Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

27 juin 2022 1 27 /06 /juin /2022 18:46

La censure s’abat sur la presse électronique - Maghreb Émergent ...

 

 

Encadré par le futur Digital Services Act, Meta, Google, Twitter, Microsoft, TikTok ainsi que des professionnels de la publicité s’engagent auprès de l’UE à combattre la désinformation.

 

Un nouveau code de conduite

 

« Ce nouveau code anti-désinformation intervient à un moment où la Russie utilise la désinformation comme une arme dans le cadre de son agression militaire contre l’Ukraine, mais aussi où nous assistons plus largement à des attaques contre la démocratie », a déclaré la vice-présidente de la Commission chargée des valeurs et de la transparence, Věra Jourová, dans un communiqué de presse. Ce code est en fait une mise à jour du Code de bonnes pratiques contre la désinformation de 2018. Le précédent code ne reposait que sur l’autorégulation, pour des résultats jugés insuffisants par la Commission.

 

De nouvelles lignes de conduite

 

Les entreprises signataires devront, dorénavant, démonétiser les sites de désinformation en asséchant leurs revenus publicitaires, réduire le nombre de bots et de faux comptes utilisés pour diffuser ce qu'ils considèrent comme des "fake news" ou encore renforcer leur collaboration avec des fact-checkers indépendants pour vérifier les sources d’information. « Les plateformes ne devraient plus recevoir un seul euro issu de la diffusion de la désinformation », a souligné Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur.

 

 

Les entreprises au rendez-vous

 

Parmi les entreprises volontaires pour se conformer au nouveau code, on retrouve les plateformes Meta, Microsoft, Google, TikTok, Twitch ou encore Twitter. Bien que basé sur le volontariat, ce nouveau code devient contraignant pour les entreprises signataires qui atteignent 45 millions d’utilisateurs dans l’UE. En effet, « les très grandes plateformes qui enfreindraient régulièrement le code et ne prendraient pas de mesures d’atténuation des risques adéquates s’exposeront à des amendes pouvant représenter jusqu’à 6 % de leur chiffre d’affaires mondial », prévient Thierry Breton.

 

La dictature européenne avance et les libertés reculent. Alors que l’on crie à la dictature lorsque la Chine dit vouloir valider chaque commentaire avant qu’il soit publié sur le Net, l’on ferme les yeux sur les agissements tout aussi liberticides de l’UE, devenue seule détentrice de la vérité.

Source

VK et Telegram...

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages