Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 125 000 visiteurs 188 000 pages vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 Vous êtes 95 000 a  avoir visité ce site, 170 000  pages ont été consultées ; je vous en remercie.

Recherche

18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 16:13

 

cavalier-sarrasin.jpg

Cheval arabe :

 

L'instant de la visée, (peinture Mongole ci-dessus) :

Le cavalier attend que le cheval ne touche plus terre, le corps en osmose avec l'animal, les muscles de ses cuisses sentent l'amplitude des foulées, en un éclair il se dresse sur les étriers, les bras bandent l'arc, l'iris vise la fente du heaume, le cheval seul respire,  il vole, la flèche s'échappe des doigts, le traît fuse, la mort frappe.

 


 

taille de : 1m45 à 1m60

 

poids de : 350 à 400 kgs

 

esthétique équilibrée, raffinée

 

recherché pour son endurance, sa rapidité

 

trois types sont définis :

 

le Kehylan correspond au masculin à la force et l'endurance,

 

le Seglawi correspond au féminin à la grâce et la beauté,

 

le Muniqui plus sec correspond à la vitesse et à la course

 


 

Il proviendrait semble-t-il du dressage de chevaux à front plat des environs de la Caspienne au sud du Caucase vers quatre mille ans avant J.-C. Les nomades le sélectionne de manière à obtenir un cheval adapté aux climats du Moyen-Orient puis de la péninsule arabique.

 

Il peut maintenir une allure de 15 à 18 kms/h sur 80 km, il est naturellement conformé pour le galop, il produit des foulées amples avec une minimum d'efforts constants car il à des paturons et des canons plus courts que les grandes races. Il possède des qualités de proprioception ; c'est à dire que son mouvement est adapté à la configuration du terrain afin de fatiguer les articulations au minima, ce qui lui permet de se déplacer sur des terrains pierreux et accidentés, il a une ossature dite « sèche », dense et capable d'absorber des chocs par répétitions mais aussi par le fait de sa morphologie générale. En outre un réseau dense de capillaires (petits vaisseaux sanguins) sous la peau lui permet une excellente thermorégulation, son appareil digestif plus petit rend disponible le flux sanguin dans l'effort, la transpiration est moindre et donc la soif aussi. Le rythme cardiaque se régularise rapidement après la course, il reconstitue rapidement ses besoins énergétiques a de faibles quantités et demeure très résistant aux maladies. Il révèle des qualités exceptionnelles d'opiniâtreté, de courage tout en étant très vif et doté d'une forte personnalité mais affectueux s'il est correctement dressé.

 


 

Ces innombrables qualités sont soulignées dans les préceptes du Coran :

 


 

AIlah prit une poignée de vent du Sud, souffla dessus et créa le cheval. Il dit
"Ton nom sera arabe, la vertu sera attachée aux poils de ta crinière et tu porteras sur ton dos le butin des ennemis. C'est toi que j'ai choisi entre tous les animaux de somme, et j'ai fait de ton maître un ami. Je t'ai donné le pouvoir de voler sans ailes, que ce soit à l'attaque ou à la retraite. Je placerai sur ton dos des hommes qui me loueront et me glorifieront et chanteront alléluia sur mon nom". 

Le Prophète vouait une véritable passion à son cheval au point de partager sa nouriturre et sa tente avec celui-ci . Il échangeait volontiers esclaves contre coursiers renommés.

 

Les conquêtes amènent ce cheval au Magreb d'où naîtra le « Barbe » du mot berbère, puis en Espagne dont les croisements donneront l'Andalou. Bien qu'aux Croisades il soit considéré encore par les Francs comme un cheval de parade. Les populations du Moyen-Orient, Proche-Orient et Afrique du Nord améliorent scrupuleusement et minutieusement pour la première fois une race, sa filiation est transmise verbalement ou par écrits, de nombreux documents vantent ses qualités, la pureté de ses traits, son allure aérienne.

 

Dans l'éducation des enfants le tir à l'arc est à l'égal de l'art de monter à cheval mais aussi écrire ; l'instruction et l'instruction militaire en particulier sont des devoirs auxquels de bons parents ne peuvent se soustraire. Les conditions climatiques, le nomadisme, la chasse, les guerres permanentes conduisent naturellement vers cette éducation.

La pratique du cheval se fait le plus tôt possible, celle du tir à l'arc également, l'un se mêle à l'autre de manière instinctive. Les charges ne sont pas sans rappeler les fantasias marocaines

href="http://www.encemoment.com/c1201-art-et-culture.html">Encemoment.com- Art et culture

autres parties :

Textes originaux :
- Ibn' Al Athir,
- Guillaume de Tyr;

Etudes :
- Etat de l'armée  musulmane,
- Etat de l'armée franque,
- Chevaux des armées franques.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

pascale DANIEL-LACOMBE 04/01/2011 16:46


Bonjour,
Merci de me dire où je pourrais me procurer une image de cette peinture mongole avec le cavalier de la bataille d'hattin. (page 5- site henrydhartenay)
Merci de me répondre si vous pouvez m'aider


Pages