Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 18:46
 

Monique Plaza: Chercheur en Neuropsychologie: « L’Essai de Pfizer a duré 90 jours: 1223 décès et 42 000 effets indésirables ont été signalés. 11361 personnes n’étaient pas guéries et on ignore le sort de 9400. Ce qui n’a pas empêché les CDC, la FDA et l’EMA d’autoriser l’injection de ce produit. Qu’est devenue la médecine ? »

Partager cet article
Repost0
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 18:23
L'affaire est grave : les biolab américains, ou payés par le Pentagone produisaient des virus et bactéries a des fins de guerre bactériologique. Comme le laboratoire de Wuhan, de type P4. Dès l'invasion Russe ces derniers laboratoires ont été pris. Plusieurs informations recoupent les éléments. La Sous Secrétaire d'Etat US Victoria Nuland a reconnu l'existence de ces laboratoires. Par la suite la Russie a demandé un traité international sur l'interdiction de l'utilisation d'armes bactériologiques.
 
Ces informations sont a lier au coronavirus car les Russes viennent de trouver des coronavirus de chauve souris dans ces labos.

 

La construction de ces laboratoires avait été décidé par Obama en 2010. En 2014 Obama et Biden alors Secrétaire d'Etat prévoyait d'opérer un coup d'Etat en Ukraine (fuite audio-vidéo), peut après les Rotschild via leur filiale Franklin Templton rachète la dette Ukrainienne.

 

La famille Biden est très impliquée alors en Ukraine puisque Hunter Biden est au conseil d'administration de la société gazière Burisma Holding Ltd, des affaires louches n'ont pas été élucidées puisque Biden Président a fait bloqué les enquêtes.

 

Il semble bien que la situation ne soit pas si simple qu'elle n'y parait, on s'aperçoit très vite que la corruption minait le pays, que le Président Zelensky est une potiche corrompue qui n'a pas hésité a détourner des fonds publics pour arriver au pouvoir ; il est nommé dans l'affaire des pandora paper's

 

Aujourd'hui ç'est Macron qui est chargé de discussions diplomatique avec Poutine, hors on sait que Macron est conseillé par le cabinet Américain Mc Kinsley (Mc Kinsley a travaillé pour le Pentagone, mais a aussi été conseillé pour la guerre en Afghanistan avec plus ou moins de réussite). Mais Macron a aussi travaillé pour Rotschild, le racheteur de la dette Ukrainienne.

(Mc Kinsley scandales)

 

Ce que l'on sait dans plusieurs discours avant l'intervention en Ukraine,  Poutine refusait le Nouvel Ordre Mondial, dixit ; mais ce Nouvel Ordre Mondial n'est il pas décrit par Klaus Schawb dans ses livres et au Forum économique Mondial.

 

Nos générations futures naîtront sans les chaînes Rothschild autour de leurs poignets et chevilles. Déclare Poutine

Discours de Poutine au Forum de Davos 2021 : Le Nouvel Ordre Mondial est passé et n'a jamais été

 

Klaus Schwab: « On pourrait implanter une puce sous la peau et dans le cerveau dans les 10 années à venir. Une fusion entre le monde physique, digital et biologique !! »

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
La Russie dit aux États-Unis : "Nous avons trouvé vos armes biologiques de destruction massive"

 

https://cdn.newspunch.com/wp-content/uploads/2022/03/Screen-Shot-2022-03-11-at-12.39.31-AM-678x381.png

 

La Russie a découvert les installations d'armes biologiques des États-Unis en Ukraine, selon Maria Zakharova du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, qui a averti le monde que le matériel biologique était « développé principalement à des fins militaires ».

 

« Nous avons trouvé vos propres produits », a déclaré Zakharova, s'adressant à Washington. « Nous avons trouvé votre matériel biologique.

 

« Il a été développé principalement à des fins militaires. Il s'avère que tout se passait en Ukraine. Que faites vous ici? C'est un continent différent pour vous. Il n'a pas de frontières avec vous. Il n'y a pas de bases de votre part. Que faisaient-ils là sous couvert de recherche scientifique ?

Les affirmations de la Russie suivent de près un changement rapide de récit dans les grands médias américains. Au cours des semaines précédentes, toutes les allégations de biolabs en Ukraine ont été rejetées, les vérificateurs des faits et les médias déclarant les allégations de «fausses nouvelles».

Ce récit a soudainement changé cette semaine, après que la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a admis que les États-Unis avaient des installations de recherche biologique en Ukraine et que le Pentagone craignait que la Russie ne les trouve. Ce qui était une fausse nouvelle la semaine dernière est soudainement une vraie nouvelle.

 

Selon Zakharova, les forces russes ont saisi les installations biologiques américaines en Ukraine. La Russie demande maintenant des réponses sur les raisons pour lesquelles les États-Unis développaient des capacités biologiques dans un pays à l'autre bout du monde qui partage justement une frontière terrestre avec la Russie.

« Considérant que nous avons des preuves irréfutables, le monde doit savoir ce que vous aviez l'intention de faire là-bas », a déclaré Zakharova, « à quelles fins, dans quel délai, quel était le montant du soi-disant investissement du biologique activités de l'Ukraine? "

« Nous ne laisserons pas l'occasion à Washington de se taire cette fois. Rappelez-vous combien d'années ils ont versé du sang pour trouver des armes chimiques et biologiques à travers le monde, tout en occupant et en tuant des gens. Eh bien, ils cherchaient au mauvais endroit. Nous l'avons trouvé à votre place. Nous avons trouvé vos propres produits. Nous avons trouvé votre matériel biologique.

"Maintenant, étant donné que nous avons des preuves irréfutables, le monde doit savoir ce que vous aviez l'intention de faire là-bas, à quelles fins, dans quel délai, quel était le montant du soi-disant investissement des activités biologiques de l'Ukraine ? Les données, matériaux, documents, veuillez les fournir.

« Assez de jeux. "

Les États-Unis nient que les biolabs développent des armes et continuent d' insister sur le fait qu'ils ne font que " rechercher des agents pathogènes dangereux utilisés par les bioterroristes". "

Un article de 2010 décrit un laboratoire biologique financé par les États-Unis à Odessa, en Ukraine :

Le laboratoire de biosécurité de niveau 3, qui est le premier construit sous l'autorité élargie du programme Nunn-Lugar Cooperative Threat Reduction, sera utilisé pour étudier l'anthrax, la tularémie et la fièvre Q ainsi que d'autres agents pathogènes dangereux.

"La coopération continue des partenaires de Nunn-Lugar a amélioré la sécurité de tous contre les armes de destruction massive et l'utilisation terroriste potentielle, en plus des progrès dans la prévention des pandémies et des conséquences pour la santé publique", a déclaré Lugar.

 

Baxter Dimitri
 
 
Baxter Dmitry est écrivain chez News Punch. Il couvre la politique, les affaires et le divertissement. Dire la vérité au pouvoir depuis qu'il a appris à parler, Baxter a voyagé dans plus de 80 pays et a remporté des arguments dans chacun d'eux. Vivre sans peur.
Courriel : baxter@newspunch.com
 
 
__________________________________________________
 
La porte-parole Maria Zakharova : «Le Monde doit savoir»
 
 
 
Partager cet article
Repost0
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 18:13

Les hauts responsables du gouvernement américain savaient dès 2008 que l'ajout de l'Ukraine à l'OTAN serait considéré comme une « menace militaire » sérieuse par la Russie.

https://cdn.newspunch.com/wp-content/uploads/2022/03/nato-russia-678x381.png

Ils étaient bien conscients que l'élargissement de l'OTAN à l'Ukraine franchirait les « lignes rouges » de sécurité de Moscou et l'obligerait à intervenir.

 

Même ainsi, les dirigeants occidentaux ont continué d'insister pour que l'Ukraine rejoigne l'alliance militaire dirigée par les États-Unis.

Rapports de MultiPolarista : Lors du sommet annuel de l'OTAN en 2008, l'administration George W. Bush a publiquement appelé à ajouter les voisins de la Russie, l'Ukraine et la Géorgie, à l'alliance militaire. Le secrétaire général de l'OTAN a déclaré que les deux pays finiraient par devenir membres.

 

Mais en privé, les diplomates américains savaient que cette décision serait considérée comme une menace existentielle par Moscou et pourrait provoquer une intervention militaire russe en Ukraine.

L'ancien ambassadeur américain en Russie, William J. Burns, qui est aujourd'hui directeur de la CIA, a averti dans un câble de l'ambassade de février 2008 que l'Ukraine constituait une « ligne rouge » de sécurité pour Moscou.

Le câble confidentiel du Département d'État s'intitulait « Niet veut dire Nyet : les lignes rouges de l'élargissement de l'OTAN de la Russie » (« nyet » signifie « non » en russe).

Burns a averti que la question de l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN "pourrait potentiellement diviser le pays en deux, conduisant à la violence ou même, selon certains, à une guerre civile, qui obligerait la Russie à décider d'intervenir ou non".

Burns a écrit que le ministre des Affaires étrangères Sergueï « Lavrov a souligné que la Russie était convaincue que l'élargissement [de l'OTAN] n'était pas fondé sur des raisons de sécurité, mais était un héritage de la guerre froide ».

L'ancien ambassadeur américain en Russie et actuel directeur de la CIA a publié une analyse prémonitoire qui préfigurerait les actions de Moscou en 2022 :

Les aspirations de l'Ukraine et de la Géorgie à l'OTAN ne touchent pas seulement une corde sensible en Russie, elles suscitent de sérieuses inquiétudes quant aux conséquences pour la stabilité dans la région . Non seulement la Russie perçoit un encerclement et des efforts pour saper son influence dans la région , mais elle craint également des conséquences imprévisibles et incontrôlées qui affecteraient gravement les intérêts de sécurité russes . Les experts nous disent que la Russie craint particulièrement que les fortes divisions en Ukraine sur l'adhésion à l'OTAN, avec une grande partie de la communauté ethnique russe contre l'adhésion, ne conduisent à une scission majeure, impliquant la violence ou, au pire, une guerre civile . Dans cette éventualité, la Russie devrait décider d'intervenir ou non; une décision que la Russie ne veut pas avoir à affronter.

Les avertissements de Burns se sont réalisés quelques années plus tard.

 
 
Rédactrice chez NewsPunch
Partager cet article
Repost0
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 18:03
 
 
 
Partager cet article
Repost0
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 17:59
Carburant et manipulation
 
 
Partager cet article
Repost0
9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 20:01

 

Un premier convoi de camions accompagnés de véhicules plus légers a emprunté le périphérique de Washington DC, avant de retourner à Hagerstown, Maryland, ce 6 mars, pour demander la levée des restrictions sanitaires. Selon des sources locales, environ 1 000 véhicules arrivant de toutes les directions ont convergé sur le Hagerstown Speedway, obstruant la circulation. Christopher Rodriguez, directeur de l'Agence de gestion de la sécurité intérieure et des urgences du District de Columbia, a estimé que le nombre final de véhicules pourrait atteindre 2 000 au cours des prochains jours.

Partager cet article
Repost0
9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 20:01

Avec Arthur Portier, Consultant chez Agritel, cabinet de conseil, leader de l’analyse des marchés des matières premières dans le secteur agricole et agro-industriel en Europe.

 

 

Partager cet article
Repost0
9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 19:52

Fin du Pétrodollar ? Katie S.Phang: « Le prince Mohammed et le cheikh Mohammed ont tous deux reçu des appels téléphoniques du président russe Vladimir Poutine la semaine dernière, après avoir refusé de parler à M. Biden. »

 

____________________________________________

 

D’abord, le président brésilien Jair Bolsonaro a refusé de condamner l’invasion russe en Ukraine. Puis, l’Inde a fait de même – alors que le gouvernement Modi tentait d’équilibrer ses liens historiques avec Moscou et son partenariat stratégique avec Washington.

 

 

Aujourd’hui, les dirigeants saoudiens et émiratis refusent de répondre aux appels de Biden, alors que le président américain tente de contenir la flambée des prix du pétrole, selon le Wall Street Journal, qui ajoute que les monarchies du golfe Persique ont fait savoir « qu’elles ne contribueront pas à atténuer la flambée des prix du pétrole si Washington ne les soutient pas au Yémen et ailleurs ».

« On s’attendait à un appel téléphonique, mais il n’a pas eu lieu », a déclaré un responsable américain au sujet d’une discussion prévue entre Biden et le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman. « Cela faisait partie de l’ouverture du robinet [du pétrole saoudien] ».

Mohammad bin Salman: chi è il millennial più potente del ...

Le prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed bin Salman.

Le cheikh Mohammed bin Zayed al Nahyan des Émirats arabes unis a également refusé de parler à Biden ces dernières semaines, selon des responsables du Moyen-Orient et des États-Unis.

Pourtant, le prince Mohammed et le cheikh Mohammed ont tous deux pris des appels téléphoniques du président russe Vladimir Poutine après avoir refusé de parler à Biden, selon le WSJ. Ils ont également parlé avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Biden a réussi à joindre le père du prince Mohammed, âgé de 86 ans, le 9 février, mais le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a déclaré que l’appel entre Biden et le cheikh Mohammed devait être reprogrammé, selon le rapport.

Qu’en retirent-ils ?

Comme le note le Journal, « Les Saoudiens ont signalé que leurs relations avec Washington se sont détériorées sous l’administration Biden, et ils veulent plus de soutien pour leur intervention dans la guerre civile au Yémen, de l’aide pour leur propre programme nucléaire civil alors que celui de l’Iran progresse, et une immunité juridique pour le prince Mohammed aux États-Unis, ont déclaré des responsables saoudiens. Le prince héritier fait face à de multiples poursuites judiciaires aux États-Unis, notamment pour le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi en 2018. »

 

Voilà la question.

Pendant ce temps, les Émiratis partagent les préoccupations saoudiennes concernant le niveau d’engagement moins qu’adéquat des États-Unis concernant les récentes frappes de missiles des militants Houthis soutenus par l’Iran au Yémen contre les EAU et l’Arabie saoudite. Les deux royaumes sont également préoccupés par la relance de l’accord sur le nucléaire iranien, qui en est aux « dernières étapes des négociations », mais qui ne répond en rien à leurs préoccupations en matière de sécurité.

Ainsi, pour ceux qui suivent l’évolution de la situation, alors que l’Occident continue d’insister sur l’isolement de la Russie – et ne vous méprenez pas, ces sanctions seront immédiatement paralysantes – si l’on considère la population et les ressources qui proviennent de la Chine, de l’Inde, du Brésil et des royaumes du Moyen-Orient – en gros, la moitié de la population mondiale et ceux qui contrôlent la plupart des matières premières du monde ne sont pas d’accord pour punir Poutine ou apaiser la situation au profit de l’Occident.

Et comme le souligne le Journal, « l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont les deux seuls grands producteurs de pétrole qui peuvent pomper des millions de barils de pétrole supplémentaires – une capacité qui, si elle était utilisée, pourrait contribuer à calmer le marché du brut à un moment où les prix de l’essence aux États-Unis sont à des niveaux élevés. »

Trop peu, trop tard ?

À la fin du mois dernier, Brett McGurk, le coordinateur du Conseil national de sécurité pour le Moyen-Orient, et Amos Hochstein, l’envoyé du Département d’État pour l’énergie, se sont rendus à Riydah pour tenter d’apaiser les relations – tandis que McGurk a également rencontré le cheikh Mohammed à Abou Dhabi pour entendre leurs frustrations concernant la réponse de l’Amérique aux attaques des Houthis.

De toute évidence, la diplomatie ne s’est pas bien passée.

À ce jour, les Saoudiens et les Émiriens ont refusé d’augmenter leur production de pétrole et s’en tiennent à la feuille de route de l’OPEP en matière de production qui avait été convenue précédemment. De plus, leur alliance énergétique avec la Russie, autre grand producteur de pétrole, a renforcé la portée mondiale de l’OPEP tout en rapprochant les royaumes de Moscou.

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont noué des liens profonds avec l’ancien président Donald Trump, qui s’est rangé de leur côté dans un conflit régional avec le Qatar, a retiré les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien auquel ils s’étaient opposés, a effectué son premier voyage à l’étranger à Riyad en 2017 et a soutenu le prince Mohammed après le meurtre de M. Khashoggi. Mais la décision de M. Trump de ne pas répondre à une attaque de drones et de missiles iraniens contre d’importants sites pétroliers saoudiens en 2019 a ébranlé les partenaires du Golfe qui s’appuient depuis des décennies sur la promesse de protection sécuritaire des États-Unis. L’Iran a nié toute implication dans les attaques d’installations pétrolières.

Le désaccord entre Biden et le prince héritier d’Arabie saoudite remonte à l’élection présidentielle de 2020, lorsque le candidat démocrate a juré de traiter le royaume comme un État « paria » après qu’une équipe de tueurs saoudiens a tué M. Khashoggi en 2018 à Istanbul. -WSJ

Biden a également publié un rapport des services de renseignement peu après son entrée en fonction, qui concluait que le meurtre du journaliste du Washington Post Jamal Khashoggi en 2018 à Istanbul avait été approuvé par le prince Mohammed – qui a nié avoir eu connaissance du complot, bien que des proches collaborateurs aient été condamnés par la justice saoudienne pour la mort du journaliste.

Le président américain a également critiqué l’Arabie saoudite pour sa longue guerre au Yémen, et a coupé les armes que les Saoudiens utilisaient pour cibler les Houthis. Biden a également retiré les Houthis d’une liste de groupes terroristes mondiaux, après que l’ancien président Trump les y ait ajoutés.

 

Et lundi (après que Biden ait été démasqué), la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a confirmé que Biden avait maintenu son opinion selon laquelle les Saoudiens devaient être traités comme des « parias » et que leurs dirigeants avaient « peu de valeur sociale ».

Dans un entretien avec le magazine Atlantic publié la semaine dernière, le prince Mohammed a déclaré, lorsqu’on lui a demandé si Biden l’avait mal compris : « Simplement, cela m’est égal », ajoutant que le président américain n’aurait pas dû se mettre à dos les dirigeants saoudiens. « C’est à lui de penser aux intérêts de l’Amérique », a-t-il dit, ajoutant : « Vas-y. »

Par conséquent, ne qualifiez pas de « paria » le pays qui pourrait vous tirer d’une crise pétrolière si vous avez besoin de son aide.

Aube Digitale

 

Partager cet article
Repost0
9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 19:46

Les humains sont désormais des « animaux piratables » selon un conseiller de Klaus Schwab, qui a lancé l'avertissement effrayant que les humains ne possèdent plus de « libre arbitre » et sont sur le point d'être « repensés » par Bill Gates.

From the Same ‘Great Reset’ Man Klaus Schwab Who Said ...

Le Dr Yuval Noah Harari, un contributeur officiel du World Economic Forum, a été enregistré en train de prononcer un discours dans lequel il explique ce que Klaus Schwab veut dire lorsqu'il dit " c'est vous qui avez changé ".

 

Selon le Dr Harari, Schwab fait référence à l'humanité et à l'évolution soudaine que les élites nous réservent. « Dans le passé, de nombreux tyrans et gouvernements voulaient [pirater des millions de personnes], mais personne ne comprenait assez bien la biologie », déclare Harari au début de la vidéo.

« Et personne n'avait assez de puissance de calcul et de données pour pirater des millions de personnes. Ni la Gestapo ni le KGB ne pouvaient le faire. Mais bientôt, au moins certaines entreprises et gouvernements seront capables de pirater systématiquement tout le monde », poursuit-il en disant, avant de lâcher une menace glaçante :

« Nous, les humains, devrions nous habituer à l'idée que nous ne sommes plus des âmes mystérieuses. Nous sommes maintenant des animaux piratables.

 

REGARDEZ:



Mais le Dr Harari dit que cette fusion de la vie humaine avec la technologie ne profitera pas à l'homme ou à la femme lambda pour qu'il ou elle puisse améliorer son propre avenir, mais qu'une poignée « d' élites » ne se contentera pas de « construire des dictatures numériques » pour eux-mêmes mais « acquièrent le pouvoir de réorganiser l'avenir de la vie elle-même. Parce qu'une fois que vous pouvez pirater quelque chose, vous pouvez généralement aussi le concevoir. "

Si les élites réussissent à réorganiser l'humanité, il faudra décider si les données de notre ADN, de notre cerveau, de notre corps et de notre vie " m'appartiennent, ou à une entreprise, ou au gouvernement, ou, peut-être, au collectif humain .

Bien sûr, Bill Gates est impliqué.

Harari affirme que la technologie cloud, comme IBM ou la plate-forme Microsoft de Gates, sera l'une des « forces motrices » de cette évolution.

« Les humains sont maintenant des animaux piratables », explique le Dr Harari à un autre moment de la vidéo. " L'idée que les humains ont cette âme ou cet esprit, et qu'ils ont le libre arbitre, et que personne ne sait ce qui se passe en moi, donc quoi que je choisisse, que ce soit aux élections ou au supermarché, c'est mon libre arbitre, c'est fini."

« Le libre arbitre, c'est fini » , souligne-t-il.

Bill Gates appelle les gouvernements à punir les utilisateurs qui publient en ligne du contenu anti-masque et anti-vaccin
Bill Gates et Microsoft seront impliqués dans la "réingénierie" et "l'évolution" de l'humanité, selon le Dr Harari

« Aujourd'hui, nous avons la technologie pour pirater des êtres humains à grande échelle », poursuit Harari, ajoutant : « Tout est en train d'être numérisé. Tout est surveillé . »

« En cette période de crise, il faut suivre la science », soutient le Dr Harari. « On dit souvent qu'il ne faut jamais laisser passer une bonne crise, car une crise [COVID] est une opportunité de faire aussi de bonnes réformes auxquelles, en temps normal, les gens n'accepteront jamais. Mais dans une crise, vous voyez, nous n'avons aucune chance, alors faisons-le.

Voici un flash d'information pour Klaus Schwab et le Dr Harari et l'ensemble du WEF : Nous sommes sur vous. Si vous pensez que nous, les « non-élites », allons nous coucher et nous laisser faire, vous vous trompez beaucoup.

Baxter Dimitri
 
 
Baxter Dmitry est écrivain chez News Punch. Il couvre la politique, les affaires et le divertissement. Dire la vérité au pouvoir depuis qu'il a appris à parler, Baxter a voyagé dans plus de 80 pays et a remporté des arguments dans chacun d'eux. Vivre sans peur.
Courriel : baxter@newspunch.com
Partager cet article
Repost0
9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 19:43

La montée au pouvoir du président fantoche ukrainien Volodymyr Zelensky a été financée par des fonds publics volés qui lui ont été acheminés par des oligarques corrompus, selon des documents divulgués.

https://cdn.newspunch.com/wp-content/uploads/2022/03/zelensky-678x381.jpeg.optimal.jpeg

Les fuites de Pandora Papers prouvent que Zelensky et son entourage ont un réseau complexe de sociétés offshore louches, selon l' OCCRP :

 

 

Les documents montrent que Zelensky et ses partenaires d'une société de production télévisuelle, Kvartal 95, ont mis en place un réseau d'entreprises offshore remontant au moins à 2012, année où la société a commencé à produire régulièrement du contenu pour les chaînes de télévision appartenant à Ihor Kolomoisky, un oligarque obstiné. par des allégations de fraude de plusieurs milliards de dollars. Les offshores ont également été utilisés par les associés de Zelensky pour acheter et posséder trois propriétés de premier ordre dans le centre de Londres.

Zelensky a profité de la colère généralisée du public contre la corruption, mais sa campagne de 2019 a été entravée par des doutes sur sa bonne foi anti-corruption, étant donné que sa campagne a été stimulée par les médias appartenant à Kolomoisky – qui est  accusé d'avoir volé 5,5 milliards  de dollars à sa propre banque et l'acheminant vers l'étranger de concert avec son partenaire, Hennadiy Boholiubov.

Au cours de la campagne, le député pro-Poroshenko Ariev a affirmé que Zelensky et ses partenaires étaient les bénéficiaires d'un réseau offshore d'entreprises qui ont reçu 41 millions de dollars de paiements en provenance de Privatbank, l'institution financière ukrainienne que l'oligarque Kolomoisky aurait pillé.

Rapports d' Open4business.com : Informations sur plus de 1 500 Ukrainiens, dont le président Volodymyr Zelensky et ses collègues de travail antérieur, le ministre de la Culture Oleksandr Tkachenko, les hommes d'affaires Oleksandr Yaroslavsky, Ihor Voronin et Rinat Akhmetov, les anciens propriétaires de PrivatBank Ihor Kolomoisky et Hennadiy Boholiubov, le député Oleksandr Hereha est mentionné dans la nouvelle fuite mondiale de documents offshore de Pandora Papers, a déclaré la publication Slidstvo.Info.

« Il y avait aussi des oligarques ukrainiens, des fonctionnaires anciens et actuels, des députés et même des stars du sport et de la pop dans les documents. Au total, il y a plus de 1 500 Ukrainiens dans Pandora Papers », a déclaré Slidstvo.Info, qui, avec plus de 600 journalistes de 117 pays du monde, membres du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), a travaillé sur le projet Pandora Papers.

 

Selon les données, en particulier, les sociétés offshore de Zelensky et de son équipe auraient reçu 40 millions de dollars de sociétés offshore associées à Kolomoisky depuis 2012, lorsque le studio Kvartal 95 a commencé à coopérer avec la chaîne de télévision 1 + 1 de l'homme d'affaires. "Avec Zelensky, le chef du service de sécurité de l'État ukrainien Ivan Bakanov, ainsi que le premier assistant du président Serhiy Shefir, apparaissent dans les journaux offshore", ont déclaré les enquêteurs.

Il est indiqué qu'avant d'être élu président en 2019, Zelensky a transféré sa part dans la société offshore à Shefir.

Partager cet article
Repost0

Pages