Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

24 août 2022 3 24 /08 /août /2022 17:24

Les deux grandes guerre auront asservies l'Europe au système monétaire unique  des USA ; ç'est ainsi qu'aujourd'hui nous n'avons plus qu'une réactivité de colonie intégrée dans le système mondial du dollar et de sa vertigineuse dette, mais à ce sujet là nous avons le même inconvénient.

Aujourd'hui les BRICS se désolidarisent du $ et de sa dette, mais également de celle de l'euro. Comme le prédisait le Général de Gaulle, un monde aux monnaies multiples basées sur l'étalon or en garantie

 

__________________________________________________________________________

 

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis s’appuient sur leur complexe militaro-industriel pour vendre massivement des armes et des munitions en échange de lingots d’or qu’ils continuent d’accepter. En 1944, le pays dispose de 70% du stock d’or mondial, soit 25% de plus qu’au lendemain de la Grande guerre. Cette position dominante, combinée à un important marché des capitaux et une puissante armée, permet à l’Oncle Sam d’influencer les décisions lors de la Conférence de Bretton Woods (conférence supposée reconstruire un ordre monétaire international soutenable). Le 22 juillet 1944, un système étalon-or favorable aux intérêts américains est décrété. La valeur du dollar est indexée sur le cours de l’or, tandis que les autres monnaies sont indexées sur le dollar. Autrement dit, la stabilité monétaire d’un pays nécessite l’acquisition de devise américaine.

 

Conscient de l’iniquité de ce régime, le général De Gaulle dénonce son instrumentalisation  par les États-Unis l'impression monétaire. Après avoir expliqué que le retour à l’étalon-or permet d’empêcher les États de céder « aux délices trompeurs de la création monétaire », le général déclare, lors d’une conférence donnée au palais de l’Élysée en 1965, que ce nouveau régime permet « aux États-Unis de s’endetter gratuitement vis-à-vis de l’étranger. » Soixante ans plus tard, la dette américaine atteint 30 trillions de dollars. Nous étions pourtant prévenus

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages