Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 125 000 visiteurs 188 000 pages vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 Vous êtes 95 000 a  avoir visité ce site, 170 000  pages ont été consultées ; je vous en remercie.

Recherche

28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 13:12

Plusieurs possibilité s'offrent à nous, si tenté que nous ayons à y voir quelque chose,
cependant il y va aussi de la conscience de chacun de ne pas jouer à la spéculation sur les dettes des pays membres européens.
Mais cela ne gène pas à priori déjà certains, qui affichent clairement leur souhait de l'écroulement grec.
l'acharnement européen à l'incurie mène et mine à son terme les résolutions préventives, à ce point les signatures des Etats comme la Grèce et le Portugal dégringolent de AAA à BBB, ce qui relève sérieusement les taux d'intèrêts d'emprunt de ces pays.
La soit disant volatilité et nervosité des marchés ne sont ni plus ni moins que des tentatives d'altération de la monnaie européenne, via les états membres et leurs dettes (ce qui par extension signifie aussi, Espagne, Irlande, Angleterre et France).
les fonds d'investissement essaient de se faire par la spéculation des gains rapides en jouant à la baisse sur les valeurs des Etats. Pour ensuite les racheter à moindre prix, laissant derrière eux ses cohortes de misères et de rancoeurs.
Si la Grèce sort à cause de son insolvabilité du système européen le drachme serait dévalué de moitié, mais cela engendrera d'autres dévalutations comme ce fût le cas en Islande en engendrant un processus général, la monnaie chinoise étant déjà sous évaluée.
ensuite, si l'Allemagne et la France consententent à aider la Grèce ils devront mutualiser ou socialiser s'il y a perte, Mme. Lagarde elle s'enorgueillit de prêter 6,3 milliard en espérant (puisque la France peut emprunter encore avec la signature AAA) récupérer au passage sur ce prêt 150 millions €, ce qui sans aucun doute montre aussi que les états très fair play spéculent eux aussi sur les prêts dans la zone euro.
La seule issue raisonnable étant d'allouer ces prêts même si la dette a considérablement été sous évaluée, de plus volontairement, mais le peuple grec en soit n'y est pas pour grand chose.
La question future, sera de maintenir la cohésion européenne face à la spéculation invisible (à noter que la mafia japonaise recrute dans ces domaines.... ) et visible.
Non seulement les confèrences "bas de soie" n'ont été que voeux pieux mais elles prouvent hostensiblement le déficit de réponse immédiate ou d'anticipation européen.
Autant dire que pour s'attaquer à un mammouth ils vaut mieux être en unités mobiles et de plus assez nombreux, le temps de réaction est assez long non.
Les mots ne sont pas assez durs pour fustiger les Etats sur la complaisance qu'ils ont avec le système financier, d'une part parce qu'ils ont prêté sans droit de regard sur la gestion et le bilan de ces organismes alors que ces fonds sont des fonds prêtés par les états et donc de ce fait les politiques sont responsables devant les citoyens de leurs actions.
Voyons donc, non seulement on prète à perte à gens qui ne peuvent rembourser, sinon hypothèquer leurs biens ou tenter d'échapper au remboursement par des mesures légales.
Donc cela continue, mais il en va de tous les secteurs qui sont réduits à diminuer leurs marges bénéficiaire au profit de groupe plus à l'écoute semble t il du pouvoir.
donc ces jeux spéculatifs entrainent sans controle des états l'affaiblissement inexorables des nations en accroissant leur dette par différents moyens.
La bulle spéculative va durer en moyenne encore un à deux ans, pour encore éclater, mais cette fois ci avec les conséquences de réprobation publique et générale, puisque nous nous engagerions vers une période économique égale à la république de Weimar.
Nous aurons deux choix, celui démocratique, de combler les pertes avec regards des Etats, enquête et investigations, comme le fit Roosevelt. Les combinaisons anciennes politico-financières ne seront plus tolérées par l'opinion et de ce fait les charges et les peines seront accrues par ce qu'il faut savoir sacrifier un membre à la vindicte populaire.
l'autre choix, sera celui d'un état totalitaire ou l'on aura eut soin de faire croire que ces malversations financières sont le fait d'un groupe et qu'il faut s'en saisir pour assainir l'économie (somme toute du déjà vu), sans dire évidemment que les principaux dénonciateurs et réprésentants publics sont en cheville avec ceux qui réellement sont les instigateurs de la faillite générale.
d'une manière ou d'une autre, la légitimité politique devra se réajuster à l'opinion soit par obligation démocratique et sursaut de conscience ou par déficit en engendrant l'ostracisation et la captation d'un groupe  ou de groupes sociaux.

Pour la France la question sera toujours les groupes en compétitions pour faire qu'ils conservent ou accroissent leur privilèges aux dépens évidemment d'autres. Ainsi je vous invite à aller voir sur le net les gouvernements de :
- Turgot,
- Calonne,
- Necker.
Ainsi d'une manière ou d'une autre nous arrivons a un terme de réformes impossibles mais sans avoir l'issue de convocation des Etats Généraux. Sans échappatoire nul n'a besoin d'être devin pour en savoir la suite.

 

des Bulles des Bulles, des Bulles!!!

 



Après cela vous ne pourrez pas dire que vous n'étiez pas au courant!!!

Repost 0
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 09:49

Résumé :

 

"Jacques Attali, Yann Moulier Boutang et Christian de Boissieu présentent les différents scénarii possibles pour l’année à venir : soit une transition en douceur où les États-Unis cesseront d’être la puissance dominante, soit les États-Unis parviennent à se « purger » seuls et ils pourront rester la puissance dominante, soit la panique gagne et le chaos s’installe, chaque nation choisissant de faire cavalier seul."

 

http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/22-economie-geopolitique/107282-reportage-crise-financiere-interdependance-des-economies

 

http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/22-economie-geopolitique/107283-reportage-crise-financiere-pour-une-gouvernance-mondiale

 

Intéressant plus d'un an après.....

 

émission de France 24 le 15/02/2010  : Invité : Joseph Stiglitz, Professeur à l'Université de Columbia, Prix Nobel (2001)

 

http://mobile.france24.com/fr/20100212-invite-economie-joseph-stiglitz-prix-nobel-economie-columbia-university-freefall-triomphe-cupidite

 

vous trouvez des infos également sur  Paul Krugman, économiste, éditorialiste au New York Times, Princeton, New Jersey, USA

Repost 0
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 09:09

Bons du Trésor US - le reste du monde à doublé son stock en 5 ans - source : sirchartsalot.com



Quelques articles récents sur le risque "systémique", ou plus vulgairement de contamination des marchés et effets domino :

- risque de cessation de paiement du gouvernement américain 2009
- idem

- possibles réformes sur le genre bretton woods

- conséquences de l'élection américaine

- autre sur faillite des usa

- autre vue

- vue française économique








Déficit réel fédéral et celui annoncé par le Président Bush
- source  Public Broadcasting Service



Nouvelles d'autres faillites de banques américaines aujourd'hui....

- dépèche AFP


Donc plusieurs points de vue convergents, à vous de juger....

Aujourd'hui, puisque cet article est paru avant les élections américaines, donc aujourd'hui, fin septembre 2009, on peut dire que grâce a l'élection du nouveau Président M. Obama la situation des U.S.A.est transfigurée.
Les américains ont optés pour une personne savamment proposée capable de transformer une faillite nationale en une configuration de stabilité. Cette capacité de projection par un choix, peu de démocratie savent le faire et rares sont les pays démocratiques capables de se targuer d'avoir un Président d'après crise.

Dans l'Histoire deux pays ont cette possibilité, les Etats Unis d'Amériques et la France, cette capacité de résurrection. Pour l'instant la France fonctionne d'après l'ancien registre et dévisse son système de couverture sociale, tout en sachant que ces fonds s'ils étaient biens administrés ne nourriraient pas la spéculation outrancière, et c'est certainement ce qui avait été vu et prévu après la guerre au moment de la création de cette couverture. 
Donc finalement on peut se poser la question de la justesse de vue de ces initiateurs dans ce domaine comme dans d'autres!!!

Repost 0
17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 07:31

Daumier "Aspect de Paris, depuis qu'on a joué la fameuse comédie morale intitulée LA BOURSE"

Cette réunion de la dernière chance est déjà contestée sous prétexte qu'un non résultat entrainerait une dépression encore plus importante des places boursières.
Les arguments s'échafaudent comme suit :

- La Présidence Française européenne se termine en fin d'année, l
- Les élections américaines ne permettraient d'avoir un exécutif opérationnel avant cette date,
- Les états auraient des difficultés à trouver des points convergents......

autrement dit il est toujours trop tôt ou tard pour ne rien faire.
Il semble bien que ces partisans là ne veulent pas remettre en cause un système qui a fait ses preuves, serait-ce par peur, ou bien parce que les intérêts sont trop grands, donc on préfère écarter d'emblé une chance pour des pretextes soit prudent ou fallacieux, mais qui en aucun cas n'apporte de solution et va laisser dépérir le système économique et financier avec un espoir lointain d'une soit disant reprise.

Mon argument c'est justement parce qu'ils seront obligés de trouver une solution qu'ils en trouveront une parce qu'ils n'auront plus de choix. Une réunion ça se prépare. L'inaction est un luxe que nous ne pouvons nous payer.

A la suite de ces arguments d'attentisme, il est conclu qu'après avoir tourné l'action vers la collaboration entre états, les gouvernants vont devoir assumer leur responsabilité envers leurs citoyens, ce qui est d'un cynisme le plus total, car non seulement on leur suggère de  ne rien faire, mais en plus on leur demande de prendre de façe l'onde de choc sociale qui va en résulter. C'est sans  nul doute le remerciement d'avoir éponger les faramineuses dettes privées qui insuffle autant d'ingratitude, ou est-ce qu'en plus certains en souhaiteraient à voir la faillite des Etats.... 

C'est à  se poser des questions!!! NON

Les PME et PMI vont être particulièrement touchées par la récession, car c'est bien le mot a utiliser, la plupart des clients se voyants refuser l'accès à des crédits bancaires, gelés pour l'instant. Certains organismes professionnels de PME-PMI ont demandé à surveiller la gestion et la distribution des 22 milliards alloués par l'Etat pour leur secteur via les Banques.

L'Etat semble user de son droit de regard sur cette distribution, il ne fait que son travail et ce n'est pas une grâce de sa part, car il est garant de l'argent de l'équilibre de la nation puisque nous en sommes arrivés à la retribution des profits à titre individuel et à la répartition des dettes à titre collectif, sans que l'on demande plus de compte à rendre aux investisseurs, ni même sur leur sens des responsabilité dont ils sont complétement dénués.
"N'affolons pas les marchés = ne faisons pas fuir les capitaux" mais à la fin si la dette publique l'emporte sur la génération de plus en plus improbable des profits, car la bête sera morte et exangue. cela n'entraîne à terme une mondialisation des chaos, ne déchaine en tout lieux la colère et la violence, conséquences inévitables de la cupidité, la vénalité et surtout de l'incurie. Le temps de la magie financière à fait son oeuvre.


Paul Krugman propose une finalisation de la politique du New Deal de Franklin Délano Roosevelt, c'est à dire revenir à une régulation des Marchés, vous aurez les infos sur quelques objectifs politiques et économiques du New Deal sur mon site il évoque aussi le compromis Keynesien notamment pour Bretton Woods

Déclaration de Paul Krugman - Prix Nobel d'Economie - Professeur à Princeton

"Nous n'allons pas revenir à Karl Marx, mais nous allons redécouvrir des choses qu'avait découvertes (le président démocrate) Franklin Roosevelt il y a 75 ans", a ajouté l'économiste de l'université Princeton, en rappelant que "laisser les marchés se débrouiller avait été désastreux dans les années 1930, et nous a de nouveau amenés au bord du désastre".

Pour autant, M. Krugman a estimé que les Etats-Unis se dirigeaient toujours vers "une grave récession". "Cela aurait pu être bien pire, mais (le plan gouvernemental) ne nous débarrasse pas de la nécessité de quelque chose pour aider l'économie réelle", a-t-il dit en plaidant pour un "plan de relance plus vaste et amélioré".

(AWP/14 octobre 2008 16h00)

Pour ceux qui sont intéressés par l'Economie vous avez les liens suivants :

- L'économie Internationale selon Paul Krugman par Steven Coissard

- The Official Paul Krugman Web Page

autres articles :

  Stratégie - Notion d’Empire - Rapport de forces : Surface contre densitéBourses

- Neuro-économie - Ou les mécanismes cérébraux déjouent la théorie mathématique économique,


L’administration de Turgot et la Guerre des Farines (spéculation sur les blès et céréales, orges, seigle)

Programme de politique générale de Turgot présenté le 24 août 1774 : l’Impossible Réforme et quelques natures du déficit

Repost 0
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 04:36

Une intevention de ma part!!!!
Cette semaine du 29  septembre 2008 au 3 octobre 2008 va être à marquée d'une pierre noire en matière de finances, car les décisions prises ne seront qu'un pis-aller, elles engendreront une successions de conséquences incalculables aujourd'hui. Nous allons donc vivre un moment historique de transition que je n'aurais personnellement pas souhaité voir et dont vous aussi, certainement,  vous vous seriez bien passé.
Voir mes articles sur :
La Neuro économie, en politique intérieur le la présentation du Programme  Général de Gouvernement de Turgot  présenté le 24 août 1774 sur ce site - tout est dit - ce discours est intemporel.

Henry

Repost 0
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 14:36


En 2002, le prix Nobel d'économie a été décerné conjointement à l'économiste Vernon Smith et au psychologue Daniel Kahneman. La modélisation mathématique des variations économiques ne peut se résumer qu'a des données, comme en Histoire ou toutes sciences humaines il faut tenir compte de l'impact psychologique d'un individu ou d'un groupe d'individu, de ses reflexes conditionnés, sa mesure dans l'action.
Thami Kabbaj dans sa "Pyschologie des grands traders" - Edition d'organisation 2007 écrit : - "Le trader novice est souvent victime d'un excès de confiance. Il pense disposer de compétences supérieures à la moyenne, ce qui l'incite à prendre des risques importants. Comme la plupart des traders il tombe dans le piège décrit par le psychologue Daniel Kahneman : l'aversion des pertes. Les traders ont tendances à prendre leurs profits très rapidement car ils sont prudents en zone de gains. Inversement, ils prennent de plus en plus de risques en cas de pertes.... Ils sont alors en situation de dissonance cognitive : ils rejettent l'information négative et se focalisent sur les rebonds éventuels du marché pour renforcer leurs positions hasardeuses pour se refaire. Cette spirale négative peut avoir des conséquences dramatiques"

En outre les Professeurs Brian Knutson et Camelia M. Kuhnen de l'Université de Stanford démontrent que le processus de "prise de risque" ou anticipation au plaisir de celui ci dépend du même circuit que celui de l'addiction.  Plus l'opération représente potentiellement un risque plus l'anticipation au plaisir est forte, le cerveau dit rationnel et raisonnable (cortex frontal) est neutralisé par le noyau accumbens.
B. Knutson rajoute en mars 2008 dans NeuroReport que la prise de risque peut dépendre également d'une excitation préalable positive, c'est-à-dire que le circuit induit est le même que celui qui active la fonction orgasmique ou la prise de cocaïne par exemple. Suggestion ironique de B. Knutson "elles peuvent être variées, une bonne nouvelle, des activités de détente durant les pauses, mais aussi de l'alcool ou des drogues". Nous voilà rassurés quand à la gestion rigoureuse de nos économies!!!

Voilà posées quelques questions sur ce qui touche à l'Economie d'une manière générale mais également d'autre domaines nécessitant une prise décision aux conséquences collectives ayant une forte  excitation neurologique, tel que la politique par exemple!!!
- mais non!!! 
- mais si!!!
 Donc un système de "fuite en avant" tout en se gardant bien de regarder la réalité en face, ni de voir, ni d'entendre, car il n'est plus aveugle et sourd que celui ou ceux qui ne veulent pas entendre et qu'il y aurait-il a faire puisqu' ils ne le pourraient pas, complétement enferrés dans leur spirale infernal. Ce qui fait s'interroger sur le  rôle des interlocuteurs qui ont a faire avec ces individus sous influence addictive, auto induite ou favorisée par des facteurs externes.

Brian Knutson "Nucléus accumbens activation mediates the influence of reward cues on financial risk taking" NeuroReport, 2008
Camelia M. Kuhnen et Brian Knutson " The neural basis of financial risk taking" Neuron 2005
Daniel Kahneman et Amos Tversky " A prospect theory ; an analysis of decision under risk" Econométrica 1977

Une expérience d'Economie expérimentale réalisée par Daniel Zizzo et Andrew Oswald de l'Université de Warwick, en  Grande Bretagne montrait que la motivation la plus profonde d'une majorité d'individu pouvait nous conduire à notre perte plutôt qu'a la reddition ou la réflexion sur l'action propre ; bref un "lâcher prise" sur une action.
Ces deux économistes dans un jeu d'argent firent participer des volontaires sains d'esprit dans le seul objectif de faire perdre les autres joueurs en dépensant ses propres gains. Conclusions, les deux tiers des participants préférérent tout perdre plutôt que de voir leur adversaires plus chanceux repartir gagnants. Donc agir contre ses propres intérêts n'est pas l'indice d'une pathologie mentale mais un mécanisme contre-productif inhérent à la nature humaine, enfin pour deux tiers d'un groupe, ceci dans des conditions dites "normales" si l'on y rajoutait d'autres paramètres les résultats seraient-ils changés, transfigurés, dumoins faut-il l'espèrer.

Au moins il faut reconnaître une forme de candeur a certains gestionnaires dont la naîveté est bien vite contrariée par la dure réalité mais dont le profit, non les pertes,  vient aux plus cyniques de l'histoire, généralement mieux hiérarchisés et qui actionnent la machine à distance.



Les deux effets cumulés, superposés, ou parallèles seraient du plus mauvais effet, aux conséquences dramatiques évidemment. Un déroulement "in vivo" de ces expérimentations et analyses auraient pour but d'en prouver la véracité, mais cela ferait-il dévier d'un iota le cours des événements vu que les "acteurs" sont "à fond"  dans leur jeu, que l'on peut sans aucun doute nommer "jeu de cons", Qui remportera la médaille olympique, certainement nous comme d'habitude, car au théatre si les acteurs jouent plus ou moins bien, au final ce sont toujours les spectateurs qui paient la pièce.


Comme si les mêmes causes procuraient les mêmes effets, Mais il y a tout de même de l'espoir :  le tiers restant, si peu qu'il pratique l'equilibre, la distanciation et l'écoute naturelle nécessaire à l'harmonie universelle!!!!

"- silence - calme - volupté - prélude à l'éternité, la paix, la sérénité" Réjouissons nous du spectacle permanent qui  chaque jours nous laisse pantois d'admiration et de gratitude infinie. Louons nos merveilleux maitres avec lesquels de l'aube au couchant et inversement (car c'est à cela qu'on les reconnaît, - ils ne s'arrêtent jamais)  nous apprenons tant.
Oui!!! Désormais, devant tant de sagesse,  dépouillons nous de tous nos vices et autre superflu tant nuisibles à l'élaboration du grand mécanisme philosophique,  Confucius n'est qu'un sôt, Sénéque un imbécile. C'est dans l'alégresse, nu dans le plus simple appareil qu'il nous faut embrasser les pieds suaves de nos bienfaiteurs, immanents créateurs de notre futur radieux.


Mais il faut abaisser le voile de la pudeur qu'un affreux séphir ironique semble vouloir soulever et qui pourrait montrer de vilains attributs!!!!


amen

Henry

Repost 0

Pages