Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 125 000 visiteurs 188 000 pages vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 Vous êtes 95 000 a  avoir visité ce site, 170 000  pages ont été consultées ; je vous en remercie.

Recherche

13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 06:03
 

 

CHAPITRE XL.

Or vos dirons dou roi Gui et de son ost. Il murent de la fonteine de Saforie por aler rescorre la cite de Tabarie; si come il orent esloignee leve Salahadin lor vint au devant et manda ses hardeors qui hardeoient a eaus; do matin jusque a hore de midi chevaucherent a grant meschef contre mont la valee qui est apelee le Barof; quar les Turs les tenoient si pres de hardoier que il ne poeent aler avant. Li chauz estoit moult grant qui trop les grevoit ne en cele valee navoit lue ou il peussent trover eve et ensi les menerent tresque a mi jor si que il furent bien a mi voie de la fonteine de Saforie et de Tabarie. Lors demanda li rois conseil que il feroit et li cuenz de Triple li dona lors mauves conseil et li loa que il guerpist la voie que il tenoit car il estoit trop tart por quoi il ne porroit mie aler tresque a Tabarie por le grant hardoi que li Turc lor faisoient ne la ou il estoient navoit point deve ou il peussent herberger mais iqui pres outre cele montaigne a senestre avoit un casal qui a nom Habatin ou il a eve de fonteines a grant plente ou len porroit herberger la nuit et lendemain aler a Tabarie a grant loisir. Lors sacorda li rois a son conseil de ce; et ce conseil fu mauvais. Car se li Crestien eussent lors point esforceement li Turc eussent este desconfit. Mais il crut le dit dou conte et guerpi la voie que il aloit et torna contre mont la costiere et en celui torner li Crestien se desayverent por covoitise daler a leve par quoi li Turc pristrent cuer et lor corurent sus de toutes pars et savancerent si que il pristrent leve; dont il covint que nos gens sarestassent el somet de la montaigne ou luec que len apele Carnehatin. Et lors manda li rois Guis au conte que il conseillast lui et la Crestiente. Dont li cuenz de Triple dist que se li rois eust creu son premier conseil come il voloit ore il eust fait son grant profit et sauvee la Crestiente. Mais ores est il trop tart: Non mie por ce dist il je ni sai hui mais autre conseil mais que il face semblant de herberger et que il feist tendre sa tente el somet de celui mont. Lors crut li rois Gui le conseil et fist ce que li cuenz li loa. En celui somet de cele montaigne ou li rois Guis fu pris fist Salahadin faire une mahomerie qui encores y apert en loenge et en remenbrance de sa victoire.

 

 

CHAPITRE XLI.

Quant li Sarrasin virent que li Crestien se herbergerent si en furent moult lie et se herbergerent entor lost des Crestiens si pres que li un parloient as autres; et se il y eust un chat qui sen fuist de lost des Crestiens ne peust il mie eschaper que li Sarrasin ne le preissent. Cele nuit furent li Crestien a moult grant mesaise et a moult grant meschef en lost que il ni ot home ne cheval qui beust la nuit. Le jor que il se partirent des herberges fu vendredis et lendemain le samedi fu feste de saint Martin le Bollant devant aost. Toute cele nuit furent li Crestien arme et si orent moult grant mesaaise de soif. Lendemain furent tuit apareille de conbatre et li Sarasin dautre part. Mais li Sarrasin se traistrent arriere et ne se vostrent mie conbatre tant que li chaus fust leves. Et si vos dirai que il firent. Il avoit grant bruiere derbe et grant assai par mi le plain de Barof et li venz ert levez de cele part moult fort; donc vindrent li Sarrasin si bouterent le fuec tout entor por estre a plus grant meschef que dou fue que dou soleil si les tindrent ensi tant que il fu haute tierce. Lors se partirent .v. chevaliers de leschele dou conte de Triple et sen alerent a Salahadin et li distrent: Sire que atendes vos: poignez sur eauz; il ne se puent mais aider il sont tuit mort. Neis li sergent a pie se rendirent as Sarrasinz goule baee par destrece de soif. Quant li rois vit la destrece et langoisse de nostre gent et que li sergent sen aloient as Sarrasinz rendre si manda au conte de Triple que il poinzist sur les Sarrasinz por ce que en sa terre fu la bataille et que il devoit avoir la premiere pointe. Li cuenz de Triple poinst sur les Sarrasins et si poinst en un pendant contre val et li Sarrasin tantost come il le virent poindre vers eauz si se partirent et li firent voie ensi come il est lor costume; et li cuens passa outre et li Sarrasin tantost come il fu outre passes se reclostrent et corurent sus au roi qui demorez estoit; si le pristrent et toz ceauz qui avec lui estoient fors solement ceauz qui en lariere garde estoient qui sen eschaperent.

 

 

CHAPITRE XLII.

Quant li cuenz de Triple vit que li rois fu pris et sa gent si sen fui a Sur et si estoit Tabarie a .ii. milles dilec. Si ni oza mie aler por ce que il savoit bien que se il aloit a Tabarie il seroit pris que il nen porroit eschaper. Li fiz dou prince dantioche qui avoit nom Reimont et li chevalier que il avoit amenez avec lui et si quatre fillastre eschaperent avec lui. Balian dybelin qui en lariere garde estoit eschapa ausi et sen foi a Sur et Renauz de Saete qui unz des baronz estoit.

 

 

CHAPITRE XLIII.

En cele bataille fu la Sainte Crois perdue ne ne sot len que ele devint fors apres moult grant piece au tens que li cuenz Henri de Champaigne estoit sires dacre et de la terre que li Crestien tenoient. Si vint a lui un frere do Temple qui en la bataille avoit este. Si li dist: Sire se len savoit ou poeit trover home en ceste terre qui me menast la ou la bataille fu je troveroie bien la Sainte Crois que je lenfoi o mes mains le jor que la bataille fu. Donc vint li cuenz Henris si manda un suen sergent qui en la terre fu nez et li demanda se il savoit aler en la place de terre ou la bataille fu. Et il dist: Oil bien et si sauroie bien assener en la place de terre ou li rois fu pris. Lors li comanda li cuenz que il y alast entre lui et le frere do Temple. Quant il li ot dit que il avoit la Crois enfoye et cil li dist que il ni poeit aler se par nuit non; que se il y aloient de jor il seroient pris et retenu. De part Deu dist li cuenz alez y en tel point come vos savez que il y fait meillor aler. Il y alerent et si i furent bien par .iii. nuis mais il ni troverent rienz.

 

 

CHAPITRE XLIV.

Quant li Sarrasin orent desconfit les Crestiens et pris Salahadin rendi graces a nostre Seignor del honor que il li avoit fait et fist crier par mi lost que len li amenast en sa tente toz les chevaliers prisonz. Len li amena et il comanda quen menast les baronz et les hauz homes devant lui que il les voloit vooir et les autres laissast len dehors. Len mist laenz le roi et Salahadin le fist asseeir devant lui; aprez mist len le prince Renaut; apres si i mist len Hanfroi son fillastre; aprez si i mist len le maistre dou Temple; apres i mist len le marquis Boniface de Monferarre; apres i mist len le conte Jocelin; apres mist len le mareschal do roi; apres i mist len le conestable Heymeri qui estoit frere dou roi. Tuit cist haut home furent pris avec le roi en la bataille. Celi jor estoit samedi et si fu feste de saint Martin le Boillant.

 

 

CHAPITRE XLV.

Quant Salahadin vit le roi et les autres baronz qui estoient en sa merci il en fu moult liez; il vit que li rois avoit chaut si sot bien que il avoit soif et que il bevroit volentiers; si fist aporter pleine cope de sirop a boivre por li refreschir. Quant li rois ot beu si tendi la cope au prince Renaut qui en coste de lui seeit por boivre. Quant Salahadin vit que li rois avoit done a boive au prince Renaut que ce estoit li hom ou monde que il plus haoit si en fu moult durement corroces et dolenz et dist au roi: Ce poise moi quant dont li avez. Mais puis que dont li avoit bien le beust mais ce ert par tel covent que jamais dautre ne bevroit; que por nul avoir quen li seust doner ne le lairoit il plus vivre que il ne li copast la teste il meismes de sa main; que onques foi ne seirement ne li tint de trives que il li donast. Quant li princes Renauz ot beu si le fist Salahadin prendre et mener hors de sa tente. Si demanda une espee et len li aporta et il la prist si li copa la teste et puis la fist prendre et comanda que ele fust trainee par totes les citez et par toz les chasteauz de sa terre. Et ele si fu. Quant Salahadin ot copee au prince Renaut la teste si envoia puis toz les prisoniers a Domas en prison. Si se parti dilec si se ala loger devant Tabarie. Quant la contesse sot que li rois estoit pris et que li Crestien estoient desconfit si rendi Tabarie a Salahadin. Et celui jor meismes envoia Salahadin de ses gens a Nazareth et li rendi len ces .ii. citez en celi jor que la bataille fu. Le mercredi ala a Acre et si li rendi len. Aprez ala a Sur et ne la vost mie asseger por ce que encore estoit la chevalerie dedens qui de la bataille estoit eschapee.

 

 

 

 

Historia rerum in partibus transmarinis gestarum  

 

Source de Guillaume de Tyr

 

Guilelmus, Abp. of Tyre, ca. 1130 - ca. 1190.  Guillaume de Tyr et ses continuateurs, texte francais du XIIIe siecle, revu et annote par M. Paulin (Paris : Firmin Didot et cie, 1879-80.)

 

Source des continuateurs de Guillaume Recueil des historiens des Croisades : Historiens occidentaux / publié par les soins de l'Academie royale des inscriptions et belles-lettres. 5 Vols.  (Paris : Imprimerie Royale, 1844-95.)

 

Source de la Chronique du Templier de Tyr Les Gestes des Chiprois : recueil de chroniques francaises écrites en Orient au XIIIe & XIVe siecles (Philippe de Navarre & Gerard de Monteal) / publié pour la premiere fois pour la Société de l'Orient latin par Gaston Raynaud. (1887).

autres parties :

Textes originaux :
- Ibn' Al Athir

Etudes :
- Etat de l'armée Franque,
- Chevaux arabes
- Chevaux des armées franques.
- Etat de l'armée Musulmane
Repost 0
7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 06:02

 

   «Tandis que les Francs réunis étaient en route pour Saffuriyya, Saladin convoqua ses émirs en conseil. La plupart lui conseillèrent de ne pas combattre, mais d'affaiblir l'ennemi par des escarmouches et des raids répétés, mais d'autres lui conseillèrent de piller les territoires des Francs et de livrer bataille à toute armée franque qui se trouverait sur son chemin, "parce qu'en Orient, les gens nous maudissent, disant que nous avons cessé de combattre les infidèles pour nous mettre à combattre les musulmans. il nous faut donc faire quelque chose pour nous justifier et faire taire les critiques". Mais Saladin dit: "Mon sentiment est que nous devrions affronter toutes les forces de l'ennemi avec toutes les forces de l'Islam, car les événements ne se déroulent pas selon la volonté de l'homme, et nous ne savons pas combien de temps il nous reste à vivre; il serait donc fou de dissiper cette concentration de troupes sans porter un coup féroce dans la guerre sainte." C'est ainsi que le jeudi 23 rabi 11 (2 juillet 1187), le cinquième jour après que nous avions planté le camp à Uqhuwana, il leva le camp et se mit en mouvement vers les hauteurs, laissant derrière lui la ville de Tibé­riade. Mais, lorsqu'il approcha des Francs, il n'y avait personne en vue, car ils n'avaient pas encore quitté leurs tentes. il redescendit donc de la colline avec son armée. Le soir venu, il disposa ses troupes de manière à empêcher l'ennemi de livrer bataille puis attaqua Tibériade avec des effectifs réduits, fit une brèche dans le mur d'enceinte et s'empara de la ville en un assaut nocturne. Les habitants prirent la fuite, cherchant refuge dans la citadelle où se trouvaient la comtesse et ses enfants et, de là, ils se défendirent tandis que la ville basse était mise à sac et incendiée.

 
« Lorsque les Francs apprirent que Saladin avait attaqué Tibériade et s'en était emparé ainsi que de tout ce qui s'y trouvait, met­tant le feu aux maisons et à tout ce qu'ils ne pouvaient emporter avec eux, ils se réunirent en conseil. Certains suggérèrent au roi d'affronter les musulmans et de les chasser hors de Tibériade, mais le comte intervint pour dire: "Tibériade m'appartient, à moi et à ma femme. Il est hors de doute que Saladin y est en ce moment et que seule demeure la citadelle, dans laquelle ma femme se trouve enfermée. Pour ma part, s'il s'empare de la cita­delle. de ma femme et de toutes mes possessions et s'en va, je serai assez satisfait. Par Dieu, j'ai observé les armées de l'Islam au cours des années et je n'en ai jamais vu aucune qui égale l'armée de Saladin ici en nombre et en puissance. S'il prend Tibériade, il ne sera pas en mesure d'y rester, et ,une fois qu'il l'aura quitté et qu'il sera parti, nous le reprendrons; car s'il choisit d'y rester, il ne sera pas capable d'y maintenir son armée, dont les soldats ne pourront supporter longtemps d'être séparés de leur foyer et de leur famille. Il sera forcé d'évacuer la ville, et nous libérerons ses prisonniers." Mais le prince Arnat d'al-Karak (Renaud de Châtillon) répliqua: "Vous avez tout fait pour que nous ayons peur des musulmans. Il est clair que vous vous rangez à leurs côtés et que toutes vos sympathies vont vers eux ; autrement, vous n'auriez pas parlé de cette façon. Quant au nombre de leurs soldats, beaucoup serviront de carburant aux feux de l'enfer..."

 

 « "Je suis avec vous, dit le comte; et si vous avancez, j'avan­cerai avec vous, et si vous reculez, je reculerai. Vous verrez ce qui se passera." Les généraux décidèrent d'avancer et de livrer bataille aux musulmans, et ils quittèrent l'endroit où ils avaient campé jusqu'alors et marchèrent sur l'armée musulmane. Lorsque Saladin apprit la nouvelle, il donna l'ordre à son armée de se retirer de ses positions près de Tibériade; sa seule raison pour assiéger Tibériade était de pousser les Francs à abandonner leurs positions et livrer bataille. Les musulmans descendirent jusqu'à l'eau (du lac). Il faisait une chaleur torride et les musulmansempêchaient les Francs, qui souffraient énormément de la soif, d'approcher de l'eau. Les Francs avaient mis à sec toutes les citernes de l'endroit, mais ils ne pouvaient se retourner, par crainte des musulmans. Et, toute la nuit, ils furent torturés par la soif. De leur côté, les musulmans avaient perdu leur crainte initiale de l'ennemi et étaient dans d'excellentes dispositions, passant la nuit à s'inciter mutuellement au combat. Ils sentaient la victoire dans l'air, et plus ils voyaient s'affaiblir le moral désespérément bas des Francs, plus ils devenaient agressifs et audacieux; pendant toute la nuit, les cris de Allah akbar [Dieu est grand] et "n n'y a d'autre Dieu qu'Allah" s'élevèrent vers les cieux. Pendant ce temps, le sultan déployait son avant-garde d'archers et distribuait les flèches.

 

«Le samedi 24 rabi 11 (4 juillet 1187); Saladin et les musul­mans se mirent en selle et avancèrent sur les Francs, qui étaient également montés à cheval, et les deux armées s'affrontèrent. Mais les Francs souffraient cruellement de la soif, et ils avaient perdu confiance. La bataille faisait furieusement rage, les deux côtés présentant une résistance tenace. Les archers musulmans décochaient des nuées de flèches, telles une dense pluie de criquets, tuant bon nombre des chevaux francs. Les Francs. s'étant entourés de leur infanterie, cherchèrent à se frayer un passage vers Tibériade dans l'espoir d'atteindre l'eau, mais Saladin com­prit leur objectif et les devança en se postant avec son armée sur le passage. Lui-même allait et venait le long des lignes musul­manes, encourageant et retenant ses troupes lorsque cela était nécessaire. L'armée dans son ensemble obéissait à ses ordres et respectait ses interdictions. L'un de ses jeunes mamelouks mena une terrible charge contre les Francs et accomplit de prodigieux hauts faits, avant d'être assailli par la foule des soldats et tué, au moment où tous les musulmans chargeaient les lignes ennemies et firent pratiquement une percée, massacrant de nombreux Francs. Le comte vit que la situation était désespérée et comprit qu'il ne pouvait plus contenir l'armée musulmane et, en accord avec ses compagnons, lança la charge contre les lignes qui étaient devant lui. Le commandant de cette section de l'armée musulmane était Taqi ad-Din Umar, le neveu de Saladin. Lorsqu'il vit que les Francs qui chargeaient ses lignes tentaient un dernier effort pour effectuer une percée, il envoya des ordres pour que l'on ménage un passage à travers les rangs.

 

« L'un des volontaires avait mis le feu à l'herbe sèche qui cou­vrait le sol; elle s'enflamma et le vent poussa la chaleur et la fumée vers l'ennemi. il leur fallait donc endurer la soif, la chaleur de l'été, celle de l'incendie, la fumée et la rage de la bataille. Lorsque le comte prit la fuite, les Francs perdirent courage et furent sur le point de se rendre; mais, voyant que la seule façon de sauver leur vie était de défier la mort. ils lancèrent une série de charges qui faillirent déloger les musulmans de leur position en dépit de leur grand nombre, si Dieu n'avait pas été à leurs côtés. Comme chaque vague d'attaquants reculait, ils laissaient leurs morts derrière eux; leurs effectifs diminuaient rapidement, tandis que les musulmans étaient autour d'eux comme un cercle autour de son diamètre. Les survivants francs se dirigèrent vers une colline près de Hattin, où ils espéraient planter leurs tentes et se défendre. ils subirent de féroces attaques venant de tous côtés et ne purent planter plus d'une tente, celle du roi. Les musulmans capturèrent leur grande croix, appelée la "Vraie Croix" dans laquelle - dit-on - se trouve un 'morceau de bois provenant de la croix sur laquelle, selon eux, le Messie fut crucifie (selon le docétisme, c'est l'apparence du Christ qui est crucifiée). Ce fut l'un des coups les plus rudes qui pouvaient leur être infligés, faisant de leur mort et de leur destruction une certitude. Un grand nombre de cavaliers et de fantassins furent tués ou capturés. Le roi restait sur la colline avec cinq cent des chevaliers les plus braves et les plus fameux.

 

«On m'a raconté que al-Malik al-Afdal, le fils de Saladin, aurait dit: "J'étais aux côtés de mon père Saladin durant cette bataille, la première que je visse de mes propres yeux. Le roi franc s'était replié sur la colline avec sa compagnie et, de là, il lança une charge furieuse contre les musulmans qui lui faisaient face, les forçant à se replier vers mon père. Je vis qu'il était inquiet et troublé, et il tirait sur sa barbe en avançant, s'écriant: "A bas le mensonge du Démon!" Les musulmans se retournèrent pour contre-attaquer et repoussèrent les Francs vers la colline. Lorsque je vis les Francs battre en retraite devant l'attaque musulmane, je criai de joie: "Nous les avons conquis!" Mais ils revinrent à la charge avec une ardeur égale et repoussèrent notre armée vers mon père. Sa réplique fut la même que précédemment, et les musulmans contre-attaquèrent et les repoussèrent jusqu'à la col­line. De nouveau, je m'écriai: "Nous les avons battus", mais mon père se tourna vers moi et me dit: "Tais-toi; nous ne les aurons pas battus tant que cette tente sera debout!" Tandis qu'il parlait, la tente tomba, et le sultan mit pied à terre, se prosterna et rendit grâces à Dieu, pleurant de joie. Voici comment la tente tomba : les Francs avaient terriblement souffert de la soif pendant cette charge qui, pensaient-ils, allait les sortir de leur détresse, mais l'issue était bouchée. Ils mirent pied à terre et s'assirent sur le sol ~. et tous les musulmans les assaillirent, tirèrent la tente du roi et les firent tous captifs, y compris le roi (ç.à.d. Guy de Lusignan), son frère, le prince Arnat de Karak (ç.à.d. Renaud de Châtillon) l'ennemi le plus haï de l'Islam. Ils prirent également le sou­~ verain de Jubail, le fils de Humphrey (de Toron), le Grand Maître des templiers (ç.à.d. Gérard de Ridfort), l'un des plus hauts dignitaires des Francs, et un groupe de templiers et d'hospitaliers. Le nombre de morts et de prisonniers était si élevé que ceux qui assistèrent au massacre ne purent croire que quiconque eût été pris vivant, tandis que ceux qui virent les prisonniers ne purent croire que quiconque eût été tué. Depuis l'époque de leur premier assaut contre la Palestine en 491 (1098) jusqu'à ce jour, les Francs n'avaient jamais essuyé une telle défaite. »

 

 

 

Lorsque tous les prisonniers eurent été capturés, Saladin alla à sa tente et envoya quérir le roi des Francs (Guy de Lusignan) et le prince Arnat de Karak (Renaud de Châtillon). Il fit asseoir le roi à ses côtés et, comme il était à demi-mort de soif, lui offrit de l'eau glacée. Le roi but, et tendit le reste au prince, qui but à son tour. Saladin dit : «Cet homme impie n'avait pas ma permission pour boire, et ce n'est pas ainsi qu'il sauvera sa vie. » Il se tourna ver le prince, lui jeta ses crimes à la face et énuméra ses méfaits (dont l'attaque de la Grande Caravane). Puis il se leva et, de sa propre main, trancha la tête de l'homme. « Par deux fois, dit-il, j'ai juré de tuer cet homme lorsque je l'aurai à ma merci ; une fois quand il tenté d'attaquer La Mecque et Médine, et une autre fois quand il a rompu la trêve pour capturer la caravane. » Lorsque le mort fût traîné hors de la tente, le roi se mit à trembler, mais Saladin le calma et le rassura. Quant au souverain de Tripoli, après avoir pris la fuite au cours du combat, comme nous l'avons décrit, il se rendit à Tyr et de là regagna Tripoli. Il y était depuis quelques jours seulement lorsqu'il mourut de rage et de fureur à cause du désastre qui venait de frapper les Francs en particulier et la chrétienté en général. »

 

 

 

Saladin assiège Tibériade et laisse un sauf conduit à la Comtesse et ses enfants, ainsi qu'il l'avait promis. Sur ordres du Sultan le roi et quelques prisonniers sont conduits à Damas, cependant que les Templiers et Hospitaliers étaient rassemblés pour être tués, ne voyant que personne ne paierait la rançon de cinquante dinars égyptiens. Deux cents prisonniers sont donc décapités car il représentaient également les plus farouches ennemis du peuple musulman (toujours suivant Ibn al Athir)

 

En septembre Saladin s'approche pour l'ultime fois de Jérusalem près du point névralgique de Bab'Amuda et de l'église de Sion. Seul Balian ibn Barzan (Balian d'Ibelin) arrive a obtenir un sauf conduit pour négocier avec Saladin, il expose la situation au sultan en ces termes : « Sache, ô sultan, que nous sommes fort nombreux en cette ville, Dieu seul sait combien nous sommes. En ce moment, nous ne combattons qu'avec peu de conviction, dans l'espoir de sauver nos vies, dans l'espoir que tu nous épargneras comme tu en as épargné d'autres ; c'est à cause de notre haine de la mort et de notre amour de la vie. Mais si nous voyons que la mort est inévitable, alors par Dieu, nous tuerons nos enfants et nos femmes, nous brûlerons nos biens, afin de ne pas vous laisser un seul dinar ni une seule drachme, ni un seul homme ou femme à réduire en esclavage. Lorsque nous aurons fait cela, nous détruirons le Sanctuaire du Rocher et le Masjid al Aqsa et les autres lieux saints, massacrant les prisonniers musulmans qui se trouvent entre nos mains – il sont 5000 – et nous abattrons tous les chevaux et les tous les animaux que nous possédons. Puis nous sortirons pour nous battre comme des hommes qui luttent pour leur vie, c'est à dire qu'avant de mourir, chaque homme tuera son prochain ; nous mourrons dans l'honneur, ou nous remporterons une noble victoire! » Saladin pris son conseil et tous furent d'avis de répondre favorablement à cette faveur. Une rançon est convenue de dix dinards pour les hommes, deux pour les enfants et cinq pour les femmes dans un délai de quarante jours. Balian ibn Barzan (Balian d'Ibelin) offre 30 000 dinards pour les pauvres; Jérusalem se rend le 2 octobre 1187 (vendredi 27 rajab) "

 

La même année le conflit entre dans sa phase décisive entre les Plantagenêts et les Capétiens, notamment au niveau du Vexin, Philippe Auguste voit enfin la naissance de son héritier tant attendue. Henry II Plantagenêt vieillit, la discorde et les complots sont ourdis de main de maître par le roi de France, Richard « Coeur de lion » choisira la IIIème croisade et consolidera la nouvelle capitale Saint Jean d'Acre, pour finalement perdre son royaume. L'échiquier du Moyen Orient sera bousculé peut après par les hordes mongoles rien ne subsitera des belligérants qui se sont perdus dans les combats des années de cette fin du XIIème siècle.

 


 Sources :  Somme de l'Histoire universelle - Ibn al Athir (1160- 1233) -  extra- its avec trad. Franç., dans R.H.C. Occ

autres parties :

Textes originaux :
- Guillaume de Tyr;

Etudes :
- Etat de l'armée Franque,
- Chevaux arabes
- Chevaux des armées franques.
- Etat de l'armée Musulmane.

Repost 0
3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 10:24

hattin-musulmans.jpg

Armée musulmane
:

 

 

 

Saladin dans le cadre de cette campagne utilise la mobilisation générale des populations sous la forme de « dijhâd bis-sayf ». Un noyau central de professionnel « askar » fait en général de turcs, kurdes, turcomans et mercenaires sert de « garde prétorienne » à ceux-ci un page pour l'entretien de l'armement et le courant était attaché de manière continuelle, tous sont rémunérés en permanence, leur entretien étant fort onéreux Saladin n'en comptera jamais plus de 14 0000. On compte aussi des guerriers esclaves - les mamlouks qui forment des unités d'élites pour des opérations de confiance.

 

 

 

A cet ensemble s'ajoutent des hommes libres astreints au service militaire rétribués sous forme de concessions foncières, ou de « colonies militaires » sur les provinces conquises inhabitées ou dépeuplées. L'administration et les bénéfices des terres du fisc reviennent aux corps de troupes dans un premier temps , les terres seront distribuées dans un second temps aux titulaires.

 

Nour-Eddin rend héréditaire les bénéfices des distributions dans ses principautés d'Alep et de Damas, en 1169 Saladin alors son lieutenant impose ce type de fiefs inamovibles en Egypte. Cette tradition était plus particulière à la Perse et la Mésopotamie.

 

A ces troupes abondantes se rajoutent les bédouins dont les princes musulmans s'attachent les services en délivrant aux tribus des concessions collectives de territoires dont ils assureront la défense. Souvent sans solde ceux-ci recevaient une gratification.

 

 

 

Le Prince se réserve 1/5 des prises de guerre (biens mobiliers et captitfs) les 4/5 sont mis en commun et distribués ; un cavalier reçoit le double d'un fantassin.

 

 

 

Quelques termes :

 

 

 

Janib : une unité de cavalerie ou d'infanterie

 

Tulb : unité d'une centaine de cavaliers se signalant par des étendards propres et des sonneurs

 

Jarida : inférieur au nombre du tulb

 

Jama'a : trois jarida

 

Sariyya : unités de plusieurs dizaines de soldats employées aux opérations de guérilla extrêmement mobiles, qui harcèleront ici l'arrière-garde  et les flancs de l'Ost Franc. 

 

Emir : officier (un groupe encadre les effectifs et un Emir est chargé spécialement de la contingence et du soutien logistique des troupes (nourriture, eau,...) 


Yazak al -dâ'îm : unité composée de calaviers d'élite, chargé de la surveillance des mouvements de l'ennemi, mais aussi d'interrompre toutes ses liaisons de coordinations de mouvement et le couper de son approvisionnement en eau,


undefined 

Déplacement, ordre de bataille :

 

 

 

Les troupes Sarrasines ont la propriété d'une grande adaptabilité, là ou les Francs ont un ordre de bataille et un ordre de marche, elles s'adaptent au terrain connu avec la même souplesse. Depuis Nour-Eddin l'armée est divisée en trois partie centre, aile droite (commandée par le neveu du Sultan Taqî ad-Dîn) , aile gauche (par Muzaffar ad-Dîn Kûkburi) , chacune avec une avant-garde , le plus souvent des fantassins en éclaireur fondus dans le paysage prêt a débusquer l'adversaire et observer ses positions (qui épaulent le Yazak al -dâ'îm), et l'arrière-garde . En cas d'offensive les deux corps se rejoignent. Des flancs-gardes protégent des assauts latéraux.

 

 

 

En outre deux réserves complétent le dispositif : les « abtal » qui couvrent l'armée en cas de retraite, car si cette armée est nombreuse elle n'en demeure pas moins fragile quant à sa fidélité durant la bataille ormis l' « askar » et l'autre réserve « sug'an » elle chargée d'asséner le coup final à l'adversaire.

 

 

 

Le système institutionnel est comparable aux Francs quant à la direction. L'importance de l'Emir égale la qualité et la quantité de son ou ses escadrons et attachés, mais le Sultan sait les répartir suivant leur poids tactique et non selon une étiquette de préséance comme chez les Francs.

 

Quelques soient les circonstances ces escadrons doivent garder contact tout en respectant leur formation initiale ce qui nécessite une transmission rapide par les biais de bannières ainsi que de musiciens (sonneurs) au général et inversement du génral aux émirs.

 

 

 

Tactiques :

 

 

 

Le monde musulman hérite de deux tactiques, celle de la bataille rangée telle qu'on la connaît depuis l'Antiquité (par exemple entre Alexandre et Darius à Issos et Gaugamèles et dont les phalanges macédoniennes ne sont pas sans rappeller la cavalerie lourde franque) et les techniques de harcèlements par une cavalerie légère héritée des tribus nomades.

 

 

 

Les Sarrasins et notamment Saladin gardent en mémoire le cuisant échec de la bataille de Montgisard en 1177 menée par Beaudoin IV avec une infériorité numérique de 1 contre 10.

 

 

 

La manoeuvre privilégiée lors du déplacement des francs notamment reste donc les assauts par vagues successives comme les tribus mongoles ou hunniques. Les assauts sont répétés sur les flancs ennemis :

- Al-karr wa l-farr -  : art de charger et de se dérober (technique pour les archers à cheval identique aux Parthes lors de la bataille de Ctésiphon), cette technique peut vraiment être élévé au rang d'art car il s'agit bien d'une part d'immobiliser les troupes adverses par projection à cheval de flèches en discontinu, et par flots ininterrompus. Une première approche à portée de traits face à l'adversaire, l'instant de flottement du cheval/le moment propice au tir, le tir, le réarmement... le cheval est réorienté vers l'arrière juste au au point d'intersection des jets ennemis, le cavalier réarme, attend l'instant de lévitation et tire le buste en torsion arrière, en équilibre sur sa monture, il peut décocher 10 traits/mn, Si l'on prend une vague de 5000 cavaliers on obtient une fréquence de 20 à 30 000 traits/mn au point de friction, le tout coordonné  en roulement continuel. Cette "machine" doit donc échapper d'une part aux flèches et carreaux ennemis par sa volocité mais également aux charges sporadiques des Turcopoles, les chevaux occidentaux étants complèment inadaptés à ce genre de courses , terrains et climat.
 

 

En cas de bataille rangée la cavalerie charge les lignes ennemies puis se replie précipitamment avant d'entrer en contact ; parfois cette dérobade laisse l'adversaire se prendre à la feinte, s'il s'engouffre à la suite ; alors les ailes gauche et droite de l'infanterie musulmanes s'écartent et laissent pénétrer l'imprudent ; la cavalerie sarrasine fait volte face l'étau se resserre ; dans l'impossibilité de manoeuvrer la cavalerie lourde en est réduite à la mêlée ou elle n'a aucune chance. Ce type de fuites simulées et répétées de manière à exaspérer l'adversaire révèle un art consommé de la manoeuvre et de la maitrise de l'enchainement cohérent des opérations.

 

 

 

Si cette opération échoue la ligne de front sarrasine s'organise, une première ligne de fantassins s'agenouille derrière des boucliers plus petits que ceux des francs, piques en terre pour briser l'assaut, en seconde ligne les archers, enfin la cavalerie légère armée de projectiles, flèches, lance, et sabre ; les deux premières lignes s'écartent pour laisser opérer la cavalerie ; dans ce cas là ce sont les troupes franques qui ont l'avantage.


Tout démontre ici un art consommé de la guerre, de la tactique du harcèlement. Une parfaite maitrise de l'organisation et la coordinations des mouvements militaires. Saladin s'est aguerri, sa traversé du "désert" lui a été utile car il a su tirer parti de ces échecs militaires, ici il amène l'adversaire sur son terrain, le pousse à commettre des erreurs, dès lors ses troupes vont se répandre volatiles et véloces, insaisissables, tourbillons mortels sur le bloc Franc.



autres parties :

Textes originaux :
- Ibn' Al Athir,
- Guillaume de Tyr;

Etudes :
- Etat de l'armée Franque,
- Chevaux arabes
- Chevaux des armées franques.


Repost 0
27 janvier 2008 7 27 /01 /janvier /2008 17:13
bataille-hattin-1-copie-1.jpg



Etat des armées : 

 


 

Armée ou Ost dit "Franc" (Etats latins d'Orient) :

 


 

Dans le cadre du système féodal, tout vassal doit à son suzerain un service de 40 jours par an sous forme d'opération militaire (pour le roi) ou de chevauchée de durée inférieure et limitée (pour le seigneur), chaque homme est à même de pourvoir à son équipement et besoins.

 

Ce système de hiérarchie pyramidale fait que le plus puissant des suzerains réunit le plus grand nombre de vassaux et donc de chevaliers, mais l'équipement reste inégal.

 

 

 

Pour ce qui est de cette campagne le roi de Jérusalem lève ce que l'on appelle l'arrière-ban ; tous les hommes valides du territoire auxquels s'ajoutaient les pèlerins, généralement pour l'infanterie ; les autorités laissant accéder à la chevalerie des hommes bien moins entraînés tels que le définissaient les critères draconiens d'exercices. Les Italiens sont équipés légèrement, les Allemands sont surnommés par les Musulmans « la nation de fer ».

 

 

 

L'armée se divise en plusieurs groupes, le premier considéré à l'époque est donc la cavalerie généralement lourdement armée relevant de l'Ost ou bien relevant des Ordres militaires, ensuite en appoint on trouve une cavalerie légère de Turcopoles (mercenaires) archers montés, une cavalerie légère de sergenterie, puis l'infanterie d'armes d'hast et l'infanterie d'armes de jet (arcs, arbalètes, javelots), des fantassins d'orient latin.

 

 

 

Chaque chevalier doit fournir une « Lance garnie » soit au mieux une suite composée d'un écuyer, un archer, un page, coustillier (armé de couteau et lance) de chevaux pour chacun si possible ainsi que tout l'armement, appareillage et vêture, seuls le chevalier et l'écuyer participent au combat. Les unités sont responsables de leur intendance, matériel et campement.

 

 

 

A titre indicatif en 1303 donc plus d'un siècle après Hattin l'Ordre des Hospitaliers donne pour l'équipement militaire d'un chevalier la somme de 2000 tournois d'argent (4/5 de parisis) et de 1500 tournois pour un frère sergent ; ce qui équivaut aux contributions annuelles d'une grosse commanderie.

 

 

 

La cavalerie lourde:

 

 

 

 

 

La cavalerie est l'élément primordial de l'armée franque et se divise en « batailles » ; celle-ci est commandée par un noble de rang élevé qui ordonne des chevaliers bannerets qui eux-mêmes dirigent 50 à 100 bannières.Cet ensemble compose une cavalerie lourdement équipée en moyenne. Le chevalier ne combat à cheval que durant la charge d'assaut, puis descend de sa monture, cette dernière est retenue par l'écuyer qui attends la fin du combat. Ce détail anodin mais primordial fait songer au sceau du Temple, deux  cavaliers pour une monture, au moment ou  l'ordre ne pouvait subvenir à deux montures pour deux cavaliers (à sa création), l'un de toute façon gardant le cheval lors du combat à pieds , tel que cela était convenu par les règles de chevalerie. Toujours l'un ramenant le blessé ou le trépassé au camps.

 

undefined

 

Les Ordres militaires du Temple et des Hospitaliers fournissent également des chevaliers. Dès la seconde moitié du XIIème les Hospitaliers se rangent sous l'oriflamme rouge à croix blanche. En 1248 le pape autorise alors le surcot noir orné d'une croix blanche, lui même onze ans plus tard remplacé par une surveste rouge.

 

 

 

La cavalerie légère :

 

 

 

Les écuyers à cheval des «batailles » en troisième ligne de front lors de la charge et tenant les montures lors des combats à terre des chevaliers.

 

 

 

Les sergents à cheval des Ordres du Temple et de Saint de Jérusalem (Hospitaliers) de couleur brune viennent en deuxième ligne de front. L'Ordre du Temple pour subvenir à son manque de fantassins crée une troupe d'arbalétriers à cheval ; les deux ordres peuvent supplémenter leurs troupes par celle des turcopoles.

 

 

 

La sergenterie roturière à cheval plus légère vient faire l'appoint en deuxième ligne de charge.

 

 

 

Les « Turcopoles » : (voir article antécédant concernant Gilbert d'Assailly Vème Grand Maître de l'Ordre de Saint Jean de l'Hospital)

 

 

 

archers à cheval maronites très rapides, habiles, adaptés aux techniques locales de combat, s'opposent aux tactiques de harcèlement de l'adversaire. Elles sont le pendant des cavaliers sarrasins car ce sont des mercenaires recrutées par les seigneurs mais aussi les Ordres du Temple et Hospitaliers dans les populations demi-byzantines, arméniennes, bédouines et franques de Syrie. Ils étaient utilisés en riposte à des attaques répétées, mais aussi pour des missions d'éclaireurs, raid et harcèlement de caravanes. Ils sont équipés de chevaux arabes, petits, vifs, nerveux, rapides. Ils sont protégés par un "haubergeon", ne possèdent pas de cottes de mailles, comme les chevaliers, ils ne doivent compter que sur leur lances de roseau et leur arcs recurve, arc court qui accroit la force de traction par sa forme maniable sur monture vive, on peut compter une fréquence de 10 flèches à la minute, en charge pour un archer très entrainé. Les vagues se succèdent en arasant les forces ennemies d'une portée de flèches, elles se succèdent en flots discontinus et tournants pouvant ainsi immobiliser des troupes au sol et les anéantir ; comme les cavaliers Parthes face au légions romaines à la bataille de Ctésiphon en 363 ap. JC

 

 

 

Les armées régulières n'acceptent que des chrétiens malgré l'utilisation de bédouins pour les réseaux de renseignements.

 

 

 

 

 

L'infanterie nommée « piétaille (du latin) »se divise en « establies » dirigée par un capitaine; son rôle est celui de bouclier défensif lors charges ennemies.

 

 

 

L'infanterie d'armes d'hast :

 

 

 

Les fantassins sont placés en première ligne armées d'armes dites d'hast ( du franc) (fauchards, vouges, ...) sortent de faucilles à ergots sur de longs manches dont l'office est de couper les jarrets des chevaux, désarçonner les cavaliers tout en restant hors de portée des coups.

 

 

 

L'infanterie d'armes de jet :

 

 

 

Au second rang on trouve les fantassins équipés d'armes dites de jet (arcs, arbalètes, javelots) dont les traits ralentissent les charges avant d'atteindre les premières lignes, parfois complétés d'archers syriaques.Les archers et arbalètiers ont pour rôle de viser les chevaux adverses. Cependant l'Infanterie à un rôle subalterne et dévalué, conséquence du poids de la hiérarchie sociale

 

 

 

 

 

Déplacement des troupes :

 

 

 

Celle-ci se déplace de la manière suivante : en colonnes pour augmenter la mobilité sur terrains adaptés avec arrière-garde, avant-garde et flancs-gardes à cheval encadrant les fantassins (une navette à cheval transmet les ordres à l'avant-garde de chaque colonne), ce qui permet au cavaliers de se lancer rapidement sur l'adversaire sans rompre les rangs. Sur une longue colonne l'infanterie est disposée autour de la cavalerie (- 1ère ligne armes d'hast et grands boucliers, - 2ème ligne armes de jet) ; en cas de raid ennemi elle dépêche alors des « eschielles » (échelles) unités tactiques souples assez petites pour franchir les lignes d'infanterie sans les désorganiser et atteindre des objectifs mouvants adverses avec l'inconvénient de se retrouver encerclées quand elles sont isolées.

 

 

Ce type d'armée ne peut réagir dans son ensemble à des attaques sporadiques surtout si elle est en cortège.

 

Tactiques :

 

 

 

Pour prendre de son efficacité cette cavalerie doit se mouvoir sur un terrain adéquat, plat de préférence, ou du moins sans obstacle. La tradition occidentale ne peut déroger à ce principe de bataille rangée ou le courage et la force sont mis en exergue ; aussi dès que le terrain propice à ce genre de mouvement est trouvé, installe-t-on les tentes à l'arrière des lignes de fantassins.

 

 

 

De ce point la cavalerie se déploie sur trois rangs en ligne en un front compact serré, hérissé de lances, elle charge au trot puis au galop pour bénéficier du maximum d'élan (accentuation rapport poids/vitesse de la charge). Les chevaux sont protégés de bardes ( armures à lames de fers qui protégeaient la croupe et le poitrail) contre les lances adverses, mais la tête et les flancs ne sont protégés que par une chemise pour les chevaux du temple en cas de forte chaleur et pour les autres en général une housse matelassée contre les projectiles, mais insupportables sous le soleil. La force de l'impact brise n'importe quelles lignes adverses dans la mesure ou la ligne de charge n'a pas été brisée avant d'atteindre l'objectif, par conséquent des armes de jet (exemple d'Azincourt et Crécy ou les lignes de charges françaises sont brisées par les archers anglais)

 

 

 

Sous l'effet de la surprise et du choc, l'ennemi est pris au corps à corps, les cavaliers descendent de leur montures et pourfendent à tour de bras avec leurs épées, avant de faire retraite à cheval derrière leur ligne d'infanterie ; de là la ligne se reforme pour de nouveau ré attaquer.

 

 

Cet intermittence fait que l'infanterie est vulnérable aux charges répétitives et ne peut pas compter sur une cavalerie en réorganisation de ligne.

 

 

 

Armement :

 

 

 

Le XIIème siècle est un siècle de croissance et les techniques anciennes d'armurerie sont redécouvertes et améliorées.

 

 

 

Pour les chevaliers, sergents, écuyers (mais de manière très disparate) :

 

 

 

Les épées réservées aux chevaliers car leur coût est onéreux, sont fabriquées de deux manières ; généralement les épées sont des armes de prestiges transmissibles de génération en génération, elles mesures au environs de plus ou moins un mètre :

 

 

Le damasquinage la méthode d'origine germanique (mais aussi celtique) - : ou lame damassée, on superpose des couches de fer doux et d'acier, les soudes ensemble par martelage à chaud, on torsade la barre et lui redonne une section carrée, on rajoute deux à trois barres identiques que l'on travaille de la même manière afin d'obtenir le noyau central, à ce lui ci sont rapportés de chaque côté des tranchants d'acier soudés par martelage. La lame est polie et trempée dans un bain d'acide pour faire ressortir les moirures, elle l'est aussi dans un bain d'huile pour durcir les tranchants. Cependant ces tranchants se détachent de l'âme centrale lors de chocs répétés aux contacts des nouvelles cottes en se fissurant et accrochant aux mailles.

 

Il se peut que manquant d'acier l'âme soit fabriquée en fer doux ou en métal ayant une haute teneur en fer.

 

Le damasquinage - la méthode « romaine » - : lamelles de fer et lamelles d'aciers sont intercalées puis martelées, repliées, étirées, de manière à ce que le souple soit mêlé au résistant de façon uniforme ; l'ensemble est gainé d'acier. Cette dernière sera de plus en plus retenue. Mais il faut avouer que la metallurgie, malgré les appellations est plutot une tradition des peuples "nordiques", les celtes pratiquaient cet art avec dextérité telles que le démontrent de nombreuses sépultures antiques, les peuples méditerranéens sont moins au fait de cette pratique, ce n'est que par le mélange des cultures que cette technique se modifiera et s'améliorera.

 

 

Les cottes de mailles, très efficaces contres les flèches et coups. « J'ai vu de ces fantassins francs qui avaient d'une à dix flèches fichées dans le dos et qui marchaient de leur pas ordinaire sans quitter leurs rangs » Bahâ el-Dîn, anecdotes et beaux traits de la vie du sultan Youssouf. 1884 T III.

 

Les cottes d'armes, répandues chez les templiers (ainsi qu'une chemise d'été), était une tunique sans manche, descendant aux genoux, fabriquées en peaux ou en toile de gros grain à fin d'empêcher la pluie d'atteindre la cotte de métal pour qu'elle ne rouille ou que le soleil ne s'y réfléchisse.

 

 

 

Les heaumes de fer à fond plat matelassés de gambeson ou haubert représentés parfois sur des sceaux avec des voiles pour éviter l'insolation très courante. Ce type de casque était condensateur de chaleur.

 

 

 

Les casques des sergents ou chapels ronds à bords larges protégeant du soleil.

 

 

 

Les boucliers en forme d'écusson assez grands pour protéger la poitrine lors du premier choc.

 

 

 

Les bardes caparaçonnent les chevaux à l'avant et l'arrière de l'animal, parfois de simples chemises remplacent les housses matelassées qui protègent les côtés ; notamment chez les templiers.

 

 

 

 

 

Pour l'infanterie :

 

 

 

Les boucliers, longs de forme oblongues fuselés vers le bas pour être plantés dans le sol et couvrants à mi-corps de manière à pouvoir s'agenouiller derrière en défense ou couvrir les parties vitales en action offensive.

 

 

 

Les armes d'hast :

 

 

 

Les fauchards, guisarmes, vouges; ce sont des les armes les plus répandues issues d'outils agricoles faits pour le fauchage, l'abatage, l'émondage. Généralement à lame courbe avec ou sans ergots. Les lames servants à couper les jarrets des chevaux et les ergots à harponner et désarçonner les cavaliers.

 

Les haches

 

 

 

Les épieux : piques de bois simples dont la pointe est endurcie au feu, ou avec embout métallique.

 

 

 

Les masses d'armes ou massues de bois, parfois des masses turques qui brisent les épaules, casques et membres.

 

 

 

Les armes de jet :

 

 

 

Les arcs sont courts mais se rapprochent plus en technique de fabrication des long bow anglais, d'un seul tenant, non recurves, plus puissants, les traits plus pénétrants mais moins faciles à manier.

 

 

 

Les arbalètes sont favorisées, mais leur coût est onéreux, les templiers ont une cavalerie d'arbalétriers, les carreaux sont précis, pénétrants (équivalent à une balle de révolver), de longue portée notamment pour les chevaux sarrasins qui tombent aux premiers assauts; leur seul inconvénient, le temps le réarmement du carreau. Cette arme par la puissance développée transperce les armures, l'Église en a interdit l'usage entre chrétiens, mais elle est admise en terre sainte

 

 

 

Les javelots et lances aux pointes métalliques.

 

 

 

Les frondes de moindre coût mais très efficaces si elles sont habilement maniées.

 

 

 

Les armes d'une manière générale circulent dans tout le Moyen Orient, sur les marchés notamment à Saint Jean d'Acre (territoire chrétien), Damas ou Alep (territoire Sarrasin) ou sont fabriquées des armes légères, si bien que ce trafic si lucratif est arrêté en 1251 par les Musulmans. Sur les champs de bataille les combattants se jettent sur les cadavres ou mourants pour les dépouiller ; comme après tous combats. Les Francs prisent particulièrement les épées (sabres), javelots, carquois, arcs, flèches, boucliers et surtout les masses d'armes turques particulièrement adaptées pour briser les casques et les épaules. On récupère aussi les carreaux d'arbalètes, mais aussi les vêtements, ce qui fait que parfois lors des combats, avec tous ces usages, on ne savait plus qui était avec qui ; outre le fait que chacun s'équipait selon ses goûts et ses moyens ; de plus les Musulmans après l'appel à la guerre sainte regroupaient des populations (Égyptiens, Numides, Turcomans, Turcs....) aussi variées que celle des francs parfois ce sont les mêmes, seule la religion diffère.

 

Seuls les Ordres militaires arrivent avec leurs moyens financiers conséquents à couvrir les frais en équipements, logistiques et en hommes, les États également ; les dons privés sans cesse renouvelés abondent cette manne en argent, en armes de qualités inégales souvent inadaptées au combats locaux. Les hommes venant d'occident sont souvent en quête de fortune rapide et de gloire ; ce qui les poussent aussi à rompre les trêves au profits de razzias faciles afin de ramener bétail, vivres et butin. Ces raids ne font qu'accroître le sentiment d'exaspération des populations Sarrasines, qui trouveront en Saladin leur défenseur. 
Les raids de Renaud de Châtillon  seigneur de Kérak de Moab et d'Outrejourdain contre la grande caravane mettent fin à la période de trêve conclue entre les états belligérants ; mais c'est pour le moins son incursion en Mer rouge avec le but d'atteindre Médine et La Mecque qui porte un coup ultime a  tout arrangement  diplomatique ; de ces faits  la parole des chrétiens est irrémédiablement dévaluée. 

Saladin attendra les derniers souffles de son jeune adversaire Baudoin IV "le roi lépreux" pour coaliser ses peuples. Quelques années auparavant ce dernier avait vaincu Saladin à Montgisard. Contre toute attente, il avait projetté son front de cavalerie , tel un fléau sur les blés, à l'encontre des forces sarrasines ; dans un ultime assaut  pour finalement les mettre en déroute. L'infériorité numérique, la tactique impétueuse et la bravoure de Baudoin  scellèrent à jamais le destin des deux hommes, l'un ayant pour l'autre la considération des derniers chevaliers arthuriens et mazdéens. Pour lors, le temps des lions devait s'effacer pour celui des loups. Saladin saura  leur rappeler  qu'il n'est pas de leur espèce. Ce n'est pratiquement qu'au terme de sa vie qu'il se reconnaîtra dans les yeux  d'un autre souverain : Richard Plantagenêt, et pourtant ils ne devaient jamais se rencontrer.


autres parties :

Textes originaux :
- Ibn' Al Athir,
- Guillaume de Tyr;

Etudes :
- Etat de l'armée  musulmane,
- Chevaux arabes
- Chevaux des armées franques.

Repost 0
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 16:13

 

cavalier-sarrasin.jpg

Cheval arabe :

 

L'instant de la visée, (peinture Mongole ci-dessus) :

Le cavalier attend que le cheval ne touche plus terre, le corps en osmose avec l'animal, les muscles de ses cuisses sentent l'amplitude des foulées, en un éclair il se dresse sur les étriers, les bras bandent l'arc, l'iris vise la fente du heaume, le cheval seul respire,  il vole, la flèche s'échappe des doigts, le traît fuse, la mort frappe.

 


 

taille de : 1m45 à 1m60

 

poids de : 350 à 400 kgs

 

esthétique équilibrée, raffinée

 

recherché pour son endurance, sa rapidité

 

trois types sont définis :

 

le Kehylan correspond au masculin à la force et l'endurance,

 

le Seglawi correspond au féminin à la grâce et la beauté,

 

le Muniqui plus sec correspond à la vitesse et à la course

 


 

Il proviendrait semble-t-il du dressage de chevaux à front plat des environs de la Caspienne au sud du Caucase vers quatre mille ans avant J.-C. Les nomades le sélectionne de manière à obtenir un cheval adapté aux climats du Moyen-Orient puis de la péninsule arabique.

 

Il peut maintenir une allure de 15 à 18 kms/h sur 80 km, il est naturellement conformé pour le galop, il produit des foulées amples avec une minimum d'efforts constants car il à des paturons et des canons plus courts que les grandes races. Il possède des qualités de proprioception ; c'est à dire que son mouvement est adapté à la configuration du terrain afin de fatiguer les articulations au minima, ce qui lui permet de se déplacer sur des terrains pierreux et accidentés, il a une ossature dite « sèche », dense et capable d'absorber des chocs par répétitions mais aussi par le fait de sa morphologie générale. En outre un réseau dense de capillaires (petits vaisseaux sanguins) sous la peau lui permet une excellente thermorégulation, son appareil digestif plus petit rend disponible le flux sanguin dans l'effort, la transpiration est moindre et donc la soif aussi. Le rythme cardiaque se régularise rapidement après la course, il reconstitue rapidement ses besoins énergétiques a de faibles quantités et demeure très résistant aux maladies. Il révèle des qualités exceptionnelles d'opiniâtreté, de courage tout en étant très vif et doté d'une forte personnalité mais affectueux s'il est correctement dressé.

 


 

Ces innombrables qualités sont soulignées dans les préceptes du Coran :

 


 

AIlah prit une poignée de vent du Sud, souffla dessus et créa le cheval. Il dit
"Ton nom sera arabe, la vertu sera attachée aux poils de ta crinière et tu porteras sur ton dos le butin des ennemis. C'est toi que j'ai choisi entre tous les animaux de somme, et j'ai fait de ton maître un ami. Je t'ai donné le pouvoir de voler sans ailes, que ce soit à l'attaque ou à la retraite. Je placerai sur ton dos des hommes qui me loueront et me glorifieront et chanteront alléluia sur mon nom". 

Le Prophète vouait une véritable passion à son cheval au point de partager sa nouriturre et sa tente avec celui-ci . Il échangeait volontiers esclaves contre coursiers renommés.

 

Les conquêtes amènent ce cheval au Magreb d'où naîtra le « Barbe » du mot berbère, puis en Espagne dont les croisements donneront l'Andalou. Bien qu'aux Croisades il soit considéré encore par les Francs comme un cheval de parade. Les populations du Moyen-Orient, Proche-Orient et Afrique du Nord améliorent scrupuleusement et minutieusement pour la première fois une race, sa filiation est transmise verbalement ou par écrits, de nombreux documents vantent ses qualités, la pureté de ses traits, son allure aérienne.

 

Dans l'éducation des enfants le tir à l'arc est à l'égal de l'art de monter à cheval mais aussi écrire ; l'instruction et l'instruction militaire en particulier sont des devoirs auxquels de bons parents ne peuvent se soustraire. Les conditions climatiques, le nomadisme, la chasse, les guerres permanentes conduisent naturellement vers cette éducation.

La pratique du cheval se fait le plus tôt possible, celle du tir à l'arc également, l'un se mêle à l'autre de manière instinctive. Les charges ne sont pas sans rappeler les fantasias marocaines

href="http://www.encemoment.com/c1201-art-et-culture.html">Encemoment.com- Art et culture

autres parties :

Textes originaux :
- Ibn' Al Athir,
- Guillaume de Tyr;

Etudes :
- Etat de l'armée  musulmane,
- Etat de l'armée franque,
- Chevaux des armées franques.
Repost 0
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 16:10

 

tournois.jpg

Les tournois (image ci-dessus) préfigurent les combats, les violentes charges en lice, lance calée sous le bras, ne sont que la reproduction colorée et festive des charges offensives du Proche Orient.

 

Les joutes montrent les capacités du chevalier à conduire sa monture tout en gardant l'allure et l'équilibre au galop ; le destrier dans sa lancée développe au maximum la puissance de frappe du cavalier, ce dernier fait corps avec le cheval,l égèrement courbé en avant lance calée en direction de l'écu adverse, au moment du contact. Les chevaliers sont parfois désarçonnés ou projetés hors de leur monture par la violence du choc. Les pointes des lances doivent se briser sur l'objectif suivant les règles, mais les accidents sont nombreux, généralement s'en suivent des combats au corps à corps a armes égales ; ainsi les sélectionnés doivent-ils se soumettre à plusieurs combats journaliers. Il faut une constitution robuste, une bonne résistance physique et des entrainements réguliers pour conserver l'avantage, la natation fait partie de ces exercices car elle soulage les efforts musculaires et osseux, en particulier la colonne vertébrale qui est très sollicitée en équitation.

Ces manifestations sont très prisées de la gente féminine, car souvent c'est en leur honneur que le chevalier risque les meurtrissures, certains ont voulu voir en la lance un symbole phallique et en l'écu le sexe féminin.

 

Ces opérations de communication et de prestige avant l'heure glorifient le passé, la chevalerie des romans, mais légitiment aussi le pouvoir féodal  et sa hiérarchie. La croissance démographique permet aux jeunesses en quête d'idéal et de fortune de s'engager dans ces aventures apparemment pleines de promesses que sont les croisades... et au pouvoir de se débarrasser des plus belliqueux.

Voir : "Traictié de la forme et devis d'ung tournoy" du roi René d'Anjou

 

 

 percheron-libre-de-droits.jpg

 

Les chevaux :

 

 

 


 

Les chevaux viennent d'Europe, beaucoup meurent durant le voyage, la chaleur les épuisent, ce sont en général des chevaux de traits lourds (type percheron, renommés suite à la victoire de Charles Martel en 732 pour la puissance de la charge). On retrouve des races de Bretagne aux chevaux petits, trapus, nerveux; de Normandie ou les haras étaient très développés et très tôt ; des brabants, des frises, des castillonsardennais, boulonnais , du nord de l'Europe, d'Angleterre ; puissants, mais lents, formant en ligne un front compact, terrible, hérissé de lance.

 

Ce sont des chevaux en général débonnaires, faciles à dresser, résistants à la tâche, adaptés aux climats tempérés à froid, ils mesurent de 1m50 au garrot pour les plus petits à 1m80 pour les plus grands, ils pésent de 500 kgs à 1 tonne, généralement les plus forts et plus grands sont réservés pour la charge ; en effet la puissance de frappe de la lance est démultipliée par le poids et la vitesse de l'animal capable de briser n'importe quelle ligne sur terrain favorable même lorsque l'ennemi est numériquement très supérieur en nombre (bataille de Mongisard le 24 novembre 1177 remportée par Beaudoin IV avec 400 chevaliers contre 26000 turcs d'après Michel le Syrien) soit 10 ans avant Hattin.

 

Mais ces chevaux sont peu adaptés au terrain sablonneux, dans lequel ils s'enfoncent, ou rocailleux, qui blesse les sabots, les mulets et ânes servent au transport des hommes et du matériel.

- Conquête de la Syrie et de la Palestine par Saladin - Imâd ad-Dîn en 1190 identifiait - "les montagnes, impraticables par les chevaux francs à des citadelles" -

 

Morphologiquement ils sont issus de races faites pour le trait, les efforts puissants comme le débardage, car la déforestation et le déffrichage sont courants durant cette période en Europe, ils peuvent tirer deux fois et demie leur poids. Leur structure osseuse n'est pas adaptée de manière permanente pour les terrains accidentés et leur physiologie correspond au climat tempéré européen ou l'eau et les paturages sont abondants.

La course a un développement d'une durée plus longue, lourd dont la puissance s'accroit avec la distance mais nécessite énormément d'énergie ; l'ossature et la musculature ne sont pas façonnées pour des volte-face. Ce cheval excelle dans l'assaut de ligne si bien même que le grondement terrible des sabots sur le sol lors de la charge préludait tel un orage à la dévastation.

 

- Chronique d'Ernoul et de Bernard le Trésorier - "Les Musulmans craignaient particulièrement cette force et hésitaient à attaquer quand elle était trop nombreuse" -

 

Les montures ici soulignent mieux l'écart entre les deux civilisations, l'essence même de leur fonctionnement. Le cheval et l'homme sont indiscociables depuis des siècles, leur quotidien et l'image de l'homme se reflètent dans l'animal. Les lettrés, souvent écclésiastiques, portent peu d'intéret aux équidés, la noblesse, les chevaliers sont généralement peu ou pas instruits ce qui explique la rareté des ressources sur le sujet. Le cheval est moins accessible qu'au Moyen et Proche-Orient, les populations y sont plus sédentaires, cependant avec les conquêtes de Guillaume de Normandie, les conflits ibériques entre chrétiens et musulmans, puis les croisades ; les puissants, dont certaines abbayes, ressentent la nécessité de fournir à leur armées des montures plus adaptées, une lente sélection s'opére alors dans les harras.

 

Dans les Etats latins les croisés s'orientent vers les chevaux locaux dit « Turcoman » très appréciés pour leur grandeur, leur robustesse et leur adaptabilité au terrain.

 

Les destriers chevaux de combat sont à l'opposé du palefroi, cheval de parade, rare et coûteux provenant d'Espagne, de 0Lusitanie ou bien du Magreb (barbe du mot berbère) puis du Moyen Orient et avec lesquels des croisements s'opèrent déjà pour modifier les races occidentales.

 

Alexandre 1er roi d'Ecosse en 1121 fit un leg à l'Eglise de Saint André d'un cheval arabe ramené de croisade, plus tard Richard Coeur de Lion achète deux coursiers orientaux à Chypre, à leur exemple les barons vassaux s'empressent de développer les haras - Le Cheval normand au moyen âge par Ephrem Houel inspecteur général honoraire des Haras 1881 -

autres parties :

Textes originaux :
- Ibn' Al Athir,
- Guillaume de Tyr;

Etudes :
- Etat de l'armée  musulmane,
- Etat de l'armée franque,
- Chevaux arabes et cavalerie.

Repost 0

Pages