Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 16:48

Deux vidéos susceptibles de vous renseigner sur la façon, la méthode, la manière dont le pouvoir en place met en place à marche forcée un système de surveillance généralisée ou les données personnelles risques d'échapper à tout contrôle.

 

 

Il y a une volonté de ce fait et une préméditation effective, alors il s'agit bien de s'émouvoir de cela et ne plus rester dans une attente d'évènements improbables d'amélioration étant donné que tous les contre pouvoirs sont réduits à des portions congrues. En d'autres mots : "il va falloir se bouger le cul !"

 

Partager cet article

Repost0
7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 16:21

Tout semble se précipiter : Un Médecin lance l'alerte :

 

Donc lisez bien attentivement ce qui suit j'ai mis en lien les éléments nécessaires, entre autre le lancement d'une nouvelle base de données de santé baptisée "Health Data Hub". Elle a été officiellement lancée le 1er décembre 2019, je souligne bien la date le 1er décembre 2019. Elle dépend de la technologie Microsoft.

Ensuite vous aurez l'application Stop CoVid19. et ses séquelles que sont les brigades sanitaires.

 

CECI EST INACCEPTABLE !

 

Je tiens à signaler car je ne suis pas un novice en certaines matières, que des fuites de données sont courantes en Amérique du Nord pour ce qui concerne la Santé, en effet les fichiers fuites moyennant finance, et l'on peut se retrouver avec les difficultés suivantes.

L'emploi, certains employeurs notamment les les grosses peuvent connaître vos informations médicales dans le détail, je vous laisse le soin d'imaginer la suite

Les assurances, les crédits, ces sociétés ne reculent pas a obtenir vos informations médicales si vous êtes demandeur de crédit, notamment pour l'achat d'une maison ou d'un véhicule,

Donc ç'est d'une importance vitale et non un article de plus ! A bon entendeur !

 

Transcription de la vidéo :

 

"Bonjour à toutes et à tous,j'ai décidé de faire cette vidéo aujourd’hui pour vous alerter contre 3 violations du secret médical qu'est en train d'organiser sciemment le gouvernement

 

La première :

il nous demande de faire remonter tous les cas positifs mais cela existe déjà dans le cadre des maladies à déclaration obligatoires mais en plus, il nous demande de recenser les personnes qui vivent avec vous et tous les cas contacts avec leurs coordonnées et leur adresse pour le faire remonter à l'assurance maladie afin qu'il leur envoie une brigade sanitaire.Je suis MEDECIN, je suis PAS FLIC! D'accord? On nous demande contre quelques euros de vous fliquer. C'est hors de question que je viole le secret médical et votre confiance contre quelques euros et je sais que beaucoup de mes confrères sont dans le même état que moi: absolument ulcérés qu'on leur demande de transgresser l'éthique la plus élémentaire. Voilà la première chose.

 

La deuxième :

il y a un projet de Loi qui est en train d’être examiné aujourd'hui où ils sont train de trier, de nouveaux systèmes d'information de données de santé et où on va avoir des nouveaux systèmes qui sont sans votre consentement.c'est à dire que vous n'aurez plus votre mot à dire sur où vont vos données de santé. Soit disant que c'est pour la crise covid...Soit disant que c'est dans le cadre de l'urgence sanitaire... qu'ils ne pourront pas les garder plus d'un an, mais on sait ce que cela donne avec l'état d'urgence contre le terrorisme, c'est reconduit 6 fois jusqu'à que cela soit entré dans la loi organique donc là c'est pareil, ils sont en train de prendre vos données de santé, et d'en faire ce qu'ils veulent sans meme que vous puissiez avoir votre mot à dire et ce sera écrit dans la loi.

 

Et la troisième chose :

c'est qu'ils sont en train de déployer une plateforme nationale de partage de données de santé qui s'appelle le "Health Data Hub" et qui est propriétaire de ces données? les serveurs de Microsoft! On est en train de forcer tous les hôpitaux bientôt les pharmacies Les dossiers médicaux partagés tout va se retrouver sur les serveurs de Microsoft. Si vous trouvez ça normal, moi non...donc j'espère que vous aller partager en masse cette vidéo parce qu'il faut que tout le monde sache ce qu'ils sont en train de faire c'est vos données de santé, c'est votre vie Parce que derrière les assurances elles vont monter leur prix, les banques aussi vont refuser de faire les prêts c'est cela qui est en jeu, c'est tout cela les employeurs qui vont refuser de reconduire vos contrats parce qu'ils savent que vous etes malades etc.. Donc soyez vigilants,partagez s'il-vous-plaît, partagez! bonne journée à tous.

Partager cet article

Repost0
6 mai 2020 3 06 /05 /mai /2020 10:36

Pétition signée par 434 médecins belges et 900 professionnels de la santé Belge

 

" Face au déploiement massif et inconsidéré des technologies sans fil, nous, professionnels de la santé, demandons au gouvernement de faire appliquer le principe de précaution afin de protéger la population et plus particulièrement les groupes les plus vulnérables dont font partie, notamment, les femmes enceintes et les enfants."

 

En pleine pandémie, alors que les citoyens sont confinés et que la société est mise à rude épreuve, Proximus a entamé ce 31 mars le déploiement de la future 5G dans 30 communes autour de Bruxelles.

Même s’il pourrait s’agir d’une simple coïncidence, ceci nous semble indécent à un moment où les Belges doivent lutter ensemble pour essayer de vaincre le drame humain qui nous préoccupe tous. Parallèlement, des organismes de défense des consommateurs se sont empressés de publier des articles pour affirmer la non-dangerosité de cette technologie.

L’exposition de la population aux rayonnements électromagnétiques de radiofréquences/micro-ondes (RF/MO) n’a cessé d’augmenter ces dernières décennies. Téléphones sans fil de maison (DECT), smartphones, tablettes en 3G puis 4G, Wi-Fi à la maison, au travail, dans les crèches, les écoles, les transports et les lieux publics…

Et maintenant, on assiste à l’arrivée de la 5G ou à tout le moins de la 4G+.

Pourtant, l’innocuité de cette exposition n’a jamais été démontrée. Au contraire, les preuves de sa nocivité s’accumulent. Depuis 2011 d’ailleurs, les rayonnements électromagnétiques de RF/MO des technologies sans fil sont considérés par l’OMS comme possiblement cancérigènes (classe 2B), en grande partie à cause des risques accrus de gliomes et de neurinomes acoustiques chez les utilisateurs de longue date de téléphones cellulaires.

Le Principe de Précaution n’a nullement été respecté lors du déploiement massif de ces technologies sans fil.

Or, lorsque des risques graves et possiblement irréversibles ont été identifiés, l'absence de certitude ne doit pas servir de prétexte à remettre à plus tard des mesures pour protéger l'environnement et la santé.

Nous avons revu la littérature scientifique indépendante et nous nous référons entre autres, à la Résolution 1815 de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe. Nos conclusions rejoignent celles de spécialistes indépendants, et sont que le principe de précaution n’est actuellement pas appliqué et que la protection de la santé des citoyens, et des enfants en particulier, n’est pas assurée face à la surexposition à ces rayonnements électromagnétiques RF/MO.

Les normes censées protéger la population de l’exposition aux rayonnements électromagnétiques RF/MO ne tiennent compte que de l’échauffement des tissus (effet thermique) lors d’une exposition de durée limitée.

Ces normes ne tiennent pas compte des expositions répétées et/ou prolongées, ni de tous les effets biologiques non thermiques qui surviennent à des valeurs nettement inférieures aux valeurs actuellement autorisées. Elles n’ont pas été conçues pour protéger les fœtus, les enfants, les adolescents, les personnes âgées…

Pour les enfants, les risques peuvent être accrus en raison des effets cumulatifs d’une exposition prolongée. Leurs cerveaux, organes et tissus en développement et immatures peuvent être plus sensibles à l’exposition. Et les rayonnements pénètrent proportionnellement plus en profondeur dans leurs organes que dans ceux des adultes puisque leurs dimensions sont plus petites.

Le déploiement généralisé des technologies sans fil comporte des risques sanitaires connus depuis plusieurs décennies.

De nombreuses études (études sur des cellules, des animaux, études épidémiologiques) confirment l’existence d’effets biologiques non thermiques induits par l’exposition à des rayonnements électromagnétiques RF/MO émis par les technologies sans fil. Ces effets biologiques sont, par exemple, des lésions de l’ADN (ruptures), des perturbations de la synthèse des protéines, des altérations des spermatozoïdes, des perturbations de la synthèse d’hormones.

On connait les conséquences des lésions de l’ADN, notamment leur lien avec la survenue de cancers. Les dernières études sur les rats menées en 2018 par deux instituts indépendants différents (NTP et Ramazzini) ont montré que l’exposition aux rayonnements électromagnétiques RF/MO augmente la survenue de tumeurs, notamment du cerveau. Suite à cela, en mars 2019, le Centre International de Recherche sur le Cancer a recommandé une réévaluation de la classification de ces rayonnements endéans les 4 ans.

En mai 2019, le Conseil Supérieur de la Santé belge reconnaît, dans un avis sur les rayonnements non-ionisants, l’existence des effets biologiques de ces rayonnements à des niveaux non-thermiques ; leur lien avec le développement de cancers (augmentations importantes et statistiquement significatives du risque de gliomes cérébraux et de neurinomes de l’acoustique homolatéraux); le lien entre l’exposition maternelle aux champs électromagnétiques des fréquences des téléphones mobiles et l’existence de troubles du comportement et du langage chez l’enfant.

Bien qu’il faille plus de 20 ans à certains cancers pour se développer, on constate déjà une augmentation des glioblastomes (cancers du cerveau) dans les populations de certains pays européens. Au vu de ces éléments, il deviendrait dès lors inconvenant, d’oser encore continuer à clamer que tout cela ne représente aucun danger pour la santé.

Et la 5G ?

L’installation de la 5G nécessitera un assouplissement important des normes déjà beaucoup trop élevées.

De plus, cette technologie, qui présente des spécificités techniques différentes des technologies de générations antérieures, n’a pas fait l’objet d’études sanitaires préliminaires. Certains scientifiques craignent une augmentation de survenue des cancers de la peau et des dommages oculaires liés à l’utilisation de fréquences porteuses plus élevées.

Par ailleurs, la multiplication du nombre d’antennes relais nécessaires à l’installation du réseau 5G et l’hyper-connectivité absolue dans laquelle elle précipitera la société imposera une augmentation généralisée et certaine des niveaux d’exposition des populations.

Cela équivaut à prévoir une situation où le risque sanitaire global serait augmenté par un facteur qu’il est impossible de déterminer à l’avance, avec des retombées sanitaires dont nous ne connaissons pas la nature et sur lesquelles nous n’aurions aucun contrôle.

Cela équivaudrait aussi à une infraction au code de Nuremberg puisqu’il s’agirait finalement d’une expérimentation sur l’humain sans son consentement, sans certitude que le bénéfice pour la société soit plus important que le risque encouru…

En tant que médecins, nous déplorons déjà de plus en plus de pathologies pouvant être en lien avec des composants environnementaux tels que cette exposition croissante de la population aux rayonnements électromagnétiques du sans-fil. Nous recevons aussi des témoignages et nous rencontrons de plus en plus de personnes souffrant de troubles physiques potentiellement liés à l’exposition aux rayonnements électromagnétiques comme des troubles du sommeil, des acouphènes, des palpitations, des maux de tête, des troubles de l’attention et de la concentration, de fortes douleurs...

Nous demandons, en référence à la Résolution 1815 de mai 2011 de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe, ainsi que dans la lignée des dizaines d’appels de médecins et de scientifiques de par le monde, que les mandataires publics locaux, régionaux et fédéraux prennent leurs responsabilités et les mesures nécessaires afin d’obtenir :
• L’application du Principe de Précaution en vue de protéger la population, surtout les plus jeunes, les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées,
• Un moratoire sur le déploiement de la 5G en attendant des études d’impact sanitaire,
• La sensibilisation des citoyens, en particulier des parents, des adolescents et des femmes enceintes à un usage raisonné et responsable des objets connectés sans fil,
• L’établissement de normes d’exposition réellement protectrices basées sur les effets biologiques thermiques et non thermiques des champs et rayonnements électromagnétiques RF/MO,
• La création d’un centre de vigilance ou d’un organisme de recensement de symptômes en lien avec cette exposition.

Par cette carte-blanche, nous rejoignons les milliers de médecins et de scientifiques, issus du monde entier, qui depuis l’année 2000 ont uni leurs voix dans des appels récurrents pour alerter les populations et les politiciens face aux dangers des technologies sans fil.

Aujourd’hui, nous sommes parmi les 434 médecins belges et 900 professionnels de la santé à signer l’"Hippocrates Electrosmog Appeal" pour demander au gouvernement de faire appliquer le principe de précaution afin de protéger la population contre ces dangers. Vous trouverez sur notre site internet toutes les références relatives aux informations communiquées ci-dessus : https://www.hippocrates-electrosmog-appeal.be/ 


L’actualité récente nous inquiète d’autant plus, mais gageons ensemble qu’elle puisse être l’occasion de nouvelles prises de conscience et d’avancées dans le domaine de la prévention, qui doit aujourd’hui et plus que jamais faire l’objet de toute notre attention.

En lien source et liste des signataires.

Partager cet article

Repost0
6 mai 2020 3 06 /05 /mai /2020 10:30

Entre discours officiels dignes de maîtres d'écoles de maternelle et la réalité il y a une  marge, une marge que dis je ! un gouffre !

Partager cet article

Repost0
6 mai 2020 3 06 /05 /mai /2020 10:19

C'est avec courage et détermination que la députée Italienne Sara Cunial lance un violent réquisitoire contre l'instauration masquée d'une dictature suite à la pandémie du Covid19.

En France les Parlementaires semblent  assoupis comme au temps de Louis Philippe !

Partager cet article

Repost0
6 mai 2020 3 06 /05 /mai /2020 10:07

Hôpital Pompidou ..du 29/04/2020 FUITE AUDIO PERSONNEL HOSPITALIER ANONYME PARIS 15ème

Source : Netizen Souljah

Bon n'ayant pu vérifier exactement la source, je ne puis qu'affirmer qu'effectivement les forces de l'ordre ne peuvent pas porter de masque et qu'il y a eut des contaminations dans leur profession ainsi qu'un décès. A vous de juger !

 

Partager cet article

Repost0
5 mai 2020 2 05 /05 /mai /2020 17:52
Une commission du Sénat vote l'auto amnistie pour les élus en cas de soucis avec le Covid 19

Dans la série "on n'est jamais aussi bien servi que par soi même"

"les élus viennent de voter en commission au Sénat une #amnistie pour déresponsabiliser pénalement les responsables politiques qui ont exposé ou exposeront la population à des contaminations au COVIDー19 !”

Olivier Beruyer

Partager cet article

Repost0
5 mai 2020 2 05 /05 /mai /2020 17:38
L'etrange Brevet Microsoft et Bill Gates ainsi que leur étrange réponse

Ceci mérite tout de même la plus grande attention !

Et notez bien la réponse, je vous laisse mouliner tout seul !

Le brevet WO/2020/060606 décrit un « système de cryptomonnaie utilisant les données de l’activité corporelle »

Intitulé du Brevet :

"L'activité du corps humain associée à une tâche fournie à un utilisateur peut être utilisée dans un processus de minage d'un système de cryptomonnaie. Un serveur peut fournir une tâche à un dispositif d'un utilisateur qui est couplé de manière à communiquer avec le serveur. Un capteur couplé de manière à communiquer avec un dispositif de l'utilisateur ou compris dans ce dernier peut détecter l'activité corporelle de l'utilisateur. Des données d'activité corporelle peuvent être générées sur la base de l'activité corporelle détectée de l'utilisateur. Le système de cryptomonnaie de la présente invention couplé de manière à communiquer avec le dispositif de l'utilisateur peut vérifier si les données d'activité corporelle satisfont une ou plusieurs conditions définies par le système de cryptomonnaie, et attribuer une cryptomonnaie à l'utilisateur dont les données d'activité corporelle sont vérifiées."

 

Lien Brevet

 

Réponse : "

"le brevet WO/2020/060606 n’est pas directement lié à M. Gates, qui a techniquement quitté le conseil d’administration de Microsoft pour se consacrer à la gestion de la Fondation Bill & Melinda Gates, dont il est le président avec sa femme. Il ne mentionne pas non plus la micropuce, mais décrit plutôt des « capteurs » couplés à un « dispositif » pour enregistrer l’activité du corps. L’un des objectifs présumés de cette technologie décrite est d’encourager un mode de vie sain, les utilisateurs se voyant attribuer des jetons de cryptomonnaie pour faire du sport. "

Nous voilà rassurés

Source : RT.com

Partager cet article

Repost0
5 mai 2020 2 05 /05 /mai /2020 17:35
Assemblée Nationale, comment voter un amendement sans majorité

Je vous laisse seuls juges sur la méthode !

Partager cet article

Repost0
5 mai 2020 2 05 /05 /mai /2020 17:26

Une transaction a également eu lieu Xi jinping fournit la France pour près d'un milliard de masques en échange de quoi le gouvernement Français met en oeuvre au mieux l'installation de la 5G

 

Depuis le 23 mars dernier, le gouvernement d’Emmanuel Macron a adopté 25 ordonnances pour lutter contre le coronavirus. Cependant l’une de ces ordonnances ne concerne pas le Covid-19, mais l’installation d’antennes relais sur le territoire pour préparer l’installation de la 5G.

En application de la loi d’urgence n° 2020-290 du 23 mars 2020 pour faire face à l’épidémie de Covid-19, vingt-cinq ordonnances ont été prises par le Conseil des ministres. La 6ème ordonnance, n° 2020-320 du 25 mars 2020, a été confirmée au JORF n°0074 du 26 mars 2020 texte n° 45.

Selon cette ordonnance, « quatre procédures administratives préalables en vue de l’implantation ou de la modification d’une installation de communications électroniques sont ainsi aménagées: la suspension de l’obligation de transmission d’un dossier d’information au maire ou au président d’intercommunalité en vue de l’exploitation ou de la modification d’une installation radioélectrique ; la possibilité pour l’exploitant d’une station radioélectrique de prendre une décision d’implantation sans accord préalable de l’Agence nationale des fréquences ; la réduction du délai d’instruction des demandes de permissions de voirie ; et la dispense d’autorisation d’urbanisme pour les constructions, installations et aménagements nécessaires à la continuité des réseaux et services de communications électroniques ayant un caractère temporaire. »

En d’autres termes, les antennes-relais pourront être maintenant installées sans prévenir les municipalités ni du nombre, ni du lieu. D’après Média pour Tous, l’agence nationale des fréquences contrôlait auparavant scrupuleusement l’installation de chaque antenne. Elle veillait notamment au respect des valeurs limites d’exposition des citoyens aux champs électromagnétiques. Avec cette ordonnance, ce sont les exploitants du réseau qui pourront « prendre une décision d’implantation sans accord préalable de l’agence » sans surveillance sanitaire.

L’installation de la 5G implique une multiplication des antennes-relais. Selon France 24, ces antennes ont une portée courte car leur fréquence est plus haute. Il faudra alors avoir recours à ce que l’on appelle les smallcells, à savoir des petites antennes reliées à une sorte de grosse « antenne-mère » et dissimulables dans le mobilier urbain, beaucoup plus nombreuses que la 4G ou la 3G.

La France laisse entrer une usine d’équipements Huawei pour la 5G, la première usine hors de Chine

On a appris fin février, que le géant chinois Huawei allait installer en France un site de production d’équipements radio pour la 5G, une première hors de Chine. Le site, qui représentera un investissement minimal de 200 millions d’euros et emploiera dans un premier temps 500 personnes, produira des équipements destinés à l’ensemble du marché européen.

« Le site fabriquera dans un premier temps des équipements radio (par exemple des antennes, NDLR) puis s’étendra à d’autres produits dans le futur, en fonction des besoins du marché européen », a indiqué Liang Hua le président du groupe en France. Selon Huawei, l’usine devrait produire environ 1 milliard d’euros d’équipements par an.

Selon le sénateur américain Ted Cruz, Huawei serait pourtant une opération d’espionnage mondiale se faisant passer pour une entreprise de télécommunications.

 

 

 

Dans une publication récente, le Sénateur américain Mark Green a déclaré que le régime chinois aurait exigé de la France de faciliter l’installation de la 5G avec Huawei en échange d’1 milliard de masques pour lutter contre le coronavirus, lors d’un appel téléphonique entre Emmanuel Macron et Xi Jinping.

 

 

 

«En France, on nous a dit hier lors d’une conférence téléphonique que Macron parlait à Xi Jinping et Macron a demandé un milliard de masques. Xi a répondu : «Nous vous les donnerons si vous implémentez la 5G avec Huawei.» a-t-il déclaré. Une information qui n’a pas pu être vérifiée.

 

Source : Epoch Times

Partager cet article

Repost0

Pages