Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

18 octobre 2022 2 18 /10 /octobre /2022 16:47

Après le refus de se présenter devant le Parlement Européen, puis sur la disparition des Sms entre Mme Von der Leyen et M. Bourla PDG de Pfizer le parquet Européen ouvre une enquête sur l'achat des vaccins covid.

De même aux Etats Unis le Congrès convoque les PDG des différentes société  Pharmaceutiques impliquées dans la production de vaccins covid. En effet une fausse déclaration ou une omission de déclaration d'effets secondaire (tel que cela a été évoquée par la Dir. exc de Pfizer au Parlement Européen) est justiciable par la loi du False claims act, n'oublions pas que Pfizer a été condamné en vertu de cette loi pour 2,3 milliards de $

une plainte viens d'être portée cette fois mais pour un montant de 3,3 trillions de $

 

 

 

H. (voir le témoignage de l'ex agent de sûreté de l'Etat Belge sur la famille von der Leyen en fin d'article)

_____________________________________________________________________

 

 

Deux semaines après que le PDG de Pfizer a renoncé à témoigner devant l’UE à la suite d’un rapport mettant en lumière un accord « secret » sur les vaccins entre lui-même et la présidente de la Commission européenne, Ursula « sms disparus » von der Leyen, le Bureau du Parquet européen (OEPP) a ouvert une enquête sur les achats de vaccins anti Covid-19 par l’UE, rapporte Politico.

L’OEPP, un organe indépendant de l’UE, est chargé d’enquêter et de poursuivre les crimes financiers, y compris la fraude, le blanchiment d’argent et la corruption, selon le rapport. Dans son annonce de vendredi, l’organisme n’a pas précisé qui faisait l’objet de l’enquête, ni quels contrats étaient concernés.

 

Cela dit, deux autres organismes de surveillance ont attiré l’attention sur l’affaire von der Leyen – Bourla.

« Cette confirmation exceptionnelle intervient après l’intérêt extrêmement élevé du public. Aucun autre détail ne sera rendu public à ce stade », a déclaré l’OEPP.

En avril 2021, le New York Times a fait état pour la première fois de messages textuels échangés entre Mme von der Leyen et le PDG de Pfizer, Albert Bourla, à l’approche du plus gros contrat d’achat de vaccins de l’UE – portant sur un maximum de 1,8 milliard de doses de vaccins BioNTech/Pfizer. Selon les prix des vaccins qui ont fait l’objet de fuites, la valeur de ce contrat pourrait atteindre 35 milliards d’euros s’il était pleinement mis en œuvre.

En janvier de cette année, le médiateur de l’UE a accusé la Commission de mauvaise administration pour avoir omis de rechercher les messages texte en réponse à une demande de liberté d’information. Sans confirmer l’existence des textes, la Commission a fait valoir dans sa réponse que « les documents éphémères et de courte durée ne sont pas conservés ». Elle a ajouté qu’une recherche de ces messages n’avait donné aucun résultat. -Politico

Le mois dernier, la Cour des comptes européenne a publié le rapport susmentionné dans lequel elle affirme que la Commission a refusé la transparence concernant les détails du rôle personnel de Mme von der Leyen dans le contrat avec Pfizer.

Dans ce rapport, l’organisme de surveillance du budget a constaté que la cheffe de l’UE a agi de façon malhonnête afin de conclure personnellement un accord préliminaire avec Pfizer, au lieu de s’appuyer sur des équipes de négociation conjointes. Si la Commission s’est montrée coopérative pour d’autres contrats de vaccins, elle a refusé de fournir à la Cour tout document relatif à ces négociations préliminaires.

Selon l’eurodéputée socialiste belge Kathleen van Brempt, « plusieurs aspects » du contrat avec Pfizer devraient faire l’objet d’une enquête, notamment « les SMS entre la présidente de la Commission et le fait qu’il n’existe aucune trace écrite des négociations préliminaires en première instance. »

 

https://twitter.com/kvanbrempt/status/1581034939159805953

 

 

 

Selon Politico, « l’eurodéputé préside la commission spéciale du Parlement européen sur le COVID-19 », ajoutant que le médiateur de l’UE et un membre de la Cour des comptes européenne ont fait des apparitions devant le panel.

« La commission [sur le COVID-19] suivra cette affaire avec une grande attention », a déclaré Van Brempt.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages