Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 125 000 visiteurs 188 000 pages vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 Vous êtes 95 000 a  avoir visité ce site, 170 000  pages ont été consultées ; je vous en remercie.

Recherche

10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 10:06

Quelques notes rapides sur l’origine du nom Assalit - Assailly - d’Assailly :

 

Une des premières notations du surnom Assalit (Assalitus) se fait lors d’un litige ayant lieu en 1119 pour ce qui concerne la donation faite par Engelin à l’abbaye d’Aniane d’un honneur sur Lestang (sur une partie du domaine de la villa franconie)

 

Le litige est réglé en faveur de l’abbaye d’Aniane, tout en reconnaissant Guillaume Assalit (de castro Breisach - de Brissac dans l‘Hérault), son épouse Adalaïs du Pouget (héritière de la succession d’Engelin) et leur cinq enfants, Pierre Sicar, Guillaume Assalit (Ier fils de guillaume Assalit de Brissac - Wilhem Assalitus), Pons - Dagon, (Poncius Dagon (ou d’Agones), Frédol, Bertrand (Bertrannus) et Ricarde (Ricardis)

 

Les Brissac ont les domaines de Brissac et d’Agones d’où le nom Brissac Dagon.

 

Il existe un Brizach sur le Rhin, et la Franconie est aussi une région  proche du Rhin.

 

Cette notification fait que les Assalit via Adalaïs du Pouget (de castro Pojeto so nt détenteurs en tiers du château du Pouget, (les Guilhem de Montpellier ont des parts sur les dépendances) ils sont les descendants des seigneurs du domaine de la villa Franconie et Rouvièges (certainement issue du premier vidame (vicomte amovible) de Narbonne Francon. Le Pouget est un castrum bâtit par Engelin aïeul d’Adalaïs. Il faut savoir que les successions en Languedoc se font en partage entre tous les enfants, ils deviennent copropriétaires des biens ( ce que l’on nomme aujourd’hui l’indivision successorale), d’autres obtiennent un des domaine, ou en obtiennent un par alliance matrimoniale. La notation de l’exécution testamentaire de la villa Franconie se fait en 842 Teutberg lègue ses biens à son fils Alliard . Sous le règne de l’empereur carolingien Louis le débonnaire fils de Charlemagne,  prouve que le domaine est au moins attribué déjà sous Charlemagne, certainement à l'issu de la mise en place de la nouvelle administration carolingienne.Donc la filiation de 842 à 1119 (rubrique documents médiévaux) (cartulaires d'Aniane, et Gellone) est établie pour ce qui concerne le domaine de Lestang (Lestagno), la villa Franconie, le castrum du Poujet. 

 

La mère de Guillaume Assalit de castro Breixach est Vierne de Popian, de l’ancienne viguerie de Popian, issue également d’ancienne famille carolingienne plusieurs fois également mis en place pour l'administration carolingienne. Notamment les Guirau de Popian. (Popian étant proche également de la Villa Franconie, du domaine de Lestagno et du castrum du Pouget, de l'abbaye d'Aniane, Brissac et Agones eux plus proche de l'abbaye de Gellone).

 

Pierre Assalit de castro Breixach père de Guillaume Assalit lui aussi est issue de plusieurs familles carolingiennes, dont l'une d'un palatin (nommé au Palais par Charlemagne), d'autres Missi.

La baronnie du Pouget, l’ancienne viguerie de Popian et celle de Brissac, les domaines de Lestang (dont la villa Franconie) et Rouvièges forment avant le XIème siècle une enclave assez importante voir les études de Laurent Schneider (CNRS-Université Aix-Marseille) notamment la carte N°  2 Le maintien de ces domaines par alliances se fait jusqu'a la montée des nouveaux féodaux, et montre une stratégie de conservation et d'agrandissement des domaines sur ce territoire (Nord de l'Hérault)

 

Au XIIème siècle Mme Claudie Duhamel Amado chercheuse au Cnrs à Montpellier (Genèse des lignages méridionaux Tome I, L'aristocratie languedocienne du Xe au XIIe siècle) note une absence des Assalit dans les cartulaires de Gellone, Aniane, et Guilhem de Montpellier de 40 ans, mais on retrouve ceux-ci sur le cartulaire de Notre Dame de Prouilles près Fanjeaux.

 

En effet de nombreux conflits opposent les anciens propriétaires de ces domaines en terres libres aux abbayes de Gellone, Aniane et à la famille des  Montpelliers. Les terres libres doivent être remise à des seigneurs plus puissants qui les restituent en fiefs, les mettant ainsi sous leur protection militaire. Hors ceci devient source de conflits. Le réseau familial des domaines précités, semble très imbriqué par plusieurs mariages hors de l’influence auparavant des abbayes et des nouveaux vassaux (en ce cas les Montpellier). L’agrandissement de la sphère d’influence des abbayes et nouveaux féodaux montre plusieurs litiges, cet ensemble étant particulièrement lui aussi imbriqué (liens entre les féodaux en cours d’ascension et les abbayes).

Même si un temps les Guilhem de Montpellier et les Assalit entre autre obtiennent le podestat (consul) conjointement de la ville de Nice.

 

Au final on voit un détricotage des terres des différents domaines en faveur des féodaux en ascension et des abbayes. Les Assalit (d’origine cévenoles) quittent ces domaines pour ceux de Fanjeaux, (cartulaire de Notre Dame de Prouilles) où l’arrière petit fils de Guillaume Assalit de Breixach devient viguier du Razes. Dès lors, car on ne sait finalement si l’origine des conflits passés est consécutive au catharisme ou les conflits ont été le ferment de ce dernier, on assiste dès lors a des alliances matrimoniales sur la sphère d’influence des Mirepoix Bellisen, ou les Assalit font près de 4 mariages avec ces derniers et de ce fait sont copropriétaires du castrum de Mirepoix, mais aussi avec toute l’aristocratie Languedocienne impliquée dans le catharisme. Les Laurac - Mazerolles, les Villeneuve (sénéchal de Toulouse, les L’isle Jourdain, les Ferrand, les Hunaut de Lanta…. (seigneur du castrum de Montségur). Les Assalit sont aussi très proche de la famille de Foix. 

 

On assiste donc a une contraction matrimoniale entre les anciennes familles languedociennes carolingiennes, mais aussi wisigothes (parfois de haut lignage) car on touche à l'ancienne Septimanie Wisigothe,  les alliances matrimoniales s‘étaient déjà opérées assez tôt notamment entre les nouvelles familles franques notamment carolingiennes et les anciennes wisigothes(prénom des ascendants à la fois germanique et wisigoths).

 

 

 Il se pose donc la question de cette contraction à la fois autour du thème religieux, mais plus certainement culturel ! Par la suite les Mirepoix Bellisen (qui sont deux familles apparentées mais  que je nomme ainsi pour les différencier des Levis de Mirepoix) sont abaissés, leurs terres remises aux Levis lieutenant de Montfort, les terres du vicomte de Trencavels sont confisquées au profit des  Montfort… La plupart des familles restantes font allégeance à la couronne de France  en 1249 lors du traité de Paris pour subsister tout en consolidant leurs assises avec les nouveaux occupants par des alliances matrimoniales. Les domaines des grands féodaux du Languedoc ayant été saisis et transférés aux nouveaux grands féodaux, il faut reconstituer la politique de réseaux familiaux.

  

La branche aînée des Assalit reste en Languedoc ou elle subsiste jusqu’au XVIIIème… la branche cadette part en Poitou sous la protection de l’empire anglo-angevin-normand des plantagenêts et successeurs. Les Mazerolles - Laurac en font autant.

 

Ils sont d'ailleurs notés dans les "rôles gascons" archives britanniques par la suite.

 

Donc quelques éléments, il n’en reste pas moins que la fréquence des Assalit et ascendants avant la montée des liens de vassalité est très significative par sa multiple présence dans les cartulaires, chartes et donations anciens du Languedoc…

 

  Blason assailly jpeg

 

Pour ce qui concerne Niort le nom Assalit est conservé de cette manière phonétique et c’est vers 1667 qu’il change a l’écrit pour se transformer en Assailly, sans pour autant avoir de particule. Ils demeurent toujours seigneurs du Laurageais (domaine près de Fanjeaux), tout en étant seigneurs de nombreux domaines en Poitou, ce qui prouve le lien entre les Assalit languedociens et ceux du Poitou.

 

 

 

Echevinage de Niort :

 

Assâlhy François et François Assailly son fils :

Catalogue alphabétique des nobles de la généralité de Poitiers, après la réformation de la noblesse en 1667.

Poitiers chez Antoine Menibus, imprimeur, et libraire du roy et de l’université 1667

 

Repost 0
28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 10:09

undefined


- 1100 Une des plus ancienne charte-donation à l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem dans le Toulousain à Puysiuran par plusieurs seigneurs ayant participés à la première croisade, dont Assalit.

 -  Une notation d'un Guillaume d'Assalit, podestat de la ville de Nice en 1108, puis plus tard Consul de la ville.



« On voit, en effet, apparaître pour la première fois, en 1109, des magistrats municipaux qui prirent le nom de consuls. Les noms de ces vénérables pères de la patrie municipale de Nice sont arrivés jusqu’à nous ; ce furent : noble Antoine Rimbaud ou Rimbald, cadet de la maison d’Orange, devenu citoyen de Nice par son mariage avec Guillaumine Caïs, comme juge-mage et François Raimbaud, Pierre Laugieri et Guillaume Assalit, comme consuls »

 Sources : Histoire de la Ville de Nice - Durante - t. I, p.165. - Abel. Revue de Nice, 1er mai 1862

Déjà et conformément aux multiples sources dont celles sur le Pouget, Aumelas et Montpellier l'on sait que cette information concorde avec les autres éléments.

 (veuillez vous reporter en fin de texte pour les liens internes et documents affichés sur ce site)


-  Pierre d'Assalit marié à Vierne de Popian, (voir notes sur l'origine du nom Assalit (de castro Breixach - de Brissac (Hérault))

- Guilhem d'Assalit, Ce dernier était l'époux d'Adalaïs du POUGET, seigneur de Brissac dans l'Hérault (avant  la possession du château de Brissac par les familles de Ganges (par mariage) et Roquefeuil (branche des Aniort ) Ils sont alliés familialement. Il ressort que la seigneurie de Lestang sur la Baronnie du Pouget appartient également à ce même Guilhem d'Assalit (noté Assalty de Popian). Ce domaine est repris en même temps que la seigneurie de Brissac par les Roquefeuil.
Les revenus de Lestang, ou de l'étang sont conséquents car la viande est interdite durant les fréquentes périodes de jeûne au Moyen - Âge, et les familles les conservent sauf évènements extraordinaires (ce qui adviendra pour la guerre nommée "croisade albigeoise")

En 1114 Guilhem V d'Ermengarde - de Monptellier - ( descendant du duc d'Aquitaine et moine de Saint Guilhem-le-Désert) reçu les reconnaissances pour les parties du château du Pouget ;
- 1ère part : Géronde,
- 2ème part : Adalaïs, fille d'Hugun Peyrun et Pierre Sicard,
- 3ème part : Assalty ou Assalyd, fils de Vierne

Par jugement  la succession concernant la seigneurie de Lestang est accordée à Guilhem d'Assalit, son épouse et ses enfants en 1118.

Guilhem devient ainsi le propriétaire laïque de la villa franconique ainsi nommée car elle était réservée à Francon 1er vicomte de Narbonne (vicomte amovible dès l'accession des carolingiens au pouvoir)  et ses successeurs propriétaires laïques de cette même villa  (qui possédaient en outre nombre de terres), dont voici la liste  :

- avant 841 :
- Teutberg, Trutberg (exécution testamentaire en faveur d'Amalbert, Cartulaire d'Aniane)

- après 841 :
- Amalbert,
- Aliard, Allard (donation à l'abbaye d'Aniane d'une partie des terres de la villa Franconique, Cartulaire d'Aniane) 
- Audéric,
- Pons, Aifrède et leur fils Engelin,
- Raymond Sicard,
- Guillaume Pons,
- Hugues Rostaing, Rostang
- Hugues Pierre et sa femme Ricarde,
- Salomon,
- Les fils de Janelle,
- Pons de Frédol, Bertrand, Sicard *,
- Guilhem d'Assalit son épouse Adalaïs et leur enfants (héritiers par jugement sur succession) (abbaye d'aniane énumération des enfants)

Propriétaires ecclésiastiques :
- Le monastère d'Aniane acquit des droits sur l'église de Notre-Dame de Rouvièges,
- en 841 (validation par acte de Louis le débonnaire) ; une partie de Lestang * 
- en 850 l'Eglise paroissiale de Notre-Dame de Rouvièges,
- en 1076 enfin la propriété d'Engelin et l'alleu de Salomon
- en 1118 Guilhem d'assalit (de Popian)  et Adalaïs lui confirmèrent ces acquisitions en fief par serment. de fidélité par Pons et ses moines (Cartulaire d'Aniane). 
L'origine de ce domaine est si ancien qu'il faut remonter aux commencement de l'abbaye d'Aniane (Arch. de Lestang -Archives de Montpellier)  

(L'emploi de la particule se fait tardivement, au départ il n'est question que de prénom, comme dans la succession de la propriété laïque de la villa Franconie)

Sources : Histoire de la Vicomté d'Aumelas et la Baronnie du Pouget,  Abbé A. Delouvrier. p. 332 - 333, Montpellier, imprimerie Grollier père 1896 In-8°, XI 350 p.

- * "Seigneur, Baron, Seigneur, co-seigneur
Un seigneur est un seigneur féodal qui détient un ou plusieurs fiefs.
Co-Seigneur, co-Seigneur:
Dans le Languedoc, il était en usage courant de partager une succession entre les enfants, même s'il n'y avait qu'un seul fief de partager.
La conséquence est que de nombreux fiefs et châteaux se sont divisés et bientôt appartenu à plusieurs seigneurs (36 pour Montréal, 50 pour Lombers, 34 pour Mirepoix, etc.). Ils ont été "co-Lords" ou "co-Seigneurs". Certains d'entre eux ont pris l'initiative de lancer le fief comme l’actionnariat dans une société actuelle.
A titre d'exemple, la Principauté d'Andorre est toujours gouverné aujourd'hui par deux co-princes.
L’usage du Nord a été généralement favorable à l'aîné des fils, afin de garder chaque fief sans indivision. Cette utilisation a également été suivie par des grands propriétaires terriens dans le Languedoc"


Cette indivision successorale, se retrouve aujourd’hui dans le droit français et paraît naturelle, alors qu’il n’en n’a pas toujours été le cas sauf dans le Languedoc, qui conserva entre autre le droit romain sur un terme assez long. Cette indivision peu créer un morcellement mais d’un autre côté il oblige les parties à entretenir à moindre coût des ouvrages défensifs, ainsi que le maintien de garnison à charge de la communauté de l’indivision, qui de plus est aussi de nature familiale


Sources :
http://www.earlyblazon.com/


-
Bertrand-Robert Assalit est cité, comme témoin, avec Raymond et Stéphane de Clermont et Guiraud Engilbert, viguier de Toulouse, lors d'une donation faite par Alphonse, comte de Toulouse, à l'abbaye de Lezat, en 1127 (Acte original)

 

 


 



Origine du domaine carolingien de l’Estang au Pouget (succession matrimoniale des Guilhems de Montpellier) :


L’étang du Pouget entre Pézenas et Clermont l’Hérault est mentionné au moins depuis le Ixème siècle dans les textes. De ce fait et cité très tôt, il a suscité l’intérêt d’études médiévales dont :


De L. Schneider :

- « Monastères, villages et peuplement en Languedoc central : Les exemples d’Aniane et Gellone » (VIIIème - XIIème siècle) - Thèse de doctorat, Université de Provence, Aix en Provence 1996, p.325-330 et p. 553 à 576.

- « Une vicaria du Midi : Popian en Bitterois », Annales du Midi 1997, p. 109, 219 - 220 et p.401 -442.


De C Duhamel - Amado :

- « des origines des Guilhems des Montpellier (X-Xième), questions généalogiques et retour sur l’historiographie » études sur l’Hérault, 1991-1992 (7-8) p. 89 - 109,

- « La famille aristocratique languedocienne », t. 2, livre I, p. 262 - 289 (les seigneurs du Pouget au XI et XIIème).

Les transactions notées sur le cartulaire d’Aniane, des possédants du castrum montre l’insertion dans le réseau aristocratique notamment dans celui du puissant évêque de Lodève, Saint Fulcran (seconde moitié du Xème, mais vraisemblablement antérieur)

 


D'après Dom Mabillon sur Saint Fulcran : « sa mère, à qui les uns donnent le nom d'Eustorge, les autres celui de Biligarde, étoit fille d'un comte de Substantion ou de Maguelonne. Dans ce cas, comte tenu de l'époque de sa vie, elle devait être la fille du comte Bernard (+922), premier

On possède une copie du testament de Fulcrand daté de 988, dans lequel il fait mention de ses frères de Pons et Aranfred, de son neveu, d'André, et d'Emme, sa proche parente. On lui donne encore deux sœurs qu'on assure avoir été dames de Montpellier.» (Aifrède, Pons et l'un des enfant Engelin est cité dans la succession de la villa Franconique)


Le bref d’Ansefred, antérieur au Ixème cite « villa quid dicitur stagno de Peperello » (nom noté dans le cartulaire de Béziers, comme appartenant en partie à l’église de Béziers)


La première attribution d’un bien de l’estang au profit du monastère d’Aniane (814-840) est cité : « In page Bitterense, in villa Franconica, vel stagno Piperello, seu infra terminium ipsus ville » Aniane, acte CCCVI, p. 426 -427.

Le nom de Francon semble bien antérieur au bref d’Ansefred et semble indiquer que l’église de Béziers donne cette villa à Francon.

comte de Melgueil dont le nom nous soit parvenu.


La dénomination de villa Franconica s’efface au XIIème, en 1152 c’est la le nom de « stagno piperello » qui est indiqué pour la cession au profit de Notre Dame de Rouvièges « Sancti Marie de Rovegia » nommée dans un premier temps « Sancti Marie de Stagno »,


Les héritiers d’Ingelinus de Stagno font une donation d’un honneur à Sainte Marie de l’Estang au profit du Monastère d’Aniane ( voir document sur la succession incluant Guilhem d’Assalit et Adalaïs du Pouget) pour la raison suivante, qu’Ingelinus est le fondateur du castrum du Pouget (dont Adalaïs possède un tiers) « Castello quem vocant poito de Inglino » : HGL, t. V, n. 208, p. 425-426. (première mention en 1036).

La famille d’Ingelinus est surnommé parfois de Stagno. Les Guilhems de Montpellier accordent en vassalité à ce réseau de parenté le domaine du Pouget et ses dépendances, jusqu’en 1350, date à laquelle le domaine du Pouget est repris par les Roquefeuil, et curieusement celui de Brissac, dont guillaume d’Assalit était seigneur. Le domaine quitte définitivement ce réseau de parenté en 1371 pour être vendu par Pierre de Montdardier.


A l’évidence la notation très ancienne de ce domaine, ainsi que toutes les opérations de transactions le concernant montrent pour ce qui concerne le réseau familial une alliance matrimoniale avec les Guilhems de Montpellier.

Autres sources :



- Guillaume Assalit signa comme témoin du testament de Roger vicomte de Béziers, mari d’ Adélaide de Toulouse en 1113 (Baluze, Preuves de l'histoire d'Auvergne, tome II, pages 500 et 501.)

- acte original du plaid de 1191 (Cartulaire de Saint-Guilhem-le-Désert), Guillaume Assalit est témoin

 

__________________________________________________________________________________

 

 


  Suite généalogie médiévale :



- Guillaume 1° est le fils de Guilhem d'ASSALIT seigneur de Brissac (Hérault)  , époux de Guilhemne de Tonenx (Tonneins) (1195).  - fille de Pierre Raymond de Tonneins (voir acte original) . Guilhem était je pense l'oncle de Gilbert d'ASSAILLY né à Tyr, il est précisé qu’au moins un des rejeton Assalit aurait pris part à la première croisade, en ce cas le frère de Gilbert.

- Il a pour enfants :

Guillaume d'Assalit II marié avec Esclarmonde (?),
Aude d'Assalit mariée à Izarn-Bernard de Fanjeaux, fille Hélis
Marquesia (prénom) de Tonenx (Tonneins) mariée avec Pierre Roger de Mirepoix. (avant les Levis de Mirepoix)

- 1163-1169/70 (en fait fin 1162 début du Magistère) Gilbert d'Assailly 5ème Grand Maître de l'Ordre Souverain de Saint Jean de l'Hospital,

- Donation en 1162 par Guillaume et Ysarn d’Assalit son frère du village et des terres de Fontenille (acte original) :

- "Au mois de mars de l'année 1162, Guillaume et Yzarn d'Assalit « Sans doute de la même famille que Gilbert d'Assalit, grand membre de l'Ordre (1167-1169) », Vital de Posquières et autres seigneurs, donnèrent à l'Ordre du Temple les terres qu'ils possédaient à « Fontenille », ainsi que les droits féodaux qu'ils y avaient sur chaque feu, « à la condition de garder et de défendre la ville, ses habitans et leurs biens de tout malfaiteur. » Cette donation fut faite à Dieudonné de Girbert, maître du Temple de Toulouse, entre les mains de Raymond comte de Toulouse et de Jourdain de l'Isle qui la confirmèrent"



SourcesHistoire du Grand Prieuré de Toulouse - A. Du Bourg -Toulouse - 1883.

- Guillaume d'Assailly ( Guilhem),   2ème du nom,, (époux d'Esclarmonde). Il prend la fonction de viguier du Razes à la suite de son beau-frère Izarn-Bernard de Fanjeaux. (Magistrat qui avait des fonctions analogues à celles de prévôt dans certains états du Midi) du vicomte de Rodez (1),  Une autre source (1a) indique la même fonction c'est-à-dire viguier, mais du territoire du Rhédésium (pagus rhédensis) - vicomté du Rhédez - diocèse situé en ancienne province romaine de Septimanie -  le Rhédésium devient le Razès en 1084 par l'acte de serment de fidèlité de Bernard Aton IV Trencavel à sa mère Ermengarde pour la défense des deux châteaux "pro ambis castris"  


- "Le treizième siècle commence, et, avec lui, la guerre des Albigeois. L'histoire n'attribue aucun rôle au castrum de Rhedae, tandis qu'elle fait mention du siège du château de Coustaussa, son voisin. Il est vrai que le château de Coustaussa dominait la vallée de la Salz qui, des bords de l'Aude, conduit dans les Corbières, et que ce château gênait la marche des croisés tant au fond de la vallée que sur les hauts plateaux. Il est vrai qu'une poignée d'hommes pouvait suffire pour défendre Coustaussa, tandis qu'il aurait fallu une nombreuse garnison pour garder la longue ligne des remparts de Rhedae, dont les fortifications, du reste, avaient dû souffrir lors de la destruction de la ville basse. Peut-être aussi une partie de ces fortifications était-elle détruite, et Guillaume d'ASSALIT qui était alors viguier du Rhedesium, ne put-il disposer des moyens nécessaires pour mettre l'antique citadelle en bon état. Quoi qu'il en soit, il paraît que Rhedae n'était pas en état de défense, et ne fit aucune résistance aux armées des Croisés. Néanmoins nous n'hésitons pas à croire que les troupes de Simon de MONTFORT s'en emparèrent, et comme c'était une place de guerre qu'il fallait armer ou détruire pour la défendre, ou bien empêcher qu'elle ne devînt un centre de résistance entre les mains du jeune vicomte de Béziers et de ses alliés, elle fut démantelée et ruinée. Le castrum de Rhedae l'antique citadelle, qui était toujours la capitale de la contrée, ne fut plus qu'un simple bourg quand la croisade eut fini son oeuvre. Ses remparts et ses tours jonchèrent le sol et si la tradition locale ne fait pas erreur, une seule partie de ses fortifications demeura debout, ce fut le castrum salassum ou turris salassa, le donjon qui fait face au midi, cette tour de la Salasse qui fut plus tard convertie en magasin à poudre

 

 

Il existe, du reste, un acte authentique qui prouve à quel rôle modeste fut réduit Rhedae après la conquête des Croisés. On ne l'appelle plus civitas cité, ni castrum, ville fortifiée On la désigne sous le nom de villa, c'est-à-dire bourg ou petite ville. Nous lisons, en effet, dans une charte de 1231, le dénombrement des villes, villages et châteaux formant l'assignat de Pierre de VOISINS, sénéchal de Simon de MONTFORT.

Dans ce dénombrement figure Rhedae sous la rubrique suivante:

"Villam de redde pro XXV libris ae IV sols." (1a).

 

- 1190 Bérenger Assalit (de Cabarets) et ses frères, Assalit (de Conques) et Géraud de Montserrat donnent aux hospitaliers leur château de Jouarres à la commanderie hospitalière d’Homps (texte commanderie d’Homps



- Malgré et aussi à cause de sa grande fortune il sera et mourra faydit et dépossédé de ses biens pour liaison avec les cathares.

Guillaume d'Assalit prête serment a l'abbé de Saint Guilhem Le Désert en 1221 :

"Signalons que la formule initiale aujas, écoutez, entendez ; qui est fort ancienne : nous la trouvons en tête du serment d'Assalit de Brissac à l'abbé de Saint Cluilhem, en 1221. et dans plusieurs publications du XVème conservées dans les archives de Gignac" 
 
Sources :  200 Dialectes anciens dans LANGUES ROMANES PUBLIÉE PAR LA SOCIÉTÉ POUR L'ÉTUDE DES LANGUES ROMANES - TOME PREMIER V /- MONTPELLIER PAMS AU BUREAU DES PUBLICATIONS A LA LIBRAIRIE DE A. FRANCK DE LA SOCIÉTÉ (VIEWEG, propriétaire) POUR l'ETUDE DES LANGUES ROMANES i 67, RUE KICHELIEU,67 M DGCG LXX -) 

- Il sert dans les rangs occitans, contre Simon de Montfort

- à noter que sur ce territoire territoire ce diocèse de Rhédésium se trouvait la famille issue d'Assalit de Comborn au château de Blanchefort, famille  de Blanchefort qui porte aussi le même nom que leur château du Limousin qui est à l'origine de leur nom. Le Rhédésium ou le Razès pourra avoir une géométrie variable suivant les époques, ayant quelques villes ou villages principaux (Limoux, Rennes les Bains (anciennement les Bains de Montferrand), Reddhé (Rennes-le-Château), le pays de Sault avec Niort de Sault. Le Pays de Niort de Sault est aux Aniort lié familialement Assalit puisque Hélis de Mazeroles et la tante d'Othon Bernard d'Aniort (détails plus bas) 


- Acte de 1242 recensant la noblesse de Fanjeaux "Milites de Fanojovis" par lequel les chevaliers de ce territoire s'engagent observer et faire observer le traité de paix qui venait d'être conclu entre Louis IX et Raymond VII, comte de Toulouse. Guillemelmus Assaliti figure parmi les 17 chevaliers. Le Comte de Foix  (père d'Esclarmonde de Foix)partageait la seigneurie de Fanjeaux avec dame Cavaers qualifiée elle même de "domina fanijovis". Elle abandonne ses droits seigneuriaux sur Fanjeaux et ses territoires "omnem dominationem et universum jus quod habeo et habere debeo in castro  Fanijovis et in ejus terminiis et territorio" à son cousin Pons Arnaud de Castelverdun ainsi qu'a ses neveux les autres Castelverdun. (document original)


Sources : Cartulaire de Notre-Dame de Prouille, précédé d'une étude sur l'albigéisme languedocien aux 12e & 13e siècles - document de 1242 - Noblesse de Fanjeaux p. CCXLLIII

- Acte du Mardi 27 mars 1234 à auquel assiste entre autre Guillaume Assalit (original)

 

- Les Assalit sont largement impliqués dans l'hérésie cathare, que ce soit sur Fanjeaux, comme sur Toulouse, du moins dans ce qu'il ressort de l'enquête inquisitoriale et sa restitution dans le cartulaire de Prouille ; toute la noblesse de Fanjeaux semble hérétique!!!. Outre ce document on voit donc intéressantes liaisons matrimoniales entre les seigneurs locaux et les grands féodaux. Les d'Assalit sont par alliances cousins des seigneurs de Mazeroles, Laurac, Lavaur, Montréal, Aniort, Roquefeuil, Tonnenx Fanjeaux et Mirepoix.
Les Mazeroles possédant de nombreux domaines dans le Lauraguais, à Fanjeaux, Gaja et plusieurs localité du Razes
Cette implication vaudra pour la plupart le statut de faydit,  pour avoir soit été considérés comme hérétiques ou bien n'avoir pas voulu faire allégeance aux meneurs de la croisade. Ils sont dépossédés de leurs biens et titres. La lettre patente de Philippe III d'Aout 1279  réatribue aux familles les biens et titres " a condition que les faits qui ont entrainé ou pu entrainer la commise soient antérieur à la mort du comte Alphonse de Poitiers et à la réunion du comté de Toulouse"

Sources :  
  Cartulaire de Notre-Dame de Prouille, précédé d'une étude sur l'albigéisme languedocien aux 12e & 13e siècles p. CCXLIV et CCXLV

- (filsde Guillaume d'Assalit II) Guillaume III ( époux Bérengère de Mons), frère de B. de Roquetaillade, prête serment au Roi, en 1243 avec les barons et seigneurs locaux (2), 

- condamnation de Bérengère en 1249 à la prison perpétuelle, libérée par application de la lettre patente de Philippe III en 1279 ?
 
- deux de ses fils forment la branche cadette du Poitou, Audebert est chevalier et Bertrand damoiseau (3),

- sa fille Lombarda à pour fille Agnès,

- son autre fille Hélis épouse Arnaud de Mazeroles et devient la belle fille de Blanche de Laurac (née de Paracols), veuve de Sicard de Laurac
- Blanche de Laurac à six enfants - Aymeric de Montréal-Laurac - Mabille - Navarre - Guiraude épouse du seigneur de Lavaur - Arnaud de Mazeroles - Esclarmonde épouse le seigneur d'Aniort. Donc Hélis est la tante de Bernard Othon d'Aniort, Guillaume d'Aniort et Raymond de Roquefeuil

Sources :  
Cartulaire de Notre-Dame de Prouille, précédé d'une étude sur l'albigéisme languedocien aux 12e & 13e siècles : Seigneurs de Montréal- famille de Laurac et rôle dans le Comté de Toulouse p. CCLI et CCLII.
 
- Tous assistent pratiquement  au consolamentum d'Esclarmonde de Foix, fille du Comte de Foix à Fanjeaux en 1204 


Sources : Cartulaire de Notre-Dame de Prouille tome I p. CCXL, CCXLI, CCXLVI Paris Alphonse Picard et fils éditeurs 1907


- chevalier d'Assailly délégué par Raymond VI de Toulouse (1194-1222) pour enquêter sur l'évolution de l'hérésie cathare. (Archives de Toulouse), certainement marié avec Esclarmonde


- N. fille d'Audebert épouse Constantin de Châteauneuf vers 1270 (Charte de l'abbaye de Charroux), 


- Stéphane d’Assailly part en croisade avec Alphonse de Poitiers, comte de Toulouse, 
 

- Dès lors la branche aînée reste en Languedoc, la cadette finira par s'installer en Poitou ; les anciennes liaisons féodales du XIIème et avant ont été anéanties par la croisade albigeoise ; le blason semble changer vers cette époque.
 

- un émissaire d'Alix de Bourgogne (1251-1290),
  

- En 1357 Charte : Charles d'Espagne, Connétable de France,  donne  ordre en 1351 au Sénéchal de Saintonge et enfin au Maire et Prévost de Saint Jean d'Angély d'attribuer les biens confisqués pour raison de forfaiture durant la guerre à Pierre d'Assailly et Collin d'Arques, situés à Saint Jean d'Angély et environs à Pierre Braque,  

 

- en Poitou, en 1364, Guillaume d'Assailly et son épouse Isabeau de Marboeuf figurent comme témoins dans une charte du 4 mars 1364, 


- 1419 Pierre III d’Assalit évêque d'Alet. Religieux nommé par le pape. Il se trouva à Rome dans deux circonstances remarquables. Il était né à Limoux. (branche Languedoc). Il oeuvre notamment pour le rapatriement de Sainte Monique mère de Saint Augustin à Rome.

- 1432 Robert Assalit est receveur général de la Sénéchaussée de Toulouse

Suite généalogie période Moderne d'Assailly

 

___________________________________________

 

Sources : 

(1) Histoire du Languedoc. Tom. III des preuves fol. 91 -Codicile de Roger, vicomte de Béziers 1194, 

(1a) Quelques notes sur Rhédéa, par Louis Fédié ; avec approbation de la Société des Arts et Sciences de Carcasonnes lors du Congrès des Sociétés Savantes réunies à Narbonne le 1877 

(2) Ibid (1), T. III, folio 424, 
 

(3) Charte de 1257 (de Courcelles, T. VI, généalogie de la maison de Pellepore,



(4) LE COMTE DE RAZES et le DIOCESE D’ALET  - Notices historiques -  par LOUIS FEDIE Membre de la Société des Arts et Sciences de Carcassonne, Ancien conseiller général de l’Aude. L’édition originale de cet ouvrage a été réalisée par Lajoux Frères à Carcassonne en 1880 

Histoire de la Ville de Nice - Durante - t. I, p.165. - Abel. Revue de Nice, 1er mai 1862

"Histoire de la Vicomté d'Aumelas et la Baronnie du Pouget" Abbé A. Delouvrier, Montpellier, imprimerie Grollier père 1896 In-8°, XI 350 p.

 

Annuaire du Conseil Héraldique de France (Vème année), Paris 1892,

Ordre de Malte - Histoire du Grand Prieuré de Toulouse (des diverses possessions de l’ordre de Saint-Jean....) - M. A. Du Bourg - Toulouse - Louis Sistac et Jean Boubée, éditeurs - libraires 1883

Cartulaire de Notre-Dame de Prouille, précédé d'une étude sur l'albigéisme languedocien aux 12e & 13e siècles - Paris, Alphonse Picard et fils, 1907,


Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France A. Dubourg, seconde série, T. XI, p. 399 à 403, Toulouse, Privat-Chauvin éditeurs


Sources en ligne
:


http://books.google.com/books?id=Lun286ZdmXUC&pg=RA1-PA43&lpg=RA1-PA43&dq=%22d+assailly%22&source=web&ots=118qg7cBci&sig=QCYv5vgn5Yywap2MK-ZmwpFHanM#PRA1-PA43,M1
 

Adamant Média Corporation) ISBN 0543997642 (sous droits d'auteur)

Editions Elibron Classics (année 2004) ; Volume 5, p. 43-44 de la prédédente édition  de 1858

- Nobiliaire universel - Recueil général - Généalogies historiques et véridiques des maisons nobles d'Europe de Ludovic de Magny en 1858

Edité par l'Institut Héraldique, 48, rue sainte Anne à Paris



Ce travail a été réalisé en collaboration avec plusieurs personnes, dont Mme. Dubois Michèle, généalogiste,  M. Cabrol, qui travaille sur la famille Roquefeuil (Aniort), et M. Arthur Assaly. Les documents sont tirés en grande partie des recherches de Jean Duvernoy et Michel Roquebert, complétées sur archives, ainsi que sur les recherches de Mme. Duhamel Amado (Cnrs) (notamment son livre (génése de l'aristocratie languedocienne) qui laisse envisager de multiples pistes notamment sur les travaux des cartulaires de Gellone et d'Aniane. 
Aussi je vous saurais gré de bien vouloir apporter votre contribution et vos rectificatifs (avec documents à l'appui) à ce travail de recherche, qui désormais est très avancé et permet entre autre de retracer le parcours singulier d'une ancienne famille mériodionale et notamment sa migration vers le territoire Poitou-Aquitaine, cas qui à priori ne semble pas être unique.
Au départ il semble que nous ayons affaire à une prise de poste en territoire de l'ancienne Narbonnaise en temps que Missi domine durant les premiers temps de la dynastie carolingienne, c'est à dire des territoires à haut revenus.
Les liaisons avec les familles méridionales sont certaines maintenant, notamment avec toutes les familles énumérées ci-dessus.
Vous trouverez en ligne le travail de Mme. Dubois avec toutes les corrélations nécessaires à votre compréhension dans un futur proche
Merci de votre attention et de vos futurs contacts
bien cordialement
Henry

contact :
henry.arthenay@hotmail.fr

Liens internes pour études :

Liens familaux d'Assailly languedoc entre XI et XIIIème siècle :

- histoire de l'abbaye d'Aniane entre 780 et 1187, possessions, actes, transactions, abbés,
- les Guilhem de Montpellier, Vicomté d'Aumelas et baronnie du Pouget,
- liste des seigneurs du Pouget, de Lestang (villa Franconique), de Notre-Dame de Rouvièges,
- tableau I (généalogie d'Assailly- d'Assalit) (liens Popian, Pouget, Tonneins, Mirepoix - Fanjeaux),
- tableau II (liens famillaux, Mirepoix -Fanjeaux, Laurac - Mazerolles, Ferrand, L'isle Jourdain, Foix),
- tableau III (liens familiaux, Mirepoix - Fanjeaux, Ferrand, Roumengoux, Villeneuve),
- tableau IV (liens familiaux, Mirepoix - Fanjeaux - Pereilhe, Ferrand, Rougmengoux, Villeneuve, Hunaut de Lanta, Aniort - Roquefeuil),
- tableau V (liens familiaux, Mirepoix- Fanjeaux, L'isle Jourdain, Foix, Ferrand, Laurac- Mazerolles)

Documents :

- éxécution testamentaire du seigneur Teutberg (villa Franconique entre autre), Cartulaire d'Aniane, le 29 septembre 842,
- donation faite par Aliard, fils de Teuberg et son épouse Rametrude, d'une partie des terres de la Villa Franconique à l'abbaye d'Aniane, Cartulaire d'Aniane, le 18 mars 840,
- litige concernant l'honneur de Lestang entre l'abbaye d'Aniane,  et Guillaume Assalit, Adalaïs du Pouget et leur enfants,

 

- charte de 1100 pour donation de plusieurs seigneurs à l’ordre de Saint Jean de Jérusalem pour la fondation de la commanderie de Puysiubran,

- plaid de 1119 (Cartulaire de l’abbaye de Saint-Guillem),

- donation faite par Alphonse comte de Toulouse à l’abbaye de Lezat 1127 (Cartulaire de Lezat),
-donation par Guillaume Assalit et son frère Isarn du village et des terres de Fontenille au Temple de Toulouse en 1163,

- inventaire des chartes de Syrie, sous le magistère de Gilbert Assalit (grand maître de l'ordre de saint jean de Jérusalem (1163-1169),
- commanderie hospitalière d’Homps

- liste des chevaliers de Fanjeaux en 1209,
- actes seigneurs de Fanjeaux de 1234 et 1242 (paix de Paris),
-
noblesse de Fanjeaux en 1242,
-
liste des coseigneurs de Mirepoix en 1207,
-
Histoire des Mirepoix - Bellisen et liste des coseigneurs en 1223,
- lettre patente de Philippe III dit le "Hardi" de 1279.



Autres articles sur Niort :

    Arrêt de la Cour des Aydes : Confirmation de la Lettre patente de 1610 sous la régence de Marie de Médicis,

Lettre de création d’un régiment royal de la ville de Nyort par Louis XIII le 16 juin 1621,
Arrêt du Conseil du Roy Louis XIV portant sur la réduction des échevins et officiers de la ville de Nyort le 18 juillet 1681,
Mythe du dragon de Nyort par M. D’Orfeuille, Saint Maixent an 7 de la République,
Parallèles entre le dragon de Niort et l’Hydre de Lerne, symbolisme des Hercules de la ville de Niort,
Etude sur les Poulpes, calamars, pieuvres et Hydres mythiques

Récit des opérations militaires en Bas Poitou durant les guerres de religions 1562-1622 (archives nationales de l’armée de terre),
Situation générale en Bas Poitou au XVIIème siècle,
Effets de la Révocation de l’Edit de Nantes ou Edit de Fontainebleau 1685,
Bref historique de la ville de Niort,
Chartes originales de la ville de Nyort, par Aliènor d’Aquitaine en 1203 et confirmées par ses successeurs,

Lettre patente de confirmation des privilèges par le roi Louis XIII, au Maire, échevins et pairs de la Ville de Nyort en 1610,



.

___________________________________________________________________

 

 

Repost 0

Pages