Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

17 juin 2021 4 17 /06 /juin /2021 17:43
CRISES SANITAIRES ET OUTILS NUMÉRIQUES : RÉPONDRE AVEC EFFICACITÉ POUR RETROUVER NOS LIBERTÉS», le rapport du Sénat n’est qu’un ensemble de préconisations destinées à restreindre les libertés. Bien sûr, le but avoué est de «retrouver nos libertés», mais les sacrifier pour les retrouver, même ponctuellement, n’est jamais une bonne idée. Sauf s’il s’agit d’un choix totalement personnel et volontaire. Toute injonction de masse, sans même le consentement de cette masse, ne peut que produire le contraire de l’effet escompté, surtout quand on ajoute à cela que les mesures provisoires sont toujours faites pour durer (péages autoroutiers, CSG, vignette automobile, etc.).
 
Quadriller chaque recoin de l’espace public : tant pis ...

 

 

Le Sénat ne s’embarrasse pas de mots, il admet clairement et sans afféterie aucune que le modèle chinois est un bon exemple de gestion :

La Chine a, sans ambiguïté, privilégié la lutte contre la menace sanitaire par rapport à la protection des libertés individuelles, en particulier la liberté d’aller et venir et celle d’avoir une vie privée.
Si le modèle chinois n’est évidemment pas transposable aux pays occidentaux, on ne peut pas, pour autant, se satisfaire d’une simple posture d’indignation : la stratégie chinoise est, globalement, une grande réussite sur le plan sanitaire, avec officiellement 4 846 morts pour 1,4 milliard d’habitants, soit 3 morts par million d’habitants, quand la France seule compte plus de 100 000 morts, soit 1 633 morts par million d’habitants.

Les bracelets électroniques de Hong Kong ne leur posent pas non plus de problèmes. De toute façon le Sénat a choisi son camp :

D’une manière générale, entre efficacité sanitaire et respect des libertés individuelles, l’arbitrage des pays asiatiques a clairement penché en faveur de la première : leurs diverses stratégies reposent sur des mesures particulièrement intrusives, sans équivalent dans les pays occidentaux.
De fait, cette stratégie semble avoir porté ses fruits : ces pays ont la plus faible mortalité du monde rapportée à la population.

À ce rythme là on peut aussi admettre que le régime soviétique était très efficace pour convertir les plus rétifs au stalinisme ou bien les camps allemands concernant le régime calorique et la perte de poids (surtout lorsque les Alliés bombardèrent toutes les voies de ravitaillement – mais on s’éloigne du sujet).

Dans le même état d’esprit, le Sénat reconnaît que les GAFAM ayant fini par nous fliquer intégralement (malheureusement avec l’assentiment et la collaboration active de leurs utilisateurs, il faut le reconnaître), ils ont pu jouer un rôle majeur dans la gestion de l’épidémie (et s’enrichir indécemment).

Par la quantité et la diversité des données qu’ils collectent sur chacun d’entre nous, par leur maîtrise des technologies les plus avancées, et plus généralement par leur importance désormais systémique dans la vie économique et sociale, les géants du numérique se sont trouvés en position de jouer un rôle majeur dans la gestion de l’épidémie, parfois à l’égal des États, si ce n’est en position de force par rapport à eux.
Ce sont aussi leurs services qui ont, d’abord, permis d’assurer la continuité de la vie économique et sociale, qu’il s’agisse de communiquer, de travailler, d’enseigner ou encore de faire ses courses à distance. Leur chiffre d’affaire a d’ailleurs augmenté de 19,5 % en 2020, et leur bénéfice opérationnel de 24,7 %, tandis que le reste de l’économie mondiale connaissait une crise sans précédent.

Le Sénat prévient que d’autres pandémies plus graves vont survenir et que « plus la menace sera grande, plus les sociétés seront prêtes à accepter des technologies intrusives, et des restrictions plus fortes à leurs libertés individuelles – et c’est logique ».

Et après avoir devisé sur les questionnements éthiques et les problèmes d’ordre moral que peuvent poser toutes ces solutions intrusives, le Sénat conclut que finalement c’est un mal pour un bien et que de toute manière, si on ne le fait pas, d’autres le feront pour nous. Ces réflexions aussi idiotes qu’une phrase comme « il faut bien mourir de quelque chose » ne sont pas à la hauteur de la réflexion politique que l’on attend de la chambre haute du Parlement.

[La crise actuelle nous donne déjà toutes les raisons de veiller à la protection de nos droits et libertés]. Mais elle nous donne aussi toutes les bonnes raisons de recourir davantage aux outils numériques, en conscience et en responsabilité – parce qu’ils sont potentiellement bien plus efficaces que les autres méthodes, parce qu’ils pourraient permettre de retrouver bien plus rapidement nos libertés « physiques », et parce que si nous ne le faisons pas, d’autres le feront pour nous. Et, face à une crise majeure, nous n’aurons pas d’autre choix que de leur demander leur aide, et il sera alors trop tard pour défendre nos principes démocratiques.

Dictature Archives | Le Média pour Tous

 

Le rapport de 147 pages est disponible sur le site du Sénat.

 

Extrait de : Exoportail Jonathan

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2021 4 17 /06 /juin /2021 17:39
Premier cas d’étude post-mortem d’un patient vacciné contre le SRAS-CoV-2 : “ARN viral trouvé dans chaque organe du corps”
 

La toute première autopsie d’une personne vaccinée contre le COVID-19, qui a été testée négative 18 jours plus tard lors de son admission à l’hôpital, mais 24 jours après le vaccin, a révélé que l’ARN viral était présent dans presque tous les organes du corps. Le vaccin, tout en déclenchant une réponse immunitaire, n’a PAS empêché le virus de pénétrer dans tous les organes du corps.

 

 

L’ARN viral a été trouvé dans presque tous les organes du corps, ce qui signifie que les protéines Spike aussi.

 

Il existe des anticorps (comme ceux que le “vaccin” est censé créer), mais ils ne sont pas pertinents car, d’après une étude japonaise, nous savons maintenant que c’est la protéine spike S1 qui cause les dommages.

 

Nous avons parlé à un spécialiste des maladies infectieuses d’un hôpital du New Jersey ce matin. Nous lui avons envoyé les résultats de l’autopsie et lui avons demandé son avis.

 

Lorsqu’il nous a rappelés un peu plus tard, il était clairement secoué. Il nous a dit : “Vous ne pouvez pas me citer par mon nom, je serai renvoyé par l’hôpital si vous le faites”. Nous avons accepté de dissimuler son identité.

 

Il nous a ensuite dit :

“Les gens pensent que seule une minorité de personnes subissent des effets indésirables du vaccin.

D’après ces nouvelles recherches, cela signifie que tout le monde – finalement – aura des effets indésirables, car ces protéines Spike se lieront aux récepteurs ACE2 partout dans le corps.

Cet ARNm était censé rester sur le site d’injection, mais ce n’est pas le cas. Cela signifie que les protéines Spike créées par l’ARNm se retrouveront également dans tous les organes, et nous savons maintenant que ce sont les protéines Spike qui causent les dommages.

Pire encore, la présence de l’ARN viral dans tous les organes, malgré un vaccin, indique :
1) Soit que le vaccin ne fonctionne pas du tout ;
2) Soit que le virus bénéficie d’un renforcement dépendant des anticorps (ADE), ce qui signifie qu’il se propage plus rapidement chez les personnes vaccinées.

Il s’agit d’une bombe à retardement mondiale”.

Selon le rapport d’autopsie publié, l’homme vacciné était âgé de 86 ans et a été testé NÉGATIF pour le COVID-19 lorsqu’il a été admis à l’hôpital pour de graves troubles gastro-intestinaux et des difficultés respiratoires. Voici ce que décrit le rapport :

 

Nous rapportons le cas d’un homme de 86 ans résidant dans une maison de retraite qui a reçu le vaccin contre le SRAS-CoV-2. Ses antécédents médicaux comprenaient une hypertension artérielle systémique, une insuffisance veineuse chronique, une démence et un carcinome de la prostate. Le 9 janvier 2021, l’homme a reçu le vaccin BNT162b2 à ARN modifié par des nucléosides, sous forme de nanoparticules lipidiques, en une dose de 30 μg. Ce jour-là et au cours des 2 semaines suivantes, il n’a présenté aucun symptôme clinique (tableau 1). Le jour 18, il a été admis à l’hôpital pour une diarrhée qui s’est aggravée. Comme il ne présentait aucun signe clinique de COVID-19, l’isolement dans un cadre spécifique n’a pas eu lieu. Les tests de laboratoire ont révélé une anémie hypochrome et une augmentation des taux sériques de créatinine. Le test d’antigène et la réaction en chaîne par polymérase (PCR) pour le SRAS-CoV-2 se sont révélés négatifs.

 

Le rapport de l’autopsie précise que les tests n’ont montré “aucun changement morphologique associé au COVID” dans ses organes.

 

“Morphologique” signifie structurel. On sait maintenant que l’infection par le COVID provoque des changements structurels très spécifiques aux endroits qu’elle infecte. CES CHANGEMENTS N’ÉTAIENT PAS apparus chez l’homme vacciné avant sa mort.

 

L’homme vacciné maintenant décédé se trouvait dans une chambre où un autre patient a finalement été testé POSITIF pour le COVID, et le rapport indique qu’ils pensent que l’homme vacciné décédé a attrapé le COVID après avoir été admis, par l’autre patient dans la même chambre.

 

Les dommages causés aux organes de l’homme vacciné aujourd’hui décédé ont donc eu lieu AVANT qu’il ne soit infecté par le COVID par l’autre patient de la chambre d’hôpital.

 

Pire, une fois que l’homme vacciné a effectivement été infecté par le COVID, celui-ci s’est propagé si rapidement dans son corps qu’il n’a apparemment eu aucune chance. Voici des images de tissus :

 
 

Le rapport post-mortem complet est publié sur ScienceDirect.com (ICI)

Source

Partager cet article
Repost0
17 juin 2021 4 17 /06 /juin /2021 17:34

 

"Ils vous vendent la corde pour vous pendre sous pretexte d'épidémie"
La Quadrature du net passe à l’attaque. L’association de défense des libertés a annoncé, vendredi 11 juin, avoir déposé un recours en référé devant le Conseil d’Etat contre le pass sanitaire. Selon elle, le dispositif «divulgue de façon injustifiée des données sur l’état civil et des données de santé».

 

Source : exoportail Jonathan

Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 12:28

Le CDC a appelé à une «réunion d'urgence» à la suite d'un nombre élevé de rapports de myocardite, ou d'inflammation cardiaque, chez des personnes vaccinées avec les vaccins Pfizer ou Moderna Covid-19.

Jeudi, l'agence a fixé une date pour discuter de plus de 570 rapports chez des personnes vaccinées de myocardite et de péricardite, une inflammation des tissus entourant le cœur.

 

Une note sur le site Web du Comité consultatif sur les pratiques de vaccination (ACIP) du CDC a annoncé que la réunion d'urgence se tiendra virtuellement et aura lieu le 18 juin de 23 h à 17 h HE.

Un projet d'ordre du jour publié par l'ACIP montre que la réunion entraînera une "mise à jour sur la sécurité du vaccin Covid-19, y compris la myocardite après les vaccins à ARNm et l'évaluation VaST [Vaccine Safety Technical]", ainsi qu'une discussion avantages-risques concernant le vaccin distribué adolescentes.

Dans les graphiques publiés par le CDC, 216 rapports de myocardite/péricardite ont été signalés après la première injection du vaccin Covid de Pfizer ou de Moderna, le nombre passant à 573 rapports après la deuxième dose.

Plus tôt ce mois-ci, le CDC a annoncé qu'il lancerait une enquête sur un lien entre le vaccin et plusieurs cas d'inflammation cardiaque chez des adolescents vaccinés.

Dans une déclaration aux médecins, le CDC a mis en garde : « « Envisagez la myocardite et la péricardite chez les adolescents ou les jeunes adultes souffrant de douleurs thoraciques aiguës, d'essoufflement ou de palpitations. Dans cette population plus jeune, les événements coronariens sont moins susceptibles d'être à l'origine de ces symptômes. »

La FDA a accordé le mois dernier à Pfizer une autorisation d'utilisation d'urgence pour que le vaccin soit administré aux enfants de 12 à 15 ans. Jeudi, Moderna a déposé une demande d'approbation similaire, cherchant à vacciner les jeunes de 12 à 17 ans.

 

La nouvelle de la réunion d'urgence de l'agence fédérale fait suite à l'avertissement d'un virologue canadien selon lequel l'inflammation cardiaque et les caillots sanguins sont des effets secondaires directs liés aux protéines de pointe contenues dans les injections expérimentales d'ARNm.

"Ce qui a été découvert par la communauté scientifique, c'est que la protéine de pointe à elle seule est presque entièrement responsable des dommages causés au système cardiovasculaire si elle entre en circulation", a récemment déclaré le Dr Byram Bridle  à  "On Point with Alex Pierson".

 

"En effet, si vous injectez la protéine de pointe purifiée dans le sang d'animaux de recherche, ils subissent toutes sortes de dommages au système cardiovasculaire et peuvent traverser la barrière hémato-encéphalique et causer des dommages au cerveau", a déclaré le Dr Bridle  .

Malgré les nombreux rapports de myocardite, la FDA n'a pas encore ordonné l'arrêt de la distribution de vaccins, comme elle l'a fait en avril lorsqu'elle a recommandé une pause dans l'administration du vaccin Covid de Johnson & Johnson à la suite de rapports de caillots sanguins.


Suivez l'auteur sur Gab : https://gab.ai/adansalazar

Minds : https://www.minds.com/adan_infowars

Twitter :

Parler : https://parler.com/profile/adansalazar/

Facebook : https ://www.facebook.com/adan.salazar.735

Découvrez comment le vaccin COVID peut provoquer des troubles neurologiques

 


REGARDER TOUS LES ÉMISSIONS
L'AUDIO
Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 12:09
Vous vous appretez à voter pour les sénatoriales ou pas regardez cette vidéo, qu'un des rares politiciens Français se permet de nous alerter quand à son contenu liberticide. Ce n'est pas la tendance qu'il faut voir mais le contenu, Ecoutez attentivement ce que Florian Philippot énumère, il y va de notre avenir, même si pour l'instant ce n'est qu'un rapport .
 
Véronique Guillotin : Sénatrice radicale socialiste (formation médecin),
Christine Lavarde : Sénatrice groupe Les Républicains (issue mandats électifs, carrièriste politique), formation ingénieur
René-Paul Savary : Sénateur groupe Les Républicains (médecin généraliste)
 
Florian Philippot résume le rapport de la délégation sénatoriale à la prospective du 3 juin 2021 intitulé "Crises sanitaires et outils numériques : répondre avec efficacité pour retrouver nos libertés" par Mmes Véronique Guillotin, Christine Lavarde et M. René-Paul Savary. Il introduit notamment le Crisis Data Hub (CDH), une plateforme numérique sécurisée qui permettrait de centraliser les données nécessaires à la réponse des pouvoir publics et qui ne serait activée qu'en temps de crise.
 
Ou comment fabriquer une laisse !
 
Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 10:29

par le Dr Yaffa Shir-Raz

Analyse et comparaison du document d'examen soumis par Pfizer à la Food and Drug Administration des États-Unis, sur la base duquel la FDA a donné son feu vert pour étendre le permis d'urgence de vaccination également aux enfants âgés de 12 à 15 ans ( 1 ), le protocole d'étude chez les enfants ( 2, 3 ), révèlent des résultats préoccupants, y compris des violations du protocole établi par Pfizer lui-même, et non moins graves, en concevant le protocole d'essai d'une manière qui permettra à l'entreprise de présenter des résultats aussi positifs que possible dans termes de sécurité vaccinale chez les enfants.

Violation des conditions du protocole – Comment les enfants ayant un diagnostic psychiatrique ont-ils pu être inclus dans l'étude ?

Selon le document d'examen soumis par Pfizer à la FDA, quatre des 1 131 enfants du groupe d'étude qui ont reçu le vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 ont souffert d'événements indésirables graves (« EIG »), c'est-à-dire d'événements au cours desquels au moins un le critère a été rempli : a causé la mort, met la vie en danger, nécessite une hospitalisation ou la prolongation d'une hospitalisation existante, entraîne une invalidité/une incapacité persistante, ou une anomalie/malformation congénitale congénitale.

Parmi ces quatre enfants, trois souffraient d'une dépression si grave qu'ils ont été hospitalisés peu de temps après la vaccination (dans les 7 premiers jours après la première dose, dans le second un jour seulement après la deuxième dose et dans le troisième 15 jours après la première dose, respectivement).

La conséquence de cette découverte est extrêmement préoccupante, car cela signifie qu'un enfant vacciné sur 350-400 pourrait souffrir de dépression sévère et nécessiter une hospitalisation.

Pour nous rassurer, Pfizer note dans son document de synthèse qu'en fait, les trois enfants avaient un diagnostic préexistant d'anxiété et de dépression. De plus, ils expliquent que tous les trois ont en fait signalé un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS) qui a commencé dans les 1 à 2 mois précédant la vaccination.

« L'aggravation des idées suicidaires avec le traitement initial par ISRS chez les adolescents », expliquent-ils, « est un risque reconnu et fournit une explication alternative raisonnable à l'exacerbation de la dépression chez ces receveurs de BNT162b2 ». Alors voilà – pourquoi blâmer le vaccin, alors qu'il existe une explication alternative parfaitement raisonnable et logique à l'exacerbation de leur dépression ?

Quel est le problème avec cette explication?
Deux problèmes :
  1. L'affirmation selon laquelle les ISRS que les enfants ont reçus est une explication alternative de la détérioration de l'état mental des enfants est douteuse. Selon la littérature scientifique, l'exacerbation du suicide et de l'état mental se produit dès le début du traitement par antidépresseurs, généralement au cours des deux premières semaines, et certainement pas plus d'un mois après le début du traitement - ce qui est le moment où vous commencez à voir une amélioration. . En fait, c'est l'inverse qui est vrai : s'il n'y a pas d'amélioration dans les quatre semaines, un médicament est généralement remplacé.
  2. Plus important encore, selon le protocole de l'étude, les participants ayant un diagnostic psychiatrique antérieur n'auraient jamais dû être inclus dans l'étude en premier lieu (voir page 41 du protocole).
    Il s'avère que l'un des critères d'exclusion de l'étude est : « Autre affection médicale ou psychiatrique, y compris des idées/comportements suicidaires récents (au cours de l'année précédente) ou actifs ou une anomalie de laboratoire pouvant augmenter le risque de participation à l'étude jugement, rendre le participant inapproprié pour l'étude ».

Il s'agit donc d'une violation flagrante du protocole d'étude établi par l'entreprise elle-même et approuvé par la FDA. L'implication d'une telle violation est grave : si Pfizer a été si négligent qu'il a inclus dans l'expérience des sujets ayant des antécédents psychiatriques - contrairement au protocole qu'ils ont eux-mêmes établi - cela signifie que le bien-être des sujets n'est pas leur principale préoccupation. Comme Pfizer le note lui-même dans le protocole : un tel contexte peut augmenter le risque de participation à l'étude. Et s'ils n'adhèrent pas à l'éthique dans le recrutement des sujets, qui peut nous assurer qu'ils adhèrent à l'éthique dans d'autres sections de l'étude – par exemple, l'analyse des résultats ?

Concevoir le protocole d'une manière qui permettra à l'entreprise de présenter des résultats positifs concernant l'innocuité du vaccin

Dans au moins deux critères, la société semble avoir conçu le protocole de manière manipulatrice de manière à lui permettre de présenter des résultats aussi positifs que possible en termes de sécurité vaccinale chez les enfants :

  1. Concevoir le protocole de manière à réduire autant que possible l'inclusion d'événements indésirables graves dans un rapport soumis à la FDA.

Dans le protocole d'étude pédiatrique (voir tableau page 12), Pfizer s'est engagé à ce que la durée de suivi des événements indésirables graves (EIG) soit « de la dose 1 à 6 mois après la deuxième dose ».

Une période de suivi de six mois est considérée comme très courte par rapport au temps de suivi habituel dans les études de phase 3 pour les vaccins. Selon la FDA, la phase 3 des études vaccinales devrait durer entre un et quatre ans ( 4 ).

Pourtant, il s'avère, d'après le document d'examen de Pfizer, que la société n'a même pas terminé cette période de suivi relativement courte et qu'elle s'est en fait contentée de seulement 30 jours de suivi des événements indésirables graves. Ce fait ressort du chapitre traitant de la date d'analyse (page 30, sous l'intitulé du chapitre EIG) : « 12-15 ans : EIG de la dose 1 jusqu'à 30 jours après la dose 2 en suivi continu. ont été signalés par 0,4% des receveurs de BNT162b2 et 0,1% des receveurs de placebo ».

Comment cela a-t-il été rendu possible ?

À la page 114 du protocole d'étude - dans le chapitre traitant du moment auquel les analyses statistiques seront effectuées, Pfizer a défini un certain nombre de points dans le temps pour effectuer ces analyses. Alors que la période maximale de surveillance des événements indésirables graves dans la population générale de l'étude est de six mois (la septième section), la cinquième section a fixé un seuil supplémentaire, de seulement 30 jours après la deuxième dose dans le but de comparer les données entre deux tranches d'âge – une de 12 à 15 ans et une de 16 à 25 ans.

En d'autres termes, le protocole semble être conçu de manière à ce que l'examen soumis à la FDA n'inclue que les événements indésirables graves apparus au cours du premier mois suivant la vaccination.

En effet, le suivi des événements indésirables graves se poursuit pendant encore cinq mois, mais tout événement indésirable qui sera découvert au cours de ces mois, ou un événement indésirable qui a été observé au cours du premier mois mais a été défini comme non grave et s'est aggravé au cours des mois suivants (ou le diagnostic changera) – n'apparaîtra tout simplement pas dans le rapport d'examen.

L'implication préoccupante de cette pratique est que des événements indésirables graves peuvent ne pas apparaître dans le rapport sur la base duquel la FDA délivre l'autorisation d'urgence pour les enfants, donc un suivi continu, même s'il est publié quelques mois ou années après que l'autorisation temporaire a été émis, n'aidera pas les enfants qui seront blessés ou qui mourront après le feu vert de la FDA.

Concevoir le protocole de telle sorte que les diagnostics d'événements indésirables graves donnés dans des hôpitaux non liés au site d'étude puissent être ignorés.

Dans le cadre des mesures des résultats dans le protocole d'étude, telles qu'elles sont présentées dans Clinicaltrials.gov, Pfizer a déterminé que l'équipe de recherche sélectionnée par Pfizer sera celle qui définira les événements indésirables en tant que tels : « tels que provoqués par le personnel du site d'investigation ».

De cette façon, la société a en effet donné aux chercheurs sélectionnés par eux le pouvoir de définir eux-mêmes quel sera le diagnostic, quel que soit le diagnostic posé à l'hôpital/salle qui n'est pas défini comme site de recherche.

Pourquoi est-ce problématique ?

Parce qu'une telle détermination signifie que si un participant particulier souffre d'événements indésirables graves et a été traité, par exemple, en dehors de l'hôpital ou du service qui sert de site de recherche, alors en fait, le diagnostic posé par les médecins traitants de l'hôpital/ service dans lequel le participant est soigné n'a pas d'importance.

De cette façon, Pfizer a permis à son équipe de définir quel sera le diagnostic, plutôt que de laisser le diagnostic posé par les médecins traitants les embrouiller.

Au-delà des critiques sévères envers Pfizer, l'analyse et la comparaison soulèvent de sérieuses questions pour la FDA elle-même :
  • Comment est-il possible que la FDA ait même approuvé un protocole qui permet de telles manipulations ?
  • Pourquoi la FDA a-t-elle autorisé l'entreprise à effectuer l'analyse des données et à soumettre la demande de permis d'urgence chez les enfants après un temps de suivi aussi court de seulement 30 jours ?
  • Qu'est-ce qui a rendu la FDA si désireuse d'approuver le permis d'urgence pour les enfants ? Pourquoi cette approbation est-elle donnée sur la base d'un rapport de sécurité qui n'est même pas « cuit » à moitié ? Après tout, il n'y a pas de situation d'urgence pour les enfants.
  • Pourquoi la FDA n'a-t-elle pas abordé ces manipulations et violations du protocole après que la société a soumis son examen ?

Yaffa Shir-Raz , PhD, est chercheuse en communication des risques et chargée d'enseignement à l'Université de Haïfa et au Centre interdisciplinaire Herzliya en Israël.

Les références:
  1. Pfizer-BioNTech. (2021). Modification de l'autorisation d'utilisation d'urgence (EUA) pour un mémorandum d'examen de produit non approuvé. https://www.fda.gov/media/148542/download
  2. (2021). UNE ÉTUDE DE PHASE 1/2/3, CONTRLÉE PAR PLACEBO, RANDOMISÉE, À L'AVEUGLE D'UN OBSERVATEUR, POUR ÉVALUER LA SÉCURITÉ, LA TOLÉRABILITÉ, L'IMMUNOGÉNICITÉ ET L'EFFICACITÉ DES CANDIDATS DU VACCIN À ARN SARS-COV-2 CONTRE COVID-19 CHEZ LES INDIVIDUS EN BONNE SANTÉ https ://cdn.pfizer.com/pfizercom/2020-11/C4591001_Clinical_Protocol_Nov2020.pdf
  3. (2021). Étude pour décrire l'innocuité, la tolérabilité, l'immunogénicité et l'efficacité des candidats vaccins à ARN contre le COVID-19 chez des individus sains. https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04368728
  4. (2018). Étape 3 : Recherche clinique https://www.fda.gov/patients/drug-development-process/step-3-clinical-research

Source : https://americasfrontlinedoctors

Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 10:12

Un « rapport préliminaire urgent sur les données de la carte jaune » publié par la société britannique Evidence-Based Medicine Consultancy Ltd soumis à l'Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) indique que «la MHRA dispose désormais de suffisamment de preuves sur le système de la carte jaune déclarer les vaccins COVID-19 dangereux pour une utilisation chez l’homme. »

Un rapport britannique «urgent» appelle à l'arrêt complet des vaccins contre le covid chez l'homme

Semblable au système américain de déclaration des événements indésirables des vaccins (VAERS), la MHRA décrit le but de son système de carte jaune comme fournissant «un avertissement précoce indiquant que la sécurité d'un médicament ou d'un dispositif médical peut nécessiter une enquête plus approfondie».

Le rapport, signé par Evidence-based Medicine Consultancy Ltd et le directeur d'EbMC Squared CiC, le Dr Tess Lawrie (MBBCh, PhD), déclare : cinq [sic] grandes catégories cliniquement pertinentes :

  • EIM hémorragiques, coagulantes et ischémiques
  • Effets indésirables du système immunitaire
  • EIM « douloureux »
  • Effets indésirables neurologiques
  • Effets indésirables impliquant une perte de la vue, de l'ouïe, de la parole ou de l'odorat
  • Effets indésirables de la grossesse »

Le rapport poursuit en disant :

 

« Nous sommes conscients des limites des données de pharmacovigilance et comprenons que les informations sur les effets indésirables signalés ne doivent pas être interprétées comme signifiant que le médicament en question provoque généralement l'effet observé ou est dangereux à utiliser.

Nous partageons ce rapport préliminaire en raison du besoin urgent de communiquer des informations qui devraient conduire à l'arrêt du déploiement de la vaccination pendant qu'une enquête complète est menée.

Selon l'article récent de Seneff et Nigh, les pathologies potentielles aiguës et à long terme comprennent :

  • Amorçage pathogène, maladie inflammatoire multisystémique et auto-immunité
  • Réactions allergiques et anaphylaxie
  • Amélioration dépendante des anticorps
  • Activation des infections virales latentes
  • Neurodégénérescence et maladies à prions
  • Emergence de nouvelles variantes du SARSCoV2
  • Intégration du gène de la protéine de pointe dans l'ADN humain

« Il est maintenant évident que ces produits dans le sang sont toxiques pour l'homme. Un arrêt immédiat du programme de vaccination est nécessaire pendant qu'une analyse de sécurité complète et indépendante est entreprise pour enquêter sur l'étendue complète des dommages, qui, selon les données de la carte jaune du Royaume-Uni, incluent la thromboembolie, les maladies inflammatoires multisystémiques, la suppression immunitaire, l'auto-immunité et l'anaphylaxie, ainsi que comme l'amélioration dépendante des anticorps (ADE).

Le rapport conclut :

«La MHRA dispose désormais de suffisamment de preuves sur le système de la carte jaune pour déclarer les vaccins COVID-19 dangereux pour une utilisation chez l'homme. Des préparatifs doivent être faits pour intensifier les efforts humanitaires pour aider les personnes touchées par les vaccins COVID-19 et pour anticiper et atténuer les effets à moyen et long terme.

 

Étant donné que le mécanisme des dommages causés par les vaccins semble être similaire à celui du COVID-19 lui-même, cela comprend la collaboration avec de nombreux médecins et scientifiques internationaux ayant une expertise dans le traitement réussi du COVID-19 .

« Il y a au moins 3 questions urgentes auxquelles la MHRA doit répondre :

  • Combien de personnes sont décédées dans les 28 jours suivant la vaccination ?
  • Combien de personnes ont été hospitalisées dans les 28 jours suivant la vaccination ?
  • Combien de personnes ont été handicapées par la vaccination ?

Source : AmericasFrontlineDoctors.org

Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 10:05

Nature du Covid, vaccins, traitements médicaux, données, que se passe t il ! Merci à Jeanne pour sa traduction

Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 09:49

Un urologue du comté de Palm Beach, en Floride, avertit que les vaccins COVID pourraient provoquer une augmentation des valeurs d'antigène spécifique de la prostate (PSA), un problème courant chez les hommes souffrant d'infertilité et de cancer de la prostate.

par Kelen McBreen

Un urologue en Floride découvre des signes d'infertilité et de cancer de la prostate chez des hommes vaccinés contre le covid

Le Dr Diego Rubinowicz a parlé à CBS 12 de ce qu'il appelle des «taux de PSA faussement élevés» chez les hommes qui ont récemment reçu le vaccin expérimental .

"J'ai vu le PSA des patients être faussement élevé pendant au moins six semaines après avoir reçu les vaccins", a expliqué le Dr Rubinowicz. "Je voyais des patients qui arrivaient avec des antécédents d'APS stable et tout d'un coup, l'APS a augmenté."

 

 

Le médecin a déclaré que lorsqu'il a testé des patients en voyant une augmentation des niveaux de PSA après avoir pris le vaccin quelques semaines plus tard, leur nombre était revenu à des "niveaux normaux".

Par exemple, le journaliste montre que les données d'un patient anonyme passent d'un PSA de 0,4 à 3,4 un mois plus tard, soit neuf fois plus .

Les niveaux sont descendus à 1,5 semaines PSA plus tard, mais c'est toujours plus du double du nombre initial.

Le graphique NIH ci-dessous montre à quel point les valeurs de PSA du patient ont subi un changement radical.

Essentiellement, l'individu anonyme est passé des niveaux de PSA d'une personne en bonne santé dans la vingtaine ou la trentaine à ceux d'un homme de 60 ou 70 ans.

 

tranches d'âge pour le psa pour les hommes occidentaux

Le Dr Rubinowicz a souligné qu'il ne disait pas aux gens d'éviter de prendre des vaccins COVID et qu'il voulait seulement qu'ils soient informés des effets secondaires potentiels.

Selon une étude récente de l'Association européenne d'urologie , « les hommes infertiles ont des valeurs de PSA plus élevées que les individus fertiles. De tous, près d'un homme infertile primaire sur trois de moins de 40 ans a une première valeur totale de PSA de > 1 ng/ml.

De plus, comme le note le rapport CBS 12 , des taux élevés de PSA sont généralement observés chez les hommes atteints d'un cancer de la prostate .

Alors, quel effet le pic soudain pourrait-il avoir sur les hommes, et les niveaux reviendront-ils un jour à leur état d'origine ?

La journaliste de CBS 12, Lena Salzbank, a suivi l'histoire et a assuré aux téléspectateurs que les vaccins sont sûrs et que "les effets secondaires sont extrêmement rares"

 

Source : humansarefree

 

Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 09:46

Après plus d'un an, les autorités canadiennes ont publié des documents censurés sur des virus mortels volés de Winnipeg au laboratoire de Wuhan. GreatGameIndia a  été le premier à rapporter l'  histoire d'espionnage chinois  en janvier 2020, pour laquelle nous sommes activement ciblés par le bras de propagande de guerre de l'OTAN - le Conseil de l'Atlantique.

Des documents censurés sur des virus mortels volés du laboratoire de Winnipeg à Wuhan publiés par les autorités canadiennes

En mars de cette année, GreatGameIndia a rapporté comment le  Parlement canadien a éclaté au cours d'un débat houleux concernant la dissimulation  d'espions chinois volant le coronavirus du laboratoire BSL-4 basé à Winnipeg à l'Institut de virologie de Wuhan en Chine. 

Le président de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) avait jusqu'à la fin de la semaine pour expliquer pourquoi deux scientifiques du gouvernement canadien ont été licenciés 18 mois après avoir été escortés du seul laboratoire de niveau 4 du Canada et remis les documents non caviardés.

Pendant plus d'un an, GreatGameIndia a  été traqué par les soi-disant vérificateurs de faits exploités par le bras de propagande de guerre de l'OTAN – le Conseil atlantique pour avoir révélé que le coronavirus est en fait une arme biologique .

Maintenant, lorsque le Comité spécial sur les relations Canada-Chine a grillé Iain Stewart, le président de l'ASPC en direct au Parlement canadien et a exigé des explications sur l'affaire, les médias ont silencieusement changé de ton.

 
 

Citant deux experts en sécurité nationale dans un article intitulé « Réveil pour le Canada » : des experts en sécurité affirment que le cas de 2 scientifiques licenciés pourrait indiquer de l'espionnage , le CBS a rapporté :

"Il semble que ce que vous pourriez bien appeler des agents chinois aient infiltré l'un des éléments de sécurité nationale les plus prisés en matière de biosécurité et de biodéfense", a déclaré Christian Leuprecht, expert en sécurité et professeur au Collège militaire royal et à l'Université Queen's.

Depuis des mois, le comité parlementaire spécial sur les relations Canada-Chine exige que l'ASPC fournisse des réponses concernant cet envoi de virus, la raison pour laquelle les scientifiques ont été licenciés et s'ils sont citoyens canadiens.

 

L'ASPC a déclaré que l'affaire impliquait une éventuelle violation de la politique, une question administrative et que le public n'avait jamais été en danger.

Cependant, les  documents d'enquête non classifiés  publiés par GreatGameIndia montrent le contraire. Les documents de l'AIPRP fournissent des détails sur les préoccupations exprimées par le directeur général du LNM, Matthew Gilmour, à Winnipeg, et ses supérieurs à Ottawa.

 

La communication par e-mail mentionne Qiu par son nom, la remerciant d'avoir envoyé les virus mortels.

Cliquez sur l'image pour en savoir plus sur les documents classifiés

L'envoi a été acheminé de Winnipeg à Toronto puis à Pékin sur un vol commercial d'Air Canada le 31 mars 2019. Dès le lendemain, les destinataires (tenus secrets) ont répondu que le colis était bien arrivé.

Curieusement, pour une simple « question administrative », des documents importants concernant l'affaire sont expurgés par les autorités canadiennes invoquant la sécurité nationale.

La semaine dernière, le Parlement canadien a adopté une motion conservatrice exigeant que l'ASPC remette des centaines de pages de documents non censurés.

Les documents ont maintenant été partagés avec le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement (NSICOP), qui est composé de députés nommés par le Premier ministre et disposant d'une habilitation de sécurité nationale.

 

Leuprecht pense que les documents pourraient révéler des problèmes de sécurité plus importants au laboratoire – et pourraient révéler le rôle des alliés du Canada dans l'enquête.

«Cela expliquerait également pourquoi vous ne les avez pas inculpés, car une fois que vous les avez inculpés, vous devez éventuellement traduire les gens en justice. Et quand vous mettez des gens en procès, alors vous devez divulguer les preuves que vous avez. Donc, le gouvernement pourrait tout à fait intentionnellement essayer de garder ce genre de choses relativement sous le radar autant que possible », a-t-il déclaré.

«Cela doit être un signal d'alarme pour le Canada sur l'agressivité des Chinois à infiltrer les institutions occidentales pour leurs avantages politiques, économiques et de sécurité nationale», a-t-il déclaré, soulignant les préoccupations concernant l'espionnage chinois dans les récents rapports annuels du  SCRS  et  NSICOP .

 

Dans les documents récemment publiés, l'ASPC indique qu'une autorisation de niveau secret est requise pour travailler au LNM et que toute personne travaillant avec des agents pathogènes humains et des toxines doit avoir une autorisation en vertu de la Loi sur les agents pathogènes humains et les toxines (LAPHT).

Le Dr Xiangguo Qiu est un   agent de guerre biologique chinois qui a été  surpris en train de faire passer en contrebande des virus mortels  du Laboratoire national de microbiologie du Canada à l'  Institut de virologie de Wuhan , en Chine.

 

Plus d'un an après l'expulsion de Qiu et de son mari du LNM, il n'y a toujours aucune mise à jour sur l'affaire de la GRC ou de l'ASPC, le rôle exact de Qiu et de ses associés restant un mystère pour la population.

En 2017 et 2018, Qiu a effectué au moins cinq voyages en Chine, dont un pour former des scientifiques et des techniciens au laboratoire chinois de niveau 4 nouvellement certifié dans la ville de Wuhan.

Selon des documents obtenus par CBC News dans le cadre de demandes d'accès à l'information, les déplacements ont été financés par un tiers, dont l'identité a été caviardée. 

Des documents censurés sur des virus mortels volés du laboratoire de Winnipeg à Wuhan publiés par les autorités canadiennes
Un courriel envoyé par Qiu le 4 juillet 2018 est vu des documents caviardés récemment publiés par l'Agence de la santé publique du Canada. (Agence de la santé publique du Canada)

Qiu avait également fait venir des étudiants chinois diplômés et de troisième cycle pour travailler dans son laboratoire.

Le Globe and Mail a récemment rapporté que l'un de ces scientifiques était Feihu Yan, de l'Académie des sciences médicales militaires de l'Armée populaire de libération (APL).

 

Le porte-parole de l'ASPC, Eric Morrissette, a refusé de répondre aux questions sur le travail de Yan à Winnipeg, affirmant que « l'individu n'était pas un employé » du laboratoire.

"La Chine a un programme d'armes biologiques très actif, très agressif et extrêmement dangereux", a déclaré Leuprecht. "Donc, toutes les recherches qui sont générées ici pourraient facilement être réappropriées par les autorités chinoises pour faire avancer des causes plutôt néfastes."

Avec les antécédents de la Chine en matière d'espionnage de propriété intellectuelle, un autre expert déclare qu'il est préoccupant que les instituts de recherche chinois aient aidé à financer une partie du travail effectué en collaboration avec les scientifiques du NML.

"Pourquoi nos procédures de sécurité n'ont-elles pas identifié que ce n'était pas une bonne idée, que ces personnes, compte tenu de leurs antécédents, ne devraient pas recevoir d'habilitations de sécurité ?" a déclaré Scott Newark, ancien procureur de la Couronne de l'Alberta, cadre supérieur de l'Association canadienne des policiers et conseiller politique auprès des gouvernements ontarien et fédéral.

Qiu et Cheng ont été vus publiquement pour la dernière fois lors d'un service commémoratif pour le Dr Frank Plummer, l'ancien chef du laboratoire national décédé en février 2020.

 

Le scientifique canadien Frank Plummer,  qui dirigeait le NML, s'est retrouvé mort une semaine après la  publication du rapport de GreatGameIndia sur l'enquête de la GRC.

Plummer est associé à une autre personne clé de notre enquête – le  virologue néerlandais Ron Fouchier .

Connu comme le  créateur du virus le plus meurtrier au monde , Fouchier a isolé le coronavirus du  SRAS et l'a fait sortir clandestinement d'Arabie saoudite , qui a ensuite été envoyé à  Frank Plummer .

Ces  expériences chinoises secrètes ont été exposées par les Italiens  en 2015. Il y a cinq ans, la société de médias d'État italienne, Rai - Radiotelevisione Italiana, a exposé comment  des scientifiques chinois faisaient des expériences biologiques  sur un virus connecté au SRAS.

On pensait que le virus était un coronavirus, dérivé de chauves-souris et de souris, se demandant si cela valait le risque afin de pouvoir modifier le virus pour qu'il soit compatible avec les organismes humains.

 

Source : greatgameindia

Partager cet article
Repost0

Pages