal contributeur de l’Ukraine pour de longues années à venir. Dans un passé pas si lointain, ce rôle appartenait à d’autres pays.

Poussés par le scandale offshore, impliquant le président Zelensky, les médias du monde entier ont tourné les yeux vers l’état économique du pays, soulignant un climat d’investissement terrible et critiquant la corruption, qui n’a fait qu’empirer ces dernières années. Alors que l’UE s’apprêtait à envoyer 600 millions de dollars supplémentaires pour soutenir l’Ukraine, Forbes a comparé le pays à l’Arabie saoudite, où « la corruption s’écoule au lieu du pétrole ».

Deux jours plus tard, le chinois Huánqiú Shíbào, que l’on peut difficilement accuser de sympathiser avec les Américains ou les Européens, a dénoncé la désindustrialisation dévastatrice de l’Ukraine qui l’a fait passer de la plus grande économie soviétique au pays le plus pauvre d’Europe.

L’aide de l’UE est sans aucun doute importante et poursuit un noble objectif, mais elle est pillée par des processus d’appel d’offres non concurrentiels et des pots-de-vin. Parfois, elle est littéralement volée.

Et plus important encore, chaque fois que les agences de lutte contre la corruption tentent de monter des affaires pénales contre des fonctionnaires corrompus, elles ne parviennent pratiquement jamais à la cour, même si la procédure judiciaire est intentée par le Bureau national de lutte contre la corruption ou le Bureau du procureur de la corruption, qui ont tous deux étés établis sur les subventions européennes.

C’est cela, l’impunité inévitable, le style ukrainien.

Voici quelques exemples : en 2017, l’UE a cessé de financer la reconstruction des points de contrôle des douanes ukrainiennes à la frontière avec la Hongrie, la Roumanie, la Slovaquie et la Pologne, 30 % des fonds alloués à la reconstruction de 19 stations ayant disparu. Les points de contrôle sont toujours délabrés, mais l’argent a disparu.

Personne n’est poursuivi pour détournement des subventions européennes, alors qu’on parle de centaines de milliers d’euros.

La même année, l’agence de presse d’Odessa a signalé que le Service de sécurité de l’Ukraine enquêtait sur le pillage de la subvention de l’Union européenne dans le district de Belyaev, dans la région d’Odessa.

L’argent – près de 225,8 milliers d’euros – que le conseil municipal a reçu pour améliorer l’efficacité énergétique de l’hôpital du district de Belyaev, une intention vraiment louable. Il était destiné à des réparations majeures des services hospitaliers et des services aux enfants pour garder les enfants malades au chaud. Les réparations ont été effectuées par LLC « Alternative energy systems » qui a remporté l’appel d’offres. Très souvent, ces appels d’offres se font entre des entreprises qui pourraient appartenir à un neveu du maire et à une épouse du maire, ce qui signifie qu’il y a très peu de différence. La société a commencé l’isolation de l’hôpital, mais la plupart des fonds alloués, selon les autorités policières, ont été détournés. La direction du conseil de district affirme que le service de sécurité ukrainien a également reçu une partie de cet argent comme un pot-de-vin.

À en juger par les dossiers judiciaires, les services de sécurité ont à peine commencé l’enquête, lorsqu’elle a été fermée sans qu’aucune décision judiciaire ne soit enregistrée sur une période de quatre ans, ce qui indique, à son tour, que l’affaire n’est jamais parvenue au tribunal.

À la fin de 2018, le Bureau national de lutte contre la corruption (remarquez qu’il a été créé grâce à l’aide financière européenne et internationale pour lutter contre la corruption en Ukraine) a annoncé qu’il avait résolu l’affaire, qui impliquait le vol de 1,8 millions d’euros par l’un des fonctionnaires de Kiev.

L’argent était destiné à fournir un logement à ceux, qui ont fui la zone de guerre dans le Donbass. Au lieu de cela, il est allé sur des re-décorations de propriété privée.

Les autorités ont fièrement annoncé la fermeture de cette affaire et couvert les pistes d’enquête. L’affaire est désormais oubliée dès lors qu’il n’y a pas eu de décisions judiciaires.

Une situation similaire s’est produite avec des subventions pour la recherche sur le Danube dans la région d’Odessa, où une entreprise a remporté les appels d’offres pour des études environnementales dans la région. Sachant que le Danube est l’un des fleuves les plus importants d’Europe, le prix de la recherche, financé par l’UE au moyen d’une autre subvention, a été surestimé de 10 fois.

En Ukraine, c’est bien connu : tout le monde sait qui a volé, d’où et combien. Tout cela reste impuni. En réalité, ce n’est pas la corruption qui enlève l’avenir du pays, c’est ce fait même d’injustice totale. Il détruit le pays, démolit ce qui reste et crée un sentiment commun d’apathie et de méfiance. Le système est construit de telle sorte que si vous volez la perceuse électrique de votre voisin, vous allez en prison. Si vous volez une usine de forage électrique au gouvernement, vous risquez fort de vous retrouver au Parlement.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2022 5 04 /03 /mars /2022 18:34

Stephen Cohen, spécialiste de la Russie soviétique avait averti en 2014: « Si nous déplaçons les forces de l’OTAN vers les frontières de la Russie […] cela va militariser la situation [et] la Russie ne reculera pas, c’est existentiel »

Partager cet article
Repost0
3 mars 2022 4 03 /03 /mars /2022 20:00

_________________________________________________________

L'armée ukrainienne va commencer à commettre des crimes de guerre : "Nous allons massacrer des Russes innocents comme des porcs"
 

Le Commandement des opérations spéciales de l'Ukraine a annoncé jeudi que les Russes qui tentent de se rendre seront « massacrés comme des porcs » alors qu'ils mendient pour leur vie.

 

Le commandement des opérations spéciales ukrainien a  écrit ce qui suit sur Facebook :

La Confrérie SSO d'Ukraine envoie ses salutations à l'artillerie russe ! Nous vous félicitons : après avoir bombardé nos villes paisibles, nos proches, nos enfants, nos proches, vous, les vers, êtes devenus notre cible numéro un. On t'explique, Vanki : tu sembles être loin et tirer sur des cibles que tu ne vois pas. Vous ne voyez pas de petits enfants, de personnes âgées, de maisons, de jardins d'enfants, d'écoles et d'hôpitaux - tout cela n'est que des objectifs pour vous. Pressé, volé, touché - baisé, n'est-ce pas? Maintenant regarde, les vers : tu ne vois pas tes objectifs et tu sembles soulagé. Mais croyez-moi : ce ne sera jamais plus facile pour vous, racaille. Nous avons déjà les informations vous concernant. Et si ce n'est pas pour quelqu'un d'autre, ce n'est qu'une question de minutes. Désormais, il n'y aura plus d'artillerie russe capturée. Aucune pitié, aucun « s'il vous plaît ne tuez pas, je me rends » ne s'échappera. Chaque calcul, peu importe : commandant, conducteur, guide, chargeur - sera abattu comme des porcs.  Attachez votre pantalon, nous sommes déjà venus vous chercher. Appelle ta mère une dernière fois. Dis que tu vas bientôt mourir chacal. Nous ne sommes pas la mort, nous sommes pires !

Le message est toujours en ligne (bien qu'ils aient depuis modifié leur message après la publication de cet article - voir la version archivée ici ):

Rapports d'InformationLiberation : Vous souvenez-vous comment Facebook a interdit une tonne d'« extrémistes » de droite et les a qualifiés d'« individus dangereux » pour leur discours politiquement protégé ?

 

L'armée ukrainienne est autorisée à annoncer son intention de commettre des crimes de guerre.

Facebook a même  supprimé manuellement le groupe « néo-nazi » du bataillon Azov de sa liste « d'individus et d'organisations dangereux »  la semaine dernière afin qu'il puisse être couvert d'éloges.

Partager cet article
Repost0
3 mars 2022 4 03 /03 /mars /2022 19:51

L'hebdomadaire le Spiegel, vient, en plein milieu de la grave crise ukrainienne, d'apporter des éléments redoutablement importants pour la diplomatie russe envers les Etats-Unis, l'Otan et l'UE après la découverte d'un document datant de 1991.

Le magazine allemand confirme, en effet, les accusations de la Russie concernant l'élargissement de l'Otan vers l'est en violation d'un accord datant d'après la chute du mur de Berlin. Un document écrit, prouvant un accord, sur le non élargissement de l'Otan vers l'est a été trouvé dans les archives britanniques. 

Le Spiegel évoque une découverte sensationnelle. Un document découvert dans les archives confirme la version du Kremlin selon laquelle l'Otan ne devait pas s'élargir vers l'est après avoir obtenu l'accord de Moscou sur l’unification de l'Allemagne. La découverte de ce document écrit tombe alors que le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a soutenu et continue d’affirmer que personne n'a fait de telles promesses à l'Union soviétique. Le document écrit, selon le Spiegel, a été découvert dans les archives nationales britanniques par le politologue américain Joshua Shifrinson, professeur à l'université de Boston. Auparavant, le document était classé « secret », mais il a ensuite été déclassifié. 

« L'Otan ne devrait pas non plus s'étendre formellement ou informellement vers l'est ». Il est question du procès-verbal de la réunion des directeurs politiques des ministères des Affaires étrangères américain, britannique, français et allemand, tenue à Bonn le 6 mars 1991, où ils ont discuté de la sécurité en Europe centrale et orientale. A ce moment-là, l'organisation du pacte de Varsovie était en train de disparaître et les politiciens des pays du bloc soviétique signalaient aux pays occidentaux leur désir de rejoindre l'Otan.

Cependant, comme le note le Spiegel, il ressort clairement du document que les Britanniques, les Américains, les Allemands et les Français ont convenu que l'adhésion à l'Otan de candidats d'Europe de l'Est est inacceptable. Selon la note, le directeur politique du ministère allemand des Affaires étrangères, « Jürgen Chrobog a déclaré que nous avions besoin de nouvelles idées sur la manière d'assurer la sécurité de l'Europe centrale et orientale des pays. Nous avions clairement indiqué lors des négociations 2 plus 4 que nous ne prolongerions pas l'Otan au-delà de l'Elbe (Sic). Nous ne pouvions donc pas proposer l'adhésion à l'Otan, à la Pologne et aux autres ». Les participants à la réunion ont décidé de renforcer la stabilité et la sécurité de l'Europe centrale et orientale par des accords bilatéraux avec les pays de la région et dans le cadre de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE). 

Le document trouvé dans les archives confirme la position russe. Le président russe, Vladimir Poutine, a souligné à plusieurs reprises que pendant des négociations sur l'unification de l'Allemagne, l'Union soviétique s'est vu promettre que l'Otan ne s'élargirait pas. Il l'a notamment dit lors d'une conférence de presse en décembre 2021 : « Pas un pouce vers l'est, nous disait-on dans les années 90. Et alors ? Ils ont triché. Ils ont simplement trompé de manière flagrante : cinq vagues d'expansion de l'Otan, et maintenant, s'il vous plaît, en Roumanie, des systèmes correspondants apparaissent maintenant en Pologne ».

Selon le président russe, la Russie s'est opposée à plusieurs reprises à l'expansion de l'Otan vers l'est, se référant aux promesses correspondantes des pays occidentaux. Durant ses déclarations lors de sa traditionnelle grande conférence de presse en décembre 2021, il a déclaré : « Et ils nous disent : « Où est-ce écrit ? » ; « Sur un bout de papier ? » ; « Il n'existe pas ? » ; « Eh bien, c'est tout ! » ; « Tu t'en vas ! » ; « On s'en moquait de tes soucis ». « Et ainsi d'année en année. Chaque fois que nous avons essayé d'empêcher quelque chose, exprimé des inquiétudes ». [Ils nous ont dit], « Non - vous partez avec vos préoccupations, nous ferons ce que nous pensons nécessaire ». 

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a, donc, encore menti sur le fait que l'Alliance de l'Atlantique Nord « n'a jamais promis de ne pas s'étendre [à l'est] ». Dans un entretien avec le Spiegel, qui porte le titre « La Russie est l'agresseur », en date de janvier 2022 Jens Stoltenberg avait encore déclaré que les affirmations russes auraient été fausses : « Ce n'est tout simplement pas vrai, aucune promesse de ce genre n'a jamais été faite, il n'y a jamais eu un tel accord en coulisses. C'est tout simplement faux ».

Les affirmations de Jens Stoltenberg à la lumière de la découverte du document dans les archives britanniques prouvent qu'il ment. Cela est un comportement grave car aujourd'hui les Etats-Unis colportent à travers le monde par l'intermédiaire de leurs médias que la Russie et l'agresseur alors que cela est l'inverse, comme le prouve le document historique découvert dans les archives britanniques. 

Le document publié par le Spiegel permet d'affirmer qu' il est temps de remettre ces menteurs qui agissent au sein de l'Otan et de la politique occidentale à leur place et de rétablir rapidement la justice historique afin de protéger la paix rapidement. 

Pierre Duval pour Agoravox

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

Partager cet article
Repost0
27 février 2022 7 27 /02 /février /2022 19:59

D'une pierre deux coups : En effet les liens entre la Chine et la Russie se sont accrus et ils dédollarisent de manière conséquente afin d'avoir une autonomie hors du système financier Occidental, surtout la Russie, ainsi la Russie a réglée toutes ses dettes.  Il est fort probable qu'une monnaie émergente voie le jour contre carrant le dollar. Etait-ce prémédité ou pas, enfin l'on s'aperçoit de la manipulation vient des USA pour forcer la Russie à intervenir sur l'Ukraine. Les USA sont elles sur le point de lancer une nouvelle monnaie occidentale numérique comme le préconise le Forum Economique Mondial .... §

 

_____________________________________________________

 

 

Dan Popescu: « Je ne serais pas surpris après la récente invasion de l’Ukraine de découvrir que la Russie ait caché 500 à 1 000 tonnes d’or supplémentaires prêt à être transférées sur un autre compte de la Banque de Russie. Pour la Russie, comme pour la Chine est un actif stratégique. »

 

 

 

 

____________________________________________

 

La structure des réserves d'or par pays

 

réserves de change de l'Ukraine

 

La structure des réserves d'or est fondamentalement différente d'un État à l'autre. Les derniers chiffres officiels pour le 1er janvier 2014 parlent de la part suivante de l'or dans les actifs:

  • Amérique - 70%.
  • Allemagne - 66%.
  • France - 64,9%.
  • Pays de l'UE - une moyenne de 55,2%.
  • Russie - 7,8%.
  • Ukraine - 8%.

Nous constatons ici que depuis trois ans, il y a euenregistré une diminution du coût du métal précieux. C’est la raison pour laquelle la pertinence de l’or en tant que principal actif a été mise en doute. Si un pays est un pays en développement, il est plus rationnel de remplir la réserve avec les principales monnaies du monde, car leur taux augmente très rapidement. Les pays émergents développés qui émettent des devises mondiales préfèrent former des métaux précieux lors de la formation de réserves d’or. Outre le métal et la monnaie, les réserves d’or peuvent inclure des droits de tirage spéciaux et des quotas de l’État du FMI.

Réserve d'Ukraine en 2014

 

réserves d'or de l'Ukraine 2014

 

Les réserves d’or de l’Ukraine en 2014, selonLes données publiées correspondent à 16,2 milliards de dollars. L’augmentation du budget s’explique par le programme de réserve du Fonds monétaire international. Le FMI a alloué 978,42 millions de dollars au gouvernement. La banque nationale du pays a reçu 397,55 millions de dollars. La dynamique était due aux obligations du pays de faire des paiements pour rembourser la dette en devises étrangères. Au cours du mois, la Banque nationale a activement manipulé de la monnaie sur le marché international des devises. Il a réalisé à la fois la vente de monnaie pour 833,74 millions et son achat de 98,30 millions. Ce format d’action visait à lisser le taux de change de la monnaie nationale.

Réduction des réserves d'or et de devises en 2015

Les réserves d’or de l’Ukraine malgrécroissance inattendue à l’automne 2014, en décembre, a diminué de 7,5 milliards de dollars. Si l'on en croit les données officielles, le volume des réserves internationales s'élevait à 7,533 milliards au 1er janvier 2015. Pour évaluer le statut de la réserve, vous pouvez examiner le même indicateur l'année dernière.

Ainsi, en décembre 2014, le montant des réserves d’or en équivalentcontre le dollar était 9.965.95 milliards. En pourcentage, les actifs de l’État pour toute l’année ont diminué de 24,41%. Les réserves en devises sont passées de 9 milliards 959,95 millions de dollars à 6 milliards 618,37 millions. Les réserves d’or de l’Ukraine en or et en devises n’ont pas fui en droits d’emprunt, qui se montent tous deux à 3,78 millions de dollars et sont aujourd’hui. Les actifs en dollars ont légèrement augmenté, passant de 903,84 millions d’euros à 911,09 millions d’euros. La position de réserve de l'État au FMI est demeurée à un taux de 0,03 million de dollars.

 

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2022 7 27 /02 /février /2022 19:14

Une des motivations soulignées est l'extension de l'OTAN sur l'Ukraine, vous avez le lien de vérification de l'information par le journal américain NewPUNCH ; en effet les services secrets américains ont fourni de fausses informations à la Chine en décembre dernier sur les intentions de l'Ukraine de rejoindre l'OTAN, sachant que ces informations seraient ensuite transmises à la Russie.

 

 

 

Tout ceci arrive dans un contexte économique et financier délétère du côté Occidental, l'échappement de l'affaire des vaccins commence à s'opérer et la prise en main dessinée par Le Forum Economique Mondial tel qu'il est dessiné sur son site et par les ouvrages de Klaus SCHAWB sont  sur une voie de contestation. ICI nous assistons bien a une tournure des évènements orientée ; il s'agit ici de garder la tête froide et de faire preuve de discernement, ne vous laissez pas bercés par les diffusions mainstream.

 

Je vous poste en lien les deux discours de Poutine ; je ne fais pas de la Poutinolâtrie mais de l'information,  avant de parler il faut s'informer correctement : Poutine avertissait déjà en 2021 de limites à ne pas franchir... c'est clairement énoncé !

 

- Discours de Poutine au Forum de Davos 2021 : Le Nouvel Ordre Mondial est passé et n'a jamais été

 

- Nos générations futures naîtront sans les chaînes Rothschild autour de leurs poignets et chevilles. Déclare Poutine

Admission étonnante : les renseignements américains ont appâté la Russie en décembre dernier en prétendant que l'Ukraine rejoignait l'OTAN

 

Les agents du renseignement de Biden ont incité la Russie à envahir l'Ukraine en prétendant que l'Ukraine était sur le point de rejoindre l'OTAN, selon un rapport explosif du New York Times .

 

Selon le rapport, des agents de renseignement américains ont fourni de fausses informations à la Chine en décembre dernier sur les intentions de l'Ukraine de rejoindre l'OTAN, sachant que ces informations seraient ensuite transmises à la Russie.

Theconservativetreehouse.com rapporte : Il y a tout lieu de croire que ce que la communauté du renseignement et le département d'État de Biden partageaient avec la Chine a été fait avec l'intention de Pékin de le donner à Moscou.

De ce point de vue, la question autour de l'intention devient, qu'ont  -ils poussé  et  pourquoi l'ont-ils poussé ?

 

Passons maintenant à l'histoire, à la citation et à l'article critique de Reuters de décembre 2021. Que disait Joe Biden au président ukrainien Vladimir Zelenskyy ?

Reuters, 9 décembre 2021  - "Le président américain Joe Biden a assuré au président ukrainien Volodymyr Zelenskiy que la candidature de Kiev à l'adhésion à l'alliance militaire de l'OTAN était entre ses mains, a déclaré le chef d'état-major de Zelenskiy après l'entretien des deux dirigeants jeudi.

Biden et Zelenskiy ont eu un appel  deux jours après que  Biden eut eu des entretiens  avec le président russe Vladimir Poutine  pour tenter de désamorcer une crise concernant les mouvements de troupes russes près des frontières ukrainiennes. ( lire la suite )

À la mi-décembre 2021, Joe Biden disait au président Zelensky que l'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN dépendait de l'Ukraine. S'ils veulent entrer, ils sont là.

C'est une ligne rouge pour la Russie, Joe Biden le savait. Vladimir Poutine avait été très clair sur son opposition, et tout le monde le savait. La Russie n'accepterait jamais d'autoriser l'Ukraine à entrer dans l'OTAN.

Il convient de noter qu'il s'agit de la même période de décembre 2021, lorsque la communauté du renseignement américain et le Département d'État parlaient à la Chine du renforcement des troupes russes, selon les  informations du New York Times .

L'administration Biden n'est pas assez stupide pour dire à Zelenskyy qu'il est sur le point d'entrer dans l'OTAN sans savoir que cela déclencherait une réponse militaire définitive de Poutine.

Il n'y a qu'une seule façon de voir cela. L'administration Biden appâtait délibérément Poutine et incitait Poutine à envahir l'Ukraine, parce que l'équipe autour de Biden voulait que Poutine envahisse l'Ukraine.

La question devient alors pourquoi ? Pourquoi les gens dans/autour de Biden voudraient-ils inciter Vladimir Poutine à envahir l'Ukraine ?

Encore une fois, un cadre de référence critique est nécessaire pour répondre à cette question :  ne jamais attribuer à l'incompétence ce qui peut s'expliquer par l'intention. 

Avec l'ampleur des mauvaises nouvelles économiques et des résultats politiques catastrophiques submergeant la Maison Blanche, une crise géopolitique visant à détourner l'attention du monde présente des avantages majeurs. Cependant, ce motif spécifique est aussi plus profond que cela.

Cette crise contribue en fait à faire avancer les buts et les objectifs de la politique intérieure de multiples façons.

Les gens autour de Biden veulent des coûts énergétiques qui montent en flèche ; ils veulent d'énormes augmentations des coûts de l'essence dans le cadre de leur programme Green New Deal. Ce sont des voyageurs idéologiques, les éléments les plus intenses de la foule d'Obama, et Biden a été installé comme une figure de proue jetable leur permettant de mettre en œuvre un programme politique sans se soucier des dommages politiques.

Ouvrir la voie à la « grande réinitialisation », également connue sous le nom de « reconstruire mieux », est beaucoup plus facile lorsque la foule du changement fondamental peut simplement avancer à toute vitesse.

Ce sont les idéologues les plus enracinés qui considèrent le déficit budgétaire fédéral comme un  moyen d'arriver à une fin , où les États-Unis sont fondamentalement changés et à jamais diminués parce que nous sommes fauchés.

À travers ce prisme de conséquence, tous les résultats nationaux négatifs de l'entrée de la Russie en Ukraine et nos réponses à cet égard ne sont pas considérés comme de mauvais résultats. Ces conséquences sont des douleurs domestiques et économiques à embrasser, et non à éviter. Après tout, les personnes qui obtiennent ces résultats ne ressentiront jamais elles-mêmes quoi que ce soit.

Regardez ce qui se passera si notre propre gouvernement, ces mêmes idéologues enracinés, réussissent à tirer parti des sanctions contre la Russie pour inclure le retrait de la Russie des échanges financiers SWIFT.

La Russie, la Chine et l'Iran répondront immédiatement au blocage de la Russie par « l'Occident » du système financier SWIFT. S'ils lancent une monnaie de contre-échange pour contourner le pétrodollar, il ne faudra pas longtemps avant que le dollar ne soit affaibli ou supprimé en tant que monnaie commerciale mondiale. Si cela se produit, la partie est terminée pour les États-Unis d'Amérique tels que nous les connaissons.

Maintenant, pensez à l'équipage d'Obama, le plus idéologique de tous les mondialistes itinérants idéologiques…. le même équipage qui voulait voir la décolonisation de la culture occidentale. L'équipage qui veut "un changement fondamental et permanent". Pour cet équipage, l'effondrement des États-Unis  est leur objectif . Pour cet équipage, arriver à cet endroit en imposant des sanctions SWIFT à la Russie est un net positif.

De ce point de vue, ce qui se passe en Ukraine-Russie devient une dynamique complètement différente.

Pourquoi les gens dans/autour de Biden voudraient-ils manipuler les informations, attiser, déclencher et provoquer Vladimir Poutine pour envahir l'Ukraine ?

Eh bien, voilà votre réponse.

 

Source

Partager cet article
Repost0
27 février 2022 7 27 /02 /février /2022 18:45

Les informations tombent depuis quelques mois, les pistes se recoupent et l'on découvre quelques raisons mises sous le boisseau pour ce qui pourrait être un immense scandale Occidental : La création de virus chimères, plus ou moins échappées de labos a des fins financières, peut être stratégiques, mais pas dans l'intérêt des populations en tout cas !

 

On est loin de théories fumeuses et non consolidées, plusieurs liens de différentes dates (éloignées de surcroit) de différentes enquêtes sans liens apparents.

 

 

_____________________________________________________

 

Selon les informations communiquées par le gouvernement américain, le programme de réduction des menaces biologiques du ministère de la défense des États-Unis collabore avec des pays partenaires pour “contrer la menace d’épidémies (délibérées, accidentelles ou naturelles) des maladies infectieuses les plus dangereuses au monde”.

 

 

La Russie a affirmé à plusieurs reprises que les États-Unis possédaient des laboratoires d'armes biologiques à ses frontières.

Alors que la Russie a commencé à attaquer des installations militaires en Ukraine, il y a des spéculations selon lesquelles les Biolabs des Etats-Unis qui ont été établis en Ukraine au nom de la recherche et de la défense font également partie des cibles. Les États-Unis possèdent plusieurs laboratoires de ce type en Ukraine dans le cadre de leur “Programme de réduction de la menace biologique”.

 

 

Les médias sociaux ont été animés par des discussions sur la façon dont le gouvernement russe, en plus de s’opposer à l’expansion de l’OTAN dans la région, a souligné ses préoccupations, accusant les États-Unis d’exploiter des laboratoires d’armes biologiques près de leur frontière. Un pseudo Twitter nommé @WarClandenstine a affirmé qu’il est possible que la Russie vise les laboratoires biologiques. Rien n’a encore été confirmé.

 

De nombreuses discussions ont lieu sur les médias sociaux concernant les laboratoires d’armes biologiques présumés gérés et financés par le gouvernement américain sur le sol ukrainien.

 

Selon les informations communiquées par le gouvernement américain, le programme de réduction des menaces biologiques du ministère de la défense des États-Unis collabore avec des pays partenaires pour “contrer la menace d’épidémies (délibérées, accidentelles ou naturelles) des maladies infectieuses les plus dangereuses au monde”.

Capture d'écran du site de l'ambassade des États-Unis en Ukraine

En Ukraine, l’objectif du programme est de consolider et de sécuriser les agents pathogènes et les toxines qui posent des problèmes de sécurité et de fournir un soutien à la nation pour détecter et signaler les épidémies causées par des agents pathogènes dangereux avant qu’ils ne “posent des risques pour la stabilité ou la sécurité.”

 

En 2019, le BTRP a créé deux laboratoires pour le service de protection des consommateurs de l’Ukraine avec un niveau de biosécurité 2 à Kiev et à Odessa. Les deux régions sont sous l’attaque de la Russie. Les États-Unis ne se contentent pas de soutenir la création de laboratoires, mais financent également des projets de recherche en Ukraine où les scientifiques ukrainiens et américains travaillent ensemble.

 

La Russie a accusé les États-Unis de développer des armes biologiques à ses frontières, en Ukraine et en Géorgie.

À plusieurs reprises, la Russie a accusé les États-Unis et l’Ukraine de développer des armes biologiques à proximité de ses frontières. En 2021, alors qu’il évoquait l’incapacité de l’Organisation mondiale de la santé à établir l’origine du virus Covid-19, le secrétaire du Conseil de sécurité russe Nikolai Patrushev a déclaré au journaliste de Kommersant que la Russie pensait que les États-Unis développaient des armes biologiques près de ses frontières.

 

Il a déclaré : “Vous prêtez attention au fait que dans le monde, de plus en plus de nouveaux laboratoires biologiques sous le contrôle des États-Unis se développent à pas de géant. De plus, par une étrange coïncidence – principalement aux frontières russes et chinoises.” Il a ajouté que les États-Unis prétendent travailler avec les scientifiques locaux pour développer des moyens de combattre les pathogènes dangereux, mais que l’on ignore ce qui se passe entre ces murs.

 

Il a ajouté : “On nous dit que des stations d’assainissement pacifiques fonctionnent près de nos frontières, mais pour une raison quelconque, elles rappellent davantage Fort Detrick dans le Maryland, où les Américains travaillent dans le domaine de la biologie militaire depuis des décennies. À propos, nous devrions prêter attention au fait que des épidémies de maladies qui ne sont pas typiques de ces régions sont enregistrées dans les zones environnantes.”

 

Lorsqu’on lui a demandé s’il voulait dire que les Américains développaient des armes biologiques dans ces Biolabs, il a répondu : “Nous avons de bonnes raisons de croire que c’est le cas.” Il a ajouté : “Il ne se passe pas un jour au siège de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) à La Haye sans que les Américains et leurs alliés ne présentent un nouveau chapitre du dossier chimique anti-russe.”

 

S’exprimant sur les allégations contre la Russie concernant le développement d’armes chimiques, il a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve et seulement des conjectures. Le gouvernement russe a fait des allégations similaires à de multiples reprises.

 

Recherche sur le gain de fonction financée par les États-Unis pour “améliorer” les virus au laboratoire de Wuhan en Chine (ceci a été décelé lors de des auditions  du Docteur Fauci auprès du Sénat Américain)  Brevet déposé sur Nature pour la création d'une chimère du 9 novembre 2015 par le Dr Shi Zhengli du laboratoire P4 de Wuhan. BREVET EN LIGNE

Il a été établi à ce jour que des scientifiques des États-Unis, financés par le NIH, avaient mené des recherches à gain de fonction sur un certain nombre de virus semblables à celui du SRAS dans le laboratoire de Wuhan, en Chine, dont on pense généralement qu’il est à l’origine de l’infection par le Covid-19. En septembre 2021, il a été révélé dans un livre que les États-Unis avaient financé des recherches sur des virus mortels à Wuhan, sous la supervision d’Anthony Fauci.

 

Le scientifique américain Peter Daszak, qui avait reçu une subvention du NIH, s’était engagé, par le biais de son organisation EcoHealth Alliance, dans des recherches sur le “gain de fonction” pendant des années à l’Institut de virologie de Wuhan, en Chine. M. Daszak a lui-même admis à de nombreuses reprises qu’il menait des recherches révolutionnaires sur les coronavirus.

 

Plus tôt cette année, une enquête de Project Veritas a révélé que la recherche sur les coronavirus, jugée “trop dangereuse” par la DARPA, a été approuvée par le NIAID d’Anthony Fauci et a été menée par l’Alliance EcoHealth de Daszak à Wuhan.

 

En octobre 2021, il a été révélé par des fuites de courriels que l’institut financé par le NIAID d’Anthony Fauci formait les chercheurs du laboratoire de Wuhan à abriter des virus mortels transmis par aérosol.

 

La Russie envahit l’Ukraine

 

Le 24 février, après des semaines de spéculations, la Russie a finalement envahi l’Ukraine, déclenchant une indignation massive dans le monde entier. Il convient de noter que l’OTAN, les États-Unis et la Russie sont en conflit depuis des années en raison des plans d’expansion de l’OTAN vers l’est, qui menaceraient la sécurité de la Russie. Alors que les troupes russes se sont rassemblées aux frontières de l’Ukraine au cours des dernières semaines, l’OTAN et les États-Unis ont largué des milliards de dollars d’armes en Ukraine, proclamant leur soutien à la souveraineté de l’Ukraine.

S’adressant à la population, M. Poutine a annoncé le lancement d’une opération militaire visant à “démilitariser” et “dénazifier” l’Ukraine. Le programme d’armes biologiques présumé est l’une des nombreuses préoccupations de la Russie concernant l’Ukraine.

Les pays de l’OTAN, dont les États-Unis, ont promis d’imposer des sanctions sévères à la Russie en guise de représailles à l’invasion.

Source : https://www.opindia.com/2022/02/russia-ukraine-invasion-bioweapons-labs-patrushev-putin-wuhan-coronavirus/

Partager cet article
Repost0
27 février 2022 7 27 /02 /février /2022 18:34

ETONNANT

 

_________________________________________________

 
 
Le président ukrainien Zelensky dans la tourmente des Pandora Papers

Connaissez vous Oleksandr Danylyuk ? C’est lui à côté du président Ukrainien Zelenskiy.

Mais que faisait il avant de devenir Secrétaire du conseil national de sécurité ukrainien puis ministre des finances ?

Ancien directeur de McKinsey.

OLEKSANDR DANYLYUK, SECRÉTAIRE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ NATIONALE

Ancien directeur chez McKinsey, M. Danylyuk a été ministre des finances entre 2016 et 2018 et est un éminent défenseur des réformes et de la lutte contre la corruption bien ancrée. Il était ministre des finances lorsque la PrivatBank a été nationalisée.

Il a été licencié par le Premier ministre Volodymyr Groysman à la suite d’une dispute, après laquelle Danylyuk a accusé le gouvernement de tenter de le coopter dans des systèmes de corruption.

Il a rejoint la campagne de M. Zelenskiy en tant que conseiller et l’a accompagné lors de réunions avec des parties prenantes, notamment le FMI et des entreprises internationales. Quelques jours avant l’élection, il a également accompagné Zelenskiy pour rencontrer le président français Emmanuel Macron lors d’un voyage éclair à Paris.

La présence de M. Danylyuk dans la campagne et son inclusion ultérieure dans l’équipe présidentielle de base de M. Zelenskiy ont envoyé un signal rassurant aux investisseurs, dont certains se sont méfiés de l’inexpérience et des relations d’affaires du président.

Il est le plus haut responsable du Conseil de sécurité nationale et de défense, un puissant organe chargé de coordonner la sécurité nationale, présidé par M. Zelenskiy et composé de ministres, de législateurs, de responsables de la sécurité et du gouverneur de la banque centrale.

Source :

  1. https://www.reuters.com/article/ukraine-president-appointments-idINKCN1T124B
  2. https://www.youtube.com/channel/UCpdkYUCrD3NyPOgcPe4G0iQ/community?lb=UgkxIoz8brZr5KDRo_gQBDskVyqPYLX0OdzT

 

 

____________________________________________

Pourquoi la France allonge t elle de l'argent a un état miné par la corruption ; et dirigé par un fantoche

 

Mike Borowski: « La France apporte une aide de 1,2 milliard € à l’Ukraine. J’avais oublié que nous avions trop d’argent à dépenser. Nos hôpitaux, personnels soignants, retraités, chômeurs, indépendants etc. Croulent sous l’argent »

 

Partager cet article
Repost0

Pages