Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 1784 000 visiteurs 300 000 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.arthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

5 mai 2024 7 05 /05 /mai /2024 11:27

À propos

Image à propos

Créée en 1989 par René MONORY, ancien Président du Sénat et ancien ministre, et François DALLE, ancien Président de l’Oréal, reconnue d’utilité publique, la Fondation est aujourd’hui présidée par Jean-Pierre RAFFARIN, ancien Premier Ministre, Membre honoraire du Parlement.

Elle a pour objet de favoriser une prise de conscience et une réflexion prospective sur les transformations fondamentales du monde contemporain, afin d’aider les décideurs français, le gouvernement comme les entreprises ou les leaders d’opinion, à réagir en connaissance de cause.

Elle s’efforce d’apporter un éclairage international sur des sujets stratégiques. Elle facilite les contacts entre jeunes professionnels français et leurs homologues de pays émergents. Elle appuie les efforts des entreprises, notamment celles de taille moyenne ou intermédiaire, dans leurs efforts de pénétration des nouveaux grands marchés.

Elle réunit à cet effet spécialistes et responsables d’entreprises, intellectuels et décideurs politiques et administratifs de sensibilités différentes, dans des cadres de travail appropriés pour des propositions opérationnelles.

Son action se concentre sur trois domaines prioritaires :

  • comprendre et évaluer l’impact de l’émergence de nouvelles puissances, des technologies de rupture.
  • stimuler la compétitivité en éclairant et en accompagnant les entreprises, notamment les PME et ETI.
  • participer à la conception d’une nouvelle gouvernance mondiale, nationale et locale.

La Fondation rend public ses travaux à travers des publications et un site internet : www.prospective-innovation.org

Tous les ans, la Fondation publie une synthèse de ses travaux dans son Almanach annuel, le SHERIF.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2024 7 05 /05 /mai /2024 11:18

La BERD appartient à 73 pays des cinq continents, ainsi qu'à l'Union européenne et à la Banque européenne d'investissement. Ces actionnaires ont chacun apporté un apport en capital, qui constitue notre financement de base.

Chaque actionnaire est représenté individuellement au Conseil des gouverneurs de la BERD, qui exerce l'autorité globale sur la Banque et définit son orientation stratégique globale. Tout en conservant l'autorité globale sur la Banque, le Conseil des gouverneurs a délégué l'exercice de la plupart de ses pouvoirs au Conseil d'administration. Cependant, le Conseil des gouverneurs reste seul responsable de la détermination de la composition de la Banque, des modifications du capital-actions, de la nomination des administrateurs et du président de la Banque et des décisions concernant les états financiers et la détermination des réserves et de l'affectation des bénéfices.

Le Conseil des gouverneurs a élu le gouverneur des Pays-Bas comme président et les gouverneurs de l'Égypte et de la Lituanie comme vice-présidents pour 2023-2024.

 

EBRD Shareholders

Member country

Date joined

Capital subscription
(€ 000)

Governor

Alternate

Albania

18 Dec 1991

30,010

Mr Ervin Mete

Ms Adela Xhemali

Algeria
 
19 Oct 2021 2,030

Mr Laaziz Faid

Mr Ali Bouharaoua

Armenia

7 Dec 1992

14,990

Mr Vahe Hovhannisyan

Mr Eduard Hakobyan

Australia

30 Mar 1991

300,140

Mr Jim Chalmers

Ms Katrina Di Marco

Austria

28 Mar 1991

684,320

Mr Magnus Brunner

Mr Harald Waiglein

Azerbaijan

25 Sep 1992

30,010

Mr Mikayil Jabbarov

Mr Samir Sharifov

Belarus

10 Jun 1992

60,020

Mr Aleksandr Chervyakov

Mr Andrei Kartun

Belgium

10 Apr 1991

684,320

Mr Vincent van Peteghem

Ms Caroline Gennez

Benin
 
10 Apr 2024
 
2,030
 
   

Bosnia and Herzegovina 

17 Jun 1996

50,710

Ms Borjana Krišto

Mr Staša Košarac

Bulgaria

28 Mar 1991

237,110

Mr Lyudmila Petkova

Mr Radoslav Milenkov

Canada

28 Mar 1991

1,020,490

Ms Chrystia Freeland

Mr David Morrison

China

15 Jan 2016

29,000

Mr Gongsheng Pan

Mr Changneng Xuan 

Croatia

15 Apr 1993

109,420

Mr Marko Primorac

Mr Stipe Župan

Cyprus

28 Mar 1991

30,010

Mr Makis Keravnos

Mr George Panteli

Czechia

1 Jan 1993

256,110

Mr Zbynĕk Stanjura

Mr Aleš Michl

Denmark

28 Mar 1991

360,170

Mr Morten Bødskov

Mr Michael Dithmer

Egypt

Vice Chair of the Board of Governors 2023-2024

28 Mar 1991

21,010

Ms Rania Al-Mashat

Mr Asem El-Gazzar

Estonia

28 Feb 1992

30,010

Mr Mart Võrklaev

Mr Märten Ross

European Investment Bank

28 Mar 1991

900,440

Mr Thomas Östros

Mr Kyriakos Kakouris

European Union

28 Mar 1991

900,440

Mr Valdis Dombrovskis

Mr Maarten Verwey

Finland

28 Mar 1991

375,180

Ms Riikka Purra

Mr Pasi Hellman

France

28 Mar 1991

2,556,510

Mr Bruno Le Maire

Mr Bertrand Dumont

Georgia

4 Sep 1992

30,010

Mr Lasha Khutsishvili

Vacant

Germany

28 Mar 1991

2,556,510

Mr Christian Lindner

Mr Heiko Thoms

Greece

29 Mar 1991

195,080

Mr Nikos Papathanasis

Vacant

Hungary

28 Mar 1991

237,110

Mr Márton Nagy

Mr Máté Lóga 

Iceland

29 May 1991

30,010

Mr Sigurður Ingi Jóhannsson

Mr Tómas Brynjólfsson

India 11 July 2018 9,860 Ms Nirmala Sitharaman Mr Ajay Seth
Iraq 14 Nov 2023 2,030 Ms Taif Sami Mohammed  Ms Bareen Abdulsalam Quasim

Ireland

28 Mar 1991

90,040

Mr Michael McGrath

Mr John Hogan

Israel

28 Mar 1991

195,080

Mr Bezalel Smotrich

Mr Shmuel Abramzon

Italy

28 Mar 1991

2,556,510

Mr Giancarlo Giorgetti

Ms Francesca Utili

Japan

2 Apr 1991

2,556,510

Mr Shunichi Suzuki

Mr Kazuo Ueda

Jordan

29 Dec 2011

9,860

Ms Zeina Toukan
Mr Marwan Al-Refai

Kazakhstan

27 Jul 1992

69,020

Mr Madi Takiev

Mr Dauren Kenbeil

Korea, Republic of

28 Mar 1991

300,140

Mr Sang Mok Choi

Mr Chang Yong Rhee

Kosovo

17 Dec 2012

5,800

Mr Hekuran Murati

Vacant 

Kyrgyz Republic

5 Jun 1992

21,010

Mr Daniiar Amangeldiev

Mr Almaz Baketaev

Latvia

18 Mar 1992

30,010

Mr Arvils Ašeradens

Ms Līga Kļaviņa

Lebanon

17 Jul 2017

9,860

Mr Youssef El Khalil

Mr Georges Maarrawi

Libya 16 July
2019

 
9,860 Mr Mohammed Yousef Elzidani Mr Mohammed Salem Mohammed Abu Dena

Liechtenstein

28 Mar 1991

5,990

Ms Sabine Monauni

Mr Markus Biedermann

Lithuania

Vice Chair of the Board of Governors 2023-2024

5 Mar 1992

30,010

Ms Gintarė Skaistė 

Mr Mindaugas Liutvinskas

Luxembourg

28 Mar 1991

60,020

Mr Gilles Roth

Mr Arsène Jacoby 

Malta

28 Mar 1991

2,100

Mr Edward Scicluna

Mr Clyde Caruana

Mexico

28 Mar 1991

45,010

Mr Rogelio Eduardo Ramírez de la O

Mr Gabriel Yorio González

Moldova

5 May 1992

30,010

Mr Dumitru Alaiba

Mr Octavian Armaşu

Mongolia

9 Oct 2000

2,990

Mr Javkhlan Bold

Mr Lkhagvasuren Byadran

Montenegro

3 June 2006

5,990

Mr Novica Vuković

Ms Andrijana Uli Rajović

Morocco

28 Mar 1991

24,640

Ms Nadia Fettah

Ms Faouzia Zaaboul

Netherlands

Chair of the Board of Governors 2023-2024

28 Mar 1991

744,350

Mr Steven van Weyenberg

Ms Liesje Schreinemacher

New Zealand

19 Aug 1991

10,500

Ms Nicola Willis

Ms Caralee McLiesh

North Macedonia

21 Apr 1993

17,620

Mr Fatmir Besimi

Mr Fatmir Bytyqi

Norway

28 Mar 1991

375,180

Mr Trygve Magnus Slagsvold Vedum

Mr Tore Onshuus Sandvik

Poland

28 Mar 1991

384,180

Mr Andrzej Domański

Mr Paweł Karbownik

Portugal

5 Apr 1991

126,050

Mr Joaquim Miranda Sarmento

Mr José Carlos Azevedo Pereira

Romania

28 Mar 1991

144,070

Mr Marcel-Ioan Boloș

Mr Mugur Isărescu

Russian Federation

9 Apr 1992

1,200,580

Mr Maxim G. Reshetnikov 

Mr Timur Maksimov

San Marino

7 Jun
2019

 
2,030 Mr Marco Gatti Mr Maurizio Bragagni

Serbia

19 Jan 2001

140,310

Mr Siniša Mali

Mr Tomislav Momirović

Slovak Republic

1 Jan 1993

128,070

Mr Ladislav Kamenický

Mr Peter Kažimír

Slovenia

23 Dec 1992

62,950

Mr Klemen Boštjančič

Ms Nikolina Prah

Spain

28 Mar 1991

1,020,490

Mr Carlos Cuerpo Caballero

Ms Paula Conthe Calvo

Sweden

28 Mar 1991

684,320

Ms Elisabeth Svantesson

Ms Johanna Lybeck Lilja

Switzerland

29 Mar 1991

684,320

Mr Guy Parmelin

Mr Dominique Paravicini

Tajikistan

16 Oct 1992

21,010

Mr Jamshed Karimzoda

Mr Khurshed Ismailzoda 

Tunisia

29 Dec 2011

9,860

Ms Feryel Ouerghi

Ms Saloua Hsoumi Mejdoub

Türkiye

28 Mar 1991

345,150

Mr Mehmet Şimşek

Mr Osman Çelik

Turkmenistan

1 Jun 1992

2,100

Mr Myratdurdy Orazdurdyyev

Mr Merdanguly Palivanov

Ukraine

13 Aug 1992

240,110

Mr Sergii Marchenko

Mr Andriy Pyshnyy

United Arab Emirates 23 Sep 2021 2,030 Mr Mohamed Bin Hadi Al Hussaini Mr Younis Haji Al Khoori

United Kingdom

28 Mar 1991

2,556,510

Mr Jeremy Hunt

Mr James Cleverly

United States of America

28 Mar 1991

3,001,480

Vacant

Mr Jose W. Fernandez

Uzbekistan

30 Apr 1992

44,120

Mr Jamshid Khodjaev

Mr Shukhrat Vafaev

 
 

 

Investigation par Mme. Sylvie Charles Citoyenne

Partager cet article
Repost0
5 mai 2024 7 05 /05 /mai /2024 10:51
Directors of the EBRD
EBRD logo at EBRD HQ in London

 

While retaining overall authority over the Bank, the Board of Governors delegates most powers to the Board of Directors, which is responsible for approving the EBRD's country, sector and thematic strategies, policies and operations.

 
 
Director
Alternate
Shareholders (e-mail link)
Vacant

Katherine Allen

United States of America
Elena Aparici

 

Enrique Alejo

 
David Avarello
Rok Ponikvar
 
 
Peter Curwen Mark Paskins
 
 
Yasemin Girici Lucian Isar
 
 

Vacant

Miglė Tuskienė
 
 
 

 

Shigeto Hiki

 

Keiko Futami Japan

Klára Król

Antal Nikoletti

 
 
 

 

José Leandro

 

Roy Dickinson

European Union
Dimitris Metaxas-Trikardos Carlos Domingues
 
 
 

 

Manuela Nenna

 

Dino Sorrentino

Italy

Michael Offer

 

 

Karl-Matthias Klause

 

 

Germany

 

Jari Partanen

Jon Nicolaisen
 
 
 

 

Yann Pouëzat

Clément Seitz
France
Glenn Purves

 

Andrew Smith

 
 
Magnus Rystedt

 

Kristina Åkesson

 
 

 

Rosmarie Schlup

Artem Shevalev
 
 
 
Maria Shaw-Barragan Sonja Malkki European Investment Bank
Piotr Szpunar Karina Karaivanova
 

 

Leander Treppel
 
 
Alon Messer

 

Katherine Tuck

Sean Lee
 
 

 

Jan Willem van den Wall Bake

 

Vacant

 
 
 

 

Vacant
 
Ilya Kavtaskin
 
 

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement ou BERD (en anglais, European Bank for Reconstruction and Development : EBRD) est une organisation internationale chargée de faciliter le passage à une économie de marché dans les pays d'Europe centrale et orientale. Créée à Paris le , à la suite d'une idée de François Mitterrand, elle a été inaugurée le . Son siège est situé à Londres.

Rôle et moyens

Elle émet des emprunts sur le marché international qui lui servent à financer ou cofinancer des investissements (soit par des prêts, soit par des prises de participation) favorisant la transition vers une économie de marché dans les pays de l'Europe centrale et orientale (PECO), dans les pays de l'ex-URSS et en Mongolie.

Contrairement aux autres institutions financières internationales, le mandat de la BERD se limite aux pays « qui s’engagent à respecter et mettent en pratique les principes de la démocratie pluraliste, du pluralisme et de l’économie de marché, de favoriser la transition de leurs économies vers des économies de marché, et d’y promouvoir l’initiative privée et l’esprit d’entreprise »1. Les activités de la Banque sont donc extrêmement limitées en Biélorussie, en Ouzbékistan et au Turkménistan, dont les régimes autoritaires ne remplissent pas ces critères. Cependant, malgré certaines critiques de pays européens sur l'Etat de droit en Russie, la banque ne limite pas ses activités dans cette dernière.

On ne doit pas la confondre avec la Banque européenne d'investissement (BEI).

 

Source

 

Documents sur investigation de Mme Sylvie Charles Citoyenne

Partager cet article
Repost0
5 mai 2024 7 05 /05 /mai /2024 10:46

Document transmis par Mme. Sylvie Charles Citoyenne

Partager cet article
Repost0
5 mai 2024 7 05 /05 /mai /2024 10:40

Document transmis par Mme Sylvie Charles Citoyenne

Partager cet article
Repost0
5 mai 2024 7 05 /05 /mai /2024 10:36

Document transmis par Mme Sylvie Charles Citoyenne

Partager cet article
Repost0
5 mai 2024 7 05 /05 /mai /2024 10:25
Ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi : Gouvernance mondiale - La place de tous les pays à la table

 

 

(Note de l'éditeur : Cet article reflète le point de vue de l'auteur Karim Badolo et pas nécessairement celui de CGTN.)

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a animé une conférence de presse dans la matinée du jeudi 7 mars 2024, à Beijing, en marge des Deux Sessions, au cours de laquelle il a déroulé les grandes lignes de la diplomatie chinoise et répondu à des préoccupations d'ordre national et international. Le rôle des Nations Unies, la question de Taiwan, les relations sino-américaines, sino-russes, sino-européenne et la gouvernance mondiale, le Sud global sont, entre autres, les points sur lesquels le chef de la diplomatie chinoise a livré la position de la Chine.

À propos de la gouvernance mondiale, Wang Yi a littéralement martelé que tous les pays, grands ou petits, méritent leur place à la table. Il ne saurait y avoir de seconde zone où certains États devraient être relégués ou se contenter de consulter le menu pendant que les autres se régaleraient à la table. Les règles de jeu doivent être les mêmes pour tous afin que le monde se porte mieux et que les énergies fédèrent dans un élan commun face aux défis communs qu'affrontent l'humanité. « Il ne faut non plus que ceux qui ont le plus gros poing aient le dernier mot, et encore moins que certains pays soient automatiquement à la table alors que d'autres ne puissent que rester sur le menu. La multipolarisation ne signifie pas la division du monde en blocs, et encore moins la fragmentation ou le désordre », a soutenu le ministre chinois des Affaires étrangères.

Face aux crises sociopolitiques et les bouleversements climatiques qui sévissent un peu partout, l'humanité est plus que jamais interpellée sur sa responsabilité à œuvrer pour un monde plus inclusif, à l'écoute de toutes les parties. Le temps des hégémonies écrasantes devrait faire place à un élan de coopération multipolaire et inclusive. C'est dans cette vision plurielle et diversifiée que le consensus peut se dessiner autour des grandes préoccupations qui étreignent toute la planète. Le temps des héros solitaires imposant leurs vues au reste du monde est anachronique et contreproductif dans la configuration actuelle de la planète. C'est pourquoi Wang Yi a insisté sur le rôle central que les Nations Unies devraient jouer dans l'architecture de la gouvernance mondiale.

Certes, l'ONU n'est pas exempte de critiques face à certaines situations de crises où sa voix a de la peine à s'imposer. Toutefois, elle demeure l'organisation à l'échelle mondiale, au regard de sa charte, qui pourrait ouvrir les possibilités d'une cohabitation plus harmonieuse entre tous les États. C'est dans cette perspective que le chef de la diplomatie chinoise a insisté sur la nécessité de réformer les Nations Unies pour s'adapter à la nouvelle réalité du développement politique et économique international et renforcer la représentation et la voix des pays en développement.

En un mot comme en mille, seule cette volonté commune de tendre vers des positions qui prennent en compte les intérêts de tous pourrait sortir le monde des postures de tranchées. Pour qu'advienne un monde réconcilié avec lui-même, l'alternative qui mérite d'être soutenue et promue demeure le strict respect des règles fondamentales régissant les relations internationales basées sur les buts et principes de la Charte des Nations Unies. Tant que la valse des deux poids deux mesures sera toujours entretenue par certaines puissances au gré de leurs intérêts égoïstes, l'avènement d'un monde stable et pacifique ne sera qu'un éternel vœu pieux. Il faut donc impérativement soutenir les initiatives en faveur d'une gouvernance mondiale vertueuse reposant sur une éthique de la responsabilité collective. Il y va de l'intérêt de tous, petits ou grands.

En tout cas, la Chine a fait l'option de maintenir des relations stables avec les grandes puissances, de conjuguer des efforts avec ses voisins pour progresser et travailler à la revitalisation avec le Sud global. Osons espérer que cela inspirera d'autres nations.

(Photo : VCG)

 

Source : travail sur investigation de Mme. Sylvie Charles Citoyenne

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2024 7 05 /05 /mai /2024 10:20


Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci.
La reproduction totale ou partielle d’un article, sans l’autorisation écrite et préalable du Monde, est strictement interdite.
Pour plus d’informations, consultez nos conditions générales de vente.
Pour toute demande d’autorisation, contactez syndication@lemonde.fr.
En tant qu’abonné, vous pouvez offrir jusqu’à cinq articles par mois à l’un de vos proches grâce à la fonctionnalité « Offrir un article ».

https://www.lemonde.fr/societe/article/2024/04/28/crime-organise-la-france-cible-des-reseaux-de-traite-d-etres-humains-et-de-cambriolages-en-serie_6230434_3224.html

 

Un rapport d’Europol dévoile que des organisations étrangères ont de longue date visé l’Hexagone. Le pays est un des plus concernés en Europe, à l’instar de la Belgique, de l’Allemagne, de l’Italie ou de Malte.

Par  et

Publié le 28 avril 2024 à 17h01
 

Les organisations criminelles françaises restent principalement actives dans le domaine du trafic de stupéfiants, un secteur où leur niveau – encore considéré comme intermédiaire au regard de structures bien plus étoffées comme la Mocro Maffia néerlandaise ou la’Ndrangheta calabraise – les cantonne à la réception puis à la distribution de la marchandise. En revanche, selon un rapport d’Europol sur les 821 groupes criminels les plus menaçants du continent, des organisations étrangères ont de longue date pris le pays pour cible dans trois domaines particuliers, qui placent la France parmi les Etats les plus concernés, à l’instar de la Belgique, de l’Allemagne, de l’Italie ou de Malte.

 

La traite des êtres humains à des fins sexuelles est l’un d’eux, un constat déjà souligné dans le rapport sur « L’état du crime organisé en France », établi par le Service d’information, de renseignement et d’analyse stratégique sur la criminalité organisée, en 2023. L’année 2021 avait notamment connu un « sombre record », observait ce document, avec 1 133 victimes recensées. Un chiffre en légère baisse en 2022, avec 966 victimes.

L’Office central pour la répression de la traite des êtres humains avait, quant à lui, relevé, à la même période, un phénomène de « mutation durable » marqué par une prostitution « logée » dans 80 % des cas – par opposition à la prostitution de voie publique –, et en grande partie numérisée, via des sites ou des annonces sur Internet.

Deuxième point d’inquiétude pour les pouvoirs publics : le trafic de migrants, assuré par de véritables filières structurées, dont les plus actives sont essentiellement d’origine irako-kurde ou iranienne. Le nombre de démantèlements réalisés par des services d’enquête – 325 pour la seule année 2022 – donne une idée de l’ampleur.

Equipes itinérantes

Enfin, un phénomène moins connu place la France à la première place des pays concernés : les cambriolages et vols organisés, perpétrés à l’occasion de véritables campagnes d’une durée variable, de plusieurs jours à quelques semaines. Particulièrement notables dans l’est de la France, ces « faits sériels » sont souvent la marque d’équipes itinérantes – souvent composées de jeunes femmes issues de la communauté rom de Serbie – visant pavillons et maisons d’habitation de particuliers, avec un mode opératoire attaché à la multiplication de butins intermédiaires (matériel informatique ou bijoux, petites sommes d’argent immédiatement accessibles) plutôt qu’aux « gros coups ».

 

Lire la suite sur ICI

Partager cet article
Repost0
5 mai 2024 7 05 /05 /mai /2024 10:08
L'agence de police européenne a dévoilé un premier bilan global du crime organisé où les gangs les plus menaçants du continent sont cartographiés. La France y apparaît surtout pour héberger des criminels et accueillir des activités liées au trafic de drogue.
Article rédigé par Camille Laurent
Radio France
 
 
Le siège d'Europol, l'agence européenne de police criminelle, se situe à La Haye, aux Pays-Bas. (photo d'illustration) (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Cette vaste étude réalisée par Europol est une première. Elle détaille les activités des groupes criminels européens les plus dangereux, ainsi que leur organisation et leur mode d'action. "Nous possédons désormais une image inédite de réseaux actifs et dangereux qui menacent la sécurité intérieure de l’Union", a affirmé Catherine de Bolle, la cheffe de l'agence européenne de police, en présentant le rapport à Bruxelles vendredi 5 avril.

Plus de 800 réseaux criminels considérés comme les plus dangereux ont été recensés. Cela représente 25 000 suspects et 112 nationalités différentes. "C'est un environnement international", a déclaré la patronne d'Europol. Ces gangs "sont agiles, sans frontières et destructeurs. […] Aucun État membre n'est à l'abri", a-t-elle ajouté.

D'après ce rapport, près de la moitié des groupes criminels européens est impliquée dans le trafic de drogue. Et une grande majorité des groupes (86%) infiltre des activités légales pour camoufler ces trafics. Bien qu'aucun groupe ne soit nommé, les mafias italienne ou albanaise sont reconnaissables à leur poids et à leurs activités tentaculaires. Concernant la France, les réseaux criminels purement français ne sont pas les plus nombreux en Europe, néanmoins ils sont surtout impliqués dans le trafic de drogue. L'Hexagone est aussi la cible de nombreuses activités criminelles venues d'autres pays.

Les Français surtout impliqués dans le trafic de drogue

Les réseaux criminels composés majoritairement de Français sont très actifs dans le trafic de drogue, en particulier de cocaïne et de cannabis, selon le rapport d'Europol. On retrouve aussi des Français impliqués dans les escroqueries, le racket et le trafic d'êtres humains. Ces criminels agissent en France mais aussi dans une quinzaine de pays.

La France, cible du trafic de drogue et de vols

Des réseaux criminels venus d'autres pays européens, voire extra-européens, agissent en France. Les plus actifs sont ceux qui font du trafic de drogue. La France n'est pas le seul pays concerné, il y a aussi la Belgique, l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Espagne… D'après l'étude d'Europol, le trafic de drogue dans l'Hexagone est surtout orchestré par des criminels albanais, originaires des Balkans, ressortissants des pays baltes mais aussi, en dehors de l'Europe, de Turquie et du Maroc.

La France subit aussi des cambriolages, des vols de véhicules et de la traite d'êtres humains. Ces crimes sont surtout réalisés par des réseaux roumains. Le pays est aussi la cible de réseaux criminels pour de l'exploitation sexuelle, des crimes environnementaux et de la contrefaçon.

Une menace transfrontalière

Cette cartographie publiée par Europol est un "message adressé aux réseaux criminels, qui est : 'Vous ne pouvez plus vous cacher'", d'après la cheffe de l'agence européenne de police. Mais le commissaire européen à la Justice, Didier Reynders, a pour sa part souligné que ces gangs représentent "une menace omniprésente" qui n'épargne pas, selon lui, le Parquet européen créé il y a deux ans pour justement lutter contre la criminalité transfrontalière dans l'Union européenne.

 

Source : sur travail d'investigation de Mme. Sylvie Charles Citoyenne

Partager cet article
Repost0
5 mai 2024 7 05 /05 /mai /2024 10:00

Dans un rapport présenté vendredi, Europol « analyse en profondeur » les opérations des groupes criminels, scrutant « la stratégie des réseaux criminels pour infiltrer le monde des affaires légales, pour faciliter leurs activités criminelles, dissimuler des crimes et blanchir les profits criminels ».

 
Le ministre belge de la Justice, Paul Van Tigchelt, s'exprime lors d'une conférence de presse hybride d'Europol pour présenter un rapport sur les réseaux criminels les plus menaçants de l'Union européenne, à Bruxelles le 4 avril. AFP/Belga.HATIM KAGHAT.
Le ministre belge de la Justice, Paul Van Tigchelt, s'exprime lors d'une conférence de presse hybride d'Europol pour présenter un rapport sur les réseaux criminels les plus menaçants de l'Union européenne, à Bruxelles le 4 avril. AFP/Belga.HATIM KAGHAT.

Europol, l’agence européenne de police, a cartographié les 821 réseaux criminels « les plus dangereux » du continent, scrutant le fonctionnement de gangs concentrés sur le narcotrafic, présents dans l’immobilier ou la logistique, et dont certains des chefs donnent des ordres depuis Dubaï ou l’Amérique du Sud.

La majorité de ces gangs se concentrent sur le trafic de drogues (cocaïne, cannabis, héroïne, drogues synthétiques), avec des opérations souvent localisées en Belgique, Allemagne, Italie, Espagne ainsi qu’aux Pays-Bas, détaille l’agence basée à La Haye. Mais ces réseaux étendent leurs tentacules à des secteurs comme l’immobilier, la construction, le transport de fret ou les discothèques, et menacent ou corrompent procureurs et juges, selon le rapport publié vendredi.

Nombre de réseaux criminels les plus menaçants impliqués dans les différents types de trafic de drogue comme seul principal activité, principales nationalités, pays d'activité, pays déclarants. Source : Données fournies sur les 821 réseaux criminels les plus menaçants
Nombre de réseaux criminels les plus menaçants impliqués dans les différents types de trafic de drogue comme seul principal activité, principales nationalités, pays d'activité, pays déclarants. Source : Données fournies sur les 821 réseaux criminels les plus menaçants

Pour la première fois, Europol « analyse en profondeur » les opérations des groupes criminels, scrutant « la stratégie des réseaux criminels pour infiltrer le monde des affaires légales, pour faciliter leurs activités criminelles, dissimuler des crimes et blanchir les profits criminels ». Le défi semble titanesque : environ 86 % de ces groupes criminels utilisent des « structures commerciales légales » dans des secteurs comme la construction, l’immobilier, l’hôtellerie et la logistique, en recourant à des avocats ou des experts financiers « qui ignorent parfois l’origine criminelle des avoirs ».

Les discothèques peuvent aussi être liées au trafic de drogues, mais aussi à l’extorsion, au racket, ainsi qu’au trafic d’êtres humains et d’armes, selon l’agence. Et les employés des entreprises de logistique, en particulier dans les grands ports, sont « régulièrement » la cible de la corruption car ils peuvent « faciliter un accès sans restriction » à l’infrastructure.

« Vous ne pouvez plus vous cacher »

Bon nombre des réseaux criminels listés existent depuis des années, un tiers d’entre eux étant opérationnels depuis plus d’une décennie et certains ayant continué d’être orchestrés depuis des prisons.

 

Avec cette « cartographie » accompagnant une coordination accrue des forces de l’ordre dans l’UE, « le message adressé aux réseaux criminels est : Vous ne pouvez plus vous cacher », a déclaré la cheffe d’Europol, Catherine De Bolle, en présentant le rapport à Bruxelles.

« Nous ne nous contentons pas de partager ces conclusions, nous ouvrons une nouvelle ère dans notre lutte contre le crime organisé, marquée par l’innovation, la collaboration et un engagement ferme pour assurer la sécurité de l’UE et de ses citoyens », a abondé la ministre belge de l’Intérieur, Annelies Verlinden.

25 000 suspects, 112 nationalités

Ces gangs « sont agiles, sans frontières et destructeurs (…) aucun État membre n’est à l’abri. C’est un environnement multinational : parmi 25 000 suspects, on retrouve 112 nationalités », a précisé Catherine De Bolle. Leurs chefs sont le plus souvent situés dans le pays où les gangs opèrent, « mais dans 6 % des cas, ils se trouvent hors de l’UE », notamment dans les Émirats arabes unis, en Turquie, au Maroc ou en Amérique du Sud », a poursuivi la dirigeante d’Europol.

Dubaï est « devenu un centre de coordination à distance », où résident des membres haut placés des gangs mais la ville « n’est pas un refuge isolé », insiste le rapport. Les gangs attirés par le port flamand d’Anvers, plaque tournante du trafic de drogue en Europe, sont « principalement contrôlés » depuis des pays tiers - Émirats et Maroc entre autres -, confirme le ministre belge de la Justice, Paul Van Tigchelt.

 

Les Vingt-Sept doivent exercer « beaucoup plus de pression en tant que bloc diplomatique (…) Nous devons être unis contre ces pays tiers afin qu’ils collaborent mieux », a-t-il insisté. Paul Van Tigchelt a par ailleurs sonné l’alarme face à l’irruption dans l’UE, des « drogues zombies », à l’origine aux États-Unis d’une hausse des décès liés aux drogues. « Nous voyons de plus en plus de ces drogues synthétiques, de plus en plus fortes », a-t-il déclaré, se référant notamment à une substance connue sous le nom de « flakka », présente dans la région flamande. Et les mesures répressives ne parviennent guère à intimider les gangs.

Juges et procureurs corrompus ou menacés

« Nous sommes confrontés à une dure réalité : la menace omniprésente que représentent ces réseaux criminels organisés, capables de cibler les juges et les procureurs », a reconnu le commissaire européen à la Justice, Didier Reynders, appelant les État membres à mieux contrer ces intimidations et actes de corruption.

Les menaces n’épargnent pas, selon lui, le jeune Parquet européen, organisme créé il y a deux ans pour lutter contre la criminalité transfrontalière dans l’UE.

 

Source : sur travail investigation de Mme. Sylvie Charles citoyenne

Partager cet article
Repost0

Pages