Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

19 août 2023 6 19 /08 /août /2023 18:18

S'il y a réchauffement locaux, il n'est pas généralisé et certainement pas du à la pollution !

 

Les plus grands experts tirent la sonnette d'alarme sur la manipulation, en effet la transition carbone est dans les tuyaux depuis des années et dans ce qui est nommé l'ESG aux USA, soit Environnement Social Governance avec un fond abondé de 66 000 milliards de dollars, notamment par Blackrock, dont le Président Larry Fink voit d'un très bon oeil cette nouvelle manne de profit.

 

Après vous avoir fait consommé, ils vous feront payer le prix de la décroissance par des biais rhétoriques avec force médias et experts de plateaux plus ou moins  à la solde de ces groupes agissants.

 

Henry

 

PS (à vous de chercher dans la barre de recherche j'ai mis suffisamment d'articles en ligne l'ESG)

 

 

 

_____________________________________________________________________

 

 

_____________________________________________________________________

 

Le lauréat du prix Nobel de physique John Clauser et 1500 scientifiques disent qu’il n’y a pas d’urgence climatique: « Le GIEC est l’une des pires sources de désinformation dangereuse. Le changement climatique n’est pas une crise ! »
 

Le lauréat du prix Nobel de physique John Clauser et 1500 scientifiques disent qu’il n’y a pas d’urgence climatique: « Le GIEC est l’une des pires sources de désinformation dangereuse. Le changement climatique n’est pas une crise ! »

 

____________________________________________________________

Les climatologues désemparés, le Pacifique se refroidit malgré le réchauffement climatique

 

Richard Seager de l'Université Columbia de New York avait déjà souligné en 1997 que les modèles climatiques nient l'indéniable refroidissement du Pacifique, qui s'accélère en fait. Même les premiers "chercheurs du climat" doivent admettre leur embarras face à des événements météorologiques et climatiques réels. En fait ils ne savent RIEN ! derstatus.at/welt/klima-for

 

 

 

Un scientifique admet que le "consensus écrasant" sur la crise du changement climatique est "fabriqué"

 

« L'ONU a créé le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat.

«Le GIEC n'était pas censé se concentrer sur les avantages du réchauffement.

Le mandat du GIEC était de rechercher les changements climatiques dangereux d'origine humaine. «Ensuite, les agences nationales de financement ont dirigé tous les financements. . . en supposant qu'il y ait des impacts dangereux. Les chercheurs ont rapidement compris que le moyen d'obtenir un financement consistait à faire des déclarations alarmistes sur le "changement climatique d'origine humaine". C'est ce que nous avons maintenant : un énorme complexe d'alarmisme climatique financé par le gouvernement. »

https://nypost.com/2023/08/09/climate-scientist-admits-the-overwhelming-consensus-is-manufactured/ https://twitter.com/thechiefnerd/status/1689597881236205568

 

_______________________________________________________

 

Météo de plus en plus rouge !

 

 

 

 

Un professeur de Princeton, un scientifique du MIT et physicien lauréat du prix Nobel, dénoncent l'arnaque climatique
 

Deux éminents climatologues ont récemment soutenu que les nouvelles règles de l'Agence de protection de l'environnement (EPA), visant à réduire les émissions de CO2, "seront désastreuses pour le pays, elles sont sans fondements scientifiques".
William Happer, professeur émérite de physique à l'Université de Princeton, et Richard Lindzen, professeur émérite de sciences de l'atmosphère au Massachusetts Institute of Technology (MIT), soutiennent, citant de nombreuses données, que la justification de la nouvelle réglementation par l'EPA n'est pas basée sur des faits scientifiques, mais plutôt des opinions politiques et des modèles spéculatifs qui se sont constamment révélés faux.

"La méthode d'analyse non scientifique, reposant sur le consensus, l'examen par les pairs, l'opinion du gouvernement, des modèles qui ne fonctionnent pas, la sélection de données et l'omission de volumineuses données contradictoires, est couramment employée dans ces études, et par l'EPA dans la règle proposée", Happer et Lindzen a déclaré. "Aucune des études ne fournit de connaissances scientifiques, et donc aucune ne fournit de support scientifique pour la règle proposée."

"Tous les modèles qui prédisent un réchauffement climatique catastrophique échouent au test clé de la méthode scientifique : ils surestiment grossièrement le réchauffement par rapport aux données réelles", ont-ils déclaré. "La méthode scientifique prouve qu'il n'y a aucun risque que les combustibles fossiles et le dioxyde de carbone provoquent un réchauffement catastrophique et des conditions météorologiques extrêmes."

Les modèles climatiques, comme ceux que l'EPA utilise, se trompent depuis des décennies dans la prédiction des résultats réels, a déclaré Happer à Epoch Times, offrant le tableau ci-dessous pour illustrer son propos :


 
Prédictions climatiques modélisées (moyenne = ligne rouge) versus observations [JR Christy, Univ. de l'Alabama]

"C'était déjà gênant dans les années 1990, lorsque j'étais directeur de la recherche énergétique au Département américain de l'énergie", a poursuivi Happer. "Je finançais une grande partie de ce travail, et je savais très bien alors que les modèles surestimaient énormément le réchauffement."

Une façon populaire de lutter contre les réglementations climatiques de l'EPA est de citer ce qu'on appelle la "doctrine des questions majeures", qui soutient que l'agence n'a pas le pouvoir d'inventer des réglementations qui ont un impact aussi énorme sur les Américains sans une orientation claire du Congrès. Happer et Lindzen, cependant, ont adopté une approche différente, affirmant que les réglementations de l'EPA échouent au test "State Farm", parce qu'elles sont "arbitraires et aléatoires".

"À maintes reprises, les tribunaux ont appliqué les principes de "State Farm" pour invalider les règles de l'agence, lorsque l'agence n'a pas pris en compte un aspect important du problème, ou des données triées sur le volet, pour étayer une conclusion prédéterminée", ont-ils expliqué, se référant à la 2003 State Farm v. Campell dans laquelle la Cour suprême a fait valoir qu'"un État ne peut avoir aucun intérêt légitime à rendre délibérément la loi si arbitraire que les citoyens seront incapables d'éviter une punition fondée uniquement sur un parti pris ou un caprice".

Selon le témoignage de Happer et Lindzen, "600 millions d'années de données sur le CO2 et la température contredisent la théorie selon laquelle des niveaux élevés de CO2 provoqueront un réchauffement climatique catastrophique" - et ils présentent le graphique suivant, qui montre peu de corrélation entre les niveaux historiques de CO2 et la température, arguant également que les niveaux actuels de CO2 sont à un point bas :

 
 
Ce graphique montre les niveaux de CO2 (bleu) et les températures (rouge) au fil du temps, indiquant une faible corrélation et les niveaux actuels des deux à des niveaux historiquement bas [Analyse des oscillations de température dans les époques géologiques par le Dr CR Scotese ; Le climat de la Terre : passé et futur de Mark Peganini ; Déclin marqué des concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone au cours du Paléocène, magazine Science vol. 309.]

"L'augmentation souvent très soulignée de 140 ppm [parties par million] de CO2 depuis le début de l'ère industrielle est insignifiante par rapport aux changements de CO2 au cours de l'histoire géologique de la vie sur Terre", ont-ils déclaré. Et dans tous les cas, « l'augmentation des niveaux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère crée plus de nourriture pour les populations du monde entier, y compris plus de nourriture pour les habitants des zones frappées par la sécheresse. L'augmentation du dioxyde de carbone au cours des deux derniers siècles, depuis la révolution industrielle, d'environ 280 ppm à environ 420 ppm, a provoqué une augmentation d'environ 20 % de la nourriture disponible pour les personnes dans le monde, ainsi qu'un verdissement accru de la planète et un effet bénin de réchauffement de la température.

Plus de CO2 dans l'atmosphère entraîne une plus grande croissance des plantes et des rendements agricoles plus élevés, même la NASA le concède. De plus, les engrais synthétiques, qui sont des dérivés du gaz naturel, sont aujourd'hui responsables de près de la moitié de la production alimentaire mondiale. Cependant, des objectifs « net zéro » réduiraient les émissions de CO2 de plus de 40 gigatonnes par an, réduisant proportionnellement l'approvisionnement alimentaire.

En plus d'enseigner la physique à Princeton, des décennies de la vie de William Happer ont été consacrées à la physique, principalement au rayonnement atmosphérique et à la turbulence atmosphérique, et ses inventions ont été utilisées par les astronomes et la défense nationale.

"Le rayonnement dans l'atmosphère est ma spécialité", a déclaré Happer, "et j'en sais plus que, je suppose, n'importe quel climatologue. [Mon expertise] implique une grande partie de la même physique qui est impliquée dans le climat, et rien de tout cela n'est très alarmant », a-t-il déclaré.

Le récit du réchauffement climatique soutient que lorsque les gens brûlent des combustibles fossiles, ils émettent des concentrations plus élevées de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, qui absorbe la lumière du soleil et crée un "effet de serre", piégeant le rayonnement solaire et réchauffant la Terre. Mais un aspect des émissions de CO2 que les modèles de réchauffement climatique ne prennent pas en compte, a expliqué Happer, est un phénomène appelé "saturation", ou l'effet décroissant du CO2 dans l'atmosphère à des concentrations plus élevées.

"Aux concentrations actuelles de CO2, environ 400 parties par million, cela diminue le rayonnement vers l'espace d'environ 30%, par rapport à ce que vous auriez si vous enleviez tout", a déclaré Happer. « C'est donc suffisant pour provoquer un certain réchauffement de la terre, et merci à Dieu pour cela ; cela aide à rendre la terre habitable, avec les effets de la vapeur d'eau et des nuages.

"Mais si vous pouviez doubler la quantité de CO2 de 400ppm à 800ppm, et que cela prendrait beaucoup de temps, la quantité de rayonnement que vous réduiriez dans l'espace ne serait que de 1% supplémentaire. Très peu de gens réalisent à quel point il est difficile pour le dioxyde de carbone supplémentaire de faire une différence dans le rayonnement vers l'espace. C'est ce qu'on appelle la saturation, et c'est bien connu depuis un siècle.

 
L'« effet de serre » du CO2 supplémentaire n'augmente pas proportionnellement à la quantité de CO2 ajoutée [William Happer]

Happer et Lindzen déclarent également que les ensembles de données modernes ont été manipulés pour s'adapter au récit du changement climatique.

"L'exemple le plus frappant en est le record de température", a poursuivi Happer. "Si vous regardez les relevés de température qui ont été publiés il y a 20 ans, ils ont montré très clairement qu'aux États-Unis, les années de loin les plus chaudes que nous ayons eues se sont déroulées au milieu des années 1930. Si vous regardez les données aujourd'hui, ce n'est plus vrai. Les personnes en charge de ces données, ou de ce que le public voit, ont progressivement réduit les températures des années 30, puis augmenté la température des mesures plus récentes.

Un exemple de données trompeuses utilisées par l'EPA comme preuve du réchauffement climatique est illustré dans le tableau ci-dessous :

 
Les données de l'EPA montrent un rapport croissant des records quotidiens de températures élevées à basses afin d'indiquer la hausse des températures mondiales [NOAA/NCEI]

"Ce graphique ne montre pas réellement" les températures quotidiennes ". Au lieu de cela, il montre un "rapport" entre les records quotidiens les plus élevés et les plus bas - un nombre qui semble conçu pour donner l'impression que les températures augmentent régulièrement.

En revanche, Happer et Lindzen ont présenté les vraies données de l'EPA qui révèlent des températures nettement plus élevées dans les années 1930 :

 
Ces données indiquent que les vagues de chaleur étaient plus sévères dans les années 1930 qu'aujourd'hui [EPA]

Les partisans du récit du réchauffement climatique déclarent souvent qu'il s'agit d'une "science établie" et que presque tous les scientifiques conviennent que la planète se réchauffe, que l'activité humaine est à blâmer.

Selon une déclaration officielle de la NASA, « la grande majorité des scientifiques du climat qui publient activement – ​​97% – conviennent que les humains sont à l'origine du réchauffement climatique et du changement climatique. La plupart des principales organisations scientifiques du monde entier ont publié des déclarations publiques exprimant cela, y compris les académies scientifiques internationales et américaines, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat des Nations Unies et toute une série d'organismes scientifiques réputés dans le monde entier.

Alors qu'un rapport de l'Université Cornell indique que "plus de 99,9% des articles scientifiques évalués par des pairs conviennent que le changement climatique est principalement causé par l'homme, selon une nouvelle enquête portant sur 88.125 études liées au climat".

Happer, cependant, soutient que le consensus n'est pas la science, citant une conférence sur la méthode scientifique par le physicien renommé Richard Feynman, qui a déclaré : "si elle n'est pas d'accord avec l'expérience, c'est faux".

"La science n'a jamais été faite par consensus", a extrapolé Happer : "La façon dont vous décidez que quelque chose est vrai en science est de le comparer avec des expériences ou des observations. Peu importe s'il y a un consensus; peu importe si un lauréat du prix Nobel dit que c'est vrai, s'il n'est pas d'accord avec les observations, c'est faux », a-t-il déclaré avec sincérité. « Et c'est la situation avec les modèles climatiques. Ils ont clairement tort parce qu'ils ne sont pas d'accord avec les observations.

Le médecin et auteur Michael Crichton a déclaré dans un discours célèbre en 2003 : « Le consensus est l'affaire de la politique. La science, au contraire, ne requiert qu'un chercheur qui se trouve avoir raison, ce qui signifie qu'il a des résultats vérifiables par référence au monde réel. En science, le consensus n'est pas pertinent. Ce qui est pertinent, ce sont les résultats reproductibles.

Le professeur Happer souligne les prévisions climatiques catastrophiques originales, qui voyaient « New York inondé maintenant, plus de glace au pôle Nord, l'Angleterre comme la Sibérie… Rien de ce qu'ils avaient prédit ne s'est réellement réalisé. Vous devez faire quelque chose pour que l'argent continue à rentrer, alors ils ont changé le « réchauffement de la planète » en « changement climatique » » afin d'expliquer toute éventualité climatique.

En ce qui concerne ce chiffre de « consensus à 99,9 % » cité par l'Université Cornell, de nombreux experts rétorquent que les publications académiques d'aujourd'hui rejettent systématiquement les soumissions qui osent remettre en question la science du réchauffement climatique.

"J'ai de la chance parce que je n'ai pas vraiment commencé à réfuter cela avant d'être proche de la retraite", a déclaré Happer, qui s'était déjà établi à ce moment-là en tant que professeur titulaire à Princeton, membre de l'Académie des sciences, et directeur de la recherche énergétique au Département américain de l'énergie.

« Si j'avais été beaucoup plus jeune, ils auraient pu faire en sorte que je ne sois jamais titularisé, que mes articles ne soient jamais publiés. « Ils peuvent m'empêcher de publier des articles maintenant, mais cela n'a pas d'importance, car j'ai déjà un statut. Mais cela aurait beaucoup plus d'importance si j'étais plus jeune et que j'avais une carrière devant moi.

Dans une récente interview avec John Stossel, la climatologue Judith Curry a déclaré qu'elle avait payé le prix pour avoir contredit le récit et a qualifié la science actuelle du réchauffement climatique de "consensus fabriqué".

Le Dr Curry, ancienne présidente de l'École des sciences de la Terre et de l'atmosphère de Georgia Tech, a déclaré que lorsqu'elle a publié une étude, affirmant que les ouragans augmentaient en intensité, « J'ai été adoptée par les groupes de défense de l'environnement et les alarmistes et j'ai été traitée comme une rockstar; J'ai été transporté partout pour rencontrer des politiciens et donner ces conférences, et attirer beaucoup d'attention médiatique."

Cependant, après que plusieurs chercheurs aient remis en question les conclusions de Curry, elle a enquêté sur leurs affirmations et a conclu que ses détracteurs avaient raison. « C'était en partie de mauvaises données ; une partie de cela était la variabilité naturelle du climat », a expliqué Curry. Mais lorsqu'elle a rendu public ces faits, elle a été rejetée et expulsée du milieu universitaire.
 
Suisse : Scandale Météorologique, les Températures Manipulées en Suisse éclatent au grand jour

Source : Qactus

 

Après l'on vous enfermera dans des villes de "15 mn" contrôlées par IA sous prétexte climatique et l'on vous forcera à manger de la viande synthétique ( L'Irlande doit détruite 1,3 million de têtes de bétail pour la climat)

L'Irlande doit détruire 1.3 millions de têtes de bétail "pour le climat"
 
Partager cet article
Repost0
19 août 2023 6 19 /08 /août /2023 18:07

Ayez des couilles dites leur NON ! Refusez toute intrusion dans la psyché des enfants par des biais pernicieux ! Un enfant doit rester un enfant et non pas l'objet d'un désir pervers !

Après ils reculeront !

 

Henry

Partager cet article
Repost0
19 août 2023 6 19 /08 /août /2023 18:05
 

 

 

 

 
Partager cet article
Repost0
19 août 2023 6 19 /08 /août /2023 17:11

Prêts à tout pour obtenir ce qu'ils veulent aussi ne vous leurrez pas les incendies ne sont pas tous forcément climatique on les y aides un peu enfin ceux qui ont de gros intérêts à ce que cela se fasse.

 

 

 

 

Alors opportunistes, complices ou criminels ! N'oublions pas qu'un mandat s'est ouvert sous l'incendie de Notre Dame !

 

____________________________________

 

France, Turquie, Allemagne, les céréales brûlent...
 
Partager cet article
Repost0
18 août 2023 5 18 /08 /août /2023 18:59

Du roi wisigoth Witiza à Ansemund : généalogie Assalit –Assailly, Rennes le château (Partie I)

 

Chronologie

 

 

* 711 : Les Arabes débarquent en Espagne près de Gibraltar "djabal-al-Tariq" du nom du chef berbère "Tariq Ibn Ziyad" qui a vaincu le dernier Roi des Wisigoths d'Espagne Rodrigue ou Rodéric Roi de (710) à sa mort en (†711).

 

* 719 : Les Arabes franchissent les Pyrénées.

 

* 720 : Les Arabes prennent Narbonne. Ils prennent le contrôle de la Septimanie, le Languedoc actuel. Narbonne reçoit une colonie Musulmane.

 

* 721 : Echec des Arabes commandés par El-Samh, mettent le siège devant Toulouse. Le 11 Mai 721, El-Samh périt au cours de ce siège. L'armée Arabe n'est sauvée de la déroute et ramenée en bon ordre à Narbonne que grâce à Abd-er-Rahman. Les Arabes ne peuvent prendre le contrôle de l'Aquitaine. Mais en (725), commandés par Ambizah, ils prennent Carcassonne et Nîmes, en (730), Avignon. Ils lancent des raids dans la vallée du Rhône jusqu'à la Bourgogne. Ils pillent Autun, saccagent Beaune, Sens n'est sauvée qu'en payant un tribut. Des incursions en Gévaudan, en Rouergue et dans le Velay ruinent ces pays.

 

* Octobre 732 Bataille de Poitiers (Joué les Tours exactement) entre les troupes Franques commandées par Charles Martel et l'armée arabe commandée par Abd-er-Rahman qui règne à Cordoue. Ce dernier avait envahi l'Aquitaine à la poursuite d'un chef berbère Munuza qui avait signé un accord avec Eudes, duc d'Aquitaine, contre lui.L'armée Franque remporte la bataille.

 

* 741 : Mort de Charles Martel. Ses fils Pépin le Bref vers (715) maire du palais en (741) Roi des Francs en (751)-(768) et Carloman vers (715) maire du palais d'Austrasie en (741)-(754) lui succèdent.

 

* 742 : Pépin le Bref et Carloman soumettent les Aquitains.

 

* 743 : Pépin le Bref et Carloman décident de remettre comme Roi des Francs, Chiléric III Roi des Francs de (743) à (751) mort en (†754), fils de Chilpéric II (670) Roi de Neustrie en (715)-(721).

 

* 747 : Carloman remet à son frère l'Austrasie. Il part alors pour Rome où le pape Zacharie pape en (741)-(752) lui accorde l'habit monastique.

 

* 751 : Pépin le Bref est proclamé Roi des Francs par l'assemblée du peuple à Soissons. Il obtient l'accord du pape Zacharie et reçoit l'onction de St Boniface. Le Roi Childéric III ainsi que son fils Thierry sont exilés dans les abbayes de St Bertin et de St Wandrille. Pour faire disparaître les symboles du pouvoir royal propre aux Rois Mérovingiens, ils sont, au préalable, tondus.

 

* 756 : Un Prince de la dynastie des Omeyyades de Damas renversée par les Abbassides de Bagdad, Abd er-Rahman ben Mouayia, ayant pu fuir dans le Maghreb, puis en Espagne, réussi à prendre le pouvoir à Cordoue. Il pourchasse alors les partisans des Abbassides en Espagne.

 

* 759 : Pépin le Bref prend Narbonne et Carcassonne. Les Arabes sont chassés de Septimanie qui passe sous le contrôle des Francs.

 

* 760-768 : "5" campagnes sont entreprises par Pépin le Bref contre les Aquitains pour réduire leur rébellion.

 

* 768 : Pépin le Bref reçoit une ambassade des Abbassides de Bagdad.

 

* 24 Septembre 768 : Mort de Pépin le Bref. Ses "2" fils, Charles, le futur Charlemagne, et Carloman lui succèdent.

 

* 777 : Le wali Gouverneur de Barcelone, Sulaymân al-Arabi, et de Huesca viennent rencontrer Charles à Paderborn pour solliciter son appui dans leur révolte contre l'émir de Cordoue.

 

* Mai 778 : Charles décide de réunir une importante armée composée de Francs, de Bourguignons, de Provençaux, de Lombards, de Bavarois et de Septimaniens. L'armée est divisée en "2": un corps commandé par Charles franchit les Pyrénées en pays Gascon par le col d'Ibaneta, l'autre passe par le col du Perthus. Charles s'empare de Pampelune.

 

* Août 778 : Les "2" corps d'armée se rejoignent devant les murs de Saragosse. Les habitants de la ville et le wali, Hosein ben Yahia, résistent. Les négociations échouant, après "2" à "3" semaines, Charles renonce et fait demi tour. Sur son chemin il fait raser les murailles de Pampelune.

 

* 15 Août 778 : Au col de Roncevaux, l'arrière-garde de l'armée est attaquée par des montagnards Gascons, les Vascons, que l'on peut traduire par Basques. Un des lieutenants de Charles, le Comte Roland, est tué et les Francs sont massacrés.

 

* 781 : Louis, fils cadet de Charlemagne, futur Louis 1er le Pieux, devient Roi d'Aquitaine à (3) ans. Il représente le Roi des Francs sur un territoire où son autorité est contestée et il permet de lui accorder une certaine autonomie.

 

* 785 : Les habitants de Gérone livrent leur ville à Charles.

 

 

* 789 : Les habitants d'Urgel et de Cerdagne livrent leur région à Charles.

 

* 793 : L'émir de Cordoue Hicham Ier attaque Narbonne et arrive aux portes de Carcassonne, mais il échoue.

 

* 8 juin 793 : Le "1er" raid connu des Vikings s'abat sur le monastère de Lindisfarne au nord de l'Angleterre. Mise à sac de l'abbaye et meurtre de nombreux moines. Cette attaque a un retentissement important dans l'Europe Chrétienne.

 

* 797 : Borrel, Comte d'Urgel Cerdagne, s'empare de plusieurs localités au delà des Pyrénées.

 

* 4 avril 801 : Louis Ier, dernier fils de Charlemagne et Roi d'Aquitaine, s'empare de Barcelone. Il en laisse la garde à Béra, Comte de Razès et de Conflent. La marche d'Espagne "Marca Hispanica" peut alors être constituée. Elle comprend "5" comtés.

 

* 804 : Fondation de l'abbaye de Gellone à St Guilhem le Désert par Guillaume de Gellone.

 

* 809-811 : Plusieurs offensives contre Tortosa. Echec des Francs pour atteindre l'Ebre. La marche d'Espagne reste délimitée par le cours du Llobregat.

 

* 813 : L'ermite Pelayo a en rêve une vision du tombeau de St Jacques. Il est guidé par une étoile vers un champ, le champ de l'étoile, soit "campus stellae" en latin, qui deviendra Compostelle. *

 

* 820 : Le Roi de Galice Alphonse II le Chaste fait construire une "1ère" basilique sur les lieux de la sépulture à St-Jacques de Compostelle. L'évêque d'Iria Flavia, Théodomir, décide alors de transférer l'évêché sur le site de la tombe de St Jacques, évangélisateur de l'Espagne.

 

* 826 : L'émir de Cordoue Abd al-Rahman II assiège Barcelone défendue par Bernard de Septimanie.

 

 

* 838 : 13 Décembre Mort de Pépin 1er d'Aquitaine. Louis 1er le Pieux donne le royaume d'Aquitaine à son fils cadet, Charles le Chauve au lieu du fils de Pépin 1er, Pépin II (824) Roi est déposé en (852)-(865). Ce dernier est cependant choisi comme Roi par la noblesse d'Aquitaine, en particulier Bernard de Septimanie, fils de Guillaume, fondateur de l'abbaye de Gellone.

 

* 841 : Les Arabes commandés par Al-Iskandaruni franchissent les Pyrénées.

 

* 25 juin 841 : Bataille de Fontenoy en Puisaye entre Lothaire, fils aîné de Louis l'empereur Louis le Pieux, allié à Pépin II d'Aquitaine et Charles le Chauve allié à Louis de Germanie. Charles le Chauve emporte la bataille.

 

* 14 février 842 : Serment de Strasbourg prononcé par Louis le Germanique et Charles le Chauve devant leurs troupes pour confirmer leur alliance contre Lothaire. Ce serment est le plus ancien témoin qui nous soit parvenu d'un texte en langue Française et en langue Allemande.

 

* 843 : Les "3"trois fils de Louis le Pieux signent le traité de Verdun partageant l'Empire Carolingien. Il met la Provence dans le royaume de Lothaire, nouvel empereur d'Occident (840)-(855). Pépin II d'Aquitaine peut gouverner l'Aquitaine après le traité de Verdun.

 

* 844 : Les Vikings remontent la Garonne jusqu'à Toulouse, puis la Dordogne. Bernard de Septimanie, Comte de Barcelone et Duc de Septimanie, fils de Guillaume de Gellone et petit cousin de Charlemagne, est exécuté pour avoir soutenu Pépin II contre Charles le Chauve. Charles le Chauve nomme à sa place Sunifred Marquis de Gothie. Bataille de Clavijo. St Jacques serait apparu, monté sur un cheval blanc, pendant la bataille au côté des Chrétiens contre les Maures. Cela donnera à St Jacques son surnom de Matamore – "tueur de Maure".

 

* 848 : Guillaume de Septimanie, fils de Bernard, s'empare de Barcelone. Il est exécuté l'année suivante.

 

 

* 862 : Siège de Toulouse par les Vikings.

 

* 864 : Raid Viking en Aquitaine.

 

* 6 juillet 985 : Barcelone est mise à sac par les troupes du Calife de Cordoue, Al-Mansûr. La ville est incendier et ses habitants sont tués ou emmenés en captivités.

 

* 997 : Les Sarrasins d' Al-Mansûr s'emparent de St Jacques de Compostelle. Ils détruisent le sanctuaire. La cathédrale Romane est rapidement reconstruite (1078)-(1125).

 

 

* 1020 : Attaque navale de Narbonne par les Sarrasins.

 

Source

 

 

Witiza : Roi des Wisigoths d'Espagne (702-710).

 

Associé au trône depuis 700 par son père Égica, il ne régna qu'à la mort de celui-ci (702). Il convoqua aussitôt le XVIIIe concile de Tolède qui aggrava les mesures contre les juifs et fit ajouter de nouvelles dispositions au Liber iudiciorum. Il associa son fils Akhila au trône en Septimanie et en Tarraconaise.

Witiza n’est pas élu par la noblesse wisigothe bien qu’il fût couronné et oint comme il se doit, ç’est ce que lui reprochèrent les factions goths lors de l’élection de Roderic (fils du duc de Cordoue)

 

Wittiza a laissé au moins trois fils en bas âge selon un historien andalou du Xe siècle, Ibn al-Qūṭiyya : Agila (Agila II), Ardabast (peut-être Ardo), et Olmund (ou Ansemund), qui seront évincés par Rodéric. Flavio Ataúlfo, magnat galicien, serait un petit-fils de Wittiza

 

 

 

Agila II Roi des Wisigoths (710/711 – 713/714)

 

Une partie de la noblesse wisigothique, en particulier celles qui avaient bénéficié du roi Witiza, s'opposèrent à l'élection de Rodrigo comme roi. Cette opposition semble avoir choisi Agila II comme roi et aurait le soutien de la famille Witiza. Son domaine semble s'être limité à Tarragone et à la Narbonnaise, c'est-à-dire à la vallée de l'Èbre et au nord jusqu'à la Septimanie .

Au début, il a probablement aidé les musulmans – et peut-être même leur a-t-il demandé leur aide – pour vaincre Rodrigo, avec qui il avait un conflit sur la succession au trône de Witiza. Mais ses vœux furent coupés court par la décision de Mūsà , gouverneur de l'Afrique du Nord, d'incorporer la péninsule ibérique au califat. Mūsà lui-même a mené une incursion à travers la vallée de l'Èbre (713) obtenant la soumission de Fortún Casio , ce qui réduirait le soutien à Agila II. Et il se peut même qu'Agila soit décédée à ce moment-là et que certains nobles de la région aient décidé de signer un pacte avec les musulmans.

Agila II n'est mentionnée que dans la Continuatio codicis C Parisini , une version qui continue la Chronica regum Visigothorum  qui est consignée dans un manuscrit du XIIe siècle. Cette liste ne mentionne pas Rodrigo et indique que Witiza a été remplacé par Agila et après trois ans par Ardo . Agila n'apparaît pas dans la Chronique mozarabe de 754 ni dans les chroniques asturiennes ultérieures. Cependant, son existence est corroborée par des découvertes numismatiques portant son nom dans les ateliers de Saragosse, Gérone, Tarragone et Narbonne.

 

 

 

Olemund (Ansemund) – Séville ?, v. 742] Fils du  roi wisigoth Witiza

 

Comme ses frères Ardabasto et Agila, Olemundo a conclu un pacte avec les envahisseurs musulmans à l'époque du calife  al-Walīd I. De cette manière, les descendants de Witiza ont pu conserver d'immenses propriétés foncières.

Selon le chroniqueur Ibn al-Qutiyya¹, l'arrière-petit-fils d'Olemundo, Olemundo et ses frères ont participé à l'invasion musulmane ultra-rapide, se positionnant contre le roi Rodrigo

Lorsque Ṭāriq ben Ziyād entra en al-Andalus, au temps d'al-Walīd ben ʿAbd al-Malik, Rodrigo écrivit aux fils du roi [Witiza], qui étaient déjà jeunes et montaient à cheval, leur demandant leur aide et que leurs mains se joignent front contre l'ennemi. Ils ont mobilisé des troupes à la frontière [de Tolède], ont avancé et ont campé à Secunda, car ils ne faisaient pas confiance à Rodrigo pour entrer à Cordoue. Et [Rodrigo] sortit vers eux. Ils ont ensuite marché pour rencontrer Ṭāriq. Lorsque les deux camps se firent face, Olmundo et ses frères s'accordèrent pour trahir Rodrigo, et cette nuit-là ils envoyèrent des messagers à Ṭāriq, pour l'informer que Rodrigo avait été l'un des chiens de son père, de son entourage, et ils lui demandèrent pour l' homme, s'ils partaient le lendemain avec lui, et qu'il leur attribuât les terres de son père, qui étaient de trois mille terres, après ce qu'on appelait « la part choisie des rois ». Quand le matin se leva, eux et ceux qui étaient avec eux rejoignirent Ṭāriq, et ils furent la cause de la victoire.

Lorsqu'ils arrivèrent à lui, ils lui dirent : « Es-tu toi-même un émir ou y a-t-il un émir au-dessus de toi ? » ben Nuṣayren Ifriqiya pour consolider [leur lien avec lui]. Ils lui ont demandé d'écrire à [Mūsà] au sujet de leur liaison avec lui et de l'engagement qu'il [Ṭāriq] leur avait donné. Il l'a fait, et ils sont allés à Mūsà, et l'ont trouvé dans sa marche [vers al-Andalus], près du territoire des Berbères, avec l'écriture de Ṭāriq sur la façon dont ils avaient accepté la soumission, et la condition qu'il avait établie avec eux. Mūsà ben Nuṣayr s'adressa [au calife] al-Walīd ben ʿAbd al-Malik, et ils se présentèrent devant lui, qui formalisa pour eux les fiançailles de Ṭāriq ben Ziyād, et garantissait ainsi à chacun d'eux un acte, et dans ses actes était : "qu'ils ne se lèveraient pas devant quiconque entrait en leur présence ou sortait."

La plupart de ses possessions étaient concentrées dans l'ouest d'al-Andalus, c'est pourquoi il a établi sa résidence habituelle à Séville. Olemundo dut mourir vers l'an 742. A cette époque son frère Ardabasto tenta de s'emparer de tous ses domaines au détriment de ses neveux.

Cependant, les fils d'Olemundo ont engagé une expédition de navires à Séville et sont allés demander une audience au calife Hisham à Damas. Le calife reconnut ses droits et força Ardabasto à restituer ce qu'il s'était illégalement approprié (743).

progéniture d'Olemundo

 

  • Sara, dite la Goda , l'aînée de la fratrie, s'installe à Séville.
  • Abbas ou Oppas, évêque de Séville.
  1. L'historien andalou Abū Bakr IbnʿUmar Ibn Al-Qutiyya était un descendant de la famille Witiza, en particulier de Sara la Goda. Il a écrit la chronique  Tarij Iftitah al-Andalus (Histoire de la conquête d'al-Andalus). Une traduction partielle peut être consultée dans Viguera Molins, María Jesús (2011). La conquête d'al-Andalus selon Ibn al-Qutiyya (Xe siècle). Aljaranda 81.

 

_______________________________________

 

 


 

 

ARDABAST – ARDEBAST – ARDO – ARDON  : roi de Septimanie,

 

Ardo (diminutif de Ardebast), de la famille des Balthes est né au début du VIIIe siècle, vers 702/09 et décédé après 756, selon la Foundation for Medieval Genealogy[1].

 

'Ardo, Ardón pour les Espagnols, Ardabast, est le dernier rois du Regnum Visigothorum [2]. Il règne en Septimanie de 713 à 720.

 

Une source rédigée en Septimanie ou en Catalogne, en 828, le Laterculus regum visigothorum précise que Agila II (Almounz-Akhila II) est roi de la Narbonense y de la Tarraconense, des yacimientos de Narbona, Lérida, Gerona, Tarragona y Zaragoza Manzano[3], pendant trois ans après la mort du Roi Wittiza en 710. Ardo lui succède et reste roi en Septimanie, durant sept années[4].

 

De nombreux historiens germaniques pensent qu'Ardo, le successeur de Agila II (Akhila II), pourrait être Ardebas, fils de Wittiza[5]. En fût il autrement, qui pût alors légitimement succéder à Agila II sinon son frère, la question ne se pose même pas.

 

Selon la Foundation for Medieval Genealogy, Ardo est le fils du Roi Wittiza et le frère de Agila II (Akhila II)[6].

 

Ardo ou Ardón ne figure que dans la continuation de la Chronica regum Visigothorum, dans la soi-disant Continuatio Codicis C Parisini. L'histoire officielle parle du dernier roi wisigoth Rodéric d'Hispanie (688-711), vaincu et tué par les musulmans dans la bataille de Guadalete, en 711, et de Pelayo des Asturies, peut-être car son royaume se limite à une zone limitée au nord-est[7].

 

 

Ardabast dans les sources arabes. Fils cadet du roi wisigoth Witiza et comte des chrétiens de Cordoue

Comme ses frères Ansemund et Agila , Ardabast, après avoir trahi le roi Rodrigo , a conclu un pacte avec les envahisseurs musulmans à l'époque du calife  al-Walīd I. De cette manière, les descendants de Witiza ont pu conserver d'immenses propriétés territoriales.

Selon les chroniqueurs arabes, Ardabasto était célèbre pour sa richesse, sa ruse et ses talents sociaux et de négociation. Il possédait de nombreuses propriétés, plus d'un millier, réparties dans la partie médiane d'al-Andalus, peut-être le résultat d'un pacte entre les envahisseurs musulmans et les descendants du roi Witiza : Ardabasto, Olemundo (Ansemundo) et Rómulo ou Remila .

 

À la mort d'Agila (711-714) son successeur Ardo (Ardabast ou Ardon) 714- 720 (son frère selon Ibn al-Qūṭiyya) ne règne que sur la région de Narbonne (capitale de la Septimanie), au-delà des Pyrénées.

Il règne en Septimanie peut-être avec l'appui des musulmans, nouveaux maîtres d'une grande partie de l'Hispanie, qui ont franchi les Pyrénées et envahi le sud de la Gaule à partir de 719 environ, à moins qu'il ne soit resté plus ou moins indépendant. Selon un historien andalou du Xe siècle, Ardo est l'un des trois fils du roi wisigoth Wittiza et l'un des frères du roitelet Agila II, peut-être son prédécesseur. Il siège en tant que roi (ou roitelet) à Narbonne, chef-lieu de l'ancien duché wisigoth de Septimanie, et frappe monnaie, symbole de pouvoir. Il pourrait également avoir siégé à Rennes-le-Château, l'ancienne Rhedea des Wisigoths, jadis une importante place forte, au cœur de la seule partie de la Septimanie wisigothique dont l'occupation musulmane n'est pas prouvée, mais nous y reviendrons.

 

Il est connu grâce à une chronique mozarabe : la « Chronique mozarabe de 754 » et par les monnaies retrouvées en Septimanie.

 

En 713/714 son royaume est déjà très réduit, les zones wisigothes pas encore conquises par les musulmans et pendant ses années de gouvernement Ardo doit faire face à plusieurs raids. Le wali al-Hurr conquiert Pampelune, Tarragone et Barcelone, entre les années 717 et 718, et fait des incursions dans les zones les plus montagneuses des Pyrénées.

 

Ardo établit sa cour à Narbonne, car Cesaracosta est aux mains des moros et Tarraco est défruite et sa population morte ou envoyée en esclavage. Il siège aussi à Rennes-le-Château, Rhedae en latin. Ardo fait frapper des pièces de monnaie dans la région du Roussillon[8].

 

La conquête de la Septimanie est faite par le successeur d'al-Hurr, le wāli Al-Samh. En 720/721 les villes de Narbonne, Nîmes, Béziers, Lodève, Agde et Magalona deviennent musulmanes.

 

C'est parait-il en 721 que le roi Ardo est mort. Avec lui disparaît définitivement le royaume des Wisigoths. Mais, selon la Foundation for Medieval Genealogy, Ardo est décédé après 756. Le wāli Abd ar-Rahman ordonne la confiscation de ses terres. Mais, plus tard, il le dit premier comte de l'Espagne musulmane et lui redonne quelques-unes de ses terres[9].

 

Les derniers guerriers wisigoths défendent Nîmes et Carcassonne et continuent leur résistance héroïque pour d'autres ducs ou rois non Wisigoths[10]. Certes Athanagilde II est, en 741-743, le dernier prétendant au trône wisigothique. Toutefois sa mort marque la fin de tout espoir d'un retour à la monarchie hispano-wisigothique[11].

 

Ardo des Balthes est peut-être l'ancêtre de Odda, épouse de Leibulf de Provence, ancêtres des Seigneurs des Baux.

 

__________________________

 

Ardo roitelet à Rhedae (719 - 725/726)

 

 

La forteresse de Rhedae.

 

Les Sarrasins chassent les moines nîmois de leurs couvents (721).

 

Au cours des années qui suivent, le reste de la Septimanie, est presque complètement conquise par les Maures d'al-Andalus. Al-Samh réunit une grande armée et prend les diocèses d’Ales, Saint-Pons, Béziers, Agde, Manguelonne, Lodève... après juste quelques semaines de sièges. Mais Nîmes résiste et Rhedae n'est pas attaquée.

 

Guillaume Besse (1645) et l'évêque Pierre de Marca (1595 - 1662), rapportent que l'archevêque de Narbonne fuyant l'offensive arabe, se réfugie à Rhedae, en 720. Et que lui et ses successeurs y demeurent pendant toute la durée de l'occupation musulmane (720 - 759), c'est à dire trente neuf ans. Ce qui laisse supposer que cette place forte est demeurée aux mains des chrétiens.

 

Enfin, de très vieux écrits espagnols, connus sous le nom de Chronique Mozarabe de 754, nous apprennent qu'Ardo, aurait régné en Septimanie de 719 à 726. L'archevêque de Narbonne, alors ultime Primat d'Espagne, ayant son siège à Rhedae, tout porte à croire, par déduction, que ce fut probablement là que se tient la dernière cour royale wisigothe (La Cité de Rhedae (texte Jean Alain Sipra)

En 737, les Wisigoths qui résistent toujours dans les environs de Narbonne (Minervois, Razès) indiquent aux troupes de Charles Martel comment couper en deux l'armée arabe en marche qui va se porter au secours de Narbonne assiégée, en empruntant le défilé de la Berre qui débouche des Corbières entre Portel et Sigean.

 

Toujours en 737, le gros de l'armée arabe franchit les Pyrénées et est mis en pièces, pris en tenaille par les Francs et Wisigoths aux alentours de Portel des Corbières.

 

________________________________

 

Bataille de Carcassonne (721)

 

 

Siège de Carcassonne, aux mains des Sarrasins, par les Francs.

 

En 721, le wāli Al-Samh gagne la Bataille de Carcassonne (721), ville pourtant entourée par des murailles imposantes.

 

L'armée des Sarrasins s'avance ensuite du côté de Toulouse. Mais le wāli étant informé que le duc Eudes d'Aquitaine se dispose à marcher contre lui avec des forces bien supérieures aux siennes, se replie sur Carcassonne, qui devient dès ce moment la limite du territoire sarrasin (.Histoire du comté et de la vicomté de Carcassonne, précédée de recherches historiques sur Carcassonne et son histoire sous les Volkes, les Romains, les Wisigoths et les Sarrazins, Gabriel Cros-Mayrevieille, J. B. Dumoulin, 1846. p.92.)

 

Après un siège de deux mois au moins arrivent des forces militaires réunis par Eudes d'Aquitaine, qui a battu et tué le wāli Al-Samh le 10 Juin de 721 à Toulouse.

 

Le nouveau une retraite wāli ordonne un repli sur Narbonne, mais la route est coupée par la garnison de Carcassonne, plus au sud vers Rhedae.

 

Ces luttes font que les Arabes mettent fin à toute initiative militaire et favorisent la paix avec les autorités locales autonomes, probablement dirigées par Ardo. Carcassonne, Nîmes, Rhedae... Si Ardo est encore en vie, son royaume se réduit à trois comtés.

 

Noëlle Deflou-Leca et Alain Dubreucq nous disent qu'il résiste jusqu'en 725 aux musulmans, [Sociétés en Europe: mi VIe-fin IXe siècle, Histoire médiévale, Noëlle Deflou-Leca, Alain Dubreucq, Atlande, 2003.]. La Chronique Mozarabe de 754 donne la date de 726.

 

Ibn-el Kouthya constate que son oncle Ardebast saisit les domaines des enfants de Almounz après sa mort, au commencement du règne du khalife Hicham, fils d'Abd-el-Malek (qui régné de 724 à 741). Ibn-el Kouthya enregistre que Abd er-Rahman ordonne la confiscation des terres de Ardebast, mais qui plus tard il le dit premier comte de l'Espagne musulmane et lui redonne quelques-unes de ses terres.

 

Source

 

 

 

 

Une petite note : Pierre Plantard évoque « le rejeton Ardant » pour le fameux Sigebert IV, qui serait venu se réfugier à Rhedae,  En 1992, il reconnait devant la justice française que tout est basé sur une supercherie ; cependant le terme « rejeton Ardant » est proche d’ARDON et Ardon est bien le rejeton oublié de Rennes le Château.

 

Si l’on espère trouver un lien dynastique mérovingien dans la région il faut la trouver avec les Wisigoths. Par exemple les mariages mixtes sont courants dès le VIème siècle entre les deux dynasties.

On connaît en effet Clotilde, fille de Clovis, qui épouse Amalaric, roi des Wisigoths ; Sigebert 1, roi d'Austrasie, qui épouse Brunehaut, fille du roi des Wisigoths Athanagild ; et Rigonthe, fille de Childéric 1 qui épouse Reccared roi des Wisigoths.

(Cf. Edouard Salin : La Civilisation Mérovingienne. - Première partie chapitre II).

 

      • « On en connait ni descendant ni successeur d'Ardo, cependant l'historien et archéologue Laurent Schneider fait remarquer que Wittiza (le futur Saint-Benoit d'Aniane), fils du comte de Maguelone, peut-être Ansemond, soit l'un des personnages les plus importants et leader des Wisigoths dans la région au milieu du VIIIe siècle, porte le même prénom que le père des rois Ardo et Agila II, Wittiza. Le comte Ansemond porte lui aussi une variante du nom d'Olmund, frère supposé d'Ardo et Agila II. Enfin, un des compagnons et historiographe de Saint Benoît porte le nom d'Ardo. (la Vita Benedicti Anianensis, rédigée vers 823 par Ardon, disciple et contemporain de Benoît.)» source
  •  
  • Olmund (transcrit tel quel mais dont le nom en Norrois ancien est bien  Ansemond  Osmundr du nom de personne d'origine également scandinave Ásmundr (François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, éditions Picard 1986. p. 171.), formé de Ás- qui a donné Ases, et mundr qui signifie « protection », donc protégé par les Ases Osmond se retrouve également en Normandie – Viking et Wisigoth ont des origines communes)

 

Je rajoute ces mots qui auront un sens plus tard quand aux propriétés de la famille de Wittiza ou Benoît d’Aniane : « « Ne désirant point bâtir sur les fondations d’autrui », le jeune moine s’en retourne cependant dans sa patrie, en Gothie, sur des possessions familiales, à proximité du fleuve Hérault. » source –tiré  de la Vita Benedicti Anianensis. Sur l’Hérault il y a Adge, mais également Ganges et Agones ; proches d’Aniane et Gellone.

 

 

1 [SPAIN: VANDALS, SUEVI & VISIGOTHS Foundation for Medieval Genealogy ]

    1. SPAIN: VANDALS, SUEVI & VISIGOTHS Foundation for Medieval Genealogy
    2. HISTORIAS DE ESPAÑA VIEJA (XVI): ¿ QUIÉN FUE EL ÚLTIMO REY GODO
    3. Moreno, Eduardo (2006). Conquistadores, Emires Y Califas: Los Omeyas Y la    Formación de Al-Andalus. Editorial Critica. p. 44.
    4. Charlemagne et Mahomet. En Espagne (VIIIe-IXe siècles), Folio histoire, Philippe Sénac, Gallimard 2005.
    5. Francia 34/1. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, Volume 34, Partie 1. Deutsches Historisches Institut (Paris, France), Germany (West). Bundesministerium für Bildung und Wissenschaft, Artemis Verlag, 2007.
    6. SPAIN: VANDALS, SUEVI & VISIGOTHS Foundation for Medieval Genealogy
    7. HISTORIAS DE ESPAÑA VIEJA (XVI): ¿ QUIÉN FUE EL ÚLTIMO REY GODO
    8. HISTORIAS DE ESPAÑA VIEJA (XVI): ¿ QUIÉN FUE EL ÚLTIMO REY GODO
    9. SPAIN: VANDALS, SUEVI & VISIGOTHS Foundation for Medieval Genealogy
    10. HISTORIAS DE ESPAÑA VIEJA (XVI): ¿ QUIÉN FUE EL ÚLTIMO REY GODO
    11. Liste des souverains du Languedoc, rois et comtes...

 

 

 

Notes sur Ardabast du point de vue du narrateur Ibn-el Kouthya :

 

ARDABAST ([702/09]- 756).

Ibn-el Kouthya nomme "Almounz, Roumlouh et Ardebast" comme les trois fils "le dernier des rois Goths en Andalousie…Witiza…encore en bas âge", leur mère"prit la régence et gouverna en leur nom à Tolède" mais ç’est "Rodrigue…le chef des armées du monarque défunt…qui vint établir sa résidence à Cordoue"[404].

Ibn-el Kouthya raconte qu’ "Ardebast" reste à Cordoue et possède"mille villages…au centre du pays" et il serait l’ancêtre "en ligne directe d'Abou Said le Comte"[405].

 

Ibn-el Kouthya raconte que "leur oncle Ardebast" s’approprie les terres d’"Almounz" (Ansemund) après sa mort "au commencement du règne du khalife Hicham, fils d'Abd-el-Malek" (qui régna de 724 à 741)[406].

Ibn-el Kouthya raconte qu’ Abd er-Rahman ordonna la confiscation des terres et domaine d’"Ardebast" mais plus tard il le nomme premier Comte d’Espagne musulmane et lui rendit certaines terres.

 

Les "fils de Wittiza", sont présentés par la Chronique d'Alphonse III comme des traîtres qui ont aidé à livrer l'Hispanie aux Maures (Wittiza avait été en opposition avec l’église ne l’oublions pas). Oppa, une figure ténébreuse mais historique, est réputée avoir été soit un frère, un demi-frère ou un fils de Wittiza, bien que ce dernier soit impossible simplement en raison de la jeunesse de Wittiza et de l'âge réputé d'Oppa en 711. Selon la version Rotensis de la Chronique d'Alphonse III, Wittiza avait trois fils: Olmund (ca), Romulus et Ardabast (Artabasdus), qui devint comte des chrétiens de Coimbra.[27] Olmund est un nom gothique (donc Ansemund « protégé des Ases), Romulus est nom romain et Ardabast (Artavasdes) est nom persan[28] (par l'arménien).

 

La fille d'Olmund, Sara al-Qutiyya, et ses frères se sont fait approprier leurs terres dans la crise de succession, par leur oncle Ardabast. Elle s'est rendue à Damas pour demander à Hisham ibn Abd al-Malik leur retour, qu'il a ensuite ordonné.

 

La Chronique du Xe siècle d'Abu Bakr Ibn Umar Ibn Al-Qutiyya - qui déclara être un descendant de Witiza par une petite-fille nommée Sara - établit que Witiza eut trois enfants : Olmundo, Artabas (Artabasdus) et Romulus (Romulus).44 Mais l'acceptation de la véracité de cette progéniture n'est pas universelle.

 

Certaines chroniques affirment l'existence d'un Flavio Sisebuto, juge des chrétiens de Coimbra, comme fils de Witiza. Certains généalogistes modernes en sont venus à identifier ce Sisebutus avec l'Artobas enregistré dans les chroniques arabes. Mais si ce comte existait vraiment, par chronologie il serait plus probable qu'il soit le frère de Witiza et non le fils.

 

Il y a également eu des spéculations selon lesquelles le roi Agila II, le rival de Rodrigo, était l'un des fils de Witiza, mais c'est une erreur en raison de données contradictoires et légendaires de l'historiographie hispano-arabe.46.

 

Oui effectivement ce Sisebuto ne peut être Ardabast qui termine ses jours en roi de Septimanie.

Source

Ardo n'est enregistré que dans une liste royale wisigothique comme régnant pendant sept ans, mais il a pu vivre sous un autre titre tel que comte

 

Source

 

 

Il est possible que la terre des Baux viennent d'Odda, une noble dame peut-être descendante d'Ardo Balthes. Baux vient d'audacieux en langue gothique, comme Balthes. Edward Gibbon écrit :

 

    Cette lignée illustre continua à s'étendre en France, dans la province gothique de Septimanie, ou Languedoc ; sous l'appellation impropre de Baux ; et un rameau de cette famille s'installa ensuite dans le royaume de Naples. Les seigneurs des Baux, près d'Arles et auprès de soixante-dix neuf lieux dits restèrent indépendants des comtes de Provence (Edward Gibbon, Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain chapitre 30, note de bas de page 4.)

 

Donc Ardabast, Ardo, Ardon meurt avant la fin de la reconquête Chrétienne et il y a fort à parier étant sur Rhédae qu’il y fût enterré avec les honneurs dus à son rang, ou dans les environs très proches.

 

 

 

Ansemud comte de Nîmes, Maguelone, Adge, Beziers

 

 

Que savons-nous d’Ansemund comte de Nîmes, Maguelone, Adge et Béziers :

Comte de Nîmes (cité en 752), Ansemond est maître en plus des villes de Maguelone, d'Agde et de Béziers dont il constitue un petit état. Il refuse l'alliance avec les musulmans et s'allie aux Francs du roi Pépin le Bref qui le charge de s'emparer de Narbonne, tenue par les forces musulmanes depuis une trentaine d'années, aidées par des Goths : Ansemond est tué devant une des portes de la cité en 754 par un de ses domestiques nommé Ermen(i)ard, mandaté par un parti de Goths hostiles à l'alliance franque.

Il est remplacé à la tête du comté de Nîmes par un Franc nommé Radulfus2,3.

Caunia4, sa veuve, est tuée peu après lors des troubles qui éclatent à Nîmes, provoqués par le parti goth hostile aux Francs ; enfin ce qui est raconté par les narrateurs Francs, d’un coup miraculeux Ansemond est assassiné durant le siège de Narbonne puis sa femme lors d’une émeute à Nîmes.

 

  1. La Chronique d'Uzès l'appelle Misemundus ; il s'agit probablement d'une cacographie.
  2. Radulf, Radulphe.
  3. (en) « Radulfus » [archive], sur prosopographie.eu
  4. Caune, Caunie, Cauna.

 

Ardabast dernier roi des Wisigoths détient les comtés de Carcassonne, Narbonne et Nîmes mais aussi les villes de Béziers, Adge et Maguelone ; il perd Narbonne en 720 puis en 725 Carcassonne et Nîmes de cela on peut conclure que le royaume Wisigoth d’Ardabast était indépendant, et donc il perd également Béziers, Adge et Maguelone (villes côtières) en 721.

Les terres intérieures sont plus difficiles d’accès et permettent une résistance active, d’où le repli  sur Rhedhae plus isolée.

Il y règne à priori jusqu’en 726 environ.

 

 

 

En 737 Charles Martel pille et met à sac Nîmes détruit les forteresses d’Adge, Béziers, Maguelone mais ne peut libérer Narbonne.

 

En 752 Ansemund comte de Nîmes et des villes d’Adge, Maguelone et Beziers livre les villes à Pépin le Bref devenu roi des Francs en 751 après avoir évincé le Childéric III dernier roi mérovingien ; ainsi les rois mérovingiens sont « faits néant » ç’est à dire réduit à rien par les Carolingiens avec l’aval de l’assemblée des nobles à Soissons (La monarchie Mérovingienne est au départ élective, Clovis est élu roi des Francs par les guerriers Francs) avec l’aval de la papauté  

Ansemund doit avoir le soutien des Wisigoths mais aussi la légitimité pour livrer ses villes et qui donc pourrait le faire sinon le fils d’Ardabast. Il n’est pas sorti d’un chapeau en s’improvisant comte de Nîmes. De plus Ardabast avait le titre de premier comte de l’Espagne musulmane s’il n’était reconnu roi de Septimanie.

 

Quoiqu’il en soit, il s’allie à Pépin qui lui laisse le siège de Narbonne, mais en 759 (la date est douteuse par  plusieurs investigations parallèles certainement plus tôt) il est assassiné par Ermeniard un homme lige puis son épouse Caunia lors d’une révolte populaire à Nîmes ; alors Radulf est comte Franc de Nîmes installé par Pépin.

 

Evoquons la possibilité d’une négociation entre Ansemund et Pépin le Bref qui lui laisserait Narbonne à l’issu du siège pendant que lui assiègerait Carcassonne (qui tombe effectivement en 759) ou qu’il restituerait les domaines d’Adge, Beziers, Maguelone et Nîmes et mais par un malencontreux hasard va s’en dire favorable à Pépin tout tombe à l’eau, Ansemund est assassiné par un de ses hommes lige Pépin donne Nîmes à Radulf, ou je pense plutôt Caunia l’épouse d’Ansemund décède lors d’une malencontreuse révolte à Nîmes puis Pépin donne la ville à Radulf comte Franc.

 

N’oublions pas que les Carolingiens sont assez habiles pour éliminer toute contestation dynastique possible ou allié potentiellement dangereux.

 

Childéric III est déposé, tondu et placé en monastère à saint Omer par Pépin le Bref en 751, en 753 il fait éliminé son frère cadet Griffon par ses hommes (Pépin) à Saint-Jean-de-Maurienne en Savoie (Riché 1983, p. 82. Et Settipani 1993, p. 157 et 178..)

Le duc d’Aquitaine Waifre est éliminé :

 « Après s'être soumis une première fois, le duc d'Aquitaine se révolte de nouveau en 761, puis chaque année jusqu'en 768, provoquant à chaque fois une réaction punitive du roi Pépin le Bref. Au printemps 768, Pépin s'empare de Bordeaux et réussit à capturer à Saintes la mère, la sœur de Waïfre et ses nièces(Adémar de Chabannes, Chroniques, Livre I, traduction par Yves Chauvin et Georges Pon, Brépols, 2003 (ISBN 2-503-51119-8).. Le 2 juin 768, Waïfre est finalement tué par un des siens, Waratton, sur ordre de Pépin (Michel Rouche, L'Aquitaine: des Wisigoths aux Arabes [archive], Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, Éditions Touzot, 1979, p. 126). »

Il en sera de même pour l’élimination des fils de Guillaume de Gellone et la curieuse disparition  de Carloman(frère de Charlemagne). L’Histoire n’est écrite que par les vainqueurs à leur avantage et apologie.

Donc en éliminant Ansemund, son épouse Caunia, Narbonne est donné par Pépin à Milon dont le père est Guérin de Thurgovie, Nîmes à Radulf, Adge et Béziers tombent sous la férule Franque, il ne reste que Maguelone qui devient un comté et que reprends alors Aigulf certainement frère de Witiza.

Partager cet article
Repost0
9 août 2023 3 09 /08 /août /2023 17:51
Soljenitsyne
 
« Vous, en Europe, vous êtes dans une éclipse de l'intelligence. Vous allez souffrir. Le gouffre est profond. Vous êtes malades. Vous avez la maladie du vide. Le système occidental va vers son état ultime d'épuisement spirituel : le juridisme sans âme, l'humanisme rationaliste, l'abolition de la vie intérieure… Toutes vos élites ont perdu le sens des valeurs supérieures. Elles ont oublié que le premier droit de l'homme, c'est le droit de ne pas encombrer son âme avec des futilités…
 
Cependant, le gouffre s'ouvrira à la lumière. De petites lucioles dans la nuit vacilleront au loin. Il y aura des hommes qui se lèveront, au nom de la vérité, de la nature, de la vie. Ils exerceront leurs enfants à penser différemment, à remettre l'esprit au-dessus de la matière. Ils briseront la spirale du déclin du courage. Ainsi viendra l'éclosion des consciences dressées. Aujourd'hui les dissidents sont à l'Est, ils vont passer à l'Ouest. »
 
extrait tiré de la conférence sur le "Déclin du courage" en 1978 à Harvard
 
 
_______________________________________________
 
 
Le Déclin du courage, par Alexandre Soljenitsyne, Harvard (juin 1978) Communisme et capitalisme, frères ennemis mais frères

Devant la prestigieuse assemblée des enseignants de Harvard, le Prix Nobel rescapé du Goulag soutient que les sociétés soviétique et occidentale moderne ne diffèrent pas de nature. Toutes deux se fondent sur l’autonomie de l’homme par rapport à Dieu et ambitionnent de réaliser son bonheur par le seul changement de système social. Toutes deux génèrent une « pensée unique », l’une du Parti, l’autre de l’opinion. De la société communiste sans loi, l’Occident se distingue par son détestable légalisme source d’égoïsme et de lâcheté. Non, pas de progrès de l’homme sans prise en compte de sa dimension spirituelle.

Table des matières

 

 


Constat du déclin du courage en Occident

L’œil critique d’un observateur extérieur

Je suis très sincèrement heureux de me trouver ici parmi vous, à l’occasion du 327e anniversaire de la fondation de cette université si ancienne et si illustre. La devise de Harvard est « VERITAS ». La vérité est rarement douce à entendre ; elle est presque toujours amère. Mon discours d’aujourd’hui contient une part de vérité ; je vous l’apporte en ami, non en adversaire.
Il y a trois ans, aux États-Unis, j’ai été amené à dire des choses que l’on a rejeté, qui ont paru inacceptables. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui acquiescent à mes propos d’alors…
Le déclin du courage est peut-être le trait le plus saillant de l’Ouest aujourd’hui pour un observateur extérieur. Le monde occidental a perdu son courage civique, à la fois dans son ensemble et singulièrement, dans chaque pays, dans chaque gouvernement, dans chaque pays, et bien sûr, aux Nations Unies.

Lâcheté des élites politiques et intellectuelles

Ce déclin du courage est particulièrement sensible dans la couche dirigeante et dans la couche intellectuelle dominante, d’où l’impression que le courage a déserté la société toute entière. Bien sûr, il y a encore beaucoup de courage individuel mais ce ne sont pas ces gens là qui donnent sa direction à la vie de la société.
Les fonctionnaires politiques et intellectuels manifestent ce déclin, cette faiblesse, cette irrésolution dans leurs actes, leurs discours et plus encore, dans les considérations théoriques qu’ils fournissent complaisamment pour prouver que cette manière d’agir, qui fonde la politique d’un État sur la lâcheté et la servilité, est pragmatique, rationnelle et justifiée, à quelque hauteur intellectuelle et même morale qu’on se place.
Ce déclin du courage, qui semble aller ici ou là jusqu’à la perte de toute trace de virilité, se trouve souligné avec une ironie toute particulière dans les cas où les mêmes fonctionnaires sont pris d’un accès subit de vaillance et d’intransigeance, à l’égard de gouvernements sans force, de pays faibles que personne ne soutient ou de courants condamnés par tous et manifestement incapables de rendre un seul coup. Alors que leurs langues sèchent et que leurs mains se paralysent face aux gouvernements puissants et aux forces menaçantes, face aux agresseurs et à l’Internationale de la terreur. Faut-il rappeler que le déclin du courage a toujours été considéré comme le signe avant coureur de la fin ?

Idéologie de la liberté et perte du sens du bien commun

La liberté promise et les biens matériels aboutissent à un « bonheur pauvre »

Quand les États occidentaux modernes se sont formés, fut posé comme principe que les gouvernements avaient pour vocation de servir l’homme, et que la vie de l’homme était orientée vers la liberté et la recherche du bonheur (en témoigne la déclaration américaine d’indépendance.)
Aujourd’hui, enfin, les décennies passées de progrès social et technique ont permis la réalisation de ces aspirations : un État assurant le bien-être général. Chaque citoyen s’est vu accorder la liberté tant désirée, et des biens matériels en quantité et en qualité propres à lui procurer, en théorie, un bonheur complet, mais un bonheur au sens appauvri du mot, tel qu’il a cours depuis ces mêmes décennies.

L’obsession de la possession et du confort suscite inquiétude et dépression

Au cours de cette évolution, cependant, un détail psychologique a été négligé : le désir permanent de posséder toujours plus et d’avoir une vie meilleure, et la lutte en ce sens, ont imprimé sur de nombreux visages à l’Ouest les marques de l’inquiétude et même de la dépression, bien qu’il soit courant de cacher soigneusement de tels sentiments. Cette compétition active et intense finit par dominer toute pensée humaine et n’ouvre pas le moins du monde la voie à la liberté du développement spirituel.
L’indépendance de l’individu à l’égard de nombreuses formes de pression étatique a été garantie ; la majorité des gens ont bénéficié du bien-être, à un niveau que leurs pères et leurs grands-pères n’auraient même pas imaginé ; il est devenu possible d’élever les jeunes gens selon ces idéaux, de les préparer et de les appeler à l’épanouissement physique, au bonheur, au loisir, à la possession de biens matériels, l’argent, les loisirs, vers une liberté quasi illimitée dans le choix des plaisirs.
Pourquoi devrions-nous renoncer à tout cela ?
Au nom de quoi devrait-on risquer sa précieuse existence pour défendre le bien commun, et tout spécialement dans le cas douteux où la sécurité de la nation aurait à être défendue dans un pays lointain ?
Même la biologie nous enseigne qu’un haut degré de confort n’est pas bon pour l’organisme. Aujourd’hui, le confort de la vie de la société occidentale commence à ôter son masque pernicieux.

Le légalisme ou la « lettre » de la loi, ou la loi sans la légitimité

Une société fondée sur la lettre de la loi engendre la médiocrité

La société occidentale s’est choisie l’organisation la plus appropriée à ses fins, une organisation que j’appellerais légaliste. Les limites des droits de l’homme et de ce qui est bon sont fixées par un système de lois ; ces limites sont très lâches.
Les hommes à l’Ouest ont acquis une habileté considérable pour utiliser, interpréter et manipuler la loi, bien que paradoxalement les lois tendent à devenir bien trop compliquées à comprendre pour une personne moyenne sans l’aide d’un expert. Tout conflit est résolu par le recours à la lettre de la loi, qui est considérée comme le fin mot de tout. Si quelqu’un se place du point de vue légal, plus rien ne peut lui être opposé ; nul ne lui rappellera que cela pourrait n’en être pas moins illégitime.
Impensable de parler de contrainte ou de renonciation à ces droits, ni de demander de sacrifice ou de geste désintéressé : cela paraîtrait absurde. On n’entend pour ainsi dire jamais parler de retenue volontaire : chacun lutte pour étendre ses droits jusqu’aux extrêmes limites des cadres légaux.
J’ai vécu toute ma vie sous un régime communiste, et je peux vous dire qu’une société sans référent légal objectif est particulièrement terrible. Mais une société basée sur la lettre de la loi, et n’allant pas plus loin, échoue à déployer à son avantage le large champ des possibilités humaines.
La lettre de la loi est trop froide et formelle pour avoir une influence bénéfique sur la société. Quand la vie est tout entière tissée de relations légalistes, il s’en dégage une atmosphère de médiocrité spirituelle qui paralyse les élans les plus nobles de l’homme.
Et il sera tout simplement impossible de relever les défis de notre siècle menaçant armés des seules armes d’une structure sociale légaliste.

Opinion, presse, Parlements paralysent toute action utile au bien commun

Aujourd’hui la société occidentale nous révèle qu’il règne une inégalité entre la liberté d’accomplir de bonnes actions et la liberté d’en accomplir de mauvaises. Un homme d’État qui veut accomplir quelque chose d’éminemment constructif pour son pays doit agir avec beaucoup de précautions, avec timidité pourrait-on dire. Des milliers de critiques hâtives et irresponsables le heurtent de plein fouet à chaque instant. Il se trouve constamment exposé aux traits du Parlement, de la presse. Il doit justifier pas à pas ses décisions, comme étant bien fondées et absolument sans défauts. Et un homme exceptionnel, de grande valeur, qui aurait en tête des projets inhabituels et inattendus, n’a aucune chance de s’imposer : d’emblée on lui tendra mille pièges. De ce fait, la médiocrité triomphe sous le masque des limitations démocratiques.
Il est aisé en tout lieu de saper le pouvoir administratif, et il a en fait été considérablement amoindri dans tous les pays occidentaux. La défense des droits individuels a pris de telles proportions que la société en tant que telle est désormais sans défense contre les initiatives de quelques-uns. Il est temps, à l’Ouest, de défendre non pas temps les droits de l’homme que ses devoirs.

Une liberté destructrice et irresponsable

Liberté de la violence et du mal

D’un autre côté, une liberté destructrice et irresponsable s’est vue accorder un espace sans limite. Il s’avère que la société n’a plus que des défenses infimes à opposer à l’abîme de la décadence humaine, par exemple en ce qui concerne le mauvais usage de la liberté en matière de violence morale faites aux enfants, par des films tout pleins de pornographie, de crime, d’horreur. On considère que tout cela fait partie de la liberté, et peut être contrebalancé, en théorie, par le droit qu’ont ces mêmes enfants de ne pas regarder et de refuser ces spectacles. L’organisation légaliste de la vie a prouvé ainsi son incapacité à se défendre contre la corrosion du mal
L’évolution s’est faite progressivement, mais il semble qu’elle ait eu pour point de départ la bienveillante conception humaniste selon laquelle l’homme, maître du monde, ne porte en lui aucun germe de mal, et tout ce que notre existence offre de vicié est simplement le fruit de systèmes sociaux erronés qu’il importe d’amender. Et pourtant, il est bien étrange de voir que le crime n’a pas disparu à l’Ouest, alors même que les meilleures conditions de vie sociale semblent avoir été atteintes. Le crime est même bien plus présent que dans la société soviétique, misérable et sans loi…

Presse libre ou presse bavarde, irresponsable et esclave du courant dominant de l’opinion

La presse, aussi, bien sûr, jouit de la plus grande liberté. Mais pour quel usage ? … Quelle responsabilité s’exerce sur le journaliste, ou sur un journal, à l’encontre de son lectorat, ou de l’histoire ?
S’ils ont trompé l’opinion publique en divulguant des informations erronées, ou de fausses conclusions, si même ils ont contribué à ce que des fautes soient commises au plus haut degré de l’État, avons-nous le souvenir d’un seul cas, où le dit journaliste ou le dit journal ait exprimé quelque regret ? Non, bien sûr, cela porterait préjudice aux ventes. De telles erreurs peut bien découler le pire pour une nation, le journaliste s’en tirera toujours.
Étant donné que l’on a besoin d’une information crédible et immédiate, il devient obligatoire d’avoir recours aux conjectures, aux rumeurs, aux suppositions pour remplir les trous, et rien de tout cela ne sera jamais réfuté ; ces mensonges s’installent dans la mémoire du lecteur. Combien de jugements hâtifs, irréfléchis, superficiels et trompeurs sont ainsi émis quotidiennement, jetant le trouble chez le lecteur, et le laissant ensuite à lui-même ?
La presse peut jouer le rôle d’opinion publique, ou la tromper. De la sorte, on verra des terroristes peints sous les traits de héros, des secrets d’État touchant à la sécurité du pays divulgués sur la place publique, ou encore des intrusions sans vergogne dans l’intimité de personnes connues, en vertu du slogan : « tout le monde a le droit de tout savoir ».
Mais c’est un slogan faux, fruit d’une époque fausse ; d’une bien plus grande valeur est ce droit confisqué, le droit des hommes de ne pas savoir, de ne pas voir leur âme divine étouffée sous les ragots, les stupidités, les paroles vaines. Une personne qui mène une vie pleine de travail et de sens n’a absolument pas besoin de ce flot pesant et incessant d’information
Autre chose ne manquera pas de surprendre un observateur venu de l’Est totalitaire, avec sa presse rigoureusement univoque : on découvre un courant général d’idées privilégiées au sein de la presse occidentale dans son ensemble, une sorte d’esprit du temps, fait de critères de jugement reconnus par tous, d’intérêts communs, la somme de tout cela donnant le sentiment non d’une compétition mais d’une uniformité. Il existe peut-être une liberté sans limite pour la presse, mais certainement pas pour le lecteur : les journaux ne font que transmettre avec énergie et emphase toutes ces opinions qui ne vont pas trop ouvertement contredire ce courant dominant.

Liberté ou asservissement général à l’opinion, à la pensée unique ?

Sans qu’il y ait besoin de censure, les courants de pensée, d’idées à la mode sont séparés avec soin de ceux qui ne le sont pas, et ces derniers, sans être à proprement parler interdits, n’ont que peu de chances de percer au milieu des autres ouvrages et périodiques, ou d’être relayés dans le supérieur.
Vos étudiants sont libres au sens légal du terme, mais ils sont prisonniers des idoles portées aux nues par l’engouement à la mode. Sans qu’il y ait, comme à l’Est, de violence ouverte, cette sélection opérée par la mode, ce besoin de tout conformer à des modèles standards, empêchent les penseurs les plus originaux d’apporter leur contribution à la vie publique et provoquent l’apparition d’un dangereux esprit grégaire qui fait obstacle à un développement digne de ce nom.
Aux États-Unis, il m’est arrivé de recevoir des lettres de personnes éminemment intelligentes… peut-être un professeur d’un petit collège perdu, qui aurait pu beaucoup pour le renouveau et le salut de son pays, mais le pays ne pouvait l’entendre, car les média n’allaient pas lui donner la parole. Voilà qui donne naissance à de solides préjugés de masse, à un aveuglement qui à notre époque est particulièrement dangereux…

La société occidentale moderne n’est pas un bon modèle

Il est universellement admis que l’Ouest montre la voie au monde entier vers le développement économique réussi, même si dans les dernières années il a pu être sérieusement entamé par une inflation chaotique.
Et pourtant, beaucoup d’hommes à l’Ouest ne sont pas satisfaits de la société dans laquelle ils vivent. Ils la méprisent, ou l’accusent de plus être au niveau de maturité requis par l’humanité. Et beaucoup sont amenés à glisser vers le socialisme, ce qui est une tentation fausse et dangereuse.
J’espère que personne ici présent ne me suspectera de vouloir exprimer une critique du système occidental dans l’idée de suggérer le socialisme comme alternative. Non, pour avoir connu un pays où le socialisme a été mis en œuvre, je ne me prononcerai pas en faveur d’une telle alternative…
Mais si l’on me demandait si, en retour, je pourrais proposer l’Ouest, en son état actuel, comme modèle pour mon pays, il me faudrait en toute honnêteté répondre par la négative. Non, je ne prendrais pas votre société comme modèle pour la transformation de la mienne.
On ne peut nier que les personnalités s’affaiblissent à l’Ouest, tandis qu’à l’Est elles ne cessent de devenir plus fermes et plus fortes. Bien sûr, une société ne peut rester dans des abîmes d’anarchie, comme c’est le cas dans mon pays. Mais il est tout aussi avilissant pour elle de rester dans un état affadi et sans âme de légalisme, comme c’est le cas de la vôtre.
Après avoir souffert pendant des décennies de violence et d’oppression, l’âme humaine aspire à des choses plus élevées, plus brûlantes, plus pures que celles offertes aujourd’hui par les habitudes d’une société massifiée, forgées par l’invasion révoltante de publicités commerciales, par l’abrutissement télévisuel, et par une musique intolérable.
Tout cela est sensible pour de nombreux observateurs partout sur la planète. Le mode de vie occidental apparaît de moins en moins comme le modèle directeur.
Il est des symptômes révélateurs par lesquels l’histoire lance des avertissements à une société menacée ou en péril. De tels avertissements sont, en l’occurrence, le déclin des arts, ou le manque de grands hommes d’État. Et il arrive parfois que les signes soient particulièrement concrets et explicites. Le centre de votre démocratie et de votre culture est-il privé de courant pendant quelques heures, et voilà que soudainement des foules de citoyens Américains se livrent au pillage et au grabuge. C’est que le vernis doit être bien fin, et le système social bien instable et mal en point.
Mais le combat pour notre planète, physique et spirituel, un combat aux proportions cosmiques, n’est pas pour un futur lointain ; il a déjà commencé. Les forces du Mal ont commencé leur offensive décisive. Vous sentez déjà la pression qu’elles exercent, et pourtant, vos écrans et vos écrits sont pleins de sourires sur commande et de verres levés. Pourquoi toute cette joie ?

L’autonomie, ou la raison du déclin

L’autonomie humaniste, fondement de la modernité

Comment l’Ouest a-t-il pu décliner, de son pas triomphal à sa débilité présente ? A-t-il connu dans son évolution des points de non-retour qui lui furent fatals, a-t-il perdu son chemin ?
Il ne semble pas que cela soit le cas. L’Ouest a continué à avancer d’un pas ferme en adéquation avec ses intentions proclamées pour la société, main dans la main avec un progrès technologique étourdissant. Et tout soudain il s’est trouvé dans son état présent de faiblesse.
Cela signifie que l’erreur doit être à la racine, à la fondation de la pensée moderne. Je parle de la vision du monde qui a prévalu en Occident à l’époque moderne. Je parle de la vision du monde qui a prévalu en Occident, née à la Renaissance, et dont les développements politiques se sont manifestés à partir des Lumières.
Elle est devenue la base de la doctrine sociale et politique et pourrait être appelée l’humanisme rationaliste, ou l’autonomie humaniste : l’autonomie proclamée et pratiquée de l’homme à l’encontre de toute force supérieure à lui. On peut parler aussi d’anthropocentrisme : l’homme est vu au centre de tout.

De l’humanisme au culte de l’homme et de son bien être physique

Historiquement, il est probable que l’inflexion qui s’est produite à la Renaissance était inévitable. Le Moyen-Âge en était venu naturellement à l’épuisement, en raison d’une répression intolérable de la nature charnelle de l’homme en faveur de sa nature spirituelle.
Mais en s’écartant de l’esprit, l’homme s’empara de tout ce qui est matériel, avec excès et sans mesure. La pensée humaniste, qui s’est proclamée notre guide, n’admettait pas l’existence d’un mal intrinsèque en l’homme, et ne voyait pas de tâche plus noble que d’atteindre le bonheur sur terre.
Voilà qui engagea la civilisation occidentale moderne naissante sur la pente dangereuse de l’adoration de l’homme et de ses besoins matériels. Tout ce qui se trouvait au-delà du bien-être physique et de l’accumulation de biens matériels, tous les autres besoins humains, caractéristiques d’une nature subtile et élevée, furent rejetés hors du champ d’intérêt de l’État et du système social, comme si la vie n’avait pas un sens plus élevé.

Du matérialisme à l’égoïsme, à la misère morale et à l’impasse politique

De la sorte, des failles furent laissées ouvertes pour que s’y engouffre le mal, et son haleine putride souffle librement aujourd’hui. Plus de liberté en soi ne résout pas le moins du monde l’intégralité des problèmes humains, et même en ajoute un certain nombre de nouveaux.
Et pourtant, dans les jeunes démocraties, comme la démocratie américaine naissante, tous les droits de l’homme individuels reposaient sur la croyance que l’homme est une créature de Dieu. C’est-à-dire que la liberté était accordée à l’individu de manière conditionnelle, soumise constamment à sa responsabilité religieuse. Tel fut l’héritage du siècle passé.
Toutes les limitations de cette sorte s’émoussèrent en Occident, une émancipation complète survint, malgré l’héritage moral de siècles chrétiens, avec leurs prodiges de miséricorde et de sacrifice.
Les États devinrent sans cesses plus matérialistes. L’Occident a défendu avec succès, et même surabondamment, les droits de l’homme, mais l’homme a vu complètement s’étioler la conscience de sa responsabilité devant Dieu et la société.
Durant ces dernières décennies, cet égoïsme juridique de la philosophie occidentale a été définitivement réalisé, et le monde se retrouve dans une cruelle crise spirituelle et dans une impasse politique. Et tous les succès techniques, y compris la conquête de l’espace, du Progrès tant célébré n’ont pas réussi à racheter la misère morale dans laquelle est tombé le XXe siècle, que personne n’aurait pu encore soupçonner au XIXe siècle.

L’humanisme matérialiste, creuset unique des sociétés libérale et communiste

L’humanisme dans ses développements devenant toujours plus matérialiste, il permit avec une incroyable efficacité à ses concepts d’être utilisés d’abord par le socialisme, puis par le communisme, de telle sorte que Karl Marx pût dire, en 1844, que « le communisme est un humanisme naturalisé. »
Il s’est avéré que ce jugement était loin d’être faux. On voit les mêmes pierres aux fondations d’un humanisme altéré et de tout type de socialisme : un matérialisme sans frein, une libération à l’égard de la religion et de la responsabilité religieuse, une concentration des esprits sur les structures sociales avec une approche prétendument scientifique.
Ce n’est pas un hasard si toutes les promesses rhétoriques du communisme sont centrées sur l’Homme, avec un grand H, et son bonheur terrestre. À première vue, il s’agit d’un rapprochement honteux : comment, il y aurait des points communs entre la pensée de l’Ouest et de l’Est aujourd’hui ? Là est la logique du développement matérialiste…

Un même principe d’autonomie : « l’homme est la mesure de toute chose »

Je ne pense pas au cas d’une catastrophe amenée par une guerre mondiale, et aux changements qui pourraient en résulter pour la société. Aussi longtemps que nous nous réveillerons chaque matin, sous un soleil paisible, notre vie sera inévitablement tissée de banalités quotidiennes.
Mais il est une catastrophe qui pour beaucoup est déjà présente pour nous. Je veux parler du désastre d’une conscience humaniste parfaitement autonome et irréligieuse.
Elle a fait de l’homme la mesure de toutes choses sur terre, l’homme imparfait, qui n’est jamais dénué d’orgueil, d’égoïsme, d’envie, de vanité, et tant d’autres défauts.
Nous payons aujourd’hui les erreurs qui n’étaient pas apparues comme telles au début de notre voyage. Sur la route qui nous a amenés de la Renaissance à nos jours, notre expérience s’est enrichie, mais nous avons perdu l’idée d’une entité supérieure qui autrefois réfrénait nos passions et notre irresponsabilité.

Une même maladie : le rejet de toute vie intérieure et progrès moral

Nous avions placé trop d’espoirs dans les transformations politico-sociales, et il se révèle qu’on nous enlève ce que nous avons de plus précieux : notre vie intérieure.
À l’Est, c’est la foire du Parti qui la foule aux pieds,
à l’Ouest la foire du Commerce : ce qui est effrayant, ce n’est même pas le fait du monde éclaté, c’est que les principaux morceaux en soient atteints d’une maladie analogue.
Si l’homme, comme le déclare l’humanisme, n’était né que pour le bonheur, il ne serait pas né non plus pour la mort. Mais corporellement voué à la mort, sa tâche sur cette terre n’en devient que plus spirituelle : non pas un gorgement de quotidienneté, non pas la recherche des meilleurs moyens d’acquisition, puis de joyeuse dépense des biens matériels, mais l’accomplissement d’un dur et permanent devoir, en sorte que tout le chemin de notre vie devienne l’expérience d’une élévation avant tout spirituelle : quitter cette vie en créatures plus hautes que nous n’y étions entrés.

Assumer notre nature physique mais surtout spirituelle

Il est impératif que nous revoyions à la hausse l’échelle de nos valeurs humaines. Sa pauvreté actuelle est effarante. Il n’est pas possible que l’aune qui sert à mesurer de l’efficacité d’un président se limite à la question de combien d’argent l’on peut gagner, ou de la pertinence de la construction d’un gazoduc.
Ce n’est que par un mouvement volontaire de modération de nos passions, sereine et acceptée par nous, que l’humanité peut s’élever au-dessus du courant de matérialisme qui emprisonne le monde.
Quand bien même nous serait épargné d’être détruits par la guerre, notre vie doit changer si elle ne veut pas périr par sa propre faute. Nous ne pouvons nous dispenser de rappeler ce qu’est fondamentalement la vie, la société.
— Est-ce vrai que l’homme est au-dessus de tout ?
— N’y a-t-il aucun esprit supérieur au-dessus de lui ?
— Les activités humaines et sociales peuvent-elles légitimement être réglées par la seule expansion matérielle ?
— A-t-on le droit de promouvoir cette expansion au détriment de l’intégrité de notre vie spirituelle ?
Si le monde ne touche pas à sa fin, il a atteint une étape décisive dans son histoire, semblable en importance au tournant qui a conduit du Moyen-Âge à la Renaissance. Cela va requérir de nous un embrasement spirituel. Il nous faudra nous hisser à une nouvelle hauteur de vue, à une nouvelle conception de la vie, où notre nature physique ne sera pas maudite, comme elle a pu l’être au Moyen-âge, mais, ce qui est bien plus important, où notre être spirituel ne sera pas non plus piétiné, comme il le fut à l’ère moderne.
Notre ascension nous mène à une nouvelle étape anthropologique. Nous n’avons pas d’autre choix que de monter… toujours plus haut.

  

Partager cet article
Repost0
9 août 2023 3 09 /08 /août /2023 17:12

 

Un vaccin extrêmement dangereux à lire absolument

Henry

 

___________________________________

Qu'est-ce qui nous a amenés ici ?

L'annonce de la découverte de l'ARNm en 1961 a été un moment de grande effervescence scientifique. Avant ce point de repère, il y avait eu des observations antérieures de cet intermédiaire d'ARN de courte durée mais vital, contribuant toutes à la compréhension de la façon dont les gènes créent l'ARNm et de son rôle dans la production de protéines.

 

Essentiellement, l'ARNm transmet des instructions génétiques de l'ADN de la cellule aux ribosomes, permettant l'assemblage de protéines spécifiques basées sur ces instructions.

Peu de temps après la découverte, les scientifiques se sont lancés dans des expériences sur la façon d'utiliser l'ARNm pour faciliter le processus de guérison du corps. En 1990, ils ont injecté de l'ARNm naturel (non modifié) dans le muscle squelettique d'une souris, ce qui a entraîné la production d'une protéine que la souris ne produirait pas naturellement.

 

 

 

Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, le programme de régulation des gènes d'individus en bonne santé a été largement manipulé.

 

Les vaccins COVID-19 n'ont jamais été fabriqués avec de l'ARNm

Contrairement aux informations antérieures, les injections de COVID-19 à base d'ARN ont été produites à l'aide d'ARN modifié, et non d'ARN messager (ARNm).

 

L'ARN modifié (modARN) comporte des risques importants pour la santé .

 

Ces risques ne concernent pas seulement les injections et rappels actuels de COVID-19, mais, à moins que nous n'agissions maintenant, également tous les futurs vaccins à base d'ARN.

L'ARNm et l'ARNmod sont distincts

L'ARNm est d'origine naturelle, résidant dans nos cellules pendant une courte période et étant relativement délicat. Il représente un type d'ARN spécifique chargé de transmettre des instructions ou des « messages » de nos gènes, aidant à la production de protéines, les composants fondamentaux de nos cellules. Il est continuellement généré dans le cadre des processus cellulaires normaux, complétant sa fonction une fois que les messages sont délivrés et finalement décomposés dans le corps.

 

Lorsque l'ARN d'une source externe pénètre dans nos cellules (comme l'ARN viral), ces cellules peuvent synthétiser des protéines virales.

 

Bien que nous ayons été informés que les injections de COVID-19 contiennent de l'ARNm, un vaccin reposant sur l'ARNm "naturel" ne durerait pas assez longtemps pour déclencher une réponse immunitaire avant d'être éliminé par notre système immunitaire.

Pour rendre l'ARNm viable pour un usage médical régulier, les scientifiques ont dû le modifier artificiellement pour améliorer à la fois son efficacité et sa durée de vie, ce qui a donné un modARN.

 

modRNA a été conçu pour une viabilité prolongée et une traduction maximale. Alors que l'ARNm affiche un modèle d'expression spécifique à la cellule, l'ARNmod peut infiltrer presque tous les types de cellules.

 

Cependant, il est vite devenu évident que le transfert d'ARNm naturel était inefficace. Alors qu'il fonctionnait en principe, il se dégradait rapidement et s'avérait inefficace à des fins thérapeutiques.

 

Cette prise de conscience a incité l'exploration d'ARNm synthétiques ou artificiellement modifiés. À l'origine, cette recherche visait à reprogrammer et à éliminer les cellules cancéreuses, le seul objectif du modRNA avant la pandémie de COVID-19.

modARN

Comment l'ARN est-il modifié ? Pour le dire simplement, l'un des quatre composés de l'ARN subit une modification (par exemple, l'uridine nucléosidique naturelle est modifiée pour créer de la méthyl-pseudouridine synthétique/artificielle). Le modARN résultant possède les caractéristiques suivantes :

 
 
  • Stabilité accrue (il présente une durée de vie plus longue dans le corps).
  • Immunogénicité réduite (il déclenche une moindre stimulation du système immunitaire inné).
  • Efficacité accrue (le modRNA produit plus de protéines par rapport à une quantité équivalente d'ARNm).

ModRNA est synthétisé dans un laboratoire .

Cependant, l' application thérapeutique du modARN chez l'homme présente des défis et des risques.

Notamment, le modRNA contient une séquence de gène viral. Une fois qu'il pénètre dans une cellule, le modRNA réquisitionne la machinerie cellulaire et la reprogramme pour générer une protéine virale, telle que la protéine de pointe.

 

Peut-être le plus étonnant, lors du développement des vaccins et des rappels COVID-19, les scientifiques savaient déjà que la livraison ciblée de modRNA était impossible. Le modRNA ne peut pas être délivré de manière sélective à des cellules spécifiques. En conséquence, il attaque des cellules parfaitement saines, franchissant des barrières naturelles comme la barrière hémato-encéphalique.

La production continue d'une protéine virale artificielle épuise l'énergie de la cellule, perturbe son métabolisme et altère la capacité de la cellule à remplir ses fonctions vitales pour l'ensemble de l'organisme.

 

Pour aggraver les choses, le système immunitaire détruit ensuite les cellules produisant des protéines virales.

Malgré ces inconvénients importants, Pfizer-BioNTech et Moderna ont procédé à la production à grande échelle de «vaccins» COVID-19 utilisant le modARN.

Infection naturelle vs injection d'ARNmod : comment le corps réagit-il ?

La protéine de pointe est largement reconnue comme nocive pour notre corps.

Dans le cas d'une infection naturelle, notre système immunitaire protège les cellules de notre corps contre le virus en produisant des anticorps spécifiques, qui peuvent également fournir une immunité croisée contre les variantes du virus.

Cependant, avec l'injection de modARN, notre système immunitaire ne peut pas empêcher les nanoparticules lipidiques de délivrer le modARN dans toutes les cellules, pas seulement celles qui possèdent le récepteur approprié pour la liaison du virus, comme on le voit dans les infections naturelles.

 

Distinguer le virus du vaccin

Certains ont affirmé que la réponse du corps au vaccin modARN reflète sa réponse au virus réel, mais c'est faux.

Examinons le virus naturel et comment notre corps y réagit :

  • L'ARN du virus agit comme un modèle, contenant des instructions pour tous les composants nécessaires à la production d'un nouveau virus, pas uniquement la protéine de pointe.
  • L'ARN du virus est enveloppé dans une enveloppe protéique, conduisant à la production de divers anticorps par notre système immunitaire, qui peuvent conférer un certain niveau d'immunité croisée pour combattre les variantes du virus.
  • La majorité des virus respiratoires sont empêchés de pénétrer dans notre corps par le système immunitaire présent dans les muqueuses buccale et nasale. Le virus n'injecte pas son ARN dans les vaisseaux sanguins mais se lie à des récepteurs spécifiques sur les surfaces cellulaires et injecte directement l'ARN dans les cellules.
  • Il est crucial de souligner que seules des cellules spécifiques avec les récepteurs appropriés à leur surface peuvent être infectées.

Le rôle de notre système immunitaire est d'éliminer les cellules infectées par le virus, empêchant la réplication virale et l'infection de nouvelles cellules. Une fois la bataille gagnée (généralement en quelques jours), notre système immunitaire arrête le processus.

Maintenant, explorons la réponse du corps à l'injection de modARN ("le vaccin") :

 
  • Le vaccin contient du modARN exclusivement pour la protéine de pointe, ce qui n'entraîne aucune immunité croisée de la vaccination.
  • Contrairement au virus, le vaccin-modRNA n'a pas d'enveloppe protéique et est plutôt encapsulé dans une nanoparticule lipidique.
  • Les nanoparticules lipidiques ne nécessitent pas de récepteurs pour l'entrée dans les cellules ; leur composition lipidique leur permet de fusionner de manière transparente avec la membrane cellulaire.
  • Le système immunitaire génère des anticorps pour combattre les antigènes, y compris les agents pathogènes (virus, bactéries), les particules étrangères (spores fongiques, allergènes) ou toute substance provoquant une réponse immunitaire spécifique. Cependant, les nanoparticules lipidiques transportant le modARN manquent de ces antigènes, ce qui leur permet d'échapper à l'avis du système immunitaire spécifique et de déclencher une inflammation non spécifique. Par conséquent, cette dynamique conduit à une recrudescence de l'activité du système immunitaire, entraînant une production croissante d'anticorps contre la protéine de pointe. Chaque dose de rappel subséquente de nanoparticules lipidiques délivre une quantité croissante de modARN, perpétuant la production continue de nouvelles protéines de pointe.
  • Les vaccins sont administrés dans le muscle, mais l'injection directe dans une cellule musculaire est presque impossible en raison de la différence de taille entre la grande seringue et la petite cellule. Souvent, les seringues perforent par inadvertance les vaisseaux sanguins, provoquant le dépôt du vaccin dans l'espace intercellulaire entre les cellules musculaires. Le liquide dans cet espace intercellulaire, connu sous le nom de liquide lymphatique, finit par fusionner avec le sang en raison de l'apport sanguin abondant dans les muscles.
  • Le vaccin et le modARN de rappel continueront à produire des protéines de pointe pendant des semaines, voire des mois, un écart significatif par rapport à une infection naturelle, car notre machinerie cellulaire (par exemple, l'enzyme RNase) ne peut pas dégrader le modARN artificiel. Les chercheurs ont découvert que les cas graves de COVID-19 étaient parfois liés à un dérèglement du système immunitaire (appelé «tempête de cytokines») plutôt qu'à la présence du virus lui-même.

Mauvais profil d'innocuité du modARN

Les premières études précliniques ont suscité l'optimisme concernant les avantages des injections à base d'ARN. Cependant, lorsqu'elle a été testée sur des humains, la capacité à induire une réponse immunitaire s'est avérée moins efficace que prévu sur la base d'expérimentations animales.

Une revue Nature de 2018 (lire ci-dessous) a souligné que "des essais récents sur l'homme ont démontré des réactions modérées et, dans de rares cas, graves au site d'injection ou systémiques pour différentes plateformes d'ARNm".

En conséquence, l'attention s'est portée sur le modRNA.

L'ARNmod injecté peut entraîner une thrombose , pouvant entraîner un accident vasculaire cérébral, un infarctus du myocarde ou une embolie pulmonaire, et peut également contribuer à la formation de caillots sanguins dans les vaisseaux sanguins.

L'analyse des bases de données en libre accès de divers pays, dont les États-Unis, l'Europe et le Royaume-Uni, révèle que ces risques se sont matérialisés par des effets secondaires réels chez les personnes ayant reçu des injections de COVID-19.

 

Rapport confidentiel sur les décès liés au COVID-19

En juin 2023, en réponse à une demande du Freedom of Information Act, des rapports auparavant confidentiels de BioNTech à l'Agence européenne des médicaments (EMA) ont été publiés, rendant publics certains de ces effets indésirables. Les rapports comprenaient des données recueillies sur une période de six mois de décembre 2021 à juin 2022, ainsi que des données cumulatives depuis décembre 2020 ( pdf ).

Les données ont révélé 3 280 décès au sein d'un groupe de 508 351 personnes qui ont reçu le vaccin au cours d'une période combinée comprenant des essais cliniques et après la commercialisation. Ces décès, ainsi que des dizaines de milliers d'événements indésirables graves, sont survenus lorsque les fabricants de vaccins ont affirmé que les injections à base d'ARNmod étaient sûres.

Les vaccins COVID-19 n'ont jamais été fabriqués avec de l'ARNm

L'idée de programmer n'importe quelle cellule de notre corps pour produire continuellement une grande quantité d'une protéine virale est illogique et va à l'encontre des principes des infections virales naturelles, conduisant à une activation excessive du système immunitaire.

Mandater des injections de modARN basées sur des gènes, commercialisés sous forme de vaccins, pour des individus en parfaite santé est à la fois contraire à l'éthique et dangereux.

 

Source

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 août 2023 3 09 /08 /août /2023 17:08

Si vous vous interrogez sur le fonctionnement, les erreurs, les tromperies de la BIG PHARMA regardez ces vidéos, ç'est une synthèse de référence

 

Henry

La corruption de la Recherche

Partager cet article
Repost0
9 août 2023 3 09 /08 /août /2023 17:03

Partager cet article
Repost0
9 août 2023 3 09 /08 /août /2023 16:56

A voir absolument !

Henry

Partager cet article
Repost0

Pages