Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

1 avril 2022 5 01 /04 /avril /2022 16:13

Les responsables de la santé publique aux États-Unis ont émis un avertissement urgent concernant les kits de test à domicile COVID-19, avertissant que des millions d'entre eux contiennent des substances toxiques nocives pour la santé publique.

 

Pour ce qui concerne la France vérifiez ce que vous utilisez !

https://cdn.newspunch.com/wp-content/uploads/2022/03/covid-19-home-testing-kits-678x381.jpg.optimal.jpg

La substance toxique contenue dans les kits de test rapide est appelée  azoture de sodium , qui a une  toxicité aiguë «élevée»  et peut être mortelle pour l'homme.

 

 

Selon  WHIO TV7 , les centres anti-drogue et antipoison à travers l'Amérique connaissent actuellement une forte augmentation des cas impliquant l'azoture de sodium, ce qui a incité l'Ohio Poison Control à émettre un avertissement.

Thegatewaypundit.com rapporte : L'azide de sodium liquide se trouve dans le tube d'extraction à l'intérieur des kits et la substance est incolore, insipide et inodore.

 

La toxicologue de l'hôpital pour enfants de Cincinnati, le Dr Sheila Goertemoeller, qui est membre du centre antipoison de l'Ohio, s'est entretenue avec WHIO7 de la décision de l'agence d'émettre l'avertissement national. Elle a expliqué que les 54 autres centres antipoison en Amérique ont connu une augmentation similaire des empoisonnements à l'azoture de sodium, s'élevant à "plus de quelques centaines" à travers le pays ces derniers temps.

Goertemoeller a également admis que ses collègues étaient "surpris" et "préoccupés" qu'une substance aussi hautement toxique soit utilisée dans les kits de test.

Près de 60 millions de personnes ont déjà reçu un test Covid gratuit à domicile de l'administration Biden, dont la plupart se sont évanouis cet hiver, selon  WHIO7 News .

De l'OMS7 :

«Les centres antipoison de l'Ohio tirent la sonnette d'alarme concernant une substance liquide appelée azoture de sodium trouvée dans certains tests à domicile de kits de test covid qui pourraient être toxiques pour les enfants comme pour les adultes s'ils sont utilisés de manière incorrecte.

«Notre communauté de toxicologues a été à la fois surprise que ce soit l'ingrédient de certains des kits, et également inquiète. Nous avons constaté une exposition dans tous les groupes d'âge », [a déclaré Goertemoeller.]

"Nous sommes l'un des 55 centres antipoison et d'autres centres antipoison à l'échelle nationale ont signalé une découverte similaire et il y a eu plus de quelques centaines d'expositions à l'azoture de sodium dans des kits de test à l'échelle nationale", a expliqué Goertemoeller.

Comme le souligne WHIO7, certains adultes ont même fini par utiliser le liquide toxique pour essuyer l'intérieur de leur nez parce qu'ils n'ont pas suivi les instructions sur l'emballage, donc si vous avez ces kits à la maison, soyez prudent - ou mieux pourtant, jetez-les.

REGARDEZ:

En raison de la présence du produit chimique toxique, les médecins conseillent désormais aux parents de garder les kits hors de portée des enfants. De plus, lors du test des enfants pour Covid à la maison, il est recommandé aux parents de s'assurer qu'ils sont surveillés afin d'éviter tout effet secondaire indésirable de l'exposition à la substance.

Les principaux effets secondaires de l'exposition à l'azoture de sodium comprennent une baisse de la pression artérielle, des maux de tête, une hypothermie et, en cas de surexposition grave, des convulsions et la mort. L'ingestion de 100 à 200 mg chez l'homme peut entraîner des maux de tête, une détresse respiratoire et une diarrhée,  selon Stanford Medical .

Partager cet article
Repost0
31 mars 2022 4 31 /03 /mars /2022 18:14

Réponses possibles

  • Effets secondaires plus graves chez les plus jeunes
  • Pas de bénéfice pour ceux qui ont eu le Covid
  • Baisse de l’immunité la semaine après l’injection

Le document de 334 pages de Pfizer d’où provient l’extrait affiché dans la vidéo : « effets secondaires moins forts et moins fréquents chez les plus âgés que chez les plus jeunes, et tendant à augmenter en fonction de la dose. »

Page : 319 « Les modifications de laboratoire hématologiques les plus fréquemment observées étaient des diminutions transitoires des lymphocytes notées 1 à 2 jours après la dose 1. Ces diminutions sont revenues à la normale lors de la visite suivante de l’étude (au jour 8) »

Conclusion : les seuls qu’il aurait fallu confiner, ceux sont les vaccinés, la semaine après injection…

Partager cet article
Repost0
31 mars 2022 4 31 /03 /mars /2022 17:51

 Sean Adl-Tabatabaï

Le PDG de Pfizer, Albert Bourla, a admis que sa société avait créé le SARC-CoV-2 dans ses laboratoires dans le but de développer des piqûres d’ARNm plutôt que d’utiliser un coronavirus naturel.

Bourla a fait l’aveu étonnant lors d’une interview CNBC en décembre 2021 tout en expliquant comment Pfizer reformule un vaccin à ARNm pour traiter la variante Omicron.

« Les données que nous avons reçues sont des données qu’ils ont obtenues de ce que nous appelons un pseudovirus, donc ce n’est pas le vrai virus, c’est un virus que nous avons construit dans nos laboratoires et il est identique au virus Omicron », a déclaré Bourla.

infowars.com rapporte : Un « pseudovirus » comme l’a décrit Bourla est une particule virale recombinante qui a été scientifiquement manipulée à partir de plusieurs virus différents pour en faire un virus plus pathogène.

En d’autres termes, Bourla a admis que Pfizer menait des recherches sur le gain de fonction dans le but de créer un vaccin Omicron.

Ce processus dangereux est exactement ce que le président de l’EcoHealth Alliance, Peter Daszak, a expliqué en 2019 que ses collègues ont fait à l’Institut de virologie de Wuhan en Chine avec des coronavirus de chauve-souris.

Les gouvernements mondiaux et les institutions mondiales comme l’Organisation mondiale de la santé  soutiennent toujours à ce jour  que le COVID-19 provient de chauves-souris sur un marché humide de Wuhan malgré des données accablantes indiquant que l’Institut de virologie de Wuhan est à l’origine du COVID-19.

C’est probablement parce que les principaux scientifiques américains impliqués dans cette recherche, comme le National Institute of Health (NIH),  savaient que le COVID-19 provenait probablement du laboratoire de Wuhan, mais ont travaillé pour le dissimuler .

L’admission de Bourla n’est qu’une couverture pour la fuite du laboratoire de Wuhan de COVID-19 maintenant que les preuves deviennent  irréfutables  que COVID-19 provient du laboratoire de Wuhan à la suite d’un gain dangereux de recherche de fonction  financée  par EcoHealth Alliance et le NIH.

Source : News Punch

Partager cet article
Repost0
30 mars 2022 3 30 /03 /mars /2022 17:44

________________________________________________

 

Par Cogiito

Par Greg Hunter l

Le Dr Elizabeth Eads est à l’avant-garde de la médecine, traitant des patients auxquels on a injecté les “vaccins” expérimentaux Covid-19.

Le Dr Eads est désormais le témoin direct du syndrome d’immunodéficience acquise, communément appelé SIDA.

Le Dr Eads explique :

“Oui, nous voyons à l’hôpital des cas d’immunodéficience acquise liée à des vaccins, à cause des trois vaccins…

Il s’agit bien d’un accident vaccinal, et nous ne sommes pas vraiment certains de quelle manière dla traiter.

Nous essayons d’utiliser tout ce que nous pouvons imaginer pour augmenter le nombre de CD4 et de CD8 et inverser cet effondrement ou cette calamité de l’effondrement immunitaire. C’est vraiment stupéfiant”.

Le Dr. Eads dit que c’est particulièrement mauvais chez les doubles CV19 vaccinés et stimulés. Elle appelle la troisième injection “The Kill Shot, the Money Ball ou quel que soit le nom que vous voulez lui donner. Elle est tout simplement dévastatrice pour le système immunitaire, et je vais vous dire pourquoi. Si vous regardez la récente étude de Stanford, et je vais juste lire quelques phrases de l’étude de Stanford :

“La protéine de pointe dans les vaccins CV19 dont tout le monde parle s’appelle le Lentivirus.

Le Lentivirus contient une combinaison de VIH, de types un à trois, de SRV/1, qui est le SIDA, de MERS et de SARS. Dans l’étude de Stanford, le Lentivirus le plus connu est le pathogène de l’immunodéficience humaine, qui cause le SIDA. C’est pourquoi nous constatons un déclin auto-immun et neurodégénératif après le Covid 19 (Vax), en particulier le rappel. . .

Il modifie de façon permanente le génome de la cellule. C’est pourquoi c’est si terrifiant pour nous, la communauté médicale. Nous ne savons tout simplement pas comment l’attaquer.”

Donc, les vaccins CV19 injectent en fait le SIDA aux gens ?

Le Dr Eads répond :

“C’est exactement ce que je vous dis. C’est ce qu’est le Lentivirus Spike. Il est composé du VIH et du SIDA ainsi que du SRAS et du MERS. C’est pourquoi les personnes vaccinées et stimulées sont si malades. C’est pourquoi ils dominent les hospitalisations concernant la maladie de Covid aussi.”

Comme le système immunitaire est épuisé, de nombreux types de maladies, comme le cancer, peuvent se propager comme une traînée de poudre.

 

Le Dr Ryan Cole déclaré qu’il constatait une augmentation des cancers de 2 000 % à cause des vaccins.

Le Dr Eads déclare :

“J’ai des chiffres étonnants provenant de la base de données épidémiologiques médicales de la Défense (DMED)… Je vais juste en lire quelques-uns. Je vais juste lire quelques cancers :

  • néo-plasme malin de l’œsophage en hausse de 794 %.
  • néo-plasme malin de l’estomac, du côlon et du pancréas en hausse de 524 %. Cancer du sein en hausse de 387%. . . .
  • Cancer des ovaires : 537 %,
  • cancer des testicules : 269 %.

Ces chiffres sont ceux de 2021. . . .

Quand ils ont découvert que l’avocat Thomas Renz et le dénonciateur avaient les données, ils les ont effacées et modifiées, ce qui est totalement illégal.”

Le Dr Eads traite les vaccinés et les non-vaccinés dans son cabinet. Elle vous dira ce que vous pouvez faire pour vous aider, surtout si vous avez été vacciné, elle parle également de la propagande qui se poursuit pour vous inciter à prendre les soi-disant vaccins “boosters”.

Le Dr Eads explique pourquoi vous devriez arrêter dès maintenant toutes les injections de COVID-19.

Le Dr Eads affirme également qu’une vaste campagne de désinformation est en cours pour vous faire croire que les injections de COVID-19 sont sans danger et ne provoquent pas de caillots sanguins, de crises cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux, de cancers et de nombreuses autres maladies, y compris le SIDA.

Rejoignez Greg Hunter alors qu’il s’entretient avec le Dr Elizabeth Eads, qui travaille depuis 25 ans dans ce domaine, et qu’elle continue à mettre en lumière les effets réels non signalés des armes biologiques au CV19 et les dangereux mensonges de Big Pharma, de la FDA, du CDC et des médias grand public.

Il y a beaucoup plus d’informations médicales de pointe et de première ligne dans l’interview de près de 53 minutes 3.22.22.)

Vous pouvez suivre le Dr Elizabeth (Betsy) Eads sur Twitter ou vous pouvez la suivre sur Telegram.

Source : Cogiito

WARNING : Les chiffres sont effrayants… Des millions de personnes triplement vaccinées attrapent le SIDA ! Arrêtez de vous faire vacciner… Le bilan est CATASTROPHIQUE !!! – Dr Elizabeth Eads
 

Le Dr Elizabeth Eads est en première ligne de la médecine, traitant des patients qui se sont fait vacciner avec les soi-disant « vaccins » expérimentaux CV19. Le Dr Eads voit maintenant de plus en plus des syndromes d’immunodéficience acquise, communément appelé SIDA. Il faut vraiment y prêter beaucoup d’attention. Voici ce que le Dr Eads explique : « Oui, nous voyons maintenant à l’hôpital une immunodéficience acquise concernant des triplement vaccinés…Il s’agit d’un effet secondaire lié au vaccin, et nous ne savons pas vraiment comment traiter cela. Nous sommes en quelque sorte en train de nous adapter face à des symptômes que nous ne maitrisons absolument pas…Nous essayons d’utiliser tout ce à quoi nous pouvons penser pour augmenter le nombre de CD4 et de CD8 et inverser cet effondrement ou cette calamité de cet effondrement immunitaire. C’est tout à fait affligeant.
Le Dr Eads dit que c’est particulièrement effrayant lorsque les patients ont été doublement vaccinés avec la 3e dose. Elle appelle la troisième injection « La dernier dose ou la dose qui tue ! Ou peu importe comment vous voulez l’appeler. C’est juste dévastateur pour le système immunitaire, et je vais vous dire pourquoi. Si vous regardez l’étude récente de Stanford, et je vais juste lire quelques phrases de l’étude de Stanford : « La protéine de pointe dans les vaccins CV19 dont tout le monde parle s’appelle le Lentivirus. Le « Lenti » contient une combinaison de VIH, types un à trois, SRV/1, qui est le SIDA, le MERS et le SRAS. Dans l’étude de Stanford, le Lentivirus le plus connu est l’agent pathogène de l’immunodéficience humaine, qui cause le SIDA. C’est pourquoi on assiste à un déclin auto-immun et neurodégénératif après avoir été vacciné mais surtout avec le rappel. . .Il modifie définitivement le génome de la cellule. C’est pourquoi c’est si terrifiant pour nous dans la communauté médicale. Nous ne savons tout simplement pas comment traiter ces cas graves.
Il y a un rapport similaire publié la semaine dernière par le gouvernement britannique qui pointe également le triple vaccin contre le SIDA. Donc, les quand les gens se font vacciner, on leur injecte du SIDA ? Voici ce que le Dr Eads dit : « C’est exactement ce que je vous dis. C’est ce qu’est le Spike Lentivirus. Il est composé du VIH et du SIDA ainsi que du SRAS et du MERS. C’est pourquoi les gens vaccinés et qui ont reçu la 3e dose sont si malades. C’est pourquoi ils dominent également les hospitalisations liées à la maladie du virus.

Parce que le système immunitaire est épuisé, de nombreux types de maladies telles que le cancer, peuvent se propager extrêmement rapidement. Le Dr Ryan Cole dit qu’il voit des cancers jusqu’à 2 000 % plus fréquents à cause des vaccins. Voici ce que Eads dit : « J’ai des chiffres étonnants de la base de données d’épidémiologie médicale de la défense (DMED). . .Je vais juste vous lire quelques cancers : néo-plasma malin de l’œsophage en hausse de 794 %, néoplasme malin de l’estomac, du côlon et du pancréas en hausse de 524 %. Le cancer du sein en hausse de 387 %. . . Le Cancer de l’ovaire en hausse de 537 %, cancer des testicules en hausse de 269 %. Ce sont des chiffres de 2021. . .Quand ils ont découvert que l’avocat Thomas Renz et le lanceur d’alerte avaient les données, ils ont effacé les données et les ont modifiées, ce qui est totalement contraire à la loi.

Le Dr Eads traite les personnes vaccinées tout comme les personnes non- vaccinées dans son cabinet. Elle vous dira ce que vous pouvez faire pour vous aider, surtout si vous avez été vacciné. Le Dr Eads parle de la propagande en cours pour vous inciter à prendre les soi-disant boosters. Le Dr Eads explique pourquoi vous devriez arrêter toutes les injections contre le Covid dès maintenant. Le Dr Eads soutient également qu’une énorme campagne de désinformation est en cours pour vous faire croire que les injections de CV19 sont sûres et ne provoquent pas de caillots sanguins, pas de crises cardiaques, pas d’accidents vasculaires cérébraux, ni de cancers et de nombreuses autres maladies, dont le sida.

Rejoignez Greg Hunter alors qu’il s’entretient avec le Dr Elizabeth Eads, vétéran de 25 ans, alors qu’elle continue de mettre en évidence les effets réels non signalés des armes biologiques CV19 et les mensonges dangereux de Big Pharma, de la FDA, du CDC et des médias mainstream.

 

Source: usawatchdog.com

________________________________________________

 

Les vaccins contre Covid détériorent le système immunitaire et provoquent un syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA)
 
 

 

Il y a presque deux mois, nous évoquions dans un article la possibilité que les triples vaccinés puissent développer un Sida à partir d’une analyse de données réalisée sur les rapports de l’UKHSA au Royaume-Uni (United Kingdom Health Security Agency) sur une période du 16 août 2021 au 2 janvier 2022. Si à partir des données disponibles et présentées, on constatait que les vaccinés étaient plus à risque que les non vaccinés face au Sars-cov 2, ou encore que les vaccins affaiblissaient l’efficacité du système immunitaire, il restait cependant des informations manquantes pour affirmer que les triples vaccinés développaient un Sida.

 

Les données de février-mars 2022 présentée par l'Agence britannique de sécurité sanitaire montrent une dégradation alarmante du système immunitaire pour les personnes ayant reçu des rappels de vaccin contre le Covid. Cette détérioration affecte surtout les personnes les plus jeunes. Un autre médecin, une américaine cette fois, constate également que les patients qui ont reçu les vaccins contre Covid développent un Sida. Elle tire la sonnette d’alarme et s’inquiète de ce qui va advenir dans les semaines et les mois à venir. Enquête sur un phénomène que nous avions signalé et traité avec prudence en février 2022.

 

La dégradation du système immunitaire des triples vaccinés se confirme

 

The expose présente un nouvel article en mars 2022 qui fait état d’une dégradation du système immunitaire chez les triples vaccinés à partir des informations issues du rapport UKHSA du 22 mars 2022, soit de la semaine 6 à la semaine 9 de 2022 et d’autres rapports antérieurs.

 

Si les rapports de l’UKHSA suivent toujours l’évolution des cas de Covid notifiés par tranche d’âge et par catégorie vaccinés/non vaccinés, ils offrent aussi l’avantage d’indiquer le nombre de vaccins/rappels administrés (1, 2 ou 3 doses). En revanche on ne connait pas les dates de vaccination chez les personnes vaccinées pour estimer notamment les périodes de baisse d’efficacité des vaccins. Cependant, des études scientifiques d’efficacité des vaccins réalisées par ailleurs montrent la baisse d’efficacité dès le 3ème mois après vaccination et une chute importante après 5 mois. Ce sont ces études qui justifient notamment les fortes incitations à se faire vacciner 2 à 3 fois par an. Ce qui n’est évidemment pas la solution face à des produits inefficaces dont les effets indésirables auraient du suffire à les interdire depuis longtemps.

 

Il ne s’agit pas non plus du suivi d’une cohorte de personnes vaccinées versus une cohorte de personnes non vaccinées (étude cas-témoins) qui permettrait de vérifier les évolutions en continu. L’approche consiste seulement à catégoriser les personnes ayant fait un Covid : vaccinés versus non vaccinés, et parmi les vaccinés combien de doses ont-elles été administrées ? Malgré les biais d’interprétation de ces données, on retiendra que l’immunité des triples vaccinés chute drastiquement face au Sars-Cov 2, plus rapidement que les doubles vaccinés ou les simples vaccinés (il manque cependant l’analyse par tranche d’âge, les facteurs de comorbidités et d’autres facteurs qui permettraient de faire des comparaisons ajustées). Pour faire un travail de comparaison, il faudrait ramener ces données aux proportions de vaccinés et de non vaccinés dans le pays. De même, il serait nécessaire, parmi les vaccinés, de ramener ces chiffres à la proportion des personnes ayant reçu une dose, deux doses et trois doses.

Cependant, on peut s’étonner de deux choses :

  1. Que les vaccins ne protègent pas les personnes vaccinées alors que l’argument contraire continue d’être annoncé officiellement au Royaume-Uni et ailleurs.
  2. Que la protection des vaccinés ne retombe pas à un seuil de protection équivalent aux non vaccinés, mais à des seuils bien en-dessous, montrant que l’immunité naturelle a été affectée par la vaccination.

C’est ce second point qui nous intéresse particulièrement ici (le premier étant connu depuis de nombreux mois déjà). Même si les données de l’UKHSA ne permettent pas de mesurer l’efficacité des vaccins, elles abordent la performance du système immunitaire des vaccinés et celle du système immunitaire des non vaccinés. Je n’utilise pas le terme « comparer » car il faudrait ramener les chiffres à la proportion des vaccinés et des non vaccinés dans le pays comme indiqué précédemment.

 

Les vaccins provoquent-ils un sida comme l’affirme les auteurs ?

 

Si, à travers les rapports de l’UKHSA, on peut suspecter une atteinte au système immunitaire chez les triples vaccinés et dans une moindre mesure les doubles vaccinés, le syndrome d’immunodéficience acquise n’est pas vraiment démontré. Cependant, d’autres recherches viennent confirmer cette hypothèse.

 

Le virologue Geert Vanden Bossche avait déjà tiré la sonnette d’alarme sur le risque d’altération majeure du système immunitaire et plus particulièrement de l’immunité innée, en choisissant de cibler une immunité spécifique avec des produits expérimentaux et potentiellement dangereux.

 

Au cours une émission américaine, le Dr Eads qui suit et traite les pathologies post vaccinatoires témoigne de son expérience clinique. Elle dénonce l’apparition de cas de Sida qui seraient provoqués par la vaccination : « Oui, nous voyons maintenant à l’hôpital une immunodéficience acquise liée au vaccin à partir du triple vaccin. . . C’est une blessure vaccinale, et nous ne savons pas vraiment comment traiter cela ». Comme pour les personnes atteintes du VIH/sida, elle constate un effondrement des CD4 et des CD8 qui jouent un rôle fondamental dans le système immunitaire. Cet effondrement est la porte ouverte à l’apparition de diverses pathologies comme les cancers. Elle rapporte d’ailleurs que le génome du Sars-cov 2 présente une combinaison du génome du VIH, du MERS et du SRARS.

Le virus du sida fait partie de la famille des lentivirus. Il s’agit d’un virus possédant un génome sous forme d’ARN, contenu dans une capside protéique, elle-même entourée par une enveloppe formée d’une membrane lipidique. Nous avions évoqué dans un précédent article comment les vaccins modifient le génome humain par un phénomène de transcriptase inverse, mécanisme par ailleurs propre au VIH.

 

Le 9 décembre 2021, la chaine NBC évoquait les recherches de l’université de Stanford qui s’intéresse aux liens entre Omicron et VIH. « Omicron a évolué plus rapidement et présente plus de mutations, car il provient probablement d’une personne dont le système immunitaire est compromis, probablement une personne vivant avec le VIH. Le Dr Hoffman a rapporté des preuves similaires […]

Le Dr Hoffman dit que la patiente séropositive est un exemple de la façon dont une personne avec un système immunitaire déjà affaibli pourrait propager rapidement la mutation si elle n’a pas été isolée. Elle affirme aussi que La lutte contre la pandémie de VIH pourrait être la clé pour résoudre la pandémie de Covid […].

 

Ces commentaires confirment donc les travaux du Pr Luc Montagnier au tout début de l’année 2021, selon lesquels la sélection exercée par des sérums de convalescents entraîne l’apparition de variants. Ils confirment également une autre déclaration du Pr Montagnier qui affirmait dès 2020 que le virus était fabriqué en laboratoire à partir du VIH, ce que le Pr Tritto confirmait également dans un ouvrage intitulé « L’origine du virus ».

 

Ce qui me fait conclure que le vaccin n’a pas été élaboré pour faire face au Sars-Cov 2 mais que le virus a été créé et propagé pour vacciner les populations, détruire leur immunité. Il ne s’agit plus de croire à une zoonose inventée de toutes pièces mais de mettre en lumière la méchanceté de ceux qui ont organisé et financé ces recherches pendant des décennies pour les retourner contre l’homme. Ils n’ont rien à envier aux génocidaires du XXème siècle.

Source

Partager cet article
Repost0
29 mars 2022 2 29 /03 /mars /2022 18:36

 

Et Véran de rétorquer par des explications oiseuses comme à son habitude

 

Julien Sanchez interpelle Olivier Véran: « Quand le produit est en phase de test, on ne peut pas dire que c’est un vaccin. »

Partager cet article
Repost0
29 mars 2022 2 29 /03 /mars /2022 18:27
RÉVÉLATIONS du Général Flynn ! Bill GATES, George SOROS et Klaus SCHWAB font « partie d’une CONSPIRATION » visant à utiliser un dispositif permettant de « suivre chacun d’entre nous, c’est préparé depuis des décennies » !
Partager cet article
Repost0
16 mars 2022 3 16 /03 /mars /2022 19:49

On touche le fond ! Et ç'est pour ça qu'on va recoller une quatrième dose !

 

Karine Lacombe Mari / Karine Lacombe Infectiologue Mon ...

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2022 3 16 /03 /mars /2022 19:40

L'Environmental Protection Agency (EPA) vient d' approuver un plan visant à libérer des millions de moustiques génétiquement modifiés financés par Bill Gates dans certaines parties des États-Unis.

https://cdn.newspunch.com/wp-content/uploads/2022/03/bill-gates-mosquitoes-678x381.jpeg.optimal.jpeg

Le plan inquiétant, qui a été créé par la société de biotechnologie britannique Oxitec, qui est financée par la Fondation Bill & Melinda Gates, est apparemment destiné à lutter contre la propagation de maladies telles que Zika, la fièvre jaune, la dengue

 

Alors que l'EPA a approuvé le plan, la société a encore besoin de l'approbation des États individuels. Cependant, il y a eu quelques critiques.

" Lorsque vous perturbez un système écologique, qu'il s'agisse d'une petite ou d'une grande perturbation, vous allez avoir un impact ", a déclaré Dana Perls, responsable de programme chez Friends of the Earth, un groupe de défense de l'environnement basé à Washington, DC.

 

" Une fois que vous avez relâché ces moustiques dans l'environnement, vous ne pouvez plus les rappeler", a-t- elle déclaré. "Cela pourrait, en fait, créer des problèmes que nous n'avons pas déjà."

Perls dit que sans données confirmées sur le taux de transmission de la maladie par le moustique Aedes aegypti, il n'est pas clair si les moustiques génétiquement modifiés se comporteront comme le prédit Oxitec.

Par Katu :

Parmi les préoccupations potentielles, Perls dit qu'une espèce hybride difficile à éradiquer pourrait être créée, ou qu'un autre type de moustique pourrait simplement prendre la place de l'Aedes aegypti. Elle estime qu'il doit y avoir un meilleur système en place pour surveiller les espèces modifiées avant de les relâcher.

Une espèce envahissante de moustique, appelée Aedes aegypti, est apparue pour la première fois en Californie en 2013. En 2020, elle est également apparue en Floride pour la première fois en 75 ans .

Bien qu'ils ne représentent qu'une partie relativement faible de la population totale de moustiques dans ces régions, ils seraient à l'origine d'un grand nombre de cas de maladies humaines et sont connus pour être particulièrement agressifs lorsqu'il s'agit de piquer des personnes.

Oxitec a génétiquement modifié environ 2,4 millions de moustiques mâles (ce qui signifie qu'ils ne piquent pas) pour contenir le nombre d'Aedes aegypti.

Les moustiques mâles ont un gène «auto-limitant» qui provoque la disparition de la population au fil du temps. L'idée est qu'elles s'accoupleront avec l'espèce femelle envahissante, "entraînant une réduction de la population cible car la progéniture femelle de ces rencontres ne peut pas survivre", a déclaré la société.

Cette méthode a également été mise en œuvre en 2021, lorsqu'Oxitec a relâché 144 000 moustiques génétiquement modifiés dans les Florida Keys dans le cadre d'un projet pilote, que l'entreprise décrit comme "un succès".

Oxitec souligne également que les nouveaux moustiques ne nuiront pas aux autres "insectes bénéfiques", comme les abeilles et les papillons.

Baxter Dimitri
 
 
Baxter Dmitry est écrivain chez News Punch. Il couvre la politique, les affaires et le divertissement. Dire la vérité au pouvoir depuis qu'il a appris à parler, Baxter a voyagé dans plus de 80 pays et a remporté des arguments dans chacun d'eux. Vivre sans peur.
Courriel : baxter@newspunch.com
Partager cet article
Repost0
14 mars 2022 1 14 /03 /mars /2022 19:50
 

Moun Aber: « En Galles Du Sud, 100% des décès sont des vaccinés depuis 6 jours. Il y a même une quatrième dose parmi les protégés mais décédés, mais aucun Non-vacciné. »

Partager cet article
Repost0
14 mars 2022 1 14 /03 /mars /2022 19:46
Partager cet article
Repost0

Pages