Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

21 octobre 2022 5 21 /10 /octobre /2022 17:52

Ce magistrat de Dijon, qui en première instance avait pris 2 ans de prison dont un ferme pour avoir proposé sur le net sa fille de 13 ans pour des relations sexuelles voit sa peine allégée par la cour d’appel de Besançon Olivier Bailly ne fera finalement que du sursis. Normal?

https://twitter.com/karlitozero/status/1577356852891119617?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1577356852891119617%7Ctwgr%5E96b3c387762b5c62781c9b94c438903ff3025a2a%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=http%3A%2F%2Fechelledejacob.blogspot.com%2F

 

Un monde de pédos ! Je ne cesserai de vous le dire !! 11% des sites pédophiles mondials sont hébergés en FRANCE !!!!! Mais le gouvernement de Macron ne les ennuient pas ! (RT News oui !!!) 80% des plaintes sont classés sans suite. La pédopornographie c'est 400 milliards de bénéfices par an dans le monde. (le traffic de drogue c'est ....320 milliards par ans !!) Alors Macron et Darmanin ??? ALLO ????????????

https://t.me/trottasilvano/27498

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2022 5 21 /10 /octobre /2022 17:44
-
 
 
 
 
Levothyrox: "La mise en examen du laboratoire Merck n’est qu’un début" Me Colin-Chauley
Auteur(s)
Xavier Azalbert, pour FranceSoir
 
merck
"J’attends d’autres mises en cause."
FS/AFP
 

ENTRETIEN - Ce 18 octobre, le laboratoire Merck a été mis en examen pour tromperie aggravée dans l'affaire du changement de formule du médicament Lévothyrox. Victime en 2017 de lourds effets indésirables suite à la prise de ce médicament contre les troubles de la thyroïde, Me Anne-Catherine Colin-Chauley, avocate au barreau d'Ajaccio et présidente de l’association mouginoise Alerte Thyroïde, est la première personne à avoir porté plainte contre la société. Elle répond à nos questions :

FranceSoir : Pourriez-vous rappeler les contours de l'affaire du Lévothyrox ?

MCC : En mars 2017, le laboratoire Merck a adopté une nouvelle formule du Lévothyrox (nouveaux excipients avec le remplacement du lactose par de l’acide citrique et du mannitol) pour soi-disant rendre le médicament plus stable. Ils l'ont fait sans avertir les patients, qui ont été nombreux à subir des effets secondaires. En 2020, le laboratoire a été condamné par la Cour d'appel de Lyon à indemniser plus de 3 300 victimes du Levothyrox. En mars, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi du laboratoire, confirmant cette condamnation.

FS : Comment vous êtes-vous personnellement impliquée dans cette affaire en tant que patiente et avocate ?

MCC : Les utilisateurs de ce médicament (nouvelle formule), dont j'ai fait partie, ont pour beaucoup d'entre eux rapidement ressenti des effets indésirables : grande fatigue, vertiges, douleurs articulaires, maux de tête, gastriques et brûlures dans la bouche. Pour certains malades, leur taux de TSH (hormone de stimulation de la thyroïde) était totalement déréglé. Pour d’autres, si leur taux était normal, ils avaient des symptômes. Des médecins, vraiment perdus, ont donc interrogé l’ANSM, qui a prétendu qu’il « suffisait juste d’adapter le dosage et que c’était dans la tête des patients ». Pourtant, même en modifiant le dosage, les symptômes persistaient.

Pour ma part, ayant subi une ablation totale de la thyroïde, je ne pouvais me passer de ce médicament. Mon mari médecin a essayé trois fois de réadapter le dosage : sans résultat. J’ai donc décidé de porter plainte contre le laboratoire Merck (une première).

FS : Aujourd'hui, vous êtes présidente de l'association Alerte Thyroide. Combien de victimes des effets indésirables de ce médicament avez-vous recensé ?

MCC : Devant la multitude d’appels téléphoniques, j’ai décidé de monter l’association Alerte thyroïde pour informer les gens qu’ils n’étaient pas seuls. Je me suis déplacée dans toute la France pour donner des conférences et monter des délégations. Par la suite, des victimes ont voulu, comme moi, porter plainte. Je les ai aidées dans leur démarche judiciaire. De fil en aiguille, je me suis retrouvée à déposer des paquets de 200 dossiers auprès du parquet. À ce jour, l'association compte plus de 1 500 membres.

FS : Seul le laboratoire a été mise en examen. Quel rôle a joué l'ANSM dans cette affaire ?

MCC : Le Dr Pigement, vice-président de l’ANSM, fut le seul à demander de pratiquer de nouveaux examens du médicament. Il n’a pas été écouté et a donc démissionné.

J’ai sollicité la juge d’instruction pour demander une confrontation entre le Dr Pigement et M. Martin, ex-directeur de l'ANSM. À ce jour, je n’ai pas encore obtenu satisfaction. Cependant, je ne désespère pas de mettre l'ANSM devant ses responsabilités.

FS : Attendez-vous d'autres mises en examen ?

MCC : J’attends effectivement d’autres mises en cause, notamment contre ceux qui ont suggéré ce changement. En outre, je soulève d’éventuels conflits d’intérêts. Il m’a en effet semblé suspect d’invoquer le changement de formule au motif d’un problème de stabilité. Alors que l’ancienne formule avait une durée 3 ans, la nouvelle n’avait qu’une durée de 2 ans.

FS : Les victimes vont-elles se satisfaire de cette mise en examen ?

MCC : J’ai d’autres recours ainsi que d’autres demandes à solliciter auprès de la juge d’instruction. Maintenant, nous avons un interlocuteur en face de nous.

Parmi les adhérents de l’association, il y a plusieurs décès à déplorer, notamment une jeune fille de 22 ans. S'il est vrai qu’il n’est pas facile de démontrer le lien de causalité, cependant, les rapports d’expertises sont tout de mêmes accablants.

Je sollicite également le prolongement de l’importation de l’ancienne formule, particulièrement celle destinée à la Russie au-delà de la fin de l’année 2022, et un retour définitif de notre médicament par le transfert de la licence obligatoire à un laboratoire concurrent.

L’Espagne a par ailleurs le même problème et nous avons donc installé une délégation de l’association près de Burgos afin d’informer les Espagnols.

Par ailleurs, nous sommes en train de montrer que le laboratoire Merck a décidé d’imposer sa nouvelle formule sur toute l’Europe.  En conséquence, j’ai attaqué le brevet de la nouvelle formule : on est désormais devant la Cour

 

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2022 5 21 /10 /octobre /2022 17:41

Christine Anderson, députée, alerte sur la commission d'enquête UE Pfizer

 
 
 
Auteur(s)
 
Christian Perronne, au Parlement européen.
Christian Perronne, au Parlement européen.
F. Froger / Z9, pour FranceSoir
 

Ce mercredi 19 octobre, à l'invitation de plusieurs députés européens, dont Virginie Joron, le Pr Christian Perronne, médecin et infectiologue, ancien chef de service de l’hôpital de Garches, a été reçu au Parlement européen de Strasbourg pour donner une conférence sur la politique vaccinale de l'Union européenne et sa gestion de la crise sanitaire. Nous les avons rencontrés sur le plateau du Parlement en amont de la conférence du médecin, disponible en intégralité sur la chaîne YouTube de Mme Joron.

 

Après notre entretien, à son arrivée dans la salle de conférence du Parlement, le Pr Perronne a été accueilli par une ovation d'un auditoire composé de 200 personnes, comprenant notamment des députés européens issus de tous les bords politiques. Le médecin, Benoît Ochs, était aussi présent, ainsi que l’ancienne députée, Martine Wonner.

Au pupitre, le Pr Christian Perronne était entouré des députés européens Yvan Sincic, Virginie Joron, Christine Anderson, ou encore le Hollandais, Rob Roos. Ce dernier s'est dernièrement illustré dans une vidéo, diffusée sur Twitter et cumulant plus de 15 millions de vues, dans laquelle il revient sur la réponse de la porte-parole de la société Pfizer qui a avoué que le vaccin anti-Covid n’avait pas été « testé sur sa capacité à empêcher la transmission du virus ».

Dans cette conférence, le Pr Perronne revient sur plus de deux années de crises sanitaires et politique. Retrouvez un résumé des passages les plus marquants de son intervention ci-dessous. 

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2022 5 21 /10 /octobre /2022 17:29

argent gagner argent ecom french touch business en ligne | Argent ...

Source : France-soir

ENQUÊTE DE TERRAIN - Des milliards que les grandes multinationales de la charité collectent, la traçabilité en est souvent compromise du fait du statut d’organisation philanthropique. Les exonérations fiscales les mettent à l'abri des regards inquisiteurs, même si elles lèvent parfois plus de fonds que le chiffre d'affaires de grandes multinationales de l'industrie. Aux États-Unis, cette réglementation fiscale est connue comme l'acte 501. En République Démocratique du Congo (RDC), le statut d’ONG, et l’exonération fiscale qui l’accompagne, est octroyé par le ministre des Finances et validé par le ministre du Plan. L'ONG peut alors agir dans le cadre d'un arrêté ministériel lui octroyant des prérogatives encore plus amples que celles d’un diplomate. Ce modèle peut s’extrapoler à presque toutes les nations aux métriques similaires à celles de la RDC. Une fois l’arrêté ministériel signé, le droit de regard, ne s’exercera dans les faits jamais.

Il est deux axes pour lesquels les "charities" se lâchent : la communication et le marketing portant sur la création de nouvelles stratégies de recueil de dons. Ce n'est pas pour rien que les cadres de ces grandes ONG sortent des meilleures écoles de commerce et non pas des sciences dures ou des sciences humaines. En termes de communication, leur diffusion est forcément celle des titres de plus grande audience. Un article publié sur France 24 constitue l’exemple typique d’une communication aux antipodes de la réalité. Le texte porte sur une des plus grandes réserves du monde (13 000 km²), la Réserve de la Faune des Okapis (RFO), dans la province d’Ituri, au Nord-est de la République Démocratique du Congo (RDC), incidemment une des régions les plus riches en ressources minières du globe. L’article naturellement se termine en faisant appel aux dons, dont la structure bénéficiaire n'est pas citée. RFO est un nom générique, non pas celui d’une entité juridique.

Pour ponctuer son propos, l’article de France 24 fait allusion à une mystérieuse organisation de représentants de la société civile « l'Alerte congolaise pour l'environnement et les droits de l'Homme" (ACEDH) ». Il se trouve que la RFO a été confiée, il y a de cela trente ans, à la fondation américaine Wildlife Conservation Society (WCS), jamais nommée dans l’article, laquelle travaille en étroite association avec USAID. Son compound se trouve dans le village d’Epulu, où nous nous trouvions justement, en personne, il y a trois semaines. Si l’ACEDH est totalement absente du terrain, ce qui y abonde, en revanche, ce sont les manquements graves aux droits de l’homme, les vexations aux populations autochtones, la faim des enfants, la typhoïde et la malaria endémiques, toutes conséquences de la paupérisation à marche forcée des familles, sous le gouvernorat de facto de la WCS. Maladies qui peuvent facilement se prévenir et se traiter en 2022. Pas d’antipaludéens, pas d’antibiotiques distribués.

La grogne s’organise. En échange des sacrifices pour protéger le « poumon du monde », les populations ne reçoivent rien. La dépigmentation des cheveux des enfants est un des signes de la sous-alimentation. Impossible de l’ignorer. Les populations ne disposent pas de groupes électrogènes, et si elles en disposent, il s’exerce sur une fourchette horaire très courte. Il n’y a pas de cabinet médical. En trente ans, WCS n’a pas cru bon de créer sur les dizaines de milliards de dollars recueillis par an, un hôpital en dur. Pas même de campagne. Pas d’infrastructure d’eau potable, aucune possibilité de développement économique. La maigre tentative de survivre au travers de l’orpaillage artisanal est souvent criminalisée et de fait sujet à la fréquentation, souvent mortelle, des groupes rebelles qui infestent la province. 

Comme si cela ne suffisait pas, le comportement néocolonial de WCS a conduit à bannir la circulation sur le territoire qu'elle « gouverne » d’ONG telles qu’Action contre la faim (ACF), dont le représentant à Mombasa, à 75 km d’Epulu, est considéré persona non grata par les représentants de WCS.

Le mot d’ordre est : ne pas aider les communautés. Certes, sur la page WordPress de l’ACHDH, il est question d’identité de genre et d'environnement, mais ce ne sont pas des priorités dans le tissu sociétal et économique de la province. Celui qui serait prêt à interagir avec les communautés, sur des vrais sujets (la situation des enfants, du travail, de la santé) sera sanctionné d'une mesure de confinement au compound. L’auteur de cet article en a fait l'expérience. C’est un monde complètement fermé, avec des règles relevant d’une forme d’extraterritorialité, où tout peut arriver.

La société civile d’Epulu se trouve prise en tenaille entre, d’une part, une fondation américaine, avec un agenda dicté par des donateurs extrêmement politisés, à 80% composé de votants du Parti démocrate et, d’autre part, la métastase de milices paramilitaires, essentiellement Maï Maï. Deux mondes aux antipodes, tout aussi néfastes l’un comme l’autre. La WCS s’est vu retirer en octobre 2020, sous la présidence de Donald Trump, un don de 12 milliards de dollars, tout comme la World Wild Fundation (WWF) du fait des accusations de violations de droits de l’homme, en Asie et en Afrique. Violences perpétrées contre des « braconniers », soit des personnes vivant depuis des millénaires de la chasse. La maltraitance et les traitements dégradants ont, depuis, repris de plus belle, du moins selon les témoignages que nous avons pu recueillir.

Le plus étrange dans tout cela, c'est que ce fanatisme ne se traduit pas en investissement dans ce qui serait leur raison d’être. Nous avons pu constater qu’il n’a été procédé à aucun investissement en matière de conservation. Des milliards collectés par WCS, 13 milliards dans ce qui va de l’année 2022, pas un laboratoire pour enregistrer la biodiversité, pas un spécialiste de la déforestation, pas un botaniste, pas un biologiste, pas un éthologue. Pas un médecin, ne serait que pour la petite équipe d’expatriés composée de moins d’une dizaine de personnes. Il ne pourrait y avoir de recherche scientifique, car il n’y a pas même une base vie. Pas davantage de groupe électrogène, ne serait-ce que pour assurer les communications et la conservation des aliments.

Le turnover de rapatriement médical est d’ailleurs totalement anormal pour un personnel pourtant aguerri aux situations les plus extrêmes. Fièvre typhoïde, méningite, vers de Cayor, la petite compagnie d’aviation, la MAF, seule compagnie autorisée à pénétrer le « territoire de la WCS » est habituée à ramener les épaves du compound. À noter que la fondation se garde bien de faire travailler des Américains dans un tel environnement. Des Européens, Français ou assimilés et des Britanniques, forment l’essentiel des ressources humaines. Le contrat curieusement est établi pour tous à partir de Kigali, Rwanda, malgré le climat de guerre larvée entre les deux nations.

Si la MAF est une compagnie au-dessus de tout soupçon, une autre compagnie intrigue une source de renseignement de Goma du fait de ces atterrissages vers des pistes de brousse, infestées de groupes rebelles. Information que nous n’avons pas pu recouper au moment de la clôture de cette édition. Il est vrai que l’article 39 de la Loi sur les ONG en RDC prévoit « l’exonération de droits sur l’importation des biens et équipement liés à leur mission [les ONG] », mais aussi « le Droit d’utilisation d’équipement et de fréquences-radios et nec plus ultra, l’application de procédures simplifiées à l’Office Congolais de Contrôle. »

Une autre surprise réserve le séjour dans la réserve d’Okapis. Personne n’y a jamais vu un okapi. Les seuls okapis aperçus, sont ceux qui ont été placés en captivité, de sorte qu’ils n’ont pu déguerpir face à la razzia du chef milicien Maï Maï, alias « Morgan », en 2012. Aujourd'hui, pour le besoin de sa communication, la direction du site envisage de faire venir des Okapis prélevés de zoos du monde, pour les placer de nouveau en captivité.

Ce qui intéresse WCS, sa vraie obsession, se trouve à moins de 200 km à l'est. La mine d'or de Muchacha attribuée au Chinois de Kimia Mining Investment SARL, placée sous concession d’un citoyen chinois, Lin Hao. On impute aux Chinois des relations avec les groupes rebelles, mais aussi des relations probablement trop bonnes que pour être honnêtes avec des membres de Forces Armées de la DRC (FADRC). L’usage de machines de drainage interdite par la convention internationale en matière d’exploitation des carrières d’or et, in fine, le rejet du mercure dans la rivière Epulu, visible à l’œil nu, forment un grave cahier de doléances, même si leur standard en matière de traitement du personnel s’est amélioré au fil du temps et est aujourd’hui supérieur à celui de WCS.  

Mais là n’est pas la vraie préoccupation de la WCS. D’ailleurs, la fondation n’a jamais cherché à évaluer la qualité de l’eau. Son problème est que ce soient des Chinois qui y soient et non pas des Anglo-saxons. Le communiqué de la mystérieuse organisation de représentants de la « société civile », que personne n’a jamais vu à Epulu, appelle, d’ailleurs "le gouvernement de la RD Congo à révoquer la concession minière accordée à une société chinoise ».

Face à ce tableau, la question qui se pose est la suivante : mais que font-ils de l’argent recueilli au cours de ces grandes messes où giclent les chèques à huit zéros ? L’autre interrogation, non moins importante, les donateurs sont-ils au courant de la situation sur le terrain ? Selon Barrett N. Prinz, associé général du Conseil de la WCS, oui, ils sont au courant. Il nous l’a affirmé. Il ne s’agit donc pas forcément d’une forme de détournement de fonds, mais peut-être de blanchiment d’argent, voire d’usage de la fondation comme véhicule, pour un projet qui n’est pas celui qui figure dans son cahier de charges officiel.

La question de l’opacité des NGO excède le champ de la conservation. C’est un paradigme applicable à beaucoup de multinationales de la bienfaisance. Goma est traversé de jeeps blanches arborant les sigles des plus grandes ONG du monde, celles qui lèvent les fonds les plus spectaculaires, ce depuis des décennies sans que personne ne s’émeuve de savoir ce que devient cet argent. Les habitants de la capitale du Nord Kivu, sont habitués au défilé de ces véhicules transportant souvent des expatriés. Goma est au business de la charité ce que l’Avenue Montaigne est au luxe, la vitrine nécessaire pour vendre. En l’occurrence, la transaction porte sur la vente d’une bonne intention, comme une indulgence. Mais le don va et reste à l’entité. Car ceux que les ONG ont conceptualisé comme « bénéficiaires », ne voient que rarement la couleur de l’argent.  

La terrasse du Serena, un cinq étoiles avec vue époustouflante sur le lac Kivu, réunit tous les matins les directeurs régionaux des grandes antennes de la charité professionnelle. Leur dégaine est de celle qui apparente faire preuve de pauvreté et véganisme, mais dans les conversations, les sujets tournent sur les stratégies de sensibilisation pour mieux lever des fonds, et non pas les opérations en accord avec la mission affichée. Celle pour laquelle ils ont obtenu l’autorisation d’opérer.

Les jeeps de l’ONG "Save the Children" sillonnent Goma au milieu de meutes d’enfants en situation de détresse multiple. Entre ces petits « bénéficiaires » aucun ne peut témoigner d’une action concrète qui aurait changé un tant soit peu sa vie, ne serait-ce que d’un acte de générosité personnel, d’un de ces professionnels de la charité. Il est vrai que ces coopérants semblent craindre la rue et descendent très peu de leur 4X4. 

Les autorités congolaises ont développé une forme d’insensibilité sous l’effet de l’habitude à la surreprésentation d’ONG. Toutefois, l’utilisation de la marque pays, associée à la pauvreté structurelle, commence à générer certains prurits. Se promener dans ces jeeps soulève parfois une hostilité inquiétante. La carence d’impact sur le terrain pourrait amener à exiger davantage de contrôle sur le rôle de ces entités, sur les facilités fiscales qui leur sont accordées et sur le cadre légal dans lequel elles opèrent.

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2022 5 21 /10 /octobre /2022 17:24

La crainte d'un soulèvement social commence à se faire jour !

 

"Il sera possible d'identifier rapidement les opposants à la Macronie pour les neutraliser !"
 
 
 
 

La Première ministre,

Vu le code des postes et des communications électroniques, notamment ses articles L. 34-1 (III) et R. 10-13 ;

Vu la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, notamment son article 6 (II) ;

Vu le décret n° 2021-1362 du 20 octobre 2021 relatif à la conservation des données permettant d’identifier toute personne ayant contribué à la création d’un contenu mis en ligne, pris en application du II de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique ;

Vu la menace grave et actuelle contre la sécurité nationale,

Décrète :

Article 1

Aux fins de la sauvegarde de la sécurité nationale, il est enjoint aux opérateurs de communications électroniques ainsi qu’aux personnes mentionnées aux 1 et 2 du I de l’article 6 de la loi du 21 juin 2004 susvisée de conserver, pour une durée d’un an, les données de trafic et de localisation respectivement énumérées au V de l’article R. 10-13 du code des postes et des communications électroniques et à l’article 6 du décret du 20 octobre 2021 susvisé.

Article 2

Le présent décret sera publié au Journal officiel de la République française et entrera en vigueur le 21 octobre 2022.

Fait le 17 octobre 2022.

Élisabeth Borne

Source : Journal Officiel

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2022 5 21 /10 /octobre /2022 17:04

Comment se protéger des vampires énergétiques - PREUVES DU PARANORMAL

Fausse pandémie, injections empoisonnées, crise bancaire, guerre mondiale, pénuries, esclavage numérique..., nous vivons une période pré-apocalyptique propice aux bouleversements et à d’étonnantes révélations. Le terme apocalypse signifie " révélation de la nature véritable des êtres et des choses ". Ce qui était alors caché se dévoile.
"L’apocalypse de Jean, écrit Alain Daniélou, présente une vision analogue à celle des Purânas dont la tradition n’était certainement pas inconnue de son temps puisque c’est seulement en 304 de notre ère que saint Grégoire fit détruire, entre autres, les deux temples hindous construits en Arménie sous le règne d’un monarque Arsacide, en 149 et 127 avant J.-C."

Qui sont les véritables maîtres du monde ? Ce secret, longtemps jalousement gardé, est désormais entrevu par les personnes qui se donnent la peine de sortir des sentiers battus.

Des hiérarchies rétrogrades ont fait main basse sur les principales institutions politiques, scientifiques, religieuses... Le lamaïsme par exemple est sous leur contrôle depuis la création de l’institution des dalaï-lamas. Les mystiques errants du plateau tibétain, au mode de vie comparable à celui des sannayasins hindous indépendants et gyrovagues, se soumirent aux hiérarques guélougpas qui les parquèrent dans des monastères. Depuis des siècles, des milliers de moines, assujettis au cléricalisme centralisé et hiérarchisé de la secte des bonnets jaunes, se livrent à une magie collective qui n’a rien en commun avec la voie libératrice du Bouddha.

Les masques tombent durant cette période de grand chambardement cyclique. Ainsi, avant de mourir, le célèbre Carlos Castaneda révéla l'existence de redoutables prédateurs à son héritier spirituel Armando Torres.

"Carlos affirmait que les êtres humains sont les otages d’un groupe d’entités cosmiques qui se dédient à la prédation et que les sorciers appellent "les Flyers".

Il déclara que ce sujet avait été tenu secret par les anciens voyants, mais que suite à un présage, il avait décidé qu’il était temps de le révéler. Ce présage était une photographie que son ami Tony, un chrétien bouddhiste, avait prise. Sur cette photo apparaissait nettement l’image d’un être obscur et menaçant, flottant au-dessus d’une multitude de fidèles réunis sur le site des pyramides de Teotihuacan…

Lorsque j’en eus l’opportunité, je lui demandai de m’en dire un plus à propos des "Flyers", et il me raconta l’un des aspects les plus terrifiants du monde de don Juan : nous sommes prisonniers d’êtres venus des confins de l’Univers, qui nous utilisent comme nous utilisons des poulets. (Don Juan fut le premier initiateur de Carlos Castaneda au chamanisme des Naguals.)

Carlos expliqua : " La portion de l’Univers qui nous est accessible est le champ opérationnel de deux formes de conscience radicalement différentes.

Celle qui inclut les plantes, les animaux et aussi les êtres humains, est une conscience blanchâtre, jeune et génératrice d’énergie. L’autre est une conscience infiniment plus ancienne et parasite, possédant une quantité énorme de connaissance.

En plus des hommes et des autres êtres qui habitent cette Terre, il y a dans l’Univers une immense gamme d’entités inorganiques. Elles sont présentes parmi nous, et à certains moments sont visibles. Nous les appelons fantômes ou apparitions.

L’une de ces espèces, que les voyants décrivent comme d’énormes silhouettes volantes de couleur noire, arriva un jour de la profondeur du Cosmos et rencontra une oasis de conscience sur notre planète. Elles se sont spécialisées dans la "traite" des êtres humains.

- C’est incroyable ! m’exclamai-je.

- Je sais, mais c’est la plus pure et la plus terrifiante vérité ! Ne t’es-tu jamais questionné sur les hauts et les bas émotionnels énergétiques des gens ? Ce sont les prédateurs qui viennent périodiquement prélever leur quota de conscience. Ils nous laissent juste ce qu’il faut pour que nous puissions continuer à vivre, et parfois même pas ça.

- Que voulez-vous dire ? Parfois ils prennent trop et la personne tombe gravement malade, et peut même en mourir.

Je n’arrivais pas à croire ce que j’entendais.

- Voulez vous dire par là que nous sommes dévorés vivants ?

Carlos sourit.

- Bon, ils ne nous "mangent" pas littéralement, ce qu’ils font c’est un transfert vibratoire. La conscience est énergie et ils peuvent s’aligner avec nous. Puisque par nature ils sont perpétuellement affamés et que nous, en revanche, exsudons de la lumière, le résultat de cet alignement peut être décrit comme une prédation énergétique.

- Mais, pourquoi font-ils cela ?

- Parce que sur le plan cosmique, l’énergie est la devise la plus forte, nous la recherchons tous, et les humains sont une race vitale, riche en aliments. Chaque chose vivante en mange une autre et c’est toujours le plus puissant qui gagne. Qui a dit que l’homme était au sommet de la chaîne alimentaire ? Cette vision ne peut venir que d’un être humain. Pour les êtres inorganiques, nous sommes des proies.

Je commentai qu’il m’était inconcevable d’accepter que des entités, même plus conscientes que nous, parviennent à un tel degré de prédation.

- Il répliqua : Mais qu’est-ce que tu crois que tu fais quand tu manges une laitue ou un beefsteak ? Tu manges de la vie ! Ta sensibilité est hypocrite. Les prédateurs cosmiques ne sont ni plus ni moins cruels que nous. Lorsqu’une race plus forte en consomme une autre, inférieure, elle aide à ce que son énergie évolue. Je t’ai déjà dit que dans l’Univers il n’y avait que la guerre. Les confrontations entre êtres humains ne sont qu’un reflet de ce qui se passe là, dehors. Il est normal qu’une espèce cherche à en consommer une autre. Un guerrier ne se lamente pas à ce sujet, il essaie de survivre.

- Et comment nous consomment-ils ?

- Au travers de nos émotions, incessamment occasionnées par notre dialogue intérieur. Ils ont dessiné l’environnement social de telle façon que nous sommes en permanence en train de projeter des ondes d’émotions qui sont immédiatement absorbées. Ce qu’ils aiment par-dessus tout, ce sont les attaques de l’ego ; pour eux c’est une bouchée exquise. De telles émotions sont identiques en n’importe quel endroit de l’Univers où ils sont présents et ils ont appris à les métaboliser.

Certains nous consomment pour notre luxure, notre peur ou notre colère ; d’autres préfèrent les sentiments plus délicats, comme l’amour et la tendresse. Mais tous sont intéressés par la même chose. Leur voie d’attaque normale est la tête, le cœur ou le ventre, là où nous emmagasinons la plus grande partie de notre énergie.

- S’attaquent-ils aussi aux animaux ?

- Ces êtres utilisent tout ce qui est disponible, mais ils préfèrent la conscience organisée. Ils drainent les animaux et les plantes dans la partie de leur attention qui n’est pas trop fixée. Ils attaquent aussi la plupart des êtres inorganiques, sauf que ceux-ci les voient et les esquivent comme nous faisons avec les moustiques. Les seuls qui tombent totalement dans leur piège sont les être humains !

- Comment est-il possible que tout cela se passe sans que nous ne nous en rendions compte ?

- Parce que nous héritons de cet échange avec ces êtres comme s’il s’agissait d’une condition génétique, et cela nous semble naturel. Lorsque quelqu’un naît, la mère l’offre en nourriture sans même s’en rendre compte, car son esprit est lui aussi contrôlé. Baptiser l’enfant, c’est comme signer un contrat. Dès ce moment, la mère s’efforce de lui inculquer des modes de conduite acceptables ; elle l’apprivoise, réduit son côté guerrier et le convertit en une brebis docile.

Lorsqu’un enfant a suffisamment d’énergie pour rejeter cette imposition, mais pas assez pour entrer sur le chemin du guerrier, il devient un rebelle ou un délinquant. L’avantage des "Flyers" provient de la différence entre nos niveaux de conscience. Ce sont des entités très vastes et puissantes ; l’idée que nous avons d’eux est équivalente à celle qu’une fourmi peut avoir d’un être humain.

Cependant leur présence est douloureuse et peut se mesurer de différentes manières. Par exemple, lorsque nous faisons face à des attaques de rationalité ou de méfiance, ou quand nous sommes tentés de violer nos propres décisions. Les fous peuvent les détecter très facilement, trop facilement dirais-je, parce qu’ils sentent physiquement comment ces êtres se posent sur leurs épaules, générant des paranoïas. Le suicide est le sceau des "Flyers", car leur esprit est potentiellement homicide.

- Vous avez dit qu’il s’agissait d’un échange, mais que gagnons-nous d’un tel pillage ?

- En échange de notre énergie, les "Flyers" nous ont donné notre mental, nos attachements et notre ego. Pour eux, nous ne sommes pas des esclaves mais une espèce d’ouvriers salariés. Ils accordèrent ces privilèges à une race primitive et lui donnèrent la faculté de penser, laquelle nous fit évoluer. En fait ils nous ont civilisés. Sans cela, nous serions encore cachés dans des grottes ou en train de faire des nids au sommet des arbres.

Les "Flyers" nous contrôlent au travers de nos traditions et de nos coutumes. Ils sont les maîtres de la religion, les créateurs de l’Histoire. Nous écoutons leur voix à la radio et nous lisons leurs idées dans les journaux. Ils dirigent tous nos moyens d’information et nos systèmes de croyance. Leur stratégie est magnifique. Par exemple, il exista un jour un honnête homme qui parla d’amour et de liberté ; ils le transformèrent en auto-compassion et en servilité. Ils le font avec tout le monde, même avec les Naguals. C’est pour cette raison que le travail d’un sorcier est solitaire.

Durant des millénaires, les "Flyers" ont concocté des plans pour nous collectiviser. Il y eut une époque où ils furent tellement effrontés qu’ils étaient même vus en public, et les gens en firent des représentations de pierre. Ces temps étaient obscurs, ils pullulaient partout. Mais à présent leur stratégie est devenue tellement subtile que nous ne savons même plus qu’ils existent.

Dans le passé, ils nous tenaient par notre crédulité, aujourd’hui ils y parviennent par le matérialisme. Ils sont responsables de l’ambition de l’homme moderne à ne plus penser par lui-même. Observe juste combien de temps une personne pourra tolérer le silence !

- Pourquoi ont-ils changé leur stratégie ?

- Parce qu’en ce moment, ils sont en train de courir un grand risque. L’humanité est en contact constamment et rapidement, et l’information peut atteindre tout le monde. Ou ils nous remplissent la tête et nous bombardent jour et nuit de tous types de suggestions, ou certains commenceront à réaliser ce qui se passe et avertiront les autres.

- Que se passerait-il si nous parvenions à repousser ces entités ?

- Nous récupérerions en une semaine toute notre vitalité et nous serions à nouveau brillants ! Mais, en tant qu’êtres humains ordinaires, nous ne pouvons envisager cette possibilité parce qu’elle impliquerait que nous allions contre tout ce qui est socialement acceptable…"
 
Source

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2022 5 21 /10 /octobre /2022 16:29

Ce n'est pas pour faire du sensationnel, vous êtes assez peu de visiteurs, et je vous remercie de votre fidélité.

 

Donc voilà, je suis allé sur le net et je vous transmet ces quelques informations étonnantes, vous pouvez si vous le voulez les corréler au dossier "abus et crimes rituels" ça a beaucoup de résonnances.

Il s'agit bien d'être alerté de pratiques de magie noire, sorcellerie, à vocation démoniaques qui sont en cours dans de nombreux pays et ou dans certains pays comme aux USA, des églises noires, telle l'église de Satan ont pignon sur rue.

 

La pratique occulte de sorcellerie noire est souvent lié par les sacrifices de pouvoir à  l'obtention de biens matériels tels que l'argent, la célébrité, l'autorité (politique, financière, matérielle, ou parfois spirituelle (dans les domaines concernés) par le biais de sacrifices animaliers ou humains et notamment de jeunes enfants, voir de nouveaux nés (lisez les articles assez bien renseignés sur le dossier "abus et crimes rituels") Pour ceux qui sont encore réticents souvenez vous de l'affaire des poisons à la Cour de Versailles sous Louis XIV, ou une partie de la noblesse était trempée dans des messes noires, ainsi que des affaires de poudres de successions ç'est à dire de poisons !

 

Ces affaires sont liées non seulement à des sacrifices, mais également des actes sexuels ; et l'on s'aperçoit comme à Versailles que l'élite n'y est pas indifférente à son plus haut niveau !

 

Merci 

Source : Maghreb-observateur.com

 

On appelle enfants zouhris, au Maroc et en Algérie, des enfants présentant un morphotype et des caractéristiques bien particuliers. En effet, ce sont souvent des enfants roux aux yeux bleus ou blonds aux yeux clairs et ils doivent présenter une ligne continue qui traverse la paume de la main. Ces enfants zouhris sont dits « Chanceux » car ils permettraient d’accomplir des miracles et en particulier de découvrir des trésors enfouis.

 

 

Ces enfants zouhris sont systématiquement recherchés et kidnappés pour être ensuite revendus aux Fkihs pour une somme allant de 1000 dirhams à 450.000 dirhams. Ils seront ensuite sacrifiés aux djinns sur l’autel de Satan dans le cadre d’un rituel censé permettre la découverte de trésors enfouis sous terre depuis des siècles. Les enfants Zouhris sont enlevés et égorgés pour faire une offrande aux djinns qui sont les gardiens des trésors. Ces djinns exigeraient une certaine quantité du sang de ces enfants pour permettre aux chercheurs de déterrer des trésors.

Ce sont des faits véridiques régulièrement jugés dans les tribunaux car ce sont bien sûr des pratiques criminelles de la sorcellerie.

La psychose s’empare maintenant de l’Algérie car dans plusieurs régions du pays ce phénomène prend des dimensions alarmantes. Les auteurs de rapts vont même plus loin encore car une fois l’enfant égorgé et son sang récupéré pour les besoins du rituel, ils vont jusqu’à extraire ses organes pour alimenter un trafic d’organes international. On est en présence, certainement, de réseaux maffieux de trafic d’organes évoluant en réseaux organisés, et pour lesquels le gain est au-dessus de toute considération humaine.

Qui sont les Fkihs Soussis ?

Selon la légende soussie, les terres, les puits et les cimetières faisaient autrefois office de « cachettes secrètes » pour la richesse de nombreuses familles car les banques n’existaient pas.

Ces personnes emportaient généralement leurs secrets dans la tombe et ces trésors disparus devenaient à jamais la propriété des Djinns.

Les Fkihs Soussis pratiquent une magie noire, très courante au Maroc, pour retrouver ces trésors. Mais pour cela ils ont besoin des enfants zouhris. Ils estiment en effet que la découverte et l’exhumation de ces trésors cachés nécessite une offrande au Djinn-gardien afin qu’il parte et abandonne le trésor. La cérémonie d’exhumation de trésors se déroule en présence de plusieurs escrocs qui viennent généralement avec un croquis indiquant la description du lieu du trésor. Les Fkihs marocains appellent l’emplacement du trésor du terme « takyéda ».

Commencent alors le rituel magique qu’ils appellent « taâzima ». C’est une sorte de pacte satanique entre le fkih et le diable. Le but est d’appeler le djinn gardien du lieu pour ensuite le chasser et avoir accès au trésor. Le rituel ce compose d’une série d’oraisons connues des seuls Fkihs Soussis. On prétend que ce sont les hébreux qui leur auraient apprises. Le djinn invoqué demande alors un enfant Zouhri en guise d’offrande. C’est à ce moment que les fkihs égorgent l’enfant sur le lieu du trésor imaginaire. La direction prise par l’écoulement du sang désigne l’emplacement exact du trésor.

Les légendes marocaines attestent de cette forme de sorcellerie. Ces « Fkihs Soussis » seraient tous originaires de la région de Souss, au Maroc. Dans les années soixante, beaucoup d’entre eux ont sillonné le sud-ouest et l’ouest de l’Algérie pour rechercher des trésors perdus. Les personnes âgées s’en souviennent encore et témoignent qu’on les appelait « ben-nas-nas ». Beaucoup de disparitions d’enfants avaient été signalées à cette époque, dont nombreux présentaient les caractéristiques des « enfants Zouhris ».

Une affaire récente de rapt d’enfant : Hamani Yacine

Le 21 septembre 2016, les services de sécurité de Tissemsilt retrouvent Hamani Yacine, âgé de 9 ans. Huit personnes ont été arrêtées dont quatre membres de la famille de l’enfant.

Hamani Yacine avait été retrouvé, 36 heures après son enlèvement, dans une zone isolée de la commune de Sidi Abed dans un état critique. Il avait subi de nombreuses blessures à l’arme blanche sur plusieurs parties de son corps et avait une hémorragie.

Le journal El Khabar indique que l’enfant vivait chez son grand-père à Tissemsilt et qu’il avait été enlevé pour organiser des rituels visant à découvrir un trésor dans la région de Sidi Abed où vivaient ses parents.

Les personnes arrêtées sont âgées entre 27 et 64 ans. On dénombre parmi elles le père de l’enfant et son oncle. Ils ont tous été inculpés pour association de malfaiteurs et tentative d’homicide avec préméditation, de kidnapping et de torture pratiquée sur un être humain.

L’enfant avait été laissé à l’abandon dans un champ et on peut réellement le qualifier d’enfant « chanceux » car il a été découvert rapidement par les services de sécurité.

Une véritable hécatombe en Algérie et au Maroc

On peut citer les assassinats de Haroun et Ibrahim à Constantine, de Sanaa à Sebdou et de tant d’autres enfants innocents, ainsi que les tentatives avortées du rapt d’enfants à Hennaya, à Azzedine (Béni Saf), à Sidi Ahmed, dans la commune de Remchi, et la liste est encore longue.

On se rappelle qu’en mai 2008, les services de la gendarmerie de Maghnia avaient mis hors d’état de nuire un réseau de trafic international d’organes dans lequel était impliqué un Marocain, S. M., âgé de 30 ans, qui a tenté d’enlever un enfant de 2 ans à Maghnia et qui avoua, lors de son audition par les enquêteurs de la Gendarmerie nationale, qu’il appartenait à un important réseau de trafic d’organes implanté à Oujda, au Maroc, où un certain Abdeljalil Amar les attendait pour transférer l’enfant dans une clinique privée.

A Bab El Assa, ville algérienne frontalière avec le Maroc, quatre enfants sont embarqués à bord d’un véhicule de type J5. Ils ont heureusement réussi à échapper à leurs ravisseurs qui se sont évaporés dans la nature. Voici les témoignages recueillis auprès des citoyens de la ville :

« Les enfants étaient certainement drogués par les malfaiteurs et devaient être conduits vers le Maroc. Profitant d’un arrêt au niveau d’une station d’essence, les enfants sont sortis du véhicule et ont pu être sauvés des mains de ces criminels qui ont pris la fuite ».

Les enfants devaient-ils être eux aussi conduits à la clinique de Oujda ? Selon D. Abdelkader, un trabendiste connu à Bab El Assa et très au fait de ce qui se passe à Oujda, « la clinique appartient à un juif, mais les enfants sont aussi enlevés pour leurs particularités physiques qu’on appelle les Zouhris que les ravisseurs vendent à des prix excessivement élevés. »

On a rapporté que plusieurs enfants de moins de six ans, portés disparus, ont été affreusement mutilés dans les régions rurales marocaines où la sorcellerie, le charlatanisme et les actes sataniques de la magie noire ont jeté l’effroi sur l’ensemble du territoire chérifien. A Adjelmous, région de Khenifra, des dizaines d’enfants ont été enlevés entre 1999 et 2003 par des adeptes de la magie noire. On a retrouvé leurs corps mutilés dans la forêt toute proche.

L’un des enfants victimes a été retrouvé, selon les témoignages, sans les yeux. Ceci corrobore la thèse selon laquelle ces enfants roux aux yeux clairs sont aussi enlevés pour leurs organes, notamment la cornée.

Suite de celle d'avant, mais avec le témoignage sur des choses suspectes à La Défense  !

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2022 3 19 /10 /octobre /2022 17:46
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2022 3 19 /10 /octobre /2022 17:40

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2022 3 19 /10 /octobre /2022 17:31

L'euro et la Livre sterling se maintiennent pour l'instant face au dollar

Ainsi que le rouble 

https://www.xe.com/fr/currencycharts/?from=RUB&to=USD

 

Mais le Franc Suisse, le Yen et le Yuan Chinois continuent de s'effondrer

 

https://www.xe.com/fr/currencycharts/?from=CHF&to=USD

 

https://www.xe.com/fr/currencycharts/?from=JPY&to=USD

 

https://www.xe.com/fr/currencycharts/?from=CNY&to=USD

Partager cet article
Repost0

Pages