Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

7 juillet 2022 4 07 /07 /juillet /2022 17:25

Somalie/famine : 110 morts en 2 jours - Pars Today

 

Les Nations Unies ont été surprises en train de nettoyer discrètement un article dans lequel elles admettaient que la faim dans le monde était un mal nécessaire à la mise en œuvre du programme de « grande réinitialisation » du WEF.

 

Son éditorial de 2008, "Les avantages de la faim dans le monde" , a été rapidement supprimé quelques heures après la découverte de l'article par des détectives sur Internet cette semaine.

 

« On parle parfois de la faim dans le monde comme s'il s'agissait d'un fléau que nous souhaitons tous voir aboli, la considérant comme comparable à la peste ou au sida. Mais cette vision naïve nous empêche de comprendre ce qui cause et entretient la faim. La faim a une grande valeur positive pour de nombreuses personnes », a écrit le professeur George Kent de l'Université d'Hawaï.

 

Infowars.com rapporte : « En effet, il est fondamental pour le fonctionnement de l'économie mondiale. Les personnes qui ont faim sont les personnes les plus productives, surtout là où il y a un besoin de travail manuel.

Kent poursuit en disant que sans la « menace de la faim », l'économie mondiale cesserait d'exister.

« Combien d'entre nous vendraient nos services s'il n'y avait pas la menace de la faim ? Plus important encore, combien d'entre nous vendraient nos services si bon marché s'il n'y avait pas la menace de la faim ? » Kent a écrit. « Lorsque nous vendons nos services à bas prix, nous enrichissons les autres, ceux qui possèdent les usines, les machines et les terres, et finalement les personnes qui travaillent pour eux. Pour ceux qui dépendent de la disponibilité d'une main-d'œuvre bon marché, la faim est le fondement de leur richesse.

« Personne ne travaille plus dur que les gens qui ont faim. Oui, les personnes bien nourries ont une plus grande capacité d'activité physique productive, mais les personnes bien nourries sont beaucoup moins disposées à faire ce travail », a-t-il ajouté.

Si ce n'était pas assez psychotique, Kent a admis sans détour que les élites considèrent en fait la pénurie alimentaire comme un "atout", affirmant que les efforts pour mettre fin à la faim dans le monde "seraient un désastre".

« Pour ceux d'entre nous qui se situent au sommet de l'échelle sociale, mettre fin à la faim dans le monde serait un désastre. S'il n'y avait pas de faim dans le monde, qui labourerait les champs ? Qui récolterait nos légumes ? Qui travaillerait dans les usines d'équarrissage ? Qui nettoierait nos toilettes ? Nous devions produire notre propre nourriture et nettoyer nos propres toilettes. Pas étonnant que les gens haut de gamme ne se précipitent pas pour résoudre le problème de la faim. Pour beaucoup d'entre nous, la faim n'est pas un problème, mais un atout.

Voilà : la structure du pouvoir mondial doit en fait être ravie de voir l'émergence de pénuries alimentaires à la suite d'une  vague suspecte de catastrophes dans les usines de distribution alimentaire ,  d'initiatives « vertes » ,  de conflits régionaux ,  de ruptures de la chaîne d'approvisionnement et  d' une inflation galopante .

 

 

Sean Adl-Tabatabaï
 
 

 

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages