Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

29 novembre 2022 2 29 /11 /novembre /2022 18:53
N'oublions pas qu'un procès est ouvert aux USA procédant du même principe :

PFIZER  serait condamnée a payer 3,3 trillions de dollars (ce qui mettrait l'entreprise en faillite) pour falsifications de données pour le vaccin covid en vu d'obtenir son autorisation de mise sur le marché en vertu du False Claims Act ; il faut noté que la condamnation de 2,3 milliards de dollars était issue du même type de procédure. 

 

Petit à petit la nasse se referme et un scandale planétaire va éclater au grand jour

 

___________________________________

 
Le régulateur britannique fustige le PDG de Pfizer pour ses déclarations «trompeuses» sur les vaccins contre le Covid pour enfants

 

PDG de Pfizer

 

Le PDG de Pfizer, Albert Bourla, a été frappé par le chien de garde pharmaceutique du Royaume-Uni pour avoir fait des déclarations « honteusement trompeuses » sur les vaccins covid pour enfants

 

Lors d'une interview accordée à la BBC en décembre dernier, Bourla affirmait "qu'il ne fait aucun doute dans mon esprit que les avantages, totalement, sont en faveur" de la vaccination des jeunes âgés de 5 à 11 ans contre le Covid-19 .

 

Il a fait valoir que Covid prospérait dans les écoles, déclarant: "Cela dérange, de manière significative, le système éducatif, et il y a des enfants qui auront des symptômes graves."

 

 

Le régulateur britannique sera-t-il bientôt qualifié de théoricien du complot ?

 

Le télégraphe rapporte : L'interview a été publiée le 2 décembre – avant que le vaccin n'ait été approuvé par le régulateur médical britannique pour ce groupe d'âge. 

Peu de temps après la publication de l'article, une plainte a été déposée auprès de l'organisme de surveillance pharmaceutique - la Prescription Medicines Code of Practice Authority (PMCPA) - par UsForThem, un groupe de campagne de parents qui a été créé pour promouvoir le sort des enfants pendant la pandémie. 

"De nature extrêmement promotionnelle"

La plainte alléguait que les remarques du Dr Bourla au sujet du vaccin pour enfants étaient « honteusement trompeuses » et « de nature extrêmement promotionnelle », arguant qu'elles enfreignaient plusieurs clauses du code de pratique de l'Association de l'industrie pharmaceutique britannique (ABPI). 

"Il n'y a tout simplement aucune preuve que les écoliers en bonne santé au Royaume-Uni courent un risque important face au virus du SRAS COV-2 et laisser entendre qu'ils le sont est honteusement trompeur", ont-ils déclaré. 

En septembre 2021, le Comité mixte sur la vaccination et l'immunisation (JCVI) avait déconseillé un déploiement massif pour les enfants âgés de 12 à 15 ans , affirmant que la "marge de bénéfice" était "considérée comme trop petite" et citant le faible risque pour la santé. enfants du virus.

Mais moins de quinze jours plus tard, les ministres ont donné le feu vert pour que les jeunes reçoivent une dose unique du vaccin Pfizer-BioNTech, les médecins-chefs du Royaume-Uni faisant valoir que cela aiderait à maintenir les écoles ouvertes. 

Ce n'est qu'en février 2022 que le JCVI a statué que les enfants âgés de 5 à 11 ans pouvaient se voir proposer le vaccin – mais les ministres ont déclaré que la décision devrait être laissée aux parents.

Un panel sur le code de pratique, convoqué par le PMCPA, a conclu que Pfizer avait enfreint le code de différentes manières, notamment en induisant le public en erreur, en faisant des allégations non fondées et en ne présentant pas les informations de manière factuelle et équilibrée. 

Preuves scientifiques à jour'

Pfizer a fait appel des conclusions, réfutant fermement les affirmations de UsForThem selon lesquelles le Dr Bourla avait enfreint le code de pratique. Ils ont fait valoir que ses remarques étaient fondées sur des "preuves scientifiques à jour" et pouvaient être étayées par les "évaluations indépendantes des avantages et des risques accessibles au public". 

Plus tôt en novembre, une commission d'appel s'est réunie pour examiner leurs arguments. Les infractions au code relatives à la tromperie du public, aux allégations non fondées et au déséquilibre ont été confirmées. 

 

 
Rédactrice chez NewsPunch
Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages