Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

1 février 2024 4 01 /02 /février /2024 18:43

FLASH - Les chômeurs en fin de droits n'auront plus d'allocation de solidarité spécifique (ASS) et seront basculés directement au RSA. Ils devront travailler 15h par semaine. (1er ministre)

— Brèves de presse (@Brevesdepresse) January 30, 2024

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2024 3 31 /01 /janvier /2024 11:06

Que l'on y croit ou pas, une petite vidéo sur les conjonctions des trois révolutions Françaises, celle de 1789, 1830 et 1848, puis une projection sur celle de 2024. Quoiqu'il en soit nous savons tous que le mécontentement est largement installé et la colère s'accumule.

Henry

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2024 3 31 /01 /janvier /2024 10:36

Macron, grand joueur de flute à l'international, en représentation permanente en France sous les huées et jets de pierres !

Le public en est crevé  de la symphonie en sol do mi à  traversière sur les ondes,  la télé,  dvd, blue ray, k7 vidéo, disques 33, 45 et 78 tours et en morse

 

Henry

Mensonge de Macron au sujet du Mercosur
Un document de France Stratégie dévoile les ambitions du gouvernement : diviser la consommation de viande par 2, faire baisser les constructions neuves de 85%, la consommation d’eau de 15%…

 

En pleine grogne des agriculteurs, les chiffres avancés comme base de travail donnent le tournis au maire : en 2050, la consommation de viande est divisée par deux. Le maïs ? 40 % de cultures en moins. La vigne ? Moins 20 %, comme pour la betterave et la pomme de terre. Partant de ces hypothèses, les besoins d’irrigation sont revus de 15 % à la baisse, malgré l’augmentation prévisible des périodes de sécheresse.À LIRE AUSSI Le vrai scandale de l’eau

Le document table sur « une baisse générale de l’activité industrielle ». Avec une diminution de 85 % de la construction neuve. Ou encore de 30 % de l’industrie pharmaceutique grâce à l’hypothétique développement de la marche et du vélo et à une alimentation moins carnée ( !). Quant au nucléaire, il est quasiment rayé de la carte, avec 80 % de production en moins.

Administration hors sol

Intitulé « Étude prospective des besoins en eau », le document porte l’en-tête de France Stratégie, institution autonome placée auprès du Premier ministre et chargée d’« éclairer les choix collectifs sur les enjeux sociaux, économiques et environnementaux ». Ses prévisions s’appuient sur l’étude Transitions 2050 de l’Ademe. Parmi les quatre scénarios qui mènent à la neutralité carbone, le choix s’est porté sur l’un des deux décroissants, qui aboutit à « une réduction de la consommation en eau ». Au détriment de certaines productions agricoles. Les scénarios reposent pourtant sur des bases fragiles, l’Ademe reconnaissant que ses « indicateurs de la dépendance à l’eau [sont] une première approche qu’il conviendrait d’affiner ».

Le Point

 

 

______________________________________________

 

Et pendant ce temps là Caligula transforme l'Elysée en Bunker

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2024 2 30 /01 /janvier /2024 20:11

ALERTE : sous pression de la FNSEA, l’Assemblée Nationale baisse de 10% les plus petites retraites agricolesComme l’annonce Politico ce matin, l’affaire devrait faire scandale et probablement finir de miner le gouvernement Attal, qui, pourtant, n’y est pas pour grand chose. Le 13 février 2023, l’Assemblée Nationale a adopté une proposition de loi très soutenue par la FNSEA, et portée par le LR Julien Dive (suppléant de Xavier Bertrand). Ce texte changeait la méthode de calcul des retraites agricoles.

Selon Politico, un rapport du ministère de l’Agriculture montrerait que cette innovation permettra d’améliorer sensiblement les plus grosses retraites, mais ruinera les plus petites…Julien Dive, suppléant de Xavier Bertrand, n’est pas l’élu le plus connu parmi les LR.

Mais il a bataillé pour faire adopter une proposition de loi très soutenue par la FNSEA consistant à calculer les retraites agricoles non plus sur la totalité de la carrière, mais seulement sur les 25 meilleures années. Promulguée le 13 février 2023, cette loi devait mécaniquement améliorer la retraite des agriculteurs. Le changement de règles doit intervenir le 1er janvier 2026.Or, selon Politico (qui a bénéficié d’un tuyau), un rapport du ministère de l’Agriculture, que le gouvernement est sommé de publier, montre que la loi Dive ne sera profitable qu’aux retraites les plus élevées. Les plus maigres baisseraient de 10% .Renforcer les inégalités au profit des plus riches ?

Voilà une idée bien gaulliste sociale en mode Xavier Bertrand, qui fera le beurre de LR. Renforcer ces inégalités pour faire une fleur à la FNSEA ? Encore mieux.

 

Source

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2024 2 30 /01 /janvier /2024 19:40

 

 

 

Révision des normes de commercialisation : la Commission européenne programme la fin de la filière volailles fermières française !
 
 

Dans le cadre de la révision en cours des normes de commercialisation européennes, la Commission européenne prévoit de changer les règles concernant l’étiquetage des modes d’élevage des volailles. L’interprofession française de la volaille de chair (ANVOL) alerte le Gouvernement sur ce projet qui fait peser de lourdes menaces sur la production de volailles fermières élevées en plein air et sur la clarté et la véracité de l’information des consommateurs.

 

En effet, la Commission envisage de supprimer les normes permettant aux consommateurs d’identifier clairement les modes d’élevage des volailles grâce aux cinq seules mentions jusqu’à présent autorisées :

  • « Alimenté avec x % de … »
  • « Élevé à l’intérieur - système extensif »
  • « Sortant à l’extérieur »
  • « Fermier - élevé en plein air »
  • « Fermier - élevé en liberté ».

En lieu et place de cette liste strictement définie, en particulier les mentions relatives à l’extérieur et au plein air, le marché pourrait ainsi voir se multiplier des mentions fantaisistes pour qualifier les modes d’élevages, sans aucun cadre ni contrôle. Cette multiplication de désignations brouillerait l’information des consommateurs, les orientant vers les produits les moins-disants, mais les mieux « marketés ». Les modes d’élevage vertueux seront donc dilués, ce qui entraînera la disparition en France d’ici 5 à 10 ans des productions « fermières - élevées en plein air/liberté », de leurs éleveurs et de leurs emplois dans les régions, soit 5 000 éleveurs et 10 000 collaborateurs à ce jour.

La France au premier rang des victimes de la suppression des règles d’étiquetage

Cet étiquetage est très important en France en particulier où les productions « fermières - élevées en plein air/en liberté » ont une place importante puisqu’elles représentent au moins 20% de la production française, notamment via les productions AOC, Label Rouge et bio.

La France est le pays européen avec la plus grande production de volailles alternatives et donc le pays le plus concerné par l’évolution de l’étiquetage. Le pays compte environ 20% de volailles bénéficiant d’un accès à l’extérieur, loin devant l’Italie qui se place en deuxième position avec 7 %.

ANVOL demande à la France de bloquer le projet de la Commission

Les acteurs de la filière estiment ainsi que le projet de la Commission européenne est une aberration en termes d’information des consommateurs, de protection des agriculteurs et de durabilité. Il va à l’encontre de toutes les annonces faites en France au sujet de « la montée en gamme » et en Europe concernant « le Green deal » et la stratégie « Farm to fork » qui visent à soutenir la production locale et durable.

Ce projet met en danger l’avenir, non seulement des éleveurs, mais aussi de tout le tissu économique qui en découle et qui fait vivre les territoires ruraux : couvoirs, abattoirs, fabricants d’aliments, etc. C’est l’exception et l’excellence gastronomique française qui est en jeu !

La discussion entre la Commission européenne et les états membres prenant fin le 2 février 2023, ANVOL demande à la France d’opposer son veto au changement des règles actuelles.

Éléments complémentaires :

Un étiquetage clair avec cinq mentions autorisées en Europe
Les éleveurs disposent depuis 1991 d’une liste fermée de cinq mentions valorisantes précisément définies pour valoriser leurs produits et faciliter leur identification par les consommateurs. Il s’agit de :

  1. « Alimenté avec x % de … »
  2. « Élevé à l’intérieur - système extensif »
  3. « Sortant à l’extérieur »
  4. « Fermier - élevé en plein air »
  5. « Fermier - élevé en liberté ».

Ces mentions sont exclusives : elles seules peuvent figurer sur les étiquettes en Europe et les opérateurs (éleveurs, abattoirs) sont contrôlés pour vérifier le bon respect de ces règles.

Ces normes ont ainsi établi une segmentation et un étiquetage clairs, et ont permis aux productions de volailles alternatives d’être mieux connues des consommateurs, de trouver une place sur le marché et de se développer grâce à :

  • des conditions de concurrence équitables pour tous les producteurs européens
  • une meilleure visibilité des productions alternatives : elles sont plus chères donc l’étiquetage est nécessaire pour faire connaître leurs spécificités
  • une information claire des consommateurs : ils savent précisément ce qu’ils achètent, les normes évitent la confusion et les abus.

Le projet de nouvelles normes présenté par la Commission européenne fin 2022 change complètement les règles actuelles en supprimant l’exclusivité de cette liste fermée de 5 mentions. Si les 5 modes d’élevage existants deviennent facultatifs, et particulièrement ceux concernant la sortie à l’extérieur et le plein air, tout opérateur européen pourra désormais utiliser n’importe quelle autre mention de mode d’élevage sans aucun contrôle (exemples : « Poulets des champs », « Poulets de plein vent », « Poulets libres », « Poulets à l’air libre » …). 

Source

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2024 2 30 /01 /janvier /2024 19:18
Souveraineté : Macron va voir Cruella Von der Leyen pour lui demander la permission
 

 

Nous ne sommes pas un peu souverain ou un peu libre, comme une femme n’est pas un peu enceinte.

C’est un état complet. Total. Binaire pourrait-on dire.

Depuis des décennies j’ai vu la souveraineté de notre pays être bradée, détruite, vendue, détricotée, petit à petit. Bout après bout.

Il n’en reste aujourd’hui plus rien.

 

 

Le président de la république qui se rêve en premier président (fondateur) des Etats-Unis d’Europe est confronté à une crise avec ses agriculteurs en raison de la directive européenne et de la stratégie dite « farm to fork » en anglais, car désormais à la grosse commission on parle tous englishe dans le texte. De la ferme à la fourchette donc en bon français.

Comme Manuléon ne veut pas faire un truc sans l’aval de Bruxelles, car l’Europe est son mantra, il faut la permission de Cruella.

 

Cela montre à quel point la France est devenue petite.

A quel point nos dirigeants ne dirigent plus rien.

Macron est juste un petit gouverneur de province et finalement, dans sa tête il n’est guère plus qu’un Préfet.

Charles SANNAT

 

_____________________

 

C'est dans cet esprit retors que Manu va faire allégeance à sa suzeraine, et certainement pas pour le bien de son peuple. Flatter pour en tirer des grâces et s'attirer la bienveillance de l'impératrice d'Europe amovible,  proclamée par l'élite mondialiste Occidentale. L'élève va se faire bonne mine tout lorgnant sur le trône de sa supérieure hiérarchique.

C'est dans sa nature : "faible avec les puissants et forts avec les faibles !"

 

Il n'y a rien a espérer de ce côté sinon chausse trappe et combinaisons foireuses pour ceux qui croient encore en ces illusions.

 

Henry

 

________________________________

 

Des barbelés installés autour du Parlement européen à Bruxelles !
 
Partager cet article
Repost0
30 janvier 2024 2 30 /01 /janvier /2024 18:44

 

 

 

 

 

 

 

Des barbelés installés autour du Parlement européen à Bruxelles !
 

 

Les sénateurs viennent donc de s'auto-augmenter de 700€ par mois, soit plus de 3 millions d'euros par an de plus.

Les députés c’est 300€ par mois d’augmentation des frais. Soit plus de 2 millions d’euros.

🥳 5 millions de plus par an pour nos élus.

Avec nos impôts.
😁… pic.twitter.com/g1tWMwSdsH

— Alexis Poulin (@Poulin2012) January 29, 20

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2024 2 30 /01 /janvier /2024 11:17

Laurent Daniel : "Contre quoi nos paysans se mobilisent. Bœuf né en Autriche, élevé en Argentine, abattu aux USA, découpé en France !"

(https://x.com/laurent_daniel/status/1751603170814382339?t=BtF7VxwrfvvoYmnrXgZphQ&s=35)

La Vérité Diffusée https://t.me/VeriteDiffusee Twitter : @VeriteDiffusee

Colère et manifestations des agriculteurs, inepties agricoles !

Il faut juste signaler que les terres céréalières d'Ukraine ont été rachetées par des groupes Américains.

Colère et manifestations des agriculteurs, inepties agricoles !
Partager cet article
Repost0
30 janvier 2024 2 30 /01 /janvier /2024 11:10

La situation est gravissime sur la frontière mexicaine, où quelque 300 000 migrants sont entrés aux États-Unis dans le seul mois de décembre. 

La Cour suprême a statué la semaine dernière contre le gouverneur du Texas, Greg Abbott, qui avait tendu des kilomètres de fils barbelés le long de la frontière avec le Mexique. Le plus haut tribunal des États-Unis accepte le projet de l’administration Biden de retirer les fils barbelés.

Mais Abbott défie le tribunal et s’est engagé à ajouter davantage de barbelés pour réprimer ce qu’il appelle «une invasion».

 

Abbott a ordonné aux soldats de la Garde nationale du Texas, dont il est le commandant en chef, de bloquer l’accès à la frontalière aux migrants et d’empêcher les agents fédéraux d’accomplir les tâches.

Divisés comme au temps de la guerre civile

25 gouverneurs républicains – les États-Unis comptent 50 États – ont publié une déclaration commune de solidarité avec Abbott pour «avoir intensifié ses efforts pour protéger les citoyens américains des niveaux historiques d’immigrants illégaux, de drogues mortelles comme le fentanyl et de terroristes entrant dans notre pays».

La situation à la frontière entre les États-Unis et le Mexique est intenable. Les passages illégaux ont atteint un niveau record, avec plus de 2,4 millions de demandeurs d’asile au cours de 2023.

La Maison-Blanche a publié une déclaration dans laquelle elle s’engage à fermer la frontière si les élus acceptent sa demande de financement d’urgence.

Le Parti républicain, à l’instigation de Donald Trump, retarde de voter un budget supplémentaire entravant ainsi la capacité de l’administration Biden à remédier à la situation.

Trump ne veut pas que Biden réussisse. Cela pourrait lui nuire dans la campagne présidentielle. L’immigration est au cœur de son programme. Il veut que la crise à la frontière mexicaine dure et même empire d’ici l’élection de novembre.

Dans une initiative qui montre à quel point il est désespéré, Biden a dit qu’il était disposé à accepter des règles concernant les réfugiés proposées par les républicains, mais contestées par certains démocrates. Ces règles permettraient de refouler plus rapidement certains migrants.

L’administration Biden travaille aussi avec les autorités mexicaines pour tenter de démanteler les gangs criminels qui amènent des migrants du monde entier via le Mexique jusqu’à la frontière américaine. Certains arrivent même à la frontière canadienne au Québec.

Les longs retards actuels dans le traitement des demandes permettent à de nombreux migrants d’entrer aux États-Unis – souvent pendant des mois, voire des années – avant de pouvoir comparaître devant un juge.

Trump déjà président pour les républicains

L’ingérence de Trump dans les négociations en cours au Congrès concernant l’immigration a été révélée la semaine dernière lorsque le chef de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a dit que Trump allait faire de la situation à la frontière mexicaine l’un des sujets clés de sa campagne. McConnell a exhorté les républicains à s’opposer à l’accord afin que l’immigration reste un problème pour Biden. L’immigration et son appui inconditionnel à Israël sont les vulnérabilités politiques les plus importantes de Biden.

Un des rares républicains anti-Trump, le sénateur Mitt Romney de l’Utah a qualifié d’«épouvantable» la directive de Trump de s’opposer à tout accord sur l’immigration pour aider sa campagne présidentielle.

Trump a déclaré sur son réseau Truth Social: «Ce sur quoi on travaille actuellement au Sénat n’aura aucun sens en termes de sécurité et de fermeture des frontières.» Ajoutant que le «SEUL ESPOIR» pour une frontière sûre était de voter pour lui.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2024 2 30 /01 /janvier /2024 10:55

Partager cet article
Repost0

Pages