Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

2 juin 2022 4 02 /06 /juin /2022 18:03
 
 
 

Le gouvernement n’en finit pas de supprimer ce qu’il reste de soignants et de lits, quand la pénurie est déjà très bien entamée avec 15.000 soignants suspendus, 3.000 démissionnaires et 17.600 lits fermés. Pourra-t-il encore accuser les non-vaccinés de ce désastre du manque de lits et de soignants ?

 

Le campus hospitalo-universitaire Grand Paris-Nord, prévu pour 2028 à Saint-Ouen, est un projet de 1,3 milliard d’euros qui remplacera les actuels hôpitaux Bichat à Paris et Beaujon à Clichy. Cette fusion coûteuse réduira le nombre de lits (305 en moins). Plusieurs associations et syndicats ont déposé un recours devant le tribunal administratif de Montreuil contre ce projet fou qui coûtera au final plus d’argent pour moins de soins. Samira, infirmière et déléguée syndicale CGT à l’hôpital Bichat : « Les chiffres donnés par l’AP-HP, c’est moins 300 lits, un chiffre d’ailleurs confirmé par un courrier du cabinet du président la République ».

L’infirmière regrette par ailleurs que les informations soient diffusées au compte-gouttes. « On a appris la semaine dernière que le service d’hépato-gastro verrait, dans le nouvel hôpital, son nombre de lits réduits de moitié. Alors, si vous avez une hémorragie digestive, on ne pourra peut-être pas vous prendre en charge », se désole-t-elle.

Alors que Bichat et Beaujon n’arrivent pas à prendre en charge un patient sur trois qui consulte aux urgences, comment cela va-t-il se passer avec le nouveau projet du gouvernement avec Grand Paris-Nord et ses 305 lits en moins ? La situation est catastrophique dans les hôpitaux français où les malades meurent à même le sol, comme en témoigne Claudine sur RMC : « Après 11 heures aux urgences sans prise en charge, mon mari est mort par terre comme un chien ! » Malgré l’extrême urgence, le président Macron affirme ne pas vouloir réintégrer les soignants non-vaccinés et ferme des lits.

 

Source

 

________________________________________

 

GRAND FOUTAGE DE GUEULE

 

- Vous ne pouvez pas prendre de pose et bien voici un canapé versus Ils n'ont pas de pain, qu'ils mangent des brioches -

 

___________________________________________________________________

 

Brigitte Macron inaugure un canapé pour les soignants à l’hôpital de Villejuif
 

Le jour même où le président de la République tente d’éteindre l’incendie dans les hôpitaux, Brigitte Macron tente d’arrondir les angles par l’inauguration d’un espace bien-être dont ne profiteront pas les soignants pour se reposer. Rappelons à l’autoproclamée première dame de France que le personnel soignant n’a pas le temps de se faire masser ou de se relaxer quand des patients attendent jusqu’à douze heures dans les urgences — s’il ne décèdent pas entre-temps (voir ici).

 

La propagande Macron/McKinsey prend des airs de contre-feu en totale déconnexion de la réalité. Comment Macron peut-il encore faire des effets d’annonce avec la « mission Flash » qui doit rendre son rapport au 1er juillet, tout en refusant de réintégrer les soignants suspendus ? Cette mission n’est qu’une façon de repousser le problème à après les élections tout en faisant une bonne affaire. Cela expliquerait que, enfin, les médias s’aperçoivent de la destruction de l’hôpital public. Selon Emmanuel Macron, le système de santé doit faire l’objet d’une « vraie révolution collective » et pour cela il promet des milliards. Or, selon un rapport réalisé en juin 2020 par l’Institut Montaigne, associé au cabinet McKinsey, le marché annuel potentiel de l’e-santé en France se chiffrerait à 22 milliards d’euros…

Brigitte Macron est bien gentille de faire son cinéma, afin de couvrir les bêtises du petit, mais si elle pouvait avoir la décence de ne pas parler de repos, bien-être, relaxation… quand les infirmières, aides-soignantes, médecins bossent sans pause et terminent épuisés en arrêt maladie.

 

Source

 

 

_________________________________

 

Pourquoi Macron ne peut pas réintégrer les soignants non-vaccinés suspendus
 

 

Alors que, depuis la suspension des soignants non-vaccinés, l'hôpital public implose, Macron vient de proférer une nouvelle cascade de mensonges sur la question des soignants non-vaccinés, affirmant péremptoirement que 95% des soignants sont vaccinés et qu'une "infime minorité" a un problème de déontologie. C'est une façon bien curieuse de passer sous silence les méthodes comminatoires utilisées par le pouvoir pour convaincre les 40% de réticents, à l'été 2021, de subir une injection dangereuse. Mais je vous explique pourquoi Macron ne réintégrera pas les soignants non-vaccinés.
 

On se souvient que, lors de son funeste discours de 12 juillet 2021 annonçant la vaccination obligatoire des soignants (et de quelques autres), 40% des personnels des hôpitaux n’étaient pas vaccinés. Le 15 septembre, Véran annonçait la suspension de 5% des soignants qui refusaient le vaccin. 

Bien entendu, l’opposition aux vaccins dans les hôpitaux est beaucoup plus large que les 5% de soignants suspendus. Macron ment lorsqu’il parle d’une infime minorité. Mais nous savons que le mensonge éhonté est sa technique favorite de gouvernement. 

5% de soignants suspendus, cela a suffi à mettre l’hôpital à genoux. Dès l’automne dernier, j’annonçais de grands dysfonctionnements à cause de cette mesure absurde imposée par l’industrie pharmaceutique et Bill Gates aux fantoches qui dirigent ce pays. Et l’implosion a désormais lieu sous nos yeux. 

Face à ces évidences, Macron n’oppose que des dénis qui ne convainquent que lui. 

Macron prépare la quatrième dose pour les soignants

Mais il faut bien comprendre que si Macron se fait l’apôtre si aveugle et si obéissant de la religion du vaccin, c’est d’abord et surtout parce qu’il doit préparer la campagne de vaccination de l’automne. 

Comment réintégrer des non-vaccinés maintenant et les suspendre à nouveau en septembre parce qu’ils refusent la quatrième ou cinquième dose pour certains ?

J’ai déjà évoqué l’effervescence dans les couloirs du pouvoir sur cette question, mais la décision politique est prise : ce sera la vaccination ou rien, parce que la caste qui a permis la réélection de Macron l’exige. 

J’admire ceux qui se battent pour la réintégration des soignants suspendus, combat que je partage pleinement. Mais il faut comprendre (ce qui ne signifie certainement pas l’accepter, ni renoncer à la combattre) le raisonnement de l’ennemi que nous avons face à nous : le sujet de Macron et de la caste n’est ni de soigner, ni de sauver l’hôpital, mais d’imposer la vaccination, car elle est l’un des prix à payer à la mondialisation et à ses parrains pour rester au pouvoir. 

Vous pensiez quoi ?  que Macron serait réélu grâce au soutien massif de la caste et qu’il ne paierait pas sa dette ?

Source

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages