Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 17:52
États-Unis : L’Armée refuse les Vaccins Obligatoires !

Un chef qui défend la santé de ses troupes c’est devenu peu courant.
Naturellement certains diront que le site est un site “complotiste”. En attendant la fin de la foire observons ce qui se passe dans la réalité du terrain et ça nous donnera une idée plus précise de la crédibilité ou non de ce site qui semble bien introduit auprès de l’armée américaine.

Les Marines et les Armées défient le Gouvernement Fantoche de Biden en refusant les Vaccins Obligatoires

Le général du corps des Marines et président par intérim du chef d’état-major interarmées, David H. Berger, a amplifié sa rhétorique contre les vaccinations obligatoires après que le porte-parole du Pentagone, John Kirby, et le secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, ont annoncé que tout le personnel militaire devait immédiatement commencer à recevoir le vaccin Covid-19. 
Cet ordre controversé est intervenu quelques jours après que la Food & Drug Administration (FDA), un organisme corrompu, a donné son approbation au vaccin de Pfizer. Bien que cela dépasse le cadre de cet article, Michael Baxter examine les preuves que Pfizer a versé d’énormes sommes d’argent à la FDA en échange de l’approbation d’un médicament qui a été peu testé et qui a suscité un vif débat sur sa sécurité et son efficacité. 
Comme RRN l’a rapporté le 10 août, le général Berger et le secrétaire à la défense se sont affrontés sur des opinions très différentes sur la question de savoir si une administration illégitime a le pouvoir d’imposer des mandats de type draconien qui pourraient potentiellement mettre en danger les forces de combat américaines. Austin avait déclaré qu’il ne répondait qu’à Kamala Harris et Joe Biden, et le général Berger l’avait accusé de “vendre son âme au diable” pour la popularité. Le général Berger avait ajouté qu’il résisterait par la force à toute tentative d’inoculer illégalement ses Marines. 
L’hostilité entre les deux hommes s’est intensifiée mercredi matin lorsque Kirby, répondant à des questions lors d’un point de presse sur l’Afghanistan, a mentionné avec désinvolture que les vaccinations obligatoires commenceraient immédiatement. 
Une source du bureau du général Berger a déclaré à Michael Baxter que son bureau avait reçu un mémo quelques minutes après la fin du briefing. Ce mémo indiquait que 800.000 des 1.346.000 membres du personnel de service actif du pays, dont 156.000 Marines, avaient refusé la vaccination. À titre de comparaison, ces chiffres représentent 59 % – une majorité – de l’ensemble du pays et 86 % du corps des Marines. 
En outre, le mémo affirme qu’aucun soldat ne se verra accorder une dérogation, indépendamment de son état de santé ou de son appartenance religieuse. “Si un homme ou une femme est en assez bonne santé pour servir dans les forces armées, il/elle est en assez bonne santé pour recevoir une vaccination Covid-19” et “Nous ne pouvons tolérer que les forces armées refusent le vaccin en raison d’un conflit avec les croyances religieuses. Tout le personnel militaire américain sera vacciné, à partir de maintenant”, sont les mots portant la signature de Lloyd Austin. 
Selon notre source, le général Berger a téléphoné à Austin et n’a prononcé que deux mots – “c’est terminé” – avant de passer le mémo à la déchiqueteuse. 
Il insiste sur le fait que la position de Berger sur les vaccinations obligatoires est inchangée. 
“Berger a app

lé d’autres officiers militaires de haut rang juste après avoir vu le mémo. Il était livide”, dit notre source. “J’ai entendu Berger dire qu’il ne tolérerait pas cela et qu’il rassemblerait tous les moyens à sa disposition pour empêcher les vaccinations obligatoires dans l’armée. D’habitude, il est si bien disposé. Je n’ai jamais vu une telle rage chez lui”, a déclaré notre source. 
“Le général Berger ne reconnaît pas l’administration Biden. Il sait que le pouvoir a été illégalement usurpé, et l’élection volée. Il pense que les vaccins nécessitent beaucoup plus de tests, et qu’il est inconstitutionnel et immoral d’utiliser des médicaments douteux sur des troupes en parfaite santé. Il est prêt à se battre pour cela”, ajoute notre source. 
Il affirme que le général Berger a le soutien de la plupart des chefs d’état-major interarmées, y compris le chef de l’armée de terre, le général James C. McConville, le chef de l’armée de l’air, le général Charles Q. Brown, et le chef des opérations navales, Michael M. Gilday, qui sont tous nommés par Trump et qui ont tous juré de déposer Kamala Harris et Joe Bide, en toute hâte.

Par Michael Baxter le 25 août 2021 : 
https://realrawnews.com/2021/08/marines-defy-pentagon-no-vaccine-mandates/

Source : Changera

Partager cet article
Repost0
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 17:36

 

Des analyses en laboratoire confirment la présence de graphène et plusieurs métaux toxiques dans les vaccins covid

La microscopie à contraste de phase, la microscopie électronique à transmission et à balayage et la spectroscopie à rayons X à dispersion d'énergie révèlent les ingrédients des vaccins contre le CoV-19 !

Les germes naissent en nous et de nous comme une infection et non comme une infection des cellules du corps. En d'autres termes, les germes sont des symptômes de désorganisation cellulaire et génétique et NON la cause spécifique de la désorganisation cellulaire et génétique ! Le GERME n'est RIEN et le TERRAIN est TOUT. Les germes ne peuvent que contribuer à un état de déséquilibre toxique, mais ils ne peuvent JAMAIS être à l'origine d'une maladie ou d'un malaise spécifique[55] - Dr Robert O. Young

Les germes naissent en nous et de nous comme une infection et non comme une infection des cellules du corps. En d'autres termes, les germes sont des symptômes de désorganisation cellulaire et génétique et NON la cause spécifique de la désorganisation cellulaire et génétique ! Le GERME n'est RIEN et le TERRAIN est TOUT. Les germes ne peuvent que contribuer à un état de déséquilibre toxique, mais ils ne peuvent JAMAIS être à l'origine d'une maladie ou d'un malaise spécifique[55] - Dr Robert O. Young

Résumé

Il existe actuellement quatre grandes sociétés pharmaceutiques qui fabriquent un vaccin contre le SRAS-CoV-2, maintenant appelé SRAS-CoV-19. Ces fabricants et leurs vaccins sont Pfizer-- le vaccin ARNm BioNTech, Moderna- le vaccin ARNm Lonza -1273, Serum Institute- le vaccin Oxford Astrazeneca et le vaccin Covid-19 Janssen, fabriqué par Janssen Biotech Inc, une société pharmaceutique Janssen de Johnson & Johnson, un adénovirus recombinant, inapte à la réplication, exprimant la protéine de pointe du SRAS-CoV-2. L'objectif de ces vaccins est de conférer une immunité contre le nouveau coronavirus infectieux ou SARS-CoV-2, désormais appelé SARS-CoV-19. Ces quatre sociétés pharmaceutiques n'ont pas fourni de divulgation complète à la FDA sur leur boîte de vaccin, leur fiche d'information ou leur étiquette pour bon nombre des ingrédients majeurs et/ou mineurs contenus dans ces soi-disant vaccins. Le but de cet article de recherche est d'identifier les ingrédients majeurs et mineurs spécifiques contenus dans le vaccin Pfizer, le vaccin Moderna, le vaccin Astrazeneca et le vaccin Janssen en utilisant divers tests scientifiques anatomiques, physiologiques et fonctionnels pour chaque vaccin SRAS-COV-2-19. En tant que droits de l'homme, régis en vertu du droit international par le Code de Nuremberg de 1947, l'information sur les ingrédients spécifiques du vaccin est essentielle, requise et nécessaire à connaître pour que tout être humain de n'importe quel pays au monde puisse prendre une décision éclairée quant à son consentement ou non à l'inoculation du SRAS-CoV-2-19. Nous avons effectué les tests scientifiques sur chaque vaccin et avons identifié plusieurs ingrédients ou adjuvants non divulgués qui sont contenus dans ces quatre vaccins contre le SRAS-CoV-2-19. Actuellement, ces vaccins sont administrés à des millions d'êtres humains dans le monde entier en vertu d'une autorisation d'utilisation d'urgence (EUA) délivrée par chaque pays sans que tous les ingrédients soient divulgués et, dans certains cas, à la demande de gouvernements ou d'employeurs, ce qui constitue une violation des droits de l'homme en vertu du Code de Nuremberg de 1947.


Méthodologie et techniques


Quatre "vaccins" ont été analysés, à savoir le vaccin Pfizer-BioNtech, Moderna-Lonza mRNA-1273, Vaxzevria d'Astrazeneca, Janssen de Johnson & Johnson, en utilisant différents instruments et protocoles de préparation selon les nouvelles approches technologiques des nanoparticules. Les différents instruments comprennent la microscopie optique, la microscopie à champ clair, la microscopie à contraste de pHase, la microscopie à champ sombre, l'absorbance UV et la spectroscopie de fluorescence, la microscopie électronique à balayage, la microscopie électronique à transmission, la spectroscopie à dispersion d'énergie, le diffractomètre à rayons X et les instruments de résonance magnétique nucléaire, qui ont été utilisés pour vérifier la morphologie et le contenu des "vaccins". Pour les mesures de haute technologie et le soin de l'enquête, tous les contrôles ont été activés et les mesures de référence adoptées afin d'obtenir des résultats validés.


Microscopie à contraste de phase et à champ sombre du sang vivant


Des images des fractions aqueuses des vaccins ont ensuite été obtenues pour évaluer visuellement la présence éventuelle de particules de carbone ou de graphène.

Les observations en microscopie optique ont révélé une abondance d'objets laminaires 2D transparents qui présentent une grande similitude avec les images de la littérature (Xu et al, 2019), et avec les images obtenues à partir de la norme rGO (SIGMA)(Figures 1, 2 et 3).

Des images de grandes feuilles transparentes de taille et de formes variables ont été obtenues, montrant des formes ondulées et plates, irrégulières. Des feuilles plus petites de formes polygonales, également similaires aux flocons décrits dans la littérature (Xu et al, 2019) peuvent être révélées avec la microscopie à contraste de pHase et à champ sombre (Figure 3).

Tous ces objets laminaires étaient répandus dans la fraction aqueuse de l'échantillon de sang (Figure 1) ou de vaccin (Figures 2 et 3) et aucun composant décrit par le brevet déposé ne peut être associé à ces feuilles.

 

Figure 1, vous pouvez voir à quoi ressemble une bombe à fragmentation d'oxyde de graphène réduit (rGO) dans le sang humain vivant non taché après une inoculation de CoV-19 provoquant une coagulation sanguine pathologique ![1][2][55][56][57]
 

La figure 1 est une micrographie d'un amas de carbone d'oxyde de graphène réduit (rGO) visualisé dans le sang humain vivant non coloré avec une microscopie à contraste de pHase à 1500x. Notez que les globules rouges s'agglomèrent dans et autour du cristal rGO dans une condition connue sous le nom de Rouleau ! Un mot français qui signifie "empiler".

La figure 1 est une micrographie d'un amas de carbone d'oxyde de graphène réduit (rGO) visualisé dans le sang humain vivant non coloré avec une microscopie à contraste de pHase à 1500x. Notez que les globules rouges s'agglomèrent dans et autour du cristal rGO dans une condition connue sous le nom de Rouleau ! Un mot français qui signifie "empiler".

Quels sont les ingrédients non divulgués contenus dans les vaccins CoV-19 soi-disant Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen ?


Pour répondre à cette question, une fraction aqueuse des vaccins Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen a été prélevée dans chaque flacon, puis examinée séparément sous microscope à contraste de pHase à des grossissements de 100x, 600x et 1500x, montrant des preuves anatomiques de particules d'oxyde de graphène réduit (rGO) qui ont été comparées à des micrographies de rGO de Choucair et al, 2009 pour identification et vérification[3].


Étapes de l'analyse des fractions aqueuses du vaccin


Les échantillons réfrigérés ont été traités dans des conditions stériles, en utilisant une chambre à flux laminaire et du matériel de laboratoire stérilisé.


Les étapes de l'analyse sont les suivantes


1. Dilution dans du sérum physiologique stérile à 0,9 % (0,45 ml + 1,2 ml)

2. Fractionnement par polarité : 1,2 ml d'hexane + 120 ul d'échantillon RD1

3. Extraction de la phase aqueuse hydrophile

4. Balayage de l'absorbance UV et de la spectroscopie de fluorescence

 

La microscopie électronique à balayage et à transmission révèle la présence d'oxyde de graphène dans les vaccins contre le CoV-19

5. Extraction et quantification de l'ARN dans l'échantillon

6. Microscopie électronique et optique de la pHase aqueuse.

Les ingrédients non divulgués du "vaccin" de Pfizer


Les micrographies des figures 2 et 3 ont été obtenues par microscopie optique à contraste de pHase 100X, 600X et 1500X, à champ sombre et à champ clair [3].


À gauche de chaque micrographie, vous verrez des micrographies obtenues à partir de la fraction aqueuse du vaccin Pfizer contenant du rGO.


À droite de chaque micrographie, vous verrez une correspondance avec des sources connues contenant du rGO pour la validation anatomique.

Les observations en microscopie à contraste de pHase, à champ sombre, à champ clair, en microscopie électronique à transmission et à balayage du produit vaccinal de Pfizer, ainsi que des produits vaccinaux de Moderna, Astrazeneca et Janssen ont révélé certaines entités qui peuvent être des bandes de graphène, comme le montre la figure 3 ci-dessous.

 

 

La figure 2 montre une image de la fraction aqueuse de l'échantillon de vaccin Pfizer (à gauche) et de l'oxyde de graphène réduit (rGO) standard (à droite) (Sigma-777684). Microscopie optique, 100X

La figure 2 montre une image de la fraction aqueuse de l'échantillon de vaccin Pfizer (à gauche) et de l'oxyde de graphène réduit (rGO) standard (à droite) (Sigma-777684). Microscopie optique, 100X

Figure 3 - Images de fractions aqueuses contenant de l'oxyde de graphène réduit provenant de l'échantillon de vaccin Pfizer (à gauche) et de l'oxyde de graphène réduit (rGO) standard soniqué (à droite) (Sigma-777684). Microscopie optique à contraste de pHase, 600X

Figure 3 - Images de fractions aqueuses contenant de l'oxyde de graphène réduit provenant de l'échantillon de vaccin Pfizer (à gauche) et de l'oxyde de graphène réduit (rGO) standard soniqué (à droite) (Sigma-777684). Microscopie optique à contraste de pHase, 600X

La figure 4 montre la capside du liposome contenant le rGO que Pfizer utilise pour son produit pour véhiculer l'oxyde de graphène en attachant la capside du liposome à des molécules d'ARNm spécifiques pour conduire le contenu du liposome de rGO vers des organes, des glandes et des tissus spécifiques, à savoir les ovaires et les testicules, la moelle osseuse, le cœur et le cerveau. L'image a été obtenue par une préparation SEM-Cryo.

La figure 4 montre la capside du liposome contenant le rGO que Pfizer utilise pour son produit pour véhiculer l'oxyde de graphène en attachant la capside du liposome à des molécules d'ARNm spécifiques pour conduire le contenu du liposome de rGO vers des organes, des glandes et des tissus spécifiques, à savoir les ovaires et les testicules, la moelle osseuse, le cœur et le cerveau. L'image a été obtenue par une préparation SEM-Cryo.

Pour une identification définitive du graphène par TEM, il est nécessaire de compléter l'observation par une caractérisation structurelle en obtenant un échantillon standard caractéristique par diffraction électronique (comme la figure 'b' montrée ci-dessous).

L'échantillon standard correspondant au graphite ou au graphène a une symétrie hexagonale, et présente généralement plusieurs hexagones concentriques.

La figure 4b révèle le diagramme de diffraction des rayons X des particules de graphène. Identification définitive de l'oxyde de graphène par microscopie TEM dans les 4 vaccins CoV-2-19

La figure 4b révèle le diagramme de diffraction des rayons X des particules de graphène. Identification définitive de l'oxyde de graphène par microscopie TEM dans les 4 vaccins CoV-2-19

En utilisant la microscopie électronique à transmission (MET), nous avons observé une matrice ou un maillage complexe de feuilles de rGO flexibles, translucides et pliées, avec un mélange d'agglomérations multicouches plus sombres et de monocouches dépliées de couleur plus claire, comme le montre la figure 5. [3]

La figure 5 montre un amas de nanoparticules de graphène dans un vaccin Pfizer. Elles semblent être agrégées.

La figure 5 montre un amas de nanoparticules de graphène dans un vaccin Pfizer. Elles semblent être agrégées.

Les zones linéaires plus sombres de la figure 5 semblent être un chevauchement local des feuilles et un arrangement local des feuilles individuelles parallèlement au faisceau d'électrons [4].


Après le maillage, une forte densité de formes claires arrondies et elliptiques non identifiées apparaît, correspondant peut-être à des trous générés par le forçage mécanique du maillage rGO pendant le traitement, comme on peut le voir sur la figure 6.[4]

La figure 6 montre une observation en microscopie TEM où l'on retrouve des particules d'oxyde de graphène réduit dans un vaccin Pfizer". La diffractométrie des rayons X révèle leur nature de nanoparticules cristallines de rGO à base de carbone.

La figure 6 montre une observation en microscopie TEM où l'on retrouve des particules d'oxyde de graphène réduit dans un vaccin Pfizer". La diffractométrie des rayons X révèle leur nature de nanoparticules cristallines de rGO à base de carbone.

 

La spectroscopie aux rayons X à dispersion d'énergie révèle la présence de rGO dans un vaccin Pfizer [5] [6] [7].

 


Le contenu chimique et élémentaire de la fraction liquide du vaccin Pfizer a ensuite été analysé par spectroscopie à rayons X à dispersion d'énergie (EDS), comme le montre la figure 6. Le spectre EDS a montré la présence de carbone, d'oxygène, vérifiant les éléments rGO, ainsi que de sodium et de chlorure, puisque les échantillons des figures 2, 3, 5 et 6 ont été dilués dans une solution saline.

 

 

La figure 7 montre un spectre EDS d'un "vaccin" Pfizer sous un microscope ESEM couplé à une microsonde à rayons X EDS (axe X =KeV, axe Y =Comptes) identifiant le carbone, l'oxygène, le sodium et le chlorure.

La figure 7 montre un spectre EDS d'un "vaccin" Pfizer sous un microscope ESEM couplé à une microsonde à rayons X EDS (axe X =KeV, axe Y =Comptes) identifiant le carbone, l'oxygène, le sodium et le chlorure.

 

La quantification de l'ARNm dans le vaccin Pfizer

 

 

La quantification de l'ARN dans l'échantillon Pfizer a été effectuée selon les protocoles conventionnels (Fisher).

 

Selon le logiciel spécifique de vérification de l'étalonnage du spectrophotomètre NanoDropTM 2000 (Thermofisher), le spectre d'absorption UV de la fraction aqueuse totale était corrélé à 747 ng/ul de substances absorbantes inconnues.

 

Cependant, après extraction de l'ARN à l'aide d'un kit commercial (Thermofisher), la quantification à l'aide de la sonde de fluorescence Qbit spécifique à l'ARN (Thermofisher) a montré que seuls 6t ug/ul pouvaient être liés à la présence d'ARN. Le spectre était compatible avec le pic du rGO à 270nm.

 

Selon les images microscopiques présentées ici, la majeure partie de cette absorbance pourrait être due à des feuilles de type graphène, abondantes dans les fluides en suspension dans l'échantillon.

 

Ces conclusions sont également étayées par la forte fluorescence de l'échantillon, avec un maximum à 340 nm, en accord avec les valeurs de pic pour le rGO. Il faut rappeler que l'ARN ne présente pas de fluorescence spontanée sous exposition aux UV.

 

 

Figure 8 - Spectre UV de la fraction aqueuse de l'échantillon de vaccin Pfizer. [1] [2] [3] [5] [6]

Figure 8 - Spectre UV de la fraction aqueuse de l'échantillon de vaccin Pfizer. [1] [2] [3] [5] [6]

Test de fluorescence Ultra Violet de la fraction aqueuse de Pfizer pour l'oxyde de graphène réduit (rGO) [5]

Les spectres d'absorption et de fluorescence ultraviolets ont été obtenus avec le spectrophotomètre Cytation 5 Cell Imaging Multi-Mode Reader (BioteK). Le spectre d'absorption UV a confirmé un pic maximum à 270nm, compatible avec la présence de particules de rGO.

 

Le maximum de fluorescence UV à 340 nm suggère également la présence de quantités importantes de rGO dans l'échantillon (Bano et al, 2019).

Figure 9 - Les spectres d'absorption UV et de fluorescence ont été obtenus avec le spectrophotomètre Cytation 5 Cell Imaging Multi-Mode Reader (BioteK). Le spectre d'absorption UV a confirmé un pic maximal à 270 nm, compatible avec la présence de rGO. Le maximum de fluorescence UV à 340 nm suggère également la présence de quantités importantes de rGO dans l'échantillon (Bano et al, 2019).

Figure 9 - Les spectres d'absorption UV et de fluorescence ont été obtenus avec le spectrophotomètre Cytation 5 Cell Imaging Multi-Mode Reader (BioteK). Le spectre d'absorption UV a confirmé un pic maximal à 270 nm, compatible avec la présence de rGO. Le maximum de fluorescence UV à 340 nm suggère également la présence de quantités importantes de rGO dans l'échantillon (Bano et al, 2019).

Figure 10 - L'analyse spectroscopique UV a montré une adsorption due à la présence d'oxyde de graphène réduit, ce qui est confirmé par l'observation en microscopie visible ultraviolette.

Figure 10 - L'analyse spectroscopique UV a montré une adsorption due à la présence d'oxyde de graphène réduit, ce qui est confirmé par l'observation en microscopie visible ultraviolette.

 

Les figures 11 et 12 ci-dessous montrent une micrographie de différentes micro et nano particules qui ont été identifiées dans les vaccins Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen, dits " vaccins " et analysées sous un microscope électronique à balayage environnemental (SEM) couplé à une microsonde à rayons X d'un système dispersif en énergie (EDS) qui révèle la taille des particules, la distribution de la composition et la nature chimique des micro et nano particules observées[5][6][7].

 

 

La figure 11 montre des débris de 20 microns de longueur identifiés dans le soi-disant "vaccin" Pfizer contenant du carbone, de l'oxygène, du chrome, du soufre, de l'aluminium, du chlorure et de l'azote.

La figure 11 montre des débris de 20 microns de longueur identifiés dans le soi-disant "vaccin" Pfizer contenant du carbone, de l'oxygène, du chrome, du soufre, de l'aluminium, du chlorure et de l'azote.

 La figure 12 montre une particule de 20 microns de longueur identifiée dans le soi-disant "vaccin" Pfizer. Elle est composée de carbone, d'oxygène de chrome, de soufre, d'aluminium, de chlorure et d'azote.

La figure 12 montre une particule de 20 microns de longueur identifiée dans le soi-disant "vaccin" Pfizer. Elle est composée de carbone, d'oxygène de chrome, de soufre, d'aluminium, de chlorure et d'azote.

 

Les figures 13 et 14 ci-dessous montrent une micrographie de différentes micro et nanoparticules qui ont été identifiées dans les vaccins Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen et analysées au microscope électronique à balayage (MEB) couplé à une microsonde à rayons X d'un système à dispersion d'énergie (SDE) qui révèle la taille des particules, la distribution de la composition et la nature chimique des micro et nanoparticules observées.

 

Y a-t-il des parasites dans les "vaccins" de Pfizer ?

 

Un corps allongé de 50 microns, comme on peut le voir sur la figure 13, est une présence mystérieuse et nette dans le vaccin Pfizer. Il apparaît et est identifié anatomiquement comme un parasite Trypanosoma cruzi dont plusieurs variantes sont létales et constituent l'une des nombreuses causes du syndrome d'immunodéficience acquise ou SIDA [Atlas of Human Parasitology, 4e édition, Lawrence Ash et Thomas Orithel, pages 174 à 178] [8].

 

 

La figure 13 montre un parasite Trypanosoma d'environ 20 microns de long trouvé dans le soi-disant "vaccin" Pfizer. Il est composé de carbone, d'oxygène, de chrome, de soufre, d'aluminium, de chlorure et d'azote.

La figure 13 montre un parasite Trypanosoma d'environ 20 microns de long trouvé dans le soi-disant "vaccin" Pfizer. Il est composé de carbone, d'oxygène, de chrome, de soufre, d'aluminium, de chlorure et d'azote.

Une micrographie par microscopie à contraste de phase : parasite Trypanosoma cruzi [8] vivant dans du sang

Une micrographie par microscopie à contraste de phase : parasite Trypanosoma cruzi [8] vivant dans du sang

La figure 14 identifie une composition de nanoparticules comprenant du carbone, de l'oxygène, du chrome, du soufre, de l'aluminium, du chlorure et de l'azote, que l'on retrouve également dans les "vaccins" CoV-19.

La figure 13 identifie une composition de nanoparticules

La figure 13 identifie une composition de nanoparticules

Les figures 15 et 16 ci-dessous montrent une micrographie de différentes micro et nanoparticules qui ont été identifiées et analysées sous un microscope électronique à balayage (MEB) environnemental couplé à une microsonde à rayons X d'un système à dispersion d'énergie (SDE) qui révèle la nature chimique des micro et nanoparticules observées et leur morphologie.

 

La particule blanche de 2 microns de long est composée de bismuth, carbone, oxygène, aluminium, sodium, cuivre et azote.

La figure 15 montre les particules de taille nanométrique et micronique identifiées dans le "vaccin" Pfizer. La particule blanche de 2 microns de long est composée de bismuth, carbone, oxygène, aluminium, sodium, cuivre et azote.

La figure 15 montre les particules de taille nanométrique et micronique identifiées dans le "vaccin" Pfizer. La particule blanche de 2 microns de long est composée de bismuth, carbone, oxygène, aluminium, sodium, cuivre et azote.

La figure 16 montre que la particule blanche de 2 microns trouvée dans le "vaccin" Pfizer est composée de bismuth, de carbone, d'oxygène, d'aluminium, de sodium, de cuivre et d'azote.

La figure 16 montre que la particule blanche de 2 microns trouvée dans le "vaccin" Pfizer est composée de bismuth, de carbone, d'oxygène, d'aluminium, de sodium, de cuivre et d'azote.

 

Les figures 17 et 18 montrent l'identification de particules organiques de carbone, d'oxygène et d'azote avec un agrégat de nanoparticules incorporées comprenant du bismuth, du titane, du vanadium, du fer, du cuivre, du silicium et de l'aluminium, qui ont toutes été trouvées dans le soi-disant " vaccin " Pfizer.

 

 

La figure 17 montre un agrégat organique (carbone-oxygène-azote) avec des nanoparticules de bismuth, de titane, de vanadium, de fer, de cuivre, de silicium et d'aluminium incorporées dans le "vaccin" Pfizer.

La figure 17 montre un agrégat organique (carbone-oxygène-azote) avec des nanoparticules de bismuth, de titane, de vanadium, de fer, de cuivre, de silicium et d'aluminium incorporées dans le "vaccin" Pfizer.

La figure 18 montre un agrégat organique (carbone-oxygène-azote) avec des nanoparticules de bismuth, de titane, de vanadium, de fer, de cuivre, de silicium et d'aluminium incorporées dans un "vaccin" Pfizer !

La figure 18 montre un agrégat organique (carbone-oxygène-azote) avec des nanoparticules de bismuth, de titane, de vanadium, de fer, de cuivre, de silicium et d'aluminium incorporées dans un "vaccin" Pfizer !

Les ingrédients non divulgués du "vaccin" d'Astrazeneca

Les figures 19 et 20 montrent un agrégat de fer, de chrome et de nickel, également connu sous le nom d'acier inoxydable, composé de micro et nanoparticules incorporées et identifiées dans le "vaccin" d'Astrazeneca, observé au microscope électronique à transmission (MET) et quantifié à l'aide d'une microsonde à rayons X d'un système à dispersion d'énergie qui révèle la nature chimique des micro et nanoparticules observées et leur morphologie.

Figure 19 - Agrégat manufacturé de fer, de chrome et de nickel, également connu sous le nom d'acier inoxydable.

Figure 19 - Agrégat manufacturé de fer, de chrome et de nickel, également connu sous le nom d'acier inoxydable.

La figure 20 montre les particules de nano quantifiées dans le "vaccin" Astrazeneca à l'aide d'une microsonde à rayons X d'un système à dispersion d'énergie qui révèle la nature chimique des micro et nanoparticules observées.

La figure 20 montre les particules de nano quantifiées dans le "vaccin" Astrazeneca à l'aide d'une microsonde à rayons X d'un système à dispersion d'énergie qui révèle la nature chimique des micro et nanoparticules observées.

L'instrument XRF (X-ray fluorescence) a été utilisé pour évaluer les adjuvants du "vaccin" Astrazeneca, ce qui a permis d'identifier les molécules suivantes : histidine, saccharose, polyéthylène glycol (PEG) et alcool éthylénique, également contenues dans les "vaccins" Pfizer et Moderna. Les résultats de ce test sont présentés figure 20 [9].

 

Le PEG et l'alcool éthylénique sont tous deux connus pour être cancérigènes et génotoxiques[9]. Le PEG était le seul adjuvant déclaré sur la fiche technique énumérant les ingrédients du "vaccin" Astrazeneca, mais contenu dans les "vaccins" Pfizer et Moderna.

La figure 21 identifie le spectre des adjuvants des vaccins AstraZeneca. Des couleurs différentes sont utilisées pour les quatre molécules identifiées à l'aide de spectres de référence. La concentration relative est calculée sur les intégrales des signaux de référence pour les molécules dans un spectre quantitatif acquis avec un rapport cyclique de 5 secondes. Le plus long T1 calculé étant de 5 secondes.

La figure 21 identifie le spectre des adjuvants des vaccins AstraZeneca. Des couleurs différentes sont utilisées pour les quatre molécules identifiées à l'aide de spectres de référence. La concentration relative est calculée sur les intégrales des signaux de référence pour les molécules dans un spectre quantitatif acquis avec un rapport cyclique de 5 secondes. Le plus long T1 calculé étant de 5 secondes.

Les ingrédients non divulgués du "vaccin" de Janssen

 

Les figures 22 et 23 montrent un agrégat organique-inorganique identifié dans le "vaccin" de Janssen. Les particules sont composées d'acier inoxydable et sont collées ensemble avec une "colle à base de carbone" d'oxyde de graphène réduit[10]. Cet agrégat est hautement magnétique et peut déclencher une coagulation sanguine pathologique et "l'effet Corona" ou "l'effet protéine en pointe" créé par la dégénérescence de la membrane cellulaire due aux interactions avec d'autres dipôles[10]. Vous pouvez voir ces réactions biologiques ou transformations cellulaires dans le sang vivant sous pHase Contraste et microscopie à fond noir dans les figures 24, 25 et 26[1][11].

 

Figure 22 : Agrégat d'acier inoxydable composé de carbone, d'oxygène, de fer et de nickel, maintenu par de l'oxyde de graphène.

Figure 22 : Agrégat d'acier inoxydable composé de carbone, d'oxygène, de fer et de nickel, maintenu par de l'oxyde de graphène.

La figure 23 montre des éléments de carbone, d'oxygène, de fer et de nickel réunis par de l'oxyde de graphène.

La figure 23 montre des éléments de carbone, d'oxygène, de fer et de nickel réunis par de l'oxyde de graphène.

L'effet Corona et l'effet protéine Spike

 

L'" effet Corona " et la " protéine de pointe " créés de manière endogène sont causés par un empoisonnement chimique et radiologique dû à l'oxyde de graphène réduit et aux rayonnements micro-ondes ![11]

Figure 24 "L'effet Corona" et la création endogène d'exosomes due à l'empoisonnement chimique et radiologique des fluides vasculaires et interstitiels de l'interstium.

Figure 24 "L'effet Corona" et la création endogène d'exosomes due à l'empoisonnement chimique et radiologique des fluides vasculaires et interstitiels de l'interstitium.

La figure 25 montre "l'effet Corona" et la naissance endogène de pics de protéines S1 causés par les radiations et l'empoisonnement chimique ou ce que j'appelle "l'effet de pic de protéines".

La figure 25 montre "l'effet Corona" et la naissance endogène de pics de protéines S1 causés par les radiations et l'empoisonnement chimique ou ce que j'appelle "l'effet de pic de protéines".

Figure 26 Cette micrographie montre la création endogène des "pics de protéines" comme une infection et non une infection !

Figure 26 Cette micrographie montre la création endogène des "pics de protéines" comme une infection et non une infection !

Les figures 24 et 25 ci-dessus montrent "L'EFFET CORONA" sur les globules rouges et la figure 26 montre "L'EFFET PROTÉINE SPIKE", tous deux causés par une acidose décompensée des fluides interstitiels et vasculaires provenant d'un mode de vie acide et plus particulièrement d'une exposition à des champs électromagnétiques pulsés toxiques à 2,4 GHz ou plus, d'un empoisonnement chimique provenant de la nourriture et de l'eau ingérées, d'une pollution atmosphérique acide toxique, de chemtrails et, pour couronner le tout, d'une inoculation de CoV-19 à base de nana particules chargées de produits chimiques ! S'il vous plaît, laissez vos sentiments et vos fausses croyances à la porte avant que VOUS ne vous fassiez du mal prématurément[11] !

 

Les ingrédients non-divulgués du "vaccin" Moderna

 

Les figures 26 et 27 ont identifié une entité mixte de matières organiques et inorganiques contenue dans le "vaccin" Moderna.  
La microscopie électronique à transmission (TMS) et la quantification à l'aide d'une microsonde à rayons X d'un système à dispersion d'énergie (EDS) ont révélé la nature chimique des micro et nanoparticules observées.

Le "vaccin" Moderna est un substrat d'oxyde de graphène réduit à base de carbone dans lequel sont incorporées des nanoparticules. Ces nanoparticules sont composées de carbone, d'azote, d'oxygène, d'aluminium, de cuivre, de fer et de chlore[12].

Figure 26 La microscopie électronique à transmission révèle un composite d'oxyde de graphène dans lequel sont intégrées des matières organiques et non organiques.

Figure 26 La microscopie électronique à transmission révèle un composite d'oxyde de graphène dans lequel sont intégrées des matières organiques et non organiques.

La figure 27 révèle la présence de nanoparticules cytotoxiques intégrées.

La figure 27 révèle la présence de nanoparticules cytotoxiques intégrées.

Les figures 27 et 28 montrent une analyse qui a également été effectuée sous microscope électronique à transmission (TEM) et quantifiée avec une microsonde à rayons X d'un système dispersif en énergie (EDS) et qui a révélé la nature chimique des micro et nano particules observées. De nombreux corps étrangers ont été identifiés avec une morphologie sphérique avec quelques cavités en forme de bulles.

La figure 29 montre qu'ils sont composés de carbone, d'azote, d'oxygène, de silicium, de plomb, de cadmium et de sélénium. Cette composition de nanoparticules hautement toxiques sont des points quantiques de séléniure de cadmium qui sont cytotoxiques et génotoxiques [13] [14].

La figure 27 montre les nano-points dans l'oxyde de graphène trouvé dans le "vaccin" Moderna.

La figure 27 montre les nano-points dans l'oxyde de graphène trouvé dans le "vaccin" Moderna.

La figure 28 montre les nano-points dans l'oxyde de graphène trouvé dans le "vaccin" Moderna.

La figure 28 montre les nano-points dans l'oxyde de graphène trouvé dans le "vaccin" Moderna.

La figure 29 révèle la composition cytotoxique et génotoxique des nanoparticules d'oxyde de graphène trouvées dans le "vaccin" Moderna.

La figure 29 révèle la composition cytotoxique et génotoxique des nanoparticules d'oxyde de graphène trouvées dans le "vaccin" Moderna.

Les figures 30 et 31 analysent plus en détail le "vaccin" Moderna et révèlent un symplaste de 100 microns de composite de nanoparticules d'oxyde de graphène réduit. Le rGO est composé de carbone et d'oxygène avec une contamination de nanoparticules d'azote, de silicium, de phosphore et de chlore [15].

Figure 30 La microscopie électronique à transmission révèle un grand composite d'oxyde de graphène réduit de 100 microns.

Figure 30 La microscopie électronique à transmission révèle un grand composite d'oxyde de graphène réduit de 100 microns.

La figure 31 révèle le complexe de nanoparticules contenu dans le "vaccin" Moderna

La figure 31 révèle le complexe de nanoparticules contenu dans le "vaccin" Moderna

Les figures 32 et 33 montrent des entités d'oxyde de graphène réduit à base de carbone dans le "vaccin" Moderna, mélangées à des agrégats remplis de nanoparticules de silicate d'aluminium[16].

La figure 32 révèle un complexe d'oxyde de graphène et de silicate d'aluminium par microscopie électronique à transmission.

La figure 32 révèle un complexe d'oxyde de graphène et de silicate d'aluminium par microscopie électronique à transmission.

La figure 33 révèle les nano-éléments d'oxyde de graphène et de silicate d'aluminium contenus dans le "vaccin" Moderna

La figure 33 révèle les nano-éléments d'oxyde de graphène et de silicate d'aluminium contenus dans le "vaccin" Moderna

 

 

Discussion

 

La pandémie de SRAS-CoVid-2-19 a incité les industries pharmaceutiques à développer de nouveaux médicaments qu'elles ont appelés vaccins.

 

Le mécanisme d'action de ces nouveaux médicaments, tel qu'il est déclaré par l'industrie pharmaceutique, associé à ce qui est indiqué dans la fiche technique des vaccins, n'est PAS clair pour les savants médicaux actuels qui comprennent que ces nouveaux médicaments produits par Pfizer - le vaccin ARNm BioNTech, le vaccin ARNm-1273 Moderna-Lonza, le vaccin Serum Institute Oxford Astrazeneca et le vaccin Janssen COVID -19, fabriqué par Janssen Biotech Inc, une société pharmaceutique Janssen de Johnson & Johnson, ne sont PAS des vaccins mais des médicaments nanotechnologiques fonctionnant comme une thérapie génétique.

 

Le nom "vaccin" est probablement un escamotage (ruse) utilisé pour des raisons bureaucratiques et technocratiques afin de recevoir une approbation d'urgence, en ignorant toutes les règles normales nécessaires pour les nouveaux médicaments, en particulier pour ceux qui impliquent de nouveaux mécanismes nanotechnologiques qui n'ont jamais été développés ni expérimentés par l'homme, où que ce soit, à n'importe quel moment de l'histoire du monde.

 

Tous ces soi-disant "vaccins" sont brevetés et leur contenu réel est donc tenu secret, même pour les acheteurs, qui, bien sûr, utilisent l'argent des contribuables. Ainsi, les consommateurs (les contribuables) n'ont aucune information sur ce qu'ils reçoivent dans leur corps par inoculation.

 

L'humanité est maintenue dans l'ignorance en ce qui concerne les processus technologiques de nanoparticules impliqués, les effets négatifs sur les cellules du corps, mais surtout l'effet possible de la nano-bio-interaction magnétotoxique, cytotoxique et génotoxique sur le sang et les cellules du corps.

 

Cette étude actuelle, qui consiste en une analyse directe des soi-disant "vaccins" susmentionnés à l'aide d'instruments technologiques à nanoparticules, révèle des informations troublantes et susceptibles de changer la vie des personnes concernées, concernant la vérité sur le contenu acide toxique réel de ces soi-disant vaccins.

 

La microscopie électronique à balayage et à transmission révèle la présence d'oxyde de graphène dans les vaccins contre le CoV-19

Les médicaments Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen ne sont PAS des "vaccins" mais des agrégats complexes de nanoparticules d'oxyde de graphène composés de divers nano-éléments fixés à des acides nucléiques génétiquement modifiés d'ARNm provenant de cellules animales ou vero et de cellules fœtales humaines avortées, comme nous l'avons vu et décrit ci-dessus. Une fois de plus, les ingrédients de ces soi-disant vaccins sont hautement magnétotoxiques, cytotoxiques et génotoxiques pour les membranes cellulaires des plantes, des insectes, des oiseaux, des animaux et des humains, ainsi que pour leur génétique...[...] 

 

58 références : article en anglais

 
 
Traduction: Ciel Voilé

Je partage cet article parce qu'il est le premier en son genre. Je suis frappé de constater qu'en 8 mois, aucun scientifique n'ait entrepris ce travail pour savoir de façon indépendante ce que contiennent exactement ces vaccins. Je n'y connais rien dans le domaine, ça a l'air assez pointu. Ce serait bien que ce soit confirmé par d'autres labos.

Deux précisions. Déjà je ne suis pas du tout d'accord avec ses conclusions que je n'ai donc pas inclus (l'article était de toute façon déjà énorme). Il prétend notamment ni plus ni moins que le SARS-COV-2...n'existe pas. C'est d'ailleurs ce qui décrédibilise son travail à mon sens. J'ai déjà entendu cette affirmation d'Astrid Stuckelberger. Pourtant, de multiples sources évoquent que le virus a été isolé un peu partout dans le monde depuis l'année dernière.

France:

https://www.pasteur.fr/fr/espace-presse/documents-presse/institut-pasteur-isole-souches-du-coronavirus-2019-ncov-detecte-france

USA:

https://ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7239045/

Turquie:

https://trt.net.tr/francais/science-sante/2020/04/06/covid-19-un-scientifique-turc-parvient-a-isoler-le-virus-sars-cov-2-1391967

Corée:

https://researchgate.net/publication/339358538_Virus_Isolation_from_the_First_Patient_with_SARS-CoV-2_in_Korea

Et certainement bien d'autres encore. Donc je ne vois pas comment on peut encore dire en 2021 que ce virus n'existe pas. Il aurait pu se contenter d'analyser les vaccins sans rentrer dans ces thèses hors sujet. Libre à chacun de croire encore à ça mais je me voyais pas publier ça sur le site. Je le précise.

Deuxièmement, concernant le parasite, je donne juste mon avis de profane. ça ressemble pas follement aux images du parasite qu'il évoque et aussi ça semble assez curieux qu'il n'en ai trouvé qu'un visiblement. Les parasites vivent en bande. Est-ce cohérent d'en trouver juste comme ça isolé? Lui-même ne semble pas tellement sûr de son coup puisqu'il indique "Y a-t-il des parasites dans les "vaccins" de Pfizer ?". Là encore, c'est une piste à creuser. Manque de bol, l'intérêt pour ce type de travail semble inexistant dans le monde scientifique. Il y a très peu de labos qui ont fait ça déjà avec les vaccins traditionnels et c'est très dommage. Espérons que ce genre d'initiative se reproduise car ce qu'il a découvert semble énorme.

 

https://www.fawkes-news.com/2021/08/des-analyses-en-laboratoire-confirment.html

Partager cet article
Repost0
23 août 2021 1 23 /08 /août /2021 18:54

http://

« La Bête de l’Évènement est là, et elle arrive. »
E.M. (Entretien au Financial Times, 16 avril 2020)

 

Un camerounais: « Nous avons un chef de l’état attaché aux libertés, pas un extraterrestre jupitérien qui a supprimé la liberté des français, mis de côté la constitution, court-circuité le Conseil Constitutionnel dirigé par un corrompu »!

 

La dénonciation du psychiatre Alessandro Meluzzi: « La plupart de ceux qui ont été vaccinés, à partir d’une certaine sphère, ont eu de faux vaccins. J’en suis sûr, ils me l’ont proposé aussi. »

Partager cet article
Repost0
23 août 2021 1 23 /08 /août /2021 18:49
Pr Didier Raoult: « Les conflits d’intérêt ont atteint un niveau de toxicité qu’il va falloir résoudre. Vous ne pouvez pas laisser des gens qui manient des milliards avoir une liberté totale dans leurs relations avec le monde de la santé »
 

Pr Didier Raoult: « Les conflits d’intérêt ont atteint un niveau de toxicité qu’il va falloir résoudre. Vous ne pouvez pas laisser des gens qui manient des milliards avoir une liberté totale dans leurs relations avec le monde de la santé »

Pr Didier Raoult: « François Crémieux est le grand copain de Martin Hirsch et comme j’ai dis ce que je pensais de la gestion de Paris qui est absolument épouvantable, il m’en veut beaucoup… On a l’impression qu’il est venu pour faire le ménage. »

Partager cet article
Repost0
23 août 2021 1 23 /08 /août /2021 18:37
 

Flash – Des manifestants anti-Pass Sanitaire prennent d’assaut le bureau d’ITV à Londres. La colère s’exacerbe chez nos amis anglais !!

 

Des manifestants contre l’instauration d’un pass vaccinal au Royaume-Uni prennent d’assaut les bureaux des médias britanniques ITV et Channel 4 à Londres.

Partager cet article
Repost0
23 août 2021 1 23 /08 /août /2021 18:27

Le ministère de la Défense exigera que toutes les troupes militaires américaines reçoivent le vaccin COVID-19 d' ici le 15 septembre. L'Associated Press a précédemment rendu compte de la note du secrétaire à la Défense Lloyd Austin.

par Kyle Becker

Grande réinitialisation : le Forum économique mondial déclare que « l'ère des robots humains est révolue »

L'AP a rapporté que "la date limite pourrait être repoussée si le vaccin reçoit l'approbation finale de la FDA ou si les taux d'infection continuent d'augmenter".

« Je n'hésiterai pas à agir plus tôt ou à recommander une voie différente au président si j'en ressens le besoin. Pour défendre cette nation, nous avons besoin d'une force saine et prête », a ajouté le secrétaire à la Défense.

 

Un membre des forces armées refusant de prendre le vaccin est passible de sanctions en vertu de l'UCMJ, a noté le rapport de l'AP. La peine pour refus d'obéir à un ordre peut aller jusqu'à la cour martiale.

"Certains militaires non vaccinés ont suggéré qu'ils se feraient vacciner une fois que cela serait nécessaire, mais d'autres s'y opposent catégoriquement", indique le rapport.

Maintenant, certains de ces soldats « catégoriquement opposés » portent plainte devant les tribunaux contre le prochain mandat militaire de vaccination.

Les personnes inscrites au procès en tant que défendeurs sont le secrétaire à la Défense Lloyd Austin, le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux Xavier Becerra et Janet Woodock, commissaire par intérim de la Food & Drug Administration.

« Les plaignants, le sergent d'état-major Daniel Robert, de l'armée américaine, et le sergent d'état-major Holli Mulvihill, USMC, individuellement et au nom de tous les autres membres du service actif, de la Garde nationale et de la Réserve dans une situation similaire, en tant que survivants documentés de COVID-19, déposent cette action contre le ministère de la Défense («DoD»), cherchant un jugement déclaratoire selon lequel le DoD ne peut pas les forcer à se faire vacciner contre le COVID-19 en vertu des réglementations militaires existantes, des réglementations fédérales, de la loi fédérale et de la Constitution américaine », indique la plainte légale des plaignants .

« Le secrétaire à la Défense, Lloyd Austin (le « SECDEF ») a publiquement informé les plaignants, via un mémo, qu'il demandera l'autorisation au président des États-Unis d'Amérique (le « Président »), de mandater le vaccin COVID-19 le ou vers le 15 septembre 2021 », notent les plaignants.

 

"Sur information et croyance, le DoD vaccine déjà des militaires en violation flagrante de ses obligations légales et des droits des militaires en vertu de la loi fédérale et de la Constitution."

"Le règlement de l'armée 40-562 fournit aux survivants documentés d'une infection, une exemption médicale présumée de la vaccination en raison de l'immunité naturelle acquise du fait d'avoir survécu à l'infection", a ajouté la plainte légale.

« Des exemples généraux d'exemptions médicales sont les suivants… Preuve d'immunité basée sur des tests sérologiques, une infection documentée ou des circonstances similaires », cite le procès.

« Les plaignants demandent également un jugement déclaratoire au motif que le mandat d'autorisation d'utilisation d'urgence (« EUA ») DoD COVID-19 Vaccine, dont ils ont été informés comme étant imminent, ne peut pas être délivré en violation du 10 USC §1107 [Code américain] et ses règlements d'application, y compris la directive DoD 6200.2, le règlement de la FDA sur les produits biologiques au 21 CFR § 50 et suivants, ainsi que la loi concernant le consentement éclairé 50 USC 1520 (« Le code de Nuremberg ») », a ajouté le procès.

Les analystes juridiques citent des situations antérieures qui suggèrent que les contestations judiciaires de l'ordonnance de vaccin COVID peuvent échouer devant les tribunaux.

"Légalement, les vaccins sous autorisation d'utilisation d'urgence exigent que les membres du service accordent un" consentement éclairé "pour en recevoir un, qu'ils sont autorisés à refuser", rapporte US News.

"La loi stipule qu'un président peut passer outre cette préoccupation dans" l'intérêt de la sécurité nationale ", selon une analyse du blog Lawfire de l'Université Duke en février."

Robert Sanders, président du Département de la sécurité nationale de l'Université de New Haven, a évoqué le cas de la vaccination des troupes pour les protéger de l'anthrax.

Une affaire de suivi a révélé que de tels ordres ne violaient pas les droits constitutionnels des troupes car « l'obligation de placer les besoins de la nation au-dessus du bien-être personnel d'un militaire s'applique en temps de paix comme en temps de guerre ».

Le professeur Sanders a donné son évaluation des contestations judiciaires de l'ordonnance de vaccination militaire. "Je crois que de tels défis échoueront sur le fond dans l'histoire du litige militaire du vaccin contre l'anthrax", a-t-il déclaré.

Les plaignants soumettent également dans leur procès le témoignage d'expert du Dr Peter McCullough, MD, qui est certifié par le conseil en médecine interne et était le chef de recherche à l'hôpital William Beaumont.

En plus d'être cardiologue, il détient également une maîtrise en santé publique de l'Université du Michigan. Il est actuellement professeur de médecine à la Texas Christian University et à la faculté de médecine du Centre des sciences de la santé de l'Université du Texas du Nord.

La partie pertinente du témoignage du médecin est soumise au format d'image texte ci-dessous :

témoignage de médecin covid 19

"Pour le dire de manière concise et franche, les personnes qui ont naturellement créé des anticorps résultant de la contraction et de la récupération du virus ne devraient recevoir aucune inoculation contre le virus ou toute famille ou variante de celui-ci, car cela fera plus de mal que de bien", est le Dr McCullough. témoigner.

Le Pentagone n'a pas encore officiellement émis le mandat de vaccination, mais l'ordonnance devrait être émise en septembre.

Source : BeckerNews.com

Partager cet article
Repost0
23 août 2021 1 23 /08 /août /2021 18:25

Tentative de synthèse des ressources disponibles

 

Droit des affaires - Saaidi

 

1 – Le texte de loi

 
 

2 – Pour le personnel soignant

 
 
 

3 – Synthèse sur les situations juridiques professionnelles

 
 

4 – Salariés et employeurs face à l’obligation vaccinale et au pass-sanitaire

 
 
 
 
 

5 – Modèles de courriers de recours

 
  • Modèles de courriers réponses rédigés par des avocats et juristes en cas de demandes menaçantes d’employeur ou de responsables d’établissements scolaires ou universitaires appelant à la vaccination obligatoire pour les employés ou pour les élèves ou étudiants.
 
 
 

6 – Courrier à utiliser à l’entrée des lieux visés par la loi

 
 

7 – Les différents tests virologiques disponibles

 
 

8 – D’autres conseils utiles

 
 
 

9 – Articles de fond sur les lois « anti-Covid »et l’État de droit

 
  • Une contradiction dans les textes officiels à connaître, qui confirme l’article du Courrier des stratèges affirmant que les employeurs se placent dans l’illégalité s’ils font plus que demander à un médecin du travail de contrôler l’état de santé face au Covid de leurs salariés.
 
  • Pourquoi la vaccination obligatoire anti-Covid viole l’État de droit : la volonté politique d’imposer une obligation vaccinale est une chose. La compatibilité de cette volonté, même traduite par une loi, avec l’ordre juridique en est une autre. Le projet de loi actuel porte atteinte à l’un des piliers de l’éthique médicale consacré par un grand nombre de dispositions juridiques dont celles de l’Union européenne ne sont pas des moindres.
 
 
  • Sur la licéité d’une obligation vaccinale anti-Covid : est-il juridiquement possible de rendre la vaccination anti-Covid obligatoire ? En considérant les autorisations temporaires (par manque d’informations sur l’efficacité et l’innocuité de ces injections expérimentales) de mise sur le marché délivrées pour les vaccins et le droit positif applicable, la réponse paraît négative. En effet, la question de l’obligation vaccinale, bien que souvent évoquée, l’est rarement sous l’angle qui devrait être le sien : celui de l’expérimentation médicale à propos de laquelle les règles du droit de l’Union européenne comme celles du droit français sont clairement établies.
 
 
 
 
 
 
 
  • L’avis du conseil d’État. Plusieurs remarques et arguments sont à noter et à exploiter dans cet avis, malgré la soumission évidente et structurelle du Conseil d’État.
 
  • Petite vidéo pour se souvenir que le Conseil d’État lui-même affirme que la vaccination Covid disponible légalement en France actuellement ne protège pas rigoureusement contre le fait de contracter la Covid, et d’être contagieux… Alors que le seul argument est l’immunité collective (inatteignable avec un virus à ARN, producteur de variants échappant à l’immunité acquise, et alors même que la Covid est aussi une zoonose, donc avec des réserves animales du virus, productrices elles aussi de variants transmissibles à l’homme).
 

10 – La question du droit européen.

 

Source

Partager cet article
Repost0
23 août 2021 1 23 /08 /août /2021 18:22

Thrombose - Medizin-Lexikon.de

Bruxelles – Dr Bouillon: « Attendez d’avoir les chiffres en septembre de toutes les embolies, des AVC, de tout ce que les infirmières vont nous déclarer… On va tomber sur son cul ! Mais il sera trop tard !! »

______________________________________________________

 

Il n'y a jamais eu de vaccin à ARNm approuvé en médecine humaine contre une maladie infectieuse. Alors que les cas d'effets secondaires graves se multiplient, une étude actuelle n'exclut même pas le risque de dommages mortels dus au phénomène dit d'ADE.



De plus en plus de contributions scientifiques indiquent que les vaccinations corona pourraient augmenter le risque de maladies graves. La cause réside dans le processus connu sous le nom de "Antibody-Dependent Enhancement" - ADE en abrégé. Les anticorps éponymes se fixent à la surface des virus, renforçant l'infection, mais ne peuvent pas les neutraliser. Cela conduit à une meilleure absorption du virus par la cellule et favorise ainsi sa propagation et sa reproduction. Stephanie Seneff, du Massachusetts Institute of Technology, et Greg Nigh, de Naturopathic Oncology à Portland, traitent de ce risque dans un article de plus de 40 pages .

Les conclusions de l'équipe de chercheurs du Centre Helmholtz de recherche sur les infections, de la faculté de médecine de Hanovre, de l'université de Bonn, ainsi que des médecins et des chercheurs du Centre médical Erasmus de Rotterdam, vont dans le même sens. Après la vaccination, la réaction du système immunitaire aux récepteurs dits "tool-like" est réduite. Ceux-ci jouent un rôle essentiel dans le système immunitaire inné de l'homme, car ils reconnaissent les structures des agents pathogènes.

 

Anticorps indésirables renforçant l'infection

Après la vaccination, la réponse immunitaire à ces récepteurs est limitée non seulement avec les agents pathogènes viraux mais aussi avec les agents pathogènes bactériens. En d'autres termes : les vaccins à ARNm modifient la réponse du système immunitaire inné et l'immunité de fond contre les agents pathogènes. L'Institut Paul Ehrlich a également déjà souligné que des anticorps non désirés, intensifiant l'infection après une vaccination ou une maladie à coronavirus, pourraient, dans le pire des cas, entraîner une augmentation de l'infection en cas de nouvelle infection.

Un autre sujet de préoccupation est un article récent paru dans la revue à comité de lecture "Journal of Infection". Selon celui-ci, les vaccins actuels présentent une certaine immunité contre la variante originale du virus corona, mais selon les calculs modélisés des auteurs de l'étude, cela pourrait changer avec les mutations du virus. Selon les auteurs, les personnes vaccinées pourraient ne plus avoir un système immunitaire fonctionnel sans une vaccination de rappel pour les nouvelles infections. Le risque d'EIM est particulièrement élevé en cas d'infection par la variante Delta.

" Tous les vaccinés ont des caillots sanguins"

Les anticorps qui intensifient l'infection déclenchent également ce que l'on appelle un orage de cytokines, qui peut être fatal. Sean Brooks en a parlé dans une conférence que vous pouvez voir ici, à l'occasion d'une réunion du comité scolaire du SW Ohio. Le conférencier titulaire d'un doctorat en éducation et, selon ses propres dires, l'auteur de 23 livres, se réfère à diverses sources dans son discours, y compris les déclarations du virologue et microbiologiste Robert Melone, qui dans les années 1980 a travaillé au développement de la technologie utilisée dans les vaccinations ARNm d'aujourd'hui.

Outre le renforcement et l'affaiblissement du système immunitaire en fonction des anticorps, il mentionne la thrombose comme troisième risque mortel : "Tous ceux qui sont vaccinés ont des caillots sanguins. Si vous ne me croyez pas, il existe un moyen de le savoir", a déclaré M. Brooks. "Faites un test dit de D-dimères, qui permet de détecter la coagulation du sang à un niveau microscopique. En ce moment même, alors que je vous parle, nous retirons des caillots sanguins à des personnes."

D'après les statistiques de " Notre monde en données ", près d'un tiers de la population mondiale a été vacciné avec les vaccins à vecteur ou les vaccins ARNm. Si la théorie de l'ADE s'avère vraie dans ce contexte, la réponse immunitaire d'environ 2,5 milliards de personnes pourrait être affectée.

Note d. Red . : Cet article a été révisé et mis à jour le 23 août.


Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 

Source

 

 
 

 

 
Israël connaît une hausse de crises cardiaques chez les jeunes
 
 

Selon une étude menée par Retsef Levi, professeur au MIT, Israël connaît une augmentation massive des appels d’urgence pour des arrêts cardiaques et des crises cardiaques chez les jeunes.

 

Levi discute de ses recherches dans la vidéo ci-dessous :

 

Rapports d’Information Liberation : Nous avons vu des rapports similaires aux États-Unis, où quelque 2 018 personnes ont signalé à VAERS des cas de myocardite et de péricardite post-vaccinales.

 

« Parmi les jeunes de 12 à 17 ans, 406 cas de myocardite et de péricardite ont été signalés, dont 402 ont été attribués au vaccin Pfizer », a indiqué mercredi l’association Children’s Health Defense.

 

 

 

 

 

 

 

 

Israël 2021 (Prof. Retsef Levi): Augmentation de 25% des arrêts cardiaques et crises cardiaques (16-29). Augmentation de 83,6% des crises cardiaques (Femmes 20-29).

Partager cet article
Repost0
23 août 2021 1 23 /08 /août /2021 18:17
 
Partager cet article
Repost0
23 août 2021 1 23 /08 /août /2021 17:52

L'action vient d'Italie et souligne les multiples violations des résolutions du Conseil de l'Europe ou du Parlement. Passe port vert équivalent Passe port sanitaire

 

___________________________________________________

 

Avertissement et mise en demeure de ne pas procéder aux restrictions prévues par le décret législatif n° 105 du 6/08/2021.

Avertissement du Syndicat des Carabinieri (Gendarmerie) italien aux institutions pour ne pas appliquer le passeport vert
Le Syndicat des Carabinieri (Gendarmerie) italien met en garde les institutions (Commandement général, ministère de la défense, Premier ministre) contre l’application du passeport de la honte, qui, en Italie, a déjà provoqué une réaction de la Polizia (Policie Nationale).

Mise en demeure et avis formel de ne pas donner suite aux restrictions prévues par le décret législatif n° 105 du 6/08/2021 en matière de cantines sur le lieu de travail pour violation grave du principe de légalité (article 11 des dispositions relatives à la loi en général) : traitement illégal de données personnelles et sensibles – Violation des articles 16 et 32 de la Constitution et de l’article 2 de la Constitution. – Violation de l’article 15 de la CEDH en référence à la résolution n° 2361 (2021) du Conseil de l’Europe – Violation de la résolution n° 953 (2021) du Parlement européen – Rappel de la suppression de toute restriction à la liberté individuelle

 

Document au format .pdf, du syndicat des Carabinier Italien, de 12 pages à télécharger ci-dessous

Grace à un Ami de Profession-Gendarme, que nous appellerons “Oceanis” Nous vous donnons ci-dessous la traduction du document Italien de 12 pages. Nous le remercions vivement :

UNARMA Associazione Sindacale Carabinieri

(Association syndicale des carabiniers)

Rome 21/08/2021

Cher

Commandement général du corps des carabiniers

Pec:CRM36736@pec.carabinieri.it

Cher

Ministère de la défense

Au ministre de la Défense

Pec : udc@postacert.difesa.it

Au Président du Conseil des ministres

Pec : presidente@pec.governo.it

A

Garant de la confidentialité

Piazza Venezia n. 11

Pec : protocollo@pec.gpdp.it

A la Cour européenne des droits de l’homme

À l’attention de l’Excellence

Secrétaire Général du Conseil de l’Europe

CommissionerHR.Communication@coe.int

Objet : Mise en demeure de ne pas donner suite aux restrictions prévues par le décret législatif n° 105 du 6 août 2021 en matière de cantines sur les lieux de travail en raison d’une violation grave de la loi.

en ce qui concerne les cantines sur le lieu de travail pour violation grave de la loi sur la protection de l’environnement.

principe de légalité (article 11 des dispositions relatives à la loi en général) : traitement illégal de

Traitement illicite de données à caractère personnel et de données sensibles – Violation des articles 16 et 32 de la Constitution et de l’article 2 de la loi sur la protection des données.

Const. – Violation de l’article 15 de la CEDH en référence à la résolution n° 2361 (2021) du Conseil de l’Europe

Conseil de l’Europe – Violation de la résolution n° 953 (2021) du Parlement européen

953 (2021) du Parlement européen – Obligation de supprimer toute restriction à la liberté individuelle.

Le soussigné Antonio NICOLOSI né le 28/09/1966 à Gênes et domicilié à Acqui Terme

à Via Cardinal Raimondi n. 18, en tant que secrétaire général de l’UNARMA Associazione Sindacale Carabinieri

Carabinieri Trade Union c.f. : 96430430585 avec siège social à Rome, viale Filarete 120

ATTENDU QUE

1. Que l’art. 3 du décret législatif 105/2021 a introduit l’utilisation des certifications vertes COVID-19 comme indiqué dans

Décret-loi 52 du 22 avril 2021, converti, avec des modifications, par la loi 17 juin 2021, n° 87, l’article suivant est inséré après l’article 9 : ” Art. 9-bis (Utilisation de

certifications vertes COVID-19). – 1) A partir du 6 août 2021, seuls les sujets titulaires d’une des

zone blanche exclusivement aux personnes titulaires d’une des certifications vertes COVID-19, selon

à l’article 9, paragraphe 2, l’accès aux services et activités suivants : a) services de restauration

(a) les services de RESTAURANT fournis par tout ÉTABLISSEMENT, tel que visé à l’article 4, pour la consommation

à table, à l’intérieur ;

2. En lisant attentivement le DPCM du 2 mars 2021 (art 27 c. 4) et le DL nr 105 du 23 juillet 2021, ” les activités des cantines continuent à être autorisées… “.

Juillet 2021, ” les activités de cantine continuent d’être autorisées… “.

Il s’agit plutôt d’une interprétation infondée faite par le biais d’indications ministérielles, dépourvue de toute valeur juridique,

a assimilé les cantines de service, où vous êtes obligé de manger le repas prévu par votre

contrat, aux restaurants, où l’on se rend pour le plaisir gastronomique.

3. que la disposition précitée ne prévoyait pas expressément les cantines d’entreprise dans la liste des activités soumises à l’utilisation de la certification verte “de qua”. Dans le cas présent

l’extension de la règle prévue à l’article 3 du décret-loi n° 105/2021 a été faite de manière arbitraire. En l’espèce, l’extension de la règle prévue à l’article 3 du décret-loi n° 105/2021 a été effectuée de manière arbitraire,

en l’absence de toute disposition légale, mais uniquement sur la base de circulaires émises d’abord par le ministère de la Défense.

l’état-major de la Défense et ensuite en cascade des autres bureaux périphériques, avec pour conséquence

les dispositions imposées au personnel sur la base non pas d’une règle authentique du législateur

(comme prévu) mais sur la base d’une interprétation de la disposition de la DL citée, publiée

par le biais d’une Faq news du ministère de la santé, dépourvue de toute valeur juridique dans la hiérarchie

dans la hiérarchie des sources.

4. Que dans la dernière Disposition du 22 juillet 2021 – Avertissement à la Région Sicilienne, du

Garant de la vie privée, dont le contenu rappelle des principes qui nous intéressent certainement ici.

L’Autorité affirme que “Pour les profils de compétence de l’Autorité, il est constaté à titre préliminaire

que le Garant a récemment précisé que les certificats attestant de la survenance de l’événement

la vaccination (et, pas autrement la guérison de Covid-19, ou le résultat négatif d’un test

antigénique ou moléculaire) ne peut pas être considérée comme une condition nécessaire

pour permettre l’accès à des lieux ou à des services ou pour établir ou identifier les modalités de

des relations juridiques, sauf dans la mesure où cela est prévu par un droit primaire, dans le cadre de la

l’adoption des mesures de santé publique nécessaires à l’endiguement du virus du SRAS-CoC.

le confinement du virus SARS-CoV-2 (voir l’arrêté n° 229 du 9 juin 2021, web doc.

No. 9668064, contenant l'”Avis sur le DPCM mettant en œuvre la plate-forme nationale de la GCR pour la

l’émission, la délivrance et la vérification du “passeport vert”). Le législateur a donc,

est ensuite intervenu avec le décret-loi n° 44 du 1er avril 2021 (converti en loi n° 76 du 28 mai 2021).

N° 76 du 28 mai 2021 – Mesures urgentes pour l’endiguement de l’épidémie de COVID-19,

dans le domaine des vaccinations contre le SRAS-CoV-2, de la justice et des concours publics), dont l’article

4 à condition que, limitée aux professionnels de la santé et aux travailleurs de la santé, la

La vaccination contre le SRAS-CoV-2 est une “condition essentielle à l’exercice de la profession et à l’obtention de l’agrément”.

l’exercice de leur profession et l’accomplissement de leurs devoirs”.

5. En dépit du fait que le décret 105/2021 n’offre aucune couverture juridique à l’imposition de l’usage

du certificat vert sur les lieux de travail, y compris les cantines de service, il convient de noter que

le gouvernement a provisoirement imposé que la condition d’accès à certains lieux publics soit la possession d’une carte verte obtenue auprès du

les lieux publics est la possession de la carte verte, qui peut être obtenue sur la base de 3 conditions alternatives – que

Les certificats verts COVID-19 peuvent être obtenus après (art. 9.2 du DL 52/21 converti L

87/21) : i) succès de la vaccination anti-SARS-CoV-2 ; ii) succès de la guérison du COVID-19

(iii) le test antigénique rapide ;

6. que dans les formulaires de décharge volontaire, il est bien indiqué

a. que “le vaccin peut ne pas protéger totalement tous ceux qui le reçoivent” ;

b. que même après l’administration des deux doses du vaccin, il est nécessaire de “continuer à suivre de près les recommandations des autorités locales de santé publique afin d’éviter la propagation du COVID-19” ;

c. “Les dommages à long terme ne peuvent être prédits à l’heure actuelle” ;

7. Que la production du laissez-passer à l’employeur invalide clairement l’interdiction faite à l’employeur de traiter les données de santé liées à la vaccination, comme l’a déjà rappelé.

le Garant dans la faq publiée le 17 février 2021. Dans la Faq, il est expliqué que l’employeur

ne peut acquérir, même avec le consentement du salarié ou par l’intermédiaire du médecin traitant, le

les noms du personnel vacciné ou les copies des certificats de vaccination. Ce n’est pas

Cela n’est pas autorisé par les règles de santé et de sécurité au travail ou par les dispositions sanitaires d’urgence.

les dispositions d’urgence en matière de santé. Dans ces cas, le consentement du salarié ne peut pas

une condition de la licéité du traitement des données. Au lieu de cela, l’employeur peut

L’employeur ne peut, en revanche, acquérir, sur la base du cadre légal en vigueur, que les jugements d’aptitude à la tâche spécifique établis par le médecin compétent.

l’aptitude à la tâche spécifique établie par le médecin compétent.

8. Que le Garant a également précisé que dans l’attente d’une intervention du législateur national qui

éventuellement imposer la vaccination Covid-19 comme condition d’exercice de

certaines professions, activités et tâches professionnelles –

en cas d’exposition directe à des “agents biologiques” sur le lieu de travail, comme dans le contexte de la santé, les dispositions actuelles sur les “mesures de protection spéciales” pour de tels environnements de travail s’appliquent (art. 279 de la loi sur la protection de la santé).

Décret législatif n° 81/2008).

9. que même dans ces cas, seul le médecin compétent, dans sa fonction de liaison entre le système de santé et le contexte de travail, peut traiter les données personnelles relatives à la vaccination.

d’employés. L’employeur doit donc se limiter à mettre en œuvre, sur un plan organisationnel, les

les mesures indiquées par le médecin compétent en cas d’arrêt partiel ou temporaire suspension de travail .

EN TENANT COMPTE DU FAIT QUE

> la restriction supposée de la liberté individuelle est nécessaire (Art.1.) “…. Sur

Compte tenu du risque sanitaire que représente la poursuite de la propagation du COVID-19

agents viraux COVID-19, l’état d’urgence déclaré par résolution du Conseil de

des ministres du 31 janvier 2020, prolongé par les résolutions du Conseil des ministres du

29 juillet 2020, 7 octobre 2020, 13 janvier 2021 et 21 avril 2021, est à nouveau prolongée jusqu’au 31 décembre 2021.

prolongé jusqu’au 31 décembre 2021″ ;

> que l’article 3 du décret-loi n°44 du 1er avril 2021 a établi l’exclusion de la punissabilité “Pour les faits.

visés aux articles 589 et 590 du code pénal survenus à la suite de l’administration

d’un vaccin pour la prévention des infections par le SARSCoV-2, réalisée dans le cadre d’un projet extraordinaire de

campagne de vaccination extraordinaire en application du plan visé à l’article 1, paragraphe 457,

de la loi n° 178 du 30 décembre 2020″ ;

> que l’article 5 de la “Convention pour la protection des droits de l’homme et de la dignité de l’être humain”.

de l’être humain en ce qui concerne l’application de la biologie et de la médecine :

Convention sur les droits de l’homme et la biomédecine” ratifiée par la loi n° 145 du 28 mars 2001,

stipule que “Une intervention dans le domaine de la santé ne peut être effectuée qu’après le libre consentement de la personne concernée.

la personne concernée a donné son consentement libre et éclairé” ;

> que l’article 32 de la Constitution, en ce qui concerne les traitements médicaux, prescrit expressément ce qui suit .

“Nul ne peut être contraint de se soumettre à un traitement médical déterminé, si ce n’est en vertu d’une disposition de la loi”.

> considérant que l’article 32 de la Constitution, en précédant la réserve de la loi aux traitements de santé

prescrit que “la loi ne peut en aucun cas violer les limites imposées par le respect de la vie privée de l’individu“;

> qu’à ce jour aucune loi n’a été votée imposant le caractère obligatoire de la

“vaccin” contre le SARSCoV-2, sans parler du fatidique “laissez-passer” pour l’accès aux lieux de travail, à l’exception du

du personnel scolaire, dont la position est encore en cours de définition;

> considérant que, par ailleurs, la Cour constitutionnelle a précisé que le traitement, pour ne pas encourir d’incompatibilité constitutionnelle, doit impérativement respecter trois éléments :

– elle doit améliorer et/ou préserver l’état de santé des personnes qui y sont soumises, ainsi que, et

surtout, préserver l’état de santé des autres ;

il doit être sûr. c’est-à-dire qu’il ne doit pas nuire à la santé de la personne qui est obligée ;

– il doit y avoir une compensation équitable pour toute partie lésée, indépendamment de la protection parallèle.

> qu’au rang des droits garantis par la Constitution, le droit au travail, qui est le fondement de la République, occupe une place prééminente en ce qui concerne la protection la santé, qui figure au titre 2 sous la rubrique des relations éthiques et sociales ;

> que la protection contre la possibilité de contracter et de propager le COVID est, pour les travailleurs, assurée

non pas par le vaccin mais par l’utilisation stricte des EPI, des dispositifs médicaux prescrits

l’hygiène des mains et “d’autres précautions en fonction de l’évaluation des risques,

indépendamment du statut vaccinal”, comme indiqué dans les “Indications provisoires

sur les mesures de prévention et de contrôle des infections par le SRAS-CoV-2 en ce qui concerne la variante et le

vaccination anti-COVID-19 Groupe de travail de l’ISS sur la prévention et le contrôle des infections”.

(version du 13 mars 2021) ;

> que cette obligation n’est prévue que pour les professionnels de la santé et les travailleurs de la santé, qui

professionnels de la santé, entraînant une inégalité de traitement par rapport à d’autres catégories de travailleurs (article 3 de l’accord sur l’égalité de traitement).

travailleurs (article 3 de la Constitution) ;

> que l’article 24.3 du décret législatif du 2.1.2018 n° 1 (code de la protection civile) détermine que “Le…

la durée de l’état d’urgence d’importance nationale ne peut pas dépasser 12 mois, et est

prolongeable pour une durée maximale de 12 mois supplémentaires”.

> que les premières mesures prises par le gouvernement pour déterminer l’état d’urgence remontent à 22 Janvier 2020 ;

> que l’art. 24.6 du décret législatif du 2.1.2018 n° 1 détermine que ” À l’expiration de l’état d’urgence, les administrations et entités ordinairement compétentes, … prennent en charge l’ensemble des relations actives et passives, dans les procédures juridictionnelles en cours, …

Les dispositions visées au présent paragraphe ne sont applicables que dans les cas où les personnes désignées en vertu du Article 25 (7), sont des représentants des administrations et organismes ordinairement compétents.

Les dispositions du présent paragraphe ne s’appliquent que lorsque les personnes désignées en vertu de l’article 25, paragraphe 7, sont des représentants des administrations et organismes à compétence ordinaire ou des personnes désignées par ceux-ci” ;

> que le juge naturel en matière de responsabilités précitées est la Cour des comptes.

en vertu de l’article 103, paragraphe 2, de la Constitution italienne ;

que le décret législatif 267 du 18 août 2000 stipule : “1.Les dispositions en vigueur sur la responsabilité des fonctionnaires de l’Etat sont applicables aux administrateurs et à les fonctionnaires de l’État.

NOTÉ

> que la Commission a accordé une autorisation de mise sur le marché conditionnelle

pour quatre thérapies expérimentales contre les symptômes du CoVID-19 et non contre le SRAS-COV2 ;

>que l’UE elle-même, sur son site web, reconnaît le manque de données concluantes sur l’efficacité des thérapies expérimentales, sur la durée de la protection et sur les preuves scientifiques que la personne vaccinée n’est pas infectieuse, pour apporter des réponses claires et completes :

> “Peut-on encore être contagieux une fois vacciné ?” On ne le sait pas encore. Il sera encore nécessaire d’examiner l’efficacité du vaccin dans la prévention des infections asymptomatiques, en particulier les données issues des essais cliniques et les données relatives aux administrations après la mise en œuvre du vaccin, après

l’autorisation

>”Par conséquent, pour l’instant, même les personnes vaccinées devront continuer à porter des masques, éviter les rassemblements dans des lieux fermés, respecter la distance sociale et toutes les autres règles. D’autres facteurs, notamment le nombre de personnes vaccinées et les modes d’infection dans les communautés, peuvent également conduire à une révision de ces directives.”

>“Après la guérison du COVID-19, les gens doivent-ils encore être vaccinés ? Actuellement, il y a

Les informations sont actuellement insuffisantes pour savoir si et pendant combien de temps après avoir contracté le virus, une personne est protégée par un vaccin.

Une personne est protégée contre d’autres infections ; ce concept est connu sous le nom d’immunité naturelle.

Les premières preuves suggèrent que l’immunité naturelle contre le COVID-19 ne dure pas longtemps, mais d’autres études sont nécessaires pour approfondir cette question.

> ¨ que la prémisse logico-juridique de l’imposition d’une vaccination obligatoire est évidemment que celle-ci est indispensable à la poursuite d’un intérêt public ;

> “que l’article 32 de la Constitution stipule qu’un traitement sanitaire donné ne peut être imposé que par une loi et non par d’autres procédures telles que des décrets-lois ou des lois dérivées de décrets-lois, car cela élimine le débat large, démocratique et bicaméral prévu par notre système démocratique actuel ;

> qu’aucune loi n’a été adoptée à ce jour pour imposer une obligation de “vaccination” contre le SARSCoV2, de sorte qu’aucune restriction des libertés individuelles ne peut résulter d’autres mesures ;

> que, en fait, l’Agence italienne des médicaments (Aifa) a communiqué officiellement sur son site web, dans les sections consacrées aux réponses aux questions fréquemment posées :

§ Mécanismes d’action et de protection des vaccins Pfizer et Moderna

Les personnes vaccinées peuvent-elles encore transmettre l’infection à d’autres personnes ?

Les études cliniques menées jusqu’à présent ont permis d’évaluer l’efficacité des vaccins à ARNm.

des vaccins à ARNm sur la forme cliniquement manifestée de COVID-19, mais il faut plus de temps pour obtenir des résultats significatifs.Bien qu’il soit plausible que la vaccination protège contre l’infection, les personnes vaccinées et celles qui sont en contact avec elles doivent continuer à prendre des mesures de protection contre le COVID-19.

Les vaccins protègent-ils uniquement la personne vaccinée ou également les membres de sa famille ?

Les vaccins protègent l’individu, mais si un grand nombre d’entre nous sont vaccinés, nous pourrons peut-être

réduire une partie de la circulation du virus et protéger ainsi toutes les personnes qui ne peuvent pas être vaccinées.

qui ne peuvent pas être vaccinés : la vaccination est faite pour se protéger soi-même, mais aussi la communauté dans laquelle nous vivons. (Source : Aifa – Vaccins ARNm : questions et réponses, dernier numéro du bulletin d’information

consultation le 03/04/2021)

§ Efficacité et sécurité de la vaccination avec Vaxzevria (anciennement Vaccin COVID-19 AstraZeneca)

Les personnes vaccinées peuvent-elles encore transmettre l’infection à d’autres personnes ?

Les études cliniques réalisées jusqu’à présent ont permis d’évaluer l’efficacité du Vaccin Vaxzevria sur les formes cliniquement manifestes de COVID-19. Il faut plus de temps pour obtenir des données significatives sur le fait que les vaccinés peuvent être infectés de manière asymptomatique et infecter d’autres personnes.

asymptomatiquement et infecter d’autres personnes. Bien qu’il soit plausible que la vaccination protège contre l’infection, les personnes vaccinées et leurs contacts devraient continuer à prendre des mesures de protection contre le COVID-19.

(Source : Aifa – Vaccins à vecteur viral : questions et réponses, dernière consultation 03/04/2021)

En d’autres termes, une “vaccination” obligatoire est imposée sur la base d’une incapacité “plausible” à protéger contre le COVID-19.

En d’autres termes, la “vaccination” obligatoire est imposée sur la base d’une incapacité “plausible” à transmettre le virus de la part des personnes vaccinées, en violation du principe de la soi-disant “preuve scientifique” nécessaire pour imposer un traitement sanitaire obligatoire d’un vaccin, qui a pour objet, en outre, l’administration d’un médicament déclaré comme étant encore en phase d’étude et n’a pas encore été testé ;

> que la question de l’inadéquation évidente des substances actuellement sur le marché (seulement sous conditions) pour prévenir l’infection par le virus SRAS-CoV-2 n’a pas du tout été abordée, alors que ce fait est désormais constaté quotidiennement à la demande des personnes directement concernées (professionnels de la santé accompagnés d’avocats dans les centres de vaccination). Voir l’article du 11 août 2021 de “La Nuova Ferrara” qui rapporte le constat, par les carabiniers de Ferrara appelés au centre de vaccination de la foire de Ferrara, du fait que l’ASL semble manquer du produit pharmacologique approprié requis par la loi (article 4 décret-loi 44/2021) ;

> qu’il est impossible de comprendre comment il est possible de considérer comme compatible avec les principes énoncés à l’article 32 de la Constitution un système étatique qui impose, au moyen d’un décret d’urgence, un traitement médical au seul motif qu’il est “plausible” d’en tirer des bénéfices pour l’intérêt général ;

> qu’il est tout à fait illégal d’imposer, au moment de la vaccination, l’obligation de signer ce que l’on appelle le “consentement éclairé”, car il s’agit d’une violation manifeste de la loi sur la protection des consommateurs. choix de la personne qui se fait vacciner, qui n’a pas la choix de refuser la vaccination, sous peine de suspension de l’activité jusqu’au 31 décembre 2021 ;

> qu’en tout état de cause, un tel décret, dépourvu des conditions préalables nécessaires, est en contradiction flagrante avec la résolution n° 2361 (2021) du Conseil de l’Europe, qui interdit aux États à rendre obligatoire la vaccination Covid et interdit son utilisation pour discriminer les travailleurs ou toute personne qui décide de ne pas se faire vacciner ;

> considérant que, au contraire, l’objectif de la résolution est de “veiller à ce que les citoyens soient informés que la

la vaccination n’est PAS obligatoire et que personne n’est politiquement, socialement ou autrement

de faire pression sur eux pour qu’ils se fassent vacciner s’ils ne le souhaitent pas eux-mêmes, et de veiller à ce que

personne n’est discriminé parce qu’il n’est pas vacciné, en raison d’éventuels risques pour la santé, ou parce qu’il ne veut pas l’être.

> que la meme resolution, Ã l’article 7.3.2, stipule que : “En cas de violations, il peut être

dénoncer le fait, comme une violation des règles auxquelles les États membres doivent adhérer,

le Secrétaire du Conseil de l’Europe” ;

> qu’il y a donc une violation manifeste de l’article 15 de la CEDH, qui dispose ce qui suit :

1. En cas de guerre ou d’autre danger public menaçant la vie de la nation, toute Haute Partie contractante peut prendre des mesures dérogeant aux obligations qui lui incombent en vertu de la présente Convention, dans la stricte mesure où la situation l’exige. à condition que ces mesures ne soient pas en contradiction avec ses autres obligations en vertu du droit international”.

2. La disposition précédente n’autorise aucune dérogation à l’article 2, sauf en cas de décès causé par des actes de guerre licites, et aux articles 3, 4 (par. 1) et 7.

3. toute autre Partie contractante qui exerce ce droit de dérogation tiendra le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe pleinement informé des mesures qu’elle aura prises. Il informe également le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe de la date à laquelle ces mesures cessent d’être en vigueur et les dispositions de la Convention sont pleinement applicables

> la duré maximale de l’Etat d’urgence et de ses eventuelles prolongations

21 janvier 2022, donc aucun décret n’a la possibilité d’établir des prolongations supplémentaires.

d’autres extensions, et encore moins d’imposer les limitations qui en découlent ;

> considérant que, en vertu de l’article 28 de la Constitution, les commandants et l’ensemble du personnel de l’Institution sont personnellement responsables des dommages économiques qui peuvent résulter de leur comportement.

que, en vertu de l’article 28 de la Constitution, les commandants et l’ensemble du personnel de l’institution sont personnellement responsables du préjudice financier causé par leur comportement en réponse à l’application de règles illégales ;

> considérant que le décret-loi susmentionné exprime un modèle divergent et dichotomique par rapport à ce qui est représenté dans le cadre juridique européen susmentionné, donc sur la base des articles 11 et suivants.

117, alinéa 1 de la Constitution et la jurisprudence de la Cour constitutionnelle, un tel décret-loi devrait être

par le tribunal ou, à titre subsidiaire, le mécanisme de renvoi préjudiciel à la Cour de justice. Il ne s’agit pas d’une divergence mineure qui peut être dans le cadre d’un libre exercice de la discrétion politique et législative.

Nous serions en présence de la configuration d’un autre modèle de gouvernance de la pandémie, basé sur des critères discriminatoires plutôt que sur des critères de sécurité.

> Qu’en effet, si le cadre réglementaire européen configure un modèle de gouvernance basé sur.

traitement différencié raisonnable, visant à faciliter la liberté de circulation en matière de sécurité, lle modèle en question semble inclure des mesures de nature réglementaire et/ou des mesures administratives, qui génèrent des différences de traitement déraisonnables et disproportionnées au point d’affecter de larges parties de la vie sociale des citoyens.

> considérant, par ailleurs, que la législation européenne (considérant 6 du règlement UE 2021/953)

reconnaît le pouvoir des États membres de fixer des limitations – à condition qu’elles soient proportionnées et non

proportionnelles et non discriminatoires – au droit de circulation, mais elles doivent être “strictement limitées dans leur portée et dans le temps”.

limitée dans son champ d’application et dans le temps” : de ce point de vue également, le contraste avec la législation européenne du décret-loi n° 105 de 2021, qui prévoit une nouvelle prolongation de l’état d’urgence pour une durée de six

mois de l’état d’urgence – malgré les précédentes prolongations de trois mois – et la prolongation de la

l’extension de la certification COVID-19 à l’accès à un nombre indéterminé de services commerciaux, culturels et récréatifs.

> Que, en ce qui concerne le deuxieme point, avec l’entrée en vigueur du décret-loi n° 105/2021, la certification devient une condition préalable à l’adoption d’un traitement différencié en ce qui concerne l’utilisation de certains services et l’accès aux lieux ouverts au public.

>Dans ces cas, il ne s’agit plus seulement de faciliter la liberté de circulation en toute sécurité, mais d’imposer un traitement différent, dont le caractère raisonnable et proportionnel devrait être évalué au cas par cas, étant donné l’absence de toute obligation de vaccination.

>Dans ce cas, le certificat vert équivaudrait à l’imposition d’une obligation subreptice et indirecte de vaccination aux personnes souhaitant circuler librement et/ou utiliser les services ou les installations. Il en résulterait une atteinte à la liberté individuelle, dans le sens d’un refus légitime d’un traitement sanitaire qui n’est pas obligatoire en vertu de la loi ou, en tout état de cause, la poursuite du traitement, u en tout cas de pratiques invasives continues et quotidiennes et coûteuses telles que les PCR.

> dèclare qu’une lecture attentive de l’article 3 du décret-loi n°105/2021 on apprende que le Green Pass est conçu comme un “laissez-passer” pour l’accès aux services (récréatifs et/ou sportifs et/ou culturels).

se référant donc davantage à la sphère de la liberté individuelle, entendue comme le droit d’exercer des activités qui

les activités qui développent la dimension psychophysique de l’individu (art. 2 en liaison avec l’art. 13 de la Constitution).

Article 2 en liaison avec l’article 13 de la Constitution), plutôt qu’au domaine de la liberté de circulation. En fait, ce dernier

ne sont pas limitées par l’introduction du passeport vert, puisque les personnes non vaccinées peuvent circuler “librement” sur le territoire national, tant que l’indice d’infection régional le permet.

> que, en tout état de cause, même si le laissez-passer vert devait être considéré comme un instrument restrictif de la

liberté de circulation, la question se pose en raison de l’absence d’un justificatif du caractère prescriptif du laissez-passer, qui ne peut être lié exclusivement à “sa” source de production (le décret-loi), mais qui doit être identifié dans

l’obligation de vaccination par la loi, conformément au paramètre du principe de la légalité substantielle et formelle.

> Que l’État italien s’éloigne donc d’un modèle européen qui propose de faciliter la liberté en sécurité des déplacements, fondée sur un concept de responsabilité individuelle et collective,

qui, dans ses aspects structurels et fonctionnels, peut être rattachée aux modèles libéraux-démocratiques, aux

un modèle prescriptif et discriminatoire, dans lequel la dimension du devoir, bien que présente dans la

présente dans la Constitution, est dépourvue de base juridique constitutionnelle et, en tout état de cause, apparaît

disproportionné par rapport aux exigences de la garantie d’un exercice responsable des libertés individuelles.

> Qu’en l’absence de l’obligation vaccinale généralisée, il est constitutionnellement douteux, ou en tout cas nécessaires à des investigations sérieuses et rigoureuses, non seulement en vertu de la nature expérimentale des vaccins utilisés, mais aussi par l’absence de preuves quant à sa capacité de limiter la contagion (effet sur l’infection et pas seulement sur la maladie), ce qui rend le pass vert nécessaire à l’exercice du droit de se déplacer ou d’accéder à certains lieux/services, conduirait à la violation de l’article 32 de la Constitution, à un choix entre être se faire vacciner ou de se soumettre à des tests continus ou, pire encore, de renoncer a priori à l’exercice de ses droits.

> Qu’il est clair qu’il ne peut être considéré comme légitime et conforme à la Constitution qu’un décret-loi attribue au certificat vert une valeur normative et une obligation légale, restreignant un ensemble de libertés individuelles, en l’absence d’une obligation de vaccination. Le droit de la santé peut déterminer, comme elle l’est et l’a été, des limites à d’autres droits constitutionnels.

Il peut légitimement par la loi, dans les limites de l’art. 32 Const. prévoir une vaccination obligatoire, mais ne justifierait pas, ni ne légitimerait, en l’absence d’une interpositio legislatoris (obligation ex lege de vaccination) des actes disproportionnés et déraisonnables qui peuvent entraîner une différence de traitement injustifiée.

>Qu’il contournerait ainsi, en substance, la réserve absolue du droit, par une série d’actes qui…

conduiraient au même objectif, en l’absence d’une base factuelle raisonnable pour pour imposer la vaccination (exclue dans tous les pays européens, même pour les groupes à risque)”.

Le fait que le décret-loi ne fournisse pas une base juridique appropriée pour l’introduction et l’utilisation de certificats verts a également été signalée par le Garante per la Protezione la question du traitement systématique et non occasionnel des données à caractère personnel y compris de données relatives à la santé, communiqué à grande échelle communiqué par le biais du laissez-passer vert : référence à l’arrêt de la Cour constitutionnelle n° 20 de 21

février 2019, selon laquelle il doit y avoir une proportionnalité entre le but d’intérêt public poursuivie et le traitement des données à caractère personnel.

> Que le Garante dans son avis n° 156 du 21 avril 2021 tenu en référence au décret-loi n° 52/2021.

– entre autres, adopté au mépris des procédures prévues par la législation sur la protection de la vie privée – que

que “seule une loi d’État peut rendre l’exercice de certains droits ou libertés à la production de cette certification”.

> Le décret-loi no 105/2021, dont le contenu est incohérent (prolongation de l’état d’urgence, prolongation de mesures procédurales, mesures d’organisation sanitaire, certification verte, mesures relatives à l’emploi public, etc.)

le même niveau d’opacité dont se plaint le Garante per la Protezione dei dati personali : art.

3, qui modifie les conditions d’utilisation du Passeport Vert selon la technique de l’écrêtage réglementaire, ne dit rien sur les fins spécifiques pour lesquelles les certificats peuvent être utilisés., ce qui ne permet pas de vérifier si le traitement de données introduit par le par les certifications covid sont proportionnées ou non.

> Qu’un traitement différencié, raisonnable et proportionné serait donc possible, mais…

sa base juridique dans une source législative déterminée, dans le respect de l’équilibre visé à l’article 32 de la Constitution et fondé sur une base scientifique raisonnable et avérée.

> L’article 15, paragraphe 3, de la loi n° 400/1988 dispose que “les décrets [lois] doivent contiennent des mesures d’application immédiate et leur contenu doit être spécifique, homogène et correspondant au titre”. En ce qui concerne l’exigence d’homogénéité du décret-loi, il doit être precisé que la jurisprudence constitutionnelle identifie cette exigence à la fois dans l’homogénéité de l’objet et dans l’homogénéité du but. ” la simple insertion d’une disposition dans le corps d’un décret-loi n’est pas ne suffit pas en soi à lui conférer l’urgence des autres dispositions, qui sont liées entre elles par un objet ou un but commun”.

Ayant pris connaissance des lois et règlements de rang supérieur et considérant que

1. L’article 32 de la Constitution établit le principe selon lequel personne ne peut être soumis à un traitement médical contre son gré, alors que l’article 5 du code civil interdit les actes de disposition du corps.

2. L’article 32 de la Constitution stipule que le traitement médical ne peut être imposé que par la loi, et non par un décret-loi.ou une loi convertie d’un décret-loi, car elle porte atteinte à la liberté d’expression.

préjudiciable aux pouvoirs bicaméraux de notre système juridique.

3. Enfin, le règlement 2021/953 de l’UE a établi les PRINCIPES POUR LESQUELS

a. les citoyens ne peuvent PAS être discriminés sur la base de leur possession d’une catégorie spécifique de certificat (considérant 20)

b. l’accès universel, rapide et abordable aux vaccins contre le COVID-19 et aux tests de dépistage de l’infection par le SARSCoV-2 est essentiel (considérant 21).

vaccins et tests pour l’infection par le SARSCoV-2″ est essentielle (considérant 21) ;

c. il est de l’obligation des États membres d'”éviter toute discrimination directe ou indirecte de

les personnes qui ne sont pas vaccinées, par exemple pour des raisons médicales, parce qu’elles ne sont pas

pour des raisons médicales, parce qu’ils n’appartiennent pas au groupe cible pour lequel le vaccin COVID-19 est actuellement administré ou autorisé, comme les enfants, ou parce qu’ils n’ont pas encore eu le

la possibilité d’être vaccinés ou ont choisi de ne pas l’être”.

CONSIDÉRÉ

> que les médicaments d’immunisation contre l’infection SarsCov-2, comme mentionné ci-dessus, sont en phase d’essai.

phase expérimentale ;

> qu’aucune autorité sanitaire locale ne semble être équipée du produit pharmacologique approprié comme l’exige la loi (article 4 du décret-loi 44/2021) ;

>les effets à court et moyen terme sur la santé ne sont pas entièrement connus, et les effets à long terme ne sont pas entièrement connus, il s’ensuit qu’il est impossible d’exprimer un consentement éclairé.

>que les ASL elles-mêmes déclarent ne pas connaître les effets secondaires à court et à long terme de la vaccination susmentionnée ;

>que l’imposition de l’obligation de se soumettre à un traitement thérapeutique est placée sous menace d’exclure l’exercice du droit de manger le repas dû pour cause de service, et donc de l’atteinte au droit au travail protégé par

Articles 1, 3 et 4 des Principes fondamentaux de la Constitution et, sans même s’assurer que la personne vaccinée n’est pas une source d’infection.

> qu’il existe une violation manifeste du Règlement UE 2016/679, déjà signalée par le garant de la vie privée ;

> que la situation décrite peut, de manière abstraite, relever de l’article 650 du code de procédure pénale,

> que pour les raisons susmentionnées

ON VOUS INVITE ET APPELS

les Autorités indiquées ci-dessus, dans la mesure de leurs compétences :

1. ne pas mettre en œuvre le contenu préceptif des circulaires émises sur la base des “indications du Ministère de la Santé” diffusées sur le site web institutionnel ou par le biais de l’habituel Faq News, car les impositions qui en découlent sont dépourvues de toute couverture juridique en raison de l’impossibilité d’étendre de manière interprétative le champ d’application de l’article 3 du décret-loi susmentionné, qui présente en tout cas des violations manifestes des principes de la Constitution et de la Communauté européenne, étant donné le droit des travailleurs individuels de choisir librement de se faire vacciner ou non, aux dispositions précitées du décret, sans qu’il en résulte une atteinte à la vie privée en

traitement des données relatives à la santé sur le lieu de travail, désapprober et/ou annuler les circulaires ultérieures émises ou qui ont été adopté et devrait être adopté dans ce sens ;

2. de prendre des mesures immédiates pour cesser d’exiger dans les cantines les certificats verts, sur la base des circulaires illégales et arbitraires publiées

3. enfin, d’indemniser le requérant pour l’ensemble des préjudices financiers subis du fait de l’infraction grave.

la discrimination subie sur le lieu de travail

Nous invitons également

le garant de la vie privée pour contester l’utilisation et le traitement des données personnelles et sensibles en conflit avec

contraire à la législation sur la protection de la vie privée et au règlement GDPR, violation de l’art. 36, al. 4,

et L.D. du 22 avril 2021, 52, adopté sans que le Garant soit consulté et de la note prot. 7742

du 6 mai 2021 non transposé par l’article 3, paragraphe 4, du décret-loi n° 105/2021.

Enfin, nous soumettons à l’examen du Secrétaire Général du Conseil de l’Europe

la situation décrite ci-dessus, afin qu’il puisse – après avoir constaté la violation des articles 2, 5, 6, 8, 9, 10, 11, 2

Prot.4, 1 Prot. 1, 2 Prot. 1 de la CEDH en raison de l’inapplicabilité de l’article 15 de la CEDH – de prendre les initiatives jugées appropriées.

à prendre les initiatives qu’il juge appropriées vis-à-vis de l’État italien et à informer les autres États contractants de cette plainte pour non-respect de l’article 15 de la CEDH et des dispositions de la Convention.

Convention.

Avec respect,

Antonio Nicolosi

(Segr. Gen. UNARMA a.s.c.)

Source : UNARMA.it

Partager cet article
Repost0

Pages