Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

4 octobre 2022 2 04 /10 /octobre /2022 14:43
Zartoshte Bakhtiari, maire de Neuilly-sur-Marne: « Les prix de l’énergie sont un racket organisé avec la passivité de l’Etat! C’est la faillite de toutes les communes! »
 

 
 

Le maire de Neuilly-sur-Marne, Zartoshte Bakhtiari, est très remonté contre les prix de l’énergie « délirants » qui pèsent très lourdement sur sa commune.

Dans une vidéo, devenue virale sur les réseaux sociaux, il dénonce un racket organisé avec la passivité de l’Etat français: «Au 31 octobre, c’est à dire dans un mois, nos contrats d’énergie, électricité et Gaz prennent fin. Depuis un mois, nous recherchons de nouvelles offres auxquelles souscrire. On a passé un appel d’offre pour lequel aucun d’entreprise n’a répondu. Nous sommes donc obligés aujourd’hui d’acheter au prix du marché avec des tarifs totalement scandaleux et délirants ».

Dans cette courte vidéo, , Zartoshte Bakhtiari fait part de son indignation et de son inquiétude pour sa commune mais également pour des milliers de municipalité françaises qu’ils considère « être à genoux » : « On impose aux villes de passer de 15€/MW gaz à 240€/MW et de 65€/MW électricité à 2068€/MW dans l’indifférence du gouvernement ! C’est la faillite de toutes les communes ! »

Il demande aux citoyens de signer une pétition pour protester contre cette situation intenable ( lien ici ).

 

 
 
Partager cet article
Repost0
4 octobre 2022 2 04 /10 /octobre /2022 14:40

Poutine célèbre la défaite nazie et proclame une Russie "invincible ...

 

Vladimir Poutine veut rendre les documents de la Seconde Guerre mondiale accessibles au public : "Nous ferons taire ceux qui tentent de réécrire l'histoire.", a-t-il signifié.

Selon le chef du Kremlin Vladimir Poutine , la Russie veut rendre ses documents d'archives sur la Seconde Guerre mondiale accessibles au grand public. Un centre dédié ainsi qu'un site Web devraient à l'avenir lutter contre les tentatives de falsification de l'histoire, a déclaré Poutine samedi dernier, à Saint-Pétersbourg.

 

Le président a commémoré l'anniversaire du blocus de Leningrad et a rencontré des anciens combattants. La Wehrmacht allemande avait assiégé Leningrad (Saint-Pétersbourg) de 1941 à 1944 pendant la Seconde Guerre mondiale.

"Nous allons faire taire ceux qui essaient de réécrire l'histoire (...) et rabaisser nos pères et nos grands-pères, nos héros qui sont morts pour protéger leurs foyers et pratiquement le monde entier de la peste brune", a déclaré Poutine, selon l'agence étatique. Tass.

Le chef du Kremlin a déclaré que certains responsables à l'étranger ne pouvaient pas garder une posture « de la honte », eux qui calomnient le rôle de l'Union soviétique dans la libération du fascisme hitlérien.

Néanmoins, tout ne sera pas disponible, la propagande sauve :

"Quiconque croit que les archives seront entièrement ouvertes sera déçu. Seuls les documents qui peuvent être utilisés pour l'épopée héroïque nationale devront être publiés", assurent un responsable.

 

Vladimir Poutine a également fait l'éloge de l'État d'Israël


La Russie célébrera ce dimanche le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale et de la victoire de l'Union soviétique. Un grand défilé militaire sera organisé le 9 mai à Moscou. Poutine a également annoncé un paiement unique de 75 000 roubles (1 100 euros) pour tous les anciens combattants. Lors de sa prise de parole, il a également félicité l'État d'Israël pour avoir soutenu la mémoire de l'Holocauste - le génocide des Juifs.

 

Source Wikistrike

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2022 2 04 /10 /octobre /2022 14:37

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2022 2 04 /10 /octobre /2022 14:08
 
 

 

 

La semaine dernière, la Banque d’Angleterre a soudainement vacillé.

Elle a renoncé à sa lutte contre l’inflation pour sauver ses caisses de retraite et son marché obligataire. Qu’est-il exactement arrivé ? Et que cela nous apprend-il sur la lutte contre l’inflation de la Réserve fédérale ? Peter Schiff a tout expliqué sur son podcast.

Il y a une vieille expression – « Personne ne sonne la cloche nulle part » – qui signifie qu’il n’y a pas d’avertissement lorsqu’il y a un sommet ou un creux majeur sur les marchés. Mais Peter a dit qu’il y avait souvent une cloche mais que personne ne l’entendait. La semaine dernière, Peter a dit que nous avions la « un énorme avertissement ».

C’est littéralement comme si le « Big Ben » qui a sonné parce que la cloche était en Angleterre… La Banque d’Angleterre a été la première grande banque centrale à cligner des yeux dans ce jeu à haut risque qui est mondial. ”

La semaine dernière, la Banque d’Angleterre a vacillé et s’est remise à effectuer de l’assouplissement quantitatif.

Peter a qualifié cette démarche de « très significatif ». Parce que jusqu’à l’annonce, le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, était tout aussi belliciste que Jerome Powell. La Banque d’Angleterre a relevé ses taux d’intérêt de 0,1 % en décembre dernier à environ 2,25 %, dont une hausse de 50 points de base en août. Il s’agit de la plus forte hausse des taux de la « BoE » en 27 ans.

Il parlait durement de la détermination de la Banque d’Angleterre à lutter contre l’inflation. Ils ont l’inflation la plus élevée d’Europe. C’est bien au-dessus de leur objectif de 2 %. C’est un nombre à deux chiffres. C’est au-dessus des 10 %.

Bailey a même déclaré qu’il s’était engagé à faire baisser l’inflation quel qu’en soit le prix et a déclaré qu’il était prêt à endurer une certaine souffrance économique et financière, tout comme Jerome Powell.

Eh bien, c’était du bluff parce que nous avons eu mal pendant la nuit et Bailey s’est retracté très humblement. Et au lieu d’un resserrement quantitatif, ils reviennent à un assouplissement quantitatif. Les hausses de taux sont probablement suspendues de façon permanente parce que la Banque d’Angleterre a refusé de laisser se dérouler une crise potentielle en raison de la hausse des taux d’intérêt.

La crise s’est manifestée dans le système de retraite britannique avec la chute des prix des obligations. CNBC a très bien résumé le problème.

Afin de compléter le collatéral de ces obligations, certains fonds ont dû lever des liquidités. Mais en raison de la rapidité de cette crise, de nombreux fonds ont été pris au dépourvu et ont été contraints de liquider leurs prochains actifs les plus liquides, les obligations à long terme ou les obligations classiques, ce qui a fait chuter encore plus les prix des obligations.

Afin de stabiliser les prix des obligations, la « BoE » est intervenue pour acheter des obligations à long terme, créant une demande artificielle et soutenant les prix.

Ce problème de retraite n’est pas exclusif au Royaume-Uni. Les systèmes de retraite du monde entier sont confrontés au même problème, y compris aux États-Unis.

Lorsque les taux d’intérêt tombent à zéro, les avoirs obligataires des fonds de pension ne génèrent pas autant de revenus d’intérêts. Les pensions ont besoin de ce revenu pour payer les prestations. Ainsi, afin d’augmenter leurs revenus, les fonds de pension empruntent de l’argent à des taux d’intérêt bas pour acheter de nouvelles obligations à long terme en utilisant les obligations existantes comme garantie. Ils compensent la baisse des rendements en détenant davantage d’obligations.

Mais lorsque les taux d’intérêt augmentent, la valeur de leur portefeuille obligataire s’effondre alors même que les intérêts sur leur dette augmentent.

Tous les fonds de pension qui avaient emprunté à court terme pour acheter des obligations à long terme étaient écrasés parce que la valeur des obligations qu’ils possédaient s’effondrait et que le coût du service de la dette montait en flèche, et ils étaient dans une position où ils allaient obtenir appels de marge. Ces appels de marge allaient forcer un marché obligataire déjà en train de s’effondrer à chuter encore plus et cela aurait fait des ravages dans tout le Royaume-Uni.

En termes simples, au lieu d’augmenter les cotisations de retraite ou de réduire les prestations de retraite pour faire face à leurs insuffisances, les gestionnaires de retraite ont choisi la solution facile mais imprudente et ont emprunté encore plus de d’argent.

En plus de cela, le Premier ministre britannique nouvellement élu a récompensé les électeurs avec une importante réduction d’impôt qui a jeté encore plus d’huile sur le feu inflationniste.
La Grande-Bretagne envisageait un krach potentiel sur le marché obligataire et la Banque d’Angleterre est intervenue pour sauver la mise.

La Banque d’Angleterre s’est repliée. C’est la raison pour laquelle ils ont vacillé. Ils ont décidé de lancer un nouveau programme QE. Rappelez-vous, hier, ils se sont engagés à un resserrement quantitatif. Maintenant, ils ont dit qu’ils achèteraient tout ce qu’il faudrait. Ils se sont engagés dans un autre QE cette fois à l’infini, afin de soutenir le marché obligataire. Ils doivent maintenant imprimer des Livres Sterling pour tout acheter. Alors, au lieu de lutter contre l’inflation, qui était hier l’ennemi public numéro un – il fallait la faire baisser à tout prix – maintenant, tout d’un coup, quand on voit le coût, eh bien, oubliez ça. Nous allons maintenant créer de l’inflation.

Les banquiers centraux d’Angleterre affirment qu’il ne s’agit pas d’une décision de politique monétaire. C’était un geste pour éviter une crise. Mais comme l’a dit Peter, il s’agit très certainement d’une décision de politique monétaire.

C’est la seule politique qu’ils font — la politique monétaire. Décider de lancer le QE, c’est de la politique monétaire. Je me fiche de ce que vous voulez faire semblant. C’est ce que c’est.
La BoE a également déclaré qu’elle souhaitait simplement maintenir un marché ordonné.

Eh bien, vous ne pouvez pas lutter contre l’inflation et maintenir un marché ordonné parce que les marchés ont été soutenus par l’inflation. Donc, si vous voulez lutter contre l’inflation, vous feriez mieux de vous préparer à un marché désordonné. Et jusqu’à hier, la Banque d’Angleterre bluffait. Mais maintenant que leur bluff a marché pendant un moment, ils ont dû montrer leurs cartes, et ils ne détiennent rien. Et donc, l’inflation a gagné.

Vous pourriez penser que cela n’a rien à voir avec vous si vous lisez ceci aux États-Unis. Le problème, c’est que la Réserve fédérale bluffe aussi. Ce n’est qu’une question de temps avant que leur bluff se révèle enfin.

Est-ce que la Réserve Fédérale, confrontée à la même situation, fera-t-elle un choix différent de la Banque d’Angleterre ? La Réserve fédérale est-elle plus intègre ? Ces types sont-ils prêts à permettre une crise financière ? Parce que la même chose va se passer en Amérique. Nous avons toutes sortes de leviers sur nos marchés. Nous avons une plus grosse bulle d’endettement que les Britanniques. C’est juste que le jour du jugement pour nous ne viendra pas aussi tôt qu’il l’a fait pour eux parce que le dollar monte.

Lorsque ce jour du jugement viendra, Peter a déclaré qu’il s’attend à ce que Jerome Powell prenne la même décision qu’Andrew Bailey.

Je me fiche de savoir à quel point il veut aboyer à propos de tous ses efforts qu’il a mis en place pour lutter contre l’inflation. À la fin de la journée, il n’aura rien fait. La Fed est un tigre de papier et elle s’effondrera aussi rapidement que la Banque d’Angleterre lorsqu’elle sera confrontée à une crise similaire.

Source: zerohedge

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2022 1 03 /10 /octobre /2022 17:23

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2022 1 03 /10 /octobre /2022 17:06

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2022 1 03 /10 /octobre /2022 17:03

https://s2.qwant.com/thumbr/700x0/e/0/c8f854309d3cb0d5e038cbc4c59d0d08109cb1dbdcc8766e22af7d1fb7d332/eyes+wide+shut+2.JPG?u=https%3A%2F%2F1.bp.blogspot.com%2F-WYaiSFKaDN0%2FXoYFehNQUKI%2FAAAAAAAAtkw%2FpLneVZ6bOTEmSffCAvLg_kJMc6pkU1bsgCLcBGAsYHQ%2Fs1600%2Feyes%2Bwide%2Bshut%2B2.JPG&q=0&b=1&p=0&a=0

 

Les adeptes des Forces des Ténèbres ont pignons sur rue aux USA agissent a tous les niveaux sans complexe comme vous le verrez dans la seconde vidéo ! (juste pour infos)

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2022 1 03 /10 /octobre /2022 16:54

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2022 1 03 /10 /octobre /2022 16:28
Un éventail de théories fumeuses élitistes de surhommes superintelligents en petit nombre évidemment face à une masse de superconnards (ç'est nous!!!) et en prime les théoriciens, et leur préchi-précha eugèniste mais très dangereux !
_________________________________

 

https://www.bedetheque.com/media/Couvertures/Couv_32335.jpg

 

 

Larry Fink (BlackRock) et membre du Conseil d'Administration du Forum économique Mondial : « Le populisme alimente l’#inflation »
 
 
 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2022 1 03 /10 /octobre /2022 15:44

Le Crédit Suisse gére pour 1 500 milliard d'actifs, une autre banque est souvent citée la Deutsche Bank, les banques Françaises ont dévissées depuis le début de l'année d'environ 20 %.

 

On parle dans les milieux financier pour le Crédit Suisse d'un incident type Lehman Brothers responsable de la crise de 2008 celle ci gérait alors pour 639 milliards d'actifs.

 

Le problème est que le contexte est nettement différent, les risques ont été multipliés par 10 dans le système financiers, les bulles se sont multipliées et sont toutes prêtes à exploser en même temps (immobilier, actions, obligations, matières premières...) sur fond de surendettement général, des états, des particuliers, des entreprises, mais également sur l'effondrement des devises par rapport au dollar et un profil de guerre à l'horizon.

H.

A Credit Suisse, où l’histoire semble s’accélérer - Le Temps

Les cadres de Credit Suisse ont tenté ce week-end de rassurer leurs principaux clients et investisseur sur l’état des liquidités et sur les position de l’établissement Suisse, a rapporté dimanche le Financial Times.

CDS : crédit default swap (couverture de défaillance, un genre de garantie sur la défaillance du bien acheté)

Ici elle augmente sur le Crédit Suisse car le danger est de plus en plus important, donc la défaillance plus grande.

Le défaut des CDS, ç'est qu'il ne faut pas de tout s'effondre car qui garantie les garanties !!!

Et le risque de crédit de CS a atteint des sommets records ce matin, dépassant 280 points de base à un moment donné, interdisant essentiellement à la société toute activité de banque d'investissement. C'est plus élevé que le risque de crédit de la banque négocié au plus fort de la crise de Lehman...

 

_______________________________________

 

De sérieuses rumeurs circulent sur une faillite bancaire majeure

 

_____________________________________

 

François Asselineau: « ALERTE ROUGE SUR LE SYSTÈME FINANCIER MONDIAL ! Crédit Suisse, 51000 salariés, N°2 des banques Suisses, est au bord de la faillite. En 15 ans, son action a perdu 96% de sa valeur. Il fait partie des 9 « Bulge Bracket » essentielles à la stabilité du système financier mondial. »

L'action CS est en baisse de plus de 5% dans les échanges avant commercialisation (ADR) pour atteindre un nouveau record ...

 

 

 

 

________________________________________________

 

Les parallèles entre 2008 et 2022 ne cessent de se renforcer. Il y a 14 ans, l’effondrement de Lehman Brothers a provoqué une énorme vague de panique sur les marchés financiers mondiaux et est largement considéré comme l’événement clé qui nous a plongés dans une horrible crise financière dont nous parlons encore aujourd’hui. Eh bien, maintenant, une banque encore plus importante semble être au bord de l’effondrement, et les analystes du monde entier sont profondément préoccupés par ce que cela signifiera pour le système financier mondial en cas de défaillance.

À l’heure actuelle, le « Crédit Suisse » est l’une des banques les plus importantes du monde entier. Si vous n’êtes pas familier avec le « Crédit Suisse », voici quelques bonnes informations de fond provenant de Wikipedia

La « Crédit Suisse Group AG » est une banque d’investissement et une société de services financiers mondiale fondée et basée en Suisse. Basée à Zurich, elle possède des bureaux dans tous les principaux centres financiers du monde et est l’une des neuf banques mondiales « Bulge Bracket » fournissant des services dans les domaines de la banque d’investissement, de la banque privée, de la gestion d’actifs et des services partagés. Cette banque est connue pour sa stricte confidentialité bancaire et son secret bancaire. Le Conseil de stabilité financière la considère comme une banque d’importance systémique mondiale. Le « Crédit Suisse » est également le négociant principal et a le rôle de véritable contrepartie dans les transactions Forex de la FED.

Le « Crédit Suisse » est véritablement l’une des plaques tournantes centrales de l’ensemble du système bancaire international.

Si cette banque faisait faillite, les effets d’entraînement se feraient sentir très profondément dans littéralement toutes les nations de la planète.

Malheureusement, on rapporte que le « Crédit Suisse » pourrait être « au bord de l’effondrement » et on nous prévient que cette banque internationale s’effondre, cela pourrait provoquer « un choc similaire à celui causé par la faillite de la banque américaine Lehman Brothers en septembre 2008 ”…

Les spéculations autour de l’avenir du géant bancaire suisse vont bon train depuis plusieurs mois sur les marchés, dans les milieux économiques et politiques, ainsi que sur les réseaux sociaux.

La deuxième banque suisse et l’une des plus grandes banques du monde est en grande difficulté et se bat actuellement pour sa survie. Une issue négative risque de provoquer un choc similaire à celui provoqué par la faillite de la banque américaine Lehman Brothers en septembre 2008. Cet événement a déclenché l’une des plus graves crises financières et économiques depuis la Grande Dépression.

Lorsque la banque « Lehman Brothers » s’est effondré en 2008, il avait 639 milliards de dollars d’actifs.

Fin 2022, le « Crédit Suisse » compte actuellement 1 500 milliards de dollars d’actifs sous gestion.

L’effondrement du « Crédit Suisse » créerait une vague de panique qui ne ressemblerait à rien de ce que nous avons vu depuis la dernière crise financière.

Mais le nouveau PDG Ulrich Koerner insiste sur le fait que tout va bien

Il y a eu beaucoup de mouvement autour du « Crédit Suisse » au cours du week-end. Vendredi, le PDG Ulrich Koerner a envoyé une note disant que la banque avait une « base de capital et une position de liquidité solides », tandis que les cadres supérieurs ont passé leur week-end à faire de leur mieux pour rassurer les grands clients, contreparties et investisseurs, selon le « Financial Times ».

Le message du PDG a également noté que la banque se trouvait à un « moment critique » alors qu’elle se prépare à une restructuration, dont les détails seront révélés le 27 octobre. On s’attend à ce que quelque 5 000 emplois soient supprimés, avec des actifs vendus. Certains analystes disent que ce ne sera pas suffisant, cependant. Selon un rapport de Bloomberg, le « Crédit Suisse » aurait besoin de 4 milliards de dollars supplémentaires, même après la vente d’actifs, pour financer la restructuration, une augmentation de capital étant présentée comme l’option la plus probable.

Les marchés croient-ils ce que Koerner essaie de leur faire croire ?

Non.

Les crédit default swaps du « Crédit Suisse » ne cessent d’aller dans la mauvaise direction, ce qui signifie que les investisseurs commencent à devenir vraiment, vraiment nerveux…

Les Crédit Default Swaps, ou CDS, du « Crédit Suisse », un instrument dérivé qui permet à un investisseur d’échanger son risque de crédit avec un autre investisseur, ont bondi vendredi, reflétant la perception du marché d’un risque croissant. Il se rapproche désormais des sommets atteints lors de la crise financière de 2008, qui avait vu la banque d’investissement américaine Lehman Brothers faire faillite.

À ce stade, presque tout le monde se rend bien compte que ça sent le roussi !

Et il ne faudra certainement pas grand-chose pour déclencher une hystérie généralisée.

C’est une période si inquiétante pour l’Europe. L’UE se dirige vers la pire crise énergétique qu’elle n’ait jamais connue, le marché obligataire commence à devenir fou, et maintenant des institutions financières géantes telles que le « Crédit Suisse » sont fortement ébranlées.

Martin Armstrong a récemment été interviewé par Greg Hunter, et il a déclaré avec audace qu’une « crise bancaire va commencer en Europe« …

Alors, l’Europe pourrait-elle aspirer le reste du monde dans le chaos ? Armstrong dit : « Oh, absolument. L’Europe est le véritable problème. . .La crise bancaire commencera en Europe. . .La dette s’effondre. Ils n’ont aucun moyen de subvenir à leurs besoins. Là-bas, le marché de la dette mine la stabilité de toutes les banques. Vous devez comprendre que les réserves sont liées à la dette publique, et c’est là que le naufrage va se déclencher. Oui, le marché boursier (américain) baissera à court terme. Nous ne sommes pas confrontés à un événement de 1929 ou à une chute de 90% ici. . .Les Européens, probablement d’ici janvier 2023, alors que cette crise en Ukraine s’intensifie, n’importe qui avec un demi-cerveau va prendre tout l’argent qu’il a et le faire venir ici.

Je ne suis pas aussi optimiste quant aux marchés financiers américains qu’Armstrong semble l’être.

Oui, l’Europe est actuellement en plus mauvais état, mais les choses commencent à se dégrader assez rapidement chez nous aussi.

En fait, nous venons d’assister au pire mois pour les actions américaines depuis les tout premiers jours de la pandémie

Septembre a été un mois horrible pour les actions. Le « Dow Jones » a chuté de près de 9 %, sa pire baisse mensuelle depuis mars 2020, lorsque les confinements liés à la pandémie ont commencé aux États-Unis. L’indice a également terminé vendredi profondément dans le rouge.

Dans l’ensemble, c’est la toute première fois que le « Dow Jones Industrial Average » est en baisse pendant trois trimestres consécutifs depuis 2015.

Et c’est la toute première fois que le S&P 500 et le Nasdaq sont en baisse pendant trois trimestres consécutifs depuis 2009.

Beaucoup de gens semblent encore penser que les choses vont « revenir à la normale » très bientôt, et malheureusement, toutes ces personnes se trompent.

La vérité est que nous sommes juste au bord du précipice du genre d’effondrement historique dont je vous parle depuis des années maintenant.

Nos dirigeants ont longtemps fait avec, mais maintenant ils ne savent plus quoi faire.

Il fallait bien que cela arrive un jour tout particulièrement en Europe, mais bientôt je vous l’affirme à nouveau, ce krach financier mondial nous atteindra directement aussi.

Alors accrochez vos ceintures de sécurité, car nous allons vivre une véritable cascade d’imprévus !

Source: theeconomiccollapseblog

 

Les actions du Credit Suisse ont atteint un niveau record et le CDS a atteint un niveau record après l'échec de la lettre du PDG

 

COTE USA : Dollar, dette, fonds de pensions :

 

 

 
 

 

Les fonds de pension américains pourraient faire face à leur propre "moment Lehman"

 

 

Partager cet article
Repost0

Pages