Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 09:57
Une présentatrice Chinoise affirme que le Covid19 provient d'un laboratoire Américain

Encore de nouveaux éléments :

On savait que le laboratoire P4 de Wuhan était financé par la France, le Canada et les USA (cette dernière accordait des lignes de crédits, voir mon article sur la création d'un virus de laboratoire (déposé en 2015 par la doctoresse Zhengli), et évidemment la Chine. Ce qui sous entendait que ces pays avaient eux mêmes des centres de recherches collaboratives internationales.

Cette fois ci l'on apprend que le laboratoire d’armes biologiques de Fort Detrick n’avait pas réussi à empêcher totalement la perte d’agents pathogènes.

Curieusement on sait également que les services secrets Américains étaient au courant d'une pandémie bien avant les premiers cas en Chine, il y avait également des cas aussi en Italie.

Il sera bien difficile de savoir le faux du vrai, mais je transmet les informations.

 

"La présentatrice, qui se fait passer pour « Mme V » dans l’émission « China View » de la CGTN, a évoqué plusieurs théories qui, selon elle, « montrent qu’il est clair que le virus en Chine a été transmis de l’étranger » (et non pas par le laboratoire de biosécurité niveau 4 dans la même ville qui se tapait le coronavirus des chauves-souris, et où le « patient zéro » aurait disparu après être tombé malade).

 

Mme V a déclaré à la caméra : « L’épidémie s’est peut-être déclarée plus tôt que prévu. En septembre 2019, certains Japonais ont été infectés par le nouveau coronavirus à leur retour d’Hawaï, alors qu’ils n’avaient jamais visité la Chine auparavant. »

« Cela s’est produit deux mois avant le début de l’épidémie en Chine. Peu de temps après, les CDC ont fermé les installations – après avoir affirmé que le laboratoire d’armes biologiques de Fort Detrick n’avait pas réussi à empêcher totalement la perte d’agents pathogènes. »

« Aujourd’hui, toutes les données relatives à ce laboratoire ont disparu sur Internet. Le virologiste a déclaré qu’il avait soigneusement étudié les cas, ainsi que son collègue japonais, et ils sont arrivés à la même conclusion. »

« On suppose que le nouveau coronavirus a provoqué des épidémies aux États-Unis depuis un certain temps, et ses symptômes étaient comme ceux d’autres maladies, il était donc facile de cacher la vérité ». –Metro"

Partager cet article
Repost0
24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 09:33
Que savaient les services secrets américains sur le coronavirus ? Est ce une manipulation pour autre chose ?

Je reprends cet excellent article sur ce que savaient les services secrets américains. Il faut se poser des questions essentielles aux vues des éléments qui ont fuités.

Pour ma part vous trouverez dans mon dossier coronavirus plusieurs articles qui peuvent vous guider.

Ensuite deux articles sur :

- la création d'un virus (coronavirus) de laboratoire par la docteur Zhengli en 2015, preuve à l'appui avec dépot de recherche dans la revue Nature,

- Une affaire de vol de données au laboratoire P4 de Winnipeg au Canada d'un coronavirus en 2019 et du décès assez curieux du directeur de ce laboratoire.

Donc nous voici avec de nouveaux éléments qui suggèrent que les services secrets américains étaient au courant d'une potentielle épidémie bien avant que celle ci ne se déclare et notamment sur Wuhan.

Alors pourquoi ? Est ce pour couvrir la crise financière qui couvait, ou est ce pour instaurer un ordre mondial répressif (voyez certains de mes articles sur les restrictions des droits individuels) ou est ce aussi pour les deux ?

 

 

"Savoir exactement où chercher

Il est inconcevable que les services de renseignements américains, en l’occurrence le NCMI, n’aient pas eu connaissance de ces développements en Chine, compte tenu de l’espionnage de la CIA et du fait que ces discussions étaient ouvertes sur Weibo et WeChat. Ainsi, si le « produit » du NCMI n’est pas un faux et existe réellement, il n’a fait que révéler la preuve, en novembre, de quelques vagues cas de peste pneumonique.

L’avertissement – à la DIA, au Pentagone, au Conseil National de Sécurité et même à la Maison Blanche – portait donc sur ce point. Il ne pouvait pas s’agir du coronavirus.

La question brûlante est inévitable : comment le NCMI pouvait-il être au courant d’une pandémie virale, déjà en novembre, alors que les médecins chinois n’ont positivement identifié les premiers cas d’un nouveau type de pneumonie que le 26 décembre ?

Ajoutez à cela la question intrigante de savoir pourquoi le NCMI s’est intéressé à cette saison particulière de la grippe en Chine en premier lieu – des cas de peste traités à Pékin aux premiers signes d’une « mystérieuse épidémie de pneumonie » à Wuhan.

Il se peut qu’il y ait eu de subtils indices d’une légère augmentation de l’activité dans les cliniques de Wuhan fin novembre et début décembre. Mais à l’époque, personne – les médecins chinois, le gouvernement, sans parler des renseignements américains – n’aurait pu savoir ce qui se passait réellement.

La Chine ne pouvait pas « couvrir » ce qui n’a été identifié comme une nouvelle maladie que le 30 décembre, dûment communiqué à l’OMS. Puis, le 3 janvier, le chef du CDC américain, Robert Redfield, a appelé le haut responsable chinois du CDC. Les médecins chinois ont séquencé le virus. Et ce n’est que le 8 janvier qu’il a été déterminé qu’il s’agissait du Sars-Cov-2 – qui provoque le Covid-19.

Cette chaîne d’événements rouvre, une fois de plus, une redoutable boîte de Pandore. Nous avons l’événement 201, qui arrive à point nommé ; la relation intime entre la Fondation Bill et Melinda Gates et l’OMS, ainsi que le Forum Économique Mondial et la galaxie Johns Hopkins à Baltimore, incluant l’École de Santé Publique Bloomberg ; le combo identité numérique ID2020/vaccin ; Dark Winter – qui a simulé une bio-attaque de variole sur les États-Unis, avant que l’attaque à l’anthrax de 2001 ne soit imputée à l’Irak ; les sénateurs américains qui se débarrassent de leurs actions après un briefing du CDC ; plus de 1 300 PDG qui abandonnent leur confortable perchoir en 2019, « prévoyant » l’effondrement du marché total ; la Fed qui déverse de l’argent hélicoptère dès septembre 2019 – dans le cadre du QE4.

Et puis, validant le rapport d’ABC News, Israël intervient. Les renseignements israéliens confirment que les renseignements américains les ont effectivement avertis en novembre d’une pandémie potentiellement catastrophique à Wuhan (une fois de plus : comment ont-ils pu savoir cela la deuxième semaine de novembre, si tôt dans la partie ?) Et les alliés de l’OTAN ont été avertis – en novembre également.

Le bilan est explosif : l’administration Trump ainsi que le CDC avaient un délai d’avance de pas moins de quatre mois – de novembre à mars – pour être correctement préparés à l’éventualité où le Covid-19 frapperait les États-Unis. Toute l’affaire « La Chine est une sorcière » est démystifiée.

De plus, la révélation israélienne soutient ce qui n’est rien de moins qu’extraordinaire : Les renseignements américains connaissaient déjà l’existence du Sars-Cov-2 environ un mois avant les premiers cas confirmés détectés par les médecins dans un hôpital de Wuhan. Une intervention divine.

Cela n’aurait pu se produire que si les renseignements américains étaient au courant, avec certitude, d’une chaîne d’événements antérieure qui aurait nécessairement abouti à la « mystérieuse épidémie » de Wuhan. Et pas seulement cela : ils savaient exactement où chercher. Ni en Mongolie intérieure, ni à Pékin, ni dans la province de Guangdong.

Il n’est pas de trop de répéter la question dans son intégralité : comment les renseignements américains ont-ils pu être au courant d’une contagion un mois avant que les médecins chinois ne détectent un virus inconnu ?

Mike « Nous mentons, nous trichons, nous volons » Pompeo a peut-être dévoilé le jeu lorsqu’il a déclaré, en public, que le Covid-19 était un « exercice en live ». Si l’on ajoute à cela les nouvelles d’ABC et les rapports israéliens, la seule conclusion possible et logique est que le Pentagone – et la CIA – savaient d’avance qu’une pandémie serait inévitable.

C’est la preuve irréfutable. Et maintenant, le gouvernement américain couvre toutes les bases en accusant la Chine proactivement et rétroactivement."

Pepe Escobar

source : https://www.strategic-culture.org

traduit par Réseau International

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2020 1 20 /04 /avril /2020 10:32

Oui, au vue de certaines études scientifiques : Etes vous prêt à prendre le risque d'une vaccination pour le coronavirus :

 

 

"© 11 avril 2020 Children's Health Defense, Inc. Ce travail est reproduit et distribué avec la permission de Children's Health Defense, Inc. Vous voulez en savoir plus sur Children's Health Defense? Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement des nouvelles et des mises à jour de Robert F. Kennedy, Jr. et de la Children's Health Defense. Votre  don  nous aidera à nous soutenir dans nos efforts.

Pourquoi les meilleurs promoteurs de vaccins au monde, comme Paul Offit et Peter Hotez, nous mettent-ils en garde frénétiquement contre les dangers uniques et effrayants inhérents au développement d'un vaccin contre les coronavirus?

Les scientifiques ont d'abord tenté de développer des vaccins contre les coronavirus après l'épidémie de SRAS-CoV en 2002 en Chine. Des équipes de scientifiques américains et étrangers ont vacciné les animaux avec les quatre vaccins les plus prometteurs. Au début, l'expérience semblait réussie car tous les animaux ont développé une réponse anticorps solide contre le coronavirus. Cependant, lorsque les scientifiques ont exposé les animaux vaccinés au virus sauvage, les résultats ont été horribles. Les animaux vaccinés ont subi des réponses hyper-immunes, y compris une inflammation dans tout leur corps, en particulier dans leurs poumons. Les chercheurs avaient vu cette même «réponse immunitaire accrue» lors des tests sur l'homme des tests de vaccination contre le VRS échoués dans les années 1960. Deux enfants sont morts .

Dans cette séquence vidéo, Offit, Hotez et même Anthony Fauci (dans un moment non surveillé), avertissent que tout nouveau vaccin contre le coronavirus pourrait déclencher des réactions immunitaires létales «amélioration du vaccin» lorsque les personnes vaccinées entrent en contact avec le virus sauvage. Au lieu de procéder avec prudence, Fauci a fait le choix imprudent d' accélérer les vaccins, partiellement financés par Gates , sans études animales critiques avant de passer à des essais cliniques humains qui pourraient fournir un avertissement précoce de réponse immunitaire incontrôlée.

Gates (dans la vidéo) est tellement préoccupé par le danger d'événements indésirables qu'il dit que les vaccins ne devraient pas être distribués jusqu'à ce que les gouvernements acceptent d'indemniser les poursuites. Le 4 février 2020, selon le site Web des Centers for Disease Control (CDC) , il n'y avait que 11 cas de CV actifs aux États-Unis, mais les États-Unis ont discrètement poussé les réglementations fédérales à accorder aux fabricants de vaccins contre les coronavirus une immunité totale contre toute responsabilité.

Êtes-vous prêt à prendre le risque?"

 

Source : Choix éclairé Washington du 13 avril 2020

L'immunisation avec les vaccins contre le coronavirus du SRAS conduit à une immunopathologie pulmonaire à l'épreuve du virus du SRAS.
Erratum dans
  • PLoS One. 2012; 7 (8). doi: 10.1371 / annotation / 2965cfae-b77d-4014-8b7b-236e01a35492.
Abstrait
CONTEXTE:

Le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) est apparu en Chine en 2002 et s'est propagé à d'autres pays avant d'être maîtrisé. En raison d'un souci de réémergence ou d'une libération délibérée du coronavirus du SRAS, le développement d'un vaccin a été lancé. Les évaluations d'un vaccin à virus entier inactivé chez les furets et les primates non humains et d'un vaccin à particules de type viral chez la souris ont induit une protection contre l'infection, mais les animaux éprouvés ont présenté une maladie pulmonaire de type immunopathologique.

CONCEPTION:

Quatre vaccins candidats pour les humains avec ou sans adjuvant d'alun ont été évalués dans un modèle murin du SRAS, un vaccin VLP, le vaccin administré aux furets et aux PSN, un autre vaccin à virus entier et une protéine S produite par l'ADNr. Des souris Balb / c ou C57BL / 6 ont été vaccinées par im les jours 0 et 28 et sacrifiées pour des mesures d'anticorps sériques ou soumises à une provocation avec un virus vivant au 56e jour. Au 58e jour, des souris contestées ont été sacrifiées et des poumons ont été obtenus pour le virus et l'histopathologie.

RÉSULTATS:

Tous les vaccins induisaient un anticorps neutralisant le sérum avec des doses croissantes et / ou de l'alun augmentant significativement les réponses. Des réductions significatives du SARS-CoV deux jours après la provocation ont été observées pour tous les vaccins et le SARS-CoV vivant antérieur. Toutes les souris ont présenté des changements histopathologiques dans les poumons deux jours après l'épreuve, y compris tous les animaux vaccinés (Balb / C et C57BL / 6) ou ayant reçu un virus vivant, un vaccin antigrippal ou du PBS suggérant qu'une infection s'est produite en tout. L'histopathologie observée chez les animaux recevant l'un des vaccins contre le SRAS-CoV était uniformément une immunopathologie de type Th2 avec une infiltration éosinophile proéminente, confirmée par des colorations éosinophiles spéciales. Les changements pathologiques observés dans tous les groupes témoins n'avaient pas la proéminence éosinophile.

CONCLUSIONS:

Ces vaccins contre le SRAS-CoV ont tous induit des anticorps et une protection contre l'infection par le SRAS-CoV. Cependant, la provocation de souris recevant l'un des vaccins a conduit à l'apparition d'une immunopathologie de type Th2 suggérant une hypersensibilité aux composants du SRAS-CoV. La prudence est de mise lors de l'application d'un vaccin contre le SRAS-CoV chez l'homme.

PMID:
22536382
PMCID:
PMC3335060
EST CE QUE JE:
10.1371 / journal.pone.0035421
[Indexé pour MEDLINE]

Article PMC gratuit

 

Source : Dépôt de recherches du 20 avril 2012 dans US National Library of Medecine  National Institute of Health

Partager cet article
Repost0
20 avril 2020 1 20 /04 /avril /2020 10:15
Un article qui démontre le financement de plusieurs organismes afin de créer un vaccin à implantation de nano particules traçables. En effet Bill Gates tente de récupérer le marché de la vaccination notamment pour ce qui concerne le Covid-19 (soit 7 milliards d'individus ; du moins le croit il). J'ai mis en ligne des affaires que l'on peut considérer comme criminelles sur des campagnes de vaccinations en Afrique par la Fondation Bill Gates ou celles ci se sont soldées par quelques milliers  de morts.
 
Bill Gates et Intellectual Ventures financent la technologie des vaccins implantaires à puce électronique 

Par la blogueuse invitée Celeste McGovern

La Fondation Bill et Melinda Gates a fait don de plus de 21 millions de dollars pour développer une technologie de vaccin qui utilise un mécanisme semblable à un tatouage qui injecte des nanoparticules invisibles sous la peau qui est actuellement testé dans un vaccin contre le virus qui cause le COVID-19. 

 La technologie des microaiguilles est également associée à la technologie injectable, financée par la Fondation Bill et Melinda Gates, qui intègre sous la peau un carnet de vaccination visible par la lumière infrarouge proche qui peut être lue par la technologie des smartphones.

La Fondation Bill et Melinda Gates finance les technologies dans le but de permettre des campagnes de vaccination «maison à maison» entreprises par des personnes ayant une «formation minimale».

Des chercheurs de l'Université de Pittsburgh ont rapporté dans leur étude publiée le 1er avril dans EBiomedicine, un journal du Lancet, que leur vaccin à micro-aiguille contre le virus du SRAS CoV-2 qui cause le COVID-19   "a déclenché une production d'anticorps robuste chez la souris en deux semaines". [Note de réflexion de l'ICWA: la production robuste d'anticorps n'a pas été un problème avec les vaccins expérimentaux dans cette famille de virus - le problème a été avec « amorçage pathogène » ou « renforcement immunitaire » . «L'exposition à certains vaccins peut avoir l'effet inverse souhaité, ce qui expose la personne vaccinée à un risque élevé de maladie grave lorsqu'elle est ensuite exposée au virus sauvage ou à un virus de la même famille.)

Les patchs ressemblent à un morceau de velcro épineux, avec des centaines de minuscules micro-aiguilles en sucre. Les aiguilles piquent juste dans la peau et se dissolvent rapidement, libérant le vaccin dans les minuscules abrasions et induisant une réponse immunitaire puissante malgré la quantité infime de matériel vaccinal - beaucoup plus puissante qu'une injection intramusculaire. [Note de réflexion de l'ICWA: une réponse immunitaire puissante est-elle toujours une bonne chose? Le processus naturel d'exposition à une infection sauvage conduit à une réponse immunitaire complexe qui est généralement équilibrée et contrôlée et auto-limitante. Que se passe-t-il lorsque, à travers un point d'entrée non naturel - injection avec une aiguille standard ou des  micro-aiguilles - une puissante réponse immunitaire «étrangère» est déclenchée?] 

Les chercheurs avaient testé des vaccins en utilisant le patch microneedle pour d'autres coronavirus, y compris celui qui provoque le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et ont rapporté que trois vaccins expérimentaux MERS différents induisaient la production d'anticorps contre le virus. Ces réponses étaient plus fortes que les réponses générées par l'injection régulière d'un des vaccins avec un puissant stimulant immunitaire (un adjuvant). Les niveaux d'anticorps ont continué à augmenter au fil du temps chez les souris vaccinées par patch de micro-aiguille - jusqu'à 55 semaines, à la fin des expériences. Les chercheurs ont maintenant tourné leur technologie vers le virus COVID-19, le SRAS CoV-2. [Note de réflexion de l'ICWA: quel est l'effet à long terme d'une augmentation anormale des taux d'anticorps pendant plus d'un an? Y a-t-il eu des études?]

"Les tests chez les patients nécessiteraient généralement au moins un an et probablement plus", a déclaré le co-auteur principal de l'étude, le professeur de dermatologie Louis Falo . «Cette situation particulière est différente de tout ce que nous avons jamais vu, nous ne savons donc pas combien de temps prendra le processus de développement clinique. Les révisions récemment annoncées des processus normaux suggèrent que nous pourrons peut-être progresser plus rapidement. » [Note de réflexion de l'ICWA: les tests effectués sur des patients pendant un an ne suffisent pas pour apprendre les effets secondaires, les risques et les conséquences imprévues d'une provocation artificielle du système immunitaire avec un nouveau produit. Cela a été une plainte majeure contre l'industrie des vaccins et les réglementations de la FDA pour l'octroi de licences. L'accélération des exigences de test qui sont déjà beaucoup trop rapides ne peut pas conduire à des données de sécurité utiles. Une réaction immunitaire qui prend des semaines, des mois ou quelques années pour être reconnue (si jamais nous manquons d'un système de surveillance robuste et que le déni des lésions vaccinales est fortement commercialisé) et dans les populations non choisies pour les essais cliniques, ne peut pas être forcée à la surface par n'importe quel calendrier. Le développement précipité de vaccins transforme toute la population en animaux de laboratoire,et la commercialisation actuelle de la peur destinée à contraindre les gens à se conformer à la loi viole le Code de Nuremberg, la Déclaration des droits de l'homme des Nations Unies et de nombreux codes de réglementation fédérale relatifs aux essais cliniques.]

Une autre étude financée par la Fondation Bill et Melinda Gates  et publiée en décembre 2019 par des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology, de l'Institut de chimie de la Chinese Academy of Sciences de Pékin et du Global Good, Intellectual Ventures Laboratory de Bellevue, WA, décrit comment des «points quantiques proche infrarouge» peuvent être implantés sous la peau avec un vaccin pour coder les informations pour «le stockage décentralisé des données et la bio-détection». 

«Des points quantiques biocompatibles dans le proche infrarouge délivrés à la peau par des patchs de micros aiguille enregistrent la vaccination
Kevin J. McHugh1 * †, Lihong Jing1,2 *, Sean Y. Severt1, Mache Cruz1, Morteza Sarmadi1,3, Hapuarachchige Surangi N. Jayawardena1 ‡, Collin F. Perkinson4, Fridrik Larusson5,
Sviatlana Rose1, Stephanie Tomasic1, Tyler Graf1, Stephany Y. Tzeng1§, James L. Sugarman1, Daniel Vlasic6, Matthew Peters5, Nels Peterson5, Lowell Wood5, Wen Tang1, Jihyeon Yeom1,
Joe Collins1, Philip A. Welkhoff7, Ari Karchin5, Megan Tse1, Mingyuan Gao2, Moungi G. Bawendi4 , Robert Langer1 ||, Ana Jaklenec1
La tenue de dossiers médicaux précis est un défi majeur dans de nombreux milieux à faibles ressources où il n'existe pas de bases de données centralisées bien entretenues, contribuant à 1,5 million de décès évitables par la vaccination chaque année. Ici, nous présentons une approche pour coder les antécédents médicaux sur un patient en utilisant la distribution spatiale des points quantiques biocompatibles dans le proche infrarouge (NIR QD) dans le derme. Les QD sont invisibles à l'œil nu mais détectables lorsqu'ils sont exposés à la lumière NIR. Les QD avec un noyau en séléniure de cuivre et d'indium et une coque en sulfure de zinc dopé à l'aluminium ont été réglés pour émettre dans le spectre NIR en contrôlant la stœchiométrie et le temps de décorticage. La formulation présentant la plus grande résistance au photoblanchiment après exposition au soleil simulée (équivalence sur 5 ans) à travers la peau humaine pigmentée a été encapsulée dans des microparticules pour une utilisation in vivo. En parallèle,la géométrie des microaiguilles a été optimisée in silico et validée ex vivo à l'aide de peau humaine porcine et synthétique. Des microparticules contenant de la QD ont ensuite été incorporées dans des microaiguilles solubles et administrées à des rats avec ou sans vaccin. L'imagerie longitudinale in vivo à l'aide d'un smartphone adapté pour détecter la lumière NIR a démontré que les modèles QD délivrés par micro-aiguille restaient brillants et pouvaient être identifiés avec précision à l'aide d'un algorithme d'apprentissage automatique 9 mois après l'application. De plus, la délivrance de codes avec le vaccin antipoliomyélitique inactivé a produit des titres d'anticorps neutralisants supérieurs au seuil considéré comme protecteur.L'imagerie longitudinale in vivo à l'aide d'un smartphone adapté pour détecter la lumière NIR a démontré que les modèles QD délivrés par micro-aiguille restaient brillants et pouvaient être identifiés avec précision à l'aide d'un algorithme d'apprentissage automatique 9 mois après l'application. De plus, la délivrance de codes avec le vaccin antipoliomyélitique inactivé a produit des titres d'anticorps neutralisants supérieurs au seuil considéré comme protecteur.L'imagerie longitudinale in vivo à l'aide d'un smartphone adapté pour détecter la lumière NIR a démontré que les modèles QD délivrés par micro-aiguille restaient brillants et pouvaient être identifiés avec précision à l'aide d'un algorithme d'apprentissage automatique 9 mois après l'application. De plus, la délivrance de codes avec le vaccin antipoliomyélitique inactivé a produit des titres d'anticorps neutralisants supérieurs au seuil considéré comme protecteur.Ces résultats suggèrent que les QD intradermiques peuvent être utilisés pour coder de manière fiable les informations et peuvent être délivrés avec un vaccin , ce qui peut être particulièrement précieux dans le monde en développement et ouvrir de nouvelles voies pour le stockage décentralisé des données et la biodétection. » (pas d'italique dans l'original)

Les auteurs continuent en disant dans la partie discussion de l'article:

"Pour maximiser l'utilité de cette technologie pour les campagnes de vaccination, nous avons cherché à créer une plate-forme compatible avec les vaccins délivrés par micro-aiguilles qui pourrait coder de manière fiable les données sur un individu pendant au moins cinq ans après l'administration", a déclaré le document du MIT, intitulé Biocompatible near- les points quantiques infrarouges délivrés à la peau par des patchs de microaiguilles enregistrent la vaccination . «En outre, ce système devait également être hautement biocompatible, fournir une quantité suffisante de colorant après un temps d'application de 2 min ou moins, et être détectable à l'aide d'un smartphone peu adapté.»

[Note ICWA: le concept de marquage et de suivi des humains devrait rester dans les intrigues des romans de science-fiction. Ils n'ont pas leur place dans une société libre et juste.]

Fridrik Laurusson, un auteur de l'étude sur les micropuces, est du Global Good, Intellectual Ventures Labarotory . Son site Web présente le fondateur de Microsoft, Bill Gates, sur sa première page et se décrit comme une «collaboration entre Bill Gates et Intellectual Ventures», une société fondée par Nathan Myhrvold et Edward Jung de Microsoft.   Wikipédia décrit Intellectual Ventures dans l'État d'origine de Gates comme une entreprise américaine privée qui «se concentre sur le développement et l'octroi de licences de propriété intellectuelle» et «l'un des cinq principaux propriétaires de brevets américains, en 2011.»

"Son modèle commercial est axé sur l'achat de brevets et leur agrégation dans un large portefeuille de brevets et l'octroi de licences de ces brevets à des tiers", selon Wikipedia . L'entreprise a été décrite comme la plus grande et la plus célèbre   entreprise de pêche à la traîne du pays .

Le site Web de Bill et Melinda Gates répertorie plusieurs subventions accordées pour développer le «patch de microneedle array» - à utiliser dans les   «campagnes de maison à maison via l'administration par du personnel peu formé».

La plus récente subvention de 370 035 $ a été octroyée en février 2020 aux Centers for Disease Control and Prevention pour un patch de vaccin ROR qui ne nécessite pas de réfrigération et «permet des campagnes de porte à porte» via des personnes sans expérience médicale ni formation. [Note de réflexion de l'ICWA: Si le concept de «campagnes de porte à porte» ne vous effraie pas, nous vous suggérons de lire l'histoire des  gouvernements totalitaires . N'abandonnez jamais votre droit américain à la liberté politique, religieuse et médicale.] 

Bill Gates a octroyé des subventions beaucoup plus importantes pour la technologie des patchs de matrice de microaiguilles aux entreprises et organisations, notamment:

  • Vaxxas Pty Ltd à Brisbane, Queensland (4,99 millions de dollars en novembre 2019) pour développer un «patch de micro-aiguilles pour la vaccination contre la rougeole et la rubéole qui permet des campagnes de porte à porte via l'administration par du personnel peu formé. Vaxxas a été créé en 2011 après que le groupe de recherche de Mark Kendall à l'Université du Queensland a commercialisé la nanotechnologie sous la société UniQuest. L'entreprise a levé plus de 35 millions de dollars pour la nanotechnologie. Il est en partenariat avec le fabricant de vaccins Merck - une société dont le médicament Vioxx a causé plus de 27 000 décès par crise cardiaque avant que la société ne révèle les risques qu'elle avait cachés au public. Merck a été à plusieurs reprises accusé par des juges de violations éthiques «flagrantes» et de  «Tests inappropriés et falsification des données » sur ses vaccins Gardasil HPV et MMR. Merck fait 
  •  Micron Biomedical Inc (6 744 906 $ en novembre 2019) «pour développer un patch de micro-aiguilles pour la vaccination contre la rougeole et la rubéole qui permet des campagnes de porte à porte via l'administration par du personnel peu formé»
  •  Georgia Institute of Technology (958 849 $ en décembre 2019) «pour développer un patch de micro-aiguilles pour la vaccination contre la rougeole et la rubéole qui permet des campagnes de porte à porte via l'administration par un personnel peu formé»
  • Vaxess Inc , (2 967 741 $ en novembre 2016) à Boston, MA «pour soutenir le développement préclinique et la fabrication d'un patch de micro-aiguille thermostable dans le but de réduire les obstacles à l'accès aux vaccins en simplifiant le dosage et l'administration, en allégeant les contraintes de la chaîne du froid et en réduisant les coûts
  • Université de Cardiff (3 570 376 $ en décembre 2019)   «pour développer un patch de micros aiguilles dissolvable pour la délivrance cutanée soutenue d'un contraceptif progestatif, y compris la réalisation d'études de preuve de concept précliniques»

Gates a commencé à financer la biotechnologie implantable en 2011 via une petite subvention (100 000 $) à la société TransDerm Inc basée à Santa Cruz dont la page Linkedin renvoie à un site Web pour le géant pharmaceutique Allergan .

Le mois dernier, le service de presse Reuters a rapporté - à tort - qu'un article populaire sur Facebook sur le projet de loi Gates d'utiliser des implants à micropuces pour lutter contre la pandémie de coronavirus était une «fausse affirmation». Le service de nouvelles lié à la publication Facebook censurée . 

Gates, dont le père était directeur de la Planned Parenthood Federation of America et sa mère travaillait pour la filiale de financement de PPFA, United Way, a été reconnu pour son idéologie du contrôle de la population. Son épouse, Melinda Gates, a lancé un Sommet sur la planification familiale lors de la Journée mondiale de la population en 2012 dans le but de recueillir des impôts auprès des gouvernements pour étendre les services de santé en matière de reproduction visant à réduire le taux de natalité mondial.

Une dernière note de réflexion de l'ICWA: Alors que la Fondation Gates et l'industrie pharmaceutique dépensent des milliards pour pousser le monde vers une vision dystopique de faire de chaque être humain sur la planète un client à vie «écaillé» et traçable, le remède au COVID-19 et autres les infections transmissibles protègent et guérissent tranquillement. Nous encourageons tout le monde à lire, penser, agir. Optimisez votre santé et protégez votre liberté . Le pouvoir est à vous. Ne le remettez jamais à personne d'autre.

 

Source : Choix éclairé Washington 12 avril 2020

Invité dans l’émission The Ellen Show présentée par Ellen DeGeneres du 13 avril 2020, le multimilliardiare philanthro-capitaliste Bill Gates, visiblement réjoui par la situation, a confirmé ses intentions : « Le vaccin changera la donne. »

Partager cet article
Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 10:29

Pascal Borel, nous explique l'origine du coronavirus, ce qui est démontré dans mon dossier coronavirus.

Mais là ou je veux en venir est ce qui se passe en réalité sur la suite au niveau financier et économique.

Blackrock augmente sa sphère d'influence, notamment dans le pétrole, voir article joint.

Donc Blackrock joue en bourse ce gestionnaire de fonds profite de la crise pour accumuler les profits.

L'Etat US achète a tour de bras les actions des entreprises touchées par la crise boursière. C'est une nationalisation de masse. Une soviétisation du capitalisme ; étonnant non.

Pascal Borel nous explique pourquoi les rapports entre la Chine et les USA se sont dégradés considérablement. Et l'on peut donc s'interroger sur la venue tout a fait opportune de ce coronavirus au moment ou les tensions étaient à leur comble, aussi bien extérieure, mais intérieure pour la Chine.

Donc une réflexion très intéressante, que je rejoins totalement "Nous sommes administrés par des gérants et aujourd'hui dans la crise actuelle que nous traversons nous avons besoins de leader, et la différence entre un gérant et un leader, ç'est qu'un leader, il est capable de prendre des décisions à partir d'informations incomplètes, ç'est à dire qu'il est capable d'apprécier un certain nombre de faits, de les converger dans son cerveau pour en faire quelque chose d'intelligible et capable de prendre des décisions."

Pascal Borel nous alerte donc sur la tournure des évènements qui peuvent assurément aller en faveur d'une dictature. La solution est aussi la communication alerter, alerter et alerter encore afin de prendre conscience des pertes de libertés.

 

Je vous poste également une vidéo de Philippe Juvin Chef du Service des Urgences à l'hôpital Pompidou le 31 mars 2020 sur BFMTV. Interviewé par Apolline de Malesherbe.

Il souligne la difficulté des services sans matériel, il leur rend hommage, il montre les difficultés à travailler, car il manque de produits comme le curare. Tout cela est bien un échec de stratégie politique qui ne devra et ne pourra plus être accepté.

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 13:47

Une enquête menée par le Journaliste d'investigation Joshua Philipp de The Epoch Times. Cette investigation démontre la construction d'un virus de laboratoire par la combinaison de différents virus naturels provenant d'animaux dont notamment la chauve souris nommée fer à cheval. Je joins donc les éléments prouvant la création d'un virus de laboratoire (chimère) par le Dr Shi Zhengli au laboratoire P4 de Wuhan dépôt de recherches dans la revue Nature dans le cadre de la collaboration internationale de recherche pour la communauté scientifique. (en 2016)

 

Alors pourquoi les gouvernements ne peuvent valider la thèse d'un virus - chimère, parce que pour certains il y avait des liens directs avec le laboratoire de Wuhan (France et l'institut Pasteur Mérieux) et les USA par exemple qui ont dégagées des lignes de crédits pour les recherches sur les virus, notamment les coronavirus.

Pour preuve l'administration américaine a déléguée une visite au laboratoire de Wuhan, ayant eu vent certainement de recherches moins orthodoxe. La conclusion en fût que ce laboratoire n'était pas véritablement sécurisé (vous trouverez les liens plus bas).

 

Donc on a tout intérêt à nous servir des INFOX comme quoi ce virus serait directement d'origine naturelle et qu'avec les petits poings il aurait réussir a passer la barrière des espèces tout en restant pratiquement identique. Là ç'est se foutre de la gueule du monde littéralement.

On voit également des vols de virus notamment à Winnipeg au Canada, qui travaillait avec Wuhan dans le cadre de recherches collaboratives, certainement pour améliorer le virus chimère ou la façon de le traiter ? Mais là ç'est une supposition.

S'il reste des doutes alors pourquoi les autorités Chinoises ont elles remplacée la dirigeante du labo par une générale de l'armée Populaire de Chine et pourquoi, les personnels ont ils reçu des circulaires interdisant toutes communications. A l'heure actuelle, tous les documents pouvant être en ligne sur le sujet en Chine sont enlevés.

 

Donc je vous laisse le soin de découvrir cette enquête qui démonte totalement l'INFOX d'un virus naturel sauteur d'espèces en espèces.

 

 

 

Vous noterez les alertes de Pr. de l'Institut Pasteur mais aussi les soupçons des services de renseignements Français quand au sujet des activités du laboratoire P4 de Wuhan, alors comment l'Etat pouvait il l'ignorer

 

Partie I

Le premier janvier 2020 le Marché aux fruits de mer de Wuhan était fermé, car on y avait décelé par analyses plusieurs contaminations du Covid19 dans les produits ; la théorie officielle d’une transmission par des animaux sauvages commençait.

Mais le premier cas d’affection au coronavirus fut déclaré le 1er décembre 2019, le 10 3 nouveaux cas se présentaient.

L’ étude du Lancet montre que sur 41 patients 17 n’avaient aucun rapport avec ce marché.

Marché ou il n’y a pas de vente de chauves-souris par ailleurs ou a proximité, donc cela rend invraisemblable la thèse d’une propagation par le vecteur de cet animal.

Le 29 janvier 2020 une nouvelle étude du Lancet corrobore les faits, aucun rapport entre le marché et les contaminés.

Les 45 cas déclarés en décembre 2019, notamment le 1er montre que l’infection se serait déclarée en novembre si l’on prend en compte la période d’incubation.

Après de multiples recroisements méthodologiques il s’avère que la contamination ne pouvait provenir du marché de Wuhan, elle propagée, par un patient zéro de manière silencieuse et insidieuse.

Des acteurs présents lors de la propagation du SRAS voient se répéter le même type de procédure que le gouvernement Chinois semble réitérer. Invention d’une théorie au moment ou la connaissance de l’épidémie devient publique et blocage des informations réelles la concernant.

 

 

Partie II – le mystérieux gène séquence –

Le 10 janvier 2020 la Chine dévoilait le gène séquence afin que les universitaires du monde entier puissent procéder à des études.

Mais le 7 janvier dans le revue Nature un scientifique Chinois découvrait que  le Covid 19 était étroitement lié a deux autres corovavirus le Co VZC45 et le Co VZX21, deux virus prélevés sur des chauves-souris par l’armée populaire de Chine. Le Covid 19 à 89,1 % de similarités de génomes avec le CoVZC45 entre autre.

Une autre étude américaine rejoint les faits sur des similarités plus que troublantes entre ces coronavirus.

Le 12 janvier une étude chinoise montre 88 % de similarités entre le covid19 et les coronavirus de type SRAS précités. Les deux études soulignent que les lignes protéiniques et d’acides aminés sont identiques  à 100 % et cela ne peut être le fait que d’une manipulation génétique en laboratoire, car le saut d’une espèce à une autre ne permet pas de garder cette totalité.

Le 21 janvier l’Institut Pasteur et l’Académie des Sciences de Shanghai exposent dans Science China Life Sciences que la séquence d’une partie de la protéine S est identique au virus du SRAS ; cette protéine es la cléf qui permet de dévérouiller une cellule humaine pour y faire entrer le coronavirus, ç’est donc un élément essentiel dans l’infection.

Le 28 février le laboratoire P3 de Shanghai est fermé, car il avait publié le génome du Covid19 à l’intention de la communauté scientifique internationale ; dès ce jour les informations concernant le coVid 19 sont interdites à la publications, ainsi que les données associées.

Depuis silence radio du côté scientifique Chinois.

 

Partie III – Les découvertes du DR Shi Zhengli –

 

La Docteur Shi Zhengli est la meilleure experte dans ce domaine de recherches en Chine mais aussi celle qui fût la première à montrer que la protéine S permettait le passage des barrières inter espèces, que le virus du SRAS pouvait se recombiner synthétiquement avec celui du coronavirus des chauves-souris. 

Depuis 2010 ses recherches et celles de son équipe étaient orientées justement vers la transmission de coronavirus entre espèces ; mettant spécifiquement l’accent sur la protéine S, ce notamment au laboratoire de Wuhan.

Dans un document elle explique la recombinaison du coronavirus de la chauve-souris pour le lier au SRAS de manière synthétique.

En 2013 elle réussit à isoler trois virus dont un permet par la protéine S d’entrer dans les cellules humaines.

En 2015 elle republie et signifiant la découverte d’un coronavirus de synthèse ( Chimère) capable de s’auto générer. Des essais sur souris de laboratoires montraient de graves lésions pulmonaires.(voir lien revue Nature dans les liens du 9 novembre 2015)

Ces recherches sont très controversées notamment par le Pr Wain Hobson de l’Institut Pasteur qui exprime  le 12 novembre 2015 ses préoccupations dans la revue Nature : « Si ce nouveau virus s’échappait, personne ne pourrait prédire sa trajectoire. La propagation pourrait se produire n’importe où ! »

Le 16 octobre 2016 l’Administration Obama était alertée sur le sujet et semblait préoccupé par ce dernier et coupait les crédits sur ce type de recherches. Cependant une ligne de crédit apparaît en 2017 sur des recherches concernant les chauves souris

Après la déclaration de la pandémie, les scientifiques  Indiens notent quatre séquences similaires à celles du VIH, chez le Covid19 sur GenBank. (voir lien)

Hors ce séquençage ne se retrouve que sur le VIH lui-même, le coronavirus chimère du Pr Shi Zhengli et le covid19.

Le gp41 est l’une des clés du VIH pour entrer dans les cellules.

 

IV – Dans le secret du laboratoire  de Wuhan-

Le 3 février dans la revue Nature le Pr Shi Zhengli propose la version de la contamination via le biais de la chauve-souris. Evoquant avec  force démonstration l’origine naturelle de ce virus.

Les autorités Chinoises ont mis sous scellés les virus du Laboratoire P4 de Wuhan et empêchent une enquête  internationale (voir mon article sur la nomination d’une générale Chinoise à la tête du laboratoire  P4 de Wuhan après le début de la pandémie)

Gordon Chang dit que ce n’est pas une théorie du complot que de croire que ce laboratoire P4 est responsable de l’émission de ce Covid19 volontaire ou non.

Le 2 janvier 2020 dans une note interne du laboratoire P4 de Wuhan il est demandé «  Un avis concernant la stricte interdiction de divulgation de toute informations concernant la pneumonie de Wuhan »

Toutes les informations de quelques nature que ce soient ne peuvent être en aucun cas publiées ni diffusées.

Le 21 janvier un nouveau médicament le Remdesivir fournit par les USA est breveté préventivement par la Chine.

Le 3 février le Dr Wu XiaoHua alerte que le covid19 pourrait être issu du labo P4 de Wuhan.

Le 4 fevrier le Président Duoyi, XuBo confirme les soupçons de  fuites du labo,

 Le 7 février le meilleur expert en arme biochimique Chinois Chen Wei prend officiellement le contrôle du laboratoire P4 de Wuhan,

Le 14 fevrier le Président Xi Jinping d’inclure une loi sur la biosécurité dans le cadre de la Sécurité Nationale Chinoise,

Le 15 février les rumeurs concernant le décès de la patiente zéro Huang Yangling sont infirmés.

Elle était employée au labo P4 en tant que microbiologiste.

Le 17 février le chercheur à l’Institut Chen QuanJiao revèle que la directrice du laboratoire Wang Yanyi était soupçonnée d’avoir laissée échappé le virus,

 

Mais ç’est là que la France entre en jeu

Dans le Challenge du 23 janvier 2020 il est démontré l’alliance entre la France et la Chine au sujet du laboratoire P4 de  Wuhan (en effet le journaliste américains le découvre, comme les populations françaises et américaines qui ne s’intéressaient pas forcément au sujet, et à cet effet, vous trouverez les éléments nécessaires dans le dossier coronavirus, moi-même j’avoue ne pas avoir connu ces faits auparavant)

Donc l’investigateur poursuit et montre que les services de renseignements Français se doutaient que le régime Chinois utilisait le laboratoire pour des expériences de bio armement.

Les USA ont délégué leur ambassade pour visiter le laboratoire de Wuhan, en janvier 2018 Voici ce qui en ressort (article de Josh Rogin dans le Washington Post : " Ce que ces fonctionnaires ont vu, à l’Institut de virologie de Wuhan, les a fortement inquiétés. Ils ont rapidement envoyé deux avertissements à Washington. "

Le Journaliste démêle pour trouver les dirigeants exacts et leurs lien avec le Parti Communiste Chinois (mais il ne peut en être autrement évidemment), puis il cerne les liens avec les laboratoires pharmaceutiques dont le producteur du Remdesivir,  un autre est également Président de la Croix Rouge Chinoise, mais plus inquiétant on y retrouve les théoriciens de la « guerre sans restriction » ; concept qui permet d’utiliser tous les moyens pour déstabiliser un adversaire cela rappelle sans nul doute la guerre à outrance au final.

Ensuite quelques experts prennent la parole pour démontrer le rôle du gouvernement Chinois dans cette affaire.

 

Il se pose donc en effet la question de la diffusion de l’information, car il semble que le Parti communiste Chinois puisse interférer sur les organismes mondiaux tel  que l’OMS  ainsi  que sur des Institutions d’importances internationales comme la banque Mondiale.

Nous ne serons pas plus surpris que les financeurs de tel ou tel média puissent dissimuler suivant leur pouvoir telle ou telle informations.

Nous avons pu observer non sans recul cette vérité qui éclate de jour en jour devant nos yeux, car ce qui était vrai hier, ne l’est plus le lendemain, parce que les médias alternatifs s’en  emparent et que le public d’une manière générale vient a bouder l’information officielle.

Merci de votre lecture

Cordialement

 

Je rajoute pour les sceptiques  cet extrait du Washington Post par Josh Rogin :

’hypothèse d’un accident de laboratoire comme source de la pandémie de nouveau coronavirus avait déjà été évoquée par Richard Ebright, professeur au Waksman Institute of Microbiology de la Rutgers University et expert en biosécurité, dans un article publié fin mars sur le site Bulletin of the Atomic Scinetists.

L’expert américain expliquait alors qu’à l’exception du SRAS-CoV et du MERS-CoV, deux virus mortels responsables d’épidémies dans le passé, les coronavirus ont été étudiés dans des laboratoires opérant à un niveau de biosécurité modéré connu sous le nom de BSL-2. M. Ebright affirmait également que les coronavirus des chauves-souris ont été étudiés dans de tels laboratoires à Wuhan et ses environs. ‘En conséquence, les coronavirus des chauves-souris à Wuhan [Centre de contrôle des maladies] et à l’Institut de virologie de Wuhan ont été régulièrement collectés et étudiés au niveau BSL-2, qui ne fournit qu’une protection minimale contre les infections aux personnel de laboratoire’, précisait-il.

Richard Ebright estimait qu’un niveau de sécurité plus élevé seraient plus appropriés pour un virus présentant les caractéristiques du nouveau coronavirus. ‘La collecte, la culture, l’isolement ou l’infection d’animaux au niveau BSL-2 pour un virus ayant les caractéristiques de transmission de celui de l’épidémie poserait un risque substantiel d’infection d’un travailleur de laboratoire, et de ce dernier vers la population’, mettait-il en garde."

 

Donc cela corrobore le fait des recherches de la Scientifique Shi Zhengli, on ne peut également contredire les dépôts de recherches de celle ci dans la revue Nature. Ce que l'on peut observer ç'est que la communauté scientifique connait les risques tel Wain Hobson de l'Institut Pasteur le 12 novembre 2015 dans le revue Nature alerte du danger de ces recherches. L'administration Obama est au courant également du danger de ces recherches puisqu'elle délègues ses diplomates et experts au laboratoire de Wuhan, de leur côté les renseignements Français sont aussi alertés de la situation : Alors comment se fait il que les politiques ne le soient pas, sauf évidemment Agnès Buzyn qui prévient la Présidence début 2020. Alors la réponse du "Nous n'avons pas pris la mesure...." ne tiens pas.

Traduction de l'introduction du dépôt de recherches sur un virus de laboratoire Chimère crée à partir d'un virus naturel de chauve souris dites fer à cheval du 9 novembre 2015 par le Dr Shi Zhengli du laboratoire P4 de Wuhan.

"L'émergence du coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV) et du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) -CoV souligne la menace d'événements de transmission inter-espèces conduisant à des épidémies chez l'homme. Ici, nous examinons le potentiel de maladie d'un virus de type SRAS, SHC014-CoV, qui circule actuellement dans les populations de chauves-souris chinoises en fer à cheval1. En utilisant le système de génétique inverse SARS-CoV2, nous avons généré et caractérisé un virus chimérique exprimant le pic du coronavirus de chauve-souris SHC014 dans un squelette SARS-CoV adapté à la souris. Les résultats indiquent que les virus du groupe 2b codant pour la pointe SHC014 dans un squelette de type sauvage peuvent utiliser efficacement plusieurs orthologues de l'enzyme de conversion de l'angiotensine humaine II (ACE2), se répliquer efficacement dans les cellules des voies respiratoires humaines primaires et atteindre des titres in vitro équivalents à une épidémie souches de SARS-CoV. De plus, des expériences in vivo démontrent la réplication du virus chimérique dans le poumon de souris avec une pathogenèse notable. L'évaluation des modalités immunothérapeutiques et prophylactiques basées sur le SRAS a révélé une faible efficacité; les approches à base d'anticorps monoclonaux et de vaccins n'ont pas réussi à neutraliser et à protéger contre l'infection par les CoV en utilisant la nouvelle protéine de pointe. Sur la base de ces résultats, nous avons dérivé synthétiquement un virus recombinant infectieux SHC014 de pleine longueur et démontrons une réplication virale robuste à la fois in vitro et in vivo. Nos travaux suggèrent un risque potentiel de réémergence du SRAS-CoV à partir de virus circulant actuellement dans les populations de chauves-souris."

 
Partager cet article
Repost0
10 avril 2020 5 10 /04 /avril /2020 17:09

En effet les premiers cas de recontamination ont déjà lieu à en Corée.

Mais cela ne sort pas sur les médias mainstream alors que faire : s'informer par soi même

"Des études plus récentes indiquent maintenant qu'un certain pourcentage (peut-être un tiers?) De patients "guéris" ont si peu d'anticorps anti-covid-19 qu'ils peuvent se réinfecter à une date ultérieure.

Si c'était effectivement le cas à l'échelle mondiale, cela atténuerait les espoirs en retardant considérablement les progrès vers l'immunité collective. Et augmenter le risque pour la santé publique, d'autant plus que la gravité de l'infection semble nettement pire la deuxième fois. (ce qui avait été invoqué par Pascal Borel dans une vidéo précédente)

Ne désespérez pas encore, car il existe des questions ouvertes importantes concernant ces nouvelles données qui nécessitent une étude plus approfondie. Mais cela renforce la complexité néfaste virus mutagène.

En attendant, poursuivez vos efforts d'autoprotection - distance sociale (sanitaire), bonne hygiène, équipement de protection individuelle, et continuez!"

Texte de Chris Mortenson (seconde vidéo)

Partager cet article
Repost0
10 avril 2020 5 10 /04 /avril /2020 09:55

Cette enquête est à raccorder à l'enquête de Joshua Philipp de Epoch Times que j'ai mis en ligne avec documents pour preuves, les deux affaires sont liées. Le Centre est donc le laboratoire P4 de Wuhan et des virus ont été volés pour permettre d'améliorer un virus -Chimère crée en Wuhan par le Dr Shi Zhengli, voir le lien merci!

 

Après en enquête menée par le GreatgameIndia, de nouveaux éléments incontournables permettent de mieux comprendre pourquoi la piste d'une infiltration et de vol par des agents chinois dans le Laboratoire 4  de Winnipeg au Canada n'est invoqué directement par les médias, en effet cela provoquerait des graves dissensions au sein de la communauté internationale, voire l'équilibre fragile de la paix internationale.

Ce vol s'est soldé après enquête par la mort du Pr. Frank Plummer chercheur sur le HIV, il était selon ses confrères sur le point d'annoncer un vaccin sur cette dernière maladie.

"Le scientifique de renommée mondiale Frank Plummer de Winnipeg est décédé.

Plummer, 67 ans, était au Kenya, où il a été conférencier d'honneur lors de la réunion annuelle du centre collaboratif de l'Université de Nairobi pour la recherche et la formation sur le VIH / SIDA / IST.

Le Dr Larry Gelmon, qui a aidé à organiser cette réunion, a déclaré que Plummer s'était effondré et avait été transporté à l'hôpital de Nairobi, où il a été déclaré mort à son arrivée."

Il était responsable de recherche là ou a été volé le coronavirus Canadien de Winnipeg.

 

Je vous invite donc sérieusement à vous pencher sur les informations suivantes afin d'éclairer sous un nouveau Jour votre jugement.

 

A partir de ces documents, vous trouverez les liens nécessaires pour cette compréhension l'Inde traîne la Chine devant la Cour Internationale pour fait de guerre pour le Covid 19

 

Mais rappelons les faits :

"L'année dernière, une mystérieuse cargaison a été capturée en contrebande de coronavirus en provenance du Canada. Elle a été attribuée à des agents chinois travaillant dans un laboratoire canadien"

Les conclusions de cette enquête ont été corroborées par nul autre que l' expert en armes biologiques, le Dr Francis Boyle, qui a rédigé la loi sur la Convention sur les armes biologiques

l'échantillon original provient d'un SARS saoudien prelevé sur patient le 13 juin 2012, dans un hôpital privé de Jeddah en Arabie Saoudite.

Le virologue égyptien Dr Ali Mohamed Zaki a isolé et identifié un coronavirus inconnu dans ses poumons. Après que les diagnostics de routine n'aient pas identifié l'agent causal, Zaki a contacté Ron Fouchier, un virologue de premier plan au Centre médical Erasmus (EMC) à Rotterdam, aux Pays-Bas, pour obtenir des conseils.

Fouchié séquence le virus et le compare au coronavirus.

Dans le même temps cet échantillon de coronavirus a été acquis par le directeur scientifique, le Dr Frank Plummer (clé de l'enquête sur les coronavirus, Frank Plummer a récemment été assassiné en Afrique ) du Laboratoire national de microbiologie (LNM) du Canada à Winnipeg.

Ce laboratoire expérimenté essayait de trouver l'origine de ce nouveau virus et son moyen de véhicule par les espèces animales ; ç'est ainsi qu'il fût le cible d'espions Chinois à des fins bactériologiques.

En Mars 2019 le virus est décelé en Chine, les experts internationaux sont alertés et demandent au Canada pourquoi ce type de virus exceptionnellement virulent se retrouve en Chine ; les scientifiques du laboratoire Canadien agrée niveau 4 signifient que ç'est une bio arme potentielle.

Après enquête, en Juillet 2019 des chercheurs Chinois (dont un couple) sont évincés du laboratoire sous forte présomption d'espionnage. Le nom de Xiangguo Qiu est avancé.

Xiangguo Qiu est un scientifique chinois exceptionnel né à Tianjin. Elle a principalement obtenu son diplôme de docteur en médecine de la Hebei Medical University en Chine en 1985 et est arrivée au Canada pour des études supérieures en 1996. Plus tard, elle a été affiliée à l'Institut de biologie cellulaire et au Département de pédiatrie et de santé infantile de l'Université du Manitoba. Depuis 2006, elle étudie des virus puissants dans le LNM canadien. Elle a étudié par exemple les virus expédiés du LNM en Chine en 2014 (avec les virus Machupo, Junin, Rift Valley Fever, Crimean-Congo Hemorrhagic Fever et Hendra).

Elle est marié à un autre scientifique chinois - le Dr Keding Cheng, également affilié au LNM, en particulier le «Science and Technology Core». Le Dr Cheng est principalement un bactériologiste qui est passé à la virologie. Le couple est responsable de l'infiltration du LNM canadien avec de nombreux agents chinois en tant qu'étudiants d'une gamme d'installations scientifiques chinoises directement liées au programme de guerre biologique de la Chine , à savoir:

  1. Institut de médecine vétérinaire militaire, Académie des sciences médicales militaires, Changchun
  2. Centre de contrôle et de prévention des maladies, région militaire de Chengdu
  3. Institut de virologie de Wuhan, Académie chinoise des sciences, Hubei
  4. Institut de microbiologie, Académie chinoise des sciences, Pékin

Le Dr Xiangguo Qiu a effectué au moins cinq voyages au cours de l'année scolaire 2017-2018 au laboratoire national de biosécurité de Wuhan susmentionné de l'Académie chinoise des sciences, qui a été certifié BSL4 en janvier 2017. En outre, en août 2017, la Commission nationale de la santé de la Chine a approuvé des activités de recherche sur les virus de la fièvre hémorragique Ebola, Nipah et Crimée-Congo dans l'installation de Wuhan. Selon le journal Great game India le coronavirus aurait été subtilisé au Canada et aurait été modifié pour en faire une arme biologique.

D'après  Dany Shoham, un ancien officier de renseignement militaire israélien qui a étudié le biocombat en Chine . Il a dit. "Le SRAS est inclus dans le programme chinois de guerre bactériogolique.

Propos également corroboré par James Giordano, professeur de neurologie à l'Université de Georgetown et chargé de recherche en biowarfare à l'US Special Operations Command

Il dévoile cet argument : "La Chine ne cherche pas la guerre bactériologique"  «Mais ce qu'elle fait, c'est tirer parti de sa capacité à agir en tant que sauveur mondial, ce qui crée ensuite divers niveaux de dépendances macro et microéconomiques et de bioénergie.»

La Chine privilégierait la "victoire sans effusion de sang"

 

Conclusion : "OUVREZ LES YEUX ET N ECOUTEZ PAS LES BELLES HISTOIRES A DORMIR DEBOUT QUE L ON RACONTE AUX ENFANTS AVANT D ALLER SE COUCHER, REVEILLEZ VOUS !"

Partager cet article
Repost0
8 avril 2020 3 08 /04 /avril /2020 17:41

Fascicule Brevet Européen :

NOUVELLE SOUCHE DE CORONAVIRUS ASSOCIE AU SRAS ET SES APPLICATIONS.

Date de publication et mention de la délivrance du brevet: 04.08.2010 Bulletin 2010/31

Numéro de dépôt: 04805625.3(22)

Date de dépôt: 02.12.2004(51) Int Cl.:C12N 7/00(2006.01)(86)

Numéro de dépôt international: PCT/FR2004/003106(87)

Numéro de publication internationale: WO 2005/056584 (23.06.2005 Gazette 2005/25)

Merci Infiniment !

Je rajoute que ce document est a relier avec la fameuse vidéo qui fait polémique que je joins ; en effet d'après les recherches scientifiques les génomes viraux ne seraient pas identiques à celui du coronavirus actuel.

Les allégations du Dr Cottrel de copiage d'au moins trois parties de séquençages de l'ancien virus sur le nouveau se confirme bien par l'enquête du GreatgameIndia que vous trouverez jointe.

 

Cependant je vous invite sérieusement à lire mon autre article qui démonte cet ensemble critique au sujet d'une fuite du virus du laboratoire de Wuhan. Vous découvrirez preuves à l'appui qu'il y a eut  déjà 4 fuites de virus de ce labo et ensuite que le responsable de labo à été démissionné pour faire place à une générale experte dans la lutte des armes biochimiques

 

Tout ces éléments montrent un système d'espionnage et de récupération de virus, mais également montrent le silence global sur cette affaire, dont tous les services d'intelligence sont au courant ; seule la population ne l'est pas.

Nous avons a faire un virus trafiqué en laboratoire sans aucun doute possible Merci ! de votre attention !

Partager cet article
Repost0
31 mars 2020 2 31 /03 /mars /2020 10:18

Je rajoute ces phrases, car je viens d'obtenir de nouveaux éléments prouvant, le vol d'un coronavirus au laboratoire classé 4 de Winnipeg (vous trouverez l'article joint), courant 2019 par des espions chinois. Une enquête internationale a été diligentée pour connaitre la responsabilité de la fuite de ce virus retrouvé en Chine. En Juillet les chercheurs Chinois responsables de la fuite de Winnipeg au Canada sont limogés.

Les renseignements américains ont prévenus le Pentagone d'un évènement cataclysmique dans un rapport pour la Maison Blanche, mais le Pentagone nie évidemment avoir reçu un tel document.

Quoiqu'il en soit la majorité des services secrets étaient au courant, dont ceux anglais, à moins que ceux Français ne le soient pas. En tout cas une l'était sérieusement ç'était bien Agnès Buzyn

 

 

Il faut se poser la question de savoir si les gouvernants successifs ont été au courant d'une potentielle pandémie :

" En 2009-2010, Roselyne Bachelot-Narquin se retrouve au centre d'une importante controverse au sujet de la commande par le gouvernement français de 95 millions de doses de vaccin pour lutter contre la grippe A (H1N1) et du coût global de la campagne de vaccination mise en place par le gouvernement. Le coût global de la campagne de vaccination en France est estimé à 1,5 milliards d'euros alors que seulement 8 % des Français se sont fait vacciner23. Un rapport d'enquête du Sénat, présidé par François Autain, est rendu public le 29 juillet 201024. Il met en lumière le poids des lobbys ainsi que l'acceptation par les décideurs politiques et administratifs de contrats commerciaux trop contraignants. Son action est rétrospectivement jugée plus appropriée lors de la pandémie de coronavirus de 2020, au moment où la France tombe à court de masques de protection25,26."

extrait wikistrike

Moi même je l'avoue rouspétait contre ces dépenses que je jugeait inutiles, mais avec cette affaire, je comprends que Mme. Bachelot avait totalement raison et je lui prie de m'excuser de mon erreur de jugement.

Pour ce qui nous concerne actuellement :

Agnès Buzyn déclare au Monde le 17 mars 2020 :

« Je savais que la vague du tsunami était devant nous. » « Le 30 janvier, j’ai averti [le premier ministre] Edouard Philippe que les élections ne pourraient sans doute pas se tenir. » « On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade. »

et pour cause son mari était en lien avec le laboratoire P4 de Wuhan

Egalement il y a un article du Canard Enchainé qui montre que le Ministère de la Santé émet une deuxième mouture du "Plan de lutte contre la pandémie grippale" le 20 février 2009

Les mesures signalent qui faut en cas de pandémie : "Controles aux frontières et interruptions des arrivées et départs internationaux, notamment aériens, vecteurs d'importations de l'épidémie" "préparation de stocks de masques", ce plan indique "brusque signalement par des sources concordantes, quelque part dans le monde d'une extension de grande ampleur de la maladie, avec un grand nombre de cas de syndrome grippal, avec suspicion d'extension rapide, forte contagiosité, avec une mortalité anormalement élevée, et ou la gravité clinique nécessitant une hospitalisation sensiblement plus fréquente que la grippe saisonnière"

PLAN DE CONTINUITE D’ACTIVITES EN CAS DE PANDEMIE GRIPPALE

Alors on ne peut pas dire que les gouvernants successifs n'étaient pas au courant !

Egalement au moment ou il manque de masque dans les secteurs les plus exposés, M. Macron se permet d'aborer un masque... Conclusion !

Les gouvernants Français étaient ils au courant d'une possible pandémie
Les gouvernants Français étaient ils au courant d'une possible pandémie
Partager cet article
Repost0

Pages