Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

4 mai 2022 3 04 /05 /mai /2022 18:44

Le plus fort n'est jamais assez fort pour être toujours le ...

 

En juillet dernier, le Conseil des ministres a approuvé l'avant-projet de loi modifiant la loi sur la sécurité nationale, défendant la nécessité qu'en cas de nouvelle crise, l'État puisse disposer des ressources nécessaires pour en atténuer son impact.

 

Avec cette nouvelle loi sur la sécurité, le gouvernement pourra disposer de toutes les ressources disponibles des administrations publiques concernées dans ce type de situation, réglementer la production industrielle de l'Espagne en fonction de la situation et d'autres mesures. Le problème avec cette mesure est qu'elle accorde au gouvernement le pouvoir absolu de prendre des décisions sans qu'elles soient approuvées par le Parlement par arrêté royal, n'ayant besoin que d'établir une situation de crise.

 

Selon les informations auxquelles 'El País' a eu accès, cette réforme envisage une réserve stratégique des biens considérés comme essentiels, pour garantir les droits et libertés, le bien-être des citoyens, la fourniture des services essentiels et des ressources de première nécessité. et stratégique. Cela signifie que le gouvernement peut réquisitionner temporairement certains biens qu'il juge nécessaires pour faire face à l'hypothétique situation de crise, tels que des composants électroniques, des machines de haute technologie, etc.

 

En outre, le texte met en avant des secteurs tels que la cybersécurité, la sécurité économique et financière, le maritime, l'aérien et l'outre-mer, l'énergie ou encore la santé.

 

Mais la règle va plus loin, et dans l'article 28, elle reconnaît que le Gouvernement pourrait réquisitionner des biens privés et exiger la disponibilité de "ressources humaines et matérielles" publiques ou privées pour faire face à la crise, même si celle-ci sera temporaire et moyennant des indemnités. L'inclusion des « biens privés » comprend les dépôts bancaires des citoyens.

 

« Suivant les directives du Conseil national de sécurité ou de l'autorité fonctionnelle, ils peuvent procéder à la réquisition temporaire de tous types de biens, ainsi qu'à l'intervention ou l'occupation temporaire de ceux qui sont nécessaires et, le cas échéant, à la suspension des activités. Ceux qui, à la suite de ces actions, subissent des dommages dans leurs biens et services - continuent-ils - auront le droit d'être indemnisés conformément aux dispositions des lois », dit le point 3 de l'article 28 du projet.

 

En outre, ce même article détermine que dans ce type de situation, les personnes ont "le devoir de collaborer personnellement et matériellement" au cas où les autorités exigeraient cette aide et "toute personne, à partir de l'âge de la majorité, sera obligée à l'accomplissement de ses devoirs personnels prestations exigées par les autorités compétentes.

 

Le gouvernement a l'intention d'expliquer l'avant-projet aux autonomies et aux mairies dans le cadre de la conférence sectorielle pour les questions de sécurité nationale, car ce sont deux organisations qui interviennent dans la mise en œuvre de ces mesures et dans la préparation des ressources matérielles et humaines pour faire face la crise hypothétique.

Source

Ce sont des mesures que l'on ne prend qu'en temps de guerre, quelque-chose d'énorme arrive... Préparez-vous !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages