Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

18 décembre 2021 6 18 /12 /décembre /2021 19:11

Les militants accusent les responsables britanniques et les personnalités de la santé les plus puissantes du monde comme Bill Gates et le Dr Fauci de crimes contre l'humanité et de génocide, citant une série de statistiques sur les effets des «vaccins» et des politiques COVID.

Bill Gates, le Dr Fauci et Big Pharma accusés de crimes contre l'humanité dans une plainte devant la Cour internationale

Un groupe comprenant le Dr Michael Yeadon, ancien vice-président de Pfizer, a déposé une plainte (lire ci-dessous) représentant des citoyens britanniques devant la Cour pénale internationale (CPI) contre Boris Johnson et des responsables britanniques, Bill et Melinda Gates, directeurs de grandes pharmaceutiques, le président exécutif du Forum économique mondial, Klaus Schwab, et d'autres les accusant de crimes contre l'humanité.

 
 

Le groupe basé au Royaume-Uni, qui comprend un astrophysicien et un directeur de pompes funèbres dans ses rangs, a également inculpé le Dr Anthony Fauci ; Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ; June Raine, directrice générale de l'agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) ; Dr Radiv Shah, président de la Fondation Rockefeller ; et le Dr Peter Daszak, président d'EcoHealth Alliance, en tant que « responsable de nombreuses violations du Code de Nuremberg… crimes de guerre et crimes d'agression » au Royaume-Uni et dans plusieurs autres pays.

Après avoir répété leur tentative infructueuse de porter leur affaire devant un tribunal britannique, les pétitionnaires ont commencé à demander « de la plus haute urgence » à la CPI « d'arrêter le déploiement des vaccinations COVID, l'introduction de passeports de vaccination illégaux et tous les autres types de guerre illégale … ​​étant menée contre le peuple du Royaume-Uni.

Parmi les plaintes du groupe déposées le 6 décembre, elles apportent la preuve que les "vaccins" n'étaient en fait que des thérapies géniques issues de l'ingénierie avec recherche de gain de fonction à partir de coronavirus de chauve-souris. Ils ont en outre fait valoir que ces «vaccins» ont entraîné de nombreux décès et blessures , mais le gouvernement britannique n'a pas enquêté sur ces cas de décès et de blessures signalés.

 
 

 

 

Plusieurs autres arguments avancés par eux comprenaient l'affirmation selon laquelle les statistiques COVID, y compris le nombre de décès, étaient gonflées; les masques faciaux présentaient plusieurs risques tels que l'hypoxie, l'hypercapnie et d'autres causes ; et que les tests PCR étaient « complètement peu fiables » et « contiennent de l'oxyde d'éthylène cancérigène ».

De plus, ils ont fait valoir que les traitements efficaces pour Covid-19, y compris l'hydroxychloroquine et l'ivermectine, ont été supprimés et ont entraîné plus de mortalité par COVID-19 qu'il n'aurait dû y avoir.

Ils affirment que les blocages ont été créés sous prétexte d'infections artificiellement gonflées et de décès dus à un virus génétiquement modifié, ainsi que des « vaccins » expérimentaux qui ont conduit aux résultats suivants :

 
 
 
 

Blessures et décès graves à court terme avec au moins 395 049 effets secondaires extrêmes signalés par les « vaccins » COVID au Royaume-Uni uniquement ; forte augmentation des appels à ChildLine provenant d'enfants vulnérables pendant les périodes de confinement ; « destruction de richesses et d'entreprises » par des confinements imposés ; » « une privation grave de liberté physique en violation des règles fondamentales du droit international », qui contenait des interdictions de voyager et des interdictions de se rassembler, et obligeait la quarantaine et l'auto-isolement ; la ségrégation proche de l'apartheid due à la mise en place du passeport vaccinal ; et « réduction attendue de la fertilité » après la « vaccination », parmi divers autres effets physiques et psychologiques néfastes .

De plus, les demandeurs sont catégoriques sur leur affirmation selon laquelle « la suppression de traitements alternatifs sûrs et efficaces pour Covid-19 équivaut à un meurtre et justifie une enquête approfondie par le tribunal ».

 

Ils ont découvert qu'en plus de censurer et de promouvoir les informations sur ces traitements alternatifs sur Internet, "certaines revues universitaires bloquent la publication d'études montrant l'efficacité de médicaments tels que l'ivermectine et l'hydroxychloroquine".

 

Les candidats ont également cité des citations de survivants de l'Holocauste qui dépeignent "des parallèles frappants entre les restrictions de Covid et le début de l'Holocauste". Dans une lettre ouverte adressée aux autorités de réglementation médicale, les survivants de l'Holocauste leur ont demandé « d'arrêter immédiatement cette expérience médicale impie sur l'humanité », qu'ils affirment être une violation du Code de Nuremberg.

Ils prétendent même qu'"un autre holocauste de plus grande ampleur se déroule sous nos yeux". L'une des survivantes, Vera Sharav, a déclaré dans une interview mentionnée dans la plainte :

 
 

« La dure leçon de l'Holocauste est que chaque fois que les médecins unissent leurs forces avec le gouvernement et s'écartent de leur engagement personnel, professionnel et clinique de ne pas nuire à l'individu, la médecine peut alors être détournée d'une profession humanitaire de guérison en un appareil meurtrier. »

 

« Ce qui distingue l'Holocauste de tous les autres génocides de masse, c'est le rôle central joué par l'establishment médical, l'ensemble de l'establishment médical. Chaque étape du processus meurtrier a été approuvée par l'établissement médical universitaire et professionnel. Les médecins et les sociétés et institutions médicales prestigieuses ont prêté le vernis de légitimité à l'infanticide, au meurtre de masse de civils.

 

Selon les requérants plaignants, tous les effets nocifs des "vaccins", des quarantaines et des virus répondent aux critères de génocide, de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre contre le peuple britannique, car les auteurs "les membres du gouvernement britannique et les dirigeants mondiaux ont à la fois connaissance et l'intention à l'égard de ces crimes présumés.

Ils soutiennent même que les effets destructeurs des «vaccins», des fermetures et des virus artificiels sont des tentatives délibérées de réduire la population et de déstabiliser la stabilité sociale dans le cadre d'un programme mondial coordonné visant à consolider la richesse et le pouvoir entre les mains d'un très petit nombre et de chanceux.

 

Ils se lancent dans le débat selon lequel ces actes constituent donc un « crime d'agression », c'est-à-dire une tentative « d'exercer effectivement un contrôle sur ou de diriger l'action politique ou militaire d'un État ». Dans ce cas, affirment-ils, l'objectif est de « démanteler tous les États-nations démocratiques, étape par étape », et de « détruire les petites et moyennes entreprises, en déplaçant les parts de marché vers les plus grandes entreprises », détenues par le ultra-riches, afin de donner à ce groupe spécifique « d'élite » un contrôle monétaire et politique considérablement plus important.

 

Lisez la plainte au tribunal ci-dessous :

Réponse inattendue du serveur (400) lors de la récupération du PDF "https://greatgameindia-com.translate.goog/wp-content/uploads/2021/12/Bill-Gates-Dr-Fauci-And-Big-Pharma-Accused-Of- Crimes-Against-Humanity-International-Cour.pdf?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=nui".
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
18 décembre 2021 6 18 /12 /décembre /2021 19:05

Cet article est reposté depuis Wikistrike.

Partager cet article
Repost2
18 décembre 2021 6 18 /12 /décembre /2021 19:05

Cet article est reposté depuis Wikistrike.

Partager cet article
Repost2
18 décembre 2021 6 18 /12 /décembre /2021 19:03
 

Pfizer va acquérir Arena Pharmaceuticals, une société qui est spécialisée dans les traitements pour les problèmes cardio-vasculaires et les maladies auto-immunes.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2021 6 18 /12 /décembre /2021 18:59
Livre choc: "Le scandale Ivermectine" par Jean-Loup Izambert

 

Livre choc: "Le scandale Ivermectine" par Jean-Loup Izambert

Nous vous présentons ici deux livres écrits par Jean-Loup Izambert, ancien collaborateur régulier du mensuel économique et financier Les Échos, de VSD ainsi que de L'Humanité,

J-L Izambert a dernièrement publié un best-seller "Le virus et le président", écrit en collaboration avec Claude Janvier (voir en bas d'article) mais le revoici avec son tout nouvel ouvrage d'investigations, "Le scandale Ivermectine", un nouveau livre choc sur un médicament miracle dans la lutte contre le covid-19 et volontairement oublié des gouvernements sous pression de Bigpharma.

Bien que l'efficacité de l'Ivermectine soit prouvée, les chiffres parlant pour lui, le médicament est écarté depuis le début de la crise sanitaire, ce, pour des raisons évidemment financières, un scandale raconté dans ce livre par Jean-Loup Izambert.

En exclusivité pour WikiStrike, l'auteur et journaliste partage avec vous ses premières pages.

 

La censure autour des livres nous révoltant, nous vous invitons à les lire: ici et ici, deux livres éclairants à déposer sous le sapin !

Jean-Loup Izambert a choisi WikiStrike pour s'exprimer


Curieuse, Marina, ma correspondante de Wikistrike m’a posé la question : « Et au bout du compte, 50 ans plus tard, tu en penses quoi de ton métier ? »

Journaliste par vocation pour tenter d’expliquer les problèmes économiques, sociaux et politiques. Sans leur compréhension hommes et femmes ne peuvent agir pour décider de leur destin et changer l’état des choses. J’ai toujours eu horreur des consciences stériles qui roupillent dans le confort des idées reçues et de la trouille d’entreprendre. « Apprendre, encore apprendre, toujours apprendre » disait le révolutionnaire russe Lénine.

Après avoir travaillé au sein de rédactions de la presse d’information politique et générale et spécialisée (économique et financière), il m’est vite apparu que traiter ces questions impliquait un engagement total. Fièvre de la passion. Refusant l’autocensure, combattant la censure et les pressions de toutes sortes ma vingtaine d’années « d’apprentissage » ne pouvait que me précipiter dans les enquêtes au long cours. Un chemin où l’on devient vite seul car le métier s’empare de vous. Pas d’idée reçue, ne faire confiance à personne et vérifier toutes les sources.

L’une des mes rares satisfactions sont ces messages de soutien reçus d’inconnus, de lecteurs, ces associations qui, avec très peu de moyens, s’emparent du livre pour éclairer les consciences et faire bouger les choses. Au bout du compte nous sommes des « prolétaires de l’écriture » s’efforçant de dégrossir l’information brute, des sortes d’ours solitaires grattant à la source le dessous de la banquise des conflits humains.

Jean-Loup Izambert

 

_________________________

 

___________________________________________

 

Un juge condamne un hôpital pour outrage : donnez de l'ivermectine à une femme mourante ou payez une amende de 10 000 $ par jour

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2021 6 18 /12 /décembre /2021 18:45

Rangez vous derrière les bannières de ceux qui sont appelés à vous défendre, donc voyez pour l'association que va créer Maître Divizio. J'ai ajouté une vidéo de l'intervention de Florian Philippot, même si l'on aime pas, il est un des rares à défendre la liberté vaccinale et ce depuis le début. J'ai également ajouté une autre vidéo plus satirique. Soyez prêts le temps est venu de se mobiliser, car après ce pass vaccinal ce sera l'obligation vaccinale.

Je signale que je ne suis pas anti vaccins. Vous avez les éléments dans ce site pour comprendre l'évolution de la tromperie, l'ampleur de la manipulation et en filigrane la finalité de ceci.

A vous de jouer, comme à moi d'ailleurs.

 

Oui ! Je tiens à rajouter un apartheid social va être mis en place ; il y aurait fort à parier que les non vaccinés ne puissent se présenter physiquement pour les votes pour la Présidentielle, puis les législatives, cela se fera par voies électroniques, comme pour l'élection de Biden ! A bon entendeur Salut !

 

Merci !

 

______________________________________________

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2021 1 06 /12 /décembre /2021 18:46

 

Cet article est une reprise Pfizer criminal history 

La vidéo d'IDRISS ABERKANE corrobore exactement cela, son analyse est pertinente. Vous trouverez des liens concernant les diverses condamnations dont certaines dépassent les milliards de dollars.
 

Alors avez toujours confiance dans une entreprise qui a été condamnée plusieurs fois pour "charlatanisme" et qui pratique la corruption comme moyen commercial. Cette longue liste, ainsi que les pratiques laissent envisager des comportements equivalent à la  mafia.

 

Juste un mot le Président de Reuters agence de presse mondiale de référence est au Conseil d'Administration de Pfizer article

 

________________________________________________

 

"Je suis sûr que Pfizer ne mentirait jamais sur l'efficacité et la sécurité de ses produits. Je suis sûr que la FDA, qui a déjà approuvé le glyphosate, la troglitazone, le Vioxx, le thimérosal, le rBGH, le yellow 5&6, etc. et qui reçoit plus de 70 % de son budget de réglementation des médicaments des entreprises qu'elle réglemente, n'aurait aucune raison de mentir non plus. Je suis sûr que vous devriez faire aveuglément confiance à ce que les médias disent de Pfizer, étant donné que plusieurs sociétés de médias partagent un membre du conseil d'administration avec Pfizer et reçoivent des milliards de dollars de revenus publicitaires de Pfizer. Je suis sûr que les personnes qui n'ont absolument rien à gagner en s'élevant contre l'obligation aveugle d'utiliser l'un des produits de Pfizer ne sont que des théoriciens de la conspiration.

Oui, c'est ce que je pense.

 

 

Voici un bref aperçu du passé criminel de Pfizer. Rappelez-vous, ce n'est que ce que nous savons par le tribunal :

 

 

* Pfizer a reçu la plus grosse amende de l'histoire des États-Unis dans le cadre d'un accord de 2,3 milliards de dollars avec les procureurs fédéraux pour avoir fait la promotion de médicaments (Bextra, Celebrex) et versé des pots-de-vin à des médecins complaisants. Pfizer a plaidé coupable d'avoir fait une mauvaise publicité pour l'analgésique Bextra en promouvant le médicament pour des utilisations pour lesquelles il n'était pas approuvé.

 

 

* Dans les années 1990, Pfizer a été impliqué dans des valves cardiaques défectueuses qui ont entraîné la mort de plus de 100 personnes. Pfizer avait délibérément trompé les autorités de réglementation sur les dangers. La société a accepté de payer 10,75 millions de dollars pour régler les accusations du département de la justice pour avoir trompé les régulateurs.

 

 

* Pfizer a payé plus de 60 millions de dollars pour régler un procès concernant le Rezulin, un médicament contre le diabète qui a provoqué le décès de patients souffrant d'une insuffisance hépatique aiguë.

 

 

* Au Royaume-Uni, Pfizer a été condamné à une amende de près de 90 millions d'euros pour avoir surfacturé le NHS, le service national de santé. Pfizer a facturé au contribuable 48 millions d'euros supplémentaires par an pour un médicament qui aurait dû coûter 2 millions d'euros par an.

 

 

* Pfizer a accepté de payer 430 millions de dollars en 2004 pour mettre fin à des accusations criminelles selon lesquelles elle avait soudoyé des médecins pour qu'ils prescrivent son médicament contre l'épilepsie Neurontin pour des indications pour lesquelles il n'était pas approuvé.

 

 

* En 2011, un jury a conclu que Pfizer avait commis un racket frauduleux dans le cadre de la commercialisation du médicament Neurontin. Pfizer a accepté de payer 142,1 millions de dollars pour régler ces accusations.

 

 

* Pfizer a révélé qu'elle avait versé à près de 4 500 médecins et autres professionnels de la santé quelque 20 millions de dollars pour s'exprimer au nom de Pfizer.

 

 

* En 2012, la U.S. Securities and Exchange Commission a annoncé qu'elle avait conclu un accord de 45 millions de dollars avec Pfizer pour mettre fin aux accusations selon lesquelles ses filiales avaient soudoyé des médecins et d'autres professionnels de la santé à l'étranger pour augmenter les ventes à l'étranger.

 

 

* Pfizer a été poursuivie devant un tribunal fédéral américain pour avoir utilisé des enfants nigérians comme cobayes humains, sans le consentement de leurs parents. Pfizer a payé 75 millions de dollars pour régler le litige devant le tribunal nigérian pour avoir utilisé un antibiotique expérimental, le Trovan, sur les enfants. La société a versé un montant supplémentaire non divulgué aux États-Unis pour régler les accusations portées ici. Pfizer avait violé le droit international, notamment la convention de Nuremberg établie après la Seconde Guerre mondiale, en raison des expériences menées par les nazis sur des prisonniers non consentants.

 

 

* Alors que de nombreuses critiques étaient formulées à l'encontre des pays pauvres pour l'achat de médicaments, Pfizer s'est engagée à verser 50 millions de dollars à l'Afrique du Sud pour un médicament contre le sida. Plus tard, cependant, Pfizer n'a pas honoré cette promesse.

 

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)"

La FDA demande à un juge fédéral de lui accorder jusqu'en 2076 pour publier intégralement les données de Pfizer sur le vaccin COVID-19.
Le gouvernement fédéral protège Pfizer de toute responsabilité. Il lui donne des milliards de dollars. oblige les Américains à prendre son produit. Mais ne vous laisse pas voir les données prouvant son innocuité/efficacité. Pour qui le gouvernement travaille-t-il ?

Aaron Siri


La FDA a demandé à un juge fédéral d'obliger le public à attendre l'année 2076 pour divulguer toutes les données et informations sur lesquelles elle s'est appuyée pour homologuer le vaccin COVID-19 de Pfizer.   Ce n'est pas une faute de frappe.   Elle veut 55 ans pour produire ces informations au public. 

Comme nous l'avons expliqué dans un article précédent, la FDA a promis à plusieurs reprises une "transparence totale" concernant les vaccins COVID-19, et a notamment réaffirmé "l'engagement de la FDA en matière de transparence" lors de l'homologation du vaccin COVID-19 de Pfizer. 

Avec cette promesse à l'esprit, en août et immédiatement après l'approbation du vaccin, plus de 30 universitaires, professeurs et scientifiques des plus prestigieuses universités de ce pays ont demandé les données et informations soumises à la FDA par Pfizer pour l'homologation de son vaccin COVID-19. 

La réponse de la FDA ?  Elle n'a rien produit.  Donc, en septembre, mon cabinet a intenté une action en justice contre la FDA au nom de ce groupe pour exiger ces informations.  A ce jour, presque trois mois après avoir homologué le vaccin de Pfizer, la FDA n'a toujours pas publié une seule page.  Pas une seule.

Au lieu de cela, il y a deux jours, la FDA a demandé à un juge fédéral de lui donner jusqu'en 2076 pour produire toutes ces informations.  La FDA a demandé au juge de la laisser produire les plus de 329 000 pages de documents fournis par Pfizer à la FDA pour l'homologation de son vaccin au rythme de 500 pages par mois, ce qui signifie que sa production ne sera pas terminée avant 2076.  La promesse de transparence de la FDA est, pour ne pas dire plus, un amas d'illusions. 

Il a fallu à la FDA exactement 108 jours entre le moment où Pfizer a commencé à produire les dossiers pour l'homologation (le 7 mai 2021) et celui où la FDA a homologué le vaccin Pfizer (le 23 août 2021).   Si l'on prend la FDA au mot, elle a procédé à un examen et à une analyse intenses, solides, approfondis et complets de ces documents afin de s'assurer que le vaccin de Pfizer était sûr et efficace pour l'homologation. Alors qu'elle peut mener cet examen intense des documents de Pfizer en 108 jours, elle demande maintenant plus de 20 000 jours pour mettre ces documents à la disposition du public. 

Donc, mettons les choses au clair. Le gouvernement fédéral protège Pfizer de toute responsabilité.  Lui donne des milliards de dollars.  oblige les Américains à prendre ses produits.  Mais ne vous laissera pas voir les données prouvant la sécurité et l'efficacité de son produit.  Pour qui le gouvernement travaille-t-il ? 

La leçon à retenir, une fois de plus, est que les droits civils et individuels ne devraient jamais être subordonnés à une procédure médicale.  Tous ceux qui veulent se faire vacciner et se faire stimuler devraient être libres de le faire.  Mais personne ne devrait être contraint par le gouvernement à prendre part à une procédure médicale.  Et certainement pas une procédure pour laquelle le gouvernement veut cacher jusqu'en 2076 l'ensemble des informations sur lesquelles repose l'autorisation d'exercer.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Le ministère de la Justice annonce le plus grand règlement de fraude en matière de soins de santé de son histoire

 

Pfizer paie 2,3 milliards de dollars pour un marketing frauduleux

WASHINGTON – Le géant pharmaceutique américain Pfizer Inc. et sa filiale Pharmacia & Upjohn Company Inc. (ci-après ensemble « Pfizer ») ont convenu de payer 2,3 milliards de dollars, le plus grand règlement de fraude en matière de soins de santé de l'histoire du ministère de la Justice, pour résoudre les problèmes criminels et responsabilité civile résultant de la promotion illégale de certains produits pharmaceutiques, a annoncé aujourd'hui le ministère de la Justice.

Pharmacia & Upjohn Company a accepté de plaider coupable à une infraction à la loi sur les aliments, les médicaments et les cosmétiques pour une mauvaise image de Bextra dans l'intention de frauder ou d'induire en erreur. Bextra est un médicament anti-inflammatoire que Pfizer a retiré du marché en 2005. En vertu des dispositions de la loi sur les aliments, les médicaments et les cosmétiques, une entreprise doit spécifier les utilisations prévues d'un produit dans sa demande de nouveau médicament auprès de la FDA. Une fois approuvé, le médicament ne peut pas être commercialisé ou promu pour des utilisations dites « hors AMM » – c'est-à - dire, toute utilisation non spécifiée dans une demande et approuvée par la FDA. Pfizer a promu la vente de Bextra pour plusieurs utilisations et dosages que la FDA a spécifiquement refusé d'approuver en raison de problèmes de sécurité. L'entreprise paiera une amende pénale de 1,195 milliard de dollars, la plus grosse amende pénale jamais imposée aux États-Unis pour quelque affaire que ce soit. Pharmacia & Upjohn perdra également 105 millions de dollars, pour une résolution pénale totale de 1,3 milliard de dollars.

En outre, Pfizer a accepté de payer 1 milliard de dollars pour résoudre les allégations en vertu de la loi civile False Claims Act selon lesquelles la société aurait fait la promotion illégale de quatre médicaments – Bextra ; Geodon, un médicament antipsychotique ; Zyvox, un antibiotique ; et Lyrica, un médicament antiépileptique - et a provoqué la soumission de fausses allégations aux programmes de soins de santé gouvernementaux pour des utilisations qui n'étaient pas des indications médicalement acceptées et donc non couvertes par ces programmes. Le règlement civil résout également les allégations selon lesquelles Pfizer aurait versé des pots-de-vin aux prestataires de soins de santé pour les inciter à prescrire ces médicaments, ainsi que d'autres. La part fédérale du règlement civil est de 668 514 830 $ et la part de l'État Medicaid du règlement civil est de 331 485 170 $. Il s'agit du plus grand règlement de fraude civile de l'histoire contre une société pharmaceutique.

 

lire la suite en dessous  (texte traduit):

Pfizer accepte de payer 345 millions de dollars pour résoudre les allégations anticoncurrentielles d'EpiPen
 

À la mi-juillet 2021, Pfizer, Inc. et deux de ses filiales, Meridian Medical Technologies et King Pharmaceuticals, ont accepté de payer 345 millions de dollars pour résoudre les réclamations des consommateurs qui alléguaient avoir payé en trop pour EpiPens à la suite de pratiques anticoncurrentielles mises en avant par Pfizer et Mylan.

Les plaignants ont initialement déposé une plainte consolidée en recours collectif, alléguant que les entreprises avaient violé la loi fédérale sur les racketteurs et les organisations corrompues (RICO) et les lois antitrust des États sur la base de la «tarification prétendument supraconcurrentielle de l'EpiPen et de la conduite connexe».

Le règlement sera divisé en deux pools de fonds : un pour les consommateurs individuels et un pour les tiers payeurs et sera divisé en pourcentage des dommages relatifs subis par les individus et les tiers payeurs. Au sein de chaque pool, les fonds seront distribués au prorata à tous les membres du groupe admissibles qui déposent une preuve de réclamation valide et en temps opportun. Tous les fonds qui restent dans un pool se répercuteront sur l'autre pool si certaines conditions sont remplies.

Pfizer a nié tout acte répréhensible "et continue de croire que ses actions étaient appropriées". Dans le dossier du tribunal, Pfizer note que non seulement la société n'a commis aucun acte répréhensible comme allégué, mais qu'elle nie également toute responsabilité pour les réclamations alléguées par les plaignants et nie que les plaignants aient subi des blessures ou des dommages. Selon l'entreprise, un règlement a été conclu suite à un « désir de l'entreprise d'éviter la distraction d'un litige continu et de se concentrer sur des avancées qui changent la vie des patients ».

 

Lire la suite texte traduit ci-dessous

 
Pendant trois ans, les employés de Pfizer Italie ont fourni gratuitement des téléphones portables, des photocopieurs, des imprimantes et des téléviseurs aux médecins, organisé des vacances (comme "week-end à Gallipoli", "week-end avec compagnon" et "week-end à Rome") et ont même effectué des paiements directs en espèces. (sous couvert d'honoraires de cours et d'honoraires) en échange de promesses faites par les médecins de recommander ou de prescrire les produits de Pfizer.

Aujourd'hui, le siège new-yorkais du géant pharmaceutique a accepté de payer un total de 60,2 millions de dollars de pénalités pour régler les accusations documentées de corruption. La Securities and Exchange Commission (SEC) a déclaré que les employés de Pfizer Italie ont fait tout leur possible pour comptabiliser « faussement » les dépenses sous des étiquettes « trompeuses » telles que « Formation professionnelle » et « Publicité dans des revues scientifiques ».

La pénalité est d'environ un demi pour cent des bénéfices annuels de l'entreprise qui dépassent 10 milliards de dollars par an sur des ventes mondiales de 67,4 milliards de dollars en 2011.

 

Lire la suite ci-dessous en Français

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2021 1 06 /12 /décembre /2021 18:45

"La FDA américaine, qui voulait rendre confidentiel les documents de #Pfizer pendant 55 ans, est forcée par la justice américaine de les publier.
En regardant le nb d'effets indésirables enregistrés pour les 42000 participants à l'essai, c'est AFFOLANT. Mortalité : 3% !"
Pat MN

— Maryline Maubois (@MaryMbois) December 3, 2021

 

Justice US : Plus de 42.000 rapports d’effets indésirables révélés dans le premier lot de documents du vaccin de Pfizer
 
 
 
http://
 
La publication atrocement lente par la FDA des données relatives au vaccin contre le COVID-19 de Pfizer a déjà porté ses fruits, et ceux-ci sont accablants malgré un rythme de seulement 500 pages par mois sur 329.000 pages – ce qui prendra jusqu’en 2076 pour être complet.

Comme l’a d’abord rapporté Kyle Becker, il y a eu un total de 42.086 rapports de cas pour des effets indésirables (25.379 confirmés médicalement, 16.707 non confirmés médicalement), couvrant 158.893 événements au total.

Plus de 25.000 de ces événements ont été classés dans la catégorie « troubles du système nerveux ».

 
http://
 
Depuis que le vaccin a été administré publiquement, plus de 913.000 rapports d’événements indésirables ont été enregistrés dans la base de données mondiale OpenVAERS.
 
http://
 

Et ce n’est que ce qui a été rapporté. 
 
Entre-temps, Twitter a suspendu le compte de @iGNORANTCHiMP – qui a mis en lumière une grande partie de cette affaire et a corrigé des inexactitudes mineures dans son fil.
Source
Partager cet article
Repost0
6 décembre 2021 1 06 /12 /décembre /2021 18:43

Orwell 1984

 

L’AFP a officialisé le 6 décembre son partenariat avec le géant du web Google dans l'objectif affiché de lutter contre les fake news. «Objectif désintox» n’est cependant pas la première immixtion des GAFAM dans le traitement de l’information.

 

A l’approche des élections présidentielles, l’AFP a annoncé le 6 décembre sur son compte Twitter un partenariat avec le géant du web Google. Baptisé «Objectif désintox», «ce programme de formation et de collaboration, à destination des rédactions françaises, s'appuiera sur une alliance des médias et d’organisations de fact-checking intéressés dans la lutte contre la désinformation», affirme leur communiqué commun.

Ce partenariat sera assuré «grâce au soutien financier de Google», selon le PDG de l’AFP, Fabrice Fries, qui assure toutefois que son agence agira «en toute indépendance éditoriale» et que l'accès pour les utilisateurs sera gratuit. Il devrait se décliner en cinq axes principaux.

En premier lieu, des formations en ligne seront organisées à destination de tous les médias revendiquant la pratique du fact-checking (anglicisme signifiant la vérification de l'information).

En second lieu, une plateforme commune, censée servir de hub entre les membres de cette alliance, verra le jour. Un dispositif de signalement de fake news devrait y être intégré.

Troisième axe : des réunions thématiques devraient être ponctuellement organisées et animées par l’AFP, réunions auxquelles tous les membres pourront participer également. Des intervenants extérieurs, comme des experts, devraient y prendre part.

Quatrièmement : tous les membres de l’alliance bénéficieront de contenus établis par l’AFP sur le site AFP Factuel. Enfin, un programme d’accompagnement des rédactions est prévu.

Tous ces contenus devraient également bénéficier du label «Objectif désintox». «La coalition des médias vise à souder les rangs des acteurs de la lutte contre la désinformation dans la perspective […] de l’élection présidentielle» , a ainsi déclaré le PDG de l’AFP, Fabrice Fries.

Les GAFAM investissent de plus en plus le traitement de l’information

Ce n’est pas la première fois qu’un géant du web s’allie avec la presse dans le cadre de partenariats liés au domaine de l’information. Le quotidien Le Monde avait notamment publié en janvier 2018 un article justifiant son alliance avec Facebook au sujet de sa cellule de fact-checking : Les Décodeurs.

Fustigeant «la prolifération des fausses informations, ou infox, sur les réseaux sociaux pendant la présidentielle américaine de 2016», Facebook avait alors mis en place son propre système de vérification de l’information aux Etats-Unis. Un combat que Le Monde assurait partager sans réserve, d’où son alliance avec la société de Mark Zuckerberg.

En 2017 déjà, huit médias français s’étaient justement alliés à Facebook en affirmant vouloir lutter contre les fausses nouvelles. Il s’agissait, outre Le Monde, de l’AFP, BFMTV, France Télévisions, France Médias Monde, L’ExpressLibération et 20 Minutes.

Cette immixtion de plus en plus grande des géants du web dans le traitement de l’information ne se fait toutefois pas sans soulever des interrogations. Le Monde a assumé pour sa part être directement rétribué par Facebook pour effectuer ce travail «depuis le milieu de l’année 2017» tout en assurant à ses lecteurs que «ce partenariat n’entrave en rien [son] indépendance éditoriale vis-à-vis de Facebook».

Si Le Monde a ainsi vanté le «pragmatisme» des rédactions ayant fait le choix de s’allier aux géants du web, dans les faits, l'algorithme dispose d'un rôle important dans la détection des informations jugées problématiques.

Celles-ci peuvent alors voir leur diffusion réduite par ce même outil, et assorties d'une mention «faux», «retouché» ou encore «titre trompeur». Un point très apprécié par Jérôme Fenoglio, directeur du Monde : «C’est cet élément qui nous a décidés. Pour la première fois, il serait possible d’agir sur un algorithme quand un contenu pose un problème éditorial».

Des algorithmes faillibles malgré la confiance qui leur est prêtée ?

Pourtant cette confiance affichée soulève des questions de diverses natures. A titre d'exemple, Facebook s'était attiré une avalanche de critiques pour son algorithme qui censurait à l'extrême toute forme de nudité. Cela avait notamment affecté la célèbre photographie de Nick Ut Cong Huynh qui avait immortalisé une jeune fille courant nue, brûlée par du napalm à l'époque de la guerre du Vietnam.

Par ailleurs, la censure de toute forme de nudité semblait notamment avoir conduit Facebook à incorporer les œuvres d’art dans son algorithme avant d'être contraint de réviser sa politique en la matière. Pour rappel, des œuvres célèbres comme L'origine du monde de Gustave Courbet étaient censurées par le réseau social, entraînant une querelle juridictionnelle afin que Facebook comparaisse bien devant un tribunal français.

Outre des questions techniques, la problématique de la neutralité politique des géants de la toile se pose elle aussi, comme en témoigne l'implication de Facebook sur le terrain des informations liées au Covid, son rôle durant la dernière présidentielle américaine, les accusations de censure qui le visent, sans parler du sort réservé aux médias russes sur cette plateforme.

Source

Trop tard, la vérité suinte de partout ! Google n'est plus indispensable à la diffusion de l'info et l'AFP encore moins...

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2021 1 06 /12 /décembre /2021 18:33
Plateforme indépendate de recensement des effets secondaires du vaccin
 

 http://

ICI

Partager cet article
Repost0

Pages