Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

7 février 2021 7 07 /02 /février /2021 16:30

Si le SRAS-CoV-2 vous a épuisé les nerfs, j'ai de mauvaises nouvelles pour vous. Les scientifiques préparent déjà des versions plus virulentes et mortelles.

Dans un article Twitter du 22 janvier 2021, l'entrepreneur en biotechnologie Yuri Deigin a mis en évidence une étude publiée sur le serveur de pré-impression bioRxiv à la fin du mois de décembre 2020, disant: 1

Les scientifiques viennent de créer une version plus virulente et létale de Sars Cov 2 - Il échappe aux anticorps et saute les espèces

Scientifiques de laboratoire français en engins de protection contre les matières dangereuses / François Mori / AP Photo / Source: witf

 

«Ok, le prix de la recherche la plus folle et la plus dangereuse sur le gain de fonction va aux virologues italiens qui ont pris le SRAS [-CoV-] 2 et l'ont passé in vitro en présence d'anticorps neutralisants2. leur échapper. Ouais pour un roman, SARS3 plus dangereux!

Le «passage» fait référence à une technique de génie génétique dans laquelle un virus est cultivé dans une série de différentes cultures de tissus animaux. À chaque «passage», le virus mute légèrement, gagnant des fonctions différentes.

 

Le passage en série permet au virus de sauter des espèces

À titre d'exemple, un résultat potentiel de cette technique quelque peu grossière (compte tenu de la technologie du génie génétique actuellement disponible) serait que le virus pourrait acquérir la capacité d'infecter une espèce hôte qu'il ne pouvait pas infecter auparavant.

Certains experts ont émis l'hypothèse que cela pourrait être une des façons dont le SRAS-CoV-2 a été créé.

Dans un article approfondi3 publié dans le magazine New York le 4 janvier 2021, Nicholson Baker a passé en revue l'histoire de la recherche virale sur le gain de fonction, donnant l'exemple suivant de passage en série:

«Baric… a décrit dans ce premier article comment son laboratoire a pu entraîner un coronavirus, le MHV, qui cause l'hépatite chez la souris, à sauter des espèces, afin qu'il puisse infecter de manière fiable les cultures de cellules BHK (rein de bébé hamster).

Ils l'ont fait en utilisant des passages en série: doser à plusieurs reprises une solution mixte de cellules de souris et de cellules de hamster avec le virus de l'hépatite de souris, tout en diminuant à chaque fois le nombre de cellules de souris et en augmentant la concentration de cellules de hamster.

Au début, comme on pouvait s'y attendre, le virus de l'hépatite de la souris ne pouvait pas faire grand-chose avec les cellules de hamster, qui étaient laissées presque exemptes d'infection, flottant dans leur monde de sérum de fœtus de veau.

 

Mais à la fin de l'expérience, après des dizaines de passages à travers des cultures cellulaires, le virus avait muté: il avait maîtrisé l'astuce consistant à parasiter un rongeur inconnu. Un fléau de souris s'est transformé en fléau de hamsters… »

Des scientifiques ont créé un coronavirus qui échappe aux anticorps

Alors, qu'ont-ils proposé exactement maintenant? Comme le résume Deigin, les chercheurs ont fait passer en série le SRAS-CoV-2 vivant dans du plasma obtenu à partir d'un patient COVID-19 récupéré qui contenait une grande quantité d'anticorps neutralisants.4

Pour clarifier, vous avez deux types d'anticorps. Les anticorps neutralisants sont, comme leur nom l'indique, des anticorps qui neutralisent (tuent) les virus et préviennent l'infection, tandis que les anticorps de liaison ne peuvent empêcher l'infection.

Les anticorps neutralisants dans le plasma ont réussi à neutraliser complètement le virus pendant les sept premiers passages, mais ensuite, le virus a muté pour échapper aux anticorps. Comme expliqué par les auteurs: 5

«Le plasma a complètement neutralisé le virus pendant 7 passages, mais après 45 jours, la suppression de F140 dans la boucle N3 du domaine N-terminal du pic (NTD) a conduit à une percée partielle.

"Au jour 73, une substitution E484K dans le domaine de liaison au récepteur (RBD) s'est produite, suivie au jour 80 par une insertion dans la boucle NTD N5 contenant un nouveau séquon glycane, qui a généré un variant complètement résistant à la neutralisation plasmatique."

En d'autres termes, ils ont créé une variante du SRAS-CoV-2 qui contourne l'immunité acquise et annule l'immunité que vous auriez normalement après la guérison de l'infection. En tant que tel, cela pourrait être extrêmement mortel.

«La modélisation informatique prédit que la suppression et l'insertion dans les boucles N3 et N5 empêchent la liaison des anticorps neutralisants», disent les auteurs, ajoutant:

«L'émergence récente au Royaume-Uni et en Afrique du Sud de variantes naturelles avec des changements similaires suggère que le SRAS-CoV-2 a le potentiel d'échapper à une réponse immunitaire efficace et que des vaccins et des anticorps capables de contrôler les variantes émergentes devraient être développés.»

La pression sélective de la vaccination peut poser un problème

Maintenant, plus bas dans l'article, ils soulignent que la raison pour laquelle ils ont fait cette étude était de déterminer «si le virus authentique, sous la pression sélective de la réponse immunitaire polyclonale chez les personnes convalescentes ou vaccinées, peut évoluer pour échapper à l'immunité et aux anticorps du troupeau. traitement."

Étant donné que le virus peut muter pour échapper aux anticorps neutralisants, il pourrait également muter sous la «pression sélective» de la vaccination, ce qui soulève à son tour la question suivante: si nous vaccinons en masse, allons-nous nous retrouver avec un virus plus mortel?

La solution que ces chercheurs semblent proposer est de commencer à réfléchir à la vaccination des personnes contre les variantes émergentes du SRAS-CoV-2, ce qui signifie que nous devrons peut-être développer un nouveau vaccin - un peu comme le vaccin contre la grippe saisonnière - pour correspondre aux souches en circulation de chaque saison.

Considérant que les premiers vaccins à ARNm COVID-19 (qui ne sont [ pas des vaccins et] décrits plus précisément comme une thérapie génique) font déjà des ravages absolus sur la santé des gens, l'idée de mettre en œuvre un schéma de thérapie génique deux fois par an contre le COVID-19 me semble une destruction assurée de la race humaine.

Le SRAS-CoV-2 est-il le résultat d'une recherche sur le gain de fonction à Wuhan?

 

 

 

Jamie Metzl est expert en agéopolitique, conseiller de l' Organisation mondiale de la santé et senior fellow au Atlantic Council .

Le 4 janvier 2021, CBS News l'a interviewée à propos de la «théorie du complot» selon laquelle le SRAS-CoV-2 a été créé dans un laboratoire de biosécurité de niveau 4 à Wuhan, en Chine. Metzl pense que la pandémie de COVID-19 est le résultat d'une fuite accidentelle de ce laboratoire.

Ceci, dit-il, est une conclusion logique basée sur les faits dont nous sommes saisis. Premièrement, Wuhan est loin de la partie sud de la Chine où les chauves-souris fer à cheval (l'hôte source supposé) existent.

Deuxièmement, l'Institut de virologie de Wuhan (WIV) était connu pour avoir effectué des recherches controversées sur le gain de fonction sur les coronavirus de chauves-souris et, selon des diplomates américains qui avaient visité le laboratoire en 2018, des lacunes importantes en matière de sécurité étaient apparentes.6

Troisièmement, le parent le plus proche de SARS-CoV-2 (RaTG13) a été retracé dans des échantillons prélevés en 2012 sur des mineurs malades après avoir travaillé dans une mine abandonnée à Mojiang.

Il n'y a aucune trace du virus entre 2012 et 2019, jusqu'à ce qu'il provoque soudainement une épidémie à Wuhan.

Enfin, "Nous voyons cette dissimulation massive de la part de la Chine", dit Metzl, "détruisant des échantillons, bloquant l'accès aux bases de données, emprisonnant des journalistes [et] faisant taire les scientifiques."

De plus, Metzl souligne que les scientifiques travaillant au WIV n'ont pas été en mesure de rendre compte de tous les virus dans leur base de données et que les laboratoires de biosécurité de niveau 4 du monde entier ont connu de nombreuses violations de la sécurité dans le passé.

Les comités d'enquête sont gravement compromis

Comme l'a noté Metzl - qui a également récemment publié un article d'opinion à ce sujet dans Newsweek - ce dont nous avons besoin est une enquête médico-légale complète, indépendante et à accès complet sur l'origine de ce virus. Si nous ne le faisons pas, nous ne serons pas prêts pour tout ce qui pourrait être au coin de la rue.

Il avertit également que si l'OMS a réuni un comité7 pour enquêter, la Chine s'est vu accorder un droit de veto pour décider qui ferait partie de ce comité, et l'enquête principale doit être menée par des représentants chinois.

Le comité de l'OMS examinera alors simplement leurs conclusions. Cette configuration douteuse rend hautement improbable que nous obtenions la vérité.

En effet, les membres du comité d'enquête de l'OMS s'inquiètent sérieusement de sa capacité à mener une enquête impartiale.

L'un de ses membres, Peter Daszak, Ph.D., est le président d'EcoHealth Alliance, une organisation à but non lucratif qui a travaillé en étroite collaboration avec le WIV.

Lorsque le SRAS-CoV-2 est apparu pour la première fois à Wuhan, l'EcoHealth Alliance fournissait en fait un financement au WIV pour collecter et étudier de nouveaux coronavirus de chauves-souris. Il a publiquement et à plusieurs reprises rejeté la possibilité que la pandémie soit le résultat d'une fuite en laboratoire.8

Daszak est le renard qui garde le poulailler

Surtout, la correspondance obtenue par US Right to Know (USRTK) montre que Daszak a joué un rôle central dans le complot visant à obscurcir l'origine en laboratoire du SRAS-CoV-2 dès le début en rédigeant une déclaration scientifique condamnant ces enquêtes comme «théorie du complot». 9,10

Ce «consensus» fabriqué a ensuite été invoqué par les médias pour contrer toute personne présentant des théories et des preuves du contraire.

Daszak dirige également une deuxième commission chargée d'enquêter sur l'origine du virus, la commission The Lancet COVID-1911, assurant ainsi que le «consensus» sera maintenu.

Ironiquement, en 2015, Daszak a en fait averti qu'une pandémie mondiale pourrait survenir à la suite d'un incident de laboratoire et que «les risques étaient plus grands avec le type de recherche sur la manipulation de virus menée à Wuhan.» 12

Plus tôt cette année-là, il était également un conférencier clé lors d'un séminaire des National Academies of Science sur la réduction du risque de maladies infectieuses émergentes.

Parmi les documents présentés par Daszak à cette réunion, il y avait un article intitulé «Évaluation des menaces de coronavirus», qui comprenait un examen du «potentiel de débordement» des «études génétiques et expérimentales» sur les virus.

En particulier, il a souligné le danger d'expérimenter sur des «souris humanisées», c'est-à-dire des souris de laboratoire qui ont été génétiquement modifiées pour porter des gènes, des cellules ou des tissus humains.

Compte tenu de l'implication personnelle de Daszak dans la recherche sur le gain de fonction en général, et les efforts de recherche au WIV en particulier, il a plus que suffisamment de motivation pour s'assurer que la responsabilité de la pandémie de COVID-19 ne soit pas portée aux pieds de chercheurs comme lui. , en particulier ceux de WIV.

Tant qu'il fait partie de ces comités d'enquête, les conclusions auxquelles ils aboutiront seront suspectes.

En fait, selon les rapports, la commission de l'OMS n'a pas l'intention d'enquêter sur le WIV13 ou sur la théorie de l'évasion en laboratoire! 14

Liens vers la recherche commandée par les États-Unis

 

Alors que la majeure partie de l’accent a été mis sur le WIV, les États-Unis et d’autres pays occidentaux ne sont pas sans blâme.

Dans la vidéo ci-dessus, l'hôte de «The Next Revolution», Steve Hilton, passe en revue l'origine du COVID-19, reliant l'épidémie à la recherche dans le monde entier.

Il commence à passer en revue les recherches effectuées par le Centre Erasmus aux Pays-Bas il y a 10 ans. Là, ils ont pu faire muter un virus de la grippe A / H5N1 et se propager dans l'air en l'injectant à des furets.

Cela a conduit à une explosion de la recherche sur les virus à gain de fonction dans le monde entier. Fait intéressant, cette étude néerlandaise a été financée par nul autre que l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) du Dr Anthony Fauci.

Bien que l'intention originale ait pu être noble - garder une longueur d'avance sur la nature pour ne pas être surpris par les mutations naturelles qui pourraient menacer la population humaine - en créant des agents pathogènes plus virulents, le travail lui-même finit par poser un risque important.

C'est pourquoi, en 2014, l'administration Obama a mis en place un moratoire sur la recherche sur le gain de fonction après que de récents incidents de biosécurité aient mis en évidence le caractère risqué d'une telle étude. Le moratoire prévoyait la suspension de la recherche sur le gain de fonction sur les virus de la grippe, du MERS et du SRAS.

Cependant, comme l'a noté Hilton, Fauci est depuis longtemps un ardent défenseur de ce type de recherche, et peu de temps avant la mise en place du moratoire, il avait financé un projet pour évaluer le risque d'émergence du coronavirus de la chauve-souris et le `` potentiel de retombées à haut -risque les interfaces homme-faune en Chine. »

À la fin de cette description de projet, ils déclarent:

«Des modèles prédictifs de la gamme d'hôtes (c'est-à-dire le potentiel d'émergence) seront testés expérimentalement en utilisant la génétique inverse, des essais de liaison aux pseudovirus et aux récepteurs, et des expériences d'infection virale à travers une gamme de cultures cellulaires de différentes espèces et de souris humanisées.»

C'est précisément le genre de recherche sur laquelle l'administration Obama a imposé un moratoire, mais le Fauci ne l'a pas abandonnée.

Au lieu de cela, il l'a confié à l'EcoHealth Alliance - le groupe dirigé par Daszak.

Daszak lui-même était le chef de projet. Au cours des six années suivantes, EcoHealth Alliance a reçu 3,75 millions de dollars pour des projets liés à cette enquête.

Fauci, Daszak et le WIV semblent être les principaux coupables

Daszak, à son tour, a sous-traité un élément clé de la recherche - la partie gain de fonction - au WIV. Dans son rapport, Hilton passe en revue certains des articles publiés tout au long de ce projet, prouvant qu'ils faisaient effectivement partie de la recherche financée par le Fauci.

«Fauci doit se retirer jusqu'à ce que nous arrivions au fond de son rôle dans la création - involontairement, bien sûr - de cette pandémie mondiale catastrophique. ~ Steve Hilton

Il souligne que si beaucoup admettent que le NIAID a financé le WIV en général, un article co-écrit par Daszak et Shi Zhengli, prouve spécifiquement la recherche sur le gain de fonction financée par le Fauci sur le coronavirus de la chauve-souris.

Après que l'équipe de Hilton ait contacté le NIH et le Fauci pour obtenir des commentaires, le journal a mystérieusement disparu. L'article en question, publié en 2017, montre qu'ils ont construit diverses chimères à partir de coronavirus de chauve-souris collectés.

Ils ont ensuite infecté des cellules humaines avec ces chimères en laboratoire, prouvant que leurs virus artificiels pouvaient se répliquer.

Les changements génétiques qu'ils ont apportés à ces chimères «ont ouvert une porte spécifique vers le corps humain», explique Hilton, et cette porte est précisément celle que le SRAS-CoV-2 utilise, à savoir le récepteur ACE2.

Bien qu'aucun des virus génétiquement modifiés décrits dans cet article de 2017 ne soit identique au SARS-CoV-2, l'article prouve qu'il est possible de créer ce type de virus en utilisant les technologies actuelles.

De plus, ce projet s'est poursuivi pendant encore trois ans, ce qui nous place en 2020. Au cours de ces trois années, un certain nombre de nouvelles variantes peuvent avoir été créées.

À la lumière des preuves, le rôle de Fauci en tant que conseiller médical en chef de la Maison Blanche et chef du groupe de travail sur les coronavirus est «complètement intenable», dit Hilton.

En effet, ses conflits d'intérêts rendent Fauci tout aussi inadapté à ces rôles que Daszak l'est pour ceux auxquels il a été affecté.

Ils sont tous deux impliqués jusqu'à leurs yeux dans la recherche qui pourrait être la source même de cette pandémie, mais tous deux ont été placés dans des rôles clés pour informer, guider et diriger le public sur ces questions. C'est la corruption scientifique à son meilleur.

Il y a sûrement d'autres experts qui seraient tout aussi qualifiés, sinon plus, pour ces rôles. «Fauci doit se retirer jusqu'à ce que nous arrivions au fond de son rôle dans la création - involontairement, bien sûr - de cette pandémie mondiale catastrophique», déclare Hilton.

Nous devons également savoir si le gouvernement américain finance encore des recherches qui pourraient conduire à une autre pandémie encore plus dévastatrice.

Par le  Dr Joseph Mercola , l'auteur de  Fat for Fuel: A Revolutionary Diet to Combat Cancer, Boost Brain Power, and Augment Your Energy .

De l'auteur: L'établissement médical existant est responsable du meurtre et des blessures permanentes de millions d'Américains, mais le nombre croissant de visiteurs sur Mercola.com depuis que j'ai commencé le site en 1997 - nous sommes maintenant régulièrement parmi les 10 meilleurs sites de santé sur Internet - me convainc que vous aussi, vous en avez assez de leur tromperie. Vous voulez des solutions de santé pratiques sans le battage médiatique, et c'est ce que je propose.

Source et références:
 
Partager cet article
Repost0
19 avril 2020 7 19 /04 /avril /2020 18:19

F. William Engdahl est consultant en risques stratégiques et conférencier, il est titulaire d'un diplôme en politique de l'Université de Princeton et est un auteur à succès sur le pétrole et la géopolitique, exclusivement pour le magazine en ligne  «New Eastern Outlook».

 

"La Fondation Rockefeller a publié un rapport en mai 2010 en coopération avec le Global Business Network du futurologue Peter Schwartz. Il s’appelait Scénarios pour l’avenir de la technologie et du développement international. Le premier scénario, intitulé «Étape de verrouillage», décrit un monde de contrôle total du gouvernement et de leadership autoritaire. Il envisage un avenir où une pandémie permettrait aux dirigeants nationaux d'assouplir leur autorité et d'imposer des règles et des restrictions hermétiques qui resteraient après la fin de la pandémie. La première moitié de ce scénario s'est déjà déroulée. Va-t-il continuer comme prévu? Les informations sur l'étape de verrouillage commencent aux environs des deux tiers de l'article. Le rapport Rockefeller dans son intégralité peut être téléchargé ici. [L'importance de ce document ne peut être surestimée.] -GEG

 

"Le rapport en question a un titre fade: «Scénarios pour l’avenir de la technologie et du développement international». Il a été publié en mai 2010 en coopération avec le Global Business Network du futurologue Peter Schwartz. Le rapport contient divers scénarios futuristes développés par Schwartz et compagnie. Un scénario porte le titre intrigant: «ÉTAPE DE VERROUILLAGE: Un monde de contrôle gouvernemental descendant plus strict et de leadership plus autoritaire, avec une innovation limitée et un recul croissant des citoyens». Ici, cela devient intéressant comme dans ce que certains termes de programmation prédictive.

Le scénario Schwartz déclare: «En 2012, la pandémie que le monde avait prévue depuis des années a finalement frappé. Contrairement au H1N1 de 2009, cette nouvelle souche de grippe - provenant d'oies sauvages - était extrêmement virulente et mortelle. Même les nations les plus préparées à une pandémie ont été rapidement submergées lorsque le virus s'est propagé dans le monde entier, infectant près de 20% de la population mondiale et tuant 8 millions de personnes en seulement sept mois… »Il poursuit:« La pandémie a également eu un effet mortel sur les économies: la mobilité internationale des personnes et des biens a été interrompue, affaiblissant des industries comme le tourisme et brisant les chaînes d'approvisionnement mondiales. Même localement, les magasins et les immeubles de bureaux normalement animés sont restés vides pendant des mois, sans employés ni clients. «  Cela semble étrangement familier.

Ensuite, le scénario devient très intéressant: «Pendant la pandémie, les dirigeants nationaux du monde entier ont assoupli leur autorité et imposé des règles et des restrictions hermétiques, du port obligatoire de masques faciaux aux contrôles de la température corporelle aux entrées des espaces communs comme les gares et les supermarchés. . Même après la disparition de la pandémie, ce contrôle et cette surveillance plus autoritaires des citoyens et de leurs activités se sont bloqués et même intensifiés. Afin de se protéger de la propagation de problèmes de plus en plus mondiaux - des pandémies et du terrorisme transnational aux crises environnementales et à la montée de la pauvreté - les dirigeants du monde entier ont pris une emprise plus ferme sur le pouvoir . »

 

Une question pertinente est de savoir si certains mauvais acteurs, et il y en a dans ce monde, utilisent de manière opportuniste les craintes généralisées autour du COVID-19 pour faire avancer un programme de contrôle social descendant, qui inclurait des limites strictes sur les voyages. , peut-être le remplacement de l'argent liquide par de l'argent électronique «sanitaire», la vaccination obligatoire même si les effets secondaires à long terme ne sont pas prouvés sûrs, une surveillance illimitée et la restriction des libertés personnelles telles que les protestations politiques sur l'excuse qu'elle permettra «d'identifier les personnes qui refusent à tester ou à vacciner », et d'innombrables autres restrictions. Une grande partie du scénario Rockefeller 2010 est déjà évidente. La peur n'est jamais un bon guide pour une raison valable."

 

Source : Journal-neo.org article du 10/03/2020 par F. William Engdahl

 

 

 
 
Partager cet article
Repost0
13 février 2020 4 13 /02 /février /2020 17:40

Souvent dans mes éditoriaux il y a de mauvaises nouvelles, pour une fois, une bonne nouvelles, prometteuse !

Des champignons qui absorbent les radiations se développent dans toute la centrale de Tchernobyl !

Alors réjouissons nous de celle ci !

Partager cet article
Repost0
13 février 2020 4 13 /02 /février /2020 16:44

Oui ! Quelques vérités dans un monde ou le mensonge est un acte courant, surtout au niveau officiel, cependant, je ne prétend pas détenir la vérité  absolue ou quelques vérités, mais il s'agit d'éveiller le sens critique de la population assoupie par de tenaces tentatives d'anesthésie globale ou globaliste.

Dans un premier article il était évoqué un trucage des chiffres du coronavirus par la Chine, et l'on peut sans crainte avancer que les anti complotistes y reprirent leur éternel refrain de la béatitude éternelle, comme le faisait autrefois les bénis oui oui!

 

https://www.nouvelordremondial.cc/2020/02/11/voici-comment-la-chine-truque-le-nombre-de-cas-infectes-par-le-coronavirus/

 

Dans un second article on apprend que les chiffres des contaminations Chinoises à considérablement augmentés du fait du mode de calcul. Mais de qui se moque t on !

 

Dans ce troisième on est surpris de constater que la période d'incubation est nettement supérieure a celle indiquée au départ par les autorités Chinoises !

 

 

Dans un quatrième article Charles Sannat évoque les fameuses recherches de l'impérial collège de Londres sur un taux de décès de 18 %, article que j'avais déjà évoqué auparavant !

 

 

Quelque vérités, certainement, au moment ou la contamination se répand sur plusieurs pays du globe ;  les autorités Chinoises ne peuvent persister dans leurs statistiques, qui ne servent qu'a rassurer leur propre population. En effet chaque pays en ayant les possibilités est a même de constater et de paramétrer l'évolution du virus.

 

et finalement de ceci il faudra bien déduire une politique internationale radicale, si le virus est extrêmement contagieux et mortel, comme il est dit dans cet article cinq

 

car il y va de la responsabilité des états, des gouvernants  a plus ou moins court terme, avec les conséquences qu'ils devront assumer dans leur intégralité, pleinement et entièrement il n'y aura pas de "responsables mais pas coupables !" eh oui au vue de la période d'incubation de sa plus ou moins visibilité, il est autant criminel de laisser une propagation sournoise s'opérer vers le reste du monde surtout si le virus est extrêmement mortel et rester en posture attentiste.

 

Mais si la Chine a tardée a collaborer, et si admettons qu'il faille connaitre les origines du fameux coronavirus (pour un hypothétique vaccin, car il est aussi fortement mutable), il faudra bien donner les éléments nécessaires pour la recherche scientifique, même si celui ci est issu de laboratoire plus ou moins officiel tel que cela est  évoqué dans cet article  sur la militarisation de ce laboratoire.

 

 

Mais il y aura un autre problème sur le planisphère mondial de propagation virale, il semble que l'Afrique soit absente, le Magreb, le Moyen Orient, mais aussi l'Amérique du Sud,

 

on sait les liens commerciaux, industriels qui existent entre l'Afrique et la Chine, voire avec le Magreb, mais aussi avec l'Amérique du Sud. et comment oublier le Moyen Orient qui a basculé une guerre de près de 30 ans et ou se multiplient les camps de réfugiés.

 

Alors s'il y va de la responsabilité des autorités Chinoises il y va autant de celle des pays industrialisés à moins que pour pallier à une crise économique et financière latente l'on ai tablé en haut lieu sur une relance inespérée par une politique du Chaos, celle que définissait Naomi Klein.

 

Il reste aussi une autre certaine incertitude celle de l'évolution financière du libéralisme outrancier qui est aussi à l'origine de ce qui pour l'instant une épidémie !

Ceci se sent déjà dans le renforcement du pouvoir autocratique des pouvoirs en place,  la tension est grande, en effet les enjeux sont la pérennité du système et les manoeuvres occultes n'en sont qu'a leur début, elles le resteront plus ou moins selon le bain dans lequel elles sont trempées, qui pourra ou non les révéler !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2019 5 08 /11 /novembre /2019 18:19

Une vraie révolution pour ce qui concerne les batteries de véhicules électriques.

Trevor Jackson, 58 ans, ingénieur inventeur de batteries, originaire de Tavistock (Devon), 58 ans, a signé un contrat de plusieurs millions de livres sterling pour commencer à fabriquer l’appareil à grande échelle au Royaume-Uni

Partager cet article
Repost0
1 février 2019 5 01 /02 /février /2019 18:11
Les likes de Facebook  nous pensons la plupart du temps et peut être parfois naïvement que ceci est de notre fait nous autres internautes et bien non.... Mais il y a aussi les pouces levés qui disparaissent d'un seul coup sur Youtube et qui permettent de vous référencer au mieux et de vous rémunérer...
Et si tout cela était plus ou moins manipulé :
Tout d'abord les fermes à clic :
Ensuite Facebook reconnait fermer une ferme à Trolls, ce qui prouve bien leur existence,
Après une ferme à trolls russe, dont l'objectif est la diffusion tout azimuts de fake news
Enfin les ferme à trolls utilisées en Arabie Saoudite pour repérer les opposants politiques.
Alors ne nous étonnons pas que ces procédés pas très orthodoxes soient employés pour déstabiliser des états ou des groupes à l'intérieur des états, notamment des opposants à la politique de ces derniers, et l'on ne s'étonnera pas si certains états peuvent sous traiter ce travail là illégaux sous leur juridiction pour le faire pratiquer par d'autres ou cela n'entre pas sous le cadre de condamnation.
Toute vérité finie par se savoir immanquablement, ça demande plus ou moins de temps ç'est tout
Partager cet article
Repost0
1 février 2019 5 01 /02 /février /2019 17:34
Il est très difficile de se désinscrire de Facebook, autant dire que s'il y a 2,3 milliards d'utilisateurs actifs, et 1,5 milliard par jour, est on vraiment sur de ces chiffres au vue des documents qui suivent.
" L'affaire Cambridge Analytica remonte à l'année 2014 lorsque des chercheurs du Centre psychométrique de l'université de Cambridge réussissent à développer une solution pour analyser le profil psychologique d'un utilisateur Facebook par le biais de son activité sur le réseau social grâce aux "likes"
On comprend bien qu'une fois ces données divulguées via ce premier biais on ne sait plus ce qu'elles deviennent, mais il y a aussi celui ci plus récent, Facebook ouvre ses données directement a plus de 150 entreprises dont Amazon qui peut ainsi piocher dans vos contact, certains peuvent également lire vos conversations
Mais comment autant d'utilisateurs, on peut s'en étonner, surtout quand ils augmentent de manière très significative ces derniers mois, ceci ne serait il pas bidonné :
« Facebook a menti au public concernant l’ampleur de son problème avec les faux comptes, qui excèdent probablement 50 % de son réseau. Ses statistiques officielles, dont il a cessé de publié plusieurs d’entre elles au plan trimestriel, sont contradictoires et même ridicules. La société a perdu le contrôle de son propre produit » Aaron Greenspan Plainsite (en lien)
50 % d'utilisateurs virtuels par le biais de robots via des fermes à robots (bots), ou certaines fermes à clic, eh oui cela permet de valoriser l'entreprise, de créer un effet d'aubaine et une dynamisation de la progression des affiliés Facebook, mais surtout cela joue au niveau de la bourse et des actionnaires qui ne demandent pas leur restes temps qu'ils ont des rentrées d'argent en constante augmentation.
C'est un jeu de dupe manifeste ou tout le monde y trouve son compte sauf évidemment l'usager, car ses données privées sont pillées et on ne sait pas réellement l'usage qui en est fait. Aussi faut il recommander d'utiliser Facebook avec une extrême précaution.
D'autre part si cela ne ressemble qu'a une vaste histoire d'argent plus que douteuse, il est bon de s'inquiéter également du fait que ces "  faux comptes ont souvent pour objectif principal de dissimuler des escroqueries, de diffuser des infox, de pratiquer du phishing, autrement dit, de tromper les utilisateurs réels. Souvent, ils peuvent même impliquer des gouvernements : on sait que des pays comme la Russie, la Corée du Nord, ou même l’Iran, par exemple, ont mis sur pied des « fermes à trolls » qui se livrent à ce type de pratiques."
et là ce n'est plus du même registre : Alors Méfiance

 

 

Partager cet article
Repost0
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 09:42

Claude Hagège réflexions sur "La pensée unique" entre autre Professeur au Collège de France :

 

site de M. Claude Hagège

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 12:26

Nature et géométrie : Fibonacci, nombre d'or, Delaunay, Voronoï ...vidéo 3D

 

 

 Voir également l'article et le lien sur la géométrie en 2-3 et 4 D 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 08:39

Quand est il des suites de l'échec du sommet de Copenhague :

 

 

Gulf stream arrêt ou pas, études climatologiques et paléoclimatologiques :

<embed id=VideoPlayback src=http://video.google.com/go ogleplayer.swf?docid=69978 30377607838772&hl=fr&fs=tr ue style=width:400px;height:3 26px allowFullScreen=true allowScriptAccess=always type=application/x-shockwa ve-flash> </embed>

Et le fameux rapport du Pentagone de 2003 remis au Président Bush :

Un changement climatique brutal
 
Scénario et ses implications pour les États-Unis de la sécurité nationale October 2003
By Peter Schwartz and Doug Randall Par Peter Schwartz et Doug Randall
Imagining the Unthinkable (Imaginer l'impensable)

http://www.shuartfarm.fsne t.co.uk/nature/pentagon_report.htm

curieux non!!!! La continuation de production de gaz à effet de serre amoindrirait la glaciation sur l'hémisphère nord à peu près identique à celle connue lors de la dernière période glaciaire, mais elle ne ferait que repousser cette période (c'est bien là le problème : l'estimation de la durée). Les bouleversements induits par ce phénoméne sont largement surestimés dans le rapport du Pentagone, mais il n'en demeure pas moins qu'il existerait un point de non retour, après lequel le ralentissement puis l'arrêt du Gulf stream serait irrémédiable sur certaines parties du globe, du moins sur une période de plusieurs siècles. Un arrêt au moins sur ce qui concerne l'Europe Nord et Ouest.

Si ces études et ces évocations ne suscitent pas l'unanimité elles ont le mérite qu'on s'y arrête attentivement, tout en les recadrant avec du recul dans la perspective actuelle comportementale économique par exemple, peu être agricole également, bien sur ce n'est qu'une suggestion. Pourquoi pas !
D'une manière ou d'une autre l'arrêt ou le ralentissement de production de gaz ne peu se faire que de manière uniforme et planétaire, ce qui exige de revoir les modes de production et d'innover dans d'autres énergies, ce qui pour l'instant ne semble pas faire l'approbation des pays émergents notamment ; qui eux aussi désirent une période d'expansion économique consumériste.

De l'autre les études pour l'instant, si elles semblent se confirmer sur plusieurs modes scientifiques ne permettent pas de simuler précisément les modifications, leur rapidité, ou la compensation probable par d'autres facteurs. Ce que l'on sait c'est que cela a eut lieu, cela peu se reproduire.

Historiquement les civilisations disparaissent pour la plupart du temps à la suite d'événements climatiques, puisque ces civilisations étaient basées sur l'agriculture et l'élevage. Ces variations étaient à l'origine de flux migratoires massifs motivés primordialement par le manque de  nourriture et se traduisaient au final par des conflits entre les populations migrantes et les sédentaires.

Ceci est également admis communément dans le monde historique, donc il reste a comparer les études assez rapidement afin de dresser un tableau objectif des hypothèses les plus réalistes. En ce sens, si celles ci devaient s'avèrer assez pessimistes ou bien que la situation ne pourrait être inversée, alors il serait difficile d'alerter les populations, sans créer un vent de panique, du moins c'est toujours ainsi qu'on fonctionnés les responsables ; certainement une manière de préjuger de l'incapacité à raisonner de ceux qui leur sont subalternes.

Au contraire,  je pense particulièrement que l'information doit être communiquée au grand public afin que celui  ci agisse raisonnablement sur les pouvoirs publics afin qu'ils mettent en oeuvre des parades, ou du moins se coordonnent et prévoient plusieurs plans en fonction des hypothèses scientifiques. Parce que tout simplement si les décisions ne sont pas fortement proposées on verra continuer un système uniquement pour la préservation d'intérêts privés, quitte à hypothèquer un futur proche ou moins lointain, comme cela s'est toujours invariablement produit. Cependant cette fois ci la mondialisation pourrait avoir cet avantage, par la communication de changer la donne.

Une info récente sur la désalinisation de l'eau des océans :
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/climatologie-1/d/le-cycle-de-leau-sest-accelere-la-preuve-par-le-sel_23469/

Un second sur la conférence d'Oslo du Science Daily :
http://www.sciencedaily.com/releases/2010/06/100611093710.htm

Même si l'on est pas d'accord, il s'agit bien d'évaluer toutes les probabilité et de faire passer l'info.
  
Pour en finir, il faut évoquer sans complaisance, le doute soit de résignation des populations, ou bien la constitution d'un appareillage capable de freiner toute modification de l'ordonnancement actuel de la société dite de consommation (ou bien les deux) ;  c'est à dire plus clairement que les groupes de pressions économiques, les détenants industriels, bref tout ce qui est capable de mobiliser rapidement des fonds pour agir en fonction de leur désirs, ils semblent également agir de manière concertée sur l'action des Etats de façon très influente et les gouvernants en oublient conjointement au niveau pratiquement mondial leur devoir envers la perénité de leurs Etats mais aussi la postérité de leur citoyens. Ces groupes ont aussi la particularité d'avoir les moyens de mettre en oeuvre des pressions, mais aussi des stratégies capables d'influencer le public, de le manipuler à leurs seules fins, la plus facile serait donc d'instiller insidieusement  une résignation collective, une déstructuration des liens sociaux subsistants dans les Etats, un démantèlement de la cohérence du maintien social ou des amortisseurs sociaux (retraite par répartition) à seule fin d'asservir un peu mieux les Etats, tout en rendant les citoyens de ceux ci dépendant de ces groupes, notamment par le crédit, mais aussi en captant l'épargne privée afin d'alimenter le fonctionnement de cette théorie du non sens pour l'ensemble mais profitable à très courte vue pour les bénéficiaires. 
Peut être cela serait il rendre service aux Etats et aux gouvernants que d'avoir pour une fois leur population derrière eux, ce qui ne laisserait subsiter alors aucune équivoque sur leurs actions.
 
Il est également vrai que l'échec du sommet de Copenhague démontre aussi un attentisme patent mais surtout un manque réel de projet collectif. La diffusion du modèle économique tel que nous le connaissons devient aujourd'hui préjudiciable à l'équilibre planétaire, ce consumérisme qui puise sa force dans l'égoïsme et l'individualité ne permet qu'un accroissement limité de biens matériels car ce modèle ne peut tenir à l'échelle planétaire (il faudrait 6 planètes Terre pour satisfaire les besoins en consommation à la mode occidentale)
  
L'égoïsme en soi n'a jamais été producteur de civilisation, puisque désormais il s'agit bien de proposer un nouveau modèle de civilisation, mais cette fois ci à l'échelle planétaire, en ce sens c'est bien le partage d'information, l'échange d'idées, la diffusion de recherches scientifiques mal connues, le regroupement des idées, la cohésion des hommes, l'usage de moyens de pressions inverses à ceux des groupes de pression traditionnels ; qui pourraient retourner la situation. Nous voyons tous chacun dans notre domaine, une déstructuration du tissu du rapport humain, une déshumanisation comptable, soit dans le travail, soit dans la vie privée, ou simplement dans les liens sociaux censés soulager des épreuves de la vie.
Si nous admettons la cupidité comme aboutissement, comme une terminaison inéluctable alors nous avons tout perdu, si nous admettons que nous avons encore le pouvoir en tant que citoyen de faire infléchir les Etats et les obliger à prendre des décisions rapides et concrètes alors nous aurons déjà initié un modèle qui pourra être rapidement diffusé par les moyens de communications actuels au delà des florilèges de réunion, sommets entre Etats consentants.
 
Nous sommes bien à la veille d'un bouleversement ou de bouleversements majeurs, dans tous les domaines au niveau mondial,  il nous appartient soit de les subir ou soit de les choisir.  La question n'est plus d'éluder ces alternatives, car elles ne se poseront pas aux générations précédentes mais à la notre. Auquel cas nous nous verrions retourner  aux pires heures du passé, par succession et  répercussions le chaos touchera finalement tout être vivant tout en rompant l'équilibre que nous connaissons actuellement. Un chaos en saut de puce, comme ça on a tout le temps de savourer sa chûte. S'il faut être masochiste autant l'être jusqu'au boût même si l'on ne veut pas jouer!!! Chacun son trip n'est ce pas!!!
 
Alors l'Enfer ou un monde nouveau!!!! Après tout, pourquoi laisserions nous d'autres décider à notre place ou à celle de nos enfants!
Partager cet article
Repost0

Pages