Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 18:31
Efficacité des vaccins Pfizer et Moderna ? Entre 19% et 29%, mais pas 95% ! C’est le BMJ (British Medical Journal) qui le dit

La crédibilité des autorités concernées et des virologues ou autoproclamés tels descend encore d’un cran et fait un autre pas vers le fond.

D’après le BMJ, l’efficacité réelle des vaccins en circulation ne serait pas autour de 95% mais autour de 19 à 29%. L’une des voix les plus influentes au niveau mondial pour le New York Times, le professeur Peter Doshi, travaillant pour l’université du Maryland dans le domaine de la recherche sur les services sanitaires pharmaceutiques balance un missile terre-air. Après être entré en possession des données publiées par Pfizer et Moderna, Doshi a noté des écarts qui changent considérablement le cadre dessiné jusque-là, et aussi les dynamiques mises en place par l’ensemble de la communauté scientifique mondiale.

« Il y a 5 semaines », écrit Doshi dans le BMJ, (et nous l’avions relaté ici) j’avais posé des questions à propos des résultats des expérimentations sur les vaccins Covid-19 de Pfizer et Moderna. Tout ce qui était dans le domaine public étaient les protocoles d’étude et certains Communiqués de presse. » Aujourd’hui, deux revues publient 400 pages de données qui avaient été présentées par la FDA avant l’Autorisation en urgence de Mise sur le Marché donnée par l’agence aux vaccins ARN de chacune des sociétés. Doshi résume les choses ainsi : « Certains détails additionnels sont rassurants, mais d’autres pas. »

« Les données auraient été en quelque sorte déformées vu que l’analyse a été faite en partie sur des cas ‘’suspectés de Covid-19’’ et des cas avec le Covid-19 et symptomatiques mais non confirmés » Les données sur les malades sont très incertaines. En simplifiant, cela amène à une efficacité du vaccin bien inférieure à celle mise en avant jusqu’à maintenant. « Une réduction du risque relatif de 19 % », bien en-dessous du seuil d’efficacité des 50 % nécessaires pour l’autorisation fixée par les autorités de règlementation. » Avec cette efficacité, l’autorisation d’urgence pouvait être refusée. Et Doshi ajoute : « même après la suppression des cas avérés dans les 7 jours depuis la vaccination (409 pour le vaccin Pfizer versus 287 pour le placebo) qui devrait inclure la plupart des symptômes dus à la réactogénicité du vaccin à court terme, l’efficacité du vaccin reste basse : 29% ».

Pour les participants à l’expérimentation, la confusion entre faux positifs et faux négatifs parmi les tampons utilisés dans les tests effectués, raconte Doshi, fait que la seule donnée fiable pour comprendre l’évolution de la maladie soient les taux d’hospitalisation, les cas de mise en thérapie intensive et les morts : « Cela semble justifié, et c’est le seul moyen d’évaluer la capacité réelle des vaccins à éliminer la pandémie »

Les données de fond restent manquantes.

« Il y a clairement la nécessité de données pour répondre à ces questions », raconte le professeur, « mais le rapport de 92 pages de Pfizer ne mentionne pas les 3410 cas « de suspectés de Covid-19 ». Pas plus que leur publication dans le New England Journal of Medecine. Pas plus que tous les rapports sur le vaccin de Moderna. La seule source qui semble l’avoir signalé est la nouvelle version de la FDA pour le vaccin Pfizer.

Ensuite, dans les études, on trouve des données peu compréhensibles et l’on ne voit pas bien l’incidence des autres médicaments sur l’évolution de la maladie des patients, les résultats sur les anticorps restent obscurs, de la même façon que les informations sur les symptômes des patients au cours de la 1ère semaine après la vaccination et la façon dont ces données n’ont pas été examinées par des organismes réellement indépendants.

« Nous avons besoin des données brutes », dit Doshi, pour « affronter les nombreuses questions ouvertes sur ces études », qui « demandent l’accès aux données brutes de l’étude ». Mais aucune entreprise ne semble avoir partagé les données avec des sociétés tierces jusqu’à maintenant. »

« Pfizer affirme qu’elle rend les données disponibles sur demande et qu’elles sont sujettes à révisions » et « Moderna affirme que ses données pourraient être disponibles sur demande, une fois l’étude complétée, » écrit Doshi sur le BMJ. Cela se traduit par une période comprise entre la moitié et la fin de l’année 2022, puisque le contrôle est prévu pour deux ans. Même discours pour le vaccin Oxford/AstraZeneca qui publiera ses données à la conclusion de l’étude, sans parler des vaccins Sputnik V pour lequel il ne serait pas prévu de partager les données des participants.

Source : affaritaliani

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 18:29

Cet article est reposté depuis Wikistrike.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 18:14
 
Déclaration sur le rapport du Département de la santé publique de Californie (CDPH)
19 janvier 2021 à 12 h 30 HNE
Moderna reconnaît avoir reçu un rapport du Département de la Santé publique de Californie (CDPH) selon lequel plusieurs personnes d'un centre de vaccination à San Diego ont été traitées pour d'éventuelles réactions allergiques après la vaccination d'un lot de vaccin COVID-19 de Moderna. La Société coopère pleinement avec le CDPH pour enquêter sur ces événements indésirables signalés. Conformément à la déclaration du CDPH, à ce stade, Moderna n'est pas au courant de groupes comparables d'événements indésirables provenant d'autres centres de vaccination qui peuvent avoir administré des vaccins à partir du même lot ou d'autres lots Moderna.
 
Moderna a confirmé qu'un total de 1 272 200 doses avait été produit dans le lot numéro 041L20A, avec près d'un million de doses (964 900) déjà distribuées à environ 1 700 sites de vaccination dans 37 États. Selon le CDPH, cela comprend plus de 330 000 doses de ce lot distribuées à 287 fournisseurs à travers l'état de Californie. Au total, 307 300 doses restent en stock et n'ont pas encore été distribuées.
 
Bien que Moderna ait déclaré ne pas savoir combien de doses avaient pu se retrouver dans des bras de personnes, il a signalé que le lot avait été expédié entre le 4 janvier et le 8 janvier et s'attend donc à ce qu'une partie importante des doses distribuées ait déjà été utilisée. . Cette enquête est toujours en cours et Moderna travaille en étroite collaboration avec la FDA et le CDC pour comprendre les cas cliniques et si la large pause dans l'utilisation du lot est justifiée. 
 

Des cas similaires liés au vaccin Pfizer-BioNTech ont été référés au CDC et à la FDA pour examen. Selon d'autres rapports, le comité consultatif sur les vaccins nommé par le gouvernement de Hong Kong cherche plus de données auprès des gouvernements norvégien et allemand sur les décès signalés de personnes âgées après leur réception.

 
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 18:07

Les scientifiques ont conclu que les vaccins peuvent aggraver la maladie COVID-19 via une amélioration dépendante des anticorps (EAD) et que les risques sont tenus secrets dans les protocoles d'essais cliniques et les formulaires de consentement.

https://greatgameindia.com/wp-content/uploads/2021/01/STUDY-COVID-19-Vaccines-Increases-Risk-Of-More-Severe-Diseases-That-People-Should-Be-Made-Aware-Of-696x435.jpg

 

Les résultats de l'étude ont été publiés dans l'International Journal of Clinical Practuce.

L'étude a conclu que les personnes vaccinées contre le COVID-19 courent un risque plus élevé de contracter des maladies plus graves que celles qui ne sont pas vaccinées. L'étude conclut en outre que ce fait est gardé secret dans les protocoles d'essais cliniques et les formulaires de consentement.

Les vaccins COVID-19 conçus pour déclencher des anticorps neutralisants peuvent sensibiliser les receveurs à une maladie plus grave que s'ils n'étaient pas vaccinés.

Les vaccins contre le SRAS, le MERS et le RSV n'ont jamais été approuvés, et les données générées dans le développement et les tests de ces vaccins suggèrent une grave préoccupation mécaniste: que les vaccins conçus empiriquement en utilisant l'approche traditionnelle (consistant en le pic viral de coronavirus non modifié ou peu modifié à susciter des anticorps neutralisants), qu'ils soient composés de protéines, de vecteurs viraux, d'ADN ou d'ARN et quelle que soit la méthode d'administration, peuvent aggraver la maladie COVID-19 via une amélioration dépendante des anticorps (EAD).

Ce risque est suffisamment obscurci dans les protocoles d'essais cliniques et les formulaires de consentement pour les essais de vaccins COVID-19 en cours pour qu'une compréhension adéquate de ce risque par les patients ne se produise probablement pas, ce qui empêche le consentement véritablement éclairé des sujets de ces essais.

Les scientifiques recommandent que ces risques d'EIM soient divulgués aux personnes vaccinées.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 18:03
Moderna arrête la vaccination contre le COVID-19 en Californie après de graves réactions allergiques. Enquête lancée

Moderna a arrêté la vaccination contre le COVID-19 en Californie après qu'un lot de vaccin ait provoqué de graves réactions allergiques . L'affaire fait actuellement l'objet d'une enquête des autorités.

Moderna arrête la vaccination contre le COVID-19 en Californie après de graves réactions allergiques.  Enquête lancée
Moderna arrête la vaccination contre le COVID-19 en Californie après de graves réactions allergiques. Enquête lancée

Les responsables de la santé californiens recommandent aux fournisseurs de suspendre l'administration d'un lot spécifique du vaccin Moderna COVID-19 en raison de réactions allergiques possibles qui sont sous enquête.

L'épidémiologiste de l'État de Californie, le Dr Erica S. Pan, a publié dimanche soir une déclaration concernant le lot «041L20A».

«Un nombre plus élevé que d'habitude de réactions allergiques possibles a été signalé avec un lot spécifique de vaccin Moderna administré dans une clinique de vaccination communautaire. Moins de 10 personnes ont nécessité des soins médicaux sur une période de 24 heures », a déclaré le Dr Pan.

Selon la déclaration,

«Par extrême prudence et reconnaissant également l’offre extrêmement limitée de vaccins, nous recommandons aux fournisseurs d’utiliser d’autres stocks de vaccins disponibles et de suspendre l’administration des vaccins de Moderna Lot 041L20A jusqu’à l’enquête menée par le CDC, la FDA, Moderna et le l'état est complet. Nous fournirons une mise à jour à mesure que nous en apprendrons davantage. »

Auparavant, une femme d'Oakland City, Indiana, aux États-Unis, avait averti les autres de ne pas recevoir le vaccin expérimental  Moderna COVID-19 après avoir souffert de spasmes de la langue et de convulsions du corps entier . Elle a posté ses vidéos sur Facebook où tout son corps est vu trembler de manière incontrôlable. Le CDC a déclaré que ces effets secondaires sont «légers» et «normaux».

Selon le géant pharmaceutique Moderna, les vaccins expérimentaux basés sur l'ARNm du  COVID-19 sont un  système d'exploitation  conçu pour programmer l'ADN humain . Ces vaccins sont approuvés pour une utilisation d'urgence pour la première fois de l'histoire.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 17:51

Un document du CDC Britannique indique que sur 112 807 personnes vaccinées pour le Covid19 3 150 individus de ce groupe étaient «incapables d'accomplir des activités quotidiennes normales, incapables de travailler, nécessitant les soins d'un médecin ou d'un professionnel de la santé». En bref, 2,79% des personnes qui ont reçu le vaccin COVID ARN ont eu des réactions graves et / ou débilitantes dans les jours suivant la vaccination.

 

https://dhna0nwgp8ihl.cloudfront.net/wp-content/uploads/2021/01/18045307/Screen-Shot-2021-01-18-at-4.52.30-AM-768x439.jpg

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2021 5 15 /01 /janvier /2021 18:54

Une fois de plus le PDG de Moderna se lâche :

 

Le PDG français de l'entreprise américaine Moderna, Stéphane Bancel, a averti lors d'une conférence que le coronavirus ne disparaîtrait pas. Il a invité les responsables de santé à suivre de près son évolution pour y adapter les vaccins, indique CNBC.

«Apprendre à vivre avec le virus», voilà le verdict énoncé par des scientifiques, ainsi que des autorités sanitaires et politiques. Le PDG français du laboratoire américain Moderna, Stéphane Bancel, n’en doute pas non plus, soutenant que le Covid-19 resterait «pour toujours».

Le coronavirus «ne disparaîtra pas. Nous allons vivre avec ce virus pour toujours», a-t-il lancé lors de la 39ème conférence JPMorgan Health Care, cité par CNBC.

Le PDG de Moderna estime donc que l’évolution du virus devra être surveillée en permanence afin de traquer de nouvelles mutations et y adapter les vaccins. Moderna, dont le vaccin vient d’être autorisé dans l’Union européenne, suit de près l’apparition de nouvelles variantes.

Les nouvelles mutations connues

Au Royaume-Uni, un nouveau variant du SRAS-CoV-2 a été découvert à la mi-décembre. Il serait capable de se propager 70% plus rapidement que le plus commun. Cette mutation est désormais présente dans plusieurs pays, dont la France.

Une nouvelle, baptisée 501.V2, a été signalée en Afrique du Sud. Selon le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies (ECDC), elle est désormais devenue dominante en Afrique du Sud.

Plus récemment, le Japon a détecté le 10 janvier un nouveau variant du coronavirus en provenance de l'Amazonie brésilienne, différente de celles qui se répandent au Royaume-Uni et en Afrique du Sud. 

 

C'est sûr que lorsqu'on trouve un vaccin en 48 h il ne faut pas s'étonner d'y revenir, mais au moins lui il a l'honnêteté de le dire, outre les variants bien sûr, remarquez que ça fait 25 ans qu'on attend un vaccin pour le VIH et l'on attend toujours.

 

 

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2021 5 15 /01 /janvier /2021 18:29

INVRAISEMBLABLE ! Comment ne pas s'insurger (littérairement s'entend et oui avec la stasi) ou s'alarmer quand le laboratoire lui même retarde la livraison du vaccin pour l'Europe d'un mois.

 

Après toutes les jérémiades journalistiques et politiques, les pleureuses du retard de la vaccination Française, personne ne s'alerte du décès de 24 Norvégien par le  Super Extra Formidable vaccin Pfizer ; panacée Universelle. (je rajoute le lien on en est à 29)

Vaccin qui comme le Pape a prouvé son infaillibilité.

Il est tellement sûr ! évidemment alors pourquoi ce retard de livraison, de qui se fout on !

 

Cela laisse planer une impression de travail bâclé, mais il reste l'effet panurgisation vaccinale des élites, pour garder leur quand à soi, avoir le signe d'appartenance au groupe, en pissant là ou leur dis de pisser, comme les mâles alpha leur ont désigné l'endroit.

Je laisserai le soin à chacun d'entre eux d'assumer les conséquences d'un échec vaccinal ou d'erreurs vaccinales, qui risquent bien de dépasser celles des autres erreurs pharmaceutiques connues, sans compter les conneries politiciennes et économiques dont on nous nourrit depuis 50 ans.

 

Quoiqu'il en soit la Chine interdit ce vaccin !

 

23 décès ont été signalés suite à la vaccination contre le Covid, sur seulement 25000 vaccinés. Environ 1,16 pour mille soit sur 50 millions de vaccinés un nombre de 58 000 décès sans compter les infirmités liées aux vaccins
 
 
 
MAJ:  La Norvège rapporte 23 décès post-vaccinaux. Après en avoir examiné 13, ils indiquent que «les effets secondaires des vaccins à ARNm ... peuvent avoir entraîné des décès. Le point commun était qu'il s'agissait de personne âgées (+80 ans) et fragiles. "Les rapports peuvent indiquer que les effets secondaires courants des vaccins à ARNm, tels que la fièvre et les nausées, peuvent avoir entraîné la mort de certains patients fragiles, déclare le médecin en chef Sigurd Hortemo de l'Agence norvégienne des médicaments.
 
En conséquence, l'Institut national de la santé publique et l'Agence norvégienne des médicaments ont modifié le guide de vaccination contre corona avec de nouveaux conseils pour ce groupe.
 
- Si vous êtes très fragile, vous ne devriez probablement pas être vacciné, a déclaré jeudi le directeur du sujet Steinar Madsen de l'Agence norvégienne des médicaments lors d'un webinaire sur le vaccin contre le corona destiné aux journalistes."
-------
 

A noter que l'agence rapporte aussi "4 cas de réactions allergiques" graves sans préciser les symptômes ressentis. Ce terme a déjà été utilisé pour le médecin mexicain qui s'est mis à convulser et a été paralysée des 4 membres pendant plusieurs jours.Donc quand ils parlent de "réaction allergique grave" ça peut être en fait des effets indésirables désastreux et pas forcément transitoires. Pas uniquement des rougeurs locales ou ce à quoi on pense avec les réactions allergiques. Ce n'est pas à prendre à la légère. Fawkes

 

-------

Le deuxième comité de suivi dédié à la surveillance des effets indésirables rapportés avec les vaccins COVID-19 s’est tenu le 14 janvier 2021 avec le réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance (CRPV).

Six effets indésirables graves avec une évolution favorable ont été observés en France avec le vaccin Comirnaty de Pfizer/BioNTech lors de cette troisième semaine de vaccination : 4 cas de réactions allergiques et 2 cas de tachycardie.

L’ANSM a également été informée du décès d’une personne résidant en EHPAD et vaccinée contre la Covid-19 le 13 janvier avec le vaccin Comirnaty. Aucun effet indésirable immédiat n’a été constaté suite à la vaccination. Le décès est intervenu environ deux heures après la vaccination. Le patient ne présentait pas de signes physiques de réactions allergiques. Au regard de ces éléments, des antécédents médicaux et du traitement lourd de la personne, rien ne permet de conclure que ce décès est en lien avec la vaccination. 

Une trentaine de cas d’effets indésirables non graves en lien avec le vaccin Comirnaty ont par ailleurs été enregistrés dans la base nationale de pharmacovigilance.

Suite à la survenue de cas de paralysies faciales dans d’autres pays avec le vaccin Comirnaty, une expertise a été demandée à un centre de pharmacovigilance. L’analyse de ces cas étrangers confirme que ces troubles surviennent de façon extrêmement rare avec une incidence qui ne dépasse pas celle observée chaque année en période hivernale dans la population générale.

Le premier rapport hebdomadaire sur l’ensemble des cas rapportés en France sera publié la semaine prochaine à l’issue du troisième comité de suivi. Un rapport sera ensuite publié toutes les semaines.

L’ANSM, en lien avec le réseau des CRPV, pourra communiquer à tout moment si un signal de sécurité est identifié.

 

Source: ANSM

Lu ici

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2021 4 14 /01 /janvier /2021 18:16

« Le principal but de la vaccination n’est pas d’ordre sanitaire », selon Philippe Guillemant, Docteur et ingénieur physicien, spécialiste d’Intelligence Artificielle exerçant au CNRS. « Ce problème-là est peanuts à coté du choix de société qui se trouve devant nous, qu’une politique de gouvernance mondiale semble avoir déjà fait à notre place. Le principal but de la vaccination est de parvenir à une normalisation du port d’identité numérique par chaque citoyen. Aucune loi ne pourrait empêcher l’implémentation des algorithmes correspondants, mais seulement en interdire l’usage. La question de savoir si nous allons effectivement rentrer dans ce nouveau monde, ou pas, va donc dépendre du niveau d’acceptation du vaccin. Mais je le répète une fois de plus, mon avis est qu’on n’entrera pas dans ce nouveau monde. »

 

Le principal but de la vaccination est de parvenir à une normalisation du port d’identité numérique par chaque citoyen. Il sera en effet permis que le contrôle de ses droits d’accès à différents lieux (restaurants, boutiques, gares etc.) se fasse de manière automatique, ce qui ouvrira un immense marché, celui des objets connectés, tellement savoureux qu’il est capable de transformer des informaticiens en virologues.
Cela permettra également l’introduction d’une monnaie numérique déjà préparée par la suppression progressive de l’argent liquide.

Il y a deux cas à considérer :

– Port d’identité numérique non intimement liée au corps : mobile, bracelet, montre, sac à main…
– Port d’identité numérique intimement liée au corps : bague, puce sous la peau, identification génique…

Dans le second cas il sera impossible, sauf opération chirurgicale, de se débarrasser de son identité.

Dans un premier temps, seul le premier cas est à considérer sérieusement. Ce n’est que lorsque l’usage d’une identité numérique sera normalisé par l’habitude (de vivre autrement) que le second cas s’imposera naturellement pour renforcer la sécurité de l’usage.

Aujourd’hui, ce port d’identité numérique est déjà réalisé via nos mobiles, mais aucun usage n’en est fait, sauf marginal comme dans le cas de l’application TousAntiCovid. Tout le monde a le droit d’entrer dans n’importe quelle boutique et de voyager sans être obligé d’avoir un portable. D’autre part, le traçage des déplacements permis par un mobile est très grossier, sa précision étant comprise entre 1 et 10 mètres. On peut considérer que pour l’instant, avoir un portable est inoffensif.

Tout cela pourrait changer avec le contrôle vaccinal automatisé et la généralisation des objets connectés via la 5G et même dès la 4G. En particulier le traçage ne serait plus réalisé par GPS, mais par analyse et triangulation de signaux via les objets alentours et sera à terme 100 à 1000 fois plus précis, à mesure que la technologie évoluera.

 

Le port non lié au corps d’identité numérique, dans un environnement peuplé d’objets connectés (maisons, voitures, routes, villes…) permettrait les recueils de données suivants par une I.A. :

– Vérification d’autorisation d’accès pour les vaccinés
– Contrôle de vitesse et stationnement (voiture connectée)
– Identification de toutes sortes d’infractions à la conduite
– Identification des personnes avec qui l’on déjeune
– Mémorisation de tous les déplacements
– Calcul de temps de travail ou temps de présence…
– Détection de déplacement inhabituel…
– Etc

Il convient de préciser qu’aucune loi ne pourrait empêcher l’implémentation des algorithmes correspondants, mais seulement en interdire l’usage.Toutefois, il serait extrêmement difficile de détecter qu’un tel usage n’est pas effectué. Seule son exploitation pourrait être rendue visible, mais cela laisse une grande place à une exploitation inavouée, par exemple par une société d’assurance où le calcul des droits est déjà réalisé de façon informatique.

Considérons maintenant le deuxième cas, et allongeons la liste précédente :

– Maison intelligente (interactions, commandes, dialogues…)
– Analyse d’activités privées (dormir, lire, faire l’amour…)
– Surveillance de l’activité des enfants
– Analyse des interactions familiales
– Analyse de situation (repos, activité, chute…)
– Analyse de comportement (geste brusque, activité sportive…)
– Détection et mémorisation des habitudes
– Etc

J’en oublie certainement, sachant qu’il est difficile d’imaginer d’avance tout ce que la quatrième révolution industrielle pourrait nous inventer. Je ne parle ici que d’un transhumanisme très doux, presque acceptable, sans faire référence à quoi que ce soit d’intrusif comme une puce dans le cerveau, des nanorobots dans nos veines ou une vision artificielle et connectée. Mais il va de soi que l’acceptation de ces technologies intrusives est conditionnée à l’acceptation de l’usage d’identité numérique.

La question de savoir si nous allons effectivement rentrer dans ce nouveau monde, ou pas, va donc dépendre du niveau d’acceptation du vaccin. Il est en effet peu probable que l’on oblige chaque citoyen à porter une identité numérique lors de ses déplacements si 50% de la population n’est pas vaccinée, car on ne va pas limiter à ce point la liberté de circulation. Par contre, si seulement 5% de la population n’est pas vaccinée, il est fort probable qu’on entrera dans ce nouveau monde.
La réalité sera évidemment bien plus complexe que cette simplification binaire, qui n’a d’autre but que d’éveiller aux véritables enjeux.

Donc, je le répète, nous ne sommes pas confrontés à un problème sanitaire avec le virus. Ce problème-là est peanuts à coté du choix de société qui se trouve devant nous, qu’une politique de gouvernance mondiale semble avoir déjà fait à notre place.

Mais je le répète une fois de plus, mon avis est qu’on n’entrera pas dans ce nouveau monde.

Philippe Guillemant, le 24 novembre 2020

 

Pour en savoir plus sur l’auteur : http://guillemant.net
Sa biographie, ses articles, ses livres et dvd, ses conférences, ses réalisations technologiques, sa revue de presse et ses publications.

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2021 4 14 /01 /janvier /2021 18:07

Le vaccin n'est pas obligatoire, ben voyons, mais si vous avez a partir a l 'étranger vous devrez montrer patte blanche comme quoi vous avez été modifié génétiquement.

13 janvier 2021

Les Passeports vaccinaux arrivent !
 

http://

Malgré les démentis du gouvernement, selon lesquels il serait prévu de déployer des passeports vaccinaux COVID, des rapports ont au contraire confirmé que les personnes vaccinées dans deux régions sélectionnées de Grande-Bretagne se verront délivrer ce laisser-passer "à l'essai". Il est en cours de déploiement avec effet immédiat.

 

Le London Telegraph rapporte que la société de biométrie iProov et la société de cybersécurité Mvine ont développé les passeports vaccinaux, qui seront fournis sous forme d'application sur les téléphones des personnes vaccinées.

Le gouvernement mènera le déploiement dans deux régions et suivra son application jusqu'en mars.

Le rapport note que le gouvernement a déjà investi 75.000 £ dans l'essai, afin de surveiller les vaccinés.

Frank Joshi, directeur et fondateur de Mvine, a noté que, bien que le projet ait commencé comme un simple moyen de conserver un registre des tests COVID, des fonds supplémentaires y ont été injectés afin de le transformer en un programme de passeport vaccinal.

«À l'origine, nous avons commencé avec un suivi individualisé des tests PCR, mais il peut également être utilisé pour vérifier si vous avez bien été vacciné», a déclaré Joshi, selon le rapport.

Andrew Bud, directeur général de l'autre société impliquée, iProov, a déclaré que le système serait intégré au Service national de santé et pourrait facilement être déployé à tout le pays.

«Nous parlons d'une technologie remarquable qui peut être mise en œuvre et peut être facilement intégrée au NHS», a-t-il déclaré.

Le développement semble être distinct des contrats gouvernementaux accordés à deux autres entreprises pour développer des «passeports liberté» COIVD, dont nous avons fait état il y a plusieurs semaines.

Le mois dernier, le ministre britannique des vaccins, Nadhim Zahawi, a annoncé que le gouvernement n'avait pas l'intention d'introduire des passeports d'immunité en masse, ni d'imposer des restrictions à ceux qui ne l'ont pas.

Cette dernière révélation met sérieusement en doute l'affirmation déjà douteuse de Zahawi.

Nous avions également précédemment rendu compte, en novembre, des projets du gouvernement britannique de développer un système de code QR à utiliser comme «passeport d'immunité».

 

Le rapport, issu de  sources proches du gouvernement, a noté que «ceux qui refusent de recevoir le vaccin se verraient probablement refuser l'entrée de certains lieux, dans le cadre de ces mêmes propositions.»

D'autres rapports ont suggéré qu'une application déjà utilisée au Royaume-Uni par des personnes pour prendre des rendez-vous chez le médecin et à l'hôpital, pourrait mettre en œuvre une section sur l'état de la vaccination, qui montrera si une personne a reçu le vaccin contre le coronavirus ou non, et que les entreprises pourraient l'utiliser pour refuser l'entrée à ceux qui ne l'ont pas fait.

Le spectre des soi-disant «passeports d'immunité» se profile à l'échelle mondiale.

Hier, il a été révélé que le Danemark est le dernier pays à avoir annoncé qu'il déploie un «passeport Covid», pour permettre à ceux qui ont pris le vaccin de naviguer dans la société sans aucune restriction.

Récemment,  le gouvernement de l'Ontario, au Canada, a admis  qu'il étudie les «passeports d'immunité» en conjonction avec des restrictions sur les voyages et l'accès aux lieux sociaux pour les non-vaccinés.

Le mois dernier, Israël a annoncé  que les citoyens qui reçoivent le vaccin COVID-19 recevront des «passeports verts», qui leur permettront de se rendre partout et de manger dans les restaurants.

Une  litanie  d' autres personnalités du  gouvernement  et de  l'industrie du voyage aux États-Unis, en Grande - Bretagne  et au delà, ont suggéré que les  «passeports COVID»  arrivent pour que  «la vie revienne à la normale» !

Sam Grant, directeur de campagne du groupe de défense des libertés civiles  Liberty,  a averti que «toute forme de passeport d'immunité risque de créer un système à deux vitesses dans lequel certains d'entre nous ont accès aux libertés et au soutien tandis que d'autres sont exclus.»

«Ces systèmes pourraient entraîner l'interdiction des personnes qui n'ont pas été vaccinés des services publics essentiels, du travail et du logement - les plus marginalisés d'entre nous étant les plus durement touchés», a en outre averti Grant.

«Cela a également des implications plus larges, car toute forme de passeport d'immunité pourrait ouvrir la voie à un système d'identité complet - une idée qui a été à plusieurs reprises rejetée comme incompatible avec la construction d'une société respectueuse des droits», a en outre exhorté Grant.

 

 

Un député européen nous transmet le document ci-dessous qui démontre comment, au Parlement Européen, on se prépare à pérenniser la dictature sanitaire. Des débats vont s’entamer le 2 février sur le projet d’un European Tourism Certificate, variante du passeport vaccinal.

 

Partager cet article
Repost0

Pages