Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

22 novembre 2022 2 22 /11 /novembre /2022 17:34

L’artemisia annua, tout savoir sur les bienfaits de cette plante.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2022 5 11 /11 /novembre /2022 17:29

Source : Expose-News

Il a été démontré que la quercétine combat l'inflammation et agit comme un antihistaminique naturel. Plusieurs études ont mis en évidence la capacité de la quercétine à prévenir et traiter à la fois le rhume et la grippe.

D'autres avantages et utilisations moins connus de la quercétine comprennent la prévention et/ou le traitement de l'hypertension artérielle, des maladies cardiovasculaires, du syndrome métabolique, de certains cancers, de la goutte, de l'arthrite et des troubles de l' humeur.

Un examen de l'effet de la quercétine sur le syndrome métabolique a révélé qu'elle réduisait la glycémie à jeune lorsqu'elle était prise pendant au moins huit semaines à une dose de 500 milligrammes par jour ou plus.

D'autres recherches récentes ont montré que la quercétine a un impact bénéfique sur la stéatose hépatique non alcoolique en réduisant l'inflammation, le stress oxydatif et le métabolisme des lipides.

La quercétine a également la capacité de permettre une régression tumorale en interagissant avec votre ADN et en activant la voie mitochondriale de l'apoptose (la mort cellulaire programmée des cellules endommagées).

 

 

Par le Dr Joseph Mercola

La quercétine 1  est un flavonol antioxydant naturellement présent dans des aliments tels que les  pommes , les prunes, les raisins rouges, le thé vert, la fleur de sureau et les  oignons , pour n'en nommer que quelques-uns. 2  Selon un rapport LinkedIn de 2022, 3  le marché de la quercétine connaît une croissance rapide à mesure que ses bienfaits pour la santé sont de plus en plus connus, avec un marché mondial projeté de 406 millions de dollars d'ici 2027.

Il a été démontré que la quercétine combat l'inflammation et agit comme un antihistaminique naturel. En fait, sa capacité antivirale semble être au centre de nombreuses études portant sur les avantages de la quercétine, et plusieurs études ont mis en évidence la capacité de la quercétine à prévenir et à traiter à la fois le rhume et la grippe. 6

Mais il existe également d'autres avantages et utilisations moins connus de ce supplément, notamment la prévention et/ou le traitement de : 7

Hypertension artérielle 8 Maladie cardiovasculaire 9
Syndrome métabolique 10 Certains types de cancer 11
Maladie du foie gras non alcoolique (NAFLD) 12 Goutte 13
Arthrite 14 Troubles de l'humeur 15
Longévité, grâce à ses bienfaits sénolytiques (élimination des cellules endommagées et usées) 16 17  

De plus, la quercétine est également utile pour les changements neurodégénératifs induits par l'aluminium, tels que ceux observés dans la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson et la sclérose latérale amyotrophique (« SLA »). Comme indiqué dans une étude de 2016 : 18

L'administration de quercétine (10 mg/kg de poids corporel/jour) a réduit le stress oxydatif induit par l'aluminium (10 mg/kg de poids corporel/jour) (diminution de la production de ROS, augmentation de l'activité de la superoxyde dismutase mitochondriale (MnSOD)).

De plus, la quercétine empêche également la translocation induite par l'aluminium de cyt-c et régule à la hausse Bcl-2, régule à la baisse l'activation de Bax, p53, caspase-3 et réduit la fragmentation de l'ADN …

D'autres études au microscope électronique ont révélé que la quercétine atténue le gonflement mitochondrial induit par l'aluminium, la perte de crêtes et la condensation de la chromatine. Ces résultats indiquent que le traitement à la quercétine peut représenter une stratégie thérapeutique pour atténuer la mort neuronale contre la neurodégénérescence induite par l'aluminium.

La quercétine améliore les traits du syndrome métabolique

Parmi les articles les plus récents sur ce puissant antioxydant figure une revue 19  publiée dans le numéro de mars 2019 de Phytotherapy Research, qui a examiné neuf essais contrôlés randomisés portant sur l'effet de la quercétine sur le syndrome métabolique.

Le syndrome métabolique fait référence à un groupe de conditions (y compris l'hypertension artérielle, l'hyperglycémie, les taux élevé de triglycérides et l'accumulation de graisse autour de la taille) qui augmente votre risque de diabète de type 2, de maladie cardiaque et d'accident vasculaire cérébral.

Alors que les résultats regroupés n'ont trouvé aucun effet sur la glycémie à jeune, la résistance à l'insuline ou les niveaux d'hémoglobine A1c, d'autres analyses de sous-groupes ont révélé que la supplémentation en quercétine "réduisait considérablement" la glycémie à jeune dans des études d'une durée d'au moins huit semaines et demandées dans des doses d'au moins 500 milligrammes (mg) par jour ont été utilisées.

Dans les études qui incluaient des personnes de plus de 45 ans, des réductions « significatives » de l'insuline ont également été constatées lors de l'utilisation d'une dose de 500 mg par jour ou plus. Une étude antérieure, 20  publiée en 2011, a examiné les effets de la quercétine sur certains traits du syndrome métabolique.

Cette étude s'est concentrée sur l'athérosclérose et l'inflammation chez les hommes atteints du génotype APOE 3/3, 3/4 et 4/4, et a révélé que la quercétine diminuait significativement le tour de taille, la pression artérielle systolique postprandiale, le triacylglycérol postprandial et l'augmentation du cholestérol HDL par rapport au placebo. Ici, les participants ont reçu 150 mg de quercétine par jour pendant huit semaines.

La recherche 21  sur des rats obèses publiée en 2008 a également révélé qu'une supplémentation en quercétine à des doses de 2 mg par kilo ou 10 mg/kg de poids corporel pendant 10 semaines améliorait la pression artérielle systolique, les triglycérides, le cholestérol total et les niveaux d'acides gras libres. La dose de 10 mg/kg a également amélioré l'état d'inflammation des animaux. Comme le notent les auteurs :

En conclusion, les deux doses de quercétine ont amélioré la dyslipidémie, l'hypertension et l'hyperinsulinémie chez les rats Zucker obèses, mais seule la dose élevée a produit des effets anti-inflammatoires dans la TVA ainsi qu'une réduction du gain de poids corporel.

L'une des premières études 22  à démontrer les effets bénéfiques de la quercétine sur la tension artérielle a été publiée en 2007. Comme le rapportent les auteurs :

Des études épidémiologiques rapportent que la quercétine… est associée à un risque réduit de maladie coronarienne et d'accident vasculaire cérébral… Des hommes et des femmes souffrant de préhypertension et d'hypertension de stade 1 ont été recrutés dans une étude croisée randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo pour tester l'efficacité de 730 mg quercétine/j pendant 28 jours vs placebo.

La tension artérielle à l'inscription était de… 148 +/- 2/96 +/- 1 chez les sujets hypertendus de stade 1… Réductions systolique (-7 +/- 2 mm Hg), diastolique (-5 +/- 2 mm Hg) et des pressions artérielles moyennes (-5 +/- 2 mm Hg) ont été observées chez des patients hypertendus de stade 1 après traitement par la quercétine… Ces données sont les premières à notre connaissance à montrer que la supplémentation en quercétine réduit la pression artérielle chez les sujets hypertendus.

De même, une revue systématique de janvier 2020 23  sur 17 études a conclu que la quercétine «diminuait considérablement» la pression artérielle chez les sujets humains. Ceux qui l'ont pris pendant huit semaines ou plus avaient également une amélioration « significative » du cholestérol et des triglycérides des lipoprotéines de haute densité.

La quercétine améliore la NAFLD induite par le diabète

D'autres recherches récentes 24  publiées dans le numéro d'août 2019 de Phytotherapy Research ont conclu que la quercétine a un impact bénéfique sur la NAFLD "en améliorant l'inflammation, le stress oxydatif et le métabolisme des lipides".

Le diabète peut également jouer un rôle dans la NAFLD, montrant à quel point la résistance à l'insuline influe sur le développement de maladies chroniques de toutes sortes. Comme expliqué dans le résumé :

Processus pathologiques multiphases impliqués dans la stéatose hépatique non alcoolique induite par le diabète de type 2 (DT2). Cependant, les thérapies sont assez limitées. Dans la présente étude, les effets hépatoprotecteurs et les mécanismes sous-jacents de la quercétine dans la NAFLD induite par le DT2 ont été étudiés…

Les résultats ont révélé que la quercétine atténuait les taux de transaminases sériques et réduisait nettement les altérations histologiques du foie induites par le DT2. De plus, la quercétine a restauré la teneur en superoxyde dismutase, catalase et glutathion dans le foie.

De plus, la quercétine a nettement atténué la production induite par le DT2 d'interleukine 1 bêta, d'interleukine 6 et de TNF‐α. Accompagnée par la restauration de l'augmentation de l'acide biliaire total sérique et de la diminution de l'acide biliaire total hépatique, la quercétine pourrait réduire l'accumulation de lipides dans le foie… Ces résultats induits que la quercétine pourrait être un médicament potentiellement efficace pour le traitement de la NAFLD induite par le DT2.

La quercétine aide à moduler l'expression des gènes

Selon une recherche 25  publiée en 2016, la quercétine a même la capacité de déclencher une régression tumorale en interagissant avec votre ADN et en activant la voie mitochondriale de l'apoptose (la mort cellulaire programmée des cellules endommagées).

La quercétine s'est avérée induire une cytotoxicité dans les cellules leucémiques et l'effet était dose-dépendant. Des effets cytotoxiques limités ont également été trouvés dans les cellules cancéreuses du sein. Dans l'ensemble, la quercétine a multiplié par cinq la durée de vie des souris cancéreuses par rapport aux témoins non traités.

Les auteurs ont attribué ces effets à l'interaction directe de la quercétine avec l'ADN et à son activation de la voie mitochondriale de l'apoptose et ont suggéré que l'utilisation potentielle de la quercétine en tant que traitement complémentaire du cancer mérite une exploration plus approfondie.

Des recherches plus récentes 26  dans la revue Molecules mettent également en évidence l'influence épigénétique de la quercétine et sa capacité à :

  • Interagir avec les voies de signalisation cellulaire
  • Moduler l'expression des gènes
  • Influencer l'activité des facteurs de transcription
  • Moduler les microARN

Les microARN étaient autrefois considérés comme de l'ADN « indésirable ». Loin d'être inutile, la recherche a maintenant révélé que l'ADN « indésirable » est en fait un microARN et joue un rôle crucial dans la régulation des gènes qui fabriquent les protéines qui construisent votre corps.

Les microARN fonctionnent comme des interrupteurs « marche/arrêt » pour les gènes. Selon l'apport de microARN, un seul gène peut coder pour l'un des plus de 200 produits protéiques. La capacité de la quercétine à moduler les microARN peut également aider à expliquer ses effets cytotoxiques et pourquoi elle semble améliorer la survie au cancer (au moins chez la souris).

 

 
La quercétine est un puissant antiviral

Comme mentionné, l'un des attributs les plus étudiés de la quercétine est sa capacité antivirale, qui a été attribuée à trois principaux mécanismes d'action :

  1. Inhiber la capacité du virus à infecter les cellules
  2. Inhibition de la réplication des cellules déjà infectées
  3. Réduire la résistance des cellules infectées au traitement avec des médicaments antiviraux

Par exemple, une recherche 27  publiée en 2007 a révélé qu'elle réduisait le risque d'infections des voies respiratoires supérieures chez les cyclistes après un exercice intensif.

Ici, les cyclistes qui ont reçu une dose quotidienne de 1 000 mg de quercétine en association avec de la vitamine C (qui améliore les taux plasmatiques de quercétine 28 29 ) et de la niacine (pour améliorer l'absorption) pendant cinq semaines étaient significativement moins susceptibles de contracter une maladie virale après avoir fait du vélo trois heures par jour pendant trois jours consécutifs, par rapport aux témoins non traités. Alors que 45% du groupe placebo sont tombés malades, seuls 5% du groupe de traitement l'ont fait.

Dans une autre étude 30  financée par la Defense Advanced Research Projects Agency (« DARPA ») des États-Unis, publiée en 2008, des animaux traités à la quercétine ont été provoqués par un virus de la grippe H1N1 hautement pathogène. Encore une fois, le groupe de traitement avait une morbidité et une mortalité significativement plus faibles que le groupe placebo. Plusieurs autres études ont également confirmé l'efficacité de la quercétine contre divers virus, notamment les suivantes :

Une étude de 1985 a révélé que la quercétine inhibe l'infectivité et la réplication du virus de l'herpès simplex de type 1, du poliovirus de type 1, du virus parainfluenza de type 3 et du virus respiratoire syncytial. 31
Une étude animale de 2010 a révélé que la quercétine inhibe à la fois les virus de la grippe A et B. Deux autres découvertes importantes ont été faites. Premièrement, les virus n'ont pas pu développer de résistance à la quercétine, et deuxièmement, lorsqu'ils sont utilisés en concomitance avec des médicaments antiviraux (amantadine ou oseltamivir), l'effet a été certes amplifié - et a empêché le développement d' 'une résistance aux médicaments. 32
Une étude animale de 2004 portant sur l'effet de la quercétine sur la grippe a utilisé une souche du virus H3N2. Selon les auteurs : 33

« Lors d'une infection par le virus de la grippe, il existe un « stress oxydatif ». Parce que la quercétine a restauré les concentrations de nombreux antioxydants, il est proposé qu'elle puisse être utile comme médicament pour protéger les poumons des effets délétères des radicaux libres dérivés de l'oxygène libéré lors de l'infection par le virus de la grippe .
Une autre étude de 2016 a révélé que la quercétine offrait une protection contre le virus de la grippe A H1N1 en modulant l'expression des protéines. Plus précisément, la régulation des protéines de choc thermique, de la fibronectine 1 et de la prohibition a joué un rôle déterminant dans la réduction de la réplication virale. 34
Une troisième étude publiée en 2016 a révélé que la quercétine inhibait un large éventail de souches grippales, notamment H1N1, H3N2 et H5N1. Selon les auteurs :

« Cette étude indique que la quercétine présentant une activité inhibitrice au stade précoce de l'infection grippale offre une future option thérapeutique pour développer des produits naturels efficaces, sûrs et abordables pour le traitement et la prophylaxie des infections [aux virus de la pince A]. 35
En 2014, les chercheurs ont noté que la quercétine semble être « un traitement prometteur pour le rhume », amélioré par le rhinovirus, ajoutant qu'« il a été démontré que la quercétine réduit l'internalisation et la réplication virale in vitro », ainsi que la charge virale, l'inflammation pulmonaire et l'hypersensibilité des voies respiratoires. -réactivité in vivo. 36

En atténuant les dommages oxydatifs, il réduit également votre risque d'infections bactériennes secondaires, qui sont en fait la  principale cause de décès lié à la grippe . Fait important, la quercétine augmente la biogenèse mitochondriale dans le muscle squelettique, ce qui suggère qu'une partie de ses effets antiviraux sont dus à une signalisation antivirale mitochondriale améliorée.
Une étude animale de 2016 37 a révélé que la quercétine inhibait le virus de la dengue et le virus de l'hépatite chez la souris. D'autres études ont confirmé le pouvoir de la quercétine d'inhiber à la fois l'hépatite B 38  et l'hépatite C 39  .
Plus récemment, une étude de mars 2020 40  dans la revue Microbial Pathogenesis a révélé que la quercétine « fournit une protection complète contre l'infection à Streptococcus pneumoniae », à la fois in vitro et in vivo, principalement en neutralisant la pneumolysine (PLY), 41  l'une des toxines libérées par les pneumocoques qui encourage Infection à S. pneumoniae à fleurir en premier lieu. Comme le rapportent les auteurs dans Microbial Pathogenesis :

« Les résultats ont indiqué que la quercétine réduisait de manière significative l'activité hémolytique et la cytotoxicité induites par le PLY en réprimant la formation d'oligomères.

« En outre, le traitement à la quercétine peut réduire les lésions cellulaires médiées par le PLY, améliorer le taux de survie des souris infectées par une dose létale de S. pneumoniae, atténuer les dommages pathologiques du tissu pulmonaire et inhiber la libération de cytokines (IL-1β et TNF -α) dans le liquide de lavage bronchoalvéolaire.

"Compte tenu de l'importance de ces événements dans la pathogenèse de S. pneumoniae résistant aux antimicrobiens, nos résultats ont indiqué que la quercétine pourrait être un nouveau candidat-médicament potentiel pour le traitement des infections cliniques à pneumocoques."
La quercétine combat l'inflammation et renforce l'immunité

Outre son activité antivirale, la quercétine est également connue pour renforcer l'immunité et lutter contre l'inflammation. Comme indiqué dans une étude de 2016 42  dans la revue Nutriments, les mécanismes d'action incluent (mais ne sont pas limités à) l'inhibition de : 43

  • Production de facteur de nécrose tumorale α (TNF-α) induite par les lipopolysaccharides (LPS) dans les macrophages. Le TNF-α est une cytokine impliquée dans l'inflammation systémique, sécrétée par les macrophages activés, un type de cellule immunitaire qui digère les substances étrangères, les microbes et d'autres composants nocifs ou endommagés
  • Niveaux d'ARNm de TNF-α et d'interleukine (IL)-1α induits par le LPS dans les cellules gliales, ce qui entraîne une "diminution de la mort cellulaire neuronale apoptotique"
  • La production d'enzymes productrices d'inflammation
  • Influx de calcium dans la cellule, qui à son tour inhibe : la libération de cytokines pro-inflammatoires et la libération d'histamine et de sérotonine par les mastocytes intestinaux libèrent 44

Selon cet article, la quercétine stabilise également les mastocytes, a une activité cytoprotectrice dans le tractus gastro-intestinal et "un effet régulateur direct sur les propriétés fonctionnelles de base des cellules immunitaires", ce qui lui permet d'inhiber "une énorme panoplie de cibles moléculaires à la concentration micromolaire". gamme, soit en régulant à la baisse, soit en supprimant de nombreuses voies et fonctions inflammatoires. 45

 

La quercétine peut être un complément utile pour beaucoup

Compte tenu de ses nombreux avantages, la quercétine peut être un complément utile pour beaucoup, que ce soit de manière aiguë ou à plus long terme. C'est l'un des suppléments que je recommande de conserver dans votre armoire à pharmacie lorsque vous sentez que vous « attrapez » quelque chose, que ce soit le rhume ou la grippe.

Si vous êtes sujet au rhume et à la grippe, vous pouvez envisager de le prendre pendant quelques mois avant la saison du rhume et de la grippe pour renforcer votre système immunitaire. À plus long terme, il semble utile pour les personnes atteintes du syndrome métabolique, même s'il serait insensé de se fier à un supplément donné sans aborder également des stratégies plus fondamentales telles que l'alimentation et l'exercice.

Comme expliqué dans mon entretien de 2015 avec le Dr Robert Lustig , il a été démontré que le sucre est un facteur causal de la résistance à l'insuline, qui est une caractéristique du syndrome métabolique et un facteur de risque pour toutes les maladies chroniques .

Si vous avez une ou plusieurs conditions qui composent le syndrome métabolique, il serait sage de limiter votre consommation totale de sucre à 15 grammes par jour. Si vous êtes en bonne santé et que vous souhaitez le rester, votre limite quotidienne de sucre serait d'environ 25 grammes.

Sources et références
Partager cet article
Repost0
10 novembre 2022 4 10 /11 /novembre /2022 19:13

Dans la série "Nous prendrait on pour des C..." Le moteur à eau, alors ! Non seulement le témoignage, mais aussi la méthode !

Partager cet article
Repost0
24 août 2022 3 24 /08 /août /2022 08:37

On pense que ces produits chimiques toxiques contaminent l’eau potable de plus de 200 millions d’Américains.

Substances toxiques : les pires produits ménagers à éviter | Bio à la une

Des chercheurs ont découvert une nouvelle méthode pour décomposer les dangereux « produits chimiques éternels ».

 

Selon un rapport d’information publié jeudi par The Guardian, une nouvelle méthode de décomposition de certains composés PFAS (produits chimiques éternels) pourrait représenter une avancée majeure dans la lutte contre la contamination environnementale généralisée dans le monde.

Les PFAS, ou substances per- et polyfluoroalkyles, sont surnommés « produits chimiques éternels » parce qu’ils ne se dégradent pas naturellement, et que les procédés mis au point par l’homme pour les détruire sont coûteux, consomment beaucoup d’énergie et donnent des résultats discutables.

« La connaissance fondamentale de la manière dont les PFAS se dégradent est la chose la plus importante qui ressort de cette étude », a déclaré Will Dichtel, chercheur à l’université Northwestern et coauteur de la nouvelle étude.

Environ 12 000 composés composent la classe des PFAS, et la méthode mise au point par les chercheurs de l’université Northwestern de Californie à Los Angeles et de l’université de Tianjin est efficace sur une sous-classe, les acides perfluorocarboxyliques.

Tous les composés PFAS ont un point commun qui les a rendus pratiquement indestructibles jusqu’à présent : ils ont tous au moins un atome de carbone fluoré.

La nouvelle méthode consiste à « défluorer » les composés avec une solution d’eau et de diméthylsulfoxyde (DMSO), un solvant aprotique dipolaire, ce qui donne du carbone et du fluorure inorganique, tous deux relativement inoffensifs.

Les PFAS non dégradables

Les PFAS non dégradables continuent de circuler et de s’accumuler dans l’environnement, et on pense aujourd’hui que ces produits chimiques toxiques contaminent l’eau potable de plus de 200 millions d’Américains.

On les a trouvés dans l’Arctique, dans la pluie partout dans le monde, et on pense qu’ils sont présents dans 98 % du sang des Américains. De nouvelles recherches ont permis de les découvrir à des concentrations alarmantes dans certains aliments et dans l’air.

Plus tôt, Interesting Engineering a documenté comment l’eau de pluie n’est plus potable en raison de la présence de « produits chimiques éternels ».

 

Bien qu’il existe une technologie permettant d’éliminer les PFAS de l’environnement, les chercheurs n’ont pas réussi à trouver comment décomposer complètement les produits chimiques après leur élimination.

L’efficacité d’une nouvelle technique à basse température pour décomposer les PFAS a été décrite dans une étude publiée jeudi dans la revue Science.

Les défenseurs de la santé publique s’inquiètent depuis longtemps de l’élimination généralisée des produits chimiques par des pratiques telles que les puits d’injection profonds et la mise en décharge. Les preuves suggèrent que les produits chimiques fréquemment incinérés ne font que décomposer les composés, libérant des fragments de PFAS potentiellement dangereux dans l’air.

« Il n’y a pas de moyen d’éliminer les PFAS qui soit bénin, il faut donc trouver une méthode pour se débarrasser des PFAS d’une manière qui ne soit pas encore polluante », a déclaré Brittany Trang, chercheuse à Northwestern et l’un des principaux auteurs de l’étude.

De nombreuses industries et des milliers de biens de consommation utilisent les PFAS pour les rendre résistants à la chaleur, à l’eau et aux taches. Cependant, ces composés ont été associés à des maladies graves telles que le cancer, des handicaps congénitaux, des maladies du foie, des problèmes rénaux, une baisse de l’immunité et un taux de cholestérol élevé.

Des résultats « significatifs »

Selon les chercheurs, leur méthode pourrait être étendue à d’autres sous-classes de PFAS et nécessiter moins d’énergie que les autres méthodes utilisées pour tenter de détruire les PFAS.

« Cette méthode fonctionne dans des conditions douces et donne des produits bénins, ce qui la rend immédiatement prometteuse pour des études ultérieures », a déclaré William Dichtel, professeur de chimie à l’université Northwestern.

Les chercheurs ont souligné que les résultats sont préliminaires et que la méthode est loin d’être prête à être mise à l’échelle et appliquée commercialement. L’osmose inverse, le charbon actif granulaire ou d’autres formes de filtration devraient être utilisés pour filtrer d’abord les produits chimiques de l’eau contaminée, car ils y sont présents en quantités toxiques à de très faibles concentrations.

La nouvelle méthode pourrait être utilisée pour traiter les produits chimiques qui ont été concentrés dans les eaux usées.

« Nous n’avons jamais eu de réponse satisfaisante à la question ‘Qu’allons-nous faire de ces produits et comment pouvons-nous nettoyer notre eau ?' » a déclaré M. Dichtel.

Dichtel, qui travaille à la mise au point de méthodes de décomposition des PFAS depuis environ sept ans, a qualifié ces résultats de « significatifs ».

Lire aussi : L’Arctique laisse échapper de fortes concentrations de « produits chimiques éternels »

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche

Partager cet article
Repost0
10 août 2022 3 10 /08 /août /2022 16:47

Article qui contient des précisions sur un sujet que les gens qui s’intéressent à leur santé connaissent dans les grandes lignes. Plus quelques vérités évidentes pour lesquelles le lien n’est pas toujours fait comme par exemple :

https://s2.qwant.com/thumbr/700x0/f/9/4f644cbf51d860649f9de45126c67c5d5fd679e2f290449c15b17082a61b70/capture-decran-2018-01-25-y-07.54.07.png?u=https%3A%2F%2Fi1.wp.com%2Fwww.jdbn.fr%2Fwp-content%2Fuploads%2F2018%2F01%2Fcapture-decran-2018-01-25-y-07.54.07.png%3Fresize%3D1280%252C640&q=0&b=1&p=0&a=0il existe « Tout indique que l’industrie pharmaceutique et l’industrie alimentaire sont une seule et même entité et qu’une conspiration dans laquelle l’une aide l’autre à faire des profits. »

La nouvelle est incroyable : la cause première du cancer a été officiellement découverte il y a plusieurs décennies (1923) par un scientifique lauréat du prix Nobel en 1931.

Très peu de personnes dans le monde le savent, car ce fait est caché par les industries pharmaceutique et alimentaire.

En 1931, le scientifique allemand Otto Heinrich Warburg a reçu le prix Nobel pour sa découverte de la cause première du cancer.

C’est vrai. Il a découvert la cause première du cancer et a obtenu le prix Nobel.

Otto a découvert que le cancer est le résultat d’un pouvoir anti-physiologique et d’un mode de vie anti-physiologique.

Pourquoi ? Parce qu’avec un style nutritionnel anti-physiologique (alimentation basée sur des aliments acidifiants) et la sédentarité, le corps crée un environnement acide (dans le cas de la sédentarité, en raison d’une mauvaise oxygénation cellulaire).

L’acidose cellulaire entraîne l’expulsion de l’oxygène. Le manque d’oxygène dans les cellules crée un environnement acide.

Il a déclaré : « Le manque d’oxygène et l’acidité sont les deux faces d’une même pièce : si une personne a l’un, elle a aussi l’autre.

Autrement dit, si une personne a un excès d’acidité, elle aura automatiquement un manque d’oxygène dans son système. S’il y a un manque d’oxygène, vous aurez de l’acidité dans votre corps.

Il a également déclaré : « Les substances acides repoussent l’oxygène, contrairement aux substances alcalines qui l’attirent.

Autrement dit, un environnement acide est un environnement sans oxygène.

Il a déclaré : « Priver une cellule de 35 % de son oxygène pendant 48 heures peut la transformer en cancer.

Toutes les cellules normales ont un besoin absolu d’oxygène, mais les cellules cancéreuses peuvent vivre sans oxygène. (Une règle sans exception).

« Les tissus cancéreux sont acides, alors que les tissus sains sont alcalins. »

Dans son ouvrage intitulé « Le métabolisme des tumeurs », Otto a montré que toutes les formes de cancer sont caractérisées par deux conditions fondamentales : l’acidose (acide) sanguine et l’hypoxie (manque d’oxygène).

Il a découvert que les cellules cancéreuses sont anaérobies (elles ne respirent pas d’oxygène) et ne peuvent pas survivre en présence de niveaux élevés d’oxygène.

Les cellules cancéreuses ne peuvent survivre que grâce au glucose et dans un environnement sans oxygène.

Par conséquent, le cancer n’est rien d’autre qu’un mécanisme de défense dont disposent certaines cellules de l’organisme pour survivre dans un environnement acide et sans oxygène.

EN RÉSUMÉ :
Les cellules saines vivent dans un environnement oxygéné et alcalin qui permet un fonctionnement normal. Les cellules cancéreuses vivent dans un environnement acide et pauvre en oxygène.

IMPORTANT :
Une fois le processus de digestion terminé, les aliments, en fonction de la qualité des protéines, des glucides, des graisses, des vitamines et des minéraux, fournissent et génèrent une condition d’acidité ou d’alcalinité dans le corps. En d’autres termes … tout dépend uniquement de ce que vous mangez.

Le résultat acidifiant ou alcalinisant est mesuré à l’aide d’une échelle appelée PH, dont les valeurs vont de 0 à 14 ; une valeur de 7 correspond à un pH neutre.

Il est important de savoir comment les aliments acides et alcalins affectent la santé, car les cellules… doivent avoir un pH légèrement alcalin (légèrement supérieur à 7) pour fonctionner correctement.

Chez une personne en bonne santé, le pH du sang se situe entre 7,4 et 7,45.

Si le pH sanguin d’une personne est inférieur à 7, elle tombe dans le coma.

LES ALIMENTS QUI ACIDIFIENT L’ORGANISME :
* Le sucre raffiné et tous ses sous-produits. (C’est le pire de tous : il ne contient pas de protéines, pas de graisses, pas de vitamines ni de minéraux, juste des glucides raffinés qui écrasent le pancréas). Son pH est de 2,1 (très acide).
* Viande. (Tous les types)
* Produits animaux (lait et fromage, fromage blanc, yaourt, etc.)
* Sel raffiné.
* Farine raffinée et tous ses dérivés. (Pâtes, gâteaux, biscuits, etc.)
* Pain. (La plupart contiennent des graisses saturées, de la margarine, du sel, du sucre et des conservateurs).
* Margarine.
* Caféine. (Café, thé noir, chocolat).
* Alcool.
* Tabac. (Cigarettes).
* Antibiotiques et médecine en général.
* Tout aliment cuit. (la cuisson élimine l’oxygène en augmentant l’acidité des aliments).
* Tous les aliments transformés et en conserve contenant des conservateurs, des colorants, des arômes, des stabilisateurs, etc.

Le sang s’autorégule en permanence pour ne pas tomber en acidose métabolique, assurer son bon fonctionnement et optimiser le métabolisme cellulaire. Le corps a besoin d’obtenir des bases minérales alimentaires pour neutraliser l’acidité du sang dans le métabolisme, mais tous les aliments déjà mentionnés (pour la plupart raffinés) acidifient le sang et ramollissent le corps.

Nous devons tenir compte du fait qu’avec le mode de vie moderne, ces aliments sont consommés au moins 3 fois par jour, 365 jours par an et que tous ces aliments sont anti-physiologiques.

LES ALIMENTS ALCALINISANTS :
* Tous les légumes crus. (Certains sont acides au goût, mais à l’intérieur du corps, une réaction alcalinisante se produit. D’autres sont quelque peu acides, mais ils fournissent la base nécessaire à un bon équilibre). Les légumes crus produisent de l’oxygène, les légumes cuits non.
* Fruits, même chose. Par exemple, le citron a un pH d’environ 2,2, mais dans le corps, il a un effet très alcalin. (Probablement le plus puissant de tous – ne vous laissez pas tromper par le goût aigre).

* Les fruits produisent suffisamment d’oxygène.
* Certaines graines, comme les amandes, sont très alcalines.
* Les céréales complètes : la seule céréale alcalinisante est le millet. Tous les autres sont légèrement acides, cependant, comme le régime idéal nécessite un pourcentage d’acidité, il est bon d’en consommer certains. Toutes les céréales doivent être consommées cuites.
*Le miel est très alcalinisant.
* Chlorophylle : les plantes sont très alcalines. (En particulier l’aloe vera, également connu sous le nom d’aloès).
* L’eau est importante pour la production d’oxygène. « La déshydratation chronique est la principale contrainte pour l’organisme et la racine de la plupart des maladies dégénératives. » Le Dr Feydoon Batmanghelidj déclare que.
* L’exercice physique oxygène l’ensemble du corps. « Un mode de vie sédentaire use le corps. »

L’idéal est d’avoir un régime alimentaire composé d’environ 60 % de produits alcalins plutôt qu’acides et, bien sûr, d’éviter les produits les plus acides, comme les boissons gazeuses, le sucre raffiné et les édulcorants.

N’abusez pas du sel et évitez-le autant que possible.

Pour les personnes malades, l’idéal est que l’alimentation soit alcaline à environ 80%, en éliminant tous les produits les plus nocifs.

Si vous avez un cancer, le conseil est d’alcaliniser le plus possible. »

Le Dr George W. Crile, de Cleveland, l’un des chirurgiens les plus respectés au monde, déclare ouvertement : « Toutes les morts dites naturelles ne sont rien d’autre que le point final d’une saturation en acide dans le corps. »

Comme indiqué précédemment, il est tout à fait impossible qu’un cancer apparaisse chez une personne qui débarrasse son corps de ses acides par un régime alcalin, qui augmente sa consommation d’eau pure et qui évite les aliments acidifiants.

En général, le cancer n’est ni contracté ni hérité. Ce dont on hérite, ce sont les habitudes alimentaires, environnementales et le mode de vie. Cela peut produire un cancer.

Mencken a écrit : « La lutte de la vie est contre la rétention d’acide. « Le vieillissement, le manque d’énergie, le stress, les maux de tête, les maladies cardiaques, les allergies, l’eczéma, l’urticaire, l’asthme, les calculs rénaux, l’athérosclérose, entre autres, ne sont que l’accumulation d’acides. »

Dr. Theodore A. Baroody a écrit dans son livre Alkaline or Die :
En réalité, peu importe le nom de ces innombrables maladies, ce qui compte, c’est qu’elles ont toutes la même origine : beaucoup de déchets acides dans le corps.

Le Dr Robert O. Young a déclaré :
L’acidification excessive de l’organisme est la cause de toutes les maladies dégénératives. Si l’équilibre est perturbé et que l’organisme commence à produire et à stocker plus d’acidité et de déchets toxiques qu’il n’est capable d’en éliminer, la maladie s’installe. »

ET LA CHIMIOTHÉRAPIE ?
La chimiothérapie acidifie l’organisme à tel point qu’elle puise dans les réserves alcalines du corps pour neutraliser l’acidité, sacrifiant ainsi les bases minérales (calcium, magnésium et potassium) stockées dans les os, les dents, les articulations, les ongles et les cheveux.

C’est pourquoi on observe de telles altérations chez les personnes recevant ce traitement et, entre autres, une perte de cheveux. L’absence de cheveux ne signifie rien pour le corps, mais un pH acide signifierait la mort.

Rien de tout cela n’est décrit ou raconté parce que, selon toute vraisemblance, l’industrie du cancer (lire : l’industrie pharmaceutique) et la chimiothérapie sont parmi les entreprises les plus rentables qui existent… On parle d’une entreprise de plusieurs millions de dollars et les propriétaires de ces industries ne veulent pas que cela soit publié.

Tout indique que l’industrie pharmaceutique et l’industrie alimentaire sont une seule et même entité et qu’il existe une conspiration dans laquelle l’une aide l’autre à faire des profits.
Plus les gens sont malades, plus les profits de l’industrie pharmaceutique sont élevés. Et pour avoir beaucoup de malades, il faut beaucoup de malbouffe, autant que l’industrie alimentaire en produit.
Combien d’entre nous ont entendu la nouvelle d’une personne atteinte d’un cancer et quelqu’un a dit : « … Cela aurait pu arriver à n’importe qui… ».

Non, ça ne peut pas !

« Que la nourriture soit ton médicament, le médicament ta nourriture. »
(Hippocrate, le père de la médecine)

En 2010, quelque 80 ans après les études de Warburg, en partant précisément de la considération que l’acidité est une caractéristique fondamentale du micro-environnement tumoral, toutes les études sur lesquelles se concentre l’International Society for Proton Dynamics in Cancer (ISPDC) ont été présentées à l’Istituto Superiore di Sanità, lors du premier symposium international. L’objectif de cette recherche est de cibler exclusivement la cible moléculaire à l’origine de la tumeur, « afin d’éviter les effets secondaires fréquents des thérapies traditionnelles utilisant des inhibiteurs de la pompe à protons pour inhiber la croissance de la masse tumorale », comme l’explique Stefano Fais, du département pharmaceutique de l’Istituto Superiore di Sanità.

Les conditions favorables à la croissance des tumeurs sont dues à une accumulation initiale d’acide lactique due au métabolisme tumoral et à la sélection ultérieure de cellules qui, pour faire face à l’augmentation de l’acidité, provoquent un hyperfonctionnement des pompes cellulaires qui éliminent les protons hors de la cellule.

En Italie, les deux premiers essais cliniques ont été réalisés pour les mélanomes à l’Istituto dei Tumori de Milan et à l’Université de Sienne, et pour les ostéosarcomes au Gruppo Italiano dei Sarcomi, à Bologne.
La même approche a été utilisée par des chercheurs de l’université Fudan de Shanghai pour lutter contre le cancer du sein.

En Floride, le professeur Robert Gatenby, du département d’oncologie intégrée du Cancer Center of Tampa, a utilisé du bicarbonate administré par voie orale pour ses recherches.

Là encore, le professeur Kusuzaki, du département d’oncologie de l’université Edobashi de Tokyo, a utilisé l’acridine orange pour combattre les sarcomes ; cette molécule a la capacité de se concentrer dans les organelles acides de la cellule et, à la suite d’une impulsion lumineuse (rayons X), se transforme en un composé hautement toxique pour les tissus tumoraux, sans toutefois présenter de signes de toxicité pour les tissus sains environnants.

Toutes les thérapies choisies pour ces études sont basées sur l’utilisation de médicaments qui utilisent l’acidité de la tumeur comme cible, soit en inhibant les mécanismes qui la provoquent – c’est-à-dire les inhibiteurs de la pompe à protons – soit en la tamponnant simplement – en utilisant du bicarbonate – ou en changeant son état lorsque

concentré dans les tumeurs – avec de l’orange acridine -.

Par conséquent, la théorie du vieux professeur Otto Henrich Warburg semble maintenant trouver une nouvelle confirmation, même si ce n’est évidemment pas qu’il en avait besoin, mais il était certainement nécessaire que ces connaissances soient portées à la connaissance du public. Ce n’est que de cette manière que chacun peut prendre des décisions pour sa propre santé, en sachant qu’elle est déterminée par ce qu’il mange.

Une personne en bonne santé a un pH sanguin compris entre 7,4 et 7,45. Si ces valeurs sont inférieures à 7, on tombe dans le coma. Pour maintenir un pH élevé et protéger ainsi sa santé, il est essentiel d’éviter tous les aliments acidifiants : en tête de liste, le sucre raffiné, dépourvu de vitamines et de minéraux, et riche uniquement en glucides raffinés qui mettent le pancréas à rude épreuve ; puis la viande et tous les produits laitiers ; également la farine et ses dérivés, ainsi que toutes les conserves, la margarine, le café, le thé noir et l’alcool. Il faut garder à l’esprit que tout aliment cuit augmente l’acidité tout en éliminant l’oxygène. Et puis, bien sûr, il ne faut pas oublier que tous les médicaments, des antibiotiques à la chimiothérapie, sont aussi acidifiants !

Les seuls aliments alcalins sont les légumes et certains fruits. Par conséquent, pour rester en bonne santé, il faut consommer quotidiennement de grandes quantités de légumes de différentes variétés, crus bien sûr. Plus nous parviendrons à équilibrer positivement les aliments alcalins et acidifiants, moins nous aurons à craindre de contracter des maladies dégénératives.

TOUTE PERSONNE SOUHAITANT CONTESTER CE QUI EST COPIÉ-COLLÉ DANS CETTE LÉGENDE PEUT ENVOYER SES RÉFLEXIONS, NOTES ET RÉCRIMINATIONS AUX SOURCES DONT L’ARTICLE EST TIRÉ. MERCI.

SOURCES : http://www.ecplanet.com/node/3619
http://www.pmbeautyline.wordpress.com

http://www.edizioniscientifichestill.com/index.php?op..

AUTRES ARTICLES :
PLANÈTE CANCER : http://www.assie.it/italiano/nir/nir.htm
ALDO VACCARO : http://valdovaccaro.blogspot.it/2012/11/documento-esp..
CETTE ITALIE : http://questaitalia.wordpress.com/2012/11/01/nel-1931..
WIKIPEDIA : http://it.wikipedia.org/wiki/Otto_Heinrich_Warburg
_________
PHOTOS ORIGINALES, LES AUTRES (Association culturelle « Makaniya », Eco(R)existence)

Rapporté par le Codex Genesis
https://t.me/+3K5mFdwR2aVkMTA0

edizioniscientifichestill
edizioniscientifichestill.com – Ressources et informations sur edizioniscientifichestill.

edizioniscientifichestill.com est votre première et meilleure source pour toutes les informations que vous recherchez. Des sujets généraux à ce que l’on s’attend à trouver dans le…

 

Source : Intérêt pour tous

Partager cet article
Repost0
9 août 2022 2 09 /08 /août /2022 13:11

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2022 3 05 /01 /janvier /2022 19:19

Produisez votre propre énergie en déplacement avec votre hydrogénérateur à bricoler.

 

Si vous voulez pouvoir recharger vos petits appareils électroniques dans la nature, vous pourriez envisager de fabriquer votre propre petit générateur hydroélectrique ?

Si c’est le cas, suivez ce petit guide pour savoir comment faire.

Comme vous pouvez l’imaginer, vous aurez besoin de quelques outils et matériaux avant de commencer.

  • Matériaux et matériel nécessaires
  • Feuilles de plastique de rebut
  • Bouchons en plastique
  • Paire de compas
  • Pistolet applicateur et mastic silicone (transparent)
  • Débris de bois
  • Assortiment de tuyaux en plastique de petit diamètre
  • Roulements à billes
  • Superglue Krazy
  • Pistolet thermique
  • Vis
  • Outils de base
Étape 1 : fabriquer la vis principale

La première étape consiste à prendre votre feuille de plastique et à la découper en un ensemble de carrés de taille égale. Prenez ensuite une paire de compas et tracez la forme d’un beignet sur l’un d’entre eux.

Découpez le beignet comme indiqué. Rincez et répétez l’opération pour obtenir un total de quatre beignets de taille égale. Faites une seule entaille dans chacun des beignets, comme indiqué.

Chauffez légèrement les anneaux et les beignets en plastique pour les rendre souples et leur donner la forme d’un tire-bouchon. Ensuite, prenez votre tuyau de PVC et tracez la forme du tire-bouchon pour le générateur principal.

Collez les « lames » de tire-bouchon en plastique en place selon les besoins. Une fois cela fait, scellez les lames du tire-bouchon au tube principal à l’aide d’époxy.

Scellez à chaud les lames et l’époxy à l’aide d’un pistolet thermique et ajustez les lames si nécessaire.

Ensuite, prenez vos bouchons en plastique et percez un trou au centre de chacun d’eux. Collez quelques longueurs de tige métallique dans les trous. Scellez avec de l’époxy comme précédemment.

Collez les couvercles et les ensembles de tiges métalliques en haut et en bas du tire-bouchon principal comme indiqué dans la vidéo. Une fois que c’est fait, peignez l’ensemble de l’assemblage dans la couleur de votre choix – dans ce cas, en bleu.

Étape 2 : Fabriquer le cadre

Ensuite, prenez vos chutes de bois, coupez-les et donnez-leur la forme nécessaire pour fabriquer le cadre du dispositif principal. Vissez les pièces de bois ensemble pour former une boîte allongée suffisamment grande pour contenir la vis principale et l’électronique.

Ajoutez des traverses au cadre pour plus de solidité, si nécessaire. Ceci étant fait, prenez votre tuyauterie de PVC la plus grande et coupez-la en deux dans le sens de la longueur.

Prenez une des moitiés et clouez-la en place dans le cadre principal en bois, comme indiqué. Une fois cela fait, prenez une petite longueur de bois et découpez un trou suffisamment grand pour y placer un de vos roulements à billes.

Insérez-le dans la pièce en bois et fixez-le au cadre pour insérer une extrémité du tire-bouchon principal dans le cadre. Rincez et répétez pour l’autre extrémité du dispositif.

Ceci fait, insérez le tire-bouchon principal dans la paire de roulements à billes.

Étape 3 : Ajouter l’électronique

Ceci fait, prenez votre dynamo miniature et montez-la en place à une extrémité du tire-bouchon principal. Connectez l’arbre du tire-bouchon à l’arbre principal de la dynamo, si nécessaire.

Fixez la dynamo en place sur le cadre en utilisant des longueurs de bois si nécessaire. À l’aide d’autres morceaux de plastique, emboîtez des parties du cadre selon les besoins.

Ceci fait, prenez votre interrupteur et autres composants électroniques et assemblez-les comme il se doit. Connectez-les à la dynamo principale et montez-les sur le cadre comme indiqué dans la vidéo.

Testez le générateur en tournant le tire-bouchon à la main. Cela devrait allumer une petite bande lumineuse LED. Si ce n’est pas le cas, ajustez l’électronique si nécessaire.

Une fois cela fait, votre hydrogénérateur est maintenant pratiquement terminé. Vous pouvez maintenant le tester dans une vraie rivière ou construire une rivière artificielle et laisser votre générateur faire sa magie.

Si vous avez apprécié ce projet, vous pourriez être intéressé par la construction d’un barrage hydroélectrique miniature ?

Lire aussi : Pas d’électricité ? Un nouveau système de refroidissement utilise la lumière du soleil et l’eau salée

Source : Interesting Engineering  et anguille sous roche

Un nouveau système expérimental de refroidissement sans électricité est en cours de développement à l’Université des sciences et technologies King Abdullah (KAUST) d’Arabie saoudite, révèle un communiqué de presse. Le système ne nécessite que du sel et la lumière du soleil pour refroidir un espace ou réfrigérer des aliments à des températures de 3,6ºC.

De grandes parties du Moyen-Orient manquent de ressources telles que l’eau potable et l’électricité. Ce problème appelle des solutions innovantes, qui font souvent appel à des ressources alternatives abondantes ou à de nouvelles technologies comme les drones. Exemple concret : les Émirats arabes unis ont commencé à utiliser des « drones de pluie » pour déclencher des orages afin d’augmenter les précipitations dans la région.

Le système de refroidissement sans électricité de KAUST, détaillé dans un article de la revue Energy and Environmental Science, est une autre solution qui s’attaque au problème de la chaleur due à l’abondance de journées ensoleillées. Étonnamment, il utilise cette même lumière du soleil pour refroidir les bâtiments. L’installation expérimentale de KAUST utilise une combinaison de sel et de lumière solaire pour produire son effet de refroidissement des espaces intérieurs – et surtout, elle ne nécessite pas d’électricité. La machine tire parti d’un phénomène naturel de « changement de phase » qui voit l’énergie absorbée lorsque les cristaux de sel se dissolvent dans l’eau. En d’autres termes, si l’on ajoute du sel à de l’eau chaude, l’eau se refroidit rapidement à mesure que le sel se dissout.

Une méthode de refroidissement hautement réutilisable et sans électricité

Les chercheurs de KAUST ont choisi le nitrate d’ammonium pour sa grande solubilité dans l’eau et sa puissance de refroidissement, qui est quatre fois supérieure à celle du chlorure d’ammonium, le deuxième sel le plus performant lors des tests. Le nitrate d’ammonium est bon marché et est déjà largement utilisé dans les engrais, ce qui en fait une option commercialement viable. Au cours de leurs expériences, les scientifiques ont constaté que le nitrate d’ammonium pouvait être utilisé pour refroidir l’espace entourant une tasse métallique remplie de nitrate d’ammonium de la température ambiante (environ 25ºC) à 3,6ºC en 20 minutes environ. La température est ensuite restée inférieure à 15ºC pendant plus de 15 heures. L’équipe de KAUST pense que son système peut être utilisé pour le refroidissement des pièces ainsi que pour la réfrigération des aliments. Le sel peut être cristallisé et réutilisé une fois dissous en évaporant l’eau par la chaleur solaire. L’eau peut également être réutilisée grâce à un alambic solaire.

Les chercheurs du monde entier cherchent également à développer des alternatives au climatiseur traditionnel dans le but de lutter contre le changement climatique – selon l’AIE, cette technologie rejette chaque jour des millions de tonnes de CO2 dans le monde. Des chercheurs de Singapour, par exemple, ont récemment mis au point un système de refroidissement radiatif à « tube froid » qui pourrait remplacer le climatiseur et permet aux utilisateurs de garder leurs fenêtres ouvertes pendant que le système refroidit leur espace intérieur. Les chercheurs de l’université de Purdue, quant à eux, ont mis au point une peinture blanche qui bat le record du monde Guinness et qui est si réfléchissante qu’elle peut refroidir les bâtiments et réduire considérablement le besoin d’unités de climatisation.

Lire aussi : Il est possible d’utiliser la lumière du Soleil pour résoudre la crise de l’eau potable dans le monde, selon des scientifiques

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2021 7 14 /11 /novembre /2021 17:41

Ils utilisent des petits cônes en or pour le faire.

The Shenguang II laser facility in Shanghai where the Chinese scientists are researching fusion energy. Photo: Handout

 

Une équipe de scientifiques chinois affirme avoir découvert une méthode rentable pour réaliser une fusion nucléaire qui pourrait rivaliser avec d’autres méthodes beaucoup plus coûteuses.

Selon le South China Morning Post, des chercheurs de l’Institut de physique de l’Académie chinoise des sciences ont commencé leurs expériences sur l’énergie de fusion dans l’installation laser Shenguang II l’été dernier. Cependant, le gouvernement n’a accordé à l’équipe que 156 millions de dollars sur six ans pour mener leurs expériences – une somme dérisoire comparée aux réacteurs de fusion tels que le réacteur expérimental thermique international (ITER) en France, dont le budget est estimé entre 45 et 65 milliards de dollars.

Les chercheurs voulaient également améliorer les recherches menées au National Ignition Facility (NIF) au cours de l’été, qui ont permis de produire plus d’énergie de fusion que jamais auparavant dans un laboratoire. Cette expérience consistait à diriger 100 lasers très puissants vers une seule cible, ce qui a fini par déformer les miroirs utilisés pour créer les lasers et réduire leur précision.

L’équipe chinoise devait donc non seulement réaliser la fusion, mais aussi trouver un moyen de le faire avec un budget limité et des lasers moins puissants. Ils se sont finalement tournés vers un procédé initialement développé en 1997 par Zhang Jie, un physicien chinois renommé.

La méthode implique des faisceaux laser plus faibles dirigés vers deux minuscules cônes d’or, qui émettent l’un vers l’autre du plasma d’hydrogène. Lorsque les paramètres sont exactement les bons, une réaction de fusion peut se produire.

Bien que les cônes d’or se vaporisent après la fusion, le coût final sera « extrêmement faible – voire négligeable – dans le fonctionnement futur d’une centrale électrique », a déclaré Zhang Zhe, chercheur principal de l’expérience, au SCMP. « Un petit grain d’or peut permettre de fabriquer des milliers de cônes. »

Bien que l’équipe ait rencontré quelques problèmes dans ses expériences, Zhang affirme qu’elle a pu faire des progrès considérables. Il espère que l’équipe sera en mesure d’étendre ses recherches avec des outils et des installations plus sophistiqués à l’avenir, ce qui « élèvera le jeu à un tout autre niveau ».

Lorsque cela se produira, l’équipe pourrait disposer d’un réacteur de fusion qui rivaliserait avec les capacités d’ITER, et ce pour une fraction du coût.

Il s’agit d’une nouvelle étape passionnante dans la course à l’énergie de fusion, qui pourrait fournir une énergie propre illimitée et contribuer à offrir une méthode fiable pour s’éloigner des combustibles fossiles. Toutefois, il convient de noter que l’énergie de fusion ne sera probablement pas débloquée par un seul pays, mais plutôt par un effort conjoint de tous.

« Il est difficile de prédire quelle approche ou quel pays gagnera la course à ce stade. Il y a trop d’incertitudes à venir », a déclaré au SCMP un scientifique anonyme spécialisé dans la fusion nucléaire. « Mais au final, différentes technologies, différentes nations devront peut-être s’unir comme un seul homme pour faire passer la fusion du rêve à la vie. »

Lire aussi : Fusion nucléaire : le « soleil artificiel » de la Chine établit un nouveau record

Source : Futurism

 

 

 
 
 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 février 2020 4 13 /02 /février /2020 17:40

Souvent dans mes éditoriaux il y a de mauvaises nouvelles, pour une fois, une bonne nouvelles, prometteuse !

Des champignons qui absorbent les radiations se développent dans toute la centrale de Tchernobyl !

Alors réjouissons nous de celle ci !

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2019 4 24 /10 /octobre /2019 17:18

Vous trouverez joint un article à lire, nécessaire je pense,  car les éruptions solaires sont de plus en plus fréquentes, parfois assez puissantes.

Partager cet article
Repost0

Pages