Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 16:48

Deux vidéos susceptibles de vous renseigner sur la façon, la méthode, la manière dont le pouvoir en place met en place à marche forcée un système de surveillance généralisée ou les données personnelles risques d'échapper à tout contrôle.

 

 

Il y a une volonté de ce fait et une préméditation effective, alors il s'agit bien de s'émouvoir de cela et ne plus rester dans une attente d'évènements improbables d'amélioration étant donné que tous les contre pouvoirs sont réduits à des portions congrues. En d'autres mots : "il va falloir se bouger le cul !"

 

Partager cet article

Repost0
7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 16:21

Tout semble se précipiter : Un Médecin lance l'alerte :

 

Donc lisez bien attentivement ce qui suit j'ai mis en lien les éléments nécessaires, entre autre le lancement d'une nouvelle base de données de santé baptisée "Health Data Hub". Elle a été officiellement lancée le 1er décembre 2019, je souligne bien la date le 1er décembre 2019. Elle dépend de la technologie Microsoft.

Ensuite vous aurez l'application Stop CoVid19. et ses séquelles que sont les brigades sanitaires.

 

CECI EST INACCEPTABLE !

 

Je tiens à signaler car je ne suis pas un novice en certaines matières, que des fuites de données sont courantes en Amérique du Nord pour ce qui concerne la Santé, en effet les fichiers fuites moyennant finance, et l'on peut se retrouver avec les difficultés suivantes.

L'emploi, certains employeurs notamment les les grosses peuvent connaître vos informations médicales dans le détail, je vous laisse le soin d'imaginer la suite

Les assurances, les crédits, ces sociétés ne reculent pas a obtenir vos informations médicales si vous êtes demandeur de crédit, notamment pour l'achat d'une maison ou d'un véhicule,

Donc ç'est d'une importance vitale et non un article de plus ! A bon entendeur !

 

Transcription de la vidéo :

 

"Bonjour à toutes et à tous,j'ai décidé de faire cette vidéo aujourd’hui pour vous alerter contre 3 violations du secret médical qu'est en train d'organiser sciemment le gouvernement

 

La première :

il nous demande de faire remonter tous les cas positifs mais cela existe déjà dans le cadre des maladies à déclaration obligatoires mais en plus, il nous demande de recenser les personnes qui vivent avec vous et tous les cas contacts avec leurs coordonnées et leur adresse pour le faire remonter à l'assurance maladie afin qu'il leur envoie une brigade sanitaire.Je suis MEDECIN, je suis PAS FLIC! D'accord? On nous demande contre quelques euros de vous fliquer. C'est hors de question que je viole le secret médical et votre confiance contre quelques euros et je sais que beaucoup de mes confrères sont dans le même état que moi: absolument ulcérés qu'on leur demande de transgresser l'éthique la plus élémentaire. Voilà la première chose.

 

La deuxième :

il y a un projet de Loi qui est en train d’être examiné aujourd'hui où ils sont train de trier, de nouveaux systèmes d'information de données de santé et où on va avoir des nouveaux systèmes qui sont sans votre consentement.c'est à dire que vous n'aurez plus votre mot à dire sur où vont vos données de santé. Soit disant que c'est pour la crise covid...Soit disant que c'est dans le cadre de l'urgence sanitaire... qu'ils ne pourront pas les garder plus d'un an, mais on sait ce que cela donne avec l'état d'urgence contre le terrorisme, c'est reconduit 6 fois jusqu'à que cela soit entré dans la loi organique donc là c'est pareil, ils sont en train de prendre vos données de santé, et d'en faire ce qu'ils veulent sans meme que vous puissiez avoir votre mot à dire et ce sera écrit dans la loi.

 

Et la troisième chose :

c'est qu'ils sont en train de déployer une plateforme nationale de partage de données de santé qui s'appelle le "Health Data Hub" et qui est propriétaire de ces données? les serveurs de Microsoft! On est en train de forcer tous les hôpitaux bientôt les pharmacies Les dossiers médicaux partagés tout va se retrouver sur les serveurs de Microsoft. Si vous trouvez ça normal, moi non...donc j'espère que vous aller partager en masse cette vidéo parce qu'il faut que tout le monde sache ce qu'ils sont en train de faire c'est vos données de santé, c'est votre vie Parce que derrière les assurances elles vont monter leur prix, les banques aussi vont refuser de faire les prêts c'est cela qui est en jeu, c'est tout cela les employeurs qui vont refuser de reconduire vos contrats parce qu'ils savent que vous etes malades etc.. Donc soyez vigilants,partagez s'il-vous-plaît, partagez! bonne journée à tous.

Partager cet article

Repost0
6 mai 2020 3 06 /05 /mai /2020 10:07

Hôpital Pompidou ..du 29/04/2020 FUITE AUDIO PERSONNEL HOSPITALIER ANONYME PARIS 15ème

Source : Netizen Souljah

Bon n'ayant pu vérifier exactement la source, je ne puis qu'affirmer qu'effectivement les forces de l'ordre ne peuvent pas porter de masque et qu'il y a eut des contaminations dans leur profession ainsi qu'un décès. A vous de juger !

 

Partager cet article

Repost0
4 mai 2020 1 04 /05 /mai /2020 12:22

Visionnaire ou escroc ! Mais je suppose qu'avec les éléments qui sont notés dans mon dossier Fondation Bill Gates votre choix sera rapidement fait !

 

Donc le texte en ligne de son Ted Talk de 2015 intitulé "La prochaine épidémie ! Nous ne sommes pas prêts!"

Visiblement lui si !

 

J'ai mis en exergue en jaunes les phrases les plus significatives de l'action de Bill Gates, car il finance bien l'OMS pour une grande part, et ce notamment depuis que les USA se sont retirées de sont financement, ensuite il a investit dans de nombreuses recherches sur les vaccins, et notamment dans un système de puçage de vérification de la vaccination qui semble lui tenir à coeur. Aux vues de ses expériences passées dans différents pays au sujet de campagnes de vaccinations qui se sont soldées pour certaines par des échecs cuisants (notamment en Inde ou plus de 490 000 enfants ont développés une paralysie flasque conséquente de cette vaccination ; tant et si bien que le gouvernement Indien lui a demandé, (son association) de quitter le pays.

Bill Gates est dans les premières fortunes mondiales si ce n'est la première et ce milliardaire mégalomane, à vision messianique qui caractérise la culture américaine mais à l'avers de la pièce corrompue par l'avidité et la cupidité n'hésite pas à faire du lobbying auprès des médias influents, notamment en France tel le Monde. Médias en déliquescence subventionnés et acceptants des dons de lobbys privés qui donnent une piètre image du soit disant 4ème pouvoir indépendant. En ce cas il vaut mieux aller voir outre Atlantique ou même si le veau d'or est adoré il existe encore quelques parcelles d'éthique professionnelle.

 

« Nous avons investi énormément dans les moyens de dissuasion nucléaire, mais nous avons investi très peu dans un système pour arrêter les épidémies. Nous ne sommes pas prêts pour la prochaine épidémie. »

Dans le documentaire « Dans le cerveau de Bill Gates » produit par Netflix en 2019, Gates a prédit qu’un virus mortel pourrait provenir des marchés humides de la Chine pour infecter rapidement le monde.

Transcription de la conférence de Bill Gates

"Quand j’étais enfant, le désastre qui nous inquiétait le plus était une guerre nucléaire. C’est pourquoi nous avions un baril comme celui-ci dans notre sous-sol, rempli de bidons de nourriture et d’eau. Lorsque l’attaque nucléaire est survenue, nous étions censés descendre, mordre et manger dans ce baril. Aujourd’hui, le plus grand risque de catastrophe mondiale ne ressemble pas à cela. Au lieu de cela, cela ressemble à ceci. Si quelque chose tue plus de 10 millions de personnes au cours des prochaines décennies, il s’agit très probablement d’un virus hautement infectieux plutôt que d’une guerre. Pas des missiles, mais des microbes.

Maintenant, une partie de la raison en est que nous avons investi énormément dans la dissuasion nucléaire, mais nous avons en fait investi très peu dans un système pour arrêter une épidémie. Nous ne sommes pas prêts pour la prochaine épidémie. Regardons Ebola. Je suis sûr que vous en avez tous lu dans le journal. Beaucoup de défis difficiles. Je l’ai suivi attentivement à travers les outils d’analyse de cas que nous utilisons pour suivre l’éradication de la polio. Et si vous regardez ce qui s’est passé, le problème n’était pas qu’il y avait un système qui ne fonctionnait pas assez bien. Le problème était que nous n’avions pas de système du tout.

En fait, il manque des pièces clés assez évidentes. Nous n’avions pas de groupe d’épidémiologistes prêts à partir qui seraient partis, vu ce qu’était la maladie, voir jusqu’où elle s’était propagée. Les rapports de cas sont arrivés sur papier. Cela a été très retardé avant leur mise en ligne et ils étaient extrêmement inexacts. Nous n’avions pas d’équipe médicale prête à partir. Nous n’avions aucun moyen de préparer les gens. Maintenant, Médecins Sans Frontières a fait un excellent travail en orchestrant des bénévoles, mais même ainsi, nous avons été beaucoup plus lents que nous aurions dû faire entrer des milliers de travailleurs dans ces pays. Et une grande épidémie nous obligerait à avoir des centaines de milliers de travailleurs.

Il n’y avait personne pour étudier les approches de traitement. Personne pour regarder les diagnostics, personne pour déterminer quels outils doivent être utilisés. À titre d’exemple, nous aurions pu prendre le sang des survivants, le traiter et remettre ce plasma chez les gens pour les protéger, mais cela n’a jamais été essayé. Il manquait donc beaucoup de choses, et ces choses sont vraiment un échec mondial. L’OMS est financée pour surveiller les épidémies, mais pas pour faire ces choses dont j’ai parlé. Maintenant dans les films, c’est assez différent. Il y a un groupe de beaux épidémiologistes prêts à partir. Ils emménagent, ils sauvent la situation, mais ce n’est que du pur Hollywood. L’absence de préparation pourrait permettre à la prochaine épidémie d’être dramatiquement plus dévastatrice qu’Ebola.

Regardons la progression d’Ebola cette année. Environ 10 000 personnes sont décédées et presque toutes se trouvaient dans les trois pays d’Afrique de l’Ouest. Il y a trois raisons pour lesquelles cela ne s’est pas propagé davantage. La première est qu’il y a eu beaucoup de travail héroïque de la part des agents de santé. Ils ont trouvé les gens et ont empêché plus d’infections. La seconde est la nature du virus. Ebola ne se propage pas dans l’air et au moment où vous êtes contagieux, la plupart des gens sont tellement malades qu’ils sont alités. Troisièmement, il n’est pas entré dans de nombreuses zones urbaines, et ce n’était que de la chance. S’il avait pénétré dans beaucoup plus de zones urbaines, le nombre de cas aurait été beaucoup plus élevé. La prochaine fois, nous n’aurons peut-être pas autant de chance.

Vous pouvez avoir un virus où les gens se sentent assez bien lorsqu’ils sont contagieux qu’ils prennent l’avion ou qu’ils se rendent au marché. La source du virus pourrait être une épidémie naturelle comme Ebola ou le bioterrorisme. Et donc il y a des choses qui aggraveraient littéralement les choses mille fois. En fait, regardons un modèle de virus propagé dans l’air, comme la grippe espagnole en 1918.

 

Voici donc ce qui se passerait. Elle se répandrait dans le monde très, très rapidement. Et vous pouvez voir que plus de 30 millions de personnes meurent de cette épidémie. C’est donc un grave problème. Nous devons être inquiets. Mais en fait, nous pouvons construire un très bon système de réponse. Nous bénéficions de toutes les sciences et technologies dont nous avons parlé ici. Nous avons des téléphones portables pour obtenir des informations du public et leur communiquer des informations. Nous avons des cartes satellites où nous pouvons voir où se trouvent les gens et où ils se déplacent. Nous avons des avancées dans le domaine de la biologie qui devraient considérablement modifier le délai d’exécution pour examiner un pathogène et être en mesure de fabriquer des médicaments et des vaccins adaptés à ce pathogène. Nous pouvons donc avoir des outils, mais ces outils doivent être intégrés dans un système de santé mondial global, et nous avons besoin de préparation.

Les meilleures leçons que je pense sur la façon de se préparer ou encore, ce que nous faisons pour la guerre. Pour les soldats, nous avons plein temps à attendre. Nous avons des réserves qui peuvent nous étendre à un grand nombre. Et l’OTAN dispose d’une unité mobile qui peut se déployer très rapidement. L’OTAN fait beaucoup de jeux de guerre pour vérifier, les gens sont-ils bien formés? Comprennent-ils le carburant et la logistique et les mêmes fréquences radio? Ils sont donc absolument prêts à partir. Voilà donc le genre de choses dont nous avons besoin pour faire face à une épidémie.

Quels sont les éléments clés? Premièrement, nous avons besoin de systèmes de santé solides dans les pays pauvres. C’est là que les mères peuvent accoucher en toute sécurité. Les enfants pourraient recevoir tous leurs vaccins, mais aussi où nous verrons l’épidémie très tôt. Nous avons besoin d’un corps de réserve médicale. Beaucoup de gens qui ont la formation et l’expérience qui sont prêts à aller avec l’expertise. Et puis nous devons jumeler ces médecins avec les militaires, en profitant de la capacité des militaires à se déplacer rapidement, à assurer la logistique et à sécuriser les zones.

Nous devons faire des simulations, des jeux de germes, pas des jeux de guerre pour voir où sont les trous. La dernière fois qu’un jeu de germes a été fait aux États-Unis, c’était en 2001, et ça ne s’est pas si bien passé. Jusqu’à présent, le score est un germes un, les gens zéro. Enfin, nous avons besoin de beaucoup de R&D avancée dans les domaines des vaccins et des diagnostics. Il existe de grandes percées comme le virus adéno-associé qui pourraient fonctionner très, très rapidement.

Maintenant, je n’ai pas de budget exact pour ce que cela coûterait, mais je suis sûr que c’est très modeste par rapport au préjudice potentiel. La banque mondiale estime que si nous avons une épidémie mondiale de grippe, la richesse mondiale diminuera de plus de 3 billions de dollars, et nous aurions des millions et des millions de morts. Ces investissements offrent des avantages importants au-delà de la simple préparation à l’épidémie. Les soins de santé primaires, la R&D, ces choses réduiraient l’équité en santé mondiale et rendraient le monde plus juste et plus sûr.

Je pense donc que cela devrait absolument être une priorité. Pas de panique. Nous n’avons pas à amasser des boîtes de spaghetti ou à descendre dans le sous-sol, mais nous devons y aller parce que le temps n’est pas de notre côté. En fait, s’il y a une chose positive qui peut sortir de l’épidémie d’Ebola, c’est qu’elle peut servir d’alerte précoce, de réveil pour se préparer. Si nous commençons maintenant, nous pouvons être prêts pour la prochaine épidémie. Je vous remercie."

__________

RÉFÉRENCES :

Partager cet article

Repost0
24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 16:19

de 2011 a 2015 l'administration OBAMA  a financé des recherches sur le coronavirus de chauve souris.

Les recherches s'arrêtent en octobre 2015 ; en novembre la doctoresse Zhengli dépose sur Nature la création d'un coronavirus Chimère composé de coronavirus de chauve souris et de SRAS, extrêmement dangereux, Je vous poste en ligne les éléments de vérifications :

" Le gouvernement américain, sous la présidence d'Obama, avait accordé une subvention de 3,7 millions de $ au laboratoire P4 de Wuhan pour participer aux expérimentations sur le coronavirus, menées sur des chauves-souris capturées à plus de 1600 km de Wuhan dans des grottes du Yunnan, et dont le séquençage du génome correspond à à celui trouvé dans le virus du Covid-19...  Partie article : Stéphanie Omnes le 24 avril 2020"

L'expérience était résumée sous le titre : Chauves-souris dans une cave du Yunnan, en Chine, capturées et échantillonnées pour des expériences sur les coronavirus, en laboratoire.. Le NIH d’Obama a versé 3,7 millions de dollars au laboratoire d’armes chinois pour mener des recherches sur le SRAS et les coronavirus. Des documents obtenus par le Daily Mail confirment que la Chine communiste avait récolté, développé et testé de nouveaux coronavirus sur des mammifères en utilisant des subventions du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique sous l’ancien président Obama. Des preuves montrent que l’Institut de virologie de Wuhan a entrepris des expériences de coronavirus sur des chauves-souris, soutenues par des subventions de l’Institut national de la santé. « Toutes les procédures d’échantillonnage ont été effectuées par des vétérinaires avec l’approbation du Comité d’éthique animale de l’Institut de virologie de Wuhan. »«Des échantillonnages de chauves-souris ont été effectués dix fois d’avril 2011 à octobre 2015 à différentes saisons dans leur habitat naturel à un seul endroit (grotte) à Kunming, dans la province du Yunnan, en Chine. Des échantillons d’écouvillons fécaux ont été prélevés.» Il est important de noter que tous les éléments constitutifs du génome du SARS-CoV, y compris le gène S très variable, ORF8 et ORF3, pourraient être trouvés dans les génomes de différentes souches de SARSr-CoV à partir de ce seul endroit.»  (partie article : Stéphanie Omnes) https://www.dailymail.co.uk/.../Wuhan-lab-performing...
 

Donc comme promis je  vous poste le texte préliminaire sur le dépôt de découverte de la chimère de laboratoire à Wuhan par l'équipe de la doctoresse Zhengli, vous avez le lien sur Nature à la fin de l'article !

"L'émergence du coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV) et du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) -CoV souligne la menace d'événements de transmission inter-espèces conduisant à des épidémies chez l'homme. Ici, nous examinons le potentiel de maladie d'un virus de type SRAS, SHC014-CoV, qui circule actuellement dans les populations de chauves-souris chinoises en fer à cheval1. En utilisant le système de génétique inverse SARS-CoV2, nous avons généré et caractérisé un virus chimérique exprimant le pic du coronavirus de chauve-souris SHC014 dans un squelette SARS-CoV adapté à la souris. Les résultats indiquent que les virus du groupe 2b codant pour la pointe SHC014 dans un squelette de type sauvage peuvent utiliser efficacement plusieurs orthologues de l'enzyme de conversion de l'angiotensine humaine II (ACE2), se répliquer efficacement dans les cellules des voies respiratoires humaines primaires et atteindre des titres in vitro équivalents à une épidémie souches de SARS-CoV. De plus, des expériences in vivo démontrent la réplication du virus chimérique dans le poumon de souris avec une pathogenèse notable. L'évaluation des modalités immunothérapeutiques et prophylactiques basées sur le SRAS a révélé une faible efficacité; les approches à base d'anticorps monoclonaux et de vaccins n'ont pas réussi à neutraliser et à protéger contre l'infection par les CoV en utilisant la nouvelle protéine de pointe. Sur la base de ces résultats, nous avons dérivé synthétiquement un virus recombinant infectieux SHC014 de pleine longueur et démontrons une réplication virale robuste à la fois in vitro et in vivo. Nos travaux suggèrent un risque potentiel de réémergence du SRAS-CoV à partir de virus circulant actuellement dans les populations de chauves-souris."

Partager cet article

Repost0
24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 09:57
Une présentatrice Chinoise affirme que le Covid19 provient d'un laboratoire Américain

Encore de nouveaux éléments :

On savait que le laboratoire P4 de Wuhan était financé par la France, le Canada et les USA (cette dernière accordait des lignes de crédits, voir mon article sur la création d'un virus de laboratoire (déposé en 2015 par la doctoresse Zhengli), et évidemment la Chine. Ce qui sous entendait que ces pays avaient eux mêmes des centres de recherches collaboratives internationales.

Cette fois ci l'on apprend que le laboratoire d’armes biologiques de Fort Detrick n’avait pas réussi à empêcher totalement la perte d’agents pathogènes.

Curieusement on sait également que les services secrets Américains étaient au courant d'une pandémie bien avant les premiers cas en Chine, il y avait également des cas aussi en Italie.

Il sera bien difficile de savoir le faux du vrai, mais je transmet les informations.

 

"La présentatrice, qui se fait passer pour « Mme V » dans l’émission « China View » de la CGTN, a évoqué plusieurs théories qui, selon elle, « montrent qu’il est clair que le virus en Chine a été transmis de l’étranger » (et non pas par le laboratoire de biosécurité niveau 4 dans la même ville qui se tapait le coronavirus des chauves-souris, et où le « patient zéro » aurait disparu après être tombé malade).

 

Mme V a déclaré à la caméra : « L’épidémie s’est peut-être déclarée plus tôt que prévu. En septembre 2019, certains Japonais ont été infectés par le nouveau coronavirus à leur retour d’Hawaï, alors qu’ils n’avaient jamais visité la Chine auparavant. »

« Cela s’est produit deux mois avant le début de l’épidémie en Chine. Peu de temps après, les CDC ont fermé les installations – après avoir affirmé que le laboratoire d’armes biologiques de Fort Detrick n’avait pas réussi à empêcher totalement la perte d’agents pathogènes. »

« Aujourd’hui, toutes les données relatives à ce laboratoire ont disparu sur Internet. Le virologiste a déclaré qu’il avait soigneusement étudié les cas, ainsi que son collègue japonais, et ils sont arrivés à la même conclusion. »

« On suppose que le nouveau coronavirus a provoqué des épidémies aux États-Unis depuis un certain temps, et ses symptômes étaient comme ceux d’autres maladies, il était donc facile de cacher la vérité ». –Metro"

Partager cet article

Repost0
24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 09:33
Que savaient les services secrets américains sur le coronavirus ? Est ce une manipulation pour autre chose ?

Je reprends cet excellent article sur ce que savaient les services secrets américains. Il faut se poser des questions essentielles aux vues des éléments qui ont fuités.

Pour ma part vous trouverez dans mon dossier coronavirus plusieurs articles qui peuvent vous guider.

Ensuite deux articles sur :

- la création d'un virus (coronavirus) de laboratoire par la docteur Zhengli en 2015, preuve à l'appui avec dépot de recherche dans la revue Nature,

- Une affaire de vol de données au laboratoire P4 de Winnipeg au Canada d'un coronavirus en 2019 et du décès assez curieux du directeur de ce laboratoire.

Donc nous voici avec de nouveaux éléments qui suggèrent que les services secrets américains étaient au courant d'une potentielle épidémie bien avant que celle ci ne se déclare et notamment sur Wuhan.

Alors pourquoi ? Est ce pour couvrir la crise financière qui couvait, ou est ce pour instaurer un ordre mondial répressif (voyez certains de mes articles sur les restrictions des droits individuels) ou est ce aussi pour les deux ?

 

 

"Savoir exactement où chercher

Il est inconcevable que les services de renseignements américains, en l’occurrence le NCMI, n’aient pas eu connaissance de ces développements en Chine, compte tenu de l’espionnage de la CIA et du fait que ces discussions étaient ouvertes sur Weibo et WeChat. Ainsi, si le « produit » du NCMI n’est pas un faux et existe réellement, il n’a fait que révéler la preuve, en novembre, de quelques vagues cas de peste pneumonique.

L’avertissement – à la DIA, au Pentagone, au Conseil National de Sécurité et même à la Maison Blanche – portait donc sur ce point. Il ne pouvait pas s’agir du coronavirus.

La question brûlante est inévitable : comment le NCMI pouvait-il être au courant d’une pandémie virale, déjà en novembre, alors que les médecins chinois n’ont positivement identifié les premiers cas d’un nouveau type de pneumonie que le 26 décembre ?

Ajoutez à cela la question intrigante de savoir pourquoi le NCMI s’est intéressé à cette saison particulière de la grippe en Chine en premier lieu – des cas de peste traités à Pékin aux premiers signes d’une « mystérieuse épidémie de pneumonie » à Wuhan.

Il se peut qu’il y ait eu de subtils indices d’une légère augmentation de l’activité dans les cliniques de Wuhan fin novembre et début décembre. Mais à l’époque, personne – les médecins chinois, le gouvernement, sans parler des renseignements américains – n’aurait pu savoir ce qui se passait réellement.

La Chine ne pouvait pas « couvrir » ce qui n’a été identifié comme une nouvelle maladie que le 30 décembre, dûment communiqué à l’OMS. Puis, le 3 janvier, le chef du CDC américain, Robert Redfield, a appelé le haut responsable chinois du CDC. Les médecins chinois ont séquencé le virus. Et ce n’est que le 8 janvier qu’il a été déterminé qu’il s’agissait du Sars-Cov-2 – qui provoque le Covid-19.

Cette chaîne d’événements rouvre, une fois de plus, une redoutable boîte de Pandore. Nous avons l’événement 201, qui arrive à point nommé ; la relation intime entre la Fondation Bill et Melinda Gates et l’OMS, ainsi que le Forum Économique Mondial et la galaxie Johns Hopkins à Baltimore, incluant l’École de Santé Publique Bloomberg ; le combo identité numérique ID2020/vaccin ; Dark Winter – qui a simulé une bio-attaque de variole sur les États-Unis, avant que l’attaque à l’anthrax de 2001 ne soit imputée à l’Irak ; les sénateurs américains qui se débarrassent de leurs actions après un briefing du CDC ; plus de 1 300 PDG qui abandonnent leur confortable perchoir en 2019, « prévoyant » l’effondrement du marché total ; la Fed qui déverse de l’argent hélicoptère dès septembre 2019 – dans le cadre du QE4.

Et puis, validant le rapport d’ABC News, Israël intervient. Les renseignements israéliens confirment que les renseignements américains les ont effectivement avertis en novembre d’une pandémie potentiellement catastrophique à Wuhan (une fois de plus : comment ont-ils pu savoir cela la deuxième semaine de novembre, si tôt dans la partie ?) Et les alliés de l’OTAN ont été avertis – en novembre également.

Le bilan est explosif : l’administration Trump ainsi que le CDC avaient un délai d’avance de pas moins de quatre mois – de novembre à mars – pour être correctement préparés à l’éventualité où le Covid-19 frapperait les États-Unis. Toute l’affaire « La Chine est une sorcière » est démystifiée.

De plus, la révélation israélienne soutient ce qui n’est rien de moins qu’extraordinaire : Les renseignements américains connaissaient déjà l’existence du Sars-Cov-2 environ un mois avant les premiers cas confirmés détectés par les médecins dans un hôpital de Wuhan. Une intervention divine.

Cela n’aurait pu se produire que si les renseignements américains étaient au courant, avec certitude, d’une chaîne d’événements antérieure qui aurait nécessairement abouti à la « mystérieuse épidémie » de Wuhan. Et pas seulement cela : ils savaient exactement où chercher. Ni en Mongolie intérieure, ni à Pékin, ni dans la province de Guangdong.

Il n’est pas de trop de répéter la question dans son intégralité : comment les renseignements américains ont-ils pu être au courant d’une contagion un mois avant que les médecins chinois ne détectent un virus inconnu ?

Mike « Nous mentons, nous trichons, nous volons » Pompeo a peut-être dévoilé le jeu lorsqu’il a déclaré, en public, que le Covid-19 était un « exercice en live ». Si l’on ajoute à cela les nouvelles d’ABC et les rapports israéliens, la seule conclusion possible et logique est que le Pentagone – et la CIA – savaient d’avance qu’une pandémie serait inévitable.

C’est la preuve irréfutable. Et maintenant, le gouvernement américain couvre toutes les bases en accusant la Chine proactivement et rétroactivement."

Pepe Escobar

source : https://www.strategic-culture.org

traduit par Réseau International

 

Partager cet article

Repost0
20 avril 2020 1 20 /04 /avril /2020 10:32

Oui, au vue de certaines études scientifiques : Etes vous prêt à prendre le risque d'une vaccination pour le coronavirus :

 

 

"© 11 avril 2020 Children's Health Defense, Inc. Ce travail est reproduit et distribué avec la permission de Children's Health Defense, Inc. Vous voulez en savoir plus sur Children's Health Defense? Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement des nouvelles et des mises à jour de Robert F. Kennedy, Jr. et de la Children's Health Defense. Votre  don  nous aidera à nous soutenir dans nos efforts.

Pourquoi les meilleurs promoteurs de vaccins au monde, comme Paul Offit et Peter Hotez, nous mettent-ils en garde frénétiquement contre les dangers uniques et effrayants inhérents au développement d'un vaccin contre les coronavirus?

Les scientifiques ont d'abord tenté de développer des vaccins contre les coronavirus après l'épidémie de SRAS-CoV en 2002 en Chine. Des équipes de scientifiques américains et étrangers ont vacciné les animaux avec les quatre vaccins les plus prometteurs. Au début, l'expérience semblait réussie car tous les animaux ont développé une réponse anticorps solide contre le coronavirus. Cependant, lorsque les scientifiques ont exposé les animaux vaccinés au virus sauvage, les résultats ont été horribles. Les animaux vaccinés ont subi des réponses hyper-immunes, y compris une inflammation dans tout leur corps, en particulier dans leurs poumons. Les chercheurs avaient vu cette même «réponse immunitaire accrue» lors des tests sur l'homme des tests de vaccination contre le VRS échoués dans les années 1960. Deux enfants sont morts .

Dans cette séquence vidéo, Offit, Hotez et même Anthony Fauci (dans un moment non surveillé), avertissent que tout nouveau vaccin contre le coronavirus pourrait déclencher des réactions immunitaires létales «amélioration du vaccin» lorsque les personnes vaccinées entrent en contact avec le virus sauvage. Au lieu de procéder avec prudence, Fauci a fait le choix imprudent d' accélérer les vaccins, partiellement financés par Gates , sans études animales critiques avant de passer à des essais cliniques humains qui pourraient fournir un avertissement précoce de réponse immunitaire incontrôlée.

Gates (dans la vidéo) est tellement préoccupé par le danger d'événements indésirables qu'il dit que les vaccins ne devraient pas être distribués jusqu'à ce que les gouvernements acceptent d'indemniser les poursuites. Le 4 février 2020, selon le site Web des Centers for Disease Control (CDC) , il n'y avait que 11 cas de CV actifs aux États-Unis, mais les États-Unis ont discrètement poussé les réglementations fédérales à accorder aux fabricants de vaccins contre les coronavirus une immunité totale contre toute responsabilité.

Êtes-vous prêt à prendre le risque?"

 

Source : Choix éclairé Washington du 13 avril 2020

L'immunisation avec les vaccins contre le coronavirus du SRAS conduit à une immunopathologie pulmonaire à l'épreuve du virus du SRAS.

Erratum dans

  • PLoS One. 2012; 7 (8). doi: 10.1371 / annotation / 2965cfae-b77d-4014-8b7b-236e01a35492.

Abstrait

CONTEXTE:

Le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) est apparu en Chine en 2002 et s'est propagé à d'autres pays avant d'être maîtrisé. En raison d'un souci de réémergence ou d'une libération délibérée du coronavirus du SRAS, le développement d'un vaccin a été lancé. Les évaluations d'un vaccin à virus entier inactivé chez les furets et les primates non humains et d'un vaccin à particules de type viral chez la souris ont induit une protection contre l'infection, mais les animaux éprouvés ont présenté une maladie pulmonaire de type immunopathologique.

CONCEPTION:

Quatre vaccins candidats pour les humains avec ou sans adjuvant d'alun ont été évalués dans un modèle murin du SRAS, un vaccin VLP, le vaccin administré aux furets et aux PSN, un autre vaccin à virus entier et une protéine S produite par l'ADNr. Des souris Balb / c ou C57BL / 6 ont été vaccinées par im les jours 0 et 28 et sacrifiées pour des mesures d'anticorps sériques ou soumises à une provocation avec un virus vivant au 56e jour. Au 58e jour, des souris contestées ont été sacrifiées et des poumons ont été obtenus pour le virus et l'histopathologie.

RÉSULTATS:

Tous les vaccins induisaient un anticorps neutralisant le sérum avec des doses croissantes et / ou de l'alun augmentant significativement les réponses. Des réductions significatives du SARS-CoV deux jours après la provocation ont été observées pour tous les vaccins et le SARS-CoV vivant antérieur. Toutes les souris ont présenté des changements histopathologiques dans les poumons deux jours après l'épreuve, y compris tous les animaux vaccinés (Balb / C et C57BL / 6) ou ayant reçu un virus vivant, un vaccin antigrippal ou du PBS suggérant qu'une infection s'est produite en tout. L'histopathologie observée chez les animaux recevant l'un des vaccins contre le SRAS-CoV était uniformément une immunopathologie de type Th2 avec une infiltration éosinophile proéminente, confirmée par des colorations éosinophiles spéciales. Les changements pathologiques observés dans tous les groupes témoins n'avaient pas la proéminence éosinophile.

CONCLUSIONS:

Ces vaccins contre le SRAS-CoV ont tous induit des anticorps et une protection contre l'infection par le SRAS-CoV. Cependant, la provocation de souris recevant l'un des vaccins a conduit à l'apparition d'une immunopathologie de type Th2 suggérant une hypersensibilité aux composants du SRAS-CoV. La prudence est de mise lors de l'application d'un vaccin contre le SRAS-CoV chez l'homme.

PMID:
22536382
PMCID:
PMC3335060
EST CE QUE JE:
10.1371 / journal.pone.0035421
[Indexé pour MEDLINE]

Article PMC gratuit

 

Source : Dépôt de recherches du 20 avril 2012 dans US National Library of Medecine  National Institute of Health

Partager cet article

Repost0
20 avril 2020 1 20 /04 /avril /2020 10:15

Un article qui démontre le financement de plusieurs organismes afin de créer un vaccin à implantation de nano particules traçables. En effet Bill Gates tente de récupérer le marché de la vaccination notamment pour ce qui concerne le Covid-19 (soit 7 milliards d'individus ; du moins le croit il). J'ai mis en ligne des affaires que l'on peut considérer comme criminelles sur des campagnes de vaccinations en Afrique par la Fondation Bill Gates ou celles ci se sont soldées par quelques milliers  de morts.

 

Bill Gates et Intellectual Ventures financent la technologie des vaccins implantaires à puce électronique 

Par la blogueuse invitée Celeste McGovern

La Fondation Bill et Melinda Gates a fait don de plus de 21 millions de dollars pour développer une technologie de vaccin qui utilise un mécanisme semblable à un tatouage qui injecte des nanoparticules invisibles sous la peau qui est actuellement testé dans un vaccin contre le virus qui cause le COVID-19. 

 La technologie des microaiguilles est également associée à la technologie injectable, financée par la Fondation Bill et Melinda Gates, qui intègre sous la peau un carnet de vaccination visible par la lumière infrarouge proche qui peut être lue par la technologie des smartphones.

La Fondation Bill et Melinda Gates finance les technologies dans le but de permettre des campagnes de vaccination «maison à maison» entreprises par des personnes ayant une «formation minimale».

Des chercheurs de l'Université de Pittsburgh ont rapporté dans leur étude publiée le 1er avril dans EBiomedicine, un journal du Lancet, que leur vaccin à micro-aiguille contre le virus du SRAS CoV-2 qui cause le COVID-19   "a déclenché une production d'anticorps robuste chez la souris en deux semaines". [Note de réflexion de l'ICWA: la production robuste d'anticorps n'a pas été un problème avec les vaccins expérimentaux dans cette famille de virus - le problème a été avec « amorçage pathogène » ou « renforcement immunitaire » . «L'exposition à certains vaccins peut avoir l'effet inverse souhaité, ce qui expose la personne vaccinée à un risque élevé de maladie grave lorsqu'elle est ensuite exposée au virus sauvage ou à un virus de la même famille.)

Les patchs ressemblent à un morceau de velcro épineux, avec des centaines de minuscules micro-aiguilles en sucre. Les aiguilles piquent juste dans la peau et se dissolvent rapidement, libérant le vaccin dans les minuscules abrasions et induisant une réponse immunitaire puissante malgré la quantité infime de matériel vaccinal - beaucoup plus puissante qu'une injection intramusculaire. [Note de réflexion de l'ICWA: une réponse immunitaire puissante est-elle toujours une bonne chose? Le processus naturel d'exposition à une infection sauvage conduit à une réponse immunitaire complexe qui est généralement équilibrée et contrôlée et auto-limitante. Que se passe-t-il lorsque, à travers un point d'entrée non naturel - injection avec une aiguille standard ou des  micro-aiguilles - une puissante réponse immunitaire «étrangère» est déclenchée?] 

Les chercheurs avaient testé des vaccins en utilisant le patch microneedle pour d'autres coronavirus, y compris celui qui provoque le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et ont rapporté que trois vaccins expérimentaux MERS différents induisaient la production d'anticorps contre le virus. Ces réponses étaient plus fortes que les réponses générées par l'injection régulière d'un des vaccins avec un puissant stimulant immunitaire (un adjuvant). Les niveaux d'anticorps ont continué à augmenter au fil du temps chez les souris vaccinées par patch de micro-aiguille - jusqu'à 55 semaines, à la fin des expériences. Les chercheurs ont maintenant tourné leur technologie vers le virus COVID-19, le SRAS CoV-2. [Note de réflexion de l'ICWA: quel est l'effet à long terme d'une augmentation anormale des taux d'anticorps pendant plus d'un an? Y a-t-il eu des études?]

"Les tests chez les patients nécessiteraient généralement au moins un an et probablement plus", a déclaré le co-auteur principal de l'étude, le professeur de dermatologie Louis Falo . «Cette situation particulière est différente de tout ce que nous avons jamais vu, nous ne savons donc pas combien de temps prendra le processus de développement clinique. Les révisions récemment annoncées des processus normaux suggèrent que nous pourrons peut-être progresser plus rapidement. » [Note de réflexion de l'ICWA: les tests effectués sur des patients pendant un an ne suffisent pas pour apprendre les effets secondaires, les risques et les conséquences imprévues d'une provocation artificielle du système immunitaire avec un nouveau produit. Cela a été une plainte majeure contre l'industrie des vaccins et les réglementations de la FDA pour l'octroi de licences. L'accélération des exigences de test qui sont déjà beaucoup trop rapides ne peut pas conduire à des données de sécurité utiles. Une réaction immunitaire qui prend des semaines, des mois ou quelques années pour être reconnue (si jamais nous manquons d'un système de surveillance robuste et que le déni des lésions vaccinales est fortement commercialisé) et dans les populations non choisies pour les essais cliniques, ne peut pas être forcée à la surface par n'importe quel calendrier. Le développement précipité de vaccins transforme toute la population en animaux de laboratoire,et la commercialisation actuelle de la peur destinée à contraindre les gens à se conformer à la loi viole le Code de Nuremberg, la Déclaration des droits de l'homme des Nations Unies et de nombreux codes de réglementation fédérale relatifs aux essais cliniques.]

Une autre étude financée par la Fondation Bill et Melinda Gates  et publiée en décembre 2019 par des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology, de l'Institut de chimie de la Chinese Academy of Sciences de Pékin et du Global Good, Intellectual Ventures Laboratory de Bellevue, WA, décrit comment des «points quantiques proche infrarouge» peuvent être implantés sous la peau avec un vaccin pour coder les informations pour «le stockage décentralisé des données et la bio-détection». 

«Des points quantiques biocompatibles dans le proche infrarouge délivrés à la peau par des patchs de micros aiguille enregistrent la vaccination
Kevin J. McHugh1 * †, Lihong Jing1,2 *, Sean Y. Severt1, Mache Cruz1, Morteza Sarmadi1,3, Hapuarachchige Surangi N. Jayawardena1 ‡, Collin F. Perkinson4, Fridrik Larusson5,
Sviatlana Rose1, Stephanie Tomasic1, Tyler Graf1, Stephany Y. Tzeng1§, James L. Sugarman1, Daniel Vlasic6, Matthew Peters5, Nels Peterson5, Lowell Wood5, Wen Tang1, Jihyeon Yeom1,
Joe Collins1, Philip A. Welkhoff7, Ari Karchin5, Megan Tse1, Mingyuan Gao2, Moungi G. Bawendi4 , Robert Langer1 ||, Ana Jaklenec1
La tenue de dossiers médicaux précis est un défi majeur dans de nombreux milieux à faibles ressources où il n'existe pas de bases de données centralisées bien entretenues, contribuant à 1,5 million de décès évitables par la vaccination chaque année. Ici, nous présentons une approche pour coder les antécédents médicaux sur un patient en utilisant la distribution spatiale des points quantiques biocompatibles dans le proche infrarouge (NIR QD) dans le derme. Les QD sont invisibles à l'œil nu mais détectables lorsqu'ils sont exposés à la lumière NIR. Les QD avec un noyau en séléniure de cuivre et d'indium et une coque en sulfure de zinc dopé à l'aluminium ont été réglés pour émettre dans le spectre NIR en contrôlant la stœchiométrie et le temps de décorticage. La formulation présentant la plus grande résistance au photoblanchiment après exposition au soleil simulée (équivalence sur 5 ans) à travers la peau humaine pigmentée a été encapsulée dans des microparticules pour une utilisation in vivo. En parallèle,la géométrie des microaiguilles a été optimisée in silico et validée ex vivo à l'aide de peau humaine porcine et synthétique. Des microparticules contenant de la QD ont ensuite été incorporées dans des microaiguilles solubles et administrées à des rats avec ou sans vaccin. L'imagerie longitudinale in vivo à l'aide d'un smartphone adapté pour détecter la lumière NIR a démontré que les modèles QD délivrés par micro-aiguille restaient brillants et pouvaient être identifiés avec précision à l'aide d'un algorithme d'apprentissage automatique 9 mois après l'application. De plus, la délivrance de codes avec le vaccin antipoliomyélitique inactivé a produit des titres d'anticorps neutralisants supérieurs au seuil considéré comme protecteur.L'imagerie longitudinale in vivo à l'aide d'un smartphone adapté pour détecter la lumière NIR a démontré que les modèles QD délivrés par micro-aiguille restaient brillants et pouvaient être identifiés avec précision à l'aide d'un algorithme d'apprentissage automatique 9 mois après l'application. De plus, la délivrance de codes avec le vaccin antipoliomyélitique inactivé a produit des titres d'anticorps neutralisants supérieurs au seuil considéré comme protecteur.L'imagerie longitudinale in vivo à l'aide d'un smartphone adapté pour détecter la lumière NIR a démontré que les modèles QD délivrés par micro-aiguille restaient brillants et pouvaient être identifiés avec précision à l'aide d'un algorithme d'apprentissage automatique 9 mois après l'application. De plus, la délivrance de codes avec le vaccin antipoliomyélitique inactivé a produit des titres d'anticorps neutralisants supérieurs au seuil considéré comme protecteur.Ces résultats suggèrent que les QD intradermiques peuvent être utilisés pour coder de manière fiable les informations et peuvent être délivrés avec un vaccin , ce qui peut être particulièrement précieux dans le monde en développement et ouvrir de nouvelles voies pour le stockage décentralisé des données et la biodétection. » (pas d'italique dans l'original)

Les auteurs continuent en disant dans la partie discussion de l'article:

"Pour maximiser l'utilité de cette technologie pour les campagnes de vaccination, nous avons cherché à créer une plate-forme compatible avec les vaccins délivrés par micro-aiguilles qui pourrait coder de manière fiable les données sur un individu pendant au moins cinq ans après l'administration", a déclaré le document du MIT, intitulé Biocompatible near- les points quantiques infrarouges délivrés à la peau par des patchs de microaiguilles enregistrent la vaccination . «En outre, ce système devait également être hautement biocompatible, fournir une quantité suffisante de colorant après un temps d'application de 2 min ou moins, et être détectable à l'aide d'un smartphone peu adapté.»

[Note ICWA: le concept de marquage et de suivi des humains devrait rester dans les intrigues des romans de science-fiction. Ils n'ont pas leur place dans une société libre et juste.]

Fridrik Laurusson, un auteur de l'étude sur les micropuces, est du Global Good, Intellectual Ventures Labarotory . Son site Web présente le fondateur de Microsoft, Bill Gates, sur sa première page et se décrit comme une «collaboration entre Bill Gates et Intellectual Ventures», une société fondée par Nathan Myhrvold et Edward Jung de Microsoft.   Wikipédia décrit Intellectual Ventures dans l'État d'origine de Gates comme une entreprise américaine privée qui «se concentre sur le développement et l'octroi de licences de propriété intellectuelle» et «l'un des cinq principaux propriétaires de brevets américains, en 2011.»

"Son modèle commercial est axé sur l'achat de brevets et leur agrégation dans un large portefeuille de brevets et l'octroi de licences de ces brevets à des tiers", selon Wikipedia . L'entreprise a été décrite comme la plus grande et la plus célèbre   entreprise de pêche à la traîne du pays .

Le site Web de Bill et Melinda Gates répertorie plusieurs subventions accordées pour développer le «patch de microneedle array» - à utiliser dans les   «campagnes de maison à maison via l'administration par du personnel peu formé».

La plus récente subvention de 370 035 $ a été octroyée en février 2020 aux Centers for Disease Control and Prevention pour un patch de vaccin ROR qui ne nécessite pas de réfrigération et «permet des campagnes de porte à porte» via des personnes sans expérience médicale ni formation. [Note de réflexion de l'ICWA: Si le concept de «campagnes de porte à porte» ne vous effraie pas, nous vous suggérons de lire l'histoire des  gouvernements totalitaires . N'abandonnez jamais votre droit américain à la liberté politique, religieuse et médicale.] 

Bill Gates a octroyé des subventions beaucoup plus importantes pour la technologie des patchs de matrice de microaiguilles aux entreprises et organisations, notamment:

  • Vaxxas Pty Ltd à Brisbane, Queensland (4,99 millions de dollars en novembre 2019) pour développer un «patch de micro-aiguilles pour la vaccination contre la rougeole et la rubéole qui permet des campagnes de porte à porte via l'administration par du personnel peu formé. Vaxxas a été créé en 2011 après que le groupe de recherche de Mark Kendall à l'Université du Queensland a commercialisé la nanotechnologie sous la société UniQuest. L'entreprise a levé plus de 35 millions de dollars pour la nanotechnologie. Il est en partenariat avec le fabricant de vaccins Merck - une société dont le médicament Vioxx a causé plus de 27 000 décès par crise cardiaque avant que la société ne révèle les risques qu'elle avait cachés au public. Merck a été à plusieurs reprises accusé par des juges de violations éthiques «flagrantes» et de  «Tests inappropriés et falsification des données » sur ses vaccins Gardasil HPV et MMR. Merck fait 
  •  Micron Biomedical Inc (6 744 906 $ en novembre 2019) «pour développer un patch de micro-aiguilles pour la vaccination contre la rougeole et la rubéole qui permet des campagnes de porte à porte via l'administration par du personnel peu formé»
  •  Georgia Institute of Technology (958 849 $ en décembre 2019) «pour développer un patch de micro-aiguilles pour la vaccination contre la rougeole et la rubéole qui permet des campagnes de porte à porte via l'administration par un personnel peu formé»
  • Vaxess Inc , (2 967 741 $ en novembre 2016) à Boston, MA «pour soutenir le développement préclinique et la fabrication d'un patch de micro-aiguille thermostable dans le but de réduire les obstacles à l'accès aux vaccins en simplifiant le dosage et l'administration, en allégeant les contraintes de la chaîne du froid et en réduisant les coûts
  • Université de Cardiff (3 570 376 $ en décembre 2019)   «pour développer un patch de micros aiguilles dissolvable pour la délivrance cutanée soutenue d'un contraceptif progestatif, y compris la réalisation d'études de preuve de concept précliniques»

Gates a commencé à financer la biotechnologie implantable en 2011 via une petite subvention (100 000 $) à la société TransDerm Inc basée à Santa Cruz dont la page Linkedin renvoie à un site Web pour le géant pharmaceutique Allergan .

Le mois dernier, le service de presse Reuters a rapporté - à tort - qu'un article populaire sur Facebook sur le projet de loi Gates d'utiliser des implants à micropuces pour lutter contre la pandémie de coronavirus était une «fausse affirmation». Le service de nouvelles lié à la publication Facebook censurée . 

Gates, dont le père était directeur de la Planned Parenthood Federation of America et sa mère travaillait pour la filiale de financement de PPFA, United Way, a été reconnu pour son idéologie du contrôle de la population. Son épouse, Melinda Gates, a lancé un Sommet sur la planification familiale lors de la Journée mondiale de la population en 2012 dans le but de recueillir des impôts auprès des gouvernements pour étendre les services de santé en matière de reproduction visant à réduire le taux de natalité mondial.

Une dernière note de réflexion de l'ICWA: Alors que la Fondation Gates et l'industrie pharmaceutique dépensent des milliards pour pousser le monde vers une vision dystopique de faire de chaque être humain sur la planète un client à vie «écaillé» et traçable, le remède au COVID-19 et autres les infections transmissibles protègent et guérissent tranquillement. Nous encourageons tout le monde à lire, penser, agir. Optimisez votre santé et protégez votre liberté . Le pouvoir est à vous. Ne le remettez jamais à personne d'autre.

 

Source : Choix éclairé Washington 12 avril 2020

Invité dans l’émission The Ellen Show présentée par Ellen DeGeneres du 13 avril 2020, le multimilliardiare philanthro-capitaliste Bill Gates, visiblement réjoui par la situation, a confirmé ses intentions : « Le vaccin changera la donne. »

Partager cet article

Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 10:29

Pascal Borel, nous explique l'origine du coronavirus, ce qui est démontré dans mon dossier coronavirus.

Mais là ou je veux en venir est ce qui se passe en réalité sur la suite au niveau financier et économique.

Blackrock augmente sa sphère d'influence, notamment dans le pétrole, voir article joint.

Donc Blackrock joue en bourse ce gestionnaire de fonds profite de la crise pour accumuler les profits.

L'Etat US achète a tour de bras les actions des entreprises touchées par la crise boursière. C'est une nationalisation de masse. Une soviétisation du capitalisme ; étonnant non.

Pascal Borel nous explique pourquoi les rapports entre la Chine et les USA se sont dégradés considérablement. Et l'on peut donc s'interroger sur la venue tout a fait opportune de ce coronavirus au moment ou les tensions étaient à leur comble, aussi bien extérieure, mais intérieure pour la Chine.

Donc une réflexion très intéressante, que je rejoins totalement "Nous sommes administrés par des gérants et aujourd'hui dans la crise actuelle que nous traversons nous avons besoins de leader, et la différence entre un gérant et un leader, ç'est qu'un leader, il est capable de prendre des décisions à partir d'informations incomplètes, ç'est à dire qu'il est capable d'apprécier un certain nombre de faits, de les converger dans son cerveau pour en faire quelque chose d'intelligible et capable de prendre des décisions."

Pascal Borel nous alerte donc sur la tournure des évènements qui peuvent assurément aller en faveur d'une dictature. La solution est aussi la communication alerter, alerter et alerter encore afin de prendre conscience des pertes de libertés.

 

Je vous poste également une vidéo de Philippe Juvin Chef du Service des Urgences à l'hôpital Pompidou le 31 mars 2020 sur BFMTV. Interviewé par Apolline de Malesherbe.

Il souligne la difficulté des services sans matériel, il leur rend hommage, il montre les difficultés à travailler, car il manque de produits comme le curare. Tout cela est bien un échec de stratégie politique qui ne devra et ne pourra plus être accepté.

 

Partager cet article

Repost0

Pages