Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 17:44

Le pape de l'injection USA préconise la vaccination sur les enfants de moins de 12 ans, ç'est à cet homme de Le Prof. Delfraissy s'était plaint du sujet de l'hydroxychloroquine en France, (y était il venu prendre ses ordres) lors de sa prise de fonction au comité scientifique de l'Elysée. Fauci est surtout connu aux USA après enquête pour l'instauration d'un système quasi mafieux au sujet de la Santé ; aussi ne devrions nous pas nous étonner que cette mesure soit anticipée dans les mois à venir en France. (voir les articles ci-dessous en lien)

Le premier lien est l'interview du PDG de Pfizer Albert Bourla disant que la société mène une étude sur les enfants de 5 à 11 ans. (traduction automatique)

 

_____________________________________________________

S'adressant à CNN lisper Jake Tapper lors d'une récente apparition sur CNN, Fauci a expliqué comment tous les enfants, quel que soit leur âge, devraient se faire injecter les germes de la covid afin de protéger tout le monde contre la plandémie .

Les injections de protéines de pointe mortelles de la tyrannie de Fauci deviendront obligatoires pour tous les enfants de moins de 12 ans

« Je pense qu'exiger des vaccins pour que les enfants apparaissent à l'école est une bonne idée », a proclamé Fauci – regardez la vidéo ci-dessous .

Selon Fauci, mandater Donald « père du vaccin » pour les injections « Opération Warp Speed » de Trump n'est pas différent de forcer une injection de polio ou de ROR sur un enfant.

 

 

 

 

"Nous avons des mandats dans de nombreux endroits dans les écoles, en particulier dans les écoles publiques, que si vous voulez qu'un enfant entre – nous le faisons depuis des décennies et des décennies", a divagué Fauci.

"Ce ne serait pas quelque chose de nouveau nécessitant des vaccinations pour que les enfants viennent à l'école", a ajouté Fauci, déclarant clairement qu'il pensait que les vaccins contre la grippe de Wuhan "devraient être une condition pour fréquenter l'école publique ".

Fauci dit que les Américains «complètement vaccinés» devraient porter des masques à l'extérieur

Quant à continuer à porter un masque, Fauci le soutient également, même pour ceux qui sont considérés comme "complètement vaccinés".

Lorsque Tapper lui a demandé ce qu'il pensait de la réimposition par le gouverneur de l'Oregon Kate Brown d'un mandat de masque d'extérieur pour l'État du castor, Fauci a déclaré que certaines "circonstances" exigent que les personnes complètement injectées continuent de porter un masque même lorsqu'elles sont à l'extérieur .

De l'avis de Fauci, se faire piquer ne fait aucune différence en ce qui concerne le risque d'attraper ou de propager la grippe Fauci, donc tout le monde devrait probablement continuer à se masquer afin "d'aplatir la courbe".

Pendant ce temps, l'une des choses que nous savons est capable de guérir la maladie chinoise, l'ivermectine, reste presque interdite aux États-Unis et ailleurs car elle menace le programme plandémique des injections obligatoires et du port permanent de masques.

 

Fauci se soucie de votre vie et de celle de vos enfants à peu près autant qu'un meurtrier à la hache se soucie de ses victimes, en d'autres termes. Tout ce que Fauci veut, c'est que vous obéissiez à ses ordres psychopathes, peu importe à quel point ils sont fous, sinon vous détestez la «science».

Une bonne nouvelle dans tout cela, c'est que de plus en plus d'Américains prennent conscience de la vérité sur ce qui se passe, en particulier dans les régions du pays où le fascisme médical à part entière fait son apparition.

À New York, par exemple, une foule de milliers de manifestants a récemment convergé à Manhattan pour dénoncer la nouvelle exigence de « passeport vaccin » de la ville. Certains des manifestants – regardez ci-dessous – ont été vus avec des pancartes indiquant : « SHOVE THIS MANDATE UP YOUR A$$ », entre autres phrases savoureuses.

 

Il faut plus de ce genre de choses, et c'est nécessaire maintenant, pour empêcher la tyrannie de se répandre dans le reste du pays.

Il s'avère que les protestations sont un excellent « vaccin » qui aide à empêcher que sa ville ou sa ville ne soit infectée par la marque de fascisme médical de Fauci.

« Dieu déteste ceux qui font du mal aux enfants », a écrit un commentateur de Citizen Free Press à propos de Fauci, réservant quelques mots de choix pour cette goule gnome.

« De quel genre de rochers ces salauds pathologiques sortent-ils de dessous ? » demanda un autre. « Protégés par les médias et les autres élites maléfiques comme lui … ils ont tous besoin de ressentir la terreur pour eux-mêmes qu'ils semblent tous trop heureux de nous infliger. »

Un autre a souligné qu'aucun des chefs de Pfizer, de Moderna ou des autres sociétés de vaccins poussant actuellement ces vaccins ne s'était fait injecter. Pourquoi donc?

Source : humansarefree

Partager cet article
Repost0
31 août 2021 2 31 /08 /août /2021 18:51

La dictature commence... - Kazac

 

La prison pour les réfractaires non vaccinés... une mesure sanitaire pour Roselyne Bachelot, ce 30 août sur France Info : tous les gérants de centres culturels qui refuseraient d'imposer le pass sanitaire à leurs employés pourraient finir en taule.

 

 

Divagations de plastiques | Vu d'Ailleurs

Partager cet article
Repost0
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 19:36
Partager cet article
Repost0
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 19:22

Partager cet article
Repost0
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 19:18
 
 

 http://

Source

Partager cet article
Repost0
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 18:58

Pourquoi la croix de Lorraine incarne-t-elle la Résistance ...

 

A l’attention de l’Agence Régionale de Santé ou/et Directeur général de l'Assurance Maladie

Recommandé avec A.R.

Madame, Monsieur,

En réponse à votre demande de mise en conformité de ma situation au regard de la loi d'habilitation n° 2021-1040 du 5 août 2021,

A travers votre mail du 17/08/21 et des messages journaliers sur ma messagerie AMELIE PRO (en date du XX, du XXX, du XXX, du XXX…………….) j’ai bien reçu l’information me demandant de me mettre en conformité avec la loi, et m’imposant une obligation vaccinale contre la SRAS-CoV-2 pour pouvoir poursuivre mon activité professionnelle d’orthophoniste en tant que libéral de santé.

Avant de prendre une quelconque décision y étant relative, je souhaite que vous m’informiez en me répondant par écrit sur les questions suivantes listées dans le paragraphe « MES QUESTIONS » qui me semblent fondamentales.

Ce courrier est structuré en 4 parties :


1/ Présentation de mon contexte d’exercice professionnel en tant que libéral de santé orthophoniste et mes préoccupations

2/ Quelques rappels de lois rendant légitime ma démarche de questionnements

3/ Mes questions à votre attention pour réponse écrite avant le 14/09/2021

4/ Conclusion


-----------------------------------

1/ Présentation de mon contexte d’exercice professionnel en tant que libéral de santé orthophoniste et mes préoccupations

Je suis orthophoniste en libérale de santé depuis XXX et j’exerce seule dans mon cabinet située à XXXX. Je suis âgée de XX ans et suis mère de XX enfants âgés de XX, XX et XX ans.

Je suis vaccinée de tous les vaccins obligatoires dont l’hépatite B.

Je respecte à ce jour scrupuleusement toutes les mesures de protection covid en ayant notamment condamné depuis mars 2020 ma salle d’attente et en recevant mes patients (exclusivement des enfants et adolescents) au pas de la porte extérieure à l’entrée de mon cabinet à chaque rendez-vous, au-delà de toutes les désinfections d’usage entre chaque rendez-vous.

Mi-Août, je me suis associée à plus de 200 orthophonistes pour participer à la signature d’un courrier auprès de la Fédération Nationale des Orthophonistes expliquant notre incompréhension face à la brutalité de l’obligation vaccinale sans aucune pédagogie et argumentant sur les conditions d’exercice de l’orthophonie pouvant satisfaire à toutes les mesures de prévention de circulation du virus sous réserve, si nécessaire, de vérification sur site par toute autorité compétente.

Je vous invite à venir sur place à mon cabinet pour observer les mesures sanitaires en vigueur.

Je suis profondément choqué par l’obligation vaccinale et surtout la brutalité de la démarche gouvernementale imposant cela dans une loi du 05/08/21 dans un contexte estivale avec des délais de mise en conformité plus que restreinte au regard du peu d’informations en notre possession.

La violence de cette obligation vaccinale sans aucune pédagogie pourrait aboutir à des fermetures massives de cabinet de professionnels de santé dans un délai très rapide aggravant l’accès aux soins de nos patients, pire, créant des soudaines ruptures de parcours de soins dommageables pour beaucoup d’enfants déjà fragilisés par le contexte sanitaire actuel.

2/ Quelques rappels de lois rendant légitime ma démarche de questionnements

Selon la loi (au sens large), ainsi que selon une jurisprudence constante (décisions des juges), toute personne a le droit à une information claire, loyale et appropriée concernant le rapport bénéfice/risque de tel ou tel médicament (vaccin). Une telle information conditionne la validité du consentement qui doit être libre et éclairé. Ce consentement est au rang des libertés fondamentales. Il est protégé par un corpus juridique solide regroupant des textes nationaux (français), régionaux (européens) et internationaux ; et en particulier lorsque ledit médicament (vaccin) est encore en phase expérimentale (essais cliniques en cours).

CONSENTEMENT LIBRE ET ÉCLAIRÉ A LA VACCINATION

Libre signifie que mon consentement ne peut s’obtenir sous la contrainte, et encore moins sous la contrainte d’un traitement qui semble encore être en expérimentation de Phase 3. Eclairé signifie que je suis informée « sur les traitements ainsi que sur les risques fréquents ou graves normalement prévisibles et des conséquences éventuelles que celui-ci peut entraîner. » C’est l’article R4312-14 du Code la Santé Publique.

Je ne me sens pour l’heure ni libre, ni éclairée concernant l’obligation vaccinale exigée pour pouvoir pratiquer mon métier et j’ai besoin de votre éclairage précis en réponse à mes questions qui suivront.

CONCERNANT LA VACCINATION DITE « OBLIGATOIRE »

La résolution européenne 2361 du 27 janvier 2021 dit :

Article 7.3.1 : « de s'assurer que les citoyens et citoyennes sont informés que la vaccination n'est pas obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s'il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement ; »

Article 7.3.2 « de veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas avoir été vacciné, en raison de risques potentiels pour la santé ou pour ne pas vouloir se faire vacciner ; »

En recevant des messages de rappel quasiment journaliers de l’assurance maladie pour justifier de ma mise en conformité avec une obligation vaccinale décidée le 05/08/21, je vis en ce moment une forte pression psychique et psychologique.

3/ Mes questions à votre attention pour réponse écrite avant le 14/09/2021


QUESTION n° 1 :

Merci de me faire parvenir par retour, l'information concernant le schéma vaccinal qui me concernerait, ainsi que le nombre de doses requises conformément au (II) de l'article 12 de la loi n° 2021-1040 du 5 août 2021

En effet, l'article 12 de la Loi, après avoir défini quelles professions étaient soumises à l'obligation vaccinale dans un paragraphe I- précise dans un paragraphe II :

« II. - Un décret, pris après avis de la Haute Autorité de santé, détermine les conditions de vaccination contre la covid-19 des personnes mentionnées au I du présent article. Il précise les différents schémas vaccinaux et, pour chacun d'entre eux, le nombre de doses requises. Ce décret fixe les éléments permettant d'établir un certificat de statut vaccinal pour les personnes mentionnées au même I et les modalités de présentation de ce certificat sous une forme ne permettant d'identifier que la nature de celui-ci et la satisfaction aux critères requis. Il détermine également les éléments permettant d'établir le résultat d'un examen de dépistage virologique ne concluant pas à une contamination par la covid-19 et le certificat de rétablissement à la suite d'une contamination par la covid-19.

[…]

IV. - Un décret, pris après avis de la Haute Autorité de santé, peut, compte tenu de l'évolution de la situation épidémiologique et des connaissances médicales et scientifiques, suspendre, pour tout ou partie des catégories de personnes mentionnées au I, l'obligation prévue au même I. »

Or, j'ignore quand le Décret d'application prévu par cette loi a été publié : Les détails mentionnés dans ce texte ne figurent malheureusement pas dans le Décret du 7 août 2021. Merci de me donner la référence précise et du contenu du décret cité supra ainsi que de l'avis de la HAS.

QUESTION n° 2 :

Pouvez-vous me donner la liste complète des ingrédients des différents vaccins mis en circulation ?

QUESTION n° 3 :

Pouvez-vous m’affirmer que les essais cliniques, concernant le vaccin rendu obligatoire, sont terminés ; et que ce vaccin n’est donc plus en phase expérimentale ?

Selon la Convention d'OVIEDO en vigueur depuis le 1 avril 2012, qui possède une valeur juridique supérieure à la loi, et à plus forte raison au décret et selon l'article 55 de la Constitution, nul ne peut être obligé de suivre un traitement expérimental.

QUESTION n° 4 :

Pouvez-vous m’indiquer les autres traitements possibles pour lutter contre le SARS-Cov-2 en détaillant les avantages et les inconvénients de chaque traitement, au sein de l’article 2 du code de Nuremberg ?

QUESTION n° 5 :

En cas de vaccination, pouvez-vous m’affirmer que je ne pourrai plus contaminer « autrui » dans l’exercice de ma profession et dans ma vie personnelle ?

QUESTION n° 6 :

Merci de bien vouloir m’informer des clauses relatives à la responsabilité concernant des effets secondaires invalidants ou des réactions indésirables potentielles concernant cette vaccination obligatoire en vue de transmettre ces informations à mon assurance.

Sachant que les laboratoires ont décliné toute responsabilité, qui assumerait la responsabilité en cas de complication, d'accident, voire de décès post vaccinal ? L'Etat ? L'ARS ? Vous ?

QUESTION n° 7 :

L’injection d’un vaccin en phase 3 ayant obtenu une AMM temporaire et non définitive équivaut-elle à la participation à un essai clinique ou projet de recherche médicale qui pourrait rendre caduque nos assurances de prêts immobiliers ou professionels en cours en cas de décès ou arrêt de travail par suite d’un effet secondaire potentiellement grave et invalidant ?

QUESTION n° 8 :

La pratique exclusive en orthophonie en 100% télé soins lèverait-elle l’obligation vaccinale contre le Covid pour le praticien libéral de santé le temps d’avoir une autorisation définitive de mise sur le marché des vaccins Covid et d’avoir plus de données sur la qualité des injections proposées ?

Comme indiqué sur le site solidarites-sante.gouv.fr, Les sages-femmes, les orthophonistes, les ergothérapeutes, les psychomotriciens et les masseurs-kinésithérapeutes sont autorisés à exercer en télésanté

Dans une note du 02/04/2020, la Haute Autorité de Santé rappelait l’apport de la télésanté pour la prise en charge des patients dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de COVID-19. Dans une réponse rapide, elle soulignait l’intérêt de la téléconsultation et du télésoin qui, en période de nécessaire distanciation physique, permet :
D’assurer une prise en charge médicale et soignante à domicile pour les patients présentant les symptômes de l’infection ou reconnus atteints du COVID-19 ;
De faciliter l’accès aux soins de la population y compris en cas de besoin de prise en charge aigüe ;
D’assurer la continuité de la prise en charge des patients souffrant de maladie chroniques, et du suivi des femmes enceintes ;  
De protéger les professionnels de santé de l’infection ainsi que les patients qu’ils prennent en charge.

En télétravaillant à 100% par des télé soins, nous n’aurions pas ou peu de contact avec nos patients en face à face.


CONCLUSION

En l’absence de réponses aux questions évoquées ci-dessus, je ressens l’obligation vaccinale que vous m’imposez sous menace d’une fermeture de mon cabinet le 15/09/21 prochain comme :

- Du harcèlement en vue de m'inciter à commettre un acte de nature à mettre potentiellement ma vie et mes proches en danger

- Une volonté de réaliser directement ou indirectement une extorsion de consentement de nature à mettre en danger ma vie et mes proches

- Un abus de pouvoir et abus de faiblesse étant donné que l’intensité des messages et des campagnes d’informations ou d’injonctions que je reçois commence à atteindre sérieusement mon intégrité psychologique/psychique/mentale et qu'il suffit désormais de menacer de fermer mon cabinet avec des menaces de sanctions pénales ou de cesser les remboursements tiers-payants pour que je me place en position de faiblesse afin que je m’exécute et que je subisse des injections vaccinales sans aucune approche personnalisée pour avoir des réponses à mes questions légitimes.

Vous l’avez compris, en l'état actuel des informations, tant au sujet du produit que des garanties proposées, je refuse de donner mon consentement éclairé à une injection de l’un quelconque des produits anti-COVID proposés à ce jour en France, sans réponse de votre part à mes questions ci-dessus qui pourrait m’amener à accepter cette obligation vaccinale si je me sentais en sécurité, moi, mon entourage et mes patients après une telle démarche contraignante, fort de vos précisions.

Faute de m'apporter par écrit les réponses à mes questions ci-dessus demandées, je refuserai la vaccination obligatoire et fermerai mon cabinet d’orthophonie à compter du 15/09/21 en organisant la défense de mes droits par ailleurs.

ou

Outre vos réponses je compte continuer de m’informer de façon contradictoire par les indications données par les laboratoires et experts officiels du Gouvernement, mais aussi par des scientifiques indépendants et des témoignages de personnes ayant déjà été vaccinées.

Ce n’est que lorsque j’aurai recueilli toutes ces informations que je serai à même de vous remettre mon consentement libre et éclairée, après avoir évalué objectivement la balance bénéfice/risque.

Le cas échéant, je reviendrai vers vous, en ayant éventuellement sélectionné le vaccin qui me conviendrait le mieux.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, mes sincères salutations.

Partager cet article
Repost0
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 18:56

Les Anciens du maquis

 

Est-il possible d'éviter la suspension de salaire à partir de demain pour les salariés et les fonctionnaires soumis à l'obligation d'un passe sanitaire, à partir du 15 septembre pour les salariés et les fonctionnaires soumis à l'obligation vaccinale ? La réponse est oui. Nous avons synthétisé ici les grands points à connaître (avant d'approfondir ou de prendre un avocat) pour sauver la mise au milieu de la tempête.

Oui, il est possible d'éviter la suspension de salaire à partir de demain pour tous les salariés et fonctionnaires qui doivent en principe présenter un passe sanitaire et qui n'en disposent pas, ou à partir du 15 septembre pour ceux qui sont soumis à l'obligation vaccinale. Nous vous rappelons ici comment faire, tout en soulignant que le mieux, pour vous, est d'être accompagné d'un avocat spécialisé en droit du travail (la facturation moyenne d'un avocat se situe entre 1.500 et 2.000 €).

Dans quelle catégorie êtes-vous ?

Pour bien vous repérer, il faut que vous sachiez à laquelle de ces 4 catégories vous appartenez :
  • salarié du secteur privé soumis à l'obligation d'avoir un passe sanitaire
  • fonctionnaire soumis à l'obligation d'avoir un passe sanitaire
  • salarié du secteur privé soumis à l'obligation de se vacciner
  • fonctionnaire soumis à l'obligation de se vacciner
Ces distinctions sont importantes, car il ne faut jamais oublier que les salariés du secteur privé ont un contrat qui relève du code du travail, alors que les fonctionnaires sont soumis au statut de la fonction publique. Ces deux « ordres » fonctionnent de façon relevant différente. Les salariés peuvent par exemple faire un recours devant les prudhommes, alors que les fonctionnaires doivent saisir le tribunal administratif compétent pour leur domicile.

Dans les « fonctionnaires », nous regroupons ici tous les agents publics, c'est-à-dire ceux qui sont titulaires d'un emploi permanent et ceux qui ont signé un contrat relevant du décret sur les contractuels de la fonction publique.

La suspension en droit public et en droit privé

Vous êtes désormais exposé au risque d'une suspension avec interruption de salaire. Il faut bien comprendre, pour déterminer votre stratégie, ce qu'est une suspension selon votre statut public ou privé.

Une suspension, sur le fond, n'est pas une rupture définitive de contrat ou de nomination comme fonctionnaire, mais une interruption temporaire de ses effets. Il s'agit donc d'une position bâtarde, que la loi du 5 août 2021 n'a pas pris soin « d'encadrer ». Ce flou ouvre la voie à de nombreuses innovations jurisprudentielles qui devraient profiter aux salariés, beaucoup plus qu'aux employeurs.

Dans le secteur privé, il n'y aucune ambiguïté : la suspension est une sanction disciplinaire. Elle ne peut donc intervenir que dans le respect des « garanties disciplinaires » habituelles (entretien préalable, etc.)

Dans le secteur public, la suspension n'est pas une sanction, mais l'article 30 de la loi du 13 juillet 1983 prévoit qu'elle n'entraîne pas l'interruption du traitement. En imposant le contraire sans aucune explication, la loi du 5 août 2021 a pris beaucoup de risques, notamment celui de faire basculer la suspension du fonctionnaire dans le champ de la sanction disciplinaire, comme dans le Code du Travail.

La suspension du fonctionnaire : une chance !

S'agissant de la suspension dans la fonction publique, nous restons sur notre avis et nos conseils déjà publiés, la jurisprudence devrait être favorable aux fonctionnaires qui demanderont leur maintien de salaire à l'occasion d'un référé devant le juge administratif. La loi du 5 août 2021 prévoit en effet la pire des sanctions disciplinaires (l'interruption immédiate sans indemnité du salaire) en soutenant qu'il ne s'agit pas d'une sanction, donc qu'elle est décidée unilatéralement sans que le fonctionnaire ne puisse exposer ses arguments.

C'est une invention baroque qui n'a pas de sens. Elle ouvre la voie à des décisions d'application massive du droit ordinaire : la suspension avec maintien du traitement. Nous avons publié des recours-types pour l'obtenir.

Les risques pour l'employeur

Globalement, et avant d'examiner les situations au cas par cas, un point important doit être rappelé, martelé et au besoin écrit à votre employeur. La loi n'a pas prévu de sanction pour un employeur qui ne vérifie pas le passe sanitaire de ses salariés, et elle a prévu des sanctions modestes pour l'employeur qui ne vérifie pas le respect de l'obligation vaccinale. Elle a en revanche prévu des sanctions lourdes en cas de demande abusive d'un employeur à ses salariés (un an de prison et 45.000 € d'amende).

Mathématiquement, un employeur a donc tout intérêt à ne pas jouer les auxiliaires du gouvernement en faisant respecter une loi dont il ne tirera aucun profit, et qui risque de lui coûter très cher s'il se trompe... ce qui sera très souvent le cas.

Le cas des salariés soumis à l'obligation du passe sanitaire

Si vous êtes salarié du secteur privé non soumis à l'obligation vaccinale, mais en apparence soumis au passe sanitaire, nous vous conseillons de collectionner les demandes écrites de votre employeur, et d'attendre sagement votre suspension pour l'attaquer devant les prudhommes. Comme nous l'avons indiqué, il faut invoquer la discrimination en raison de votre état de santé et la violation du secret médical. Il faut par ailleurs vérifier que votre activité est effectivement soumise à l'obligation du passe sanitaire.

Surtout, n'oubliez pas la différence entre le passe sanitaire et la vaccination obligatoire. Vous pouvez obtenir un passe sanitaire sans vaccin...

Le cas des fonctionnaires soumis à l'obligation du passe sanitaire

Si vous êtes fonctionnaire et que votre employeur vous demande de présenter un passe sanitaire, commencez par vérifier que vous êtes réellement concerné par cette obligation. Nous avons par exemple cité le cas d'un adjoint technique de ménage qui n'est pas concerné par le sujet, mais à qui le maire demande un passe sanitaire.

Si vous ne pouvez échapper à ce passe sanitaire, attendez la notification de votre suspension sans traitement pour demander, en référé, le rétablissement de votre traitement au juge administratif.

Le cas des salariés soumis à l'obligation vaccinale

Si vous appartenez aux catégories socio-professionnelles concernées par l'obligation vaccinale (essentiellement les soignants de l'hospitalisation privée et les para-médicaux), n'oubliez pas que la suspension est une sanction disciplinaire. Il vous faut agir comme pour les salariés soumis au passe sanitaire, en invoquant la discrimination en raison de votre état de santé et la violation du secret médical. N'oubliez pas que l'employeur doit vous proposer un entretien pour évoquer votre reclassement.

Le cas des fonctionnaires soumis à l'obligation vaccinale

Pour ces cas où la pression est forte, nous le savons, il faut là aussi saisir le juge administratif en référé pour demander le maintien du salaire pendant la période de suspension.

 

Ecrivez-nous vos difficultés

Nous recevons déjà énormément de courrier, qui nous instruit sur la réalité des pratiques dans les entreprises. Continuez à nous écrire sur les difficultés pratiques et les comportements de vos employeurs. Ces informations sont indispensables pour ne pas donner de conseil déconnecté du réel.

Notre adresse est : lecourrierdesstrateges@gmail.com

Merci à tous.
Partager cet article
Repost0
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 18:53
COVID : les députés votent pour un transfert de souveraineté à l’Europe
 
Personne n'en a parlé, mais les députés français ont adopté sous le manteau une bien étrange résolution sur le COVID et les crises sanitaires la semaine dernière. Cette résolution appelle à une coordination européenne "renforcée" dans le domaine de la santé et des crises sanitaires. Il fallait donc comprendre que le retour à la souveraineté en matière sanitaire dont parlait Macron et son équipe l'an dernier était en fait un retour vers la souveraineté européenne, mais pas la souveraineté nationale. Et un mensonge de plus !

 

Que cela soit dit : les députés français veulent plus d’Europe en matière de santé, démarchent qu’ils habillent notamment sous l’appellation en novlangue de “relocalisation des chaînes d’approvisionnement stratégiques dans le domaine sanitaire lorsque cela est possible”. Voilà, donc quand le gouvernement Philippe a parlé l’an dernier de “relocalisation” et de “souveraineté”, il s’agissait de relocaliser en Europe, mais pas forcément en France. 

Une résolution contre la souveraineté sanitaire

Le texte de la résolution mérite vraiment d’être lu. Il s’agit, pour le Parlement, d’exprimer aux instances européennes la volonté du peuple français sur tel ou tel sujet. En l’espèce, c’est la gestion des crises sanitaires qui est ici traitée. 

On retiendra du texte qu’il appelle : 

  • à une accélération de la campagne de vaccination en Europe “pour limiter la propagation du virus et des variants”
  • à soutenir “les propositions de la Commission européenne du 11 novembre dernier pour renforcer l’Europe de la santé qui pérennisent les mesures ad hoc ayant bien fonctionné pendant la crise”
  • à renforcer les “mandats des agences sanitaires qui doivent être les garantes de l’autonomie de réflexion et d’action de l’Union européenne et plaide pour un développement élargi de leur communication afin de rendre leurs activités plus lisibles et accessibles aux citoyens européens”
  • à “la création de la nouvelle agence sanitaire permanente, l’Autorité de préparation et de réaction en cas d’urgence sanitaire (HERA)”
  • à “la création d’un cloud de données sanitaires à l’échelle européenne pour faciliter le partage de l’information et des connaissances scientifiques, dans le respect du règlement général sur la protection des données (RGPD)”
  • à “une éventuelle modification des traités dans le cadre de la Conférence pour l’avenir de l’Union, afin de clarifier et de renforcer explicitement les compétences européennes en matière sanitaire qui sont actuellement disséminées dans les traités”

Bref, toujours plus de multilatéralisme européen, toujours plus de bureaucratie dominatrice cachée sous l’étiquette “agence indépendante”, et toujours moins de prise sur les politiques publiques offerte aux citoyens ordinaires. L’Assemblée Nationale ne pouvait pas mieux illustrer le naufrage de la démocratie…

Une Assemblée Nationale très Great Reset compatible

On notera que toutes ces propositions sont parfaitement en ligne avec les écrits de Klaus Schwab et de son Great Reset, ce qui pose une fois de plus la question du poids du gouvernement profond dans les grandes options publiques. 

Ainsi, la création d’un grand “Cloud” européen en matière de santé (bien entendu respectueux du règlement général sur la protection des données privées, qui pourrait imaginer le contraire ?) participe de cette idée que le contact tracking doit désormais être piloté en dehors des Etats-nations et de leurs vieilles libertés

On retrouve par ailleurs tous les mantra de Davos : échanges des bonnes pratiques entre pays, partenariats publics-privés renforcés pour financer une recherche dont les grands thèmes seraient décidés au niveau multilatéral et non national, création d’une sorte de fonction publique hospitalière supra-nationale qui échapperait aux décisions des Etats-membres. Tout est fait ici pour instrumentaliser la crise du COVID au profit d’une disparition des échelons nationaux et d’une concentration des pouvoirs entre les mains d’une bureaucratie incontrôlable, européenne, qui bloquera toute velléité d’autres sorties de l’Union que la Grande-Bretagne, et qui minorera le poids du suffrage universel dans les décisions.

Les chiens nationaux aboient, la caravane multilatérale passe. 

Source

Partager cet article
Repost0
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 18:44
Une information très importante à diffuser de manière à trouver les associations qui vont prendre le relai en France ..
Partager cet article
Repost0
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 18:40

Malgré un taux record de vacciné, le modèle Israélien s'effondre, ou plutôt implose.

 

 
Une unité Covid au centre médical Hadassah Ein Kerem à Jérusalem le 25 août 2021
Yonatan Sindel/Flash90Une unité Covid au centre médical Hadassah Ein Kerem à Jérusalem le 25 août 2021
 
 

Le Pr Ash prévoit toutefois un ralentissement des infections, qui devrait résulter de la campagne de rappels

7.071 nouveaux cas de contamination au coronavirus ont été diagnostiqués en 24h sur 102.935 tests de dépistage réalisés, traduisant un taux d'infection de 7,09%, a indiqué dimanche le ministère israélien de la Santé.

726 patients sont dans un état grave parmi les 1.175 personnes hospitalisées, dont 149 qui sont placés sous respirateurs artificiels.

Le facteur de reproduction R est toutefois en baisse depuis le début du mois et se tient actuellement à 1,11.

Video poster

 

A trois jours de la rentrée scolaire, le directeur général du ministère de la Santé s'est dit en faveur du retour en classe à la date prévue - le mercredi 1er septembre - malgré les données.

Le Pr Nachman Ash prévoit un ralentissement des infections, qui devrait selon lui résulter directement de la campagne pour une troisième dose de vaccin contre le Covid-19, a rapporté vendredi soir Channel 12.

Cette campagne vaccinale de rappels continue en effet de s'étendre: à ce jour, 1.962.253 Israéliens ont reçu une troisième de dose de vaccin.

Une nouvelle étude de l'Université hébraïque de Jérusalem, soumise au gouvernement et au Conseil national de sécurité, montre par ailleurs qu'une diminution des cas de contamination est attendue dans les prochains jours. 

Partager cet article
Repost0

Pages