Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

6 décembre 2021 1 06 /12 /décembre /2021 18:31
Covid : Le taux de marge des grandes entreprises au plus haut depuis soixante-dix ans
 


Merci Macron : le taux de marge des entreprises atteint un niveau record (Christelle Perrin/Savinien de Rivet)

Grâce aux aides gouvernementales et au rebond économique, le taux de marge au premier trimestre 2021 des entreprises était à un niveau jamais atteint depuis 1949.

 

Source

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2021 1 15 /11 /novembre /2021 18:49

Agricultural Fertilizer Manufacturer | Exporter | Supplier ...

 

Les pénuries mondiales d'énergie qui ont fait exploser les prix du charbon, du pétrole et du gaz naturel au cours des derniers mois sont une conséquence prévisible de la folle poursuite de politiques économiques « zéro carbone » qui ont vu des gouvernements insensés subventionner une part croissante de l'électricité produite par des centrales solaires et éoliennes peu fiables.

 

 

L'une des conséquences a été la multiplication par cinq du prix du gaz naturel ou du méthane dans le monde entier. Cela va de la Chine à l'UE, aux États-Unis et au-delà. Cette pénurie de gaz naturel et l'explosion de son prix ont eu pour conséquence une crise croissante de la production d'engrais pour l'agriculture mondiale. Tout ceci n'est peut-être pas un accident. Il s'inscrit dans l'agenda de la Grande Réinitialisation de l'ONU 2030 du Forum économique mondial.

Les engrais à base d'ammoniac fabriqués à partir d'azote (la plus grande partie de notre air, donc jamais en pénurie) et de gaz naturel ou de méthane (CH4) représentent près de 70% de tous les engrais utilisés pour soutenir les principales cultures agricoles telles que le blé, le maïs, le riz et même le café. La flambée des prix du gaz naturel, de 300 à 500% au cours des derniers mois, a eu un effet dévastateur sur la production mondiale d'engrais, dont 80% du coût de fabrication des engrais ammoniacaux est imputable au gaz naturel.

Lorsque l'ouragan Ida a traversé la Louisiane le 25 août, le plus grand complexe d'usines d'ammoniac du monde, appartenant à CF Industries, a été fermé pour des raisons de sécurité et n'a rouvert que dix jours plus tard. Curieusement, à ce moment-là, deux autres usines de la même CF Industries, celles du Royaume-Uni, ont annoncé qu'elles fermeraient deux autres usines d'engrais le 22 septembre, en invoquant le prix élevé du gaz naturel comme cause, alors que leur usine de Louisiane venait d'être fermée pendant dix jours. Ces deux usines fournissent environ deux tiers de la demande intérieure d'engrais au Royaume-Uni. Le gouvernement a été contraint d'accorder des subventions d'urgence à CF Industries pour rouvrir temporairement l'une des deux usines afin d'atténuer les pressions. L'effet combiné de ces trois fermetures majeures par le même groupe a aggravé la crise de l'approvisionnement mondial en engrais. Ce n'est peut-être qu'une coïncidence si les deux plus grands actionnaires de CF Industries sont Vanguard et BlackRock.

Cette crise fait boule de neige. Début octobre, des fermetures de la production d'engrais à base d'ammoniac ont été annoncées par le géant allemand de la chimie, BASF, en Belgique et en Allemagne, pour une durée indéterminée. Cela concerne également la production d'AdBlue, un additif pour carburant diesel à base d'ammoniac.

D'autres fermetures sont en cours à Achema en Lituanie et à OCI aux Pays-Bas. Yara International réduit de 40% sa production d'engrais à base d'ammoniac dans l'UE. Fertiberia en Espagne ferme une usine ainsi que OPZ en Ukraine, un important producteur d'engrais. En Autriche, Borealis AG a fermé sa production et le plus grand producteur d'ammoniac d'Allemagne, SKW Piesteritz, a réduit sa production de 20%.

Aggravant la crise mondiale des engrais, l'administration Biden a imposé en août des sanctions au gouvernement biélorusse, désignant explicitement Belaruskali OAO, le quatrième producteur mondial d'engrais, pour avoir « soutenu le régime biélorusse aux dépens du peuple biélorusse ». Belaruskali contrôle environ un cinquième du marché mondial des engrais à base de potasse.


Le cœur de la sécurité alimentaire mondiale

Les engrais à base d'azote sont de loin les plus utilisés dans l'agriculture mondiale, soit environ trois quarts de tous les engrais commerciaux. Depuis la mise au point du procédé Haber-Bosch en Allemagne juste avant la Première Guerre mondiale, la production artificielle d'engrais azotés a soutenu l'énorme expansion de la productivité agricole. Les engrais azotés sont fabriqués à partir d'ammoniac (NH3) produit par le procédé Haber-Bosch. Ce procédé consomme beaucoup d'énergie et utilise du gaz naturel (CH4), qui est du méthane, pour fournir de l'hydrogène. Ce NH3 ou ammoniac est utilisé comme matière première pour d'autres engrais azotés, comme le nitrate d'ammonium anhydre (NH4NO3) et l'urée (CO(NH2)2). Depuis la Seconde Guerre mondiale, le rendement des cultures est devenu fortement dépendant des engrais azotés. On estime que pour les États-Unis, les rendements moyens du maïs diminueraient de 40% sans les engrais azotés.

Aujourd'hui, on estime que la moitié de la population mondiale dépend peut-être des engrais azotés. Selon des études publiées dans la revue scientifique Nature, 48% de la population mondiale en 2008 dépendait des engrais azotés pour son accès quotidien à la nourriture.

« Cela signifie que les engrais azotés ont assuré en 2015 la sécurité alimentaire de 3,5 milliards de personnes qui, autrement, seraient mortes de faim ».
Le choc de la Chine

Ajoutant un énorme choc à la pénurie mondiale croissante d'engrais, Pékin a décidé ces dernières semaines de réduire fortement ou de geler les exportations d'engrais pour diverses raisons, notamment des pénuries de charbon et de gaz naturel pour l'énergie électrique et une tentative paniquée de contrôler l'inflation intérieure. Les inondations record de l'été dans la province du Henan ont touché le cœur de la région céréalière de la Chine, et le gouvernement a lancé une campagne pour que les citoyens se soumettent à une « campagne d'assiettes propres 2.0 » afin de mettre fin au gaspillage alimentaire, ce qui, selon certains, est un moyen de masquer les graves échecs de récolte.

La Chine, l'Inde et les États-Unis sont de loin les plus grands utilisateurs mondiaux d'engrais azotés en tonnes par acre. La Chine est également l'un des principaux exportateurs d'engrais. En septembre, le gouvernement a annoncé l'interdiction d'exporter des engrais azotés et phosphatés jusqu'en juin 2022. En raison de la flambée des prix mondiaux du gaz naturel et du charbon importé par la Chine, le pays a connu d'importantes coupures d'électricité dues à la fermeture de compagnies d'électricité plutôt que de vendre de l'énergie à perte. L'une des conséquences de cette crise complexe est l'interdiction d'exporter des engrais. La Chine est le plus grand exportateur d'engrais azotés à base d'urée, représentant près d'un tiers de l'offre mondiale, et est également un grand fabricant de phosphate.

En Bavière, dans le sud de l'Allemagne, les agriculteurs seraient dans l'impossibilité d'acheter des engrais au moins jusqu'à l'été prochain. L'extension de la crise mondiale des engrais entraînera une forte réduction des cultures de maïs fourrager, de blé, de riz, de café et autres en 2022. Cette crise survient alors que l'inflation des prix des denrées alimentaires est la plus forte depuis des décennies, et qu'elle est encore aggravée par les mesures du Covid et les perturbations du commerce maritime mondial.

Attaque du méthane lors de la COP26

Derrière la crise croissante de la pénurie d'engrais dans le monde se cache la multiplication par cinq du prix du méthane ou du gaz naturel, comme on l'appelle habituellement. Cette situation trouve son origine dans les politiques vertes délibérément « anti-carbone » de l'administration Biden et de l'Union européenne avec son programme « Fit for 55 » visant à réduire les émissions de CO2 de 55% d'ici 2030. L'administration Biden a forcé le désinvestissement dans le gaz de schiste américain, et l'expansion forcée des énergies vertes hautement subventionnées comme l'éolien et le solaire ont créé un réseau électrique peu fiable. Lorsque le vent ne souffle pas ou que le soleil ne brille pas, l'énergie électrique alternative fait défaut. Le stockage est un énorme problème. Ce n'était pas si grave lorsque l'énergie solaire ou éolienne ne représentait qu'un infime pourcentage du réseau. Mais aujourd'hui, dans des pays comme l'Allemagne, qui dépend de l'énergie, les alternatives peuvent représenter 42% de la consommation électrique brute. Alors que les centrales nucléaires et au charbon sont taxées jusqu'à l'extinction pour la folie du zéro carbone, les prix du pétrole et du gaz naturel explosent. Les nouveaux investissements dans l'exploitation des hydrocarbures s'effondrent en conséquence, et les réserves sont limitées au moment même où tout le monde en a besoin.

La crise croissante de la production mondiale d'engrais s'inscrit parfaitement dans le cadre de l'Agenda 2030 de l'ONU pour une agriculture « durable » (sic), par lequel les mondialistes, tels que le Forum économique mondial de Klaus Schwab et BlackRock de Wall Street, le plus grand fonds d'investissement privé au monde, qui gère 9000 milliards de dollars d'actifs, entendent réduire considérablement la production de viande, en la remplaçant par de fausses viandes cultivées en laboratoire ou même par des insectes comme source de protéines.

On assiste à une diabolisation croissante de l'agriculture, et notamment de la production de viande, sous prétexte qu'elle serait une source majeure du réchauffement climatique. Le méthane est désormais une cible majeure de l'agenda vert des États-Unis et de l'Union européenne. En particulier, lors de la récente conférence des Nations unies sur le réchauffement climatique (COP 26), une centaine de pays ont signé une proposition conjointe de l'UE et des États-Unis visant à réduire les émissions de méthane de 30% d'ici à 2030. Il faut s'attendre à ce que les gouvernements et les ONG s'attaquent de plus en plus à notre système alimentaire en utilisant la flambée des prix des engrais, les campagnes contre la viande et les demandes d'agriculture « durable » pour augmenter encore le coût des denrées alimentaires. La clé de cette attaque est la guerre du Green New Deal contre le pétrole, le gaz et le charbon, le système énergétique à faible coût qui est au cœur de l'économie mondiale actuelle et qui permet d'échapper à la pauvreté depuis la Seconde Guerre mondiale. 
 

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2021 1 15 /11 /novembre /2021 18:34

rions un peu avec des caricatures - Paperblog

 

Sur le site du magazine Capital dans la chronique du jour  intitulée “gare à une une réduction rapide des injections de liquidité des banques centrales !”, Christopher Dembik, économiste français et directeur chez Saxo Bank, s’intéresse à l’évolution des injections de liquidité des banques centrales. Une réduction rapide devrait peser sur l’activité économique mondiale… et la Bourse, selon lui !

« Chez Saxo Banque, nous pensons que dans un contexte de toute puissance des banques centrales, il est très important de suivre l’évolution de leurs injections de liquidité pour prendre des décisions d’investissement avisées. À la suite de la pandémie, les banques centrales du monde entier ont ouvert le robinet à liquidité pour éviter une crise de liquidité.

Selon nos estimations, les injections de liquidité des banques centrales ont atteint un pic correspondant à 12,5 points de pourcentage du PIB mondial durant la pandémie. C’est six fois plus que le pic atteint au plus fort de la crise financière de 2008. Maintenant que le monde est frappé de plein fouet par des pressions inflationnistes provenant du déficit de production, des pénuries de main-d’œuvre et de la crise énergétique, les banques centrales commencent à réduire leurs injections de liquidité.

Elles continuent à en injecter, mais dans une ampleur bien moindre. Selon nos estimations, les injections de liquidité des banques centrales ont représenté environ 3 points de pourcentage du PIB mondial au troisième trimestre. La Banque centrale européenne a été le plus gros contributeur aux injections de liquidité des banques centrales, avec un taux d’injection de liquidité de 1,8 point de pourcentage. Suivent la Réserve fédérale américaine (0,9 %) et la Banque populaire de Chine (0,2%)« .

Le « tapering » c’est le nom anglo-saxon donné à cette « réduction » des injections de liquidités. C’est le fait de réduire. Le problème c’est qu’en réduisant les liquidités injectées, on réduit évidemment la hausse des cours de bourses.

D’ailleurs pour les gens de Saxo Bank, « nous pensons que les injections massives de liquidité des banques centrales qui ont inondé les marchés financiers expliquent en majeure partie l’excellente performance des marchés actions ces derniers mois. Par conséquent, la réduction rapide des injections de liquidité des banques centrales devrait peser sur l’activité économique mondiale et plomber les performances des marchés financiers à moyen et long terme ».

Implicitement, on vous explique ici que ce n’est sans doute pas le meilleur moment pour rentrer sur les marchés actions.

Avec les nouveaux confinements qui se profilent en Europe, nous ne sommes pas au bout de nos peines qu’elles soient sanitaires ou économiques;

Charles SANNAT

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2021 7 14 /11 /novembre /2021 18:42

Crise da Evergrande poderá levar governo chinês a ...

 

Idriss J. Aberkane: « Evergrande vient de faire défaut sur sa dette après avoir arrosé généreusement ses propres dirigeants. C’est le début de la crise chinoise. »

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2021 7 31 /10 /octobre /2021 17:54

EDF grimpe, spéculation sur un accord entre Paris et Bruxelles

 

EDF perd 400 millions d’euros en spéculant sur le marché de l’électricité

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2021 2 26 /10 /octobre /2021 18:16

Regardez les cours des engrais agricoles, puis ceux des marchés agricoles entre autre puisque toutes les matières premières sont en constantes augmentations.

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2021 2 26 /10 /octobre /2021 17:24

 

Cette semaine dans C’est Cash, Estelle Farge, Olivier Delamarche et notre contributrice Véronique Riches-Florès vont tenter de répondre à cette problématique : Et si la prochaine crise financière venait de Chine ?

Avec les problèmes rencontrés par plusieurs firmes immobilières telles que Evergrande ou Fantasia, les marchés craignent un scénario à la Lehman Brothers en 2008. Les dettes accumulées et détenues par des fonds d’investissement et des banques du monde entier pourraient provoquer une réaction en chaîne gravissime pour les marchés si ces firmes chinoises font faillites. Alors comment en est-on arrivé là ? Fera-t-on face réellement à un nouveau Krach ? Comment l’éviter ?

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 09:44
L’action d’Evergrande est suspendue en raison de craintes de défaut de paiement, ce qui fait chuter les contrats à terme et les cryptos

Deux semaines après que les marchés se sont affolés au sujet d’Evergrande, pour oublier complètement que le secteur immobilier chinois est sur le point d’être frappé par une crise majeure, les contrats à terme ont été revus à la baisse dans la nuit de dimanche à lundi et les actions de Hong Kong ont connu leur plus forte chute en deux semaines après que les actions d’Evergrande et de son unité de gestion immobilière ont été suspendues de la négociation lundi à Hong Kong, les traders s’attendant à un nouveau test de dette pour le promoteur.

Aucune raison n’a été donnée pour l’arrêt des transactions lundi, les actions d’une autre unité, China Evergrande New Energy Vehicle, étant toujours négociées à Hong Kong.

Après qu’Evergrande n’ait pas réussi à payer les intérêts de deux obligations offshore, l’incertitude sur la dette d’Evergrande est revenue, car on se demande si la société ne manquerait pas à ses obligations sur un billet en dollars arrivant à échéance le 3 octobre, émis pour un montant initial de 260 millions de dollars par une entité appelée Jumbo Fortune Enterprises et garanti par Evergrande. L’échéance étant un dimanche, la date d’échéance effective est le lundi. L’émetteur est une coentreprise dont les propriétaires comprennent Hengda Real Estate, la principale unité onshore d’Evergrande.

 

Ce qui est remarquable à propos de la note Jumbo Fortune, c’est que contrairement aux deux précédents défauts de paiement qui bénéficient d’un délai de 30 jours, l’échéance du dimanche n’a pas de délai de grâce et le non-paiement du principal de l’obligation constitue un défaut, bien que, comme le note Bloomberg, cinq jours ouvrables soient accordés si le défaut de paiement est dû à une erreur administrative ou technique. Les détails des garanties n’étaient pas largement connus, car le prospectus de l’obligation n’est pas accessible au public et l’opération n’était pas cotée en bourse. Le fait que le lundi soit un jour férié en Chine ajoute à la marge de manœuvre potentielle.

La nouvelle de la suspension a fait plonger les contrats à terme du S&P dans le rouge après des gains antérieurs, et le Topix japonais a également cassé un gain antérieur…

… et a fait chuter le Hang Seng de Hong Kong de 2,7 %, soit la plus forte baisse en deux semaines, les actions des sociétés pharmaceutiques et technologiques étant en chute libre. À la suite de l’annonce de Merck, Wuxi Biologics a enregistré une chute de 8,1 %, la plus forte depuis le 20 août, tandis que CSPC Pharmaceutical a chuté de 7,1 %. Dans le secteur des technologies, l’indice Hang Seng Tech a étendu sa chute à 2,6 % ; Ping An Healthcare et Alibaba Health l’ont entraîné dans leur chute, avec des baisses d’au moins 6 % chacun.

La suspension d’Evergrande a également eu des répercussions sur les cryptomonnaies, bien que personne, à part une poignée d’algos confus, ne veuille vendre des cryptomonnaies alors que la Chine ne peut plus interdire le bitcoin et que ses pairs l’ont déjà interdit environ 17 fois.

Pourtant, alors que les algos nerveux cherchaient à nouveau Evergrande sur Google, il semble que la Chine ait déjà pris des mesures actives pour sécuriser la faillite à venir, Caillan rapportant que Hopson Development – qui a également été interrompu à Hong Kong ce matin – était prêt à acquérir une participation de 51 % dans Evergrande Property Services pour plus de 40 milliards de dollars de Hong Kong, un modèle pour ce à quoi ressembleront les futurs sauvetages (forcés) fragmentaires du promoteur immobilier insolvable.

Le prochain « Moment Lehman » - La Chine essaiera-t-elle de créer une diversion dangereuse ?
 

Rédigé par James Rickards via DailyReckoning.com,

Le discours heureux de Wall Street voudrait vous faire croire que l'effondrement financier d'Evergrande en Chine est sous contrôle et que les parties responsables ont pris des mesures pour éviter un « moment Lehman » sur les marchés des capitaux chinois.

Presque tout dans ce récit est factuellement faux. C'est le discours joyeux de Wall Street à son meilleur, assurant aux investisseurs que les choses sont sous contrôle tandis que l'argent intelligent court pour les collines. Quelque chose de plus proche de la vérité a été rapporté le même jour dans  le Wall Street Journal . Voici leur résumé :

Les autorités chinoises demandent aux gouvernements locaux de se préparer à la chute potentielle du groupe China Evergrande, selon des responsables familiers avec les discussions, signalant une réticence à renflouer le promoteur immobilier endetté tout en se préparant à toutes les retombées économiques et sociales des difficultés de l'entreprise…

Les gouvernements locaux ont reçu l'ordre de réunir des groupes de comptables et d'experts juridiques pour examiner les finances autour des opérations d'Evergrande dans leurs régions respectives, parler aux promoteurs immobiliers locaux et privés pour se préparer à reprendre des projets immobiliers locaux et mettre en place des équipes chargées de l'application de la loi. pour surveiller la colère du public… un euphémisme pour les protestations, selon les gens.

 

Le faux plan de la Chine

Ce plan de gestion de crise réel est le pire playbook possible. Pourquoi?

Toute réponse à une crise financière doit être centralisée afin que les décisions sur la manière de déployer des ressources limitées puissent être prises rapidement. Certains prêteurs doivent être sauvés, d'autres devraient être autorisés à faire faillite. Les détenteurs d'actions devraient être éliminés. Les investisseurs étrangers dans la dette libellée en dollars d'Evergrande seront laissés à eux-mêmes et chercheront éventuellement un soulagement dans leur pays d'origine.

Le fait est que ces types de décisions ne peuvent pas être prises par les « gouvernements locaux » comme le proposent les Chinois. Le plan du gouvernement n'est pas un effort sérieux pour tronquer une crise financière. Il semble davantage conçu pour supprimer les troubles sociaux et peut-être arrêter les « fauteurs de troubles ».

Les analystes occidentaux ne comprennent pas cette dynamique car ils voient les événements à travers le prisme des normes de Wall Street et de Washington.

Mais le Parti communiste chinois ne se soucie pas de savoir si les oligarques chinois ou les investisseurs dans les ETF BlackRock perdent de l'argent. Cela leur va bien. Ce sont des communistes.

La bonne et la mauvaise nouvelle

La bonne nouvelle est que le mythe chinois s'est maintenant révélé être une fraude. Le rêve mondialiste pour la Chine s'est effondré et a brûlé. Bon débarras.

Les régulateurs chinois pensent avoir les ressources pour renflouer ou restructurer Evergrande avec quelques décotes pour les créanciers.

Ils le font probablement, mais cela manque le point.

Les investisseurs d'Evergrande organisent maintenant des manifestations auprès des banques après avoir appris que leurs prêts à Evergrande ne seront pas remboursés avant deux ans. Bien sûr, Evergrande sera en faillite bien avant cela, et les investisseurs n'obtiendront finalement rien.

C'est un autre fiasco en préparation, car ces investisseurs se débarrasseront de ces biens immobiliers indésirables, ce qui entraînera à son tour l'effondrement du marché immobilier. Essentiellement, les régulateurs chinois sont tellement désespérés qu'ils essaient de payer les créanciers en nature avec des actes immobiliers dont personne ne veut.

Les Chinois ne regardent que ce qu'il y a à l'intérieur des quatre murs d'Evergrande et ignorent le fait que l'ensemble de leur système immobilier et financier est au bord d'un effondrement historique mondial.

Mais voici le vrai problème : les dégâts ne se limiteront pas à Evergrande. Il se propagera rapidement aux contreparties d'Evergrande, y compris d'autres développeurs et banques.

Cette combinaison sans précédent de crise financière et d'indifférence communiste pourrait entraîner une contagion à part entière qui pourrait se transformer en crise aux États-Unis et en Europe en quelques mois.

Je l'ai toujours prédit, mais en réalité, ce n'était pas si difficile à prévoir. L'économie chinoise est essentiellement un système de Ponzi axé sur la dette.

Jusqu'à la moitié de l'investissement de la Chine est un gaspillage total. Il crée des emplois et utilise des intrants comme le ciment, l'acier, le cuivre et le verre. Mais le produit fini, qu'il s'agisse d'une ville, d'une gare ou d'un complexe sportif, est souvent un éléphant blanc qui restera inutilisé. Le paysage chinois est jonché de « villes fantômes » résultant du gaspillage d'investissements et du modèle de développement défectueux de la Chine.

Et comme je l'ai déjà expliqué, cela a de sérieuses implications pour le leadership chinois…

Le « mandat du ciel » en péril

L'économie chinoise ne consiste pas seulement à fournir des emplois, des biens et des services. Il s'agit de la survie d'un régime pour un Parti communiste chinois qui fait face à une crise existentielle s'il n'y parvient pas.

C'est un régime illégitime qui ne restera au pouvoir que tant qu'il fournira des emplois et un niveau de vie élevé au peuple chinois. L'impératif primordial des dirigeants chinois est d'éviter les troubles sociaux.

Si la machine à emploi de la Chine se saisit, comme certaines parties de celle-ci l'ont fait lors de l'épidémie de coronavirus, Pékin craint que des troubles populaires n'apparaissent à une échelle potentiellement beaucoup plus grande que les manifestations de 1989 sur la place Tiananmen. C'est une menace existentielle pour le pouvoir communiste.

Le président Xi Jinping pourrait rapidement perdre ce que les Chinois appellent « le mandat du ciel ».

C'est un terme qui décrit la bonne volonté intangible et le soutien populaire dont les empereurs ont besoin pour gouverner la Chine au cours des 3 000 dernières années. Si le Mandat du Ciel est perdu, un dirigeant peut tomber rapidement.

Même avant la crise actuelle, la Chine a connu de graves problèmes économiques structurels qui la rattrapent enfin.

La Chine est tellement endettée qu'elle est maintenant au point où plus de dette ne produit pas de croissance. L'ajout de dette supplémentaire aujourd'hui ralentit l'économie et remet en question la capacité de la Chine à assurer le service de sa dette existante.

Essentiellement, la Chine se trouve devant un dilemme sans issue. La Chine a été le moteur de la croissance au cours des huit dernières années avec un crédit excessif, des investissements dans les infrastructures gaspillés et des programmes de Ponzi.

Les dirigeants chinois le savent, mais ils ont dû maintenir la machine de croissance à la vitesse supérieure pour créer des emplois pour des millions de migrants venant de la campagne vers la ville et pour maintenir des emplois pour les millions d'autres déjà dans les villes.

La Chine tentera-t-elle de créer une dangereuse diversion ?

Les deux moyens de se débarrasser de la dette sont la déflation (qui se traduit par des radiations, des faillites et du chômage) et l'inflation (qui se traduit par un vol de pouvoir d'achat, semblable à une augmentation d'impôts).

Les deux alternatives sont inacceptables pour les communistes parce qu'elles n'ont pas la légitimité politique pour endurer le chômage ou l'inflation. L'une ou l'autre politique provoquerait des troubles sociaux et libérerait un potentiel révolutionnaire.

La question est de savoir si la Chine agira de manière agressive contre Taïwan, par exemple, pour distraire le peuple et tenter de les unir ?

La Chine ne veut pas la guerre en ce moment. Mais détourner l'attention du peuple des problèmes intérieurs vers un ennemi étranger est une vieille astuce utilisée par les dirigeants pour unir le peuple en période d'incertitude.

Si les dirigeants chinois décident que le risque de perdre leur légitimité chez eux l'emporte sur le risque de conflit qui impliquerait probablement les États-Unis, la probabilité d'une guerre augmente considérablement.

Je ne fais pas de prédiction précise, mais les guerres ont moins commencé. C'est une période très dangereuse.

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2021 7 19 /09 /septembre /2021 11:04
Les plus gros transporteurs maritimes tirent la sonnette d’alarme : les prix des transports de fret vont monter en flèche !!!
 

À l’instar des tarifs des conteneurs, les tarifs d’expédition de vrac sec sont sur le point d’augmenter en raison de la capacité limitée des navires et de la forte demande, selon le président et chef de la direction de Genco Shipping, John Wobensmith, qui s’est entretenu avec Bloomberg.

« Je pense que les taux peuvent augmenter à partir de maintenant », a déclaré Wobensmith. « Vous arrivez à un point, et vous l’avez vu dans les conteneurs, où vous atteignez un certain taux d’utilisation, et vous commencez à voir des prix pharanoiques. Je pense que nous nous rapprochons de cette période. »

Il a déclaré : « fondamentalement, vous avez une demande supérieure à la croissance de l’offre », ajoutant que les accords de fret sont supérieurs à 20 000 $ pour le premier trimestre, un niveau jamais vu de façon saisonnière depuis une décennie.

Plus de 5 milliards de tonnes de marchandises, telles que le charbon, l’acier et les céréales, sont expédiées dans le monde entier dans des vraquiers au cours d’une année donnée. Un mouvement plus élevé de l’indice Baltic Dry (BDI) indique qu’il y a une demande croissante des produits de base sur les principales voies de navigation.

Le crédit accordé à l’argument de Wobensmith est le BDI sur une base saisonnière montre que la demande dépasse actuellement l’offre des navires et exerce une pression sur les coûts.
Il ne s’attend pas à ce que les tarifs des vraquiers connaissent un renversement significatif avant le début de l’année prochaine, alors que la demande connaît un creux saisonnier. « Vous avez besoin de très peu de croissance de la demande pour continuer à construire ce que nous avons vu cette année », a-t-il déclaré. « Il s’agit plus de hauts et de bas plus élevés qu’autre chose. »

L’impulsion du crédit alloué par la Chine doit augmenter pour que le boom des matières premières et les taux des vraquiers restent élevés.

Outre la Chine, l’adoption d’un projet de loi sur les infrastructures aux États-Unis pourrait être l’injection fiscale qui pourrait également entraîner une hausse des prix des produits de base, continuant ainsi à faire grimper les tarifs des vraquiers.

Tout cela alimente fortement l’inflation, alors que la Réserve fédérale essaie de convaincre tout le monde qu’elle ne sera que « transitoire ».

Source: zerohedge

___________________________________________________

Pourquoi les distributeurs s’apprêtent à augmenter les prix en rayon…

Pénurie de matières premières dans les supermarchés et magasins de bricolage

 

Pénurie de pâtes, semoule et riz dans un supermarché en mars 2020
MARTIN BUREAU / AFP

 
 
Auteur(s): FranceSoir
 

Un an et demi après le début de la crise sanitaire du Covid-19, de nombreuses matières premières comme le blé, le café, le bois ou le métal manquent à l’appel dans les rayons des magasins. Une pénurie inédite qui risque de s’accompagner d’une hausse des prix.

Une pénurie mondiale

Si vous vous êtes récemment rendus au supermarché ou dans une enseigne de bricolage, vous les avez sans doute remarqués : ces rayons presque vides, alors qu’ils débordaient encore de produits en début d’année. En cause : une pénurie mondiale de matières premières qui touche non seulement les produits alimentaires, mais aussi les composants électroniques et le bois, le métal ou encore le plastique.

Une conjoncture économique défavorable

Pour les spécialistes, ces pénuries multiples sont dues à une baisse mondiale de la production de matières premières en raison de différents facteurs : la pandémie, mais aussi les sécheresses extrêmes de cet été, combinées à une reprise économique intense.

Outre la menace qui pèse sur les produits à base de blé dur comme la farine ou les pâtes, les ruptures concernent aussi d’autres secteurs, notamment celui de l’ameublement. Le géant suédois Ikea a ainsi indiqué n'être plus en mesure de satisfaire l'intégralité des intentions d'achats de ses clients, en France et à l’étranger. Même problème dans les magasins de jouets ou encore les enseignes de bricolage, impactés par la pénurie de composants électroniques et de plastique, ainsi que le manque de conteneurs pour transporter les marchandises produites en Asie.

Une hausse limitée des prix

Les consommateurs doivent-ils alors craindre une hausse des prix ? Pour l’heure, les spécialistes des différents secteurs restent optimistes. Interrogé par Le Figaro, le PDG du groupe Système U, Dominique Schelder, estime en effet que ces pénuries pourraient se traduire par « une éventuelle hausse sur certains produits », mais que celle-ci restera limitée. « Il y aura peut-être un impact notamment sur la période de fin d'année sur certains produits frais où l'alimentation animale a augmenté, mais on n’en est pas encore là », ajoute-t-il.

Même son de cloche du côté du syndicat agricole FNSEA. Interviewée par RMC le 19 août, sa présidente Christiane Lambert a rappelé que « pour un Français qui mange neuf kilos de pâtes par an, si le blé dur augmente de 5 %, cela va représenter deux centimes par kilo de pâtes, donc on est sur des niveaux de hausse pas très élevés. »

Auteur(s): FranceSoir

Anice Lajnef – ALERTE: Le géant de l’immobilier chinois Evergrande annonce la suspension de cotation de ses obligations domestiques. Les marchés financiers détestent les suspensions de cotation. La crise de 2007 avait justement démarré avec la suspension de cotation par la BNP de 3 de ses fonds cotés.

USA : Le tsunami de faillites commence : des milliers d’avis de défaut de paiement refont surfaces… De très fortes tensions se profilent !
 

Il y a deux semaines, en montrant l’étrange corrélation entre les défauts de paiement et les taux de chômage, nous avons prédit que le nombre de dossiers du chapitre 11 qui est sur le point d’inonder les États-Unis sera tout simplement hors norme.

Tout ce qui manquait était un catalyseur… et selon Bloomberg, ce catalyseur est arrivé au cours de la semaine dernière, alors que les propriétaires de commerces de détail ont envoyé des milliers d’avis de défaut de paiements aux locataires, qui à leur tour ont connu un effondrement du trafic piétonnier, des ventes et des flux de trésorerie en raison de la pandémie de COVID-19, et sont tout simplement incapables de payer leurs dettes.

Selon Bloomberg, les restaurants, les grands magasins, les marchands de vêtements et les chaînes spécialisées ont reçu des avis de propriétaires – dont certains ont passé jusqu’à trois mois sans percevoir de loyer.

« Les lettres de défaut de paiements des propriétaires s’envolent », a déclaré Andy Graiser, co-président de la société immobilière commerciale A&G Real Estate Partners. « Cela crée une véritable peur sur le marché. »

La pression exercée par les avis de défauts de paiements et les actions de suivi telles que la fermeture de magasins ou la résiliation de baux a été citée dans les faillites de Modell’s Sporting Goods et Stage Stores Inc. De nombreuses chaînes ont cessé de payer le loyer après que la pandémie a fermé la plupart des magasins américains, arguant qu’elles pourraient conserver de l’argent avant que les propriétaires ne demandent le paiement.

Les enjeux sont énormes et les propriétaires en souffrent aussi. Un loyer estimé à 7,4 milliards de dollars pour avril n’a pas été payé, soit environ 45% de ce qui est dû, selon une analyse récente du groupe CoStar, qui a également révélé que seulement un quart des paiements de loyer attendus ont été reçus par les propriétaires.

« Si les propriétaires ne font pas une pause dans leurs actions, vous allez voir bien plus de faillites. »

La question est alors de savoir qui renflouera les propriétaires et si leurs créanciers seront tout aussi généreux en acceptant l’abstention.

Cela dit, la réception d’un avis de défaut de paiement ne signifie pas nécessairement qu’un commerçant sera licencié de sitôt, d’autant plus qu’il n’y a personne en file d’attente pour l’immobilier : certains propriétaires envoient simplement des lettres pour préserver leurs droits légaux tout en discutant de la situation avec locataires, et d’assurer leur place en tant que créancier garant une fois que le tsunami par défaut commence sérieusement.

L’une de ces sociétés, Simon Property Group Inc., affirme être en négociations actives avec les commerçants de ses centres commerciaux et tenir compte de la situation financière de leurs locataires. « En fin de compte, nous avons un contrat et nous nous attendons à être payés », a déclaré le PDG David Simon lors de l’appel aux résultats de la société le 11 mai.

« Les propriétaires ont un contrat légal », a déclaré Vince Tibone, analyste principal de Green Street Advisors. « Cependant, d’un point de vue pratique, beaucoup de ces détaillants sont au bord de la faillite et ne peuvent tout simplement pas payer pour le moment. »

Cependant, comme indiqué ci-dessus, les propriétaires sont bien entendu toujours aux prises avec leurs propres factures, y compris les dettes bancaires qu’ils sont censés payer. Jeudi, nous avons signalé que les centres commerciaux américains traversaient une crise qui a commencé en janvier alors que les vacances atteignaient un niveau record.

Et plus tôt vendredi, nous avons signalé que les détaillants américains ont représenté la majeure partie des défauts de paiement au cours des deux derniers mois, car ils ont été contraints de fermer temporairement des magasins pour faire face à la pandémie de COVID-19.

Les détaillants Neiman Marcus Group, J.Crew et JC Penney ont déjà déposé une demande de mise en faillite (chapitre 11) ce mois-ci aux États-Unis. Mais la véritable vague de faillites était en veille pendant la période de grâce tacite liée au covid et juste avant que les avis de défaut de paiement commencent à être se multiplier.

Les lettres ont commencé à arriver en mars et début avril, « mais le taux de ces avis a sensiblement augmenté fin avril et début mai », a déclaré Stage Stores. Certains propriétaires ont commencé à verrouiller l’entreprise « et ont menacé d’expulser les débiteurs et de disposer de l’inventaire en magasin ». La société a également déclaré que « répondre et gérer ces avis de défaut et les litiges connexes en dehors du chapitre 11 aurait été une tâche extrêmement difficile ».

« Ce n’est pas comme s’il y avait beaucoup d’investisseurs qui cherchaient à acheter des détaillants qui font la démarche de s’inscrire au chapitre 11 », a déclaré Grasier, ajoutant que « les propriétaires et les détaillants doivent vraiment se réunir et se rendre compte qu’ils traversent la même galère. »

Certains propriétaires l’obtiennent, selon Tom Mullaney, directeur général de la restructuration de la société de services immobiliers Jones Lang LaSalle. Les détaillants qu’il représente reçoivent des lettres de défaut de paiement qui sont compréhensives et sympathiques ; d’autres propriétaires en revanche, adoptent un ton plus agressif.

Ce qui est plus intéressant, c’est l’action, ou l’absence d’action, par les propriétaires par la suite, a déclaré Mullaney. « Dans de nombreux cas, les lettres envoyées ne font pas l’objet d’un suivi », a-t-il déclaré – les propriétaires préservent simplement leurs droits légaux. Peut-être qu’ils n’ont tout simplement pas les fonds pour engager des avocats ?

D’autres, quant à eux, ne font que se faire justice eux-mêmes : certains propriétaires ont perdu patience et ont mis en ultimatum à ses clients de Mullaney. « L’environnement devient assez difficile et émotionnel pour les deux antagonistes », a-t-il déclaré. « La seule chose pire que d’être un détaillant en ce moment, c’est d’être un propriétaire de commerce de détail. »

Source: zerohedge

Marc Faber, investisseur légendaire, économiste et prévisionniste de marché, pense que les banques centrales (BC) ne vont pas réduire l’impression monétaire. C’est tout le contraire.

 

faber

Il prévoit que les banques centrales vont imprimer encore plus d’argent à un rythme plus rapide pour maintenir le système économique défaillant un peu plus longtemps. Le Dr Faber explique :

« Ce qui est perçu comme sûr, à savoir l’argent liquide, n’est plus sûr. Il n’est plus sûr. Vous me demandez ce qui est sûr ? Je ne sais pas ce qui est sûr quand vous avez des imprimeurs de monnaie qui impriment de la monnaie indéfiniment. Je ne pense pas qu’ils puissent s’arrêter. Je pense en fait qu’ils doivent accélérer leur impression monétaire. Donc, les actions peuvent monter, mais en termes réels, cela ne signifie pas que votre niveau de vie va augmenter. Peut-être que le niveau de vie des 50 personnes les plus riches du monde va augmenter, mais pas le niveau de vie de l’Américain typique… ou de l’Américain moyen. Ce niveau de vie va baisser…. Toute cette impression monétaire est une mesure désespérée pour empêcher les électeurs de se rebeller. »

Le Dr Faber prédit que non seulement nous allons assister à une plus grande inflation des actifs, mais aussi à une inflation spectaculaire des salaires. Le Dr Faber, qui est titulaire d’un doctorat en économie, déclare :

« Ce qui va se passer selon moi, et que la plupart des gens n’ont pas vraiment envisagé, c’est que nous allons avoir une inflation des salaires. Pour la première fois depuis la fin des années 1970, l’inflation des salaires va s’accélérer, et dans certains cas, elle sera assez spectaculaire. Dans certains États, le salaire minimum est de 15 dollars. Je pourrais voir ce salaire passer à 30 dollars de l’heure très rapidement. Je ne pense pas que l’inflation soit « transitoire » (comme le proclame la Fed). Nous n’aurons pas de stagflation. Nous aurons quelque chose de pire. Nous aurons une hausse des prix et une dépression du niveau de vie de la plupart des gens. »

Le Dr Faber affirme que le marché boursier américain est « surévalué et trop détenu ».

Il aime les actions de pays étrangers, l’immobilier « loin des villes » et l’or physique, l’argent et un peu de cash. M. Faber apprécie également la présence de crypto-monnaies dans son portefeuille.

Le Dr Faber est moins préoccupé par la situation économique que par la montée du socialisme et du communisme dans le monde occidental. Faber soutient que le socialisme détruit les économies et la liberté. Faber fait remarquer,

« Je peux vous dire une caractéristique de tous les pays socialistes que j’ai visités dans ma vie, et tous avaient moins de liberté, moins de bonheur que nous, et les niveaux de vie étaient substantiellement, pas un peu, mais substantiellement inférieurs à ce qu’ils sont dans le monde capitaliste libre… Je suis désolé de dire que je pense que le monde occidental s’est engagé dans une voie très dangereuse où essentiellement, grâce aux taux d’intérêt zéro, tout est gratuit. Puis vous obtenez des conséquences involontaires. »

Donc, avec l’inflation qui augmente et le niveau de vie qui baisse en Occident, la possibilité d’une guerre augmente-t-elle ? Faber répond ,

« Correct. Je pense qu’une fois que cette histoire de Covid19 sera terminée, l’élite, ceux qui font de l’argent, iront à la guerre. C’est la dernière recette pour maintenir l’unité de la population. »

Rejoignez Greg Hunter pour un tête-à-tête avec le Dr Marc Faber du « Gloom, Boom & Doom Report ». 04/09/21

Dans une autre interview, cette fois avec Adam Taggart de Wealthion, Faber fustige Bernanke, Yellen et Powell « comme les bureaucrates de bas étage que j’ai vus dans l’histoire ».

« Ces gens vont continuer à imprimer de l’argent. »

« Les universitaires diront que nous n’en avons pas imprimé assez. »

« Les banquiers centraux sont des criminels. »

Comme le note Mike Shedlock, le portefeuille de Faber est composé de 25% de métaux précieux, 25% d’immobilier, 25% d’actions et 25% d’obligations. Faber prédit que le cash disparaîtra, mais sera remplacé par des crypto-monnaies de banques centrales « tout aussi mauvaises ».

« Qui veut contrôler votre argent ? », demande Faber.

« La beauté de l’or et de l’argent est que personne ne le contrôle ».

De plus, Faber dit « n’oubliez pas : la Fed mentira toujours, de la même manière que les généraux américains ont déformé les conditions infortunées de l’Afghanistan au monde entier afin de maintenir la machine de guerre. »

Et rappelle aux lecteurs de se souvenir des mots de Léon Nikolaïevitch Tolstoï :

« Dans toute l’histoire, il n’y a pas de guerre qui n’ait été ourdie par les gouvernements, les gouvernements seuls, indépendamment des intérêts des peuples, pour lesquels la guerre est toujours pernicieuse, même lorsqu’elle réussit. »

Traduction : Aube digitale

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2021 2 20 /07 /juillet /2021 17:53

Encore une idée lumineuse du grand Conducator, vendre l'or de la France. Pour aider l'Afrique ou via la JP Morgan faire une affaire financière (La JP Morgan est chargée de gérer l'or de la France, ou plutôt comment après son arrivée au pouvoir Macron à donner la gestion de l'or de la France à l'un de ses financeur de campagne)

Il faut bien se rendre à l'évidence, avez vous vu un banquier vous faire des cadeaux, si oui dites le moi, j'y cours dans l'heure. Encore une opération a regarder de très très près ; en espérant que cela ne se fasse jamais, car ce serait hypothèquer une part de notre avenir.

 

Partager cet article
Repost0

Pages