Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

29 janvier 2023 7 29 /01 /janvier /2023 20:06

Constat ou prémonition !

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2023 7 29 /01 /janvier /2023 20:04
Empoisonnement aux Antilles : une étude enfonce Buzyn et Jérôme Salomon, poursuivis pour faux témoignage

La justice française a récemment prononcé un non-lieu dans l’affaire dite du chlordécone, ce pesticide cancérogène qui a détruit la vie de plusieurs centaines de personnes en Martinique et en Guadeloupe pendant 20 ans.

Pourtant, en juillet 2021, une étude de l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) enfonçait Agnès Buzyn, ex ministre de la Santé et Jérôme Salomon, ex directeur général de la Santé. Ces derniers ont été poursuivis pour faux témoignage dans cette affaire.

« Agnès Buzyn et Jérôme Salomon à nouveau sur la sellette. En effet, près d’un mois après la révélation du média Lecourrier-du-soir.com qu’Agnès Buzyn, ex ministre de la Santé et Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, sont visés par une plainte adressée au Procureur de la République de Paris dans une affaire d’empoisonnement, les choses se compliquent pour eux.

Feedback. Dans la plainte déposée par l’UGTG (Union Générale des Travailleurs de Guadeloupe), le collectif exigeait de l’Etat français qu’il assume sa responsabilité dans l’affaire dite du Chlordécone, un pesticide commercialisé par l’Etat français entre 1972 et 1993 et qui a empoisonné les populations martiniquaises et guadeloupéennes durant 20 ans.

« Buzyn et Salomon au banc des accusés »

Les conséquences de la commercialisation de ce pesticide ont été dévastatrices, comme l’explique le média MrMondialisation.org : 95% des Martiniquais et 92% des Guadeloupéens ont été empoisonnés, provoquant un taux très élevé du cancer de la prostate chez cette population. Dans la plainte, l’UGTG avait visé Agnès Buzyn et Jérôme Salomon, les accusant d’avoir menti sous serment devant la commission d’enquête parlementaire.

D’ailleurs, dans un communiqué publié sur le site officiel de l’UGTG et intégralement lu par Lecourrier-du-soir.com, on pouvait lire : « Madame BUZYN, ancienne ministre de la santé, Monsieur GUILLAUME, ministre de l’agriculture, Monsieur SALOMON, Directeur général de la santé, et Monsieur FERREIRA, Directeur général de l’alimentation ont menti, sous serment, devant la Commission d’enquête parlementaire pour tenter de disculper l’Etat. »


« Une présomption forte entre chlordécone et 6 maladies graves »

Le communiqué poursuit : « aussi, une plainte a été déposée contre Mme BUZYN et M GUILLAUME devant la Cour de justice de la République pour faux témoignage dans le cadre d’une commission d’enquête parlementaire. Une troisième plainte a été déposée contre Messieurs SALOMON et FERREIRA devant le procureur de la République de Paris pour faux témoignage dans le cadre d’une commission d’enquête parlementaire. »

Ce communiqué a été publié le 5 juin et le 3 juillet 2021, le média France TV Info révèle la publication d’une étude réalisée par des chercheurs de l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) qui confirme « une présomption forte » de lien entre plusieurs produits phytosanitaires (dont le chlordécone) et 6 maladies graves.

« Se basant sur plus de 5300 documents, le groupe de chercheurs multidisciplinaire conclut à ‘un niveau de présomption fort’, entre l’exposition au chlordécone et le risque de survenue de cancer de la prostate. En Guadeloupe et en Martinique, la prostate tumorale, la plus fréquente, est la première cause de décès chez les hommes. Le taux d’indice de décès de ce cancer est deux fois plus élevé que dans l’Hexagone », révèle le média français.

Pour lire le communiqué de l’UGTG, cliquez ici : UGTG

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2023 7 29 /01 /janvier /2023 20:00

On vous vend le Nouvel Ordre Mondial à Davos avec force sourire et effets de manches, mais on omet de vous dire que les instigateurs ont quelques soucis financiers !

 

______________________________________________

 

Après BlackRock début janvier, les fonds immobilier KKR et Blackstone bloquent le retrait du dépôt de leurs clients particuliers pour ne pas s’effondrer. Voilà des clients qui vont regretter de ne pas avoir une épargne sur livret.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2023 7 29 /01 /janvier /2023 19:53

Vidéo à enregistrer et sauvegarder d’urgence car risque de censure.

Expérience en direct où un journaliste assiste à des essais de réaction des produits des différentes sociétés sur son propre sang.

Les modifications sont immédiates et il ne faut plus s’étonner des caillots dépourvus de sang qu’on voit dans les autopsies, en particulier avec Pfizer

Sortie le 20 janv. 2023
Dans une émission de télévision aux USA, le présentateur (qui n’est pas injecté avec un produit expérimental covid) a donné son sang pour l’examiner avant, puis après contact avec différents « vaccins » covid. Le résultat est immédiat et visible. A voir et à partager pour comprendre à quel point, ces produits seraient dangereux pour la santé et que les médecins ne cherchent pas à savoir.

Source : Youtube

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2023 7 29 /01 /janvier /2023 19:50

Udo Ulfkotte, ancien rédacteur en chef du Frankfurter Allgemeine Zeitung (l’un des plus grands quotidiens allemands), révèle qu’il a travaillé pour la CIA. Il affirme que tous les médias les plus importants sont contrôlés par la CIA et que celle-ci oeuvre à une guerre avec la Russie… Fatigué de tromper ses lecteurs et effrayé par la guerre qui s’annonce, il a décidé de parler.

La plupart des journalistes occidentaux, affirme Udo Ulfkotte, travaillent pour une agence de renseignement. Ils sont d’abord invités, puis achetés, soudoyés par des organisations transatlantiques et deviennent peu à peu des « agents non officiels sous couverture ».

“Je pense que c’est particulièrement le cas pour les journalistes britanniques, parce qu’ils ont une relation bien plus étroite avec leur service de renseignement. C’est le cas, très certainement, avec les journalistes israéliens et bien sûr les journalistes français… C’est également le cas avec les journalistes australiens, néo-zélandais, taïwanais, bref, de beaucoup de pays.”

Les médias américains et allemands essaient d’amener la guerre en Europe, en Russie. C’est le point de non-retour et je vais dire ce que j’ai à dire… Ce que j’ai fait dans le passé est mal, manipuler les gens, construire une propagande contre la Russie. Ce n’est pas juste ce que mes collègues font également, ce qu’ils ont fait dans le passé, parce qu’ils sont corrompus pour trahir le peuple, pas seulement en Allemagne, mais partout en Europe… J’ai très peur d’une nouvelle guerre en Europe et je ne veux pas voir une fois de plus cette situation se produire, car une guerre ne vient jamais toute seule, il y a toujours des gens qui poussent à la guerre et ce ne sont pas seulement les politiciens, ce sont les journalistes également… Nous avons trahi notre lectorat, nous avons juste toujours poussé pour la guerre… J’en ai assez, j’en ai ras-le-bol de toute cette propagande. Nous vivons dans une république bananière et non pas dans un pays démocratique où nous aurions la liberté de la presse.

Lire l’intégralité de l’article traduit par Résistance 71

Source originale : http://www.infowars.com/leading-german-journalist-cia-media-pushing-for-world-war/

Le journaliste allemand Udo Ulfkotte a donné cette semaine une interview tonitruante sur la chaîne Russia Today, à l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage Gekaufte Journalisten (Journalistes achetés). Dans ce livre, il détaille la manipulation des médias et des journalistes par les agences de renseignement étasuniennes et notamment comment le Frankfurter Allgemeine Zeitung sert « comme une prostituée les intérêts de Washington en manipulant ses lecteurs au profit des États-Unis » au travers de multiples organisations pilotées depuis Washington, comme l’Atlantic Bridge, la Commission trilatérale, le German Marshall Found, l’American Council on Germany, l’Aspen Institute, etc. Ces informations ont été depuis confirmées par Willy Wimmer, ex-secrétaire d’État du ministère allemand de la Défense, qui a accusé le département d’État américain d’ingérence dans le travail de la presse allemande. La suite de l’article et vos commentaires libres et sans inscription : http://www.egaliteetreconciliation.fr…

« Am Ende wird klar: Meinungsvielfalt wird jetzt nur noch simuliert.

Denn unsere »Nachrichten« sind häufig reine Gehirnwäsche ».

Traduction :

« Au final, cela devient clair : la diversité d’opinion n’est plus que simulée.

Parce que nos « nouvelles » sont souvent du pur lavage de cerveau ».

Source : Olivier Demeulenaere

Note de la rédaction de PG : Udo Ulfkotte est un journaliste, essayiste et romancier allemand, né le 20 janvier 1960 à Lippstadt en Rhénanie-du-Nord-Westphalie et mort le 13 janvier 2017.

En 2014, il affirme sur Russia Today qu’il travaillait à la fois pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung et pour la CIA, faisant de la propagande pour les États-Unis et l’Union Européenne. Ulfkotte est mort d’une crise cardiaque le 13 janvier 2017. (Source Wikipédia)

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2023 7 29 /01 /janvier /2023 19:42

Suite Affaire Pellerin (article Mediapart)

Dessin. Titre : Cocaïne : Le député Pellerin a été prévenu par Thierry Solère, conseiller du Président de la République, des investigations en cours. thierry Solère au téléphone : J’ai eu un coup de fil du ministère de la Justice. T’as les flics. Derrière lui Macron Trépigne. Solère ajoute : »Du coup, si t’as de la poudre de perlimpinpin chez toi, j’ai peut-être, un ami qui peut, euh… t’en débarrasser. Dessin d’Allan BARTE

FRANCE – ENQUÊTE

Pascale Pascariello et Antton Rouget 26 janvier 2023 à 17h27

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

C’est un coup de fil qui risque de faire basculer l’affaire Pellerin dans une nouvelle dimension. Le député des Hauts-de-Seine Emmanuel Pellerin qui s’est retrouvé en septembre dernier au cœur d’une enquête judiciaire portant sur des faits liés à sa consommation de cocaïne, a été prévenu d’investigations judiciaires en cours, pourtant censées rester confidentielles s’agissant d’une enquête pénale couverte par le secret.

En octobre dernier, le député et avocat, qui fut membre de la commission « affaires publiques » du Conseil de l’ordre du barreau de Paris, a même affirmé, dans un courrier consulté par Mediapart, que l’information lui avait été confiée par une « source autorisée de l’exécutif », laquelle aurait été rancardée par la « Chancellerie », c’est-à-dire le ministère de la justice. 

Le courrier est d’une précision chirurgicale sur la fuite. Le coup de téléphone lui a été passé le « 13 septembre 2022 », à « 23 h 07 », est-il écrit dans ce document à en-tête de l’Assemblée nationale. La date ne peut qu’interpeller : la veille, le 12 septembre, une des ex-femmes d’Emmanuel Pellerin était justement auditionnée par la brigade territoriale de protection de la famille (BPF) des Hauts-de-Seine dans le cadre d’une enquête, ouverte trois jours plus tôt, en lien avec la consommation de cocaïne du député. Le dossier a été classé avec célérité, le 26 septembre, sans même que l’élu soit auditionné (voir notre précédent article).

Interrogé par Mediapart, Emmanuel Pellerin a d’abord refusé de donner le nom de son informateur. Après plusieurs relances, le parlementaire a fini par livrer l’identité de sa fameuse « source autorisée de l’exécutif » : il s’agit de son ami d’enfance, Thierry Solère, actuel conseiller du président de la République Emmanuel Macron.

C’est 23 heures et c’est la Chancellerie qui vient de l’appeler, ça, j’en suis certain.

Le député Emmanuel Pellerin

Emmanuel Pellerin assure avoir été prévenu sans en avoir fait la demande. Selon son récit, les informations qui lui ont été transmises portaient sur une enquête pour « harcèlement », en réalité inexistante, alors que des investigations, bien réelles celles-ci, venaient d’être ouvertes à Nanterre pour « provocation à l’usage de produits stupéfiants ».

Emmanuel Pellerin est formel sur l’origine de la fuite : « Je me rappelle très bien des mots “la Chancellerie” », déclare-t-il à Mediapart, avant d’insister : « C’est 23 heures et c’est la Chancellerie qui vient de l’appeler [Thierry Solère – ndlr], ça, j’en suis certain. » Des confidences confirmées par un courrier du mois d’octobre qui ne peuvent aujourd’hui que jeter le soupçon sur l’existence de manigances au sommet de l’État, dont le député ne semble même pas mesurer la gravité.

Les liens entre Emmanuel Pellerin et Thierry Solère ne sont pas que personnels. Ils sont également professionnels et politiques. Le premier a un temps été l’avocat du second, poursuivi dans le cadre d’une vaste enquête portant notamment sur des soupçons de détournements de fonds publics. Début 2022, Thierry Solère a ensuite adoubé Emmanuel Pellerin pour qu’il soit investi à sa place par la majorité présidentielle dans sa circonscription des Hauts-de-Seine et prenne ainsi sa succession à l’Assemblée nationale.

Thierry Solère a par ailleurs déjà été mis en cause dans le passé pour avoir été le destinataire, par la Chancellerie, d’informations confidentielles sur une enquête judiciaire en cours. En mai 2017, l’élu avait reçu une note confidentielle, transmise par le ministre de la justice de l’époque, le socialiste Jean-Jacques Urvoas, sur une enquête judiciaire le concernant personnellement. L’ex-ministre a depuis été condamné, en 2019, pour violation du secret professionnel, ce qui lui vaut le statut de premier garde des Sceaux condamné par la Cour de justice de la République (CJR). Thierry Solère, qui a toujours affirmé qu’il n’avait « rien demandé » à Jean-Jacques Urvoas, est, lui, mis en examen pour recel de cette violation.

Thierry Solère et le ministère de la justice contestent toute transmission d’information

Questionné par Mediapart, Thierry Solère a d’abord affirmé n’avoir jamais échangé avec son ami et successeur Emmanuel Pellerin sur sa situation personnelle, qu’il dit avoir ignorée jusqu’à nos révélations. « Je n’ai jamais prévenu Emmanuel Pellerin. La Chancellerie m’aurait prévenu de quoi ? Je ne sais pas qui vous raconte ça, mais c’est absolument faux », assure le conseiller élyséen.

Qui raconte cela ? Emmanuel Pellerin lui-même. « Emmanuel vous raconte ça ?!, s’étrangle Thierry Solère. Pas du tout ! Vous voyez la Chancellerie m’informer, moi, des enquêtes sur des parlementaires ? » Le conseiller élyséen poursuit : « J’étais au courant de problèmes avec son ex-femme, que je connais, je lui en ai parlé, mais je n’ai été destinataire d’aucune information sur une enquête derrière, ni par la Chancellerie ni par quelque autre canal que ce soit. » 

Également sollicitée par Mediapart, la Chancellerie se montre tout aussi « formelle » : « Ni le garde des Sceaux ni son cabinet n’ont eu de remontée d’information concernant cette affaire. » La direction des affaires criminelles et des grâces (DACG) du ministère, destinataire des informations sur les enquêtes sensibles (dont celles concernant les responsables publics), n’a pas été prévenue par le parquet général de Versailles, qui affirme n’avoir été avisé  de l’existence de l’enquête de Nanterre que ce 25 janvier à la faveur des révélations de Mediapart.

La question demeure donc : l’information a-t-elle pu remonter par un autre canal, judiciaire ou policier par exemple ? Le ministère de la justice l’affirme : « Depuis deux ans et demi que le garde des Sceaux est en poste, il ne s’est jamais affranchi du secret de l’enquête. »

À lire aussi Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

À en croire son courrier d’octobre dernier, Emmanuel Pellerin pense que l’information sur une procédure le visant a pu être donnée par Me Antoine Vey, ancien associé du ministre de la justice Éric Dupond-Moretti. Problème : si Me Vey a bien conseillé une ex-femme du député Pellerin dans le cadre d’un contentieux personnel, celui-ci n’avait pas le moindre lien avec une procédure pénale et encore moins avec l’affaire de la cocaïne.

« Je ne peux pas empêcher les personnes de penser que j’échange sur des dossiers avec mon ancien associé, ce qui n’est pourtant pas le cas », rétorque Me Vey auprès de Mediapart. « Mais, en l’occurrence, je ne vois pas bien de quoi j’aurais parlé puisque aucune procédure n’était en cours », souligne sur le ton de l’évidence l’avocat.

Qu’a fait Emmanuel Pellerin de l’information qui lui a été transmise ? A-t-il tenté de prendre attache avec les autorités judiciaires ? Le député et le procureur de Nanterre, qui entretiennent des relations institutionnelles classiques, affirment tous les deux qu’ils n’ont jamais évoqué le dossier ensemble.

L’élu n’aurait pas non plus tenté de se rapprocher du service d’enquête : « Concernant la police, ça risque de réveiller un dossier qui dort naturellement. C’est la raison pour laquelle je ne suis pas allé au-delà. »

Réagissant à nos révélations, le parquet de Nanterre a annoncé au Parisien avoir ouvert, jeudi 26 janvier, une nouvelle enquête pour usage de produits stupéfiants à l’encontre du député. Le parti Renaissance doit pour sa part statuer sur le sort d’Emmanuel Pellerin, qui risque l’exclusion, lors du bureau exécutif qui se réunira lundi 30 janvier.

De son côté, le parlementaire a présenté, dans un communiqué de presse, ses excuses « pour l’image dégradante que [son] comportement a renvoyé ». Il a annoncé sa mise en retrait de son groupe politique et a indiqué qu’il se tenait à disposition de la justice.

Source : Mediapart

 

_____________________________________________________________

 

Nouveau scandale judiciaire à l’Élysée, repère des copains-coquins
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2023 7 29 /01 /janvier /2023 19:37

L'émission est longue , mais les analyses sont assez pertinentes, un point sur le forum de Davos et un frémissement de recul de celui ci, mais aussi la fin du régime Zelensky à l'horizon ! A écouter si vous le voulez bien sûr !

Une trés bonne réflexion sur l'épuisement Européen des ressources militaires dans le tonneau des danaïdes Ukrainien avec des visées sous jacentes Américaines pour le remplacement du matériel militaire Européen en ligne de fond.

 

Eric Revel: « Terrible. Cela fait 15 ans que la ligne de production des chars Leclerc est arrêtée…Pendant ce temps , le Léopard 2 allemand se vend en Europe. Que sommes-nous devenus ? Pierre de Villiers avait raison. Macron l’a licencié ! »

 

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2023 7 29 /01 /janvier /2023 19:32

Selon l'émission de Tucker Carlson sur Fox News, une récente enquête menée par Project Veritas a révélé des déclarations d'un cadre supérieur de Pfizer, Jordan Walker, piégé en caméra cachée, qui a avoué manipuler le virus Covid-19 dans le but de faire de la recherche de gain de fonction. Cette pratique est interdite aux États-Unis depuis 2017.

 

Un vidéo publiée par l’Organisation d’informations « Projet Veritas » montre un cadre supérieur de Pfizer, Jordan Tristan Walker, se vantant devant la caméra de la façon dont son entreprise mène une sorte de science à la « Frankenstein » manipulant des virus pour le profit, mettant potentiellement en danger le monde entier en violation avec la loi fédérale.

Les déclarations faites par M. Walker sont graves et doivent être prises au sérieux. Si elles sont avérées, cela signifie que Pfizer aurait potentiellement violé la loi en manipulant des virus, mettant ainsi en danger la santé publique. Il est important de rappeler que toute manipulation de virus est illégale et met en danger le monde entier.

Il est également important de noter que cette histoire n’a pas été couverte par les grands médias, comme MSNBC et CNN, qui peut être par coïncidence, reçoive d’énormes sommes d’argent de Pfizer pour la publicité. Il en va de même du côté des médias français qui cherchent actuellement à discréditer l’organisation « projet Véritas » plutôt que de vérifier la véracité de l’information. Cela soulève des questions sur la capacité des médias à couvrir des histoires qui mettent en cause des entreprises puissantes et leur capacité à rester indépendants.

De son côté, l’entreprise Pfizer, fabricant de vaccins COVID-19, a démenti les allégations selon lesquelles il aurait mené des recherches sur l’amélioration fonctionnelle ou l’évolution dirigée. L’entreprise a indiqué avoir mené des recherches en collaboration avec d’autres partenaires pour évaluer la capacité d’un vaccin existant à neutraliser le nouveaux variants préoccupants. Pfizer a également indiqué qu’il effectue des recherches in vitro pour identifier les mutations potentiellement résistantes à l’un des composants de son traitement oral, PAXLOVID™.

En revanche, l’entreprise du PDG Albert Bourlat n’a pas voulu commenter sur la situation du principal intéressé, Jordan Tristan Walker, en ce qui concerne son éventuelle présence au sein de l’entreprise et, le cas échéant, son rôle au sein de celle-ci.

Nous rappelons à nos lecteurs que l’entreprise Pfizer a une connaissance toute particulière concernant la criminalité puisqu’elle en connaît tous les recoins avec pas moins de 91 condamnations pour plus de 10 milliards de dollars d’amendes depuis 2000. Nous suivrons de près cette histoire et vous tiendrons informés des développements.

Traduction de la vidéo : Le Déclencheur

Le Média en 4-4-2.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2023 7 29 /01 /janvier /2023 19:18

ChatGPT peut passer l'examen et le barreau de licence médicale

 

Des études ont montré que ChatGPT, une IA récemment lancée avec la capacité remarquable d'imiter l'écriture humaine, a réussi certains des examens professionnels les plus difficiles d'Amérique, suscitant des inquiétudes quant à la possibilité qu'elle élimine bientôt de nombreux emplois de cols blancs. Avec cela, il a été vérifié que ChatGPT peut réussir l'examen de licence médicale et même le barreau.

 

 

Le monde a été captivé par le producteur de contenu artificiellement intelligent, dont le nom est l'abréviation de "Chat Generative Pre-trained Transformer", qui a été dévoilé par OpenAI il y a deux mois.

 

Cependant, le chatbot alimenté par l'IA a suscité des préoccupations éthiques car les étudiants l'utilisent pour tricher lors des devoirs d'écriture, et les experts ont averti qu'il pourrait avoir des implications à long terme sur l'économie américaine. Il a été salué par des sommités comme Elon Musk, l'un des fondateurs d'OpenAI.

Ses résultats, cependant, sont indéniables ; selon une étude récente, le chatbot peut obtenir un MBA et réussir rapidement des examens notoirement difficiles comme le barreau et l'examen de licence médicale aux États-Unis.

ChatGPT peut réussir l'examen de licence médicale et le barreau 2
Ethan Mollick, professeur agrégé à la Wharton School de l'Université de Pennsylvanie, a vanté les capacités de plus en plus impressionnantes de ChatGPT dans un récent post sur Twitter

ChatGPT peut passer l'examen de licence médicale et barrer 3

Des recherches récentes partagées par le professeur ont montré que le chatbot alimenté par l'IA, sorti il ​​y a deux mois, peut déjà réussir un MBA et pourrait bientôt réussir des tests notoirement difficiles comme l'examen de licence médicale aux États-Unis et l'examen du barreau.

Dans un récent article sur les réseaux sociaux, Ethan Mollick, professeur agrégé à la célèbre école Wharton de l'Université de Pennsylvanie, a souligné ces découvertes, dont l'une a été menée par l'un de ses collègues de l'institution.

 
[jetpack_subscription_form title="S'abonner à GreatGameIndia" subscribe_text="Entrez votre adresse e-mail pour vous abonner à GGI et recevoir des notifications de nouveaux messages par e-mail."]

Selon l'évaluation du professeur de Wharton, Christian Terwiesch, ChatGPT a obtenu des notes allant de B à B- lors du test final d'un cours de base MBA normal alors qu'il en était encore à ses balbutiements.

De plus, il a été découvert que ChatGPT "avait bien performé dans la préparation des documents juridiques" dans la recherche, qui a été menée pour déterminer ce que la disponibilité de l'outil d'IA peut signifier pour les écoles de MBA.

 

"La prochaine génération de cette technologie pourrait même réussir l'examen du barreau", note le rapport.

 

Dans une publication sur les réseaux sociaux dimanche, Mollick, qui demande aux étudiants d'utiliser l'IA dans ses cours sur l'innovation et l'entrepreneuriat, a salué les résultats et discuté de leurs implications possibles.

ChatGPT peut passer l'examen de licence médicale et barrer 4

Mollick, qui permet aux élèves de sa classe d'utiliser la technologie, a souligné ces rapports dans un récent post sur les réseaux sociaux, dont l'un a été réalisé par l'un de ses collègues"Je pense

que nous n'avons pas pleinement assimilé le fait que des articles académiques minutieux ont révélé que ChatGPT réussissait clairement certains des examens professionnels américains les plus difficiles", a écrit Mollick.

Dans le message, le professeur a discuté d'une autre étude de l'Université de Yale dans laquelle le chatbot a réussi l'examen américain de licence médicale.Un autre a applaudi les réalisations du bot AI lors de l'examen de licence professionnelle, largement connu sous le nom de "l'examen du barreau", que les professeurs de droit de l'État du Michigan et de Chicago Kent ont découvert que ChatGPT pouvait également réussir.D'autres messages du professeur louent également le développement de l'IA en constante évolution, dont les premiers utilisateurs ont déjà commencé à l'utiliser pour créer des brouillons de devoirs et composer des e-mails professionnels dans des tons et des styles particuliers.Les réalisations de ChatGPT au cours des quelques mois qui ont suivi ses débuts ne peuvent être ignorées, même si la technologie en est "encore à ses balbutiements", comme l'a affirmé le passionné de crypto-monnaie et milliardaire Mark Cuban dans une interview cette semaine faisant l'éloge de la technologie.ChatGPT peut passer l'examen de licence médicale et barrer 5
Le message a vu le professeur partager une autre étude menée par des chercheurs de Yale qui a vu le chatbot obtenir une note de passage à l'examen de licence médicale des États-Unis.ChatGPT peut passer l'examen de licence médicale et barrer 5

Alors que beaucoup peuvent avoir des doutes sur la technologie, qui est récemment devenue une sensation Internet naissante, Andrew Karolyi, doyen du SC Johnson College of Business de l'Université Cornell, a déclaré cette semaine au Financial Times qu'il pensait que ChatGPT était là pour rester.

 

ChatGPT a été limité à New York en raison de problèmes de «sécurité et de précision». Les écoles craignent désormais pleinement une prise de contrôle de l'IA avec ChatGPT .

 

"Une chose que nous savons tous avec certitude, c'est que ChatGPT ne va pas disparaître. Au contraire, ces techniques d'IA continueront de s'améliorer de plus en plus. Les administrateurs des facultés et des universités doivent investir pour se former.

À mesure que la technologie se généralise, elle aurait suscité des inquiétudes au sein d'organisations comme Google, qui souhaite mettre en œuvre l'IA pour améliorer les fonctionnalités de son moteur de recherche bien connu.

Le New York Times a rapporté à la fin de la semaine dernière que les dirigeants de Google travaillaient sur des plans pour "démontrer une version de son moteur de recherche avec des fonctionnalités de chatbot cette année" ainsi que pour divulguer plus de 20 projets basés sur l'intelligence artificielle.

 

Des sources ont depuis affirmé que les dirigeants d'entreprise avaient adopté la technologie de l'IA trop rapidement au profit de l'entreprise. Cela survient alors que le géant des moteurs de recherche a déclaré vendredi qu'il licencierait plus de 12 000 travailleurs alors qu'il se prépare à faire de l'IA son objectif principal.

 

La plus grande annulation des 25 ans d'histoire de l'entreprise a suscité des inquiétudes quant au fait que ChatGPT et d'autres services similaires pourraient mettre les rédacteurs, les journalistes, les représentants du service client et même les avocats et les médecins au chômage.

ChatGPT peut passer l'examen de licence médicale et barrer 6

Un autre a salué les performances du bot AI lors de l'examen de licence professionnelle, communément appelé «l'examen du barreau», que les professeurs des facultés de droit de l'État du Michigan et de Chicago Kent pourraient également être conquis par le bot AI désormais viral.

 

 

Kara McWilliams, directrice exécutive d'une organisation à but non lucratif qui fournit un outil capable de reconnaître les réponses générées par l'IA, prévient que d'autres devront éventuellement se conformer ou risquer d'être laissés pour compte par ceux qui accueillent de tels outils, qui sont appelés à devenir plus omniprésent dans les années à venir.

ChatGPT peut passer l'examen de licence médicale et barrer 6
 

La semaine dernière, Williams d'ETS Product Innovation Labs a déclaré au Times: "Je pense que l'IA ne remplacera pas les gens, mais les personnes qui utilisent l'IA vont remplacer les gens."

Terwiesch a comparé l'impact que ChapGPT aura sur le monde à celui des calculatrices électroniques sur le monde de l'entreprise à la fin des années 1960 et au début des années 1970 tout en présentant son travail.

"Avant l'introduction des calculatrices et autres appareils informatiques, de nombreuses entreprises employaient des centaines d'employés dont la tâche consistait à effectuer manuellement des opérations mathématiques telles que des multiplications ou des inversions de matrices", écrit-il.

 

«De toute évidence, ces tâches sont désormais automatisées et la valeur des compétences associées a considérablement diminué. De la même manière, toute automatisation des compétences enseignées dans nos programmes MBA pourrait potentiellement réduire la valeur d'une formation MBA.

 

Pour greatgameindia

 

 

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2023 7 29 /01 /janvier /2023 19:12
Photo de Tyler Durden
PAR TYLER DURDEN par zerohedge
VENDREDI 27 JANVIER 2023 - 16:44

Rédigé par Brandon Smith via Alt-Market.us,

Le déclin du statut de réserve mondiale d'une monnaie est souvent un long processus semé de démentis. Il existe de nombreux «experts» économiques qui ont rejeté tous les avertissements d'effondrement du dollar pendant des années. Ils ne l'obtiennent tout simplement pas, ou ils ne veulent pas l'obtenir. L'idée que la devise américaine puisse un jour être détrônée en tant que mécanisme de facto du commerce mondial est impossible dans leur esprit.

 

 

L'un des principaux piliers qui maintiennent le dollar en place en tant que réserve mondiale est son statut pétro, et ce facteur est souvent présenté comme la raison pour laquelle le billet vert ne peut pas échouer. L'autre argument est que le dollar est soutenu par toute la force de l'armée américaine, et que l'armée américaine est soutenue par le Trésor américain et la Réserve fédérale. En d'autres termes, le dollar est soutenu par… le dollar ; c'est une position très circulaire et naïve.

Ces sentiments ne sont pas seulement omniprésents parmi les économistes traditionnels, ils sont également partout dans les médias alternatifs. Je soupçonne que le principal obstacle pour les analystes du mouvement pour la liberté est l'idée que l'establishment mondialiste permettrait un jour l'échec du dollar ou de l'économie américaine. Le système du dollar n'est-il pas leur « poule aux œufs d'or » ?

La réponse est non, ce n'est PAS leur poule aux œufs d'or. Le dollar n'est qu'un autre tremplin vers leur objectif d'une économie mondiale unique et d'une monnaie mondiale unique. Ils ont tué le statut de réserve mondiale d'autres devises dans le passé, pourquoi n'en feraient-ils pas de même avec le dollar ?

Les livres blancs et les essais mondialistes soulignent spécifiquement la nécessité d'un rôle réduit pour la monnaie américaine ainsi que d'un déclin de l'économie américaine afin de faire place aux monnaies numériques des banques centrales (CBDC) et à un nouveau  système monétaire mondial  contrôlé par le FMI. J'ai mis en garde contre cette année, et ma position a toujours été que le déraillement du dollar commencerait probablement avec la fin de son statut de pétrole.

En 2017, j'ai publié un article intitulé  "Saudi Coup Signals War And The New World Order Reset" . J'ai noté à l'époque que le transfert soudain du pouvoir au prince héritier Mohammed Bin Salman indiquait un changement dans les relations de l'Arabie saoudite avec les États-Unis. J'ai déclaré que :

« Pour comprendre à quel point ce coup d'État a été drastique, considérez ceci – pendant des décennies, les rois saoudiens ont maintenu l'équilibre politique en distribuant des positions de pouvoir vitales à des successeurs séparés et soigneusement choisis. Postes tels que ministre de la Défense, ministère de l'Intérieur et chef de la Garde nationale. Aujourd'hui, Mohammed Bin Salman contrôle les trois postes. La politique étrangère, les questions de défense, les décisions pétrolières et économiques et les changements sociaux sont désormais entre les mains d'un seul homme.

La montée en puissance de MBS a été soutenue par le Fonds d'investissement public (PIF), un fonds composé de billions de dollars fournis par des  mondialistes au sein du groupe Carlyle  (famille Bush, etc.), Goldman Sachs, Blackstone et Blackrock. MBS a recueilli les faveurs des mondialistes pour une raison précise : il a ouvertement soutenu leur  « Vision pour 2030 » , un plan de démantèlement de l'énergie basée sur les « combustibles fossiles » et la mise en œuvre de contrôles du carbone. Oui, c'est vrai, le chef de l'Arabie saoudite soutient la fin éventuelle de l'énergie basée sur le pétrole, et une partie de cela inclut la fin du dollar comme monnaie pétro.  

En échange de leur coopération, les Saoudiens ont accès à des financements de type ESG ainsi qu'aux  progrès de l'IA  et à la soi-disant «économie numérique». Cela semble fou, mais on parle beaucoup des développements de l'IA pour soigner de nombreux problèmes de santé et prolonger la durée de vie. Avec ce genre de promesses, il n'est pas surprenant que les élites saoudiennes soient prêtes à se débarrasser du dollar et même du pétrole.

En 2017, j'ai noté que :

« Je pense que la prochaine phase de la réinitialisation économique mondiale commencera en partie avec la rupture de la domination du pétrodollar. Un élément important de mon analyse sur l'abandon stratégique du pétrodollar a été la symbiose entre les États-Unis et l'Arabie saoudite. L'Arabie saoudite a été la clé la plus importante pour que le dollar reste la pétro-monnaie depuis le tout début.

Je croyais que la menace sur le statut de Petro serait finalement stimulée par une guerre par procuration entre l'Est et l'Ouest :

« La guerre économique mondiale est le vrai nom du jeu ici, car les mondialistes jouent les marionnettistes à l'Est et à l'Ouest. C'est une crise géopolitique qu'ils auront créée pour susciter le soutien du public à une solution qu'ils ont prédéterminée.

À l'époque, je pensais qu'une telle guerre par procuration serait lancée au Moyen-Orient, peut-être en Iran. Cependant, il est clair que l'Ukraine est la poudrière que les mondialistes ont choisie, du moins pour le moment, Taiwan étant la prochaine chaussure à abandonner.

Au cours des années qui se sont écoulées depuis que j'ai fait ces prédictions, les relations entre l'Arabie saoudite, la Russie et la Chine sont devenues très étroites. Les accords sur les armes et les accords sur l'énergie deviennent un pilier du commerce, ce qui a conduit à un éloignement discret mais constant des Saoudiens du dollar. La semaine dernière, les dominos ont été déclenchés pour l'effondrement du dollar lorsque l'Arabie saoudite a annoncé à Davos qu'elle était désormais disposée à échanger du pétrole  dans des devises alternatives .

En réponse, Xi Jinping s'est engagé à intensifier ses efforts pour promouvoir l'utilisation du yuan chinois dans les accords énergétiques. Cela s'inscrit dans la lignée d'un autre article que j'ai écrit en 2017 et intitulé  "La fin du jeu économique continue",  dans lequel j'ai décrit comment le conflit avec les pays de l'Est (Chine et Russie) serait exploité pour créer un catalyseur pour la fin du statut pétrolier du dollar.

L'importance de l'annonce saoudienne ne peut être surestimée ; c'est le début de la fin du dollar. Le statut de réserve mondiale du dollar dépend largement de son statut pétro. Sans l'un, vous ne pouvez pas avoir l'autre. C'est presque exactement la même dynamique qui a conduit à l'implosion de la livre sterling il y a des décennies en tant que pétro-monnaie mondiale qui a entraîné la hausse du dollar pour prendre sa place.

Cette fois, cependant, ce ne sera pas une monnaie étrangère unique qui assumera le rôle de réserve mondiale, ce sera un système de monnaie de panier contrôlé par le FMI appelé droits de tirage spéciaux, ainsi qu'une monnaie numérique mondiale unique qui n'a pas encore été nommé mais est maintenant en cours de développement.

Les conséquences de la perte du statut de réserve seront dévastatrices pour l'économie américaine. C'est le seul ciment qui maintient notre système ensemble - La capacité de différer l'inflation en l'exportant à l'étranger est une superpuissance dont seuls les États-Unis bénéficient. La Fed peut imprimer de l'argent à perpétuité si elle le souhaite afin de financer le gouvernement ou de soutenir les marchés américains, tant que les banques centrales étrangères et les banques d'entreprise sont disposées à absorber les dollars comme outil pour le commerce mondial. Si le dollar n'est plus le principal mécanisme du commerce international, les billions et billions de dollars que la Fed a créés à partir de rien au fil des ans reviendront tous aux États-Unis par diverses voies, et l'hyperinflation (ou l'hyperstagflation) en sera le résultat. .

Cette dynamique est déjà en jeu, car  les détenteurs étrangers  de la dette américaine et des dollars  les vendent  à un rythme record depuis 2017. Le processus se poursuit à un moment où la Réserve fédérale réduit son bilan et augmente les taux d'intérêt, ce qui signifie qu'il n'y a pas plus un acheteur en dernier ressort.

C'est peut-être la raison pour laquelle plusieurs banques centrales étrangères ont renouvelé leurs  achats de réserves d'or  et stockent à nouveau des métaux précieux. Ils semblent bien conscients de ce qui est sur le point d'arriver au dollar, tandis que le public américain est tenu dans l'ignorance.

Les effets de la baisse du dollar peuvent ne pas se faire sentir immédiatement ou devenir évidents avant un an ou deux. Ce qui se passera, c'est une inflation constante en plus des prix élevés auxquels nous sommes déjà confrontés. Cela signifie que la Réserve fédérale continuera de maintenir les taux d'intérêt plus élevés et que les prix bougeront à peine ou qu'ils pourraient grimper malgré le resserrement monétaire. Même face à une contraction récessive majeure, qui, je prédis, se déclenchera à partir d'avril, les prix resteront TOUJOURS plus élevés.

Pendant tout ce temps, les médias grand public et les économistes du gouvernement diront qu'ils n'ont "aucune idée" de la raison pour laquelle l'inflation est si persistante, et que "personne n'aurait pu voir cela venir". Certains d'entre nous l'ont vu venir, mais seulement parce que nous acceptons le fait que les jours du dollar sont comptés.

* * *

Si vous souhaitez soutenir le travail d'Alt-Market tout en recevant du contenu sur des tactiques avancées pour vaincre l'agenda mondialiste, abonnez-vous à notre newsletter exclusive The Wild Bunch Dispatch. En savoir plus  ICI .

 

 

Adieu Empire  ? Les sanctions américaines échouent face à la multipolarité

 

Partager cet article
Repost0

Pages