Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

7 septembre 2022 3 07 /09 /septembre /2022 17:58

L'OPEP revoit ses quotas de production à la baisse: la Russie dans l ...

 

La réunion de l'OPEP+ à Vienne lundi s'est déroulée au milieu de deux événements affectant le marché pétrolier - la décision des ministres des Finances du G7 d'approuver la proposition américaine concernant le plafonnement des prix des exportations de pétrole de la Russie à compter du 5 décembre et deuxièmement, l'annonce de Gazprom de couper tous les approvisionnements en gaz à L'Europe indéfiniment.

 

Bien qu'il s'agisse théoriquement d'événements sans rapport, il n'en reste pas moins que la scène énergétique est de plus en plus semée d'incertitudes et que de nombreuses variables sont à l'œuvre, telles que les craintes d'une récession mondiale, la difficulté persistante à conclure un accord américano-iranien sur le JCPOA qui aurait levé les sanctions contre les exportations de pétrole de l'Iran. 

La déclaration du secrétariat de l'OPEP, lors de la réunion de lundi à Vienne, a envoyé un message puissant selon lequel non seulement il n'y aura pas une augmentation de la production de pétrole, mais une réduction symbolique de 100.000 bpj a été convenue en septembre, pour soutenir les prix qui ont glissé sur la peur de récession. Les prix du pétrole ont bondi après l'annonce. Le brut américain a augmenté de 3,3%, à 89,79 dollars le baril, tandis que la référence internationale Brent a augmenté de 3,7%, à 96,50 dollars, après la décision.

Ceci face aux tentatives de l'administration Biden de faire adopter une décision sur une augmentation supplémentaire de la production, afin que les prix du pétrole baissent. L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis n'ont pas accepté la suggestion des États-Unis, affirmant qu'elle sortait du cadre de l'accord OPEP +. 

La réduction de la production de pétrole de 100.000 bpj est largement symbolique, car les membres de l'OPEP+ sont estimés à quelque 2,9 millions de bpj derrière les quotas collectifs qui leur sont attribués. Mais le fait est qu'il s'agit de la première réduction de l'offre de pétrole de l'OPEP+ en plus d'un an et cela montre que l'OPEP+ n'hésitera pas à prendre des mesures préventives. 

Le vice-Premier ministre russe Alexander Novak a déclaré lundi que les attentes d'une croissance économique mondiale plus faible étaient à l'origine de la décision de Moscou et de ses alliés de l'OPEP de réduire la production de pétrole. Novak a déclaré que le marché mondial de l'énergie se caractérise actuellement par une incertitude accrue. "Nous ne parlons pas de la formation des prix, mais de l'adéquation de l'offre sur le marché, de sorte que d'une part il n'y ait pas d'excès et d'autre part qu'il n'y ait pas de pénurie." 

Le ministre saoudien de l'Énergie, le prince Abdulaziz bin Salman, a été plus franc, déclarant : « Cette décision (OPEP+) est l'expression de la volonté que nous utiliserons tous les outils de notre kit. Le simple ajustement montre que nous serons attentifs, préventifs et proactifs en termes de soutien à la stabilité et au fonctionnement efficace du marché au profit des acteurs du marché et de l'industrie.

Le ministre saoudien sous-entendait que l'OPEP+ est également confrontée à un marché où les inquiétudes concernant la vigueur de la demande ont commencé à l'emporter sur les craintes de l'offre. En fait, les contrats à terme sur le brut ont perdu environ 20% au cours des trois derniers mois sous la menace d'un ralentissement économique mondial. 

En outre, l'OPEP+ pèse sur la probabilité que les négociations pour relancer un accord nucléaire et lever les sanctions américaines sur les ventes de pétrole de l'Iran pourraient aboutir à un accord réussi, auquel cas plus d'un million de barils par jour entreront prochainement sur les marchés mondiaux, selon le Agence internationale de l'énergie. 

Cependant, les dernières indications sont que l'administration Biden pourrait trouver politiquement opportun de reporter l'avenir du JCPOA (accord nucléaire iranien de 2015) à la période post-élections de mi-mandat aux États-Unis au-delà du 7 novembre. Bien sûr, les États-Unis et l'Iran (ainsi que l'Union européenne) souhaitent parvenir à un accord et veulent rétablir le JCPOA dans des conditions favorables.     

Quoi qu'il en soit, la décision de l'OPEP + de lundi ne peut être considérée que comme une réprimande de l'Arabie saoudite, le principal membre de l'OPEP, à l'appel de l'administration Biden à son allié du Moyen-Orient d'augmenter la production à un moment de hausse de l'inflation et de sanctions occidentales contre la Russie. industrie de l'énergie. La décision de l'OPEP+ intervient moins de deux mois après la visite du président américain Joe Biden en Arabie saoudite lorsqu'il a déclaré qu'il s'attendait à ce que le royaume prenne "de nouvelles mesures" pour augmenter l'approvisionnement en pétrole dans les "semaines à venir".

Après la décision de l'OPEP+, la Maison Blanche a déclaré que Biden s'était engagé à renforcer l'approvisionnement énergétique et à baisser les prix. "Le président a été clair sur le fait que l'approvisionnement en énergie doit répondre à la demande pour soutenir la croissance économique et faire baisser les prix pour les consommateurs américains et les consommateurs du monde entier", a déclaré l'attachée de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, dans un communiqué.

Mais au-delà de demander aux États du Golfe d'augmenter la production et de libérer du brut à partir des stocks d'urgence, les pays occidentaux n'ont aucune influence en la matière, car les investissements industriels et les nouveaux forages ont pris du retard par rapport à la demande et une augmentation significative de la production n'est pas à prévoir.

L'OPEP+ a prévu sa prochaine réunion pour le 5 octobre, mais a indiqué qu'elle pourrait tenir des pourparlers avant cela "pour faire face à l'évolution du marché, si nécessaire". Selon Reuters, le ministre saoudien de l'Énergie, le prince Abdulaziz bin Salman, demi-frère du prince héritier Mohammad Bin Salman, a été habilité à intervenir chaque fois que nécessaire pour stabiliser les marchés du brut en convoquant une réunion à tout moment. 

De toute évidence, les choses évoluent dans une direction où la décision du G7 d'imposer un plafonnement des prix du pétrole russe devient probablement également l'affaire de l'OPEP+, bien qu'indirectement. La Russie a déclaré qu'elle cesserait de fournir du pétrole aux pays qui soutiennent l'idée du G7. Les signaux du marché physique   suggèrent que l'offre reste tendue et que de nombreux États de l'OPEP produisent en deçà des objectifs, même si de nouvelles sanctions occidentales menacent les exportations russes dans le prolongement de l'idée du G7. 

Un facteur tacite est que la décision du G7 crée un précédent qui est une source de préoccupation pour tous les pays de l'OPEP. Aujourd'hui, le G7 fait claquer le fouet à la Russie sur l'Ukraine, qui n'a techniquement rien à voir avec le marché pétrolier. Demain, cela pourrait aussi bien porter, par exemple, sur le déficit démocratique dans les États du Golfe. En termes simples, les puissances occidentales s'égarent sur un territoire que l'OPEP a jalousement gardé comme sa chasse gardée au cours des 62 dernières années depuis la création du cartel - et elle le fait en politisant la question centrale des prix du pétrole en introduisant des considérations géopolitiques étrangères. 

Quoi qu'il en soit, alors qu'il s'exprimait sur les résultats de la réunion de l'OPEP lundi, le ministre russe Novak a déclaré : « Nous examinerons l'évolution de la situation du marché car il existe de nombreuses incertitudes », notamment en ce qui concerne « la déclaration des dirigeants du G7 concernant le plafonnement du prix du pétrole russe » qui va semer « l'incertitude » sur le marché mondial. (Il est intéressant de noter que le ministère chinois des Affaires étrangères a appelé le G7 à reconsidérer sa décision : « Le pétrole est une marchandise mondiale. Assurer la sécurité de l'approvisionnement énergétique mondial est d'une importance vitale. Nous espérons que les pays concernés feront des efforts constructifs pour aider à apaiser la situation par le dialogue et la consultation, au lieu de faire le contraire. ») 

En fin de compte, les supplications américaines pour dissoudre l'OPEP+ ne mènent nulle part. La réunion de l'OPEP à Vienne lundi a souligné dans sa déclaration finale que "l'OPEP+ a l'engagement, la flexibilité et les moyens dans le cadre des mécanismes existants de la déclaration de coopération pour faire face à ces défis (volatilité plus élevée et incertitudes accrues) et fournir des orientations aux le marché." 

Le message est fort et clair : l'Arabie saoudite et la Russie, qui forment l'axe de l'OPEP+, se coordonnent étroitement pour façonner le marché mondial du pétrole, même si elles pourraient se disputer des parts de marché.  

Source

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages