Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

15 janvier 2022 6 15 /01 /janvier /2022 19:22
 
 

Chacun d’entre nous se spécialise nécessairement en certains domaines, et jusqu’à tout récemment, je n’avais jamais prêté beaucoup d’attention aux questions de santé publique, supposant naïvement que celles-ci étaient entre les mains de fonctionnaires raisonnablement compétents et raisonnablement honnêtes, surveillés par des journalistes et des universitaires aussi fiables.

 

Pour beaucoup d’entre nous, moi y compris, une fissure importante dans cette hypothèse s’est produite en 2015, lorsque les pages du New York Times et d’autres grands journaux ont été remplies d’articles sur une nouvelle étude choquante menée par Anne Case et Angus Deaton, un couple marié d’éminents économistes, la carrière de Deaton ayant été couronnée quelques semaines plus tôt par l’obtention du prix Nobel dans sa discipline.

Leur remarquable conclusion est que, au cours des 15 dernières années, la santé et les taux de survie des Américains blancs d’âge moyen ont connu un rapide déclin, rompant complètement avec le modèle des groupes américains non blancs ou avec les Blancs vivant dans d’autres pays développés. De plus, cette chute brutale du bien-être physique représentait une rupture radicale avec les tendances du demi-siècle précédent, et était presque sans précédent dans l’histoire occidentale moderne.

Bien que leur court article n’occupait qu’une demi-douzaine de pages dans les Actes de l’Académie nationale des sciences, il a rapidement été approuvé par un grand nombre d’éminents experts en santé publique et d’autres chercheurs, qui ont souligné le caractère spectaculaire de la découverte. Un couple de professeurs de Dartmouth a déclaré au Times : « Il est difficile de trouver des contextes modernes présentant des pertes de survie de cette ampleur », tandis qu’un expert des courbes de mortalité s’est exclamé « Wow ». Leurs résultats frappants étaient illustrés par de nombreux graphiques simples basés sur des statistiques gouvernementales faciles à obtenir.

 

Les deux auteurs sont des économistes, dont le travail habituel est éloigné des questions de santé publique, et selon leur récit, ils sont tombés sur ces résultats remarquables tout à fait par hasard, en explorant un autre sujet. La question qui m’est naturellement venue à l’esprit était de savoir comment une calamité aussi importante, touchant une grande partie de la population américaine, avait pu être totalement ignorée pendant si longtemps par tous les universitaires et chercheurs travaillant, eux, dans le domaine de la santé publique. Une courte courbe, sur trois ou quatre ans, aurait peut-être pu passer inaperçue, mais quinze ans d’un déclin national aussi meurtrier ?

En outre, la source de ce renversement radical des courbes de mortalité à long terme est étroitement confinée à quelques catégories particulières. Chez les Américains blancs âgés de 45 à 54 ans, les décès dus aux surdoses de drogues et autres empoisonnements ont été multipliés par près de 10 au cours de la période en question, dépassant largement le cancer du poumon pour devenir la première cause de décès.

Mortalité par cause, blancs non hispaniques âgés de 45 à 54 ans (PNAS)

Avec la forte augmentation des suicides et de l’alcoolisme chronique, les décès dus aux drogue sont à l’origine de la grande variation de l’espérance de vie. Cette situation est particulièrement aiguë pour la classe ouvrière, le taux de mortalité ayant fait un bond remarquable de 22 % chez les Américains blancs n’ayant pas fait d’études supérieures.

Case et Deaton ont regroupé les surdoses de drogue, les suicides et l’alcoolisme chronique sous le terme de « morts de désespoir » et, en 2020, ils ont étendu leur étude révolutionnaire à un livre portant ce titre, qui a été largement discuté et salué. Leur sous-titre mettait l’accent sur « l’avenir du capitalisme » et ils soutenaient que la cause centrale de la situation mortelle de l’Amérique était l’épidémie de médicaments opioïdes sur ordonnance, produite par l’approbation, en 1996, par la FDA de l’OxyContin, un produit addictif, et sa commercialisation massive ultérieure par Purdue Pharmaceutical.

 

Sous la pression du lobbying d’entreprises, notre gouvernement a « essentiellement légalisé l’héroïne », les conséquences étant exactement celles auxquelles on pouvait s’attendre. En 2015, 98 millions d’Américains – plus d’un tiers de tous les adultes – s’étaient vu prescrire des opioïdes et, en 2017, le nombre d’overdoses et autres décès par désespoir atteignait 158 000.

Contrairement à d’autres géants pharmaceutiques, Purdue était la propriété privée de la famille Sackler, les principaux méchants de cette histoire. Les Sackler ont tiré plus de 12 milliards de dollars de bénéfices de la vente de ces médicaments et ont atteint le sommet de leur richesse à l’américaine alors même que des millions de vies étaient détruites. Les ventes s’élevant à 50 milliards de dollars rien que pour l’OxyContin. Les auteurs établissent une analogie étroite avec les personnages clés de la compagnie britannique des Indes orientales du XIXe siècle, qui ont gagné leur immense fortune en organisant le commerce de l’opium en Chine, malgré les conséquences sociales dévastatrices pour ce pays.

L’année même où Case et Deaton publiaient leur article fondateur dans le PNAS, l’ancien journaliste du Los Angeles Times, Sam Quinones, publiait Dreamland, son compte rendu détaillé de l’aspect humain de la tragédie nationale des opioïdes, qui a été largement salué et a remporté le National Book Circle Award.

 

Les baisses les plus frappantes de l’espérance de vie ont été observées dans la classe ouvrière, mais Sam Quinones a souligné que, contrairement à la plupart des épidémies de drogue précédentes, celle-ci était non seulement entièrement concentrée dans la population blanche américaine, mais touchait même fortement les blancs des classes moyennes et moyennes supérieures des petites villes et des banlieues, chez qui la consommation de drogues dures était auparavant très rare.

Ces opioïdes puissants ont été massivement commercialisés comme médicaments antidouleur légitimes, prescrits par des médecins et obtenus en flacons dans les pharmacies. Ce canal de distribution tout à fait respectable a permis de surmonter la stigmatisation sociale antérieure, mais une fois que les victimes sont devenues dépendantes, un grand nombre d’entre elles ont commencé à s’injecter de la drogue et se sont finalement tournées vers l’héroïne illégale, d’effet similaire mais beaucoup moins chère. Ainsi, un joueur de football vedette de lycée issu d’une famille prospère se voyait administrer de l’OxyContin pour soulager une blessure mineure, et quelques années plus tard, il pouvait devenir un héroïnomane et mourir d’une overdose dans sa propre chambre. Une vague sans précédent de ces décès macabres dus à l’héroïne a soudainement inondé les communautés blanches aisées, qui n’avaient jamais connu de tels événements auparavant.

Le best-seller national de Beth Macy, Dopesick, est paru en 2018 et a couvert une partie du même terrain, en se concentrant principalement sur les dépendances aux opioïdes et autres drogues dans les Appalaches et les parties voisines de la Virginie. Son récit semblait tout à fait cohérent avec celui de Quinones et était rempli de nombreuses histoires personnelles émouvantes. Cependant, étant donné qu’il était essentiellement descriptif et anecdotique plutôt qu’analytique, je l’ai trouvé généralement moins utile.

Case et Deaton comptent parmi les universitaires les plus respectables du courant dominant, mais le récit historique qu’ils fournissent, ainsi que leurs homologues journalistes, est terrifiant : des millions de familles américaines ont été détruites par les politiques d’entreprise délibérées qui ont permis aux Sackler de devenir l’une des familles les plus riches du monde, dépassant les Rockefeller et les Mellon. Mais, fait inhabituel, une part considérable de leurs victimes étaient issues de milieux aisés et bien éduqués et pouvaient donc exprimer efficacement leur rage face à ce qui avait été fait à leurs communautés.

L’une de ces personnes écrit sous le pseudonyme de Giles Corey. Issu d’une famille riche et solidaire d’une petite ville blanche du Sud, il dit avoir commencé à consommer de l’héroïne au lycée et avoir passé des années à souffrir d’une grave toxicomanie. Ayant perdu beaucoup de ses amis par overdose ou suicide, il était extrêmement hostile aux Sackler et, en 2020, il s’est appuyé sur tous ces livres grand public ainsi que sur l’encyclopédique « Pharma : avidité, mensonges et empoisonnement de l’Amérique» de Gerald Posner pour produire un portrait cinglant de 20 000 mots de leur histoire commerciale et politique, que nous avons republié. Bien que manifestement biaisé par ses opinions idéologiques extrêmes, il a exploité les 1 900 pages de ces sources sous-jacentes pour produire une histoire captivante de ce qu’il appelle « la peste blanche », qui peut être lue en quelques heures.

La peste blanche. Giles Corey – The Unz Review – 25 juillet 2020 – 19 400 mots.

Le désastre oublié du Vioxx

En 2015, j’ai été grandement surpris de découvrir que ces frappantes courbes de mortalité américaine avaient été ignorées pendant tant d’années par nos médias et nos établissements de recherche, mais peut-être n’aurais-je pas dû l’être. La cause de cette épidémie de décès était l’utilisation généralisée de médicaments d’ordonnance opioïdes dangereux mais très lucratifs, et quelques années auparavant, j’avais publié un article sur les conséquences de santé publique tout aussi ignorées du Vioxx, un autre médicament sur ordonnance très rentable mais nocif. Comme je l’ai raconté en 2012 :

En septembre 2004, Merck, l’une des plus grandes sociétés pharmaceutiques américaines, a soudainement annoncé qu’elle rappelait volontairement le Vioxx, son populaire médicament anti-douleur largement utilisé pour traiter les affections liées à l’arthrite. Ce rappel abrupt est intervenu quelques jours seulement après que Merck eut découvert qu’une revue médicale de premier plan était sur le point de publier une vaste étude réalisée par un enquêteur de la FDA indiquant que le médicament en question augmentait considérablement le risque de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux mortels et qu’il avait probablement été responsable d’au moins 55 000 décès américains pendant les cinq années où il avait été commercialisé.

 

Quelques semaines après le rappel, les journalistes ont découvert que Merck avait trouvé des preuves solides des effets secondaires potentiellement mortels de ce médicament avant même son introduction initiale en 1999, mais qu’elle avait ignoré ces indicateurs inquiétants et évité de procéder à des tests supplémentaires, tout en étouffant les inquiétudes de ses propres scientifiques. Stimulé par un budget publicitaire télévisé d’une centaine de millions de dollars par an, le Vioxx est rapidement devenu l’un des produits les plus lucratifs de Merck, générant plus de 2 milliards de dollars de revenus annuels. Merck avait également secrètement rédigé des dizaines d’études publiées soulignant les aspects bénéfiques du médicament et encourageant les médecins à le prescrire largement, transformant ainsi la science en support marketing. Vingt-cinq millions d’Américains se sont finalement vu prescrire du Vioxx, un substitut de l’aspirine censé entraîner moins de complications.

 

Bien que le scandale du Vioxx ait certainement fait les gros titres des journaux pendant plusieurs jours et qu’il soit revenu par intermittence à la une alors que les procès qui en ont découlé progressaient lentement dans notre système judiciaire, la couverture médiatique semblait encore maigre par rapport au nombre de décès estimés, qui correspondait aux pertes totales de l’Amérique pendant la guerre du Vietnam. En fait, la couverture médiatique a souvent semblé considérablement inférieure à celle qui a été accordée plus tard au scandale des aliments pour nourrissons chinois, qui n’avait causé qu’une poignée de décès à l’autre bout du monde.

 

Les circonstances de cette affaire étaient exceptionnellement flagrantes, plusieurs dizaines de milliers de décès américains étant dus à la vente d’un médicament très lucratif mais parfois mortel, dont les effets nocifs étaient connus depuis longtemps par son fabricant. Mais rien n’indique que des poursuites pénales aient jamais été envisagées.

 

Une action collective massive a traîné devant les tribunaux pendant des années, pour finalement être réglée pour 4,85 milliards de dollars en 2007, dont près de la moitié sont allée aux avocats. Les actionnaires de Merck ont également versé des sommes importantes pour régler diverses autres poursuites et pénalités gouvernementales et couvrir les lourds frais juridiques liés à la lutte contre toutes ces affaires. Mais la perte des ventes continues de Vioxx a représenté la plus grande pénalité financière de toutes, ce qui donne un aperçu troublant des calculs coûts-avantages à l’origine de la dissimulation initiale de l’entreprise.

 

Cette histoire de graves malversations d’entreprises largement pardonnées et oubliées par le gouvernement et les médias est assez déprimante, mais elle passe sous silence un détail factuel crucial qui semble avoir presque totalement échappé à l’attention du public. L’année qui a suivi le retrait du Vioxx du marché, le New York Times et d’autres grands médias ont publié un article mineur, généralement enterré au bas de leurs dernières pages, qui indiquait que les taux de mortalité américains avaient soudainement connu une baisse frappante et totalement inattendue.

 

Le titre de ce court article paru dans l’édition du 19 avril 2005 de USA Today est typique : « Les États-Unis enregistrent la plus forte baisse du nombre de décès annuels depuis au moins 60 ans ». Au cours de cette année, les décès américains ont diminué de 50 000 malgré l’augmentation de la taille et de l’âge de la population du pays. Les experts gouvernementaux en matière de santé ont été cités comme étant très « surpris » et « se grattant la tête » à propos de cette étrange anomalie, qui était due à une forte baisse des crises cardiaques mortelles.

 

Le 24 avril 2005, le New York Times publiait un autre de ses longs articles sur la controverse persistante sur le Vioxx, révélant que les responsables de Merck avaient sciemment dissimulé des preuves que leur médicament augmentait considérablement le risque de décès liés au cœur. Mais le journaliste du Times n’a fait aucune mention de la chute apparemment inexplicable des taux de mortalité nationaux qui s’est produite une fois le médicament retiré du marché, bien que la nouvelle ait été rapportée dans son propre journal quelques jours auparavant.

 

Un examen rapide des 15 dernières années de données sur la mortalité nationale fournies sur le site Web des Centers for Disease Control and Prevention [centres de contrôle et de prévention des maladies] offre quelques indices intrigants sur ce mystère. Nous constatons que la plus forte hausse des taux de mortalité américains s’est produite en 1999, année de l’introduction du Vioxx, tandis que la plus forte baisse s’est produite en 2004, année de son retrait. Le Vioxx était presque entièrement commercialisé auprès des personnes âgées, et ces changements substantiels dans le taux de mortalité national étaient entièrement concentrés dans la population des 65 ans et plus. Les études de la FDA prouvaient que l’utilisation du Vioxx entraînait des décès dus à des maladies cardiovasculaires telles que les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux, et ce sont précisément ces facteurs qui ont entraîné les changements dans les taux de mortalité nationaux.

 

L’impact de ces changements n’a pas été mince. Après être resté à peu près constant pendant une décennie, le taux de mortalité global aux États-Unis a commencé à baisser de manière substantielle en 2004, diminuant bientôt d’environ 5 %, malgré le vieillissement continu de la population. Cette baisse correspond à environ 100 000 décès de moins par an. La baisse des taux de mortalité ajustée en fonction de l’âge a été considérablement plus importante.

La mélamine chinoise et le Vioxx américain : une comparaison. Ron Unz – The American Conservative – 17 avril 2012 – 1 800 mots

Le SIDA et l’hypothèse de Duesberg

J’ai publié mon analyse du Vioxx il y a près de dix ans, et bien qu’elle ait suscité quelques discussions à l’époque et même provoqué un peu de couverture secondaire dans les médias grand public, l’affaire a vite été de nouveau oubliée. Le Vioxx avait déjà été retiré du marché des années auparavant, et la question de savoir si son utilisation passée avait entraîné des dizaines de milliers ou plutôt des centaines de milliers de décès prématurés de personnes âgées américaines n’était que de l’eau sous les ponts, sans grand intérêt pour la plupart des journalistes.

Au fil des ans, j’ai parfois fait référence à mes découvertes dans des articles ultérieurs, mais je n’ai guère prêté attention aux questions connexes des médicaments sur ordonnance ou de la santé publique, même après que l’épidémie actuelle de Covid a ramené ces sujets sur le devant de la scène.

Cependant, en novembre, j’ai lu par hasard le nouveau livre de Robert F. Kennedy, Jr. sur ces questions précises, et j’ai été très impressionné par l’énorme quantité de matériel important qu’il a fourni, dont la plupart m’étaient totalement inconnus. En conséquence, j’ai écrit une longue critique très favorable qui a été largement lue et même mise en lien sur le propre site web de l’auteur.

Pravda américaine : Vaxx, Anthony Fauci, et le SIDA. Ron Unz. The Unz Review – 6 décembre 2021 – 6 100 mots

Le thème central de Kennedy est la corruption totale du système de santé publique américain aux mains de sociétés avides de profits, qui avaient effectivement subverti le processus de réglementation pour s’assurer que les médicaments lucratifs – parfois même dangereux – étaient commercialisés en masse auprès de nos citoyens non protégés comme n’importe quel autre produit de consommation. Le scandale oublié du Vioxx semblait en être un parfait exemple, j’ai donc inclus une brève mention de mes conclusions de 2012 dans la revue, et j’ai été très satisfait quelques semaines plus tard lorsque Kennedy a ressuscité l’histoire du Vioxx lors de sa longue interview avec Jimmy Dore.

Bien que j’aie trouvé une grande partie des critiques de Kennedy à l’égard de l’industrie pharmaceutique raisonnablement convaincantes, dans des circonstances normales, son livre ne m’aurait pas attiré vers les questions de santé publique, étant donné mon manque de familiarité avec le sujet. Mais ce qui m’a complètement choqué, c’est que près de la moitié de son texte – environ 200 pages – était consacrée à la présentation et à la promotion de l’étonnante affirmation selon laquelle tout ce que l’on nous a dit sur le VIH/SIDA pendant plus de 35 ans constituait probablement un canular. Cette question est devenue le cœur de mon examen, en particulier parce qu’elle n’avait auparavant reçu presque aucune attention de la part de ses lecteurs.

Pourtant, selon les informations fournies dans le best-seller de Kennedy, n°1 sur Amazon, cette image bien connue et solidement établie, que je n’avais jamais sérieusement remise en question, est presque entièrement fausse et frauduleuse, s’apparentant essentiellement à un canular des médias médicaux. Au lieu d’être responsable du sida, le virus VIH est probablement inoffensif et n’a rien à voir avec la maladie. Mais lorsqu’on découvrait que des personnes étaient infectées par le VIH, elles étaient soumises aux premiers médicaments extrêmement lucratifs contre le sida, qui étaient en fait mortels et les tuaient souvent. Les premiers cas de sida étaient principalement dus à une très forte consommation de certaines drogues illégales, et le virus VIH avait été diagnostiqué à tort comme responsable. Mais comme Fauci et les compagnies pharmaceutiques avides de profits ont rapidement bâti d’énormes empires sur ce mauvais diagnostic, ils se sont battus avec acharnement pendant plus de 35 ans pour le maintenir et le protéger, exerçant toute leur influence pour supprimer la vérité dans les médias tout en détruisant les carrières de tous les chercheurs honnêtes qui remettaient en cause cette fraude. Pendant ce temps, le SIDA en Afrique était quelque chose de complètement différent, probablement causé principalement par la malnutrition ou d’autres conditions locales. J’ai trouvé le récit de Kennedy plus choquant que tout ce que j’avais pu rencontrer.

J’ai été profondément impressionné par la crédibilité scientifique de certaines des personnes qui soutenaient les affirmations apparemment farfelues de Kennedy.

Cependant, le premier soutien sur la quatrième de couverture est celui du professeur Luc Montagnier, le chercheur médical qui a remporté un prix Nobel pour avoir découvert le virus VIH en 1984, et il écrit : « Tragiquement pour l’humanité, il y a beaucoup, beaucoup de contrevérités émanant de Fauci et de ses sbires. RFK Jr. expose des décennies de mensonges ». De plus, on nous dit que dès la Conférence internationale sur le sida de San Francisco de juin 1990, Montagnier avait déclaré publiquement que « le virus VIH est inoffensif et passif, un virus bénin. »

Peut-être que ce lauréat du prix Nobel a approuvé le livre pour d’autres raisons et que le sens de sa déclaration frappante de 1990 a été mal interprété. Mais il est certain que l’opinion du chercheur qui a obtenu un prix Nobel pour avoir découvert le virus VIH ne devrait pas être totalement ignorée dans l’évaluation de son rôle possible.

Kennedy a fait remarquer que trois autres lauréats du prix Nobel de science ont exprimé publiquement un scepticisme similaire à l’égard du récit conventionnel sur le VIH/sida, l’un d’entre eux étant Kary Mullis, le célèbre créateur du test PCR révolutionnaire.

Les établissements médicaux et médiatiques furent intensément hostiles à Kennedy et à son énorme best-seller, et je suis devenu extrêmement suspicieux lorsque j’ai remarqué que leurs attaques très dures ignoraient scrupuleusement le « déni du VIH/SIDA » qui constituait la partie la plus importante et la plus explosive de son livre, ce qui suggère qu’ils craignaient de remettre en question ses affirmations.

Avant la récente épidémie de Covid, le sida avait probablement passé quatre décennies à être la maladie la plus médiatisée au monde, et j’étais stupéfait à l’idée que j’avais pu être complètement trompé pendant toutes ces années par notre établissement de santé publique malhonnête et ses médias serviles. J’ai donc commencé à explorer cette controverse à moitié oubliée des années 1990, que j’avais largement ignorée à l’époque.

L’un des principaux héros scientifiques du récit de Kennedy est le professeur Peter H. Duesberg de Berkeley. Au cours des années 1970 et 1980, Duesberg était largement considéré comme l’un des plus grands virologues du monde, élu à la prestigieuse Académie nationale des sciences à l’âge de 50 ans, ce qui en faisait l’un des plus jeunes membres de son histoire. Dès 1987, il a commencé à émettre de sérieux doutes sur l’hypothèse du VIH/SIDA et à souligner les dangers de l’AZT. Il a fini par publier une série d’articles de journaux sur le sujet qui ont progressivement conquis de nombreuses personnes, dont Montagnier. En 1996, il publie « Inventer le virus du sida », un ouvrage massif de 712 pages qui expose ses arguments, avec un avant-propos du prix Nobel Kary Mullis, le célèbre inventeur de la technologie PCR et lui-même un autre grand critique public de l’hypothèse du VIH/sida. Duesberg a même souligné l’assurance de son scepticisme à l’égard du VIH en offrant de se faire injecter du sang contaminé par le VIH.

 

Mais plutôt que de débattre ouvertement avec un adversaire scientifique aussi puissant, Fauci et ses alliés ont interdit à Duesberg de recevoir tout financement gouvernemental, brisant ainsi sa carrière de chercheur, tout en le vilipendant et en faisant pression sur les autres pour qu’ils fassent de même. Selon des collègues chercheurs cités par Kennedy, Duesberg a été détruit pour servir d’avertissement et d’exemple aux autres. Pendant ce temps, Fauci déployait son influence pour que ses critiques soient bannis des principaux médias nationaux, s’assurant ainsi que peu de personnes en dehors d’un segment étroit de la communauté scientifique soient au courant de la controverse persistante.

 

L’une des principales affirmations de Duesberg était que la maladie connue sous le nom de « SIDA » n’existait pas réellement, mais qu’elle n’était que l’étiquette officielle attachée à un groupe de plus de deux douzaines de maladies différentes, qui avaient toutes des causes diverses, dont certaines seulement étaient dues à des agents infectieux. En fait, la plupart de ces maladies étaient connues et traitées depuis de nombreuses décennies, mais elles n’étaient qualifiées de « sida » que si la victime était également testée positive au virus VIH, qui n’avait probablement rien à voir avec la maladie.

 

À l’appui de leur position contraire, les auteurs ont fait remarquer que les divers groupes à haut risque de « SIDA » n’avaient tendance à contracter que des versions particulières de la maladie, le « SIDA » dont souffrent les hémophiles étant généralement très différent du « SIDA » des villageois africains et ne se recoupant que légèrement avec les maladies des homosexuels ou des toxicomanes. En fait, le profil du « SIDA » en Afrique semblait totalement différent de celui du monde développé. Mais si toutes ces maladies différentes étaient en fait causées par un seul virus VIH, des syndromes aussi disparates apparaîtraient comme des anomalies déroutantes, difficiles à expliquer d’un point de vue scientifique.

Pravda américaine : Le SIDA et la renaissance de l’hypothèse Duesberg. Ron Unz – The Unz Review – 29 décembre 2021 – 4 100 mots

Comme je l’ai dit dans cet article, au cours des années 1990, de nombreuses publications grand public ont offert à Duesberg et à ses alliés une plate-forme publique pour présenter leurs arguments contre leurs adversaires orthodoxes, et lorsque j’ai lu les débats et les discussions qui en ont résulté dans Policy Review, Reason, la New York Review of Books et plusieurs autres publications, j’ai eu le sentiment que le camp de Duesberg avait généralement eu le dessus dans les échanges. Kennedy a fait valoir que l’establishment n’avait finalement réussi à supprimer l’hypothèse de Duesberg qu’en raison de son pouvoir politique et de son financement nettement supérieur, plutôt qu’en raison des preuves ou de la logique qui sous-tendaient sa position, et cela me semblait plausible.

En 1996, Duesberg a publié un livre exposant ses théories controversées à l’intention du grand public, mais sa longueur de plus de 700 pages m’a d’abord intimidé et les exemplaires d’occasion sur Amazon coûtaient plus de 600 dollars. Cependant, j’ai rapidement appris que l’auteur, soucieux de l’intérêt général, avait simultanément publié une version PDF librement téléchargeable sur l’internet, et j’ai découvert que les articles de revues universitaires et les notes de fin d’ouvrage remplissaient presque la moitié de la longueur du livre, réduisant ainsi le corps du texte principal à des proportions très gérables, considérablement plus courtes que le livre de Kennedy.

L’approbation et l’avant-propos du prix Nobel Mullis m’ont persuadé d’essayer un chapitre ou deux, et j’ai trouvé le matériel si fascinant que j’ai rapidement lu l’ouvrage en entier. Duesberg a placé de manière très convaincante la controverse sur le VIH/SIDA dans le contexte plus large des débâcles passées de la santé publique et des pressions professionnelles massives auxquelles sont confrontés les chercheurs en maladies infectieuses. Son livre a apparemment été produit dans des circonstances politiques difficiles et a finalement été publié par la Regnery Company, la principale presse conservatrice, dont l’éditeur a fourni une préface explicative inhabituelle, contenant les paragraphes suivants :

Le livre que vous vous apprêtez à lire a mis du temps à arriver. Pourquoi ? Il est à la fois extrêmement controversé et impeccablement documenté. Il émane d’un scientifique et d’un écrivain de grande capacité et de grand courage. Il provoquera, nous le croyons, une tempête de feu aux proportions encore indéterminées dans les communautés scientifiques et profanes. Et je pense pouvoir dire sans me tromper qu’il s’agit du livre le plus difficile que la société Regnery ait publié en près de 50 ans d’existence.

 

Si Duesberg a raison dans ce qu’il dit sur le SIDA, et nous pensons que c’est le cas, il documente l’un des grands scandales scientifiques du siècle. Le SIDA est la première maladie politique, la maladie qui consomme le plus d’argent pour la recherche gouvernementale, le plus de temps de presse et probablement le plus de souffrance, souvent inutile, que toute autre maladie. Duesberg nous dit pourquoi.

Bien que le texte soit facile à lire, bien écrit pour un public général, il contient une énorme quantité d’informations médicales surprenantes et difficiles à vérifier pour le non-spécialiste, ce qui me laisserait normalement circonspect. Toutefois, le Lancet est l’une des principales revues médicales au monde et, bien que son rédacteur en chef soit un fervent partisan du consensus orthodoxe sur le VIH/sida, sa critique de 10 000 mots parue dans la New York Review of Books traite à la fois Duesberg et son livre avec beaucoup de respect, de sorte que je doute que l’ouvrage contienne des erreurs évidentes ou des faussetés flagrantes. Bien que l’opus de Duesberg date maintenant d’un quart de siècle, pour autant que je puisse en juger, très peu de choses ont changé depuis qu’il a été écrit, et les mêmes différends du milieu des années 1990 sont tout aussi pertinents aujourd’hui, c’est pourquoi je recommande vivement à toute personne intéressée par le sujet de le lire. Comme le PDF original était énorme, je l’ai divisé en chapitres pour la commodité des lecteurs.

L’invention du virus du sida. Peter H. Duesberg – Regnery Publishing – 1996 – 712 Pages

Pour ceux qui sont plus intéressés par les détails scientifiques, Duesberg et deux co-auteurs ont également publié en 2003 un très long article de synthèse dans une revue universitaire, résumant leur position, et en tant que non-spécialiste, je l’ai trouvé très solidement présenté.

Les bases chimiques des différentes épidémies de SIDA : drogues récréatives, chimiothérapie antivirale et malnutrition (PDF). Peter Duesberg, Claus Koehnlein et David Rasnick – Journal of Bioscience – Juin 2003 – 24 000 Mots

Celia Farber, l’une des principales journalistes spécialisées dans le domaine du sida dans les années 1990, a couvert Duesberg et les autres principales figures de la controverse. Il y a quelques jours, elle a publié sur Substack un long article de 2004 qu’elle avait initialement écrit pour Harpers sur le chercheur controversé de Berkeley et qui est devenu par la suite le premier chapitre de l’un de ses livres.

La passion de Peter Duesberg. Comment Anthony Fauci et son industrie du sida ont sacrifié l’un des plus grands cancérologues américains. Celia Farber – Substack – Janvier 2, 2022 – 11,000 Words

Les écrits de Peter Duesberg constituent de loin l’exposition la plus complète de ses travaux, mais pour ceux qui préfèrent un format différent, je recommande vivement son interview d’une heure sur le podcast Red Ice, réalisée il y a dix ans et disponible sur Youtube.

Les vidéos Youtube sont très populaires parmi les personnes moins enclines à lire, et la même année que la publication de l’opus de Duesberg, Starvision Productions sortait un documentaire de deux heures intitulé « HIV=AIDS : Fact or Fraud« , qui couvre très efficacement une grande partie du même sujet. Le documentaire comprend des entretiens avec le chercheur de Berkeley et plusieurs de ses principaux alliés scientifiques dans la controverse, dont l’un décrit le scandale dans la science médicale américaine comme étant pire que la fameuse fraude de Lysenko dans l’ancienne Union soviétique.

Parmi les nombreux points révélateurs, le documentaire note que, bien que près de 90 % des Américains souffrant du sida soient des hommes, les tests de dépistage du VIH administrés à nos nouvelles recrues militaires indiquent que le taux général d’infection par le VIH dans la population est égal entre les hommes et les femmes, une divergence très étrange entre la maladie et sa cause présumée. En outre, les taux d’incidence des maladies sexuellement transmissibles et du VIH ont fortement divergé au fil des ans, ce qui soulève de sérieux doutes quant à savoir si le virus suit réellement ce mode de transmission.

Bien que M. Duesberg et la plupart des autres scientifiques de son camp semblent être des chercheurs très conventionnels et même scrupuleux, une exception importante est le lauréat du prix Nobel Kary Mullis, largement considéré comme une personnalité brillante mais excentrique et iconoclaste. Pour ceux qui s’intéressent à son point de vue sur le débat sur le VIH/sida, je recommande l’interview suivante, d’une durée de deux heures, réalisée par le Dr Gary Null, également publiée en 1996.

Le comportement de Mullis est extrêmement décontracté et presque enfantin, et certaines des questions qu’il soulève ont un côté « habits neufs de l’empereur ». Il note qu’un nombre important de jeunes militaires qui, chaque année, sont testés positifs au VIH ont grandi dans de petites villes rurales qui ne sont guère susceptibles d’être des foyers de SIDA, et suggère que leurs mères soient testées pour le virus, dont on sait qu’il peut être transmis au nouveau-né. Si ces femmes étaient également testées positives, cela prouverait que le virus était déjà répandu dix-huit ou vingt ans plus tôt, ce qui démolirait complètement le récit établi sur le SIDA. Naturellement, aucun de nos milliers de chercheurs spécialisés dans le domaine du sida n’a manifesté le moindre intérêt pour la mise en œuvre de cette proposition de recherche extrêmement simple.

Détruire notre foi dans la santé publique américaine

L’histoire que raconte Duesberg est simple. Après l’éradication réussie de la polio dans les années 1950, l’énorme infrastructure américaine de professionnels des maladies infectieuses a perdu la majeure partie de sa raison d’être, et ses dirigeants ont fini par chercher de nouveaux moyens de justifier la poursuite de leur financement par le gouvernement. La guerre contre le cancer entamée à la fin des années 1960 s’est soldée par un échec cuisant et les avertissements massifs concernant une épidémie mortelle de grippe porcine en 1976 se sont révélés être une véritable débâcle, entraînant l’éviction de certains hauts responsables. Ainsi, quelques années plus tard, lorsque l’étiquette « sida » a été apposée sur un groupe de maladies apparemment sans rapport entre elles, Anthony Fauci et d’autres ont eu tout intérêt à affirmer que la cause était un agent infectieux et, malgré l’absence de preuves solides, ont rapidement désigné le virus VIH comme coupable. Une fois que cette erreur de diagnostic initiale a donné naissance à une énorme industrie de plusieurs milliards de dollars, ses chercheurs, ses administrateurs et ses bénéficiaires se sont engagés à la protéger.

Cependant, si tant de nos professionnels des maladies infectieuses ont passé des décennies à combattre le fantôme du VIH, ils doivent nécessairement être moins bien préparés à faire face à toute contagion réelle qui pourrait apparaître. Fin 2019, les organisations internationales avaient classé notre pays comme le mieux préparé au monde pour faire face à toute épidémie, mais la réalité s’est avérée tout autre.

Dès le début, les mesures de santé publique que l’Amérique a adoptées pour lutter contre l’épidémie de Covid ont créé extrêmement de divisions, mais je pense que tous les camps idéologiques peuvent convenir que notre performance nationale a été absolument désastreuse, entraînant une combinaison de plusieurs centaines de milliers de décès, des confinements d’un an dans une grande partie du pays et la poursuite de graves perturbations dans la vie quotidienne de toute notre population. Selon toute norme raisonnable de réussite, le système de santé publique américain a complètement échoué.

Ma propre entrée dans la controverse sur le VIH/SIDA, longtemps en suspens, s’est faite après que le débat actuel sur la vaccination m’a incité à lire le récent livre de Kennedy, pour découvrir qu’une grande partie de celui-ci était en fait axée sur le SIDA. Malgré les efforts de Kennedy, ma propre position sur les vaccinations anti-covid ou d’autres mesures de santé publique connexes reste très conventionnelle, pas trop différente de ce que l’on peut trouver dans les pages du Times ou de l’Economist. Mais comme je l’ai souligné précédemment, si mes opinions n’ont pas changé, ma confiance en ces opinions a été sévèrement ébranlée :

En tant qu’observateur extérieur sans expertise particulière dans ces domaines de la médecine, j’ai été impressionné par une grande partie du matériel que Kennedy a rassemblé pour soutenir ses vues peu orthodoxes sur les vaccins et les traitements Covid, mais j’ai trouvé que les preuves qu’il a fournies sur le VIH et le SIDA étaient beaucoup plus complètes et convaincantes, tout en étant soutenues par des experts faisant beaucoup plus autorité. Mais si, comme il le soutient, la vérité sur le VIH et le sida a été supprimée avec succès pendant des décennies par l’ensemble de l’industrie médicale, nous devons nécessairement devenir très méfiants à l’égard d’autres affirmations médicales, y compris celles concernant le Covid et les vaccins.

 

Je me demande même si cela ne représenterait pas une partie du sous-texte caché de l’âpre bataille actuelle sur la vaccination et de la réaction presque paranoïaque de tant d’opposants. Ceux qui ont contesté le dogme scientifique officiel sur le SIDA ont depuis longtemps été chassés de la place publique, de sorte que peu de ceux qui s’informent dans les médias grand public sont même au courant de la dispute. Mais le genre de théories divergentes présentées par Kennedy ont probablement circulé pendant des années dans des segments particuliers de la population, et ces individus sont devenus fermement convaincus qu’un grand nombre d’Américains sont morts parce que l’establishment médical a infligé le traitement mortel à l’AZT pour combattre le virus inoffensif du VIH. Ils deviendraient donc extrêmement méfiants lorsqu’ils apprendraient qu’un virus Covid à faible mortalité était traité par l’utilisation généralisée de nouveaux vaccins expérimentaux qui avaient complètement contourné le processus de test habituel grâce à une série de dérogations d’urgence. Après avoir absorbé le contenu remarquable de l’important ouvrage de Kennedy, je pense que ces préoccupations ne sont pas déraisonnables.

Les machinations corrompues de Purdue Pharmaceutical ont détruit des millions de familles américaines avec des opioïdes tout en produisant une fortune de plusieurs milliards de dollars pour la famille Sackler, mais nos médias nationaux et les établissements de santé ont ignoré le désastre pendant plus de douze ans. Le Vioxx de Merck a probablement écourté la vie de centaines de milliers d’Américains âgés, mais cette transgression a été rapidement pardonnée et oubliée. Et je commence maintenant à me demander sérieusement si la campagne de quatre décennies contre le VIH/sida, à laquelle ont participé des milliers d’universitaires et de chercheurs, n’est pas en fait une fraude scientifique comparable au scandale de Lysenko en URSS.

Compte tenu d’un bilan récent aussi sombre en matière de santé publique, couronné par le désastre du Covid, je suis devenu beaucoup plus sensible aux soupçons parfois presque paranoïaques de tant d’agitateurs américains anti-vax.

Ron Unz

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages