Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

24 août 2022 3 24 /08 /août /2022 08:37

On pense que ces produits chimiques toxiques contaminent l’eau potable de plus de 200 millions d’Américains.

Substances toxiques : les pires produits ménagers à éviter | Bio à la une

Des chercheurs ont découvert une nouvelle méthode pour décomposer les dangereux « produits chimiques éternels ».

 

Selon un rapport d’information publié jeudi par The Guardian, une nouvelle méthode de décomposition de certains composés PFAS (produits chimiques éternels) pourrait représenter une avancée majeure dans la lutte contre la contamination environnementale généralisée dans le monde.

Les PFAS, ou substances per- et polyfluoroalkyles, sont surnommés « produits chimiques éternels » parce qu’ils ne se dégradent pas naturellement, et que les procédés mis au point par l’homme pour les détruire sont coûteux, consomment beaucoup d’énergie et donnent des résultats discutables.

« La connaissance fondamentale de la manière dont les PFAS se dégradent est la chose la plus importante qui ressort de cette étude », a déclaré Will Dichtel, chercheur à l’université Northwestern et coauteur de la nouvelle étude.

Environ 12 000 composés composent la classe des PFAS, et la méthode mise au point par les chercheurs de l’université Northwestern de Californie à Los Angeles et de l’université de Tianjin est efficace sur une sous-classe, les acides perfluorocarboxyliques.

Tous les composés PFAS ont un point commun qui les a rendus pratiquement indestructibles jusqu’à présent : ils ont tous au moins un atome de carbone fluoré.

La nouvelle méthode consiste à « défluorer » les composés avec une solution d’eau et de diméthylsulfoxyde (DMSO), un solvant aprotique dipolaire, ce qui donne du carbone et du fluorure inorganique, tous deux relativement inoffensifs.

Les PFAS non dégradables

Les PFAS non dégradables continuent de circuler et de s’accumuler dans l’environnement, et on pense aujourd’hui que ces produits chimiques toxiques contaminent l’eau potable de plus de 200 millions d’Américains.

On les a trouvés dans l’Arctique, dans la pluie partout dans le monde, et on pense qu’ils sont présents dans 98 % du sang des Américains. De nouvelles recherches ont permis de les découvrir à des concentrations alarmantes dans certains aliments et dans l’air.

Plus tôt, Interesting Engineering a documenté comment l’eau de pluie n’est plus potable en raison de la présence de « produits chimiques éternels ».

 

Bien qu’il existe une technologie permettant d’éliminer les PFAS de l’environnement, les chercheurs n’ont pas réussi à trouver comment décomposer complètement les produits chimiques après leur élimination.

L’efficacité d’une nouvelle technique à basse température pour décomposer les PFAS a été décrite dans une étude publiée jeudi dans la revue Science.

Les défenseurs de la santé publique s’inquiètent depuis longtemps de l’élimination généralisée des produits chimiques par des pratiques telles que les puits d’injection profonds et la mise en décharge. Les preuves suggèrent que les produits chimiques fréquemment incinérés ne font que décomposer les composés, libérant des fragments de PFAS potentiellement dangereux dans l’air.

« Il n’y a pas de moyen d’éliminer les PFAS qui soit bénin, il faut donc trouver une méthode pour se débarrasser des PFAS d’une manière qui ne soit pas encore polluante », a déclaré Brittany Trang, chercheuse à Northwestern et l’un des principaux auteurs de l’étude.

De nombreuses industries et des milliers de biens de consommation utilisent les PFAS pour les rendre résistants à la chaleur, à l’eau et aux taches. Cependant, ces composés ont été associés à des maladies graves telles que le cancer, des handicaps congénitaux, des maladies du foie, des problèmes rénaux, une baisse de l’immunité et un taux de cholestérol élevé.

Des résultats « significatifs »

Selon les chercheurs, leur méthode pourrait être étendue à d’autres sous-classes de PFAS et nécessiter moins d’énergie que les autres méthodes utilisées pour tenter de détruire les PFAS.

« Cette méthode fonctionne dans des conditions douces et donne des produits bénins, ce qui la rend immédiatement prometteuse pour des études ultérieures », a déclaré William Dichtel, professeur de chimie à l’université Northwestern.

Les chercheurs ont souligné que les résultats sont préliminaires et que la méthode est loin d’être prête à être mise à l’échelle et appliquée commercialement. L’osmose inverse, le charbon actif granulaire ou d’autres formes de filtration devraient être utilisés pour filtrer d’abord les produits chimiques de l’eau contaminée, car ils y sont présents en quantités toxiques à de très faibles concentrations.

La nouvelle méthode pourrait être utilisée pour traiter les produits chimiques qui ont été concentrés dans les eaux usées.

« Nous n’avons jamais eu de réponse satisfaisante à la question ‘Qu’allons-nous faire de ces produits et comment pouvons-nous nettoyer notre eau ?' » a déclaré M. Dichtel.

Dichtel, qui travaille à la mise au point de méthodes de décomposition des PFAS depuis environ sept ans, a qualifié ces résultats de « significatifs ».

Lire aussi : L’Arctique laisse échapper de fortes concentrations de « produits chimiques éternels »

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages