Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 1784 000 visiteurs 300 000 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

5 janvier 2024 5 05 /01 /janvier /2024 19:01

N'en déplaise aux esprits chagrins, médias aux ordres, fake checker à la mord moi le noeud tout aussi rampants, la théorie des chemtrails est confirmée par le fait que le New Hampshire vient de les interdire !

 

Henry

 

_____________________________________________

 

 

Le New Hampshire va interdire les chemtrails

 

 

Le New Hampshire est devenu le deuxième État américain à interdire potentiellement la pulvérisation de particules en aérosol dans le ciel – un phénomène communément appelé « chemtrails ».

 

Le Texas est entré dans l'histoire l'année dernière lorsque les représentants de l'État ont envisagé de modifier la loi pour interdire la pulvérisation atmosphérique dangereuse d'aérosols sans approbation préalable ni test des produits chimiques pulvérisés.

 

Selon le projet de loi 1700 de New Hampwhire House ( HB1700 ) :

 

[E]tablit un processus réglementaire pour empêcher le rejet intentionnel d'émissions polluantes, dans l'atmosphère du New Hampshire et au niveau du sol et prévoit des sanctions en cas de violation. Ce projet de loi exige que les représentants de l'État et les membres du public signalent de telles violations à la division de conformité des ressources aériennes du ministère des Services environnementaux et oblige les shérifs du comté du New Hampshire à faire appliquer les dispositions.

Granitegrok.com rapporte : Quelles émissions ? Le rejet intentionnel d’émissions polluantes, notamment l’ensemencement de nuages, la modification du temps, les fréquences radio électromagnétiques excessives et les rayonnements micro-ondes.

Le tribunal général estime que de nombreuses activités atmosphériques telles que la modification du temps, l'injection d'aérosols stratosphériques (SAI), la modification du rayonnement solaire (SRM) et d'autres formes de géo-ingénierie, impliquant le rejet intentionnel d'émissions polluantes, nuisent à la santé et à la sécurité humaines, à l'environnement, l'agriculture, la faune, l'aviation, la sécurité de l'État et l'économie de l'État du New Hampshire.

Sans utiliser le mot « chem-trails », qui peut déclencher des réactions chez certaines personnes, le projet de loi aborde un véritable ensemble de circonstances. Des personnalités publiques aux grandes universités, on parle beaucoup de l’aérosolisation de l’atmosphère avec des matériaux pour bloquer le soleil. Nous disposons de moins d’informations sur ce que cela signifie que sur les vaccins contre la COVID, et nous pouvons supposer qu’ils ne sont ni sûrs ni efficaces.

En l’absence de connaissance ou de compréhension, sachant que les agents ou agences susceptibles de suggérer ou de tenter une telle chose mentiront à ce sujet. Que nos élites aient, au mieux, une opinion déclinante de la vie humaine et, au pire, un engagement à y mettre fin dans leur quête de dépeuplement, ce n’est pas une mesure législative ridicule.

L'un des parrains est un ami, alors je m'attendrais à ce qu'il fasse un suivi, mais si je suis honnête, je ne sais pas jusqu'où ce projet de loi ira probablement. J'espère que nous aurons un débat vigoureux dans les commentaires, mais la composition actuelle de la State House et du Sénat ne me suggère pas de succès, étant entendu que vous êtes assuré de rater 100 % des clichés que vous ne prenez jamais.

Il y a des factions qui veulent répandre des choses dans les airs au-dessus de nous. Ils n’hésitent pas à le faire, et si nous manquons du sens de la transparence, des limites ou de la réglementation, nous pourrions nous retrouver soumis aux effets atmosphériques causés par l’homme sans connaître les recours.

 

Sean Adl-Tabatabai pour the people's voice

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2023 3 15 /11 /novembre /2023 18:17

Partager cet article
Repost0
19 août 2023 6 19 /08 /août /2023 18:18

S'il y a réchauffement locaux, il n'est pas généralisé et certainement pas du à la pollution !

 

Les plus grands experts tirent la sonnette d'alarme sur la manipulation, en effet la transition carbone est dans les tuyaux depuis des années et dans ce qui est nommé l'ESG aux USA, soit Environnement Social Governance avec un fond abondé de 66 000 milliards de dollars, notamment par Blackrock, dont le Président Larry Fink voit d'un très bon oeil cette nouvelle manne de profit.

 

Après vous avoir fait consommé, ils vous feront payer le prix de la décroissance par des biais rhétoriques avec force médias et experts de plateaux plus ou moins  à la solde de ces groupes agissants.

 

Henry

 

PS (à vous de chercher dans la barre de recherche j'ai mis suffisamment d'articles en ligne l'ESG)

 

 

 

_____________________________________________________________________

 

 

_____________________________________________________________________

 

Le lauréat du prix Nobel de physique John Clauser et 1500 scientifiques disent qu’il n’y a pas d’urgence climatique: « Le GIEC est l’une des pires sources de désinformation dangereuse. Le changement climatique n’est pas une crise ! »
 

Le lauréat du prix Nobel de physique John Clauser et 1500 scientifiques disent qu’il n’y a pas d’urgence climatique: « Le GIEC est l’une des pires sources de désinformation dangereuse. Le changement climatique n’est pas une crise ! »

 

____________________________________________________________

Les climatologues désemparés, le Pacifique se refroidit malgré le réchauffement climatique

 

Richard Seager de l'Université Columbia de New York avait déjà souligné en 1997 que les modèles climatiques nient l'indéniable refroidissement du Pacifique, qui s'accélère en fait. Même les premiers "chercheurs du climat" doivent admettre leur embarras face à des événements météorologiques et climatiques réels. En fait ils ne savent RIEN ! derstatus.at/welt/klima-for

 

 

 

Un scientifique admet que le "consensus écrasant" sur la crise du changement climatique est "fabriqué"

 

« L'ONU a créé le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat.

«Le GIEC n'était pas censé se concentrer sur les avantages du réchauffement.

Le mandat du GIEC était de rechercher les changements climatiques dangereux d'origine humaine. «Ensuite, les agences nationales de financement ont dirigé tous les financements. . . en supposant qu'il y ait des impacts dangereux. Les chercheurs ont rapidement compris que le moyen d'obtenir un financement consistait à faire des déclarations alarmistes sur le "changement climatique d'origine humaine". C'est ce que nous avons maintenant : un énorme complexe d'alarmisme climatique financé par le gouvernement. »

https://nypost.com/2023/08/09/climate-scientist-admits-the-overwhelming-consensus-is-manufactured/ https://twitter.com/thechiefnerd/status/1689597881236205568

 

_______________________________________________________

 

Météo de plus en plus rouge !

 

 

 

 

Un professeur de Princeton, un scientifique du MIT et physicien lauréat du prix Nobel, dénoncent l'arnaque climatique
 

Deux éminents climatologues ont récemment soutenu que les nouvelles règles de l'Agence de protection de l'environnement (EPA), visant à réduire les émissions de CO2, "seront désastreuses pour le pays, elles sont sans fondements scientifiques".
William Happer, professeur émérite de physique à l'Université de Princeton, et Richard Lindzen, professeur émérite de sciences de l'atmosphère au Massachusetts Institute of Technology (MIT), soutiennent, citant de nombreuses données, que la justification de la nouvelle réglementation par l'EPA n'est pas basée sur des faits scientifiques, mais plutôt des opinions politiques et des modèles spéculatifs qui se sont constamment révélés faux.

"La méthode d'analyse non scientifique, reposant sur le consensus, l'examen par les pairs, l'opinion du gouvernement, des modèles qui ne fonctionnent pas, la sélection de données et l'omission de volumineuses données contradictoires, est couramment employée dans ces études, et par l'EPA dans la règle proposée", Happer et Lindzen a déclaré. "Aucune des études ne fournit de connaissances scientifiques, et donc aucune ne fournit de support scientifique pour la règle proposée."

"Tous les modèles qui prédisent un réchauffement climatique catastrophique échouent au test clé de la méthode scientifique : ils surestiment grossièrement le réchauffement par rapport aux données réelles", ont-ils déclaré. "La méthode scientifique prouve qu'il n'y a aucun risque que les combustibles fossiles et le dioxyde de carbone provoquent un réchauffement catastrophique et des conditions météorologiques extrêmes."

Les modèles climatiques, comme ceux que l'EPA utilise, se trompent depuis des décennies dans la prédiction des résultats réels, a déclaré Happer à Epoch Times, offrant le tableau ci-dessous pour illustrer son propos :


 
Prédictions climatiques modélisées (moyenne = ligne rouge) versus observations [JR Christy, Univ. de l'Alabama]

"C'était déjà gênant dans les années 1990, lorsque j'étais directeur de la recherche énergétique au Département américain de l'énergie", a poursuivi Happer. "Je finançais une grande partie de ce travail, et je savais très bien alors que les modèles surestimaient énormément le réchauffement."

Une façon populaire de lutter contre les réglementations climatiques de l'EPA est de citer ce qu'on appelle la "doctrine des questions majeures", qui soutient que l'agence n'a pas le pouvoir d'inventer des réglementations qui ont un impact aussi énorme sur les Américains sans une orientation claire du Congrès. Happer et Lindzen, cependant, ont adopté une approche différente, affirmant que les réglementations de l'EPA échouent au test "State Farm", parce qu'elles sont "arbitraires et aléatoires".

"À maintes reprises, les tribunaux ont appliqué les principes de "State Farm" pour invalider les règles de l'agence, lorsque l'agence n'a pas pris en compte un aspect important du problème, ou des données triées sur le volet, pour étayer une conclusion prédéterminée", ont-ils expliqué, se référant à la 2003 State Farm v. Campell dans laquelle la Cour suprême a fait valoir qu'"un État ne peut avoir aucun intérêt légitime à rendre délibérément la loi si arbitraire que les citoyens seront incapables d'éviter une punition fondée uniquement sur un parti pris ou un caprice".

Selon le témoignage de Happer et Lindzen, "600 millions d'années de données sur le CO2 et la température contredisent la théorie selon laquelle des niveaux élevés de CO2 provoqueront un réchauffement climatique catastrophique" - et ils présentent le graphique suivant, qui montre peu de corrélation entre les niveaux historiques de CO2 et la température, arguant également que les niveaux actuels de CO2 sont à un point bas :

 
 
Ce graphique montre les niveaux de CO2 (bleu) et les températures (rouge) au fil du temps, indiquant une faible corrélation et les niveaux actuels des deux à des niveaux historiquement bas [Analyse des oscillations de température dans les époques géologiques par le Dr CR Scotese ; Le climat de la Terre : passé et futur de Mark Peganini ; Déclin marqué des concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone au cours du Paléocène, magazine Science vol. 309.]

"L'augmentation souvent très soulignée de 140 ppm [parties par million] de CO2 depuis le début de l'ère industrielle est insignifiante par rapport aux changements de CO2 au cours de l'histoire géologique de la vie sur Terre", ont-ils déclaré. Et dans tous les cas, « l'augmentation des niveaux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère crée plus de nourriture pour les populations du monde entier, y compris plus de nourriture pour les habitants des zones frappées par la sécheresse. L'augmentation du dioxyde de carbone au cours des deux derniers siècles, depuis la révolution industrielle, d'environ 280 ppm à environ 420 ppm, a provoqué une augmentation d'environ 20 % de la nourriture disponible pour les personnes dans le monde, ainsi qu'un verdissement accru de la planète et un effet bénin de réchauffement de la température.

Plus de CO2 dans l'atmosphère entraîne une plus grande croissance des plantes et des rendements agricoles plus élevés, même la NASA le concède. De plus, les engrais synthétiques, qui sont des dérivés du gaz naturel, sont aujourd'hui responsables de près de la moitié de la production alimentaire mondiale. Cependant, des objectifs « net zéro » réduiraient les émissions de CO2 de plus de 40 gigatonnes par an, réduisant proportionnellement l'approvisionnement alimentaire.

En plus d'enseigner la physique à Princeton, des décennies de la vie de William Happer ont été consacrées à la physique, principalement au rayonnement atmosphérique et à la turbulence atmosphérique, et ses inventions ont été utilisées par les astronomes et la défense nationale.

"Le rayonnement dans l'atmosphère est ma spécialité", a déclaré Happer, "et j'en sais plus que, je suppose, n'importe quel climatologue. [Mon expertise] implique une grande partie de la même physique qui est impliquée dans le climat, et rien de tout cela n'est très alarmant », a-t-il déclaré.

Le récit du réchauffement climatique soutient que lorsque les gens brûlent des combustibles fossiles, ils émettent des concentrations plus élevées de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, qui absorbe la lumière du soleil et crée un "effet de serre", piégeant le rayonnement solaire et réchauffant la Terre. Mais un aspect des émissions de CO2 que les modèles de réchauffement climatique ne prennent pas en compte, a expliqué Happer, est un phénomène appelé "saturation", ou l'effet décroissant du CO2 dans l'atmosphère à des concentrations plus élevées.

"Aux concentrations actuelles de CO2, environ 400 parties par million, cela diminue le rayonnement vers l'espace d'environ 30%, par rapport à ce que vous auriez si vous enleviez tout", a déclaré Happer. « C'est donc suffisant pour provoquer un certain réchauffement de la terre, et merci à Dieu pour cela ; cela aide à rendre la terre habitable, avec les effets de la vapeur d'eau et des nuages.

"Mais si vous pouviez doubler la quantité de CO2 de 400ppm à 800ppm, et que cela prendrait beaucoup de temps, la quantité de rayonnement que vous réduiriez dans l'espace ne serait que de 1% supplémentaire. Très peu de gens réalisent à quel point il est difficile pour le dioxyde de carbone supplémentaire de faire une différence dans le rayonnement vers l'espace. C'est ce qu'on appelle la saturation, et c'est bien connu depuis un siècle.

 
L'« effet de serre » du CO2 supplémentaire n'augmente pas proportionnellement à la quantité de CO2 ajoutée [William Happer]

Happer et Lindzen déclarent également que les ensembles de données modernes ont été manipulés pour s'adapter au récit du changement climatique.

"L'exemple le plus frappant en est le record de température", a poursuivi Happer. "Si vous regardez les relevés de température qui ont été publiés il y a 20 ans, ils ont montré très clairement qu'aux États-Unis, les années de loin les plus chaudes que nous ayons eues se sont déroulées au milieu des années 1930. Si vous regardez les données aujourd'hui, ce n'est plus vrai. Les personnes en charge de ces données, ou de ce que le public voit, ont progressivement réduit les températures des années 30, puis augmenté la température des mesures plus récentes.

Un exemple de données trompeuses utilisées par l'EPA comme preuve du réchauffement climatique est illustré dans le tableau ci-dessous :

 
Les données de l'EPA montrent un rapport croissant des records quotidiens de températures élevées à basses afin d'indiquer la hausse des températures mondiales [NOAA/NCEI]

"Ce graphique ne montre pas réellement" les températures quotidiennes ". Au lieu de cela, il montre un "rapport" entre les records quotidiens les plus élevés et les plus bas - un nombre qui semble conçu pour donner l'impression que les températures augmentent régulièrement.

En revanche, Happer et Lindzen ont présenté les vraies données de l'EPA qui révèlent des températures nettement plus élevées dans les années 1930 :

 
Ces données indiquent que les vagues de chaleur étaient plus sévères dans les années 1930 qu'aujourd'hui [EPA]

Les partisans du récit du réchauffement climatique déclarent souvent qu'il s'agit d'une "science établie" et que presque tous les scientifiques conviennent que la planète se réchauffe, que l'activité humaine est à blâmer.

Selon une déclaration officielle de la NASA, « la grande majorité des scientifiques du climat qui publient activement – ​​97% – conviennent que les humains sont à l'origine du réchauffement climatique et du changement climatique. La plupart des principales organisations scientifiques du monde entier ont publié des déclarations publiques exprimant cela, y compris les académies scientifiques internationales et américaines, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat des Nations Unies et toute une série d'organismes scientifiques réputés dans le monde entier.

Alors qu'un rapport de l'Université Cornell indique que "plus de 99,9% des articles scientifiques évalués par des pairs conviennent que le changement climatique est principalement causé par l'homme, selon une nouvelle enquête portant sur 88.125 études liées au climat".

Happer, cependant, soutient que le consensus n'est pas la science, citant une conférence sur la méthode scientifique par le physicien renommé Richard Feynman, qui a déclaré : "si elle n'est pas d'accord avec l'expérience, c'est faux".

"La science n'a jamais été faite par consensus", a extrapolé Happer : "La façon dont vous décidez que quelque chose est vrai en science est de le comparer avec des expériences ou des observations. Peu importe s'il y a un consensus; peu importe si un lauréat du prix Nobel dit que c'est vrai, s'il n'est pas d'accord avec les observations, c'est faux », a-t-il déclaré avec sincérité. « Et c'est la situation avec les modèles climatiques. Ils ont clairement tort parce qu'ils ne sont pas d'accord avec les observations.

Le médecin et auteur Michael Crichton a déclaré dans un discours célèbre en 2003 : « Le consensus est l'affaire de la politique. La science, au contraire, ne requiert qu'un chercheur qui se trouve avoir raison, ce qui signifie qu'il a des résultats vérifiables par référence au monde réel. En science, le consensus n'est pas pertinent. Ce qui est pertinent, ce sont les résultats reproductibles.

Le professeur Happer souligne les prévisions climatiques catastrophiques originales, qui voyaient « New York inondé maintenant, plus de glace au pôle Nord, l'Angleterre comme la Sibérie… Rien de ce qu'ils avaient prédit ne s'est réellement réalisé. Vous devez faire quelque chose pour que l'argent continue à rentrer, alors ils ont changé le « réchauffement de la planète » en « changement climatique » » afin d'expliquer toute éventualité climatique.

En ce qui concerne ce chiffre de « consensus à 99,9 % » cité par l'Université Cornell, de nombreux experts rétorquent que les publications académiques d'aujourd'hui rejettent systématiquement les soumissions qui osent remettre en question la science du réchauffement climatique.

"J'ai de la chance parce que je n'ai pas vraiment commencé à réfuter cela avant d'être proche de la retraite", a déclaré Happer, qui s'était déjà établi à ce moment-là en tant que professeur titulaire à Princeton, membre de l'Académie des sciences, et directeur de la recherche énergétique au Département américain de l'énergie.

« Si j'avais été beaucoup plus jeune, ils auraient pu faire en sorte que je ne sois jamais titularisé, que mes articles ne soient jamais publiés. « Ils peuvent m'empêcher de publier des articles maintenant, mais cela n'a pas d'importance, car j'ai déjà un statut. Mais cela aurait beaucoup plus d'importance si j'étais plus jeune et que j'avais une carrière devant moi.

Dans une récente interview avec John Stossel, la climatologue Judith Curry a déclaré qu'elle avait payé le prix pour avoir contredit le récit et a qualifié la science actuelle du réchauffement climatique de "consensus fabriqué".

Le Dr Curry, ancienne présidente de l'École des sciences de la Terre et de l'atmosphère de Georgia Tech, a déclaré que lorsqu'elle a publié une étude, affirmant que les ouragans augmentaient en intensité, « J'ai été adoptée par les groupes de défense de l'environnement et les alarmistes et j'ai été traitée comme une rockstar; J'ai été transporté partout pour rencontrer des politiciens et donner ces conférences, et attirer beaucoup d'attention médiatique."

Cependant, après que plusieurs chercheurs aient remis en question les conclusions de Curry, elle a enquêté sur leurs affirmations et a conclu que ses détracteurs avaient raison. « C'était en partie de mauvaises données ; une partie de cela était la variabilité naturelle du climat », a expliqué Curry. Mais lorsqu'elle a rendu public ces faits, elle a été rejetée et expulsée du milieu universitaire.
 
Suisse : Scandale Météorologique, les Températures Manipulées en Suisse éclatent au grand jour

Source : Qactus

 

Après l'on vous enfermera dans des villes de "15 mn" contrôlées par IA sous prétexte climatique et l'on vous forcera à manger de la viande synthétique ( L'Irlande doit détruite 1,3 million de têtes de bétail pour la climat)

L'Irlande doit détruire 1.3 millions de têtes de bétail "pour le climat"
 
Partager cet article
Repost0
30 mai 2023 2 30 /05 /mai /2023 17:19

Patrick Albert Moore, ex-président de Greenpeace : « Quand le changement climatique est apparu pour la première fois comme un problème, j'ai réalisé que nous étions dupés et qu'il s'agissait d'argent… cet argent est fait pour créer des récits qui effraieront les gens… »

 

La servitude volontaire par la peur

« Tout ce que les dirigeants ont à faire, c’est de dire au peuple qu’ils ont quelque chose à craindre. Pointez du doigt la source de leur peur, et vous pourrez obtenir des humains qu’ils fassent tout ce que vous désirez. Vous pouvez les rendre obéissants. »
Goering, Le Journal de Nuremberg, Gustave Gilbert, 1947

Le marketing de la honte

« Même dans les pays où le régime de confinement était le plus strict, comme en France, les autorités sanitaires insistaient sur la nécessité de passer un peu de temps à l’extérieur chaque jour. […] Cela permettra de créer des liens plus profonds et plus personnels au niveau individuel avec les éléments “macro” que nous avons évoqués plus tôt concernant la préservation de nos écosystèmes et la nécessité de produire et de consommer de manière respectueuse de l’environnement. »
Covid-19 : la grande réinitialisation, Klaus Schwab, Thierry Malleret, 2020 Forum économique mondial

La responsabilisation est la figure moderne de la honte. L’idée du marketing de la honte est de mettre en exergue un prétendu « problème ». Il s’agit  de créer des angoisses, des peurs et des hontes (et non plus un besoin) tout en lui apportant une solution. Le besoin naîtra de lui-même dans la tête du consommateur ! Les marques sont de plus en plus nombreuses à investir dans ce discours de la culpabilité. Elles incitent à se montrer responsable dans chaque acte de consommation courante.

L’utilisation de la culpabilité se multiplie autant dans les campagnes de prévention (campagne 2014 de la sécurité routière « Trop vite, trop tard. On ne regrette de rouler trop vite que quand il est trop tard ») ou de santé publique (« Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé ») mais également pour des publicités de produits (« se faire plaisir sans mauvaise conscience » avec la Honda CR-Z Hybrid).

Le marketing de l’écologie

Un exemple : les bouteilles ne sont plus consignées. On  peut toujours taper « bouteilles consignées » sur Service-Public.fr : aucun résultat. Vous n’y êtes pour rien si elles ne sont pas reprises par les commerces, mais si vous les jetez, c’est votre faute. Ça met la planète en danger. En revanche, si vous tapez tri sélectif, vous avez l’embarras du choix. Le ministère de l’écologie vous explique tout en détail : « par exemple, le carton d’emballage de la boîte de biscuits doit être séparé de la barquette en plastique ou du film, avant d’être jeté dans le bac de collecte. »…] Les déchets de verre sont à déposer en général au niveau de points d’apport volontaire qui leur sont spécifiques. » Vous remarquerez que les belles bouteilles soigneusement vidées par les amateurs de bon vin, sont déjà  qualifiées de « déchets ».

Suivez l’argent…

Si vous triez les bouteilles (c’est-à-dire si vous les cassez) dans une poubelle spéciale, c’est bien, vous êtes éco-responsable. Tout-à-fait accessoirement l’industrie du verre va prospérer. O-I FRANCE est le principal fabricant de bouteilles en Europe et domine le marché français. Son chiffre d’affaires de 2021 frôlait les 800 millions d’euros. Sa maison mère (actionnaires majoritaires : Fidelity et Vanguard) a réalisé un bénéfice de 6,4 milliards de dollars en 2021. Selon une enquête mondiale menée en 2014 par le groupe marketing Nielsen sur la Responsabilité sociale des entreprises, 52 % des consommateurs dans le monde seraient prêts à payer davantage pour des produits fabriqués par des entreprises engagées sur le plan environnemental et social. Actuellement, la facture d’énergie de la verrerie de Puy-Guillaume représente 20 % des coûts fixes. Est-ce bien éco-responsable ?

Côté plastique, après avoir détruit les petits commerces où on pouvait faire ses courses avec un panier, le gouvernement favorable aux grandes surfaces se rachète une moralité en interdisant les concombres sous cellophane, les poires en barquette, les courgettes en sachet plastique. Tout le reste peut rester emballé (surtout dans les McDo Drive).

Source

 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2023 6 22 /04 /avril /2023 18:11

Partager cet article
Repost0
11 avril 2023 2 11 /04 /avril /2023 18:46

Partager cet article
Repost0
11 avril 2023 2 11 /04 /avril /2023 18:38
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2023 2 24 /01 /janvier /2023 18:57
PAR 
Earth,Core,Structure,With,Geological,Layers.,Earth,Day,And,Night.
De nombreux scientifiques pensent que le noyau terrestre interne tourne plus vite que le reste de la planète – un phénomène appelé « super rotation ». Mais l’étude des ondes sismiques qui ont parcouru la Terre au cours de la dernière décennie suggère que sa rotation s’est récemment interrompue. Il se pourrait même qu’il tourne désormais dans le sens opposé.

Le noyau terrestre interne, situé à environ 5000 km sous la surface, est une sphère solide de quelque 1200 km de rayon, composée d’un alliage de fer et de nickel. Il est entouré par le noyau externe, liquide, dont les mouvements de convection induisent l’effet dynamo à l’origine du champ magnétique terrestre. Il a été découvert en 1936, par la sismologue danoise Inge Lehmann, grâce à l’étude de la propagation des ondes sismiques. Sa super rotation a été mise en évidence en 1996,  par l’analyse d’ondes sismiques répétées, ayant pris naissance dans la même région pendant trois décennies et dont le temps de parcours avait changé depuis les années 1960. Des études ultérieures ont conclu que le noyau interne tournait plus vite que le manteau d’environ un dixième de degré par an. La théorie n’a toutefois pas convaincu l’ensemble de la communauté scientifique ; un consensus sur l’existence et le taux de rotation différentielle fait toujours défaut aujourd’hui.

Quand le noyau terrestre cesse sa rotation pour repartir dans l’autre sens

Certains scientifiques estiment que la super-rotation n’existe pas et que les différences de temps de propagation entre les ondes sismiques résultent davantage de changements physiques survenus à la surface du noyau interne. D’autres pensent que le noyau interne a subi une sous-rotation d’au moins 0,1° de 1969 à 1971 – sur la base d’ondes sismiques générées par deux essais nucléaires américains enregistrées par le Large Aperture Seismographic Array (LASA) ces années-là ; selon les auteurs de cette étude, il serait ensuite entré en super-rotation de 1971 à 1974 – ce qui contredit l’hypothèse d’une super-rotation constante du noyau interne.

 
 

>>À lire aussi : Une nouvelle théorie pour expliquer la formation de la Terre

Une nouvelle étude publiée dans Nature Geoscience apporte un nouveau point de vue sur le sujet. En analysant les doublets sismiques (des paires de séismes ayant des formes d’onde identiques) depuis le début des années 1990 jusqu’en 2021, deux chercheurs chinois confirment que le noyau interne a bien tourné plus vite que la surface, mais ils ont découvert que cette rotation s’est quasiment arrêtée vers 2009. « Nous montrons que toutes les trajectoires qui présentaient auparavant des changements temporels significatifs ont peu changé au cours de la dernière décennie », écrivent Yi Yang et Xiaodong Song, de l’Université de Pékin.

Leurs observations concernent plusieurs points du globe, ce qui réfute l’hypothèse d’un changement local au niveau de la surface du noyau et confirme que le phénomène est bel et bien lié à la rotation du noyau. Leurs données suggèrent par ailleurs que cette interruption de rotation pourrait être suivie par une inversion de rotation.

La preuve d’interactions entre les différentes couches de la Terre

Bien que surprenant, ce phénomène n’a rien d’exceptionnel et s’est déjà produit par le passé. Les chercheurs rapportent que le noyau a déjà changé de sens de rotation au début des années 1970 et il se peut que la même chose se produise à nouveau au milieu des années 2040. La rotation du noyau interne est entraînée par le champ magnétique généré dans le noyau externe et équilibrée, ou freinée par l’intense attraction gravitationnelle du manteau. Ainsi, un léger déséquilibre des forces électromagnétiques et gravitationnelles pourrait selon eux suffire à ralentir, puis inverser la rotation du noyau interne.

>>À lire aussi : Des géologues ont détecté d’étranges structures sous la surface de la Terre

Ils avancent ainsi que la graine située au cœur de notre planète changerait de sens de rotation tous les 35 ans environ, selon un mouvement oscillatoire d’environ sept décennies – une périodicité similaire à la variation du champ magnétique terrestre (estimée à environ 62 ± 3 ans) et aux fluctuations de la rotation de la Terre sur elle-même (donc de la durée du jour). Des modèles de la température moyenne mondiale et de l’élévation du niveau de la mer semblent suivre la même tendance, ajoute un article de Science Alert.

L’oscillation lente du noyau interne pourrait donc jouer un rôle dans le maintien du champ magnétique terrestre et dans la vitesse de rotation de la planète, mais aussi affecter bien d’autres processus physiques observables en surface. « Ces observations fournissent des preuves d’interactions dynamiques entre les couches de la Terre, de l’intérieur le plus profond à la surface, potentiellement dues au couplage gravitationnel et à l’échange de moment angulaire du noyau et du manteau vers la surface », résument les chercheurs.

Un sujet qui reste pour le moment controversé

Plusieurs points restent néanmoins à éclaircir. Il faut notamment trouver le moyen de concilier la lenteur des changements signalés par Yang et Song avec certains changements plus rapides signalés par d’autres. En 2022, le géophysicien John Vidale et son collègue Wei Wang de l’Université de Californie du Sud à Los Angeles ont montré en effet que le noyau interne pouvait inverser sa rotation beaucoup plus fréquemment, tous les trois ans environ.

>>À lire aussi : Terre primitive : des témoins résiduels enfouis près du noyau

Pour faire la lumière sur ces variations de rotation, les chercheurs ont besoin de collecter davantage de données sismiques. Il ne reste donc qu’à atteindre patiemment qu’un certain nombre de tremblements de terre se produisent. En attendant, le phénomène ne semble avoir aucun impact sur notre vie en surface. « Mais nous ne savons pas réellement ce qui se passe, il nous incombe de le comprendre », a déclaré Vidale à Science News.

 
 
 
Partager cet article
Repost0
21 janvier 2023 6 21 /01 /janvier /2023 18:17

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2023 5 13 /01 /janvier /2023 19:26

 

[Source : Eveil Homme]

[NdNM : il restera probablement à confirmer qu’il s’agit bien d’énergie libre à rendement sur unitaire et non pas d’une entourloupe de plus.]

Maxwell Chikumbutso de Saith Technologies est de retour avec Un générateur de puissance capable d’alimenter 10 maisons à la fois en énergie libre !

Sangulani (Maxwell) Chikumbutso est un inventeur zimbabwéen qui a mis au point diverses technologies de pointe qui vont changer la façon dont la science fonctionne. En fait, il dit avoir mis au point des inventions qui, selon lui, « défient les lois de la physique » et, à ce titre, il a eu beaucoup de mal à faire breveter certaines de ses découvertes dans le monde entier.

Parmi les prototypes exposés aujourd’hui figuraient une voiture électrique (Saith EV) qui, selon Saith Technologies, est bien meilleure que celle de Tesla, un hélicoptère (Saith Hex_Copter) qui fonctionne avec cinq carburants, un générateur alimenté par Microsonic (Greener Power Machine), un drone fabriqué localement (non assemblé), des tours de surveillance, un sac à dos de communication de diffusion mobile, un sac à dos intelligent IP Mesh et un transformateur domestique qui peut multiplier la puissance par cent.

Maxwell Chikumbutso est un homme des plus intéressant et des plus talentueux qui soit ! L’inventeur génial en 2015 d’une voiture électrique qui se recharge à l’aide de radiofréquences (oui ! similairement à Nikola Tesla il y a environ un siècle), après avoir fait profil bas plusieurs années après l’annonce de son invention, fait un retour tonitruant dans le film THRIVE II: C’est ce qu’il faut aux créateurs, Foster Gamble et Kimberly Carter Gamble qui fait la part belle aux technologies à énergies libres, tant celle de Nassion Haramein que celle de Maxwell.

Dans le film Thrive II, on voit Maxwell faire la démonstration de son générateur à énergie libre qui fonctionne en captant les radiofréquence et la transforme en électricité ! Bien entendu, on pourrait trouver cela impossible ou des plus farfelus sauf que cela reprend le principe de la transmission d’énergie sans fils de Nikola Tesla (dont faut-il le rappeler, les recherches ont été supprimées en grande partie, de nombreuses preuves et documents déclassifiés en attestent, lire ici : https://eveilhomme.com/?s=tesla ).

Le matériel qu’il a fabriqué est selon Maxwell tellement en avance sur son temps (Nota Eveilhomme: cela fait appel seulement à des principes technologiques réprimés par le système, les gouvernements, lobby et financiers) qu’il affime qu’il ne peut pas breveter certaines technologies car elles défient les lois en place et sont classées en « technologies interdites » ou secrètes par les organismes en charge d’examiner les technologies.

Quelle technologie présente Maxwell?

Eh bien, ce n’est pas exactement un nouveau produit (car déjà présenté précédemment) mais le générateur Microsonic qui est en fait de retour. Maxwell Chikumbutso a récemment organisé un événement présentant le générateur et l’un des journalistes présents l’a tweeté. Ce générateur à énergie libre qui tire son énergie de radiofréquences serait capable de produire selon le site de saithgroup (https://www.saithgroup.com/gpm/) d’alimenter 300 maisons par sa production de 0,5 mégawatts et le tout en énergie libre. C’est plus que ce qui est indiqué dans le tweet ci-dessous, il s’agit éventuellement de 2 modèles avec des puissances différentes.

La Greener Power Machine (GPM) conçue et développée par Saith Technologies. Cette machine est appelée à révolutionner le secteur de l’énergie. Elle est alimentée par un dispositif à énergie micro-sonique (MSED). Le MSED est une technologie qui génère de l’énergie électrique en convertissant directement l’énergie des hautes fréquences radio en électricité. Le MSED est en même temps une énergie renouvelable à zéro émission (empreinte de dioxyde de carbone nulle). Le MSED fonctionne en créant perpétuellement assez d’énergie pour alimenter la machine et le consommateur.

La vidéo ci-dessus n’entre pas dans les détails sur le fonctionnement de la Greener Power Machine et le seul détail technique que nous pouvons en retirer est que le générateur fonctionne en silence.

De l’événement de presse, Maxwell a partagé un clip sur sa page Facebook :

https://www.facebook.com/maxsaithtech/videos/336643770938208/

Malheureusement, cette démonstration ne contient pas tous les détails techniques mais le film thrive est venu nous apporter des éléments qui permettent de donner du crédit à cette invention. En effet, dans le film Thrive II nous avons vu que Foster Gamble et un spécialiste en électricité sont allé tester sur place la machine, à l’aide d’équipements de mesure emmenée sur place. Cela a pu se faire après de nombreuses tergiversations car des agents apparemment gouvernementaux sont arrivés en plein tournage pour intimider Maxwell, qui a ensuite refuser les tests pendant plus semaines doutant des intentions de Foster et de son équipe. Au bout de nombreux jours sur place, Foster a réussi a avoir l’accord de Maxwell et son équipe.

La machine a finalement été testée en branchant un poste à soudure énergivore sur l’appareil Greener Power Machine (déconnectée de tout réseau). Et le résultat a été concordant avec affirmations de Maxwell à savoir que non seulement les batteries du générateurs ne se sont pas déchargées mais il a été constaté que la tension a même légèrement augmentée. Les batteries ont donc été rechargées alors que le poste à souder avait été utilisé. Cela semble être la preuve indépendante des dires de la société et de l’inventeur que la Greener Power Machine se recharge automatiquement dès qu’on l’utilise (ce qui est caractéristique de l’énergie libre).

Le site Web de Saith présente les affirmations suivantes concernant la Greener Power Machine;

  • Il est auto-alimenté – «pas de combustibles fossiles et pas de ressources naturelles» selon Saith;
  • « Pin drop silence » (totalement silencieux)
  • «Nous avons poussé l’ingénierie électrique à de nouveaux niveaux, à 50 Hz, elle offre des performances de classe mondiale. La sortie d’onde sinusoïdale «parfaite» produite garantira que même les charges sensibles seront correctement alimentées, sans bruit ni interférence. »

Quoi qu’il en soit, nous leur souhaitons un très grands succès dans leurs entreprises et même que ces modules et véhicules à énergie libre soient livrés partout gratuitement !



Site internet de Maxwell et de sa société : https://saithgroup.com

Sources : 
https://www.techzim.co.zw , 
Film Thrive 2 (a voir absolument ! ) 

Texte de l’article: Eveilhomme


[Source : La Télé de Lilou Macé]

Partager cet article
Repost0

Pages