Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 125 000 visiteurs 188 000 pages vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 Vous êtes 95 000 a  avoir visité ce site, 170 000  pages ont été consultées ; je vous en remercie.

Recherche

28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 10:13

Blason :

Assailly (Assalit, Assalhit) D'azur, à trois lis de jardin d'argent, tigés et feuillés de sinople. Supports: deux lions ou deux griffons d'or.
Devise: TERRIS ALTIUS ou TERRA ALTIS


 



 (La couleur azur est portée vers la fin du XVIIème, la couleur originale est de gueule soit un émail rouge. (tel que cela a été enregistré en 1696 dans l'Armorial général par Edit, quatre fois)) Le nom originel est Assalit, Assalhit, Assalty, Assaly, ou Assailly. noté dans les textes comme Assalitus sans d' celui ci est rajouté très tardivement vers le XVème environ. Il y a une variation de l'orthographe due à la prononciation.


http://www.euraldic.com/blas_as.html

Mais aussi lion au repos sous pointe blason.  Les blasons ne sont pas fixés au XIIème siècle la famille d'Assailly-Assailly (comme il est précisé dans les bases héraldiques par ces détails :

ASSAILLY Niort, Poitou - François, escuier, sieur du Peux
ASSAILLY (D') Poitou (Supplt49) (notes sur l'origine du nom)
ASSAILLY (D') France
ASSAILLY (D') Niort
ASSAILLY (D') ou D'ASSALY ou D'ASSALIT
ASSAILY OU ASSAILLY Poitou - Comtes. Niort
ASSALY Niort, Poitou - Louise
ASSALY Niort, Poitou - Madeleine, fille
tous devise "terra altis" ou "terris altius" et même blason

ASSALYT (D') De Tyr Ou De Sailly - Languedoc (JM1504) voir gilbert ou gerbert d'assailly - d'assalit sur site

prend le lys comme emblème et non le lion  avec les molettes (signe de chevalerie) comme gilbert ou gerbert d'Assailly. Il semble donc antérieur à l'autre blason et  donc être celui original de cette même famille. Les lis étant connus plus tardivement. Gilbert d'Assalit, (Assalhit, Assailly) est neveu de Guillaume Assalit de Brissac (Hérault) (de castro Breixach, ce qui porte à penser que le lion est bien celui des seigneurs de Brissac dans l'Hérault. Après une succession houleuse, Guillaume perd Brissac qu'il devait récupérer et  qui passe à son frère (vers l'an 1000), Guillaume récupère alors les terres du Pouget, de Popian, ainsi que la villa Franconie (ainsi que quelque castrum) Le nom Assalit provient certainement du conflit qui opposa ce Guillaume aux abbayes d'Aniane et de Gellone, et qui jouèrent en faveur de son frère pour le domaine de Brissac. Les Assalit récupèrent bien plus tard ces terres par le biais de mariage, notamment avec les Roquefeuils (Aniort) (voir généalogie médiévale détaillée) et origine du nom et famille. (voir également les actes originaux sur ces liens)

- symbolique du lis :

Des représentations de Marie avec fleurs de lis se voient sur des monnaies émises par des évêques à partir du XIe siècle. Sous le nom de Cantique des Cantiques [Shir ha-shirîm] est connu un texte, vraisemblablement un poème d'Amour très antérieur à l'écriture de la Bible et intégré à celle-ci, qui a fait l'objet de multiples interprétations par les mystiques. Un fameux verset évoque un lis : «Je suis la fleur des champs et le lis des vallées» (Cant. 2, 1). La traduction pose en fait, d'insolvables problèmes d'identification des plantes. Pour le lis on peut aussi bien évoquer le Pancratium ou le Narcissus tazetta, entre autres. L'interprétation religieuse médiévale en fait le lis blanc. La fleur de lis prendra d'abord une valeur christologique, avec des représentations du Christ au milieu de lis ou de fleurons stylisés. Ensuite, avec le développement du culte à la Vierge, s'ajoute la symbolique mariale du lis. Elle est induite par le verset suivant du Cantique : «Comme un lis au milieu des épines, telle est ma Dame au milieu des lis» (Cant. 2, 2).
L'interprétation de la fleur du Cantique comme lis n'est pas définitive : aujourd'hui le havazzelet ha-Sharon est interprété comme étant le Pancratium. Si l'on tenait à l'identité scrupuleuse de la fleur mariale avec le lis du Cantique, ce serait donc maintenant le Pancratium

- le nom :

 

Le nom est écrit d'Assailly, d'Assalit, d'Assalet, d'Assaly (d'Assalhit Languedoc) suivant textes.  Seigneurs du Peux, Laurageais, Laubonnerie et de La Salmondière (voir suite).

Notée comme "antique famille" dans le Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou (BEAUCHET-FILLAU), d'origine écossaise suivant  tradition familiale (terres hautes ou terre haute); mais vraisemblablement incertain, les héraldistes certifient d'originent Languedociennne. Les multiples sources donnent des notations en Languedoc, vers Carcassonne (seigneurs du Laurageais), mais plus surement de Brissac dans l'Hérault

 

Des alliances sont contractées notamment avec des familles languedociennes et poitevines : (de) Châteauneuf, Marbeuf, Payen, Clarac, Grelier de Concize, Sahuget, Lasteyrie du Saillant, Creuzé de Lesser etc...

M. de Maupou intendant du Poitou, confime le 10 janvier 1699 par jugement la véracité de l'extraction. Les armoiries sont enregistrées quatre fois dans l'Amorial général créé par Edit royal en 1696 (Registre de la généralité de Poitiers folios 138, 146, 168)

Plutôt à voir comme cri de guerre "terra salit" ou bien "terra salii" ? de salire (lat.) ou salii (salien) ?

Mais aussi de "assalire" en Occitan qui veut dire "attaquer. (voir notes du Nobiliaire universel - Recueil général des généalogies...d'Europe de Ludovic de Magny 1858 Institut Héraldique) précisé dans un article postérieur. 

nobiliaire universel de Ludovic de Magny 

 

Au dernier ressort c'est bien le mon assalhir qui est mis en évidence notamment pour la période de son adoption soit vers l'an mil, concernant l'un des fils de la famille de Brissac dans l'Hérault, étonnamment ce surnom reste définitivement dans la succession et devient nom dès la deuxième génération, ce qui fait qu'il est particulièrement traçable dans les archives !!! autrement sur l'origine de cette famille il semble que vu les ascendants multiples l'on ait affaire a l'une des ancienne famille carolingienne (Francs Rhénans) installé par Charlemagne pour administrer et controler cette province. On y trouve un Palatin, et certainement l'un premier vidame (vicomte amovible) de Narbonne Francon 1er, qui récupére la fameuse villa Franconie (un consul ou podestat (Nice), et un viguier du Razes). Les ascendants tiennent tous des castrums dans d'anciennes vigueries, telles que Popian et Brissac, formant une enclave assez importante, que d'autres familles vont se charger de démanteler à leur profit avec l'appui d'abbayes (était ce une reprise de contrôle (générale sur les domaines des grands vassaux) des capétiens arrivés en 987, via les autorités ecclésiastiques), en tout cas cela participe fortement à l'éclosion du catharisme, en sachant pas de quel côté vient le conflit originel...

 

Ou du domaine à Sailly ; il existe un village de Sailly en Belgique dont la rivière qui le traverse est la LYS ? 

Le nom d'Assalit (d'Assalhit) est aussi un prénom tel celui d'Assalit de Comborn fils d'Archambaud V de Blanchefort et de Jourdaine de Périgord, finalement c'est le nom de Blanchefort qui est retenu pour cette famille, suite à la construction du château portant ce même nom vers 1130 dans le Limousin à deux lieues d'Uzerche - Cartulaire de l'abbaye d'Uzerche (fol. 398 et 185 fol. 54) sur donation faite a l'abbaye par le vicomte Archambaud V et Assalit de Blanchefort. (les armes sont :  d'or de deux lions léopardés de gueules). Il faut noter aussi que les Lasteyrie du Saillant avait une branche Comborn (Octavie de Lasteyrie du Saillant est mariée à Charles d'Assailly), une autre alliance des d'Assailly avec ce pays du Saillant  : les Sahuguet.


 Autres articles sur la ville de Niort :

Arrêt de la Cour des Aydes : Confirmation de la Lettre patente de 1610 sous la régence de Marie de Médicis,

Lettre de création d’un régiment royal de la ville de Nyort par Louis XIII le 16 juin 1621,
Arrêt du Conseil du Roy Louis XIV portant sur la réduction des échevins et officiers de la ville de Nyort le 18 juillet 1681,
Mythe du dragon de Nyort par M. D’Orfeuille, Saint Maixent an 7 de la République,
Parallèles entre le dragon de Niort et l’Hydre de Lerne, symbolisme des Hercules de la ville de Niort,
Etude sur les Poulpes, calamars, pieuvres et Hydres mythiques

Récit des opérations militaires en Bas Poitou durant les guerres de religions 1562-1622 (archives nationales de l’armée de terre),
Situation générale en Bas Poitou au XVIIème siècle,
Effets de la Révocation de l’Edit de Nantes ou Edit de Fontainebleau 1685,
Bref historique de la ville de Niort,
Chartes originales de la ville de Nyort, par Aliènor d’Aquitaine en 1203 et confirmées par ses successeurs,

Lettre patente de confirmation des privilèges par le roi Louis XIII, au Maire, échevins et pairs de la Ville de Nyort en 1610,

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages