Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

4 décembre 2022 7 04 /12 /décembre /2022 13:59
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2022 7 04 /12 /décembre /2022 13:53

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2022 7 04 /12 /décembre /2022 13:44

Une enquête de gendarmerie a été lancée après la découverte d’un mystérieux temple par trois adeptes d’exploration urbaine, à proximité de Lourdes (Hautes-Pyrénées). Le youtubeur Jo Urbex raconte au Parisien comment ils ont pénétré dans ce château dans lequel auraient pu avoir lieu des rites païens…

 

« En 20 ans d’exploration urbaine, je n’avais jamais vu ça », insiste Jo Urbex. Crâne, scalpels, échantillons de peau… Ce youtubeur spécialisé dans la visite de lieux abandonnés peine à réaliser l’étendue de sa découverte. Accompagné de deux comparses, Adrien et Dimitri, Jonathan a pénétré dans un château délabré situé sur la commune de Trébons (Hautes-Pyrénées), à une quinzaine de kilomètres de Lourdes. S’aventurant dans les galeries souterraines de la propriété, ils tombent nez à nez sur un autel sur lequel auraient pu avoir lieu des rites païens… voir maçonniques.

Au fil de leur exploration nocturne, les experts de l’Urbex finissent surtout par faire une découverte glaçante : un crâne et des os probablement humains sont disposés et éparpillés à la façon des pièces d’un puzzle à même le sol. « Est-ce qu’il y a eu des sacrifices, s’interroge Jo Urbex. Ce qui est sûr, c’est qu’ils ont mené des rituels ». Dans l’attente des résultats d’analyses des ossements, la gendarmerie soupèse l’hypothèse criminelle avec beaucoup de scepticisme. L’ex-propriétaire des lieux, dont l’appartenance à la franc-maçonnerie est établie, n’était pas connu des services de police et de gendarmerie.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2022 7 04 /12 /décembre /2022 11:37
Hedge funds : de l’escroquerie par des génies ? Tueurs en séries avec P. Jovanovic

Pierre Jovanovic dénonce les abus des hedge funds américains à propos de sa série fétiche : « Billions » .
Les hedge funds sont les fonds de placements les moins régulés et les moins encadrés par la législation américaine.
C’est à que se font les plus grosses plus values et où l’on trouve le plus d’abus.
La justice américaine, qui pourtant dispose de grands moyens, peine a réprimer les grandes escroqueries de la haute finance.
Le spécialiste de la finance internationale est dans « Tueurs en séries » pour nous éclairer !

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2022 7 04 /12 /décembre /2022 11:30

Pierre de Villiers reprend la parole avec Paroles d'honneur : Lignes de défense

Vous pouvez le trouver aux Editions de Chiré :

Ligne éditoriale sous la haute bienveillance de François-Xavier d'Hautefeuille et M. Jean Augy

Il y a deux façons de voir la situation actuelle : soit se complaire dans le constat, il est vrai cruel et inquiétant ; soit surmonter ce dernier et chercher des solutions, faire confiance aux trésors de notre génie français. Vous, les jeunes, êtes l'avenir de la France. Vous êtes aujourd'hui en demande d'humanité et de fermeté, d'autorité et d'amour, d'exigence et de bienveillance. Vous cherchez votre équilibre, dans une société où les facteurs de déséquilibre se multiplient.
Il reste à canaliser vers de justes causes cette attente et cette soif d'idéal. Les plaintes soulagent, mais ne construisent rien de durable. Tout au long de son parcours militaire, le général Pierre de Villiers a eu à coeur de transmettre ; cinq années dans la vie civile n'ont fait qu'affermir son engagement pour la jeunesse, à laquelle il dédie ces lettres. Elles constituent une véritable profession de foi intellectuelle et morale.
Une leçon qui résonne profondément en nous. Ces Paroles d'honneur ouvrent un chemin pour réapprendre à aimer la France et retrouver l'espérance.  
Après quarante-trois années d'une carrière militaire qui l'a conduit à devenir chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers est président d'une société de conseil en stratégie. Il est l'auteur, aux éditions Fayard, de Servir (2017), Qu'est-ce qu'un chef ? (2018) puis L'équilibre est un courage (2020).

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2022 7 04 /12 /décembre /2022 11:02
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2022 7 04 /12 /décembre /2022 10:56

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2022 7 04 /12 /décembre /2022 10:38
Affaire des convocations de soignants suspendus par la police: l'analyse de Me Guyon
Auteur(s)
 
Me David Guyon est l'avocat de près de 250 soignants toujours suspendus depuis plus d'un an.
Me David Guyon
 

Certains soignants suspendus ont été convoqués par la police. Me David Guyon, un avocat qui représente plus de deux cent cinquante d’entre eux, a accepté, à l’occasion de ce "Debriefing", de venir expliquer les raisons de ces convocations : ces soignants sont soupçonnés d'avoir accepté un autre travail alors que leur statut d'agent de la fonction publique ne les y autorise pas. 

 

Le statut particulier des agents de la fonction publique

Comprendre la situation des personnes suspendues nécessite de comprendre le statut particulier des agents de la fonction publique, et ce, afin de saisir la complexité de la position dans laquelle ils se trouvent.

Un soignant suspendu est un agent public, un fonctionnaire. Ce statut particulier implique des droits, des devoirs, mais également certaines interdictions. En effet, le Code général de la fonction publique prévoit l’obligation d’exclusivité parce que les agents publics ont une mission particulière. Cette mission ne se limite pas pour ces agents publics à remplir leurs fonctions, mais implique également le devoir de satisfaire l’intérêt général. Par là, il faut comprendre qu'ils ont le devoir de consacrer l’exclusivité de leur activité à la satisfaction de cet intérêt général. En contrepartie, ceux-ci bénéficient de l’emploi à vie. 

Il existe des exceptions à ce principe d'exclusivité, cependant il faut une autorisation préalable accordée par l’employeur qui permet à l’employé d’exercer une activité accessoire, ce qui signifie une activité en lien avec l’activité principale, en l’occurrence ici le soin.

Me Guyon explique que beaucoup de soignants suspendus n’ont pas demandé cette autorisation ou ne l’ont pas forcément obtenue. Dans tous les cas, cette demande impliquait une obligation vaccinale, la raison pour laquelle la très grande majorité d’entre eux n’y a pas recouru.

Cependant, beaucoup de soignants n’ayant plus de revenus sont partis travailler dans d’autres secteurs. En avaient-ils le droit ? Me David Guyon explique toutes les possibilités que la fonction publique offre afin qu’une personne qui est fonctionnaire puisse accepter un autre travail.

La première possibilité est la démission. La deuxième possibilité est la rupture conventionnelle demandée à l’employeur, une possibilité qui existe dans la fonction publique depuis 2018, mais qui est rarement accordée. La troisième possibilité est la disponibilité d’office qui autorise celui qui en bénéficie de garder un lien avec son administration, mais également de se reconvertir en exerçant une autre activité. Enfin, la quatrième possibilité est la demande d’autorisation d’une activité accessoire.

Cependant, comme Me Guyon l’explique, de nombreux soignants suspendus ont commencé à travailler ailleurs sans avoir démissionné, sans être placé en disponibilité d’office, sans être en rupture conventionnelle et sans avoir demandé une autorisation d’activité accessoire, ce qui les place en méconnaissance de leurs obligations professionnelles même si aucune infraction ne peut leur être reprochée puisque la responsabilité incombe au nouvel employeur qui se retrouve en infraction.

Depuis la loi du 5 août 2021, l’agent suspendu est considéré comme étant toujours en activité, un statut hybride qui place le soignant « entre deux mondes » puisqu’il est en activité, mais plus rémunéré, en activité, donc sans droit à une allocation de retour à l’emploi ni aux aides sociales notamment au revenu de solidarité active (RSA).

C’est cet « entre deux mondes » qui nous est brillamment expliqué dans cet entretien par Me Guyon qui déclare qu’être soignant suspendu sans rémunération est pire que d’être licencié.

La suspension décidée sur des éléments scientifiques largement remis en cause

Ces suspensions de rémunération ont principalement été motivées par l’idée qu’une personne vaccinée ne peut pas contaminer. En effet, les soignants non vaccinés ont été sortis du service pour qu’ils ne contaminent pas leurs collègues, les personnes fragiles et qu’eux-mêmes ne soient pas contaminés. C’est cette motivation principale de la loi du 5 août 2021 reprise par le Conseil constitutionnel dans sa décision qui a justifié l’instauration du passe sanitaire qui devait permettre d’endiguer la contamination et la transmission du virus.

Aujourd’hui, ce principe mis en avant est grandement remis en doute alors que les raisons scientifiques qui ont servi à l’instaurer sont désormais questionnées, notamment l’absence d’efficacité sur la transmission dont on apprend qu'elle serait connue depuis le début de l’année 2021.

Pour toutes ces raisons, Me Guyon pense que les soignants qui ont contesté leur suspension de rémunération finiront par gagner soit devant le juge national, soit devant la Cour européenne des droits de l’homme puisque cette loi du 5 août 2021 est manifestement contraire à la position de la cour.

Ce combat, Me Guyon le mène pour les soignants suspendus, mais également pour l’ensemble des Français, car il a l’intime conviction que ce que les autorités font aux soignants suspendus, ils l’appliqueront à l’ensemble de la population dans un avenir proche.

 

 

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2022 7 04 /12 /décembre /2022 10:32
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2022 7 04 /12 /décembre /2022 10:15
Blackrock, Vanguard, StateStreet.. La finance et le complexe militaro-industriel.
 
 
Zelensky confie la gestion des investissements privés en Ukraine au fonds d'investissement américain BlackRock
Auteur(s)
 
Blackrock
Le gouvernement ukrainien s’allie à la société d’investissement américaine, BlackRock, pour “relancer son économie”.
Andrew Burton / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
 

Le gouvernement ukrainien s’allie à la société d’investissement américaine, BlackRock, pour “relancer son économie”. Un protocole d’accord a été signé le 10 novembre dernier, a annoncé le lendemain le ministère ukrainien de l’Économie. Cet accord porte sur la réalisation d’une plateforme visant à attirer des capitaux privés.

Le protocole d’accord, signé à Washington aux États-Unis, prévoit la mise à la disposition du gouvernement ukrainien d’une plateforme d’investissement, dont la mise en place se fera selon "une feuille de route que Financial Markets Advisory, entreprise du groupe BlackRock, élaborera en consultation avec le ministère de l’Économie".

Le communiqué précise que la consultation par BlackRock portera sur “la structure de plateforme, son mandat et sa gouvernance”. La plateforme “se concentrera sur la mobilisation des investissements dans les secteurs clés de l'économie ukrainienne”, poursuit le communiqué.

“Il est très important pour nous de démontrer au monde entier que la guerre n'interdit pas les investissements en Ukraine. Après tout, les investissements sont la clé d'une future reprise économique rapide et efficace”, a déclaré la ministre ukrainienne de l'Économie, Yulia Svyrydenko. “Nous attendons beaucoup de la coopération avec la division FMA de BlackRock. Nous espérons que cette plateforme de relance deviendra un mécanisme efficace pour mobiliser les investissements dans les secteurs clés de notre économie”, a-t-elle ajouté.

Les investissements en temps de guerre

Ce protocole d’accord fait suite à la discussion entre le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, et le PDG de BlackRock, Larry Fink, en septembre 2022. Ils avaient évoqué la possibilité d’une mission de conseil “pro-bono” de la part de Financial Markets Advisory au profit du gouvernement ukrainien. Mission qui porterait sur “la structuration d’un fonds de reconstruction, sur le processus d'investissement, sur la gouvernance et l'utilisation de l'argent levé pour le fonds”, lit-on.

La filiale de BlackRock est vite entrée dans le vif du sujet. À peine une semaine après la signature de cet accord, ce gestionnaire de fonds a participé à la vérification préalable d’un engagement de 500 millions de dollars de la part du magnat australien du minerai de fer Andrew Forrest, pour le lancement d’un fonds d’investissement international de 25 milliards de dollars destiné à aider l’Ukraine.

Ce fonds servira à financer “des infrastructures dans les domaines de l’énergie et des communications, notamment un réseau d’énergie verte”. “Andrew et moi avons convenu que nous ne remplacerons pas les infrastructures russes de l’ère communiste, mais que nous ferons plutôt un bond en avant vers les dernières technologies”, a déclaré Zelensky. Et d'ajouter : “Nous profiterons du fait que ce que les Russes ont détruit peut facilement être remplacé par les infrastructures vertes et numériques les plus récentes et les plus modernes.”

L’Ukraine “vendue” à Blackrock

BlackRock a créé Financial Markets Advisory (FMA) après “la crise financière en avril 2008 pour fournir un soutien dédié aux gouvernements, aux banques centrales et aux institutions financières dans le monde entier”. Il s’agit d’une “activité distincte et indépendante de l'activité de gestion d'actifs traditionnelle de BlackRock”, peut-on lire sur le site de la société américaine.

Durant les premières semaines de la guerre en Ukraine, BlackRock a enregistré une perte de 17 milliards de dollars. Selon le Financial Times, la valorisation des titres russes gérés par le géant mondial de la gestion d'actifs a été ramenée de 18,2 milliards fin janvier à 1 milliard le 28 février 2022.

La signature du protocole d’accord entre BlackRock et l’Ukraine est passée presque inaperçue. Sur Twitter, des internautes accusent Zelensky d'avoir “vendu” l'Ukraine aux États-Unis. “Voilà ce que cachait le combat pour la liberté de l'Ukraine”, écrit, par exemple, l’homme politique François Asselineau.

L’annonce de cet accord entre le gouvernement ukrainien et BlackRock intervient également au moment où les pays européens accusent les États-Unis de profiter de cette guerre, à travers la vente d’armes et les exportations de gaz à des prix élevés.

Partager cet article
Repost0

Pages