Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

10 septembre 2020 4 10 /09 /septembre /2020 09:04

Royaume-Uni : Plus de la moitié des entreprises prévoient de licencier des travailleurs d’ici la fin octobre


Rishi Sunak mettra fin au programme de mise à pied du gouvernement à la fin du mois d’octobre. Le chancelier est photographié lors d’une visite à Londres le 2 septembre

Plus de la moitié des moyennes entreprises prévoient de supprimer des emplois alors que Rishi Sunak s’apprête à mettre fin au programme de mise à pied du gouvernement à la fin du mois d’octobre.

Une nouvelle enquête a montré que de nombreuses entreprises s’attendent à licencier au moins une partie de leur personnel, car le chancelier supprime les subventions salariales de l’État.

 

Une étude menée par la société de conseil aux entreprises BDO a révélé que neuf entreprises sur dix avaient déjà licencié jusqu’à un cinquième de leur personnel.

Mais la fin des congés signifie que de nombreuses autres pertes d’emplois sont attendues dans les mois à venir.

Moins de 10 % des entreprises qui ont répondu à l’enquête ont déclaré qu’elles n’avaient pas l’intention de procéder à des suppressions d’emplois.

Le programme de mise à pied a permis au gouvernement de payer 80 % du salaire mensuel d’un employé jusqu’à un maximum de 2 500 livres sterling.

À partir de ce mois, le gouvernement ne contribuera plus qu’à hauteur de 70 % des salaires, et ce pourcentage sera ramené à 60 % en octobre, avant la fermeture du programme de congés.

Les dirigeants des moyennes entreprises ont exprimé leur inquiétude quant aux modalités de financement, un tiers d’entre eux déclarant qu’ils ne peuvent pas poursuivre leurs activités pendant plus de six mois sur la base de leurs perspectives actuelles, selon l’enquête de BDO.

Deux personnes interrogées sur cinq ont fait état de revenus identiques ou en augmentation par rapport à la même période l’année dernière.

 

voir article original en lien

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2020 4 10 /09 /septembre /2020 08:48

Article de Liliane Held Khawam de septembre 2020 (lien en fin d'article)

Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft

 

Voir l'autre article sur la suppression des caissières en supermarché pour des chariots connectés.

 

Apple et Google vont « vont intégrer directement dans leurs smartphones la solution de traçage des contacts qu’ils proposent pour suivre au mieux la progression du Covid-19. Ce changement élimine ainsi le besoin de concevoir et télécharger une application dédiée. »

L’article de Bluewin nous apprend que les propriétaires des téléphones devront accepter qu’il soit activé afin de savoir s’ils ont ou non croisé le chemin de porteurs du virus.

«Nous permettons (aux autorités de santé publique) d’utiliser plus facilement et plus rapidement le système de notifications d’exposition sans avoir à créer et à maintenir une application».

Elle sera compatible avec les applications utilisant le système développé initialement par Apple et Google.

Extrait du chapitre Vers une cybersociété contrôlée par les GAFAM , Coup d’Etat planétaire, octobre 2019

L’Etat souverain délimité par un territoire, doté d’une industrie nationale génératrice de richesses nationales, constitué de citoyens-électeurs, et chapeauté par une autorité qui fait respecter sa législation est en train de succomber aux attaques de l’oligarchie. Son effondrement est en cours. On ne voit pas comment on peut inverser la vapeur dans la mesure où une autre entité systémique s’est d’ores et déjà constituée. Cette horizontalité constituée de flux, de processus, de systèmes, de réseaux, et autres nuées d’interactions mais aussi de numérisation et de dématérialisation empêcheront les pays de se relever pour un bon bout de temps. Cette nouvelle architecture est un pain béni qui permet aux GAFAM de phagocyter les attributs de l’Etat. Actuellement, l’Etat a plus besoin d’eux que le contraire, et nous assistons à un « transfert de pouvoir plus rapide de l’Etat vers les corporations ». Les exonérations fiscales ne sont que la partie visible de l’iceberg. Imaginez un pays dont l’accès au net est coupé ou le débit ralenti.

Cette évidence fait dire au professeur Frank Pasquale que nous sommes passés d’une souveraineté territoriale à une souveraineté fonctionnelle. Les prestataires de services ont pris le pouvoir et s’affirment comme nouveaux souverains. Pour ce faire, il prend l’exemple de Amazon, qui serait plus un qu’un simple acteur de e-commerce. Il jouerait même un rôle règlementaire sur les agents qu’ils hébergent[1]. Selon Pasquale[2] « Dans les domaines fonctionnels, de la location d’appartement au transport en passant par le ecommerce, les personnes seront de plus en plus soumises au contrôle d’entreprises plutôt qu’à celui de la démocratie ». L’avocate Lina Khan décrit Amazon comme « société positionnée au centre du commerce électronique et sert désormais d’infrastructure essentielle pour une foule d’autres entreprises qui en dépendent », en se référant à la puissance structurante des services cloud d’Amazon Web Services, AWS. Pour l’avocate, cela installe Amazon sur un « trône monopolistique, ou presque ».

Le transfert de prérogatives régaliennes vers ces sociétés technologiques est tel qu’elles sont en voie de dénier l’utilité des professions réglementées, voire de la justice elle-même. En Estonie, la fonction de juge pourrait être remplacée par un juge robot qui serait autonome dans la gestion des délits mineurs de valeur inférieure à 7’000euros. La France s’essaie à la justice prédictive, et les tests ne sont pas concluants. Quant à la blockchain, elle ambitionne de supprimer le tiers de confiance. Les algorithmes sont supposés remplacer les interventions humaines dans le cadre des métiers les plus sensibles.

Le secteur de la santé devrait subir le même traitement de numérisation, et de gestion à distance par des algorithmes et des processus d’automatisation. La dématérialisation des dossiers médicaux avance à un rythme soutenu avec ou sans l’accord des patients. En Suisse, c’est la Poste avec sa plateforme de santé numérique E-Health qui se diversifie dans le support à la santé. La France suit le mouvement. Des services de téléconsultations sont au programme de la société Doctolib. Celle-ci est soutenue par Bpifrance, et a pu lever des fonds pour 150 millions d’euros. Ces projets non éthiques et impopulaires se font dans le secret à l’insu des populations qui seront un jour mises au pied du mur. Le comment de la chose reste à découvrir…


[1] « Souveraineté fonctionnelle : la puissance des GAFAM met-elle en péril les démocraties ? », zdnet.fr

[2] From territorial to functional sovereignty : The case of Amazon », F Pasquale, Law and political economy, 2017

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2020 4 10 /09 /septembre /2020 08:14

Après le contrôle du Net et la surveillance généralisée de vos actions sur la Toile, les GAFAM continuent en supprimant les journalistes humains pour les remplacer par des robots.

Il est évident pour moi et peut être pour vous, la COVID19 a réduit considérablement la production du 7ème art, mais de l'autre on a vu une reprise du contrôle de l'information par la simple diffusion en répétition des annonces concernant cette épidémie, en en faisant le seul sujet de conversation.

Pour obtenir une société sous contrôle il faut évidemment s'assurer de la fidélité des diffuseurs, de ce qui est diffusé, et ôter toute probabilité de contestation ou de versatilité, alors quoi de mieux qu'une machine. Ce pas accompli il ne restera plus qu'a porter ce processus au 7ème Art et la boucle sera bouclée.

Bienvenue dans un monde aseptisé, contrôlé, noyauté et surveillé !

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2020 4 10 /09 /septembre /2020 08:12

La loi du 9 juillet permettant de limiter les rassemblements, les déplacements ou de fermer des établissements, initialement prévu jusqu’au 30 octobre, sera reconduit jusqu’au 31 mars 2021.

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2020 4 10 /09 /septembre /2020 07:56

AstraZeneca suspend ses essais cliniques à cause de l'apparition de symptomes inexpliqués et indésirables. Du coup l'action de la société plonge en bourse.

Le Directeur de cette société avait prévu des contrats qui exonéraient le groupe de tout effet secondaire, mais visiblement l'approche thérapeutique n'a pas été évaluée correctement.

Je reviens sur l'article ou la parlement européen à fait voter une loi exemptant les laboratoires des essais de principe, accélérant la mise sur le marché de leur produit pour le covid19.

"

Dans une interview publiée ce 7 juillet 2020, Michèle Rivasi députée Européenne avait mis en garde sur les procédures accélérées votées au parlement Européen ce 10 juillet sans réel débat démocratique. Un des points principaux qu'elle mettait en avant, était lié aux caractères expérimentaux de ces vaccins et de leurs impacts potentiels sur l'être humain

Ces thérapies géniques sont expérimentales, ne sont pas maitrisées et n'ont pas fait leurs preuves.

Rappelant les effets secondaires, comme le cancer induit par la manipulation génétique, elle ajoutait :

Ce n’est pas à la population dans ces conditions de devenir cobayes de vaccins et de médicaments expérimentaux présentés comme « sûrs » mais dont les fabricants ne veulent pas assumer les conséquences." France soir du 9 septembre

AstraZeneca plonge en bourse alors que l’étude sur le vaccin contre le COVID est interrompue pour cause « d’effets indésirables »

 

Au milieu de la plus forte baisse des marchés depuis mars, nous soupçonnons que les nouvelles de l’énorme étude sur le COVID-19 de la phase 3 d’AstraZeneca ne contribueront en rien.

Stat News rapporte que la vaste étude de phase 3 testant un vaccin contre le Covid-19 développé par AstraZeneca et l’Université d’Oxford sur des dizaines de sites aux États-Unis a été suspendue en raison d’une réaction indésirable grave suspectée chez un participant au Royaume-Uni.

 

Une personne familier avec le développement du vaccin a déclaré que les chercheurs avaient été informés que l’essai avait été suspendu « par excès de prudence ».

Déclaration complète d’AstraZeneca :

« Dans le cadre des essais mondiaux contrôlés et randomisés en cours sur le vaccin contre le coronavirus d’Oxford, notre processus d’examen standard a déclenché une pause de la vaccination pour permettre l’examen des données de sécurité. »

« Il s’agit d’une mesure de routine qui doit être prise chaque fois qu’une maladie potentiellement inexpliquée est détectée dans l’un des essais, pendant l’enquête, ce qui garantit le maintien de l’intégrité des essais. »

« Dans les grands essais, les maladies sont le fruit du hasard, mais elles doivent être examinées de manière indépendante afin de vérifier soigneusement leur existence. »

« Nous nous efforçons d’accélérer l’examen de cet événement unique afin de minimiser tout impact potentiel sur le calendrier des essais. Nous nous engageons à assurer la sécurité de nos participants et à respecter les normes de conduite les plus élevées dans nos essais« .

Les effets indésirables ont fait plonger AstraZeneca en Bourse de plus de 8% quelques heures après…

Peut-être plus important encore, Stat News rapporte qu’une deuxième personne bien au courant de la situation, qui s’est également exprimée sous le couvert de l’anonymat, a déclaré que cette découverte avait un impact sur les autres essais de vaccins d’AstraZeneca en cours – ainsi que sur les essais cliniques menés par d’autres fabricants de vaccins.

 

Il y a actuellement neuf vaccins candidats en phase 3 des essais. Celui d’AstraZeneca est le premier essai de phase 3 du vaccin contre le Covid-19 dont on sait qu’il a été mis en veilleuse.

 

Article d'Aube Digitale jade 9 septembre 2020

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2020 3 09 /09 /septembre /2020 14:14

Eau potable, aluminium et Alzheimer  un cocktail explosif !

 

Vous pourrez consulter le blog de Marc Laimé qui s'attache à toutes les questions de l'eau en France

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2020 3 09 /09 /septembre /2020 14:02

Encore une fois les lobbys Pharmaceutiques ont obtenus gains de causes, le Parlement Européen fait voter des dispenses de précautions pour la fabrication du vaccin covid 19, sans discussions préalables au sein de l'Assemblée.

 

"Le Parlement européen a adopté le 10 juillet 2020 une proposition de la commission européenne visant à alléger les exigences préalables aux démarrages d’essais cliniques avec des médicaments consistant ou contenant des OGM. Le texte a été adopté à une large majorité de 505 voix pour, contre 67 et 109 abstentions. Nous sommes près de 10 % des membres du Parlement européen à avoir voté contre, dont la quasi-totalité des eurodéputés français EELV.

Ce texte dangereux, dispense notamment les fabricants de ces traitements et vaccins basés sur des OGM à fournir l’étude d’évaluation des risques environnementaux et de biosécurité préalable à tout demande d’essai clinique et de mise sur le marché de tels médicaments que demandait jusqu’ici la législation OGM.

La Commission précise que cela ne concerne que les essais cliniques, n’est valable que dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, et tant que celui-ci est classé comme une pandémie ou considérée comme une urgence de santé publique. Il n’empêche que cette proposition de dérogation à la législation OGM pour des médicaments OGM expérimentaux anti Covid19 est pour nous, les Verts, un très mauvais signal contraire au principe de précaution.

Ce qui est aussi terrible, c’est que ce vote s’est déroulé sans aucun débat politique, sans laisser la possibilité aux députés de poser des questions."

Lire la suite sur l'article de France Soir

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2020 2 08 /09 /septembre /2020 20:25

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Je voulais vous parler du Grand Reset avant de prendre quelques jours de congés pendant ce mois d’août. La lettre de juillet consacrée au « Grand Reset, à quoi s’attendre », est en ligne dans vos espaces lecteurs. Je souhaite donc mon traditionnel bonnes vacances à ceux qui partent et bon courage à ceux qui reviennent tenir la maison pendant le mois d’Août.

En effet, cela commence à faire longtemps que l’on nous parle du grand « Reset », cette grande réinitialisation.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2020 2 08 /09 /septembre /2020 20:15

Est ce du courage ou de la stupidité, en tout cas en France la messe est dite de la même manière ! Avec la même arrogance et le même cynisme !

La prise de contrôle des médias par le gouvernement fédéral canadien

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2020 2 08 /09 /septembre /2020 19:58

La liberté vaccinale est un droit fondamental qu'il est nécessaire de défendre pied à pied, il y va de notre santé, que chacun en son âme et conscience privilège ultime de l'être humain délibère en son fort intérieur pour opter pour ce qu'il lui juge être le meilleur des choix, en cela un état, un groupe d'individu et à fortiori des groupes d'intérêts ne peuvent se substituer à cette volonté inhérente à tout fonctionnement de société humaine dont le fondement est le libre arbitre.

 

"Mais sommes-nous vraiment obligés de vacciner ? Certes, personne ne manquera de rappeler il y a des obligations vaccinales en France :

http://www.infovaccin.fr/legislation_vaccinale.html#oblig

 

Mais on oublie trop souvent que nous avons aussi des lois qui protègent nos libertés individuelles. Et elles sont en totale contradiction avec les lois d’obligation. D’un côté, des lois d’obligation, de l’autre, des lois garantissant vos libertés fondamentales.

Qu’est-ce qui prime en réalité ? La liberté. Et si. Jurisprudence oblige.

«En vertu de l’affaire Salvetti, il ne saurait y avoir le moindre acte médical obligatoire dans aucun pays d’Europe. L’arrêté de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, section I du 9 juillet 2002, requête n° 42197/98 , fait jurisprudence.»

Les lois d’obligation vaccinale constituent une atteinte à l’intégrité physique et violent tous les textes qui garantissent les libertés fondamentales :

    1. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen/Les lois d’obligation sont anticonstitutionnelle(26 aout 1789 et 10 décembre 1948)
    2. La Convention européenne des droits de l’homme (4 novembre 1950)
    3. La Constitution française (4 novembre 1958)
    4. La résolution 36-55 de l’ONU (25 novembre 1981)
    5. La loi sur le respect du corps humain insérée dans le Code Civil, Art. 16-1 et suivants (29 juillet 1994)
    6. La loi Barnier sur le principe de précaution (2 février 1995)
    7. Le Code de déontologie médicale inséré dans le Code de la santé publique, art. R 4127-2 et R 4127-36 (6 septembre 1995) La convention européenne pour la protection des Droits de l’Homme et de la dignité de l’être humain à l’égard des applications de la biologie et de la médecine: Convention sur les Droits de l’Homme et la biomédecine ou Convention d’Oviedo (4 avril 1997)
    8. La charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne (18 décembre 2000, art. 3)
    9. La loi Kouchner insérée dans le code de la santé publique, Art. L 1111-4 (4 mars 2002
  1.  

A la lecture de toutes les lois actuellement en vigueur, on voit bien qu’il y a un problème. La méconnaissance de ces lois nous pénalise au quotidien. Sans compter la propagande et la pression exercée sur les récalcitrants. Tout est fait pour convaincre, non pour s’interroger. La question demeure : Comment faire valoir ses droits ? Ce document propose de vous donner les clés pour y arriver. Plusieurs approches sont possibles. Et l’une n’exclue pas l’autre, beaucoup se complètent.

 

REFUSER TOUT NET :

« Des vaccins obligatoires ? Mais nous sommes en France, non ? La France fait bien partie de l’Europe ? Oui ? Bien. Et bien la convention européenne des droits de l’homme – ou Convention d’Oviedo – ratifiée par l’Union Européenne le 4 avril 1997 garantit les libertés.

individuelles et n’impose aucune vaccination obligatoire «L’intérêt et le bien de l’être humain doivent prévaloir sur le seul intérêt de la société ou de la science» http://conventions.coe.int/treaty/fr/treaties/html/164.htm

L’article 5 précise que « Une intervention dans le domaine de la santé ne peut être effectuée qu’après que la personne concernée y a donné son consentement libre et éclairé. Cette personne reçoit préalablement une information adéquate quant au but et à la nature de l’intervention ainsi que quant à ses conséquences et ses risques. La personne concernée peut, à tout moment, librement retirer son consentement. » En gros, c’est équivalent de la loi Kouchner en France, sauf qu’elle s’étends à tous les pays de l’Union Européenne.

=> En pratique, ces lois-là sont soit méconnues soit bafouées, donc argumenter sur ce seul aspect s’avère malheureusement fastidieux.

 

JE VEUX DES INFORMATIONS :

La loi « Kouchner » du 04 mars 2002 n° 2002-303, art. L1 111-4 du Code de la Santé Publique : « AUCUN ACTE MÉDICAL ni aucun traitement ne peut être pratiqué SANS LE CONSENTEMENT LIBRE et ÉCLAIRÉ de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment ». Cette loi est très importante. Chaque parent/patient peut, conformément à loi Kouchner demander aux vaccinateurs des informations exhaustives sur l’acte médical proposé, et le refuser. (1) http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000227015 Le consentement doit être LIBRE: « Le médecin doit en outre obtenir dans tous les cas, le consentement du patient avant toute intervention. »  (Déontologie médicale du CSP, art. R 4127-36 )

=> Approche déjà un peu plus facile. Il est naturel de s’interroger sur la nature du/des produits que l’on se propose de vous injecter dans le corps.

 

QUELLES INFORMATIONS ? :

Comment procéder, quelles questions poser ? Vous pouvez vous appuyer sur ce questionnaire à soumettre au médecin ( c’est « la lettre qui tue ») Dans tous les cas, le professionnel doit y répondre, et ce, avec le plus grand sérieux, conformément à la loi Kouchner (ou à la Convention d’Oviedo) concernant le consentement ÉCLAIRÉ. La première partie – lettre à personnaliser – étant destinée au médecin qui serait réfractaire à votre demande d’information ou qui, malgré les questions pertinentes soulevées voudrait malgré tout pratiquer un acte que vous réprouvez ou encore menacerait de vous dénoncer.

Il veut vacciner ? Ok, il l’assume et le certifie par écrit. De son côté, il a aussi le devoir de donner toute l’information sur l’acte proposé, conformément aux lois en vigueur. À défaut de pouvoir remettre la lettre en mains propres contre signature, si le médecin refuse de la prendre, on l’envoie en R avec AR.

=> ATTENTION, comme le souligne le «Docteur du 16» sur son blog, certains médecins soucieux du respect des pratiques vaccinales peuvent chercher à vous intimider en vous soumettant eux aussi un document attestant que vous avez été informé des risques que vous faites courir à votre enfant en refusant les vaccinations. Ce serait alors le refus éclairé! Sauf qu’il n’a aucune base juridique, contrairement au consentement libre et éclairé rappelé par la loi Kouchner du 4 mars 2002 ou encore la Convention d’Oviedo du 4 avril 1997.

 

 

DONNER L’INFORMATION :

 et pouvoir apporter la preuve qu’on l’a donnée – un devoir pour le professionnel

« En vertu du Principe de Précaution, le praticien a le devoir, pour tous les actes qu’il pratique, d’apporter la preuve qu’il a donné au patient une information claire, loyale, appropriée et exhaustive sur tous les risques encourus »

Cour de cassation du 25 février et 14 octobre 1997. L’obligation d’information du médecin n’implique pas forcément celle de rédiger un écrit mais il appartient au médecin, en cas de contestation, «d’apporter la preuve par tous moyens de son exécution, notamment par des présomptions au sens de l’article 1353 du Code  civil» (Civ. 1ère, 14 octobre 1997, Bull. n° 278)

https://www.courdecassation.fr/publications_26/rapport_annuel_36/rapport_2002_140/deuxieme_partie_tudes_documents_143/tudes_theme_responsabilite_145/professionnels_sante_6115.html

Or quel meilleure preuve qu’un document écrit ? Prenez des notes lors de l’entretien ou enregistrez la conversation lire la responsabilité du médecin vaccinateur

 

LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION :

Saviez-vous qu’avant toute vaccination, des tests préalables devaient être effectués afin de déterminer si votre état de santé était en mesure de les recevoir ? « Les sujets à vacciner doivent être soumis à un examen médical PRÉALABLEMENT à CHAQUE INJECTION »I-3http://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=19520305&numTexte=02595&pageDebut=02595&pageFin= Et un certificat médical doit être délivré à l’issue de cet examen, avant injection. Les vaccins sont destinés avant tout à des sujets en bonne santé, des sujets dont on doit s’assurer le bon état de santé au moyen de plusieurs tests médicaux…Or, si les textes de lois précisent que les vaccinations obligatoires nécessitent des examens préalables, ils ne précisent pas exactement lesquels. Ces examens qu’on ne réalise jamais dans la pratique alors qu’ils sont partie intégrante des lois d’obligation, permettent aussi d’établir des certificats de contre-indication; si on a déterminé que vous n’étiez pas apte= contre-indication définitive ou temporaire. On vaccine donc sans la moindre précaution. Tout cela, au mépris de la santé du patient et au mépris du principe de précaution. C’est ce qu’on appelle de la négligence grave.

=> Bien que la loi oblige à pratiquer des examens avant-vaccination, ils n’en précisent pas les termes. Il est seulement indiqué, en annexe http://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=19520305&pageDebut=02593&pageFin=&pageCourante=02596, que l’examen préalable doit au moins comprendre une analyse d’urine afin de rechercher l’albumine et le glucose, obligation rappelée par la circulaire du 15 juillet 1965 (JO du 8 août 1965).

D’après l’’avocat au barreau de Grenoble Jean-Pierre Joseph, pour avoir un bilan complet il faudrait réaliser des examens cliniques et biologiques. Soit, au moins :

– Un Ionogramme complet, dosage de l’urée

– Lipodogramme

– Bilan endocrinien

– Titrage de tous les anticorps spécifiques aux vaccinations éventuelles déjà subies

– Test de dépistage des différentes hépatite et du SIDA

– Electrophorèse et immunophorèse des protéines sériques, de manière à avoir une image globale des capacités ou incapacités éventuelles de l’organisme à fabriquer les anticorps

– radiographie panoramique dentaire, ceci dès qu’il y a au moins une dent dévitalisée

– radiographie pulmonaire, pour éliminer tout image de tuberculose pulmonaire évolutive.

Tout ça. Personnellement, j’ajouterai aussi des tests d’allergie aux composants des vaccins.

La Cour d’Appel de Riom (arrêt du 30 octobre 1962) rappelle l’exigence d’examens consciencieux, attentifs et conformes aux données actuelles de la science permettant de procéder à un acte médical. L’absence de précautions serait contraire au code de déontologie médicale.

=> On peut choisir cette approche, notamment pour les administrations. « Je veux bien faire les vaccins mais d’après l’article de loi ci-joint, il y a des examens obligatoires à faire avant. Et comme ils sont obligatoires, ils doivent être gratuits. Pouvez m’indiquer quelles sont les démarches à faire pour accomplir ces tests gratuits ?

 

TOUT SIMPLEMENT: PLUS DE DTP DEPUIS 2008 :

Vous voulez bien faire les vaccins obligatoires mais seulement les obligatoires. Normalement, le médecin honnête devrait vous dire « désolé mais c’est impossible car il n’existe plus actuellement sur le marché un seul vaccin correspondant aux obligations vaccinales, soit il contient des valences non-obligatoires en plus, soit il n’est pas adapté pour une primo-vaccination. voir obligations vaccinales en France Si le médecin vous réponds « pas de problème, on ne fera que les obligatoires» méfiez-vous. Le mensonge par omission est très courant en ce domaine.. demandez à voir quel vaccin il propose alors. Voici un modèle de lettre que vous pouvez soumettre au médecin concernant la non-disponibilité d’un vaccin DTP; http://www.infovaccin.fr/alerte_DTP_susp.html  ou  ce modèle de lettre  » Pour les parents qui refusent de vacciner leurs enfants » Le vaccin le plus proche du DTPolio® et qui peut être proposé en remplacement – le Revaxis® – n’a pas d’AMM pour les enfants de moins de 6 ans ni pour une primo-vaccination, et les autres vaccins comportent des valences non obligatoires et donc non couvertes pour leurs effets indésirables par l’État*, puisque non obligatoires, l’obligation de vaccination contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite est donc suspendue pendant la période d’indisponibilité du vaccin DTPolio®.

 

 Radical. Pas de DTP ? C’est bien regrettable.. ou ENCORE :

D’autres modèles de lettres, d’autres approches, à vous de choisir celle qui vous sied le mieux, toujours en adaptant à votre cas:

    1. Un autre genre de « lettre qui tue » Certificat à faire signer avant vaccination.
    2. Je veux bien les vaccins, mais à la condition qu’ils soient fabriqués ainsi que l’a préconisé l’agence du médicament, en dilution supérieure à la 4°em centésimale (4CH). (lettre à mettre à jour concernant le BCG) modèle de lettre à envoyer aux administrations qui exigent des vaccinations
    3. Lettre inspirée par la méthode de J-P. Joseph (examens médicaux obligatoires), à mettre à jour concernant le BCG
  1.  
  1.  
  1.  

modèle de lettre pour refuser la vaccination auprès des autorités

    1. REFUS: ATTENTION À LA DÉLATION, malgré vos irréfutables  arguments, le médecin vaccinateur peut choisir de vous menacer: «si vous ne voulez pas vacciner, ce n’est plus la peine de venir dans mon cabinet». Mais il peut aussi décider de vous signaler.

 

 

Les parents signalés peuvent rencontrer des difficultés :

– L’autorité administrative (crèches, écoles, halte garderie…) peut refuser l’accès des enfants aux dits établissements et/ou peut les en exclure.

Un signalement entre les mains du Procureur de la République qui en référera au Juge pour enfants peut être fait. Notamment parce que l’Ordre National des Médecins les y incite, considérant que ne pas vacciner, c’est maltraiter !  http://a7.idata.over-blog.com/3/27/09/71/Le-droit-des-patients-vu-par-l-Ordre-des-Medecins.jpg C’est hélas un moyen de pression assez répandu.

En suite de ce signalement, les parents pourront être convoqués devant le Juge pour enfants aux fins d’ouverture éventuelle d’une mesure d’assistance éducative motivée par la mise en danger de la santé de l’enfant, aux fins de contraindre les parents à faire effectuer ladite vaccination, cette mesure pouvant aller jusqu’au retrait de l’enfant de son milieu naturel aux fins de placement en foyer ou famille d’accueil http://www.initiativecitoyenne.be/article-des-parents-menaces-par-le-chantage-vaccinal-d-un-medecin-123173691.html

– De plus, par la voie du signalement, les parents s’exposent à une peine d’emprisonnement de 6 mois ainsi qu’une amende de 5ème classe soit 3.750 € selon les articles L 3111-2, L 3111-3 et L 3112-1 du CSP.

En tout état de cause, les parents désireux de refuser cette vaccination, en connaissance de cause, devraient rédiger un courrier à adresser tant au médecin pédiatre, qu’au Procureur de la République du ressort du lieu de vie de l’enfant, qu’aux établissements scolaires et/ou sanitaires, aux fins de justifier et d’expliquer ledit refus, des arguments purement juridiques pouvant être évoqués dans ledit courrier, indépendamment de toute croyance médicale sur l’absence d’innocuité des vaccins.

=> Au médecin qui vous menacerait ouvertement, n’hésitez pas à donner un retour de bâton: «Signalez moi a la PMI, pendant ce temps moi je vous signale a l’ordre des médecins pour mensonge et intimidation»  http://www.conseil-national.medecin.fr/contacts-ordre-des-medecins

 

PMI ou POLICE MÉDICALE INFANTILE :

Que faire face à la PMI ?

    1. Les menaces de la PMI ne valent rien juridiquement. Leur mission n’est pas de menacer.
    2. Lorsque le PMI vous contacte et demande à vous rencontrer dans le plus bref délai, inutile de paniquer ; demandez un courrier écrit avec les motifs de l’entretien.
    3. Si la PMI refuse et insiste en vous informant oralement des motifs; vous refusez tant que vous n’avez pas une convocation écrite conforme.
    4. La PMI va vous demander pourquoi vous tenez à avoir un écrit.
    5. Vous répondez calmement que ça va vous permettre d’apporter des réponses concrètes et que vous allez demander la légalité de la convocation et de ces motifs à un avocat.
  1.  
  1.  
  1.  
  1.  

En règle générale la PMI fait très attention car elle est obligée de respecter la procédure, sinon elle abandonne. Vous ne devez vous rendre à leur convocation QUE c’est si elle est commandée par un juge. Et dans ce cas, vous pouvez vous faire assister. N’oubliez pas: si vous contrôlez votre peur et que vous leur faites sentir que vous n’avez pas peur, ils n’agiront pas de la même façon. Et si votre peur est trop forte, demandez conseil avant d’agir. Dire NON aux vaccins n’est pas un CRIME.CONTACTEZ L’UNACS à Nantes  En cas de doutes, questions, inquiétudes, faites vous aider, vous n’êtes pas seuls. (MERCI Jacques Bessin, président de l’UNACS d’avoir écrit ce petit texte)

 

CRÈCHE & COLLECTIVITÉS :

On pourrait en effet concevoir qu’un établissement privé puisse exiger à l’entrée telle ou telle vaccination, même facultative (ou « fortement recommandée » comme le ror). Cela ne serait possible que si une loi l’autorisait à agir ainsi. Ce n’est pas le cas. « Les autres vaccinations ne sont pas obligatoires. La preuve d’autres vaccinations (variole, coqueluche, BCG, ROR…) ne doit pas être réclamée. »

http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F767.xhtml

ou

http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do;jsessionid=DAFF698959C210264A93965F3DFF5B2F.tpdjo13v_3?oldAction=rechExpJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000007849723&fastReqId=151144436&fastPos=18

«les enfants admis dans les crèches» doivent être soumis aux vaccinations prévues par les textes en vigueur sauf lorsqu’ils présentent une contre-indication attestée par certificat médical.

Exemple de courrier à soumettre à la crèche concernant le règlement intérieur (à modifier si non-vacciné ror): https://www.facebook.com/groups/raphetbea/634367916600887/

 

LA PRÉSENTATION DU CARNET DE SANTÉ :

«Le carnet de santé est un document confidentiel, nul ne peut en exiger sa présentation.» Article L. 2132-1 du CSP modifié par Loi n°2001-1246 du 21 décembre 2001 – art. 34 JORF 26 décembre 2001 :

«Le carnet est établi au nom de l’enfant. Il est remis aux parents ou aux personnes titulaires de l’exercice de l’autorité parentale ou aux personnes ou aux services à qui l’enfant a été confié. Ils doivent être informés que nul ne peut en exiger la communication et que toute personne appelée, de par sa fonction, à prendre connaissance des renseignements qui y sont inscrits est soumise au secret professionnel.»

L’Article R3111-17 du Code de la Santé Publique mentionne clairement que le chef d’établissement à un devoir de contrôle de la situation de l’enfant au regard des vaccinations obligatoires, mais aucune autorité pour exiger le carnet de santé, tout autre document en tenant lieu suffit.

=> Ce qui signifie que même une copie n’est pas exigible, le carnet de santé étant intégralement soumis au secret médical. Pour les institutions réclamant ces informations, un certificat du médecin attestant que l’enfant se porte bien et est à jour de ses vaccinations suffit (ou un certificat de contre-indication).

=> Utilisation du carnet de santé comme certificat de vaccination: Deux doubles pages insérées dans le carnet sont consacrées aux vaccinations et portent chacune un numéro de formulaire (cerfa n°12594*01 et n°12595*01). Leur photocopie a valeur de certificat de vaccination. Ainsi, le carnet n’a pas à être présenté lors de l’inscription à l’école ou dans une collectivité: http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F810.xhtml

 

Petit ajout qui peut être utile à avoir en vu des tests covid19 et vaccins covid19 à venir : 

 

Source : https://www.infovaccinsfrance.org/-/legislatif/comment-surseoir-%C3%A0-la-vaccination/

Partager cet article

Repost0

Pages