Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

5 novembre 2022 6 05 /11 /novembre /2022 18:56

 

 

L'agence Fitch abaisse la perspective de la note de la France à «négative»
 

 

Le Gendre ? C'est Q.I. celui-là ? - cafardages
 
ce qui veut dire
 
De la bêtise incurable des élites : quelques exemples... - Riposte ...

 

L'agence de notation Fitch a confirmé le 5 novembre la perspective «négative» de la note de la France, disant notamment s'inquiéter de la «fragmentation politique» du pays et des difficultés qu'elle implique afin de mener la politique budgétaire.

 

 

L'agence de notation Fitch a abaissé la perspective de la note de la France à «négative», justifiant entre autres cette décision, dans un communiqué publié le 4 novembre, par «l'évolution des prix de l'énergie ainsi que des perspectives macroéconomiques affaiblies pour l'Europe qui renforcent les risques concernant la trajectoire budgétaire».

Fitch maintient par ailleurs sa note pour la dette souveraine française à AA, qui place le pays parmi les émetteurs de dette de haute qualité mais la perspective négative indique une possible dégradation à venir de cette note, qui basculerait alors en A, donc susceptible d'être affectée par l'évolution de la situation économique. 

L'agence de notation estime que le déficit public devrait atteindre 5,2% cette année et anticipe une légère amélioration, à 4,9% pour 2023, assez proche de la prévision du gouvernement, qui le fixe à 5%.

A moyen terme, Fitch s'attend par ailleurs à un niveau d'endettement qui restera relativement stable, avec une légère hausse en 2023 puis une faible baisse en 2024, à un niveau élevé, autour de 112% du PIB.

En outre, l'agence s'inquiète de la «fragmentation politique» et des difficultés qu'elle implique afin de mener la politique budgétaire, comme l'a mis en avant les discussions sur le budget 2023 au Parlement, que le gouvernement a finalement abrégé en faisant usage de l'article 49.3. «Cela souligne un environnement plus difficile pour mener une politique économique [...] avec un contexte moins favorable pour des réformes dans des secteurs comme les retraites», souligne Fitch dans son communiqué.

Plus largement, l'agence s'attend à un ralentissement économique en 2023, avec une prévision de croissance à 1,1% (contre 2,1% envisagé en août), l'agence s'attend à une reprise dès 2024 à 1,9% et à un recul de l'inflation, à 3,4% dès la fin de cette année et proche de 2% pour 2024.

Source

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages