Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

4 février 2021 4 04 /02 /février /2021 17:21

Encore une résolution ambivalente du Conseil de l'Europe au sujet de la vaccination.

En gros vous pouvez vous faire vacciner ou pas mais vous n'aurez pour informations que celles que les Etats vous  donneront ç'est à dire les laboratoires.

Le Conseil de l'Europe dans la même ligne note  que «nous ne pouvons pas exclure les effets secondaires potentiels, en particulier à long terme», elle ne mentionne pas la grande préoccupation concernant le nombre de décès, les effets secondaires indésirables et les conséquences inconnues des vaccins, y compris sur la fertilité."

Alors autant dire qu'elle souligne les effets secondaires potentiels notamment à long terme tout en les éludant. Vive la nov'langue!

Les lignes intéressantes sont en gras et plus gros.

Elles concernent également les relayeurs d'informations ainsi que les alerteurs.

 

Le Conseil a exhorté les gouvernements à «s'assurer que les citoyens sont informés que la vaccination n'est PAS obligatoire et que personne ne subit des pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s'il ne souhaite pas le faire lui-même».

par Michael Haynes

Conseil de l'Europe

Le Conseil de l'Europe a indiqué que, par respect des droits de l'homme, les gens ne doivent pas être forcés de se faire vacciner contre le COVID et qu'il ne devrait y avoir aucune répercussion pour ceux qui n'en ont pas.

Le Conseil de l'Europe a été fondé à la suite de la Seconde Guerre mondiale en 1949 et compte désormais 47 pays européens, les États-Unis, le Canada et le Saint-Siège étant inscrits sur la liste des États observateurs.

 

Son objectif est de «promouvoir la démocratie et de protéger les droits de l'homme et l'État de droit en Europe» et est distinct de l'Union européenne.

Le Conseil supervise la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) et, bien que le Conseil ne puisse pas adopter ses propres lois contraignantes, ses différents membres doivent respecter les «droits et libertés énoncés dans les traités de l'organe».

L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) est composée de membres des parlements nationaux des Etats membres.

En septembre 2020, l'APCE a lancé une motion d'examen , concernant la question des vaccinations COVID-19 , et en particulier les «considérations éthiques, juridiques et pratiques». Après un débat parlementaire à l'Assemblée, la résolution a été adoptée la semaine dernière, à une majorité de 115 voix contre 2, avec 13 abstentions.

La résolution conseillait aux gouvernements, aux «États membres et à l'Union européenne» d'encourager les gens à se faire vacciner autant que possible, tout en précisant très clairement que les vaccins obligatoires n'étaient pas autorisés, malgré l'objectif d'assurer une «forte utilisation des vaccins».

La section 7.3.1 se lit comme suit: «s'assurer que les citoyens sont informés que la vaccination n'est PAS obligatoire et que personne ne subit des pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s'il ne souhaite pas le faire lui-même.»

 

En outre, la résolution stipule que des protections doivent être accordées à ceux qui ne sont pas vaccinés, afin qu'ils n'encourent aucune pénalité pour ne pas avoir reçu l'injection: «veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas avoir été vacciné, en raison de possibles risques pour la santé ou ne pas vouloir se faire vacciner. »

Le document ajoute également que des informations complètes et appropriées doivent être fournies, informant les utilisateurs potentiels de tout effet secondaire possible du vaccin.

Il déclare que les gouvernements doivent «diffuser des informations transparentes sur la sécurité et les effets secondaires possibles des vaccins, en travaillant avec et en réglementant les plateformes de médias sociaux pour empêcher la propagation de la désinformation».

Outre la question des vaccins obligatoires, la résolution traite également de la question des certificats de vaccination, que certains responsables politiques ont proposé d'utiliser efficacement comme passeports, ce qui limiterait la circulation de ceux qui n'ont pas été vaccinés.

Il a déclaré que ces certificats ne peuvent être utilisés que dans le «but désigné de surveiller l'efficacité des vaccins, les effets secondaires potentiels et les événements indésirables».

En fait, le passage ci-dessus a été ajouté spécifiquement à la suite d'un amendement apporté au projet de résolution original, et la note explicative de la clause nouvellement insérée était clairement et fermement opposée à ces passeports vaccinaux.

«Les certificats de vaccination ne doivent pas être utilisés comme« passeport de vaccination »(aux frontières, dans l'aviation ou pour l'accès aux services). Une telle utilisation serait non scientifique en l'absence de données sur l'efficacité des vaccins pour réduire la transmission, la durée de toute immunité acquise, ainsi que le pourcentage de `` défaut '' de produire une immunité en raison de nouvelles variantes, de la charge virale et du retard des secondes doses .

«Une telle utilisation poserait également des problèmes de confidentialité et, compte tenu de la disponibilité limitée des vaccins, pourrait perpétuer et renforcer les pratiques d'exclusion et de discrimination.»

Alors que la nouvelle est une défense bienvenue des droits de l'homme individuels face à un déploiement mondial de vaccins, la résolution du Conseil fait néanmoins fortement la promotion des vaccins COVID en tant que principale mesure de lutte contre la propagation du COVID-19, et la clé par qui pour déverrouiller les pays du verrouillage.

Il conseille également aux États «de prendre rapidement des mesures efficaces pour lutter contre la désinformation, la désinformation et les hésitations concernant les vaccins Covid-19».

Une autre question que le Conseil ignore largement est la question de la sécurité des vaccins.

Si la résolution reconnaît que «nous ne pouvons pas exclure les effets secondaires potentiels, en particulier à long terme», elle ne mentionne pas la grande préoccupation concernant le nombre de décès, les effets secondaires indésirables et les conséquences inconnues des vaccins, y compris sur la fertilité.

Raymond Wolfe de LifeSite a rapporté que des données récentes des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis signalent qu'au 22 janvier, au moins 271 personnes étaient décédées après avoir reçu un vaccin COVID. La plupart des décès sont survenus dans les 48 heures suivant la réception du vaccin.

Une autre source de préoccupation majeure est qu'un  avertissement émis par le gouvernement britannique au  sujet du vaccin de Pfizer a révélé qu'il n'y avait aucune information sur l'effet du vaccin sur la fertilité, et a stipulé que la grossesse devrait être évitée pendant deux mois après l'injection, tandis que les mères allaitantes ne devraient pas ne le reçois pas.

Contrairement à ces vaccins non testés et potentiellement dangereux, les médicaments établis de longue date, l'  ivermectine  et l'  hydroxychloroquine,  ont connu un  grand succès dans le traitement du COVID-19 , les médecins affirmant que l'ivermectine «oblitère essentiellement la transmission de ce virus», avec «une efficacité miraculeuse».

Pendant ce temps, l'  hydroxychloroquine  pourrait  réduire la mortalité  des patients COVID «de 50%». L'Association of American Physicians & Surgeons a expliqué que le taux de mortalité COVID «dans les pays qui permettent l'accès au HCQ est seulement 1 / 10ème du taux de mortalité dans les pays où il y a interférence avec ce médicament, comme les États-Unis.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages